Journal Echange / occasion informatique

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
2
sept.
2006
Hello,

je suis tombé sur un site sympa pour échanger, vendre ou acheter du matériel info ou soft... et aussi autre produits comme DVD, CD, Ejux video : www.digitroc.com
C'est 100% gratuit et fonctionne assez bien :)

A noter que ce site semble être lié aussi à un autre site www.achatducoeur.com, site de shopping humanitaire, que je vous laisse découvrir !

Voilà, bonne découverte
  • # oh un SPAM

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    rien à dire de plus sinon que c'est casse c*** ...
    • [^] # Re: oh un SPAM

      Posté par  . Évalué à 7.

      je suis pas forcement d'accord avec toi. C'est pas de la pub.

      l'auteur du journal a été content d'un service et il veut le faire connaitre, c'est aussi ça le partage ... Je ne pense pas qu'il ait d"actions.
      • [^] # Re: oh un SPAM

        Posté par  . Évalué à 10.

        Je suis d'accord avec toi.
        d'ailleur moi je suis complètement satisfait des yahourt carrouf. Les yahourt carrouf font du bien à mon corps, ils aident mon transit intestinal et leurs oligo-elements m'amènent un bien-etre me permettant d'etre en pleine forme dés le début de la matinée.
        Alors oui j'ose l'avouer: les yahourt carrouf ont changé m'a vie. Avec eux je n'ai plus de moment de déprime grace au lait© découvert par les laboratoir carrouf. Les laboratoires carrouf font une recherche ecologique et humanitaire. Les laboratoire carrouf sont à votre service, pour votre bien.

        Donc je partage avec vous ma découverte: les yahourt carrouf, si ce n'est pas moi qui vous convainc, c'est votre corps qui vous le réclamera.

        Vous trouverez les yahourt carrouf dans tout bon carrouf qui se respecte, ou sur internet: http://www.3nl4rgeY0urYah0urt.com
        • [^] # Re: oh un SPAM

          Posté par  . Évalué à 2.

          rien à dire de plus sinon que c'est casse c*** ...

          (OK, je .....-> []..)
        • [^] # Re: oh un SPAM

          Posté par  . Évalué à 0.

          ouais c est bien beau tout ça, mais est ce qu'il y a du bifidus dedans ?
    • [^] # Re: oh un SPAM

      Posté par  . Évalué à 5.

      De l'échangisme en plus...
    • [^] # Re: oh un SPAM

      Posté par  . Évalué à 1.

      Tu veux dire un peu comme pluton dont bcp ce tamponne sur ce site ?
      Ou peut être un peu comme les récits d'expérience dans un resto ?
      A moins que cela soit plus comparable au blague de merde sur les ampoules et les moules ?

      Cher Uld, je crois que toi aussi t'as écrit pas mal de trucs que beaucoup peuvent avoir perçu comme du spam, donc t'es gentil, tu laisses le monsieur spammer à son tour hein ...
  • # shopping humanitaire

    Posté par  . Évalué à 1.

    shopping et humanitaire dans la même phrase, faut oser quand même !
    • [^] # Re: shopping humanitaire

      Posté par  . Évalué à 6.

      et y'en a qui croit encore qu'un célèbre hollandais fait du commerce équitable !
      • [^] # Re: shopping humanitaire

        Posté par  . Évalué à 2.

        et y'en a qui croit encore qu'un célèbre hollandais fait du commerce équitable !

        Tu pourrais développer, s'il te plait ? Le sujet m'intéresse ...
        • [^] # Re: shopping humanitaire

          Posté par  . Évalué à 10.

          Ca serait très long a expliqué, je te conseilles de lire le livre "Les coulisses du commerce équitable" de Christian Jacquiau.

