Parution de Fedora 23

42
4
nov.
2015
Fedora

Ce mardi 3 novembre 2015, le projet Fedora a annoncé la sortie de la distribution GNU/Linux Fedora 23. La version 22 était sortie le 26 mai 2015.

Fedora

On note les mises à jour des environnements bureautiques habituels vers GNOME 3.18, Sugar 0.102, LibreOffice 5 et Ibus 1.5.11 (ce qui améliore KDE 5) ; la compatibilité avec la norme Unicode 8 ; enfin, l’entrée de Cinnamon. Les administrateurs système retiendront que dnf remplace fedup pour mettre à jour Fedora, la possibilité de remplacer les micrologiciels UEFI, les améliorations de rolekit pour l’administration courante, et l’uniformisation des règles de mot de passe. La gestion de conteneurs Docker via le projet Atomic s’améliore si vite que le rythme des mises à jour passe à deux semaines. Les détails sont en deuxième partie.

Sommaire

Fedora est une distribution GNU/Linux communautaire développée par le projet éponyme et sponsorisée par l’entreprise Red Hat, qui lui fournit des développeurs ainsi que des moyens financiers et logistiques. Fedora est prompte à inclure des nouveautés et peut être considérée comme une vitrine technologique pour le monde du logiciel libre, auquel elle contribue largement via les projets amont tels que le noyau Linux, GNOME, NetworkManager, PackageKit, PulseAudio, X.Org, la célèbre suite de compilateurs GCC et bien d’autres. Tous les six mois une nouvelle version sort ; elle est maintenue treize mois.

Pour rappel, bien que Fedora soit normalement utilisable au quotidien, une de ses missions est de motiver ses utilisateurs à contribuer aux différents logiciels libres, d’une manière ou d’une autre. L’intégration de versions récentes des logiciels est notamment justifiée, du point de vue de la distribution, par le fait de motiver les retours des utilisateurs, en particulier pour les bogues, qui ne manquent évidemment pas.

Fedora Workstation

Environnement bureautique

Qui dit nouvelle version de Fedora, dit nouvelle version de GNOME. La version 3.18 continue le peaufinage de l’ensemble de l’interface et des applications avec notamment :

  • l’amélioration de la gestion de Wayland, le successeur désigné de X11, ainsi que de la gestion du multi‐écran avec des hautes densités de pixels différents ;
  • la prise en charge des détecteurs de luminosité, avec un pilote Linux fonctionnel évidemment, pour régler automatiquement la luminosité de l’écran ;
  • GNOME Logiciel gère mieux le débit Internet disponible et peut réaliser des mises à niveau complètes du système ;
  • la gestion de l’API Google a été rafraîchie, apportant par exemple la transparence du stockage dans Google Drive.

GNOME Shell

Dans la même veine, LibreOffice 5 est de la partie. Comme GNOME, la gestion des écrans à haute densité de pixels a été améliorée, un aperçu des styles est disponible dans la barre idoine, l’importation améliorée des formats issus des éditeurs Microsoft et Apple. Un gros travail est en cours pour que la bibliothèque graphique interne de LibreOffice, qui repose sur GTK+ 2, passe sous GTK+ 3 afin d’apporter la gestion native de Wayland et de renforcer l’intégration au sein de GNOME.

Le composant IBus évolue en version 1.5.11. Au menu l’intégration avec KDE Plasma 5 a été améliorée en affichant dans la zone de statut le nom abrégé de la disposition clavier en entrée (FR pour l’AZERTY français par exemple) au lieu d’une icône fixe qui n’informait pas sur la disposition actuellement utilisée. De plus, la gestion du fichier .XCompose pour déterminer le rôle des touches mortes a été ajoutée.

Au niveau d’IBus, on peut noter la mise en place de ibus-libzhuyin pour gérer la saisie en chinois traditionnel (à Taïwan) par défaut. Cela devrait améliorer l’expérience utilisateur et la vitesse de saisie pour les utilisateurs concernés.

Fedora est maintenant compatible avec la norme Unicode 8.0. Nouvellement sortie en juin dernier, elle ajoute de nombreux caractères ou symboles exotiques qui sont dorénavant disponibles pour les utilisateurs et les développeurs. Cela renforce le projet Fedora dans sa volonté d’une internationalisation forte.

Les amateurs de l’environnement de bureau Cinnamon seront en liesse avec la mise à disposition du spin Cinnamon ! Le successeur modernisé de GNOME 2 pourra donc être installé par défaut, via le LiveCD dédié à son usage. Ce qui évitera de passer par un autre environnement ou une installation minimale pour se le procurer.

