Journal L'engagement de Red Hat envers l'open source

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
34
5
mar.
2011

Vous vous souvenez surement du journal de patrick_g publié un presque vendredi.
Il y relatait le changement de politique de Red Hat concernant la distribution de leurs patchs appliqués au kernel. Red Hat a décidé pour RHEL 6 de les rendre publics sous la forme d'un unique gros patch, rendant le traçage de leurs modifications difficile.
Seuls les clients Red Hat ont accès aux informations relatives à ces modifications.

Et bien la réponse de RedHat nous parvient par la voie de Brian Stevens, CTO, VP Worldwide Engineering, Red Hat.

Les premiers paragraphes sont du bla-bla PR. Vous pouvez grepper Jonathan Corbet pour passer directement à la réponse.

Leur argument est que leurs compétiteurs sont passés d'un modèle où ils construisent leurs propres distributions à un modèle où ils tapent directement dans les paquets redhat et offrent du support dessus (jeu: lisez entre les lignes et trouvez le grand'méchant).

Maintenant la partie inquiétante: ils ne comptent pas s'arrêter là.

Essential knowledge that our customers have relied on to support their RHEL environments will increasingly only be available under subscription.

"Les informations essentielles sur lesquelles nos client s'appuient pour maintenir leur environnement RHEL seront de plus en plus disponible uniquement aux abonnés."

Je trouve ça dommage que Red Hat fasse des concessions à leur "Commitment to Open" pour pouvoir maintenir leur activité.

(En plus, vous vous en foutez, mais cooller a perdu et ça fait vraiment un journée triste. Je vais picoler.)

Ah et Scientific Linux 6 est sortie aussi, pour ceux qui veulent tester RH6.

  • # RE L'engagement de Red Hat envers l'Opensource

    Posté par . Évalué à 6.

    Je lisais justement les articles au sujet changement hier soir : la plupart des personnes qui commente cette stratégie pense que c'est pour "contrer" les versions libres de RHEL qui apparaissent ici et là. Par versions libre de RHEL, comprenez les versions librement téléchargeables basées sur les sources de RHEL, telles que Unbreakable Linux de Oracle, CentOS ou Scientific Linux, après suppression des trademarks Red Hat.

    Cependant, si une entreprise comme Oracle peut éventuellement avoir une équipe de développement spécialisée sur le noyau Linux afin évaluer un à un les correctifs individuels avant ce changement, il y a très peu de chance que ça impacte des distributions telles que CentOS ou Scientific Linux qui se contentent au mieux de recompiler les paquetages après avoir enlevés les éventuels trademarks RHEL.

    Au mieux, ce changement demandera peut-être plus de travail à Oracle, et encore pour peu qu'ils aient une équipe de développement qui avait l'habitude d'évaluer un à un les patchs avant de les appliquer. Au pire, ça embêtera ceux ou celles qui recompilaient le noyau en supprimant des patchs qu'ils ne voulaient pas car ils entraient en conflits avec l'ajout d'autres patchs.

    Dans tous les cas, il y a bien une volonté délibérée de rendre la tâche difficile aux versions dérivées de RHEL, RHEL une source de revenue de Red Hat qui semblerait menacée par ces clones libres.

    « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

    • [^] # Re: RE L'engagement de Red Hat envers l'Opensource

      Posté par . Évalué à 10.

      Voir aussi le commentaire d'un employé de Redhat https://lwn.net/Articles/431434/

      Sa justification est la suivante : Les patches RHEL sont en premier discutés avec l'upstream, et sauf cas exceptionnel, ils doivent être acceptés upstream pour entrer dans RHEL.

      Du coup, cette nouvelle politique fait que, s'il est plus difficile pour les distros dérivées de faire leur marché dans les patches RHEL, cela ne changera pas beaucoup à l'évolution du kernel, car les patches sont intégrés au noyau pour la prochaine sortie. Juste RHEL les a plus tôt.

    • [^] # Re: RE L'engagement de Red Hat envers l'Opensource

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je ne suis pas sûr du tout que la source de revenue de Red Hat qui est le support de RHEL soit menacé par les clones libres sans support (CentOS une distribution tellement répandue qu'elle en fait de l'ombre aux autres dans le milieux de l'entreprise ? On doit pas vivre dans le même monde moi et tous les gens qui agitent le chiffon rouge CentOS).

      Par contre, le fait que d'autres sociétés proposent (Oracle bien sûr mais aussi Novell dans le but d'aider à une transition et il y en a surement d'autre) du support pour des dérivées (mais pas que) de RHEL vendu comme "Mieux et moins cher" que ce lui de Red Hat, ça ça peut faire du tord à leur commerce. Mieux je sais pas mais moins cher c'est sûr et en plus c'est facile pour eux en plus, pas de R&D à amortir.

      Et je préfère mille fois que CentOS disparaisse en conservant Red Hat que l'inverse (à titre personnel si on pouvait garder les deux et faire couler Oracle ça je trouverai ça pas mal mais c'est pas moi qui décide).