          Premièrement, Max Haavelar décerne le label du Commerce Equitable alors qu'il ne peut le faire. Deuxième, pour pouvoir décerner un label, il faut que celui qui édicte les règles du label ne soit pas celui qui contrôle. C'est une règle de base dans la labellisation. Max Haavelar a dicté ses règles du label et fait lui-même le contrôle. Bon, c'est 3 sociétés (ou associations) différentes, mais les liens de parentés sont très forts.

          Secondo, peut-on dire qu'un produit est équitable si seul une partie de la filière est équitable ? car dans les produits Max Haavelar, seul est labellisé équitable le produit acheté aux coopératives (et non directement aux producteurs). De plus, les prix sont FOB (Free On Board), soit les prix à quai. Donc, tu dois retrancher le prix du transport jusqu'au port, l'emballage... Au final, le producteur d'équitable ne touche que 4¤ de plus par mois. Et je ne parle que du producteur, pas des salariés du producteur qui eux travaillent toujours pour le même prix. Pour revenir à la filière, comment dire qu'un produit est équitable si les marins sont traités comme des esclaves (6000 marins tombent à la mer par an dans la plus totale indifférence), si les autres acteurs de la filière ne sont pas mieux traités ? A noter que le mieux traité est la grande distribution qui a des marges plus importantes sur les produits équitables !!

          De plus, il y a un peu d'hypocrisie de la part de Max Haavelar quand il dit qu'il paye le café à un prix minimum qui garanti au producteur de ne pas perdre d'argent car lorsque le court du café est inférieur au court minimum, alors Max Haavelar achète plus de café non équitable (car moins cher). J'oubliais de dire que dans un paquet de café équitable, seul une partie l'est réellement (je ne sais plus à quelle proportion exactement, peut-être 10%), le reste est du café normal (peut-on alors dire également qu'un produit est équitable si seulement 10% du produit l'est, ou est censé l'être) ?

          Et encore beaucoup de points où le célèbre hollandais ne se montre pas si équitable que cela.

          PS : ne croyez surtout pas la grande distribution quand elle dit qu'elle fait de l'équitable, c'est juste pour se rendre plus humaine !

          Bon, si vous voulez comprendre un peu plus les enjeux, je vous conseilles à nouveau de lire le livre, ou un autre.
          • [^] # Re: shopping humanitaire

            Posté par  . Évalué à 3.

            Je note le conseil de lecture. Je note aussi que les critiques disponibles sur Internet sont très contrastées, il est notamment copieusement accusé d'écrire à charge uniquement. Pour ma part, puisque je ne l'ai pas encore lu, je ne peux pas en dire grand-chose, mais tout de même plusieurs choses m'intriguent :
            - l'auteur aurait-il confondu commerce équitable et Max Havelaar ? Si c'est le cas, c'est une lourde erreur. Personnellement, j'achète des produits issus du commerce équitable non Max Havelaar sur la base de la confiance que j'accorde aux personnes qui me disent qu'elles-mêmes ou leurs collègues vont sur place et constatent que ces pratiques améliorent effectivement les conditions de vie des travailleurs, par exemple des produits de la marque Rapunzel ou des vêtements.
            - l'auteur distingue-t-il entre les différentes marques qui apposent le label Max Havelaar sur leurs produits ? Il y a de grandes différences entre celles qui se limitent au minimum nécessaire (marques de distributeurs...) et celles qui vont plus loin et s'en expliquent (Solidar'Monde, etc).
            - l'auteur prend-il en compte la parole des marques elles-mêmes ? Sur la question du transport, par exemple : ils sont tout à fait conscients du problème et n'y peuvent pas grand-chose pour le moment. Ce n'est pas pour autant qu'il faut jeter le café avec l'eau du bateau.

            De même, la question de la vente dans les supermarchés ou les boutiques grand public (La Redoute, etc) n'est pas si simple. Certes c'est très bien de faire des boutiques où les altermondialistes du quartier viennent tous les trois se tenir compagnie, et du reste j'en fréquente, mais vu le volume de production concerné, si on veut écouler les produits, il va bien falloir s'adresser à un grand nombre de clients d'une façon ou d'une autre - c'est une des premières revendications des producteurs concernés eux-mêmes. Les boutiques en ligne sont une piste, mais elles ne suffisent pas.
            • [^] # Re: shopping humanitaire

              Posté par  . Évalué à 3.

