Google Summer Of Code 2012

Posté par . Édité par Nÿco, Bruno Michel, baud123 et patrick_g. Modéré par Florent Zara. Licence CC by-sa
Tags :
25
1
mai
2012
Communauté

L'édition 2012 du Google Summer of Code est lancée et la liste des projets acceptés vient d'être publiée par Google. Cette année ce sont 1212 étudiants et 180 organisations qui participent.

Plus de détails dans la suite de la dépêche.

Sommaire

Le GSoC

Depuis 2005, Google propose chaque été un vaste programme de soutien à certains logiciels libres. Il se concrétise par le financement de plusieurs centaines d'étudiants qui travaillent sur un projet précis. 5500 $ sont donnés par participant, dont 500 vont à la structure à l'origine du projet.

Le déroulement est le suivant :

  • Les structures derrière les projets libres - sous une licence approuvée par l'OSI - intéressées ont quelques semaines pour se manifester à Google via le site officiel. Une ou plusieurs personnes sont auparavant choisies pour représenter le projet. Cette année, après l'annonce du GSoC 2012 le 4 février, les organisations ont pu envoyer leurs candidatures entre le 27 février et le 9 mars.
  • Google accepte ou non les candidatures (ici le 16 mars). Si le projet fait partie des élus, les étudiants - 18 ans minimum - ont une semaine pour se coordonner avec les projets puis dix jours, cette fois jusqu'au 6 avril, pour envoyer leurs propositions de travaux, piochées dans les listes d'idées fournies par les structures.
  • Celles-ci doivent alors classer et les différentes propositions et associer à chacune un tuteur. Elles ont eu jusqu'au 20 avril.
  • Google définit le nombre de places par projet.
  • Les organisations choisissent leurs étudiants. La liste définitive a été publiée le 23 avril.
  • Les étudiants sont notifiés et commencent à travailler (à partir du 25 mai cette année). 500 $ leur sont payés pour commencer.
  • Un point de mi-parcours - le 9 juillet - est organisé avec les étudiants et leurs tuteurs pour juger de l'avancement de la proposition. Si l'évaluation est positive, 2250 $ sont versés à l'étudiant.
  • Un autre point est réalisé à la fin du programme, le 24 août. Là aussi, en cas de succès, les derniers 2250 $ sont versés. Les étudiants doivent alors envoyer leur travail sur un espace Google Code à la toute fin du mois d'août.
  • Enfin, au mois d'octobre, une réunion des tuteurs a lieu chez Google.

Les objectifs du programme, tels qu'annoncés par Google, sont la création et le développement de projets libres "pour le bénéfice de tous", en incitant des étudiants à s'impliquer.

GSoC 2012

Cette année, 1212 étudiants font partie du programme, répartis entre 180 entités. Parmi les mieux dotées, avec une bonne dizaine d'étudiants chacune, nous trouvons :

Les jeux ne sont pas des citoyens de seconde zone étant donné que plusieurs jeux libres ont reçu du renfort : Battle for Wesnoth, HedgeWars, Ryzom par le biais de WorldForge et Unknown Horizons.

Critiques

Quelques reproches peuvent être formulés à l'encontre du programme, parmi lesquels :

  • Les places sont logiquement limitées et Google choisit en interne, pas forcément de manière transparente, qui aura droit ou non à son soutien.
  • Le timing peut paraître serré : quelques semaines pour formuler ses idées, pour se coordonner avec des étudiants et classer leurs propositions.
  • Du fait de la loi américaine, les étudiants résidant en Iran, Syrie, Cuba, Soudan, Corée du Nord ou Birmanie, ou relevant d'une de ces nationalités, ne sont pas éligibles. Il en va de même pour les organisations présentant des projets.

Notez aussi que le GSoC a inspiré plusieurs programmes similaires dans le monde du libre, parmi lesquels le Ruby Summer Of Code ou encore Season of KDE.