      Il ne faut pas oublier que RH est une entreprise qui, malgré son engagement auprès de l'upstream, doit dégager des sous pour continuer à payer ses employés et subsister (et un peu aussi les actionnaires). Le secteur du support de système en entreprise étant quand même assez concurrentiel, ils doivent faire des compromis. (Toujours à titre personnel, qu'ils en soient à faire de tels compromis me laisse douter de la bonne santé de la boîte et me fait craindre pour son avenir mais bon, je ne suis pas spécialiste du secteur).

    • [^] # Re: RE L'engagement de Red Hat envers l'Opensource

      Posté par . Évalué à 4.

      Comme tu le dis, même si ce n'est pas un problème en soi pour les mainteneurs de CentOS ou Scientific Linux*, ça risque de l'être pour leurs utilisateurs. Aujourd'hui, ça va, ce n'est que pour le noyau, mais d'après l'annonce il ne s'agit que d'une première étape et on peut s'attendre à voir arriver de plus en plus de cachotteries de la part de redhat.

      Cela risque de détourner des utilisateurs des clones gratuits et à plus long terme d'être dommageable à l'écosystème redhat

      • en les privant de futurs clients: on peut penser que les utilisateurs de CentOs se tourne naturellement vers RHEL s'ils ont besoin d'une distro avec support.
      • en diminuant la qualité de RHEL. Moins de remontée de bugs provenant des projets clones

      Bon je sais c'est très suppositoire et je n'ai aucun chiffre.

      On a pas beaucoup d'infos dela part de redhat non plus.
      Il ont moins de revenus?
      Comment ont-ils déterminés que la concurrence payante leur prends des clients?
      Quelle sera la prochaine étape?
      Est-ce vraiment leur nouvelle politique ou juste un gros warning?

      *encore que, SL applique ses propres patchs pour corriger des bugs il me semble

  • # Position de combats

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Je n'ai pas d'avis très tranché sur la question. Maintenant je pense que dans l'environnement ou les gens qui ne joue pas le jeux du libre entre en compétition avec ceux qui joue le jeu, les conditions doivent se durcir : c'est,à mon avis, l'objectif de la gplV3. Mon coté bisounours me dit que cette décision red Hat fait partie de cette stratégie. Donner les sources cela ne veut pas dire faciliter la vie aux "suceurs" comme Oracle.

    Cela ne me semble pas idiots que les entreprises qui veulent du red hat (puisqu'ils prennent centos et pas débian ou suze), soit payent du support red hat soit acquièrent une expertise interne pour se dépatouiller avec le "méga patch". Maintenant je peux comprendre que cela gène certains, avec des dommages collatéraux...

    Maintenant si cela peut permettre d'assainir le marché en rendant la vie difficile aux profiteurs, pourquoi pas. Et peut être qu'en bonus cela ouvrira des emplois pour des gens ayant de vrais compétences autre que télécharger sur internet une iso.

    • [^] # Re: Position de combats

      Posté par . Évalué à 10.

      Il n'y a pas de suceurs, il est possible de le faire, et ils le font. C'est même dans l'esprit du libre que plein de boites puissent fournir du support pour le même logiciel, parce qu'elles peuvent l'étudier, le modifier, etc (4 libertés toussa). Et si des boîtes ont un mauvais support ou n'apporte aucune valeur ajoutée (RH y compris), elles sont remplacées par d'autres plus compétentes. Que je sache, RH n'a pas codé tous les logiciels qu'ils distribuent. Si tout le monde agissait comme eux, on s'en sortirait pas. RH pense peut-être qu'avec du marketting, on peut rester premier. Dans le propriétaire oui (Apple, MS), mais dans le libre non.

      • [^] # Re: Position de combats

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Si on va par là, dans "l'esprit du libre" (lequel ? je sais pas), RH y est toujours. Il y a les sources, il y a la possibilité de redistribuer le machin (modulo la marque RH). Et il y a tout le reste, dont les contributions upstream : Red Hat est souvent pour en pas dire toujours dans le top 3 des entreprise qui contribuent au noyau, vf. LWN et ses articles "Who wrote 2.6.X".

        Bien sûr RH n'a pas écrit tous les logiciels qu'ils distribuent, mais le changement de politique concerne uniquement du code qu'ils ont écrit. Et il ne s'agit pas de le transformer en code propriétaire, juste de le distribuer autrement. Et il ne faut pas oublier le travail d'intégration et d'assurance qualité qui est fait pour construire la distribution, c'est loin, très loin d'être trivial.

        Donc bon c'est toujours légal, c'est toujours dans "l'esprit du libre" tout le monde est content. Rideau ?

      • [^] # Re: Position de combats

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        ok, de la même manière red hat à le droit de le faire aussi redistribué ses patchs en un seul.

        J'ai un peu de mal avec des commentaires comme le tien qui trouve que le comportement de Oracle est "clean" et celui de Red Hat non. C'est un peu se foutre de la gueule du monde. Les deux comportements sont "autorisés" avec un qui contribue (red hat) et l'autre (oracle) non. Tu en vient à défendre celui qui ne contribue pas et reprocher à Red Hat de ne pas fournir tout cuit dans le bec à celui qui ne contribue pas. Entre oracle et red hat, mon choix est très très vite fait.