              Je vais essayer de répondre au nom de l'auteur sans dire trop de bétise :-)

              L'auteur ne confond pas commerce équitable et Max Havelaar, bien au contraire. Il explique tout au long de son livre l'amalgame qui est fait et qui n'est pas prêt de cesser. Le problème principal qui concours à cet amalgame est la labelisation commerce équitable par Max Havelaar. Ce faux label, car il faut bien l'appeler par son nom induit les consommateurs dans l'erreur car ils pensent en achetant le produit que le label leur garanti l'équité du produit. La loi française indique bien qu'il doit y avoir une séparation entre le rédacteur de la charte et le contrôleur. Or, je me répète mais c'est important, c'est Max Havelaar qui édicte les règles et qui fait les contrôles (qu'il fait payer cher aux producteurs). Donc il n'a aucun intérêt à ce que les contrôles soient négatifs. Il faut savoir que Max Havelaar est une association, mais qu'elle fait partie d'un trio, vous m'excuserez mais je ne me rappelle plus des 2 autres noms. Juste que les 2 autres ont été fondées pour répondre au problème du manque d'indépendance de la labelisation. Une des sociétés est censé contrôler les règles que Max Havelaar demandent aux producteurs, mais les liens de parentés sont très forts entre le trio (l'une des sociétés doit être mère des 2 autres...).

              Ensuite un des problèmes qui concourt à l'amalgame est la publicité faite par Max H. Il faut savoir que Max H. a reçu de nombreuses subventions du gouvernement (qui veut développer le commerce équitable sans regarder en profondeur où il met l'argent). Cet argent a été utilisé en grande partie pour la publicité. Ce n'est pas en soit très répréhensif, il faut faire connaître le système au consommateur. Mais seul Max H. a reçu ses subventions. Les autres associations n'ont rien reçu (comme Minga).
              Enfin la grande distribution qui vend du Max H. au rayon commerce équitable, et rien d'autre. Qu'en pense le consommateur ? que Max H. est un label sûr du commerce équitable ? qu'il est le commerce équitable ? que pour moi consommateur les produits labelisés me suffisent à me donner bonne conscience, les autres labels ne sont pas sûr ou alors issus de milieux écolos intégristes ? Je pense qu'il y a du vrai. Nous nous donnons au supermarché bonne conscience en achetant du commerce équitable (un paquet de café) tout en continuant à acheter du non-équitable.

              Un point également important que l'auteur indique est que Max Havelaar ne conçoit le commerce équitable qu'entre le Nord et le Sud, les pays développés et les pays du Sud. Le commerce équitable pour lui ne peut être entre pays du Nord. Payer aux agriculteurs leurs produits à leur juste prix n'est pas prévu. Et je suis désolé de vous l'apprendre mais c'est maintenant inscrit dans la loi (merci au lobbying Max H.) du 2 aout 2005 ( http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/VisuNav?cidNav=28237&am(...) ), article 60. Je vous mets tout l'article

              I. - Le commerce équitable s'inscrit dans la stratégie nationale de développement durable.

              II. - Au sein des activités du commerce, de l'artisanat et des services, le commerce équitable organise des échanges de biens et de services entre des pays développés et des producteurs désavantagés situés dans des pays en développement. Ce commerce vise à l'établissement de relations durables ayant pour effet d'assurer le progrès économique et social de ces producteurs.

              III. - Les personnes physiques ou morales qui veillent au respect des conditions définies ci-dessus sont reconnues par une commission dont la composition, les compétences et les critères de reconnaissance des personnes précitées sont définis par décret en Conseil d'Etat.


