Journal Programmez vous chez vous?

Posté par . Licence CC by-sa
42
21
juin
2011

Bonjour nal,

je t'écris ainsi qu'a reste de la communauté active de linux française et moulesques pour poser une question. Mon métier fait que je suis devant un écran la journée, en face d'un clavier sur lequel mes doigts courent en tapotant des touches. Le but à la fin de la journée, c'est que les caractères tapés forment ce qu'on appelle vulgairement un programme, et que ce-dit programme compile lorsqu'il s'agit de C, s'interprète lorsqu'il s'agit de python et bouffe de la RAM comme un gros sale lorsqu'il s'agit de java.

Bref. Le soir, dans la pâle lumière vacillante de la bougie qui éclaire ma masure, il m'arrive d'être de nouveau devant un écran et un clavier. Et là, alors que mes doigts courent aussi vélocement sur celui-ci, je ne programme plus du tout. Rien, néant. Dans le temps, j'ai bien commis quelques codes me permettant de faire fonctionner mon tas de puces mais là, l'ennui. J'ai proposé quelques rustines afin que des logiciels libres fonctionnent mieux, mais là aussi pas envie de relancer l'éditeur de texte et le compilo. Aussi, j'ai une question[1]. Etes vous programmeur? Est-ce que vous programmez le soir pour vous? Dois-je arrêter la programmation et me reconvertir?

Je vous remercie de vos avis éclairés comme la lueur de ma chandelle

[1] HAHAHA j'ai menti, j'en ai trois. muhahahahaha

  • # Syndrome de l'usine de chocolat

    Posté par . Évalué à 10.

    Tu es victime du syndrome de l'usine de chocolat, tu ne parviens plus à apprécier chez toi ce que tu vois passer toute la journée au boulot. C'est une réaction bien normale. Si tu es passioné par la programmation, change de métier pour retrouver le goût de programmer chez toi. Sinon, continue et fais autre chose chez toi.

    • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

      Posté par . Évalué à 4.

      Je ne pense pas que l'usine de chocolat soit un bon exemple. Si les chocolats sont bons tu en mangeras quand tu voudras sauf que tu feras l'impasse sur les produits que tu n'estimes pas suffisamment bons. Au bout du compte tu en manges moins parce que les bons produits sont plus rares sauf à avoir un budget conséquent. Pour de nombreux produits alimentaires c'est souvent la même chose.

      • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

        Posté par . Évalué à 10.

        On parle d'usine de chocolat justement, pas du chocolatier confiseur. Et je t'assure entre le chocolatier-confiseur qui fait dans la variété et passe des cuisines à la vente ou à la dégustation et l'ouvrier qui voit passer des litres et des litres de chocolat dans une atmosphère à 40°, il y'a un monde. Ce dernier est facilement écoeuré. Après ça n'affecte pas toujours tout le monde non plus.

        • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

          Posté par . Évalué à 1.

          Usine n'est pas forcément synonyme de produits pas terrible et la zone à 40 °C est seulement limitée à quelques étapes, le reste du temps la clim fait son travail parce que bon la chaleur ce n'est pas ce que préfère le chocolat.
          Je ne sais pas quelle quantité Valrhona ou Cluizel produisent par an, mais ça doit se chiffrer en tonnes. D'ailleurs pas tous les chocolatiers confiseurs font leurs propres bonbons et bien souvent ils se contentent de mettre les produits des deux maisons citée plus tôt, ou d'autres, dans leur vitrine. Il n'est pas étonnant de retrouver les mêmes produits d'une boutique à l'autre. Bon après ya l'étiquette qui change la perception du goût du produit comme pour le vin.

      • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

        Posté par . Évalué à 1.

        Pour avoir fait un (long) stage chez Lindt (et Dieu sait que j'aime le Lindt), t'as tort, ou alors ton raisonnement n'est pas valable pour tous.

        "The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine.” Abraham Lincoln

        • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

          Posté par . Évalué à 0.

          Pour avoir fait un (long) stage chez Lindt

          C'est en France ? j'aimerai bien faire un stage aussi !!
          Dis moi que c'est en région Parisienne !

          • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

            Posté par . Évalué à 0.

            C'est dans le Sud-Ouest (Oloron Sainte-Marie, 64), et vive le pitonnage (je pas prêter :D). Ceci dit, pour un durée raisonnable, ils doivent pouvoir prendre des stagiaires/CDD...

            "The trouble with quotes on the internet is that it’s difficult to discern whether or not they are genuine.” Abraham Lincoln

        • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

          Posté par . Évalué à 1.

          Et pourtant lindt c'est écœurant même quand on y travaille pas.

    • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

      Posté par . Évalué à 7.

      Mais s'il vit dans une usine qui fait du chocolat noir, il peut toujours apprécier le chocolat blanc.

      J'arrête là avec les métaphores filées, pour éviter les crampes de cerveau.

      En clair, tout dépend ce que tu fais chez toi. Ce n'est pas forcément la même chose et ça peut être complémentaire.

      Moi, par exemple, au boulot, je fais beaucoup de scripts pour faire tourner des machins. À l'inverse à la maison, je fais des trucs plus profonds (bots irc, tentative de patch de mplayer[1], etc.).

      Et ce que j'apprends au boulot n'est pas forcément la même chose que ce que j'apprends à la maison. Quand j'ai eu mon premier boulot, j'étais content de pouvoir dire que je savais administrer bind. Du coup, j'étais opérationnel rapidement (le temps de m’imprégner de l'infrastructure en place). Mais au taf, j'ai découvert qu'on pouvait avoir des vues. Ça a changé ma vie (enfin mon lan surtout).

      Bref, le tout est de savoir varier les plaisirs.

      [1] Pour le moment abandonnée, mais un jour peut être…

    • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Certains confiseurs proposent à leurs employés de manger autant qu'il veulent du chocolat et au bout d'un jour ou deux ils n'en mangent plus.
      C'est bien connu que certains plaisirs à petites doses deviennent écœurantes ou gênantes quand on peut en abuser.

    • [^] # Re: Syndrome de l'usine de chocolat

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Tu es victime du syndrome de l'usine de chocolat
      Donc un acteur de film Pr0n délaisse bobonne ?
      Cela me semble logique :)

  • # projet perso

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    En même temps coder pour coder ça ne motive pas sur le long terme. Perso je code sur le peu de temps perso que j'ai, sur un projet qui m'intéresse et dont l'absence me manque au quotidien. Si tu n'as aucun besoin ou manque en particulier c'est pas la peine de te forcer.

    • [^] # Re: projet perso

      Posté par . Évalué à 7.

      +1

      Tout est question de motivation. Si un projet te motive vraiment (parce que le code te plait ou que tu as un besoin vital de la fonctionnalité), alors tu peux te retrouver à coder plusieurs dizaines d'heures d'affiler jusqu'à chambouler ton rythme circadien.

      Perso ça m'est arrivé très rarement, mais ça m'est arrivé.

      • [^] # Re: projet perso

        Posté par . Évalué à 5.

        +1

        Si tu bosses sur un projet « utile » et qui te tient à cœur tu trouveras le courage le soir… Par contre si c'est écrire des lignes de code mais sans aucun but c'est difficile de trouver la motivation !

        Personnellement, en rentrant chez moi le soir j'ai pas forcément envie de m'y mettre[1] mais une fois que j'ai démarré je ne vois plus le temps passer !

        [1] Qfacture

  • # Sinon

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Fais des gamins, tu verras, tu seras content de trouver une heure toutes les trois semaines pour hacker le driver de ton imprimante.

  • # Oui

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Mais je suis admin sys/réseau donc effectivement, quand je rentre le soir (ou quand mon réseau fonctionne bien), il m'arrive de coder:
    - Bug fix sur des projets tiers
    - Ajout de fonctionnalités
    - Et rarement création d'un projet propre (y'en a un qui faut que je remette à niveau en ce moment)

    Voilà, après, sur les projets auxquels je participe, y'a des périodes creuses et puis c'est chiant de recevoir un bug report, de de casser les neurones à trouver l'origine du bug et voir que t'as pas encore commencé à trouver une solution que y'a déjà un "fix commit" :)

    C'est le problème de bosser avec des gens plus compétents que soi, mais lire le code des autres est souvent interessant.

    • [^] # Re: Oui

      Posté par . Évalué à 5.

      mais lire le code des autres est souvent interessant.

      +1000 !
      Du coup, il m'arrive souvent de trainer sur Github et de scruter le code et/ou les pulls et de lire le code, de m'intéresser à "comment telle fonctionnalité a été réalisée", ...

    • [^] # Re: Oui

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je suis admin sys/réseau et la seule raison qui me fait allumer l'ordi le soir en rentrant, c'est mettre une radio libre en fond.

      J'aime mon travail mais le soir est là pour d'autres activités.
      Il m'arrive de "geeker" (expression de ma copine pour dire que je suis en console) mais rarement plus d'un soir toutes les 2 semaines.
      Mais après 8/9 heures de travail quotidien, j'ai envie de profiter d'autres choses (ma copine, lire, le sport, sortir...etc)

  • # Maintien en conditions opérationnelles

    Posté par . Évalué à 8.