        Tu te rends compte du glissement dans la hiérarchie des méchants ? On en vient presque à aimer novel (disons que des maichants sont passés devant eux au top des détestables) alors qu'ils payent crosoft pour du linux ! ! !

        • [^] # Re: Position de combats

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          un qui contribue (red hat) et l'autre (oracle) non

          Oracle contribue peut-être moins au développement du noyau mais ils contribuent quand même pas mal (272 patches dans le 2.6.37 contre 1265 pour Red Hat ou 128 pour Google par exemple) : http://lwn.net/Articles/420658/

          pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

  • # Marrant

    Posté par . Évalué à 0.

    C'est exactement le probleme que je cite a chaque fois qu'on me parle de la possibilite de vivre du libre en tant que boite software, et la Redhat, de tres loin le plus important success commercial du LL (et je dirais: a peu pres le seul en tant que grosse boite faisant du soft) repete exactement ce que je dis : le modele a un probleme au niveau de ce que j'appellerais 'le plagiat' par la concurrence.

    • [^] # Re: Marrant

      Posté par . Évalué à 5.

      1) Ce serait peut-être un problème pour devenir une très grosse boite (potentiellement gênante), parce que si redhat peut proposer un service, Oracle a les sous pour proposer une offre concurrente et éventuellement tuer Redhat.
      2) Redhat est aussi sur un marché particulier, où (outre son travail sur le noyau) il est surtout connu pour l'intégration dans une distribution, travail qui peut être fait, bon an mal an, par tout un tas d'autres entreprises et projets collaboratifs.

      Mais : 3) Pour les boites étant le principal contributeur de leur logiciel, ce problème n'apparait pas forcément, car la boite peut affirmer être la seule qui a vraiment l'expertise sur son logiciel, ou avoir le contrôle de l'acceptation des patches, et ainsi avoir des arguments pour remporter des marchés auprès ds grands comptes qui ne veulent pas se casser la tête et veulent bien payer pour avoir le support officiel. C'est ou ça a été le modèle de Ardour, voire OpenOffice (le fork de Libre Office ne changeant rien pour l'instant).

      • [^] # Re: Marrant

        Posté par . Évalué à 4.

        C'est sans rapport avec etre une petite ou grosse boite. Si un concurrent veux ce que tu fais, il peut le prendre sans payer un sou, et le revendre sous son nom, moins cher que toi vu qu'il n'a pas eu a faire le developpement.

        C'est ca le probleme.

        Maintenant, cette histoire ou tu te reposes sur ta reputation d'expert, un peu oui, mais il suffit de voir le sujet de ce journal pour comprendre que Redhat trouve que ce n'est pas suffisant.

        • [^] # Re: Marrant

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Eh oui. C'est l'effroyable problème de la concurrence libre et non faussée. Vous savez, ce truc délirant si problèmatique pour tant de mastodontes aux pratiques illégales.
          Une chose amusante avec ce principe du libéralisme c'est de voir à quel point il déplait à tous [1]. Il est de notoriété publique que la concurrence loyale entre petits poissons et gros requins n'est finalement pas si loyale que prétendue. Mais à vous en croire même les plésiosaures ont des problèmes avec ce système. Et on les comprends. Il faut se lever le matin pour bouffer le menu fretin. Alors qu'avec quelques pincées de lobbying des lois peuvent obliger vos proies à se jeter dans votre gueule sans même avoir à bouger.

          Vu sous un autre angle le sujet est tout aussi passionnant. En appliquant la GPL, les fournisseurs de services informatiques se retrouvent sur un pied d'égalité. Tout le monde dispose des mêmes outils ; chacun ses compétences. Du coup, l'unité de base redevient l'être humain ; plus de conglomérat chimérique ne tenant que par gravité. Voici qui permet enfin l'application des beaux principes idéalistes libéraux.
          Évidemment il reste possible de se regrouper dans des entreprises. Mais pour que cela soit utile, il faut que la société soit une véritable valeur ajoutée pour ses employés et clients. Cela signifie que les commerciaux et autres manageurs ont une obligation d'efficacité. Et visiblement cela génait considérablement ceux de RH, puisqu'ils ont opté pour le retour aux pratiques d'enfermement.

          Néanmoins, on peut les comprendre. Vivre en permanence sous la pression d'une obligation forte de performance, voilà qui n'est pas forcément tenable (espérons qu'ils soient capables d'appliquer ce raisonnement à leurs employés). Par ailleurs, leur nouvelle stratégie n'est que faiblement nuisible. Le secret n'a qu'une durée limitée ; la GPL est respectée ; au final, le travail technique continu à profiter à tous.

          Peut-être même cette attitude poussera-t-elle quelques acteurs à faire leur apparition ou à prendre réellement pied dans le développement de linux. Au final, cette stratégie de RH pourrait même être l'occasion d'un enrichissement de l'ecosystème du noyau qui bénéficiera à tous. Qui sait ?

          [1] C'est du moins ce que je crois déduire de vos propos de quasi porte parole de M$ ici.

          • [^] # Re: Marrant

            Posté par . Évalué à -3.

            Ca c'est du gros bla-bla qui ne vaut pas un clou, meme pas un.