Enfin, l’environnement de bureau Sugar passe à la version 0.106. Celui qui équipait par défaut les ordinateurs OLPC continue donc sa progression. Cette version apporte par exemple l’aide sociale où les activités et demandes d’aide autour de cet environnement peuvent être lues et envoyées depuis l’interface. Les discussions sont hébergées sur un forum dont il est possible d’en changer le serveur hébergeant utilisé (pour un forum interne à un établissement par exemple). La gestion du rétroéclairage de l’écran et la capture d’écran sont aussi disponibles.

Fedora Server

Administration système

Par défaut, les algorithmes de chiffrement SSL3 et RC4 ont été partiellement retirés. Ces algorithmes ont été très employés par le passé notamment pour améliorer la sécurité du Web. Hélas, ces algorithmes sont trop anciens pour résister aux attaques modernes avec la puissance de calcul disponible aujourd’hui. Alors que les programmes employant ces algorithmes comme les navigateurs Web ont fixé une date de retrait de ces éléments, Fedora a décidé de les retirer des bibliothèques GnuTLS et OpenSSL. Donc, tous les logiciels qui les utilisaient n’auront plus accès à ces algorithmes obsolètes. En revanche, les programmes reposant sur la bibliothèque NSS (comme ceux de Mozilla) ne sont pas encore concernés par cette mesure.

fedup a été abandonné au profit de dnf pour mettre à niveau Fedora. Jusqu’à présent, pour mettre à niveau sa version de Fedora sans réinstaller, preupgrade puis fedup ont été utilisés. Mais, ces solutions souffraient de nombreux problèmes de fiabilité et d’intégration avec le gestionnaire de paquets employé. C’est pourquoi un greffon de dnf est maintenant mis à disposition. Fedora peut dès à présent être mis à niveau à la version 23 en appliquant ces commandes :

# dnf install dnf-plugin-system-upgrade
# dnf system-upgrade download --releasever=23
# dnf system-upgrade reboot

Concernant les mises à jour, les micrologiciels UEFI sont maintenant concernés. Le BIOS et son successeur UEFI sont des composants essentiels pour le démarrage et les entrées‐sorties élémentaires de nos machines. De part leurs positions, ils sont difficiles à mettre à jour et le moindre bogue peut être particulièrement bloquant. C’est pourquoi une première brique a été posée pour rendre cela possible dans Fedora pour les machines compatibles (à savoir celles avec un UEFI disposant de Capsule Update mechanism et de UEFI 2.5's ESR). Si une mise à jour est disponible, GNOME Logiciels vous en avertira comme pour la mise à jour d’un paquet traditionnel.

Gnome Logiciels en fonctionnement

La migration des polices de sécurité de SELinux est maintenant disponible. Les chemins concernant leurs enregistrements changent de /etc/selinux/ vers /var/lib/selinux/, afin d’en simplifier la maintenance par les administrateurs système. Cependant, il est enfin possible de saisir un autre emplacement pour les sauvegarder via le fichier semanage.conf, qui se dote du champ store-root à cet effet. Cette modification a été faite en parallèle d’une amélioration de la structure de données employée. Cela permet d’utiliser le cache pour améliorer les performances, mais aussi gérer la priorité des modules et de rendre les modules en cache plus lisibles par l’emploi du langage CIL au lieu du format compilé.

Encore une progression dans la sécurité : Fedora 23 uniformise et factorise les règles de mots de passe. Jusqu’aujourd’hui, un mot de passe était souvent demandé par plusieurs logiciels et chaque logiciel avait ses propres conditions d’acceptation, comme un minimum de huit caractères dont deux spéciaux pour l’un et d’au moins dix caractères et un mélange de minuscules-majuscules pour un autre. Cela complexifiait la gestion des mots de passe pour l’utilisateur et si on souhaitait modifier les règles il fallait le faire logiciel par logiciel. Maintenant, la bibliothèques libpwquality centralise tout cela pour le compte d’anaconda, passwd, initial-setup et gnome-control-center. L’administrateur du système peut ainsi renforcer ces règles à l’aide des fichiers situés dans /etc/security/pwquality.conf.d/ qui s’appliqueront à tous les programmes cités précédemment.