              Cette vision du commerce équitable n'est pas partagé par tous. Je vois que tu es plus impliqué que d'autre dans la démarche équitable car tu te renseignes sur la provenance, sur le caractère équitable du produit au lieu de faire confiance à un pseudo-label. Mais, je vais te décevoir, tu fais partie d'une minorité. La majorité pousse son caddie dans un supermarché, en rallant car son pouvoir d'achat diminue, que le chomage augmente, en achetant du boeuf bourré d'hormone, mais en se donnant bonne conscience en achetant du café équitable.

              Je passe au second point, sinon je vais être trop long. L'auteur distingue bien la différence entre les produits équitables. Mais comment le consommateur final pourrait le faire ? Il n'existe pas à l'heure actuelle de label commerce équitable fiable et légal. Des travaux ont été entrepris avec l'AFNOR et plusieurs associations luttant pour le commerce équitable pour la mise en place d'un cahier des charges pour le commerce équitable. Le problème est que personne ne voit le commerce équitable de la même façon, et Max H. a trouvé que ce qu'il allait en sortir serait trop contraignant pour lui. Au final, rien en est sorti. Les travaux n'ont servi à rien. Le commerce équitable est reconnu aux yeux de la loi selon les 3 articles précédemment cités. Gloups !

              Enfin le troisième point est lui aussi intéressant. Oui l'auteur a interrogé les autres acteurs du commerce équitable. Je trouve que l'auteur est bien renseigné, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir fait de recherches. Un point sur lequel il apporte notre attention est sur le fait que l'on parle de produit équitable et non de produit issue d'une filière équitable. Peut-on considérer un produit comme équitable car on a donné 0,5¤ de plus à la coopérative (et non au producteur je le rappelle) sans revoir les conditions de travail des autres acteurs qui interviennent tout au long du parcours du produit ? Certaines associations reconnaissent qu'un produit ne pourra jamais être équitable à cause du problème du transport maritime. Une idée est alors de donner la proportion équitable du produit, du genre ce produit est équitable à 80%, celui-là à 5%... Cela pourrait aider le consommateur à choisir le produit le plus équitable et ainsi aider le plus grand nombre de travailleurs.

              Avant de finir, je voudrais revenir sur un point important du discours de Max H. : les colporteurs, ces travailleurs qui récoltent le café dans les exploitations pour les emmener dans les coopératives. Max H. les considère comme des vautours car ils coûtent cher (0.5¤ environ). Il a donc décidé de faire sans eux, d'aller directement au producteur, d'être le maillon entre le producteur et le torréfacteur, pour ainsi économiser et redistribuer cet argent au producteur (??). Max H. pour son travail éreintant (?!) se fait payer 0.5¤ environ (tiens, le prix du colporteur !) et le producteur ne voit pas sa paye augmenter ! Il faut également savoir que le rôle du colporteur était très important car il était le lien social entre le producteur et la ville. Son rôle n'était pas principalement de récolter le café, il ramenait aux villageois nourriture, médicaments... Max H. en a décidé autrement et l'a mis au chômage forcé, est-ce équitable comme démarche, mettre un maillon important socialement au placard pour économiser 0.5¤ et ne rien dire aux supermarchés qui eux ont des marges beaucoup plus importantes ? bof....

              Enfin, concernant l'équitable en grande distribution, le sujet est compliqué et épineux. Certes oui il faut pouvoir développer le commerce équitable en augmentant les volumes de vente. Mais n'est-ce pas se trahir en vendant de l'équitable dans un endroit tout sauf équitable ? le grand distributeur fait-il un effort en baissant sa marge ? non, pas du tout, il a même des marges plus importantes sur les produits équitables que non-équitable! Le sujet est compliqué car le paradoxe est dur à contourner. Il faudrait trouver d'autres solutions qui n'existent pas pour le moment.