            Le probleme ici est que Redhat fait tout le travail, et d'autres sans lui payer un sou, lui prennent ce travail et l'utilisent pour lui faire concurrence, sans quasiment aucune valeur ajoutee.

            C'est pas un probleme de se tourner les pouces et ne pas avoir de competences, tout au contraire. C'est le probleme que des gens sans competences et sans faire aucun travail peuvent te concurrencer, grace a ton propre travail.

            Suffit de regarder CentOS, ils amenent une valeur ajoutee a Redhat ? Non, meme pas un milliardieme, ils se contentent de virer les references a Redhat et c'est tout, et lui creent une concurrence.

            • [^] # Re: Marrant

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              Non.
              Vous lire peut donner l'impression que vous n'avez absolument pas saisi la problèmatique. Comme si, contre vents et marées vous restiez ancré dans le modèle qui vous nourrit.

              Vous n'ignorez pas qu'une conséquence plus ou moins directe de la GPL est d'annuler la valeur marchande du produit liée à une rareté artificielle. Après relecture de votre message précédent, vous conviendrez certainement qu'il n'est donc absolument pas pertinent puisque se focalisant dans une optique qui n'a rien à voir avec celle de RH : celle de la commercialisation de logiciels privateurs.
              Comme vous savez pertinement tout cela, et considérant la tonalité de votre propos, il faut se demander s'il est nécessaire d'expliquer plus avant ou si vous souhaitiez simplement troller ?

              Au cas où vous seriez de bonne foi mais simplement distrait permettez moi de continuer mon explication pédante. Désolé mais je vais réitérer mes propos en les reformulant pour tenter de lever un éventuel équivoque. Éventuellement, si je devais me méprendre et que vous ayiez raisons, cela vous donnera peut-être l'occasion de me reprendre.

              Le contrat social des sociétés de services basées sur linux, la GPL et le logiciel libre est fondée sur les considérations précédentes qui ne se discutent pas. Le problème ne saurait donc être là où vous voulez le trouver. RH accepte nécessairement que ses développements soient réutilisés et profitent à tous. Et nécessairement s'ils revenaient là-dessus ils s'exclueraient d'eux-même du libre. Cela n'est pas impossible ; ce n'est pas à vous que l'on apprendra l'attrait corrupteur du modèle privateur. Néanmoins il n'est pas question ici et maintenant d'un tel virage pour RH.

              Plutôt, il semblerait que ces derniers souhaitent rendre moins immédiatement et aisément disponible leurs contributions. En essence il s'agit bien probablement bien d'une action antisociale similaire au comportement des developpeurs de logiciel privateurs. Cependant ils ne vont pas jusqu'à enfreindre la GPL et cette nuance et tout sauf subtile puisque leur travail continue effectivement de profiter à toute la communauté dont ils sont membres. Auriez-vous des difficultés à precevoir ce contraste flagrant ?
              Quoique collaborant moins ouvertement avec le reste du monde informatique libre, RH semble continuer, jusqu'ici, à contribuer efficacement et pleinement. Seul les échelles de temps s'en trouvent perturbées. L'effet est sensible. Mais il me semble encore trop tôt pour savoir s'il est négatif ou au contraire salutaire.

              Nonobstant ces considérations morales (ou moralisatrices ?) il est fondamental de remarquer que RH continue à fournir son code conformément à la GPL et donc qu'il reste possible de réexploiter ce code pour quiconque en a les compétences. Le problème de RH ne saurait donc être de restreindre les redistributeurs. Leur manœuvre semble plutôt pousser leurs collègues à développer leurs compétences plus en amont que ce qu'ils font acutellement en disposant trop aisément et immédiatement de l'expertise des emmployés de RH.

              • [^] # Re: Marrant

                Posté par . Évalué à -10.

                Le contrat social des sociétés de services basées sur linux, la GPL et le logiciel libre est fondée sur les considérations précédentes qui ne se discutent pas. Le problème ne saurait donc être là où vous voulez le trouver. RH accepte nécessairement que ses développements soient réutilisés et profitent à tous. Et nécessairement s'ils revenaient là-dessus ils s'exclueraient d'eux-même du libre

                Mais je suis bien d'accord, c'est justement le probleme que je souleves, ce systeme fait qu'il n'est economiquement pas faisable de rentabiliser la chose. Redhat commence a s'en rendre compte.

                Cela n'est pas impossible ; ce n'est pas à vous que l'on apprendra l'attrait corrupteur du modèle privateur. Néanmoins il n'est pas question ici et maintenant d'un tel virage pour RH.

                Si je peux me permettre : je t'emmerde. Je te suggeres de rester poli plutot que traiter les gens de corrompus.

                Plutôt, il semblerait que ces derniers souhaitent rendre moins immédiatement et aisément disponible leurs contributions. En essence il s'agit bien probablement bien d'une action antisociale similaire au comportement des developpeurs de logiciel privateurs. Cependant ils ne vont pas jusqu'à enfreindre la GPL et cette nuance et tout sauf subtile puisque leur travail continue effectivement de profiter à toute la communauté dont ils sont membres. Auriez-vous des difficultés à precevoir ce contraste flagrant ?