  • # Port Any Open Source C/C++ Project To The Web

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    tiens celui là pour Mozilla est intéressant notamment :
    > I'm applying the project Port Any Open Source C/C++ Project To The Web. By using the C/C++-to-Javascript compiler Emscripten, I'll port the game SuperTux to the web. SuperTux is a classic 2D jump and run sidescroller game in a style similar to the original Super Mario game. It's written in C++ and released under GNU Public Licence. I'll use Emscripten to build the game and fix any problems along the way (for example to implement missing library functions in Emscripten), and optimize the generated Javascript code to make sure the game running smoothly in browsers. I hope through this project to make Emscripten and the web more fascinating.

  • # Et GNU/Hurd !

    Posté par . Évalué à 5.

    Dans les OS, il y a aussi GNU/Hurd. Avec 1 étudiant.

  • # Il y a des absents

    Posté par . Évalué à 4.

    Parmi les grands projets du libres qui n'ont pas été acceptés cette année il y a X.org il me semble. Quelqu'un connaît les raisons ?

    • [^] # Re: Il y a des absents

      Posté par . Évalué à -2.

      car xorg a déja était dans les googles summers of code précèdent tout comme coreboot, pour cette raison ils n'ont pas été accepté

      • [^] # Re: Il y a des absents

        Posté par . Évalué à 6.

        J'en doute très fortement. La plupart des gros projets sont là depuis le début, y compris cette année.

        • [^] # Re: Il y a des absents

          Posté par . Évalué à 10.

          D'après la page de wiki, x.org se plaignait que les délais des GSoC étaient trop courts, et les financements insuffisants pour le nombre de leurs projets (si j'ai compris la phrase en anglais). Ils ont donc créé, en 2008, leur propre projet, Endless Vacation of Code, auquel il est possible de postuler et contribuer en dehors du calendrier rigide de google. Du coup, il est compréhensible que google n'ait pas envie de donner son argent pour une organisation qui en a déjà assez pour financer ses propres étudiants.

          Pour information, liste des projets x.org pour 2012.

  • # beaucoup d'étudiants…

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le timing n'est pas spécialement court vu que rien n'empêche de commencer à travailler maintenant pour le SoC 2013.

    Cette année, j'ai été frappé par la quantité d'étudiants complètement incompétents (parmi lesquels on compte beaucoup d'indiens). Ces étudiants se ruent à corps perdu dans des dossiers et ne comprennent même pas de quoi ils parlent.

    La palme revient cette année à un étudiant qui a proposé un projet pour Getting Things GNOME avec des détails en plusieurs pages et des tas d'explications où je ne comprenais rien. Il a finit par faire des mockups qui étaient en fait des screenshots du calendrier Evolution dans un environnement KDE et quand je lui ai posé des questions, il m'a demandé ce que j'entendais par le mot "Task" (ce qui est la base de GTG, qui est un gestionnaire de tâches).

    Bref, la popularité du SoC devient parfois un peu lourde. J'ai même poussé le vice à écrire un post pour les futurs étudiants:
    http://ploum.net/post/be-selected-student-for-soc

    Et j'avais également écrit un post pour les mentors:
    http://ploum.net/post/221-how-to-be-a-lazy-but-successful-googlesoc-mentor

    • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

      Posté par . Évalué à 4.

      Moi qui pensais ne pas avoir le niveau, si c'est ça je tenterais bien ma chance l'année prochaine :)

    • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Tiens c'est marrant, ça me fait penser à un projet dans lequel un étudiant devait faire un travail avec le langage Python, et après 80% du temps imparti, il a demandé où se trouvaient les sources de Python…

      Je me demande comment certains étudiants sont sélectionnés pour des stages dans lesquels il faut faire un truc. C'est pas compliqué de faire des tests basiques, si l'étudiant n'y arrive pas, n'a pas la moindre idée, pas la peine de continuer.
      On lui demande pas de savoir tout faire de suite, mais d'avoir des connaissances et une approche correcte.