Fedora continue d’étendre rolekit qui sert à simplifier la gestion de certains cas simples d’administration très courants. Cette fois-ci les rôles gérés peuvent être lancés via un conteneur pour en améliorer la sécurité en les isolant du système. Cela repose sur la spécification Nulecule et a été notamment envisagé dans le cadre du projet Fedora Atomic (pour un usage orienté Cloud donc). Cela rendra également ces applications plus flexibles. En effet, si l’administrateur le souhaite, une mise à jour du système ne devrait pas avoir d’impact sur ces applications par exemple.
Par ailleurs, un nouveau rôle a été ajouté à sa panoplie : un cache pour le serveur Web d’applications à l’aide de l’outil memcached.

Fedora Cloud

Cloud et virtualisation

Le projet Atomic, implémenté côté Fedora sous la forme Fedora Atomic Host, va changer de rythme de publication. Les évolutions de ce côté sont trop rapides pour que le cycle de six mois soit vraiment pertinent. Il a été décidé que cette branche serait mise à jour toutes les deux semaines. L’intérêt de cette montée en charge est multiple :

  • Fedora se positionne ainsi comme une version de référence du projet Atomic ;
  • cela accélérera le développement et les tests du projet ;
  • les utilisateurs pourront bénéficier plus rapidement des améliorations et y effectuer leurs retours.

Une grosse modification sur le site Web du projet mais aussi l’infrastructure de création des image, ont du être nécessaires. Ce nouveau cycle entrera en vigueur prochainement.

Projet Fedora

Tous les paquets de Fedora ont été renforcés en termes de sécurité. À la compilation de ceux‐ci, des options ont été ajoutées pour éliminer ou diminuer le risque de certaines attaques sur tous les paquets proposés par la distribution. L’option principalement proposée ici est nommée PIC pour position-independent code. C’est-à-dire que d’exécution à une autre, les adresses mémoire du programme changent pour ses données ou fonctions. L’objectif est d’empêcher des personnes mal intentionnées de réaliser des attaques en se basant sur le caractère fixe de ces éléments (pour les modifier ou les rediriger vers d’autres endroits par exemple).

Dans le cadre des systèmes hautement distribués, les processus tournant sur les systèmes peuvent communiquer entre eux via des messages. Ce concept très utilisé en milieu universitaire a abouti au concept de MPI (Message Passing Interface) d’où découlent plusieurs normes. Des bibliothèques et programmes peuvent être fournis par Fedora en étant compatibles avec plusieurs d’entre eux comme MPICH ou OpenMpi. Avant DNF, YUM était capable de choisir quel paquet fournissait, par exemple libfoo.so, même s’il existe en plusieurs exemplaires (un paquet par norme cité plus haut — YUM se contentait de prendre le paquet au nom le plus court disponible). DNF n’en étant pas capable, il fallait trouver un moyen de reproduire ce genre de comportement sans modifier les fichiers aidant à générer les paquets RPM, ce qui serait un lourd travail et le résultat en serait peu flexible. Le travail est dorénavant effectué via le paquet rpm-mpi-hooks, au niveau en dessous de DNF donc, qui peut gérer les dépendances avec et sans MPICH ou Open MPI, afin de sélectionner le bon paquet automatiquement.

Développement

Logo de Python

Python 3 devient l’implémentation de Python par défaut. Sortie en 2008, cette version de Python peine toujours à s’imposer à cause de l’héritage important de Python 2 en termes de bibliothèques et d’applications. Comme la compatibilité est rompue entre ces deux versions majeures, la migration doit être effectuée correctement. Pour Fedora 23, une étape importante vient d’être franchie en ce sens dont voici les implications :

  • Python 3 est installé par défaut et est la seule version disponible dans les fichiers permettant l’installation de Fedora (à savoir les CD autonomes notamment, mais aussi les images Atomic ou DVD) ;
  • Python 2 reste disponible dans les dépôts ;
  • pour les paquets fonctionnels avec les deux versions, Python 3 est utilisé comme version de référence ;
  • /usr/bin/python pour les utilisateurs et développeurs restera Python 2, afin de respecter les recommandations du projet Python.

Tout ceci permettra d’accélérer le déploiement de Python 3, et de tester à grande échelle l’usage de Python 3 au sein des programmes proposés. À terme les programmes internes de Fedora abandonneront la compatibilité avec Python 2, notamment pour exploiter les nouvelles possibilités. Python 2.7 restera présent probablement jusqu’à la fin de maintenance par la communauté Python (à savoir en 2020).

Toujours concernant Python, Fedora 23 intègre la boîte à outils Frappe destinée à Python et JavaScript pour un usage orienté Web. Près de 90 extensions sont fournies, avec pour objectif de simplifier le développement.