                Oh non, je le percois tres bien, j'attends juste de voir les prochaines etapes qu'ils suivront lorsque ils se rendreront compte que l'etape d'aujourd'hui n'est pas suffisante. Tu peux appeler ca anti-social, mais il faudra que tu penses a comprendre que si Redhat ne fait pas d'argent, ils ne contribueront pas de code.

                Tu as une lubie ou les gens contribuent gratuitement ce qu'ils font, et par je ne sais quel miracle arrivent a joindre les deux bouts. C'est beau en theorie, mais en pratique ca ne tient pas debout du tout.

                • [^] # Re: Marrant

                  Posté par . Évalué à 10.

                  Oui enfin il faut quand même se rappeler que bien que RedHat développe la distribution éponyme, leur modèle économique est bien plus basé sur le service, ou plus particulièrement sur le support que sur la vente de boites de DVD.

                  Je ne vois donc pas en quoi ils considèreraient que CentOS pourrait leur être nuisible: il n'y a aucun support professionnel. Au contraire, CentOS élargit la base utilisateur, permet plus de remontées de bugs, et finalement, comme dit plus haut: un habitué de CentOS va vraisemblablement se tourner vers RedHat le jour où il a besoin d'un service un peu sérieux.
                  Oracle pourrait être considéré comme plus dangereux, mais là c'est aux commerciaux à faire leur boulot: l'original est mieux que la copie, et on connaît mieux l'engin quand on l'a fait soi-même, etc.

                  Il est vrai que n'importe qui peut reprendre une RedHat, enlever les logos, et vendre le résultat.
                  Tu peux essayer, tu verras que ce ne sera pas si simple...

                  • [^] # Re: Marrant

                    Posté par . Évalué à 4.

                    mais par contre oracle bénéficie d'une autre force de pression : ils fournissent oracle db, weblogic, et d'autres conneries du même acabit.

                    Bref, ils sont déjà référencé dans pas mal de boite, et on déjà des contrats de supports. C'est beaucoup plus facile pour eux de recruter des clients, et le client de son coté, il bénéficie d'un service de support "centralisé", et certainement moins cher.

                    • [^] # Re: Marrant

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Il y a certains grands comptes "quasi-tout Oracle" qui commencent à comprendre qu'ils se sont fait avoir et qui commencent à introduire des alternatives à Oracle dans leur SI. Oracle est un poids lourd dans le domaine du SGBD, certes. Leur SGBD est un bon produit, très en avance sur la concurence sur de nombreux points. Par contre de plus en plus de clients commencent à se demander s'ils ont réellement besoin d'un SGBD aussi puissant pour la totalité de leurs bases de données, et s'intéressent de plus en plus aux "challengers", dont les Logiciels Libres. Pour beaucoup d'applications ces SGBD sont largement suffisants.

                      • [^] # Re: Marrant

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Mais combien passent au tout Oracle au même moment par désir de simplifier?

                        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                        • [^] # Re: Marrant

                          Posté par . Évalué à 6.

                          Les mêmes qui dans quelques années se rendront compte qu'ils se sont fait piéger et qui repasseront sur autre chose qu'Oracle .... pendant que ceux qui ont voulu diversifier leurs fournisseurs aujourd'hui repasseront "tout Oracle" (ou autre pour se rendre compte quelques années après qu'ils se sont fait (de nouveau) piéger ....

                          L'informatique est un perpétuel recommencement.

                      • [^] # Re: Marrant

                        Posté par . Évalué à 2.

                        D'où l'intérêt qu'à eu Oracle de racheter MySql. Avec Oracle DB d'un côté et Mysql de l'autre, Oracle vise deux types de marchés différents, et les personnes qui jugent Oracle DB trop lourd pour leur besoin pourraient bien se tourner vers l'ex-SGBD de Sun. Pour l'instant, ils sont contraints de le distribuer gratuitement, mais ça ne m'étonnerait pas qu'Oracle referme peu à peu l'étau comme ils le font avec le langage Java.

                • [^] # Re: Marrant

                  Posté par . Évalué à 9.

                  Si je peux me permettre : je t'emmerde. Je te suggeres de rester poli plutot que traiter les gens de corrompus.

                  Si je puis me permettre, pour demander aux gens d'être polis, encore faut il l'être soit même, et comprendre le sens des mots employés.

                  Il n'a jamais accusé personne d'être corrompus.

                  Quand on ne connait/comprend pas pas le sens d'un mot (dans son contexte), on se renseigne dans un dico avant de faire la morale.

                  Le contexte de son discours faisait qu'il était clair qu'il n'accusait personne de corruption (faire bénéficier d'un traitement particulier une personne en échange d'une faveur (sous, ou autre)), mais utiliser le terme dans un de ses premier sens "Dégradation, altération de sa « pureté » par des usages considérés comme fautifs, par des emprunts, etc."

                  Et on est pile dedans, vu que c'est l'emprunt de pratique du logiciel privateur (essayer de cacher les choses) dans un process de LL.

                  • [^] # Re: Marrant

                    Posté par . Évalué à 7.