      Speed dating is useless. 30s isn't long enough to explain the benefits of functional programming in Haskell

      • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

        Posté par . Évalué à 2.

        Et au bout de 80% du temps, tu (son tuteur) n'avais jamais fait le point avec lui pour savoir où il en était ?!
        2/3 points hebdo, même courts, ça ne fait pas de mal.

        • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

          Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 04/05/12 à 13:28.

          Je ne suis pas son tuteur, cette histoire m'a été rapportée par une source très fiable.

          Speed dating is useless. 30s isn't long enough to explain the benefits of functional programming in Haskell

    • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

      Posté par . Évalué à 5.

      Je partage tout à fait ces observations.

      Nous avons reçu 50 candidatures pour 7 slots. Finalement nous n'avons retenu que 5 personnes, tant le niveau de la plupart des candidatures était bas. Plusieurs étaient plagiées, d'autres absolument hors sujet…

      J'ai un peu de mal à expliquer ce phénomène en fait.

      • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

        Posté par . Évalué à 5.

        J'ai un peu de mal à expliquer ce phénomène en fait.

        L'appât du gain ? Se faire remarquer pour trouver du boulot ?

        • [^] # Re: beaucoup d'étudiants…

          Posté par . Évalué à 2.

          5500$ pour coder tout l'été c'est plutôt pas mal quand on est étudiant en France.

          Imagine un peu ce que ça peut représenter en Inde!

  • # Le GSoC est-il compatible avec la loi française ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Après les derniers remaniements de la loi encadrant les stages en entreprise il semble qu'il faut une paie qui tombe tous les mois ce que ne peut pas faire Google dans son programme. De plus, il faut que les établissements d'où viennent les étudiants soient 'remarquables'. La France n'est pas noté dans la liste.
    Je sais que je fais mon mauvais bougre mais après avoir poussé plusieurs étudiants à faire un GSOC je suis plutôt perplexe cette année.

    • [^] # Re: Le GSoC est-il compatible avec la loi française ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Le GSoC n'est pas un stage en entreprise ni un contrat d'emploi.

      En gros, l'étudiant s'implique dans un projet open-source (ce qu'il peut faire bénévolement). Seulement, Google s'engage à offrir une récompense aux étudiants qui se sont bien engagés, fait qui est jugé par un mentor non-rémunéré.

      Contrairement à un travail, un étudiant peut donc décider d'arrêter tout quand ça lui chante (il est de toutes façons payé un peu au début et la moitié à la moitié du SoC, le reste à la fin).

      De même, un étudiant peut travailler et ne pas être payé complètement si le mentor n'est pas d'accord sur la qualité de son travail (cas que j'ai rencontré une fois, très difficile à résoudre).

    • [^] # Re: Le GSoC est-il compatible avec la loi française ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je suis un des 23 étudiants bossant sur un projet GNU cette année et je viens d'une fac tout à fait classique (Lyon 1).

  • # Retour sur les années précédentes ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Quelqu'un aurait-il une liste des avancées que le GSoC a permis ? Je trouverais intéressant de savoir que telle fonctionnalité de tel logiciel a été faite grâce au travail d'Untel… Merci

  • # Critiques...

    Posté par . Évalué à 3.

    Du fait de la loi américaine, les étudiants résidant en Iran, Syrie, Cuba, Soudan, Corée du Nord ou Birmanie, ou relevant d'une de ces nationalités, ne sont pas éligibles.

    On peut critiquer la loi américaine, mais ça me semble difficile de critiquer le projet parce qu'il respecte la loi. Les étudiants de Corée du Nord auraient de toute façon eu du mal à se connecter aux offres…

    • [^] # Re: Critiques...

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Les étudiants de Corée du Nord auraient de toute façon eu du mal à se connecter aux offres…

      Ils peuvent avoir la nationalité sans résider dans le pays (bon, ça ne doit pas faire beaucoup de monde quand même).

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.