L’implémentation libre de la plate‐forme de développement .NET, nommée Mono, saute à la version 4. En effet, Fedora se débarrasse ainsi de la vieillissante branche 2.10 supportée jusqu’alors. Cela permettra aux développeurs de pouvoir compiler du C# en versions 5 et 6, de bénéficier d’un débogueur plus léger, des optimisations dans le calcul des nombres flottants, une gestion préliminaire du PowerPC64 petit‐boutiste, ainsi que d’autres correctifs.

Pour les amateurs du dromadaire Perl, qui n’a pas nécessité une longue traversée du désert, cette évolution sera plus douce avec la version 5.22. L’équipe des empaqueteurs de Perl tient à rester proche de la dernière version disponible. C’est pourquoi les développeurs Perl seront ravis de profiter de l’Unicode 7.0, mais aussi des nouveaux opérateurs binaires applicables sur des chaînes de caractères (à savoir : &, |, ^, ! et &., |., ^., !.). Les premiers s’appliquent à leurs nombres en tant que tel, quand le second jeu gère cela comme des chaînes de caractères. Notons également l’apparition de l’opérateur double diamant <<>> pour ouvrir les fichiers avec les noms tels que fournis (« |foo » n’est donc pas considéré comme un tube, mais bien comme un nom de fichier dans ce contexte).

La bibliothèque C++ très généraliste et populaire Boost est aussi de la fête. Le passage à la version 1.59 apporte notamment deux sous‐bibliothèques Convert et Coroutine2. Le premier est dédié à la conversion des types ; quant au second, il facilite l’usage des co‐routines en exploitant les possibilités offertes par le C++14. Bien sûr, cette version apporte d’autres correctifs et fonctionnalités plus mineures.

L’à‐venir

Dans la mouvance autour de Python 3, Python 3.5 sera mis à l’honneur. On peut également s’attendre, enfin, à une mise à niveau du programme TexLive vers la version 2015 au lieu de 2011.

Plus impactant, Fedora Server n’aura plus d’image CD en 32 bits x86, les dépôts contiendront encore les paquets sous cette forme pour ceux ayant une image existante et qui souhaiteraient procéder à la mise à niveau. L’objectif étant de diminuer la charge d’assurance qualité autour d’un produit qui visiblement manque d’utilisateurs pour justifier cet effort.

Il est également prévu de mettre un terme aux scripts de démarrage SysV en faveur d’unités systemd pour les paquets officiels exploitant encore cette possibilité. Dans Fedora, cela ne concerne plus que des paquets assez secondaires et ne remet pas en cause la compatibilité pour des programmes externes ou personnels.

  • # le Cryptage EXT4 du kernel 4.1

    Posté par . Évalué à 2.

    vu que c'est censé étre une vitrine technologique , ont il activé par défaut la nouvelle option "EXT4 Encryption" du kernel 4.1 a la place de Dm-crypt ?

  • # Wayland

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 04/11/15 à 08:59.

    Mini retour sur l'usage de Wayland.

    J'ai Fedora 23 depuis 2 semaines environ et j'utilise Wayland. C'est facile d'utiliser Wayland, il y a une option au login (Gnome sous Wayland).
    Globalement il n'y a pas de différence entre être sous X11 ou Wayland (actuellement).

    Un très bon point, je n'ai eu aucun plantage de Wayland (logout inopiné par exemple). Je n'ai pas non plus d'appli qui plante sous Wayland à cause de Wayland. Donc pour la fiabilité c'est un sans faute (pour le petit usage que j'ai fait !).

    En performance, j'ai pas l'impression que c'est un plus par rapport à X11 (aujourd'hui, on image qu'il doit rester plein d'optimisation à faire pour Wayland). Dans certains cas c'est plus rapide, pour d'autres plus lent. C'est assez notable avec Firefox. Quand il n'y a que du texte, les scrollings ou zoomes/dézoomes sont nettement plus rapides. Par contre pour les pages avec des images, ça me parait plus lent, je trouve que c'est bien notable avec Google Map. Néanmoins il y a une impression d'un serveur plus réactif.

    Jusque là, sur un desktop Gnome, je ne peux pas départager X11 de Wayland. C'est dans les fonctionnalités que la différence se fera et elle est clairement à l'avantage de X11. Notamment, il n'y a pas de copié/collé à la sourie, des raccourcis claviers ne marchent pas (par exemple on ne peut pas déplacer les fenêtres au clavier). Un autre utilisateur ne peut pas utiliser le serveur X11 (après un "su -l bidule" dans une xterm). Il y a peut-être un moyen, mais je ne l'ai pas trouvé. alt-tab ne marche pas toujours comme prévu. Il y a plein de petites régressions par rapport à X11.