                    Il est sorti de ses gonds un peu fort, mais il faut reconnaître que la formulation à laquelle il répond n'est pas non plus des plus heureuses. "Vous êtes bien placés pour savoir que le truc que vous utilisez pourrit les gens jusqu'à la moëlle, mais pas dans le sens corrompu hein! Juste dans le sens dégradé etc." Je ne l'aurais pas pris comme un compliment non plus...

              • [^] # Re: Marrant

                Posté par . Évalué à 3.

                Au cas où vous seriez de bonne foi mais simplement distrait permettez moi de continuer mon explication pédante

                Je dirais pompeux.

            • [^] # Re: Marrant

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Je suis globalement d'accord avec le problème de la concurrence qui n'a pas à financer le développement.
              Par contre, CentOS ne rentre certainement pas dans la catégorie des nuisibles pour Red Hat, bien a contraire. Les utilisateurs Cent OS ne sont pas les mêmes que les clients Red hat. Les gens prêts à payer pour du Red hat le font pour avoir du support. Les utilisateurs de Cent os prendraient certainement une Debian si Cent os n'existait pas. Pour Red hat, ça fait des gens qui se forment à leurs produits, et qui peut-être un jour paieront un support.
              C'est finalement un peu comme MS avec MSDNAA(sauf que pour le coup, MS arrive quand même à toucher de blé au passage), sauf que plutôt que faire une distinction étudiant/professionnel, il y a une distinction système critique / système annexe pour lequel l'entreprise n'est pas prête à payer. Et Red hat voit surement d'un très bon oeil le fait que d'autres réalisent ce qu'ils n'ont alors pas à réaliser eux même, sous leur propre marque, nuisant à leur propre image en cas de problèmes.

            • [^] # Re: Marrant

              Posté par . Évalué à 5.

              CentOS ne fait absolument pas d'ombre à Red Hat. J'ai eu à installer certains softs pour mon ancien labo (softs proprios), qui, s'ils ne détectaient pas une Red Hat, refusaient purement et simplement de s'installer. Par paresse (j'aurais pu regarder dans les nombreux scripts d'install et tenter de changer certains trucs), j'ai préféré installer une CentOS. Après tout, j'allais avoir d'autres softs du même éditeur à installer, donc bon.

              Maintenant, nous n'avions pas besoin de support. Ça tombe bien, CentOS n'en fournit pas. Si nous en avions eu besoin, nous aurions évidemment regardé du côté de Red Hat. Je vois vraiment CentOS comme une version stable (au sens de Debian) de Fedora. Puisque Red Hat ne la fournit plus, on la cherche ailleurs. :)

    • [^] # Re: Marrant

      Posté par . Évalué à 6.

      It's not a problem, it's a feature.

      Sérieusement, ça fait partie du jeu du libre. S'ils ne sont pas content, ils laissent tous les softs dont eux profitent également et ils retournent faire du propriétaire. Pas sûr qu'ils y gagnent vraiment.

      • [^] # Re: Marrant

        Posté par . Évalué à 0.

        Un peu radicale ta position, non ? c'est pas aussi simple que cela. "Qu'ils retournent faire du proprio", question : redhat faisait du proprio auparavant ? Relire le journal de Patrick_g ?

        Pour rebondir ce que dis pbpg plus haut, il y a un problème avec le modèle, pb par plagiat. N'êtes vous pas victimes vous même de plagiat ? Alors, est ce réellement lié au modèle open-source ? Il semble que cela ne soit pas le cas. Le fait que Redhat fasse cela, aujourd'hui, est une brèche pour attaquer l'open-source, et ça, tu (pbpg) le met parfaitement en valeur. Perso je ne tomberai pas non plus dans ce piège là. Car sans pouvoir juger les tenants et aboutissants, cela serait s'avancer sur un terrain glissant. Il s'agit d'une réaction à l'égard d'Oracle, personne n'est dupe. Avec des dégats collatéraux (Scientific Linux). Une réaction de défense. De défense à quoi ? Au mauvais contrat signé de force sur java ? Au troll-patent de plus en plus pressant ? Hum...

        Hum ... l'origine de ce grand trouble dans la force c'est bien ça : le troll-patent. Le brevet logiciel.

        Au niveau du LL, il ne semble s'agir qu'un d'un problème de partage de licence : le danger qu'une licence soit détenue par un seul organisme (autre que fsf), les exemples récents ne manquent pas : sun, oracle... Pour finir sur une touche d'humour : alors, Sun, tu l'a sent passer ta cddl, hein, maintenant...

        • [^] # Re: Marrant

          Posté par . Évalué à 2.

          en mode nostradamus bourré : Oracle rafle une bataille importante si assez rapidement en réponse il donne un très bon gage à la communauté, pour ré-équilibré les forces de ce côté là, maintenant que redhat à fait ce pas. Et là, ... popcorn !!!!!!

        • [^] # Re: Marrant

          Posté par . Évalué à -1.

          Ben si c'est lie au modele du libre, c'est "by design" comme on dit...

          La boite qui demain se met a vendre un Windows a sa sauce, elle se prend un proces dans la figure avant d'avoir eu le temps de poser le panneau "ouvert" sur la porte, car ils n'en ont pas le droit sans notre accord.

          Avec le LL ? Ben non, c'est tout ce qu'il y a de plus legal, et Oracle & CentOS en profitent bien.

