Microsoft Open Technologies, filiale opensource, interop et standards ouverts

17
22
avr.
2012
Microsoft

Après des années à cracher sur le logiciel libre et opensource (Halloween documents, Get the facts, « GPL is a cancer », etc.), voici que Microsoft crée sa filiale dédiée à l'opensource (après la forge publique CodePlex, les contributions au noyau Linux et ses licences Shared Source Ms-PL et Ms-RL). J'ai nommé Microsoft Open Technologies.

Concrètement, c'est une filiale à 100 % du géant de Redmond. C'est Jean Paoli (General Manager of Interoperability Strategy) qui sera à la tête de cette nouvelle entité, en embarquant 50 à 75 employés de son équipe. Elle est dédiée à l'« ouverture, incluant l'interopérabilité, les standards ouverts et l'open source ».

Dans l'annonce, il est décrit que l'équipe en question est déjà bien au fait de ces sujets, car c'est elle qui a participé à des projets divers et variés tels que le HTML5 du W3C, le HTTP 2.0 de l'IETF, les standards du cloud au sein du DMTF et de l'OASIS, ainsi que du logiciel tel que Node.js, MongoDB et Phonegap/Cordova.

Les avis sur cette nouvelle sont partagés, doit-on s'en réjouir ou est-ce un nouvel épisode de Embrace, extend and extinguish ?

Journal Apple n'aime pas les spécifications du W3C

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
36
9
déc.
2011

Je suis tombé sur un article d'un employé d'Opera Software (la société qui fait le navigateur web Opera) et, vu la date, je ne résiste pas à l'envie de vous le partager. Il explique dans cet article qu'Apple brandit la menace des brevets pour empêcher que des spécifications de devenir des standards du W3C. Ce n'est pas la première fois qu'ils font le coup et il est déjà arrivé que les brevets qu'ils utilisaient comme menace ne concernaient pas la (...)

Le standard C++0x a enfin été voté

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
76
18
août
2011
C et C++

Le nouveau standard du langage C++ a été voté ce vendredi 12 août. Initialement prévu pour 2008 ou 2009, il a pris du retard, notamment à cause de problèmes avec certaines fonctionnalités. Malgré cette date, beaucoup l'appellent quand même C++0x et il suffit de le nommer C++0xB pour que le nom soit conservé. La publication officielle ne devrait cependant pas arriver avant quelques mois.

Heureusement pour les utilisateurs, ces fonctionnalités ont déjà commencé à être implémentées dans les différents compilateurs et bibliothèques standard. Ceci devrait permettre de ne pas attendre trop longtemps avant de pouvoir profiter de ces nouveautés, voire d'en profiter dès à présent pour certaines. Par exemple, sous GCC, il faut passer l'option -std=c++0x au compilateur pour utiliser des évolutions qui sont déjà implémentées.

Une sélection des principales nouveautés est présentée en seconde partie de dépêche.

Merci à moules< pour son aide lors de la rédaction de cette dépêche.

Open Discussion Day ce jeudi 19 mai

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
21
19
mai
2011
XMPP

Comme tous les 19 mai depuis 2006, ce jeudi sera placé sous le signe de l’Open Discussion Day, la journée de la conversation ouverte.

Le but de cette journée est de sensibiliser les utilisateurs d’Internet à l’importance des protocoles ouverts et des services décentralisés.

Participer est très simple : pendant une journée, essayez de ne pas utiliser de protocoles fermés pour communiquer (ou le moins possible, on est bien entendu parfois obligé). Cela signifie donc de favoriser le courriel, XMPP, SIP, Status.net et bien d’autres, par rapport aux alternatives fermées et centralisées comme Skype, MSN, Facebook ou Twitter.

XMPP au printemps, le grand rafraîchissement

Posté par (page perso) . Modéré par Lucas Bonnet. Licence CC by-sa
112
30
mar.
2011
XMPP

C’est en 1999 que Jeremie Miller crée Jabberd, serveur open source de messagerie instantanée et de présence. Il appelle le protocole (de fait) sous-jacent « Jabber », terme traduisible directement de l’anglais au français comme un « bavardage ». Puis, le petit protocole au nom sans prétention commença à en avoir. Voulant jouer dans la cour des grands, il fut en effet proposé comme standard auprès de l’IETF avec l’objectif de fournir une véritable interopérabilité dans le monde de la communication instantanée, encore jeune, mais déjà quasi-entièrement sous le contrôle de divers réseaux privés, propriétaires et sans aucune transparence de fonctionnement.

Mais l’Internet est sans pitié pour les jeunes présomptueux, et il fallut plusieurs groupes de travail IETF, brouillons, stabilisation du protocole, la création d’une fondation (Jabber Software Foundation)… pour que finalement, début 2004, 5 ans après la création du protocole, ce dernier soit enfin un standard reconnu. On lui accorda des numéros pour faire le fier comme James Bond : RFC 3920 (le cœur) et RFC 3921 (Messagerie Instantanée et Présence). Petit protocole devenu grand décida alors de changer de nom pour paraître plus sérieux lors d’entretiens d’embauche. Il se fit donc appeler XMPP, pour eXtensible Messaging and Presence Protocol.

À partir de là, la JSF prit plus d’importance, s’organisa davantage et changea à son tour son nom en 2007 pour XSF, XMPP Standards Foundation. Notons l’évolution sémantique : on est passé d’une entité de code (Software) à une autre gérant désormais clairement des Standards. Les rôles sont répartis entre l’IETF et la XSF. L’IETF s’occupe essentiellement du centre névralgique du protocole, ce qui en fait un protocole Internet interopérable. De son côté, la XSF gère en plus les extensions : les XEP (XMPP Extension Protocols). En effet, XMPP a été créé comme un protocole extensible. Par design, il est un triple protocole — comme son nom l’indique : un protocole de Présence (qui de ses contacts est présent ?), un protocole de Messagerie (non forcément lié à la présence : on peut envoyer des messages à des entités dont nous ne connaissons pas la présence, comme pour les e-mails), et enfin, un protocole eXtensible, qui permet donc de créer des sous-protocoles de communication, pour tout usage. XMPP fut défini comme un protocole applicatif extrêmement générique, non limité à la messagerie instantanée. La XSF s’occupe donc en particulier de cette dernière caractéristique (extensibilité), et travaille en collaboration avec l’IETF sur les deux autres.

Néanmoins, cela fait maintenant 7 années que le cœur de notre petit protocole n’avait pas été soigné, bien que souvent ausculté puisqu’il se faisait vieux. C’est pourquoi, après toutes ces années de traitement, le voilà comme un nouveau né avec ses nouveaux numéros d’identité.
En effet, pour fêter le printemps, le 21 mars 2011 est à noter comme le jour où les RFC de XMPP seront mises à jour : les RFC 3920 et 3921 sont désormais obsolètes et remplacées respectivement par les RFC 6120 et 6121. Enfin, une troisième RFC voit le jour, standardisant séparément le format des adresses XMPP (ce qui était auparavant intégré à la RFC 3920) : la RFC 6122.