    D'un point de vu utilisateur, AUJOURD'HUI, Wayland < X11. Néanmoins c'est avec grand plaisir que je vois Wayland se concrétiser, c'est un boulot de plusieurs années qui force mon respect. On n'a pas tout sous Wayland, mais la fiabilité est vraiment rassurante.

    Wayland par défaut n'est pas loin mais il n'est pas pour aujourd'hui. Pourtant, je suis sous Wayland et je vais y rester.

    NB: Il y a peut-être des défauts qui ne sont pas de Wayland mais de Gnome-shell. Par exemple je n'arrive pas à changer la fréquence de l'écran, il y a aussi ce problème sous X11.

    • [^] # Re: Wayland

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je ne pense pas que Firefox (malgré la version GTK3) utilise Wayland, cela expliquant surement le côté plus lent…

      https://bugzilla.mozilla.org/show_bug.cgi?id=635134

    • [^] # Re: Wayland

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu pourrais essayer plasma 5 dessus, il est censé fonctionner sur Wayland. Peut être que kwin comble certains manques par rapport à X11. Aussi la dernière version de Chromium supporte Wayland.

      • [^] # Re: Wayland

        Posté par . Évalué à 7.

        D'apres ce que l'on peut lire sur le blog de Grasslin c'est encore a WIP (travail en cours) et avec deux jours d'avance on va lancer le troll habituel sur Fedora en tant que gnomocentrique distribution et que un des (le?) dev principal du spin KDE vient de donner sa demission:

        the way the Fedora Project has been treating KDE since Fedora 21 (when
        "Fedora.Next" was introduced) makes me feel like a second-class citizen
        in the Fedora community. After years of fighting for equal treatment of KDE
        in Fedora, Fedora.Next with its "Fedora is now more focused" (on GNOME)
        message was a major setback and a huge disappointment. (Another symptom of
        this evolution is how the PackageKit backend was rewritten with only the
        exact feature set GNOME Software happens to need, leaving Apper utterly
        broken.)

        Il n'y a pas que ca dans son message et il allume aussi KDE (a just titre).

        Entre ldes devs KDE de fedora et ceux de kubuntu qui se font la mal ce sont les deux distributions les plus populaire qui sont en train de se concentrer sur Gnome et Gnome/Unity. Je pense que le projet KDE va avoir bien du mal a exister bientot…

        • [^] # Re: Wayland

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          KDE prend vraiment cher dans le thread… J'ai testé vite fait Kubuntu 15.10 et j'avoue que j'ai été totalement déçu. C'était KDE4 sans oxygen et c'était beaucoup trop lent!

          Toutes les promesses de KDE4 ne sont toujours pas là. Et j'ai quitté KDE (user et dev) devant le manque de vision pour KDE5, je ne voyais vraiment pas quelle direction voulait prendre le projet…

          Et quand je lis ça: "but is clearly upstream fault , release KDE5 as stable when it wasn't." :/

          • [^] # Re: Wayland

            Posté par . Évalué à 6.

            Et il a raison, de plus les devs KDE se sont gnomise en disant aux utilisateurs: "C'est comme ca que ca fonctionne et vous me faites pas chier moi je ne fais pas ca donc vus non plus".

            Si on ajoute a cela le fait que Qt commence a avoir des problemes de qualites, des choses que l'on aurait jamais vu du temps de trolltech et bien ca fait un peu peur pour l'avenir.

            Par contre Gnome… non merci toujours pas pour moi. J'ai beau tente je n'arrive pas a accrocher et chaque fois que j'ai une application gnome3 qui s'ouvre cela m'enerve tellement c'est alien a tout autre bureau et tellement cela refuse de s'adapter un chouilla.

            • [^] # Re: Wayland

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Tandis que moi je n'arrive plus à utiliser autre chose que gnome Shell, je suis devenu addict…

              Les applis GNOME? Just works…

              • [^] # Re: Wayland

                Posté par . Évalué à 3.

                je suis devenu addict…

                La drogue c'est mal :D

            • [^] # Re: Wayland

              Posté par . Évalué à 1.

              KDE se Gnomise ? Faut pas pousser.
              KDE3, KDE4 et KDE5 ont le même esprit, juste pas les mêmes bibliothèques. Une personne habituée à KDE3 saurait utiliser KDE5 très rapidement, et c'est appréciable. C'est pas du tout le cas de Gnome.
              Pour ma part je trouve KDE5 très joli mais trop lourd et pas encore parfaitement stable pour mon usage (VM, donc équivalent à une machine de faible puissance).

              • [^] # Re: Wayland

                Posté par . Évalué à 6.