          Pour nous, les seuls endroits ou cela se produit sont les pays genre la Chine ou les lois sur la PI sont comment dire... particulieres quand il s'agit de l'application. Pour le LL, le probleme est mondial.

          • [^] # Re: Marrant

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            La boite qui demain se met a vendre un Windows a sa sauce, elle se prend un proces dans la figure avant d'avoir eu le temps de poser le panneau "ouvert" sur la porte, car ils n'en ont pas le droit sans notre accord.

            C'est une comparaison bien foireuse, Red Hat n'a pas développé tous les logiciels qu'ils distribuent, loin de là.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Marrant

              Posté par . Évalué à -3.

              Certainement pas, mais ils creent et valident un package entier (la distrib) avec certaines modifications (leurs patches).

              C'est ca leur valeur ajoutee. Et ils n'ont aucun moyen de la proteger.

              • [^] # Re: Marrant

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                si, en ne facilitant pas les "suceurs" : en donnant un patch complet et global sans explication, l'autre doit avoir au moins la même expertise pour suivre, ça limite. On en revient à l'esprit de la gpl (en plus de la lettre) tu survis parce que tu as des compétences, pas parce que tu sais télécharger une iso.

                • [^] # Re: Marrant

                  Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                  en donnant un patch complet et global sans explication,

                  C'est pas vraiment l'esprit libre tel qu'il est présenté partout : accès aux sources, formats documentés, etc. Là, si il faut obfusquer ce que l'on créé pour pouvoir gagner sa vie en faisant du libre, du "ouvert", ... c'est qu'il y a un problème, en tout cas d'adéquation entre la théorie et la pratique.

                  Il y avait un bon article sur le sujet sur le site de Framasoft, à propos de "ces boîtes qui font du logiciel libre mais des logiciels qui nécessitent qu'on achète la doc, etc, et qui ne sont pas très respectueux de l'esprit du logiciel libre".

                  Plus le temps passe et plus ce qui m'importe c'est surtout d'avoir des formats de données ouverts et de la réutilisation de briques logiciels pour ne pas réinventer la roue.

              • [^] # Re: Marrant

                Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                si, en ne facilitant pas les "suceurs" : en donnant un patch complet et global sans explication, l'autre doit avoir au moins la même expertise pour suivre, ça limite. On en revient à l'esprit de la gpl (en plus de la lettre) tu survis parce que tu as des compétences, pas parce que tu sais télécharger une iso.

              • [^] # Re: Marrant

                Posté par . Évalué à 10.

                Je me permet de prendre part le temps d'un commentaire à cette discussion intéressante.
                Effectivement, ils n'ont pas moyen d'empêcher autrui de réutiliser leur travail, mais Red Hat existerait sans la possibilité de réutiliser le travail des autres ? c'est donnant donnant.
                Le libre n'est peut être pas un modèle adapté pour dominer un marché, mais pour construire quelque chose et gagner honnêtement de l'argent avec (ce qui ne veut pas dire que les autres modèles soient malhonnêtes), ça fonctionne non ?

              • [^] # Re: Marrant

                Posté par . Évalué à 10.

                Ce qui protège le travail de Red Hat, c’est son expertise et la qualité de son travail.
                Ce qui protège le travail de Microsoft, c'est son monopole et la loi.

    • [^] # Re: Marrant

      Posté par . Évalué à 4.

      Peut-être simplement que le modèle du libre n'est pas pas compatible avec le capitalisme d'oligopole, celui qui veut qu'il faille croitre pour survivre, au détriment des fondements même du libéralisme économique, celui qui invente de toute pièces une forme de capital et une réglementation ad-hoc pour survivre et s'assurer une rente( les brevets).
      En résumé, il tend à favoriser les petits acteurs.
      Un pas vers la concurrence parfaite ?

  • # Logiciel libre != logiciel communautaire

    Posté par . Évalué à 10.

    Pour les jeunots moulant sur linuxfr cette « affaire » me rappelle fortement les débats sans fin quand Redhat n’avait donné pour successeur à redhat 9 « que » Fedora core réservant le nom de RedHat aux distributions payantes.

    La décision actuelle de RedHat s’inscrit d’ailleurs dans la continuité et reste fidèle au principe qu’un logiciel peut être libre sans être gratuit. Cet état de fait et interprétation stricte de la GPL est certes mal acceptée par les « communautaristes » qui refusent par principe le fait de devoir payer pour pouvoir utiliser un logiciel mais tout à fait dans l’esprit de GNU « Free as freedom and not free as beer ! ».

  • # Violation de la GPL

    Posté par . Évalué à 3.

    A la lecture de l'article qui suis par là
    On constate qu'il se pourrait que RedHat se mette a violer la GPL. En effet, une close de non divulgation (des sources entre autre) serait désormais demandé a ses clients, sans quoi, plus de support.

    Voici les paragraphes en question, dans sa licence d'accès:

    Use of Content.