              Conclusion : non l'auteur n'est pas partisan de Max H. bien au contraire, il en montre toutes les abbérations. Je vous conseilles de vous tourner vers Minga par exemple qui il me semble défend des valeurs plus équitables (http://www.minga.net/rubrique.php3?id_rubrique=14 )
  • # Freecycle

    Posté par  . Évalué à 5.

    Je viens d'apprendre l'existence d'un réseau de dons appelé Freecycle ( Pour la France: http://fr.freecycle.org/ )
    Présentation extraite du site:
    Il s'agit d'un mouvement basique de personnes qui offrent (et récupèrent) des objets gratuitement dans la ville où ils habitent (et alentour).

    Les groupes Freecycle mettent en relation des personnes qui souhaitent se débarrasser d'objets qui les encombrent avec des personnes qui en ont besoin. Notre but est de libérer les espaces naturels d'objets abandonnés bien qu'encore utiles.

    Tout élément posté doit être gratuit, légal et convenant à tous les âges. Lorsque vous souhaitez OFFRIR quelque chose - qu'il s'agisse d'une chaise, d'un télécopieur, d'un piano ou d'une ancienne porte, il vous suffit simplement d'envoyer un message à votre groupe.
    • [^] # Re: Freecycle

      Posté par  . Évalué à 3.

      Je confirme, Freecycle c'est génial.

      Je suis la liste depuis quelques mois et ce que j'en dirais c'est :

      - Y'a pleins de trucs. Poour les geeks qui veulent des écrans par exemple, il semblent que les 17 pouces pas plats se donnent comme des petits pains. Il y a aussi des ordis en pièces détachés. Et il y a aussi tout un tas d'autres trucs : mobilier, vetements, quincailleries, livres, cds, dvds... Pour quelqu'un qui a besoin de remplir son appart à gratuit, il y a de quoi.

      - Quand on veut donner quelque chose, ca part généralement assez vite. Et ca fait un heureux (alors que l'on s'en veut souvent de jeter un truc qui fonctionne encore juste parce qu'on vient d'acheter un modèle supérieur)

      - Bon y'a du débit, pas mal de messages par jour, ca peut sembler du SPAM mais les titres sont très expressifs et je fais confiance aux gens d'ici pour savoir gérer un flux d'une 20aine de messages/jour.

      - On peut aussi faire des demandes mais j'ai pas testé et j'ai l'impression que c'est plus dur de trouver son bonheur.

      - c'est limité au grandes villes mais en tant que parisiens j'ai trouvé ca très pratique.

      Pour finir : "Freecycle c'est bon mangez-en"...
    • [^] # Re: Freecycle

      Posté par  . Évalué à 2.

      Ou organiser des brocantes, ça revient en gros au même non ?
      Les gens se débarrassent de ce qui les encombrent.
      Certes, pas gratuitement, mais généralement pour une misère, et quand quelqu'un cherche vraiment à refourguer un truc qui l'encombre, il va le faire pour une bouchée de pain.
      T'imagines pas tout ce qu'on peut acheter pour 5¤ dans une brocante !

      Yth.
      • [^] # Re: Freecycle

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        mouais dans une brocante, tu trouveras plein de DVD à 20 euros, alors qu'un neuf sur des sites de commande coûte la moitié :/ parfois il y a de fausses bonnes affaires tellement les gens sont attachés tout de même à ce qu'ils vendent...
      • [^] # Re: Freecycle

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Sinon, dans le style brocante, j'avait vu à la télé y'a quelque temps, un mix entre une brocante (tout le monde viens avec ses objets) et freecycle (tout est gratuit). C'était sur Paris, mais j'ai pas plus d'info...
        En tout cas, pour freecycle, y'a effectivement du mouvement.
    • [^] # Récupe

      Posté par  . Évalué à 1.

      Dans la même idée, il y a le site http://www.recupe.net/
      Je n'ai jamais testé vraiment (j'avais juste regardé ce qu'il y avait comme annonces) mais ça m'avait semblé pas mal.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.