                Tu as oublie des mots:

                les devs KDE se sont gnomise

              • [^] # Re: Wayland

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                lourd?

                en composant graphique?
                mémoire?

                son emprunte mémoire ne fait que diminuer…

                www.solutions-norenda.com

                • [^] # Re: Wayland

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Lourd dans le sens ou chaque application met plusieurs seconde à se lancer.

          • [^] # Re: Wayland

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            la meilleur distribution pour moi pour kde demeure opensuse.

            www.solutions-norenda.com

          • [^] # Re: Wayland

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Ça doit dépendre des distributions, parce que bien que les versions étaient un peu buguées (mais loin d’être inutilisables), Plasma 5.4 fonctionne bien, et Oxygen c’est pas plus mal qu’ils soient passés à autre chose… J’ai tout ce que faisais KDE 4 en mieux (plus simple et/ou plus léger) de mon expérience perso.

            Quand à la direction du projet, elle ne me semble pas si flou que ça: plus de simplicité d’utilisation, moins lourd, plus d’appareils pris en charge (écrans tactiles sur PC, communication entre PC et téléphone avec KDE Connect, Plasma Active pour les tablettes, Plasma Mobile, un Plasma et des applications adaptatives quand on ajoute ou enlève un clavier, etc.).

            Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

        • [^] # Re: Wayland

          Posté par . Évalué à 2.

          on va lancer le troll habituel sur Fedora en tant que gnomocentrique distribution

          Je vois pas en quoi c'est un troll, c'est comme ça. Il y en a à qui ça plait, d'autres pas. Red Hat n'a pas obligation de s'impliquer dans tous les logiciels libres. Fedora est une distribution ouverte, si certains veulent veulent faire un bureau KDE qui roxe sous Fedora, ils sont bien sûr les bienvenus.
          Opensuse est KDEcentrique, ben c'est comme ça. Mandriva l'était aussi et ce n'était pas reproché.

          • [^] # Re: Wayland

            Posté par . Évalué à 3.

            Oui mais … non car on ne parle pas de RHEL mais de Fedora qui est, soit-disant, communautaire (mais supporte par RH) et que les autre DE souffrent de decision prise sans que leurs besoins soit tenu en compte (le probleme avec Aper) ca ce n'est pas normal. Le choix c'etait ca la force des distributions linux, l'oublier est, a mon avis, une erreur mais si cela vous convient tant mieux. J'espere juste que le prochain projet qui sera mis de cote ne sera pas un qui vous utilisez.

            • [^] # Re: Wayland

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              non car on ne parle pas de RHEL mais de Fedora qui est, soit-disant, communautaire (mais supporte par RH)

              Ce n'est pas soit disant, c'est communautaire, en vrai.
              Beaucoup de décisions, techniques ou pas, sont prises et gérées par des personnes n'ayant aucun compte à rendre à Red Hat. Et le projet Fedora n'a jamais refusé des patchs ou des demandes de fonctionnalités d'autres distributions si elles veulent expérimenter chez Fedora d'abord un concept.

              Bref, oui Red Hat est un sponsor et soutien humain important, mais Red Hat n'a pas la main sur tout (loin de là).

              que les autre DE souffrent de decision prise sans que leurs besoins soit tenu en compte (le probleme avec Aper) ca ce n'est pas normal.

              Des DE il y en a plein avec des besoins différents des uns et des autres : tu es obligé d'avoir des insatisfaits.

              Il est clair que le soutien à KDE chez Fedora n'est pas suffisant, notamment depuis Fedora.next. Après il ne faut pas perdre de vue que d'intégrer correctement (je parle d'une intégration véritable) plusieurs DE est très difficile. D'ailleurs selon moi, aucune distribution n'y est parvenu à l'heure actuelle.

              Et dans ce dossier, une partie est imputable au projet en amont, et ces problèmes peuvent expliquer aussi en parti le manque de travail autour de cette solution dans Fedora.

              Le choix c'etait ca la force des distributions linux

              Pas forcément.
              Le but d'une distribution est de réaliser l'intégration entre tous les programmes qu'il propose. C'est long, complexe voire impossible de tout intégrer ensemble. Je préfère deux distributions qui intègrent très bien des solutions radicalement différentes mais qui sont assez rigides que d'une distribution où chaque composant est modifiable au prix d'une stabilité / expérience utilisateur très bancales.

              Après je comprends que certains préfèrent la solution 2, mais ça tombe bien : tout est libre et les distributions reflètent ces besoins différents.