    Red Hat grants you a personal, non-assignable license to use Red Hat Content for your own internal use while you are a Red Hat Customer (as defined in Section 2 above). Distributing any portion of Red Hat Content to a third party, using any Red Hat Content for the benefit of a third party or using Red Hat Content in connection with software other than Red Hat Software under an active Red Hat subscription are all prohibited. Red Hat authorizes you to display on your computer, download, play and print the Red Hat Content provided: (a) the copyright notice is not removed, (b) Red Hat Content is not be altered, (c) Red Hat Content is used only for your personal, educational and non-commercial use in support of your active valid subscriptions to Red Hat products and services and in accordance with your Customer Agreement, (d) you do not further redistribute or copy Red Hat Content and (e) you comply with any Additional Terms. In the event of a conflict, inconsistency or difference between this Section 6 and the terms of a License or Customer Agreement, the License or Customer Agreement will control (for example, for Red Hat Content licensed under a Creative Commons License, you will have the rights set forth in the applicable Creative Commons License). If you exceed your authorized use of Red Hat Content (for example, if you use Red Hat Content in support of Software for which you do not have an active valid subscription), you may be required under your Customer Agreement to purchase additional subscriptions to Red Hat products. In addition, your right to continue to access Red Hat Content from a Red Hat Portal is subject to your continued compliance with these Terms of Use, your Customer Agreement and the Additional Terms.

    Confidentiality.

    Red Hat Content may contain information that is designated as "confidential" and you agree not to disclose such information without Red Hat's prior written consent.

    Je trouve que ça pose en effet de gros problèmes de compatibilité avec la GPL... car ils ne peuvent pas enpêcher leurs clients de divulguer du code GPL, même s'il leur appartient ou que les patch on été fait par eux. ça risque de faire des vagues dans la communauté.

    • [^] # Re: Violation de la GPL

      Posté par . Évalué à -2.

      Est ce qu'ils ne peuvent pas tout simplement resilier le contrat de support si les sources est redistribue?

      If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

      • [^] # Re: Violation de la GPL

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est ça. Tu peux distribuer les patchs, mais Red Hat ne te donne plus de support (et tu peux toujours continuer à utiliser leur distrib).
        Pour moi ça respecte la GPL.

        • [^] # Re: Violation de la GPL

          Posté par . Évalué à 0.

          Techniquement, ca la respecte, oui.
          Ca va probablement enerver la communaute cela dit, ou tout du moins une partie de la communaute (ceux qui ont la tete pose vont probablement regarder la quantite des contributions de RH et mettre en relation avec leur besoin de payer leurs factures).

          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

    • [^] # Re: Violation de la GPL

      Posté par . Évalué à 2.

      # Red Hat Portals and Content.

      Through various Red Hat websites and portals, including but not limited to Red Hat Network, the JBoss Customer Support Portal and the Red Hat Customer Portal (collectively, "Red Hat Portals"), Red Hat, Inc. ("Red Hat") provides you – as a Red Hat customer – with access to a variety of software, services, web pages, text, documents and other works of authorship, images, graphics, audio and video content, forums, discussion groups, blogs and other content (collectively, the Red Hat Portals and foregoing content are referred to as "Red Hat Content").

      Où tu vois que ça parle de sources? C'est les sites et leur contenu.

      • [^] # Re: Violation de la GPL

        Posté par . Évalué à 3.

        pzut être là :

        with access to a variety of software, services

        Alors ensuite je ne sais pas c'est quoi les logiciels qu'il y a sur le red hat network, mais si ils distribuent ne serait ce qu'un logiciel gpl sur cette plateforme, c'est clairement abusif. Si ils n'en distribuent aucun, et que ca se conforme aux licences dudit logiciel, no problem.

  • # Pas de violation de GPL

    Posté par . Évalué à 1.

    Pour moi il n'y a pas violation de la GPL.

    Le problème est comment Red Hat va jouer le jeux. L'intention de Red Hat est de ne pas aider ses concurrents directs pour le support. C'est tout. Est-ce que ça va aller au-dela ?

    Certains se scandalisent, mais dans la communauté des développeurs presque tout le monde se fout de RHEL (et pas de Fedora), faut le reconnaitre. Centos et d'autres ne font que pomper. Maintenant les gens font un caca nerveux.

    Il n'est pratiquement jamais arrivé que quelqu'un aille chercher un patch dans un noyau RHEL pour le mettre upstream. Pourquoi ? Car Red Hat le fait de lui même. Puis quasiment tous les développement de Red Hat se retrouvent dans Fedora et c'est dans Fedora qu'ils sont développés en premier.

    Le développement spécifique de RHEL n'intéresse pas grand dans la communauté.

    • [^] # Re: Pas de violation de GPL

      Posté par . Évalué à 1.

      Il n'est pratiquement jamais arrivé que quelqu'un aille chercher un patch dans un noyau RHEL pour le mettre upstream.

      Ca doit etre pour ca que Greg Kroah-Hartman et Maximilian Attems ne sont pas contents. Maximilian a du aller chercher les patchs dans un noyau RHEL qui n'existe pas!

      Merci IsNotGood de nous amener la verite face a ces deux gros menteurs.

      Car Red Hat le fait de lui même.

      Les patchs qui concernent upstream sont souvent envoyes par Redhat. Mais en aucun cas les patchs qui s'appliqueraient a la branch stable. Et c'est justement ca qui pose probleme aux mainteneurs.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.