              Sinon une seule distribution suffirait, si tout est modifiable à la volée, quelle serait l'intérêt d'en avoir des différentes ?

              J'espere juste que le prochain projet qui sera mis de cote ne sera pas un qui vous utilisez.

              Quand ce cas arrive :

              • Soit tu changes tes habitudes (de distribution ou de logiciels) ;
              • Soit tu fais le boulot nécessaire.

              La liberté du LL, cela demande de s'investir pour en profiter. Les développeurs ne sont pas à notre merci.

              • [^] # Re: Wayland

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Rappelons surtout que le dev de packagekit est https://blogs.gnome.org/hughsie et donc packagekit est fortement lié à GNOME.

                Exemple, si demain MPD change un truc dans son protocol (au hasard listallinfo) et que ça casse Cantata, ben ce sera à Cantata de s'adapter, pas l'inverse…

                C'est aussi le problème de KDE qui n'ai jamais réussi à imposer une de ses technos dans autre chose que KDE…

                • [^] # Re: Wayland

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Sauf que cela n'a rien avoir avec le projet kde le probleme mais à un probleme fedora-fedora vu que aper est un logiciel fedora et uniquement fedora.

                  • [^] # Re: Wayland

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Non, apper n'est pas un logiciel Fedora, c'est un soft développé par un dev KDE que j'ai utilisé partout sauf sous Fedora…

              • [^] # Re: Wayland

                Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 05/11/15 à 21:25.

                C'est cool une communauté qui ne discute pas ça doit être aussi cool que celle de Ubuntu…

            • [^] # Re: Wayland

              Posté par . Évalué à 3.

              J'ai envie de répondre par un LOL car ça me fatigue de voir les mêmes trucs systématiquement.

              Le choix, puisque tu parles de ça, ce n'est pas de prendre obligatoirement Fedora. Le choix, ce n'est pas de faire de Fedora la distribution pour tout le monde.

              Le choix est que les gens prennent autre chose que Fedora si Fedora ne leur convient pas. Ça c'est du choix.

    • [^] # Re: Wayland

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Globalement il n'y a pas de différence entre être sous X11 ou Wayland (actuellement).

      Pour l'utilisateur il ne doit pas y avoir de changements directs en fait.
      Wayland n'est qu'un nettoyage de code et d'architecture ce qui permettra à terme de meilleures performances mais surtout moins de bogues.

      Le bénéfice est surtout sur le long terme et pour les développeurs.

      En performance, j'ai pas l'impression que c'est un plus par rapport à X11 (aujourd'hui, on image qu'il doit rester plein d'optimisation à faire pour Wayland).

      De mémoire il y a actuellement un bridage volontaire des performances j'ai l'impression. Sans compter que certaines applications tournent sous XWayland ce qui ralentit un peu l'ensemble.

      Néanmoins c'est avec grand plaisir que je vois Wayland se concrétiser, c'est un boulot de plusieurs années qui force mon respect. On n'a pas tout sous Wayland, mais la fiabilité est vraiment rassurante.

      Note que le système d'exploitation du téléphone Jolla utilise Wayland (avec Qt) depuis 2 ans sans broncher également. :)

      NB: Il y a peut-être des défauts qui ne sont pas de Wayland mais de Gnome-shell. Par exemple je n'arrive pas à changer la fréquence de l'écran, il y a aussi ce problème sous X11.

      Le problème est peut être au niveau de ton pilote aussi, tout simplement.

      • [^] # Re: Wayland

        Posté par . Évalué à 2.

        De mémoire il y a actuellement un bridage volontaire des performances j'ai l'impression.

        Alors là?? Tu fais référence à quoi?
        Limitation du framerate envoyé a l'écran?

      • [^] # Re: Wayland

        Posté par . Évalué à 5.

        En passant, je ne faisais qu'une "évaluation" utilisateur ce que ce propose Fedora, pas une évaluation de Wayland. Je ne connais pas assez Wayland, voire pas du tout, j'en ai entendu parlé, j'ai lu des bricoles ici ou là.

        Le problème est peut être au niveau de ton pilote aussi, tout simplement.

        J'avais un peu fouillé et je ne crois pas. C'est un problème de Gnome-shell (et il ne doit pas y avoir de pilote dedans). Dans un rapport de bug ils disaient qu'une solution serait bientôt disponible. Les bugs ça arrive et je vais pas en faire un flanby surtout pour du gratuit.

  • # Fée Dos Rat

    Posté par . Évalué à -10.

    Et la langue de Molière alors ->[]

  • # Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

    Posté par . Évalué à 0.

    J'ai installé et testé F23 dès la sortie de la version bêta en double boot avec Debian. Après installation de la F23 officiellement 'stable', le bug persiste avec les mêmes symptômes. Description détaillée du problème rencontré sur la liste Debian ici
    Après suppression de la F23, tout est rentré dans l'ordre. J'ai installé à la place de la F23 une Opensuse Tumbleweed, aucun problème.

    • [^] # Re: Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Mouais, je en vois pas pourquoi tu balances cette histoire alors qu'à la fin tu dis que le problème a été résolu par la mise à jour du BIOS.

      Du coup en quoi Fedora 23 est un problème ? Il t'a permis de le mettre en évidence, mais la distribution ne semble pas coupable pour autant.

      • [^] # Re: Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

        Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 05/11/15 à 15:05.

        J'ai bien écrit ci-dessus que le bug persiste…
        Résolu pour l'utilisation de Debian après la suppression de la Fedora 23 beta mais comme je l'écris ci-dessus, après installation de la F23 stable, le bug est revenu. Ce bug a disparu après la suppression de la Fedora stable. C'est bien cette Fedora qui est en cause puisque en installant à la place une opensuse je ne rencontre aucun problème.

        • [^] # Re: Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Désolé mais je n'ai pas trouvé ce fil particulièrement clair.
          Il est possible que ton problème vienne du noyau, et qu'à une mise à jour Debian ou OpenSuse tu te retrouves au même point.

          Plutôt que décrire sur une liste de diffusion francophone, je te conseille d'ouvrir un bogue. Les bêta servent à ça aussi. ;-)

          • [^] # Re: Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

            Posté par . Évalué à 0.

            Les bêta servent à ça aussi

            Il ne s'agit pas de la bêta mais de la F23 stable puisque c'est cette dernière que j'ai installé hier et qui a provoqué le même bug qu'avec la bêta. Le fil sur la liste Debian n'était que le début de l'affaire et j'ai fini par croire que le bios était en cause mais il n'en n'était rien.
            Tentative d'explication d'un interlocuteur:
            "Mon interprétation est qu'un des OS a laissé le contrôleur ethernet dans un état que ni le BIOS ni l'autre OS n'ont été capables de réinitialiser complètement, et incompatible avec le fonctionnement de l'autre OS."

            Il est possible que ton problème vienne du noyau

            Rien à voir avec le ou les noyaux puisque j'en utilise plusieurs, dont le 4.2/opensuse et le 3.16/debian stable et que ne rencontre aucun bug avec mes systèmes installés, sauf si la F23 est installée.

            • [^] # Re: Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Il ne s'agit pas de la bêta mais de la F23 stable puisque c'est cette dernière que j'ai installé hier et qui a provoqué le même bug qu'avec la bêta.

              Ça, j'ai bien compris.
              Reprenons le raisonnement. Tu vois un problème avec la bêta, tu ne le rapportes nulle part aux développeurs. 1 semaine plus tard le système est tagué comme stable, tu espères que ce changement de status résout tous les problèmes ?

              La bêta sert à être testée, et que ce soit stable ou bêta, le moindre bogue doit être signalé pour le corriger. Car il n'est vraiment pas impossible que ton problème soit rare et donc inconnu (et les développeurs ne résolvent pas les soucis inconnus par magie).

              Rien à voir avec le ou les noyaux puisque j'en utilise plusieurs, dont le 4.2/opensuse et le 3.16/debian stable et que ne rencontre aucun bug avec mes systèmes installés, sauf si la F23 est installée.

              Vu le symptôme, il est fort probable que le noyau soit en cause.
              Sache que chaque distribution ne compile pas Linux de la même façon. Le noyau Linux est en effet très personnalisable et chaque distribution choisit ce qu'il active ou pas.

              En plus de cela, toute distribution fait des correctifs maisons des composants qu'il fournit, dont Linux. Les pilotes ou le code généré pour la même version d'un programme peut changer.

              Bref, Fedora peut être révèle ce problème par ce genre de choses. Ça arrive, c'est normal. Mais pour espérer une correction, il faut ouvrir un bogue auprès des développeurs en question.

              • [^] # Re: Attention à un bug majeur persistant depuis la bêta

                Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 05/11/15 à 18:54.

                Vu le symptôme, il est fort probable que le noyau soit en cause

                Si c'est le cas, cela ne concerne que celui de Fedora vu que je n'ai aucun bug avec les autres distro installées en double boot si F23 n'est pas installé.

                il faut ouvrir un bogue auprès des développeurs en question.

                Pas simple quand Fedora n'est plus installé mais je vais essayer quand même.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.