    En ce qui me concerne, je ne suis pas développeur mais admin sys, mais je pense que mon cas se rapproche du tiens:
    J'ai, à la maison plusieurs "machines" dont l'utilité n'est pas immédiate, mais qui me permettent de maintenir mon niveau technique, chose que je ne peux pas faire dans le cadre de mon travail (par manque de temps, essentiellement). Alors je "bricole" chez moi (en ce moment, j'ai un nouveau jouet: Un dreamplug), mais cela me lasse aussi (surtout quand le Soleil brille et que mon VTT me fait de l'oeil :) )

    Le principal, je pense est surtout de t'amuser, il faut que ça reste ludique. Les questions que tu dois te poser, je pense, ce sont "Est-ce que mon métier me plaît?", "Est-ce que la programmation doit rester un 'hobby' pour moi?"

    Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

    • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

      Posté par . Évalué à 10.

      Bin c'est un peu ça aussi le problème. Mon boss me paye pour les lignes que je code. La formation et l'autoformation, je la fais (faisais) chez moi. Pourquoi est ce que je ne la ferais pas au boulot? Sur mes heures payées. J'ai des fois l'impression que l'informaticien est considéré comme le "bon gars" qui va bosser chez lui. Allez demander à un DRH s'il s'amuse à s'autoformer chez lui le soir en simulant des entretiens? Ou si un plombier s'amuse à démonter sa tuyauterie tous les deux jours? (ou jouer à mario bros)

      J'ai choisi informatique car j'aime le pouvoir, j'aime l'argent, et j'aime le sexe. Bon, apparemment, on m'a menti quelque part.

      • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

        Posté par . Évalué à 2.

        Tout à fait , je plussoie...mais (car il y en a un) notre métier est en constante évolution (la plomberie n'évolue pas à la même vitesse) et il est (je pense) très difficile pour une entreprise, de former tous ses informaticiens aux nouvelles techno qui arrivent tous les six mois: En général on "t'envoie en formation" quand un gros projet arrive, mais c'est toujours utile de savoir répondre "oui, je connais" quand un chef passe pour demander: "Quelqu'un a déjà travaillé sur des BdD MySQL?" (vécu) :)

        Je ne crois pas que dans notre métier, on doive faire l'impasse sur l'auto-formation (sous peine de tomber dans une impasse professionnelle ;) )

        Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

        • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

          Posté par . Évalué à 10.

          Autoformation n'implique pas que tu le fasses chez toi, à tes frais, sur tes heures personnelles. Ça ne semble pas déraisonnable d'utiliser régulièrement un peu de son temps de travail pour élargir ses connaissances même si tu es déjà compétent sur tes projets en cours.

          De même si tu me parachutes sur une techno dont je n'ai aucune connaisse, il n'y a aucune raison que je me forme sur mon temps libre. C'est du temps de travail.

          Ce qui n'implique pas non plus de ne rien faire chez soi quand on veut vraiment élargir son domaine de compétence sans rapport avec son travail actuel.

        • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Tu veux dire que plus un domaine évolue vite et plus c'est à l'employé de s'auto-former sur son temps libre ? C'est un concept qui doit beaucoup plaire à Laurence Parisot.

          • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

            Posté par . Évalué à 5.

            non, non, je pense que je me suis mal exprimé :)

            rien ne t'oblige à t' auto-former pour "les beaux yeux" de tes patrons, simplement:

            1. Si ça t'amuse
            2. Si ça peut t'ouvrir des opportunités

            alors tu ne doit pas t'en priver. Mais il n'est sûrement pas question de s' auto-former "sur demande" de tes patrons/chefs

            Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

          • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

            Posté par . Évalué à 8.

            En fait c'est a double tranchant ca.

            Tu peux decider de ne considerer que la formation d'entreprise, faut juste accepter en contrepartie que tu ne seras jamais le 'top star' qui maitrise a fond.

            Ou tu peux etre passione, faire des trucs sur ton temps libre, ce qui ameliore tes connaissances et ton experience, et au final cela pourrait t'amener une hausse de salaire/position que tu n'aurais pas eu si tu t'etais contente de la formation d'entreprise.

            C'est une question de choix de vie et de priorite.

        • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          mais c'est toujours utile de savoir répondre "oui, je connais" quand un chef passe pour demander: "Quelqu'un a déjà travaillé sur des BdD MySQL?" (vécu) :)

          Question naïve: en quoi est-ce utile? Pour obtenir de l'avancement?
          Ça ne vaut pas grand chose par rapport aux critères politiques (es-tu un bon soldat pour ta hiérarchie?). Ça ne vaut pas grand chose par rapport à ceux qui en savent moins mais ont une grande gueule (qui communiquent bien la moindre de leur réalisation, qui savent argumenter quand ils ne captent pas grand chose). On n'apprend pas ça à l'école, et pourtant c'est le plus important. La comm et les réseaux.
          Dans le cadre de mon boulot, je n'ai jamais vu personne obtenir de l'avancement parce qu'il pouvait faire un travail 2 fois plus rapidement ou de manière efficace qu'une autre personne (parce qu'il a déjà bossé sur telle ou telle techno).

          Les premières années de ma carrière de développeur, je m'intéressais à pas mal de technologies, je testais un peu tout. D'un point de vue avancement professionnel, ça ne m'a rien apporté du tout car je n'avais pas la capacité de mettre en avant mon travail (sans aller jusqu'à me dévoyer).
          Donc maintenant je ne développe sur mon temps personnel que si ça peut m'apporter quelque chose. Je fais de temps en temps des scripts python. Si pour des besoins personnels la solution la plus efficace est de développer quelque chose en apprenant une nouvelle techno, je le fais. Sinon je garde mon temps pour mes projets non-informatiques (notamment l'étude d'une langue étrangère). Je suis content de cette approche pragmatique.
          Et puis je ne suis rendu compte que tout développement sérieux est un gouffre de temps. Si je veux faire quelque chose de propre, de durable, j'ai besoin de bien réfléchir, sinon c'est du code jetable. Et j'ai d'autres priorités.

      • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

        Posté par . Évalué à 7.

        Pourquoi est ce que je ne la ferais pas au boulot? Sur mes heures payées.

        Pourquoi pas en effet. Il faut effectivement tirer le maximum de toutes ses expériences. Et c'est ce que je fais.

        D'un autre côté, rien ne t'empêche de valoriser ton autoformation.

        Moi je suis investit dans quelques assos, je passe pas mal de temps sur des projets (ce qui me forme involontairement) et ça me sert d'arguments lorsque je passe des entretiens avec mes employeurs.

        Mais peut être que c'est parce que je suis dans bonne boite (Rho la pub éhontée)

        Ou si un plombier s'amuse à démonter sa tuyauterie tous les deux jours?

        Le plombier aura peut être appris quand il était petit avec son père. Peut être qu'il fera des interventions chez lui, au sein de sa famille, ou chez ses amis.

        Évidemment, il ne le fait pas juste pour la formation.

        De même que, dans ton cas, il serait dommage de ne pas de faire former par ta boite quand c'est possible. Mais d'un autre côté, ta boite n'est peut être pas la plus adaptée pour faire tous types de formations (si elle ne développe qu'en python et que tu souhaites te mettre au Perl, par exemple, ça risque d'être compliqué à justifier).

    • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

      Posté par (page perso) . Évalué à -3.

      intéressant ce dreamplug, je n'avais jamais vu un modèle avec une telle quantité de connecteurs d'E/S !

      bien vu aussi le bloc d'alimentation détachable (le power over ethernet aurait été encore plus malin pour certains usages pro)

      le tarif est honnête (trouvé à 163 euro ttc port compris depuis l'Angleterre, sans carte mémoire ni module jtag)

      il y a bien une carte de 2go en interne ET un slot sd libre ?

      je n'ai jamais eu de cpu de ce genre, à quoi pourrait-on le comparer dans le monde du matériel grand public ?
      - ça se situe à combien d'un PIII-600 par exemple ?
      - est-ce que c'est beaucoup plus puissant ou moins puissant qu'une freebox ?

      Envoyé depuis mon Archlinux

    • [^] # Re: Maintien en conditions opérationnelles

      Posté par . Évalué à 1.

      Les questions que tu dois te poser, je pense, ce sont "Est-ce que mon métier me plaît?", "Est-ce que la programmation doit rester un 'hobby' pour moi?"

      Peut-être pas le métier, mais le projet ou la boîte pour laquelle tu bosses. Malheureusement les boîtes de type SSI sont purement "alimentaires".

      Une chose est presque sûre, si tu épuises ta passion au taff dans des projets chères et dont tu mesures l'absurdité, t'auras très peu envie de sortir ton $EDITOR le soir.

      Mais bon, je pense aussi que tu puisses être légèrement influencé par certaines idées matraquées et aliénantes, genre passer sa soirée devant un écran (souvent on fait le raccourci avec "internet/facebook") c'est rater sa vie.

      C'est tellement mieux de boire des bières avec des copains et aller à des concerts! :)
      Je nie pas le fait que ça soit bien, je pratique la première (sans alcool) pas souvent cela dit mais suffisament à mes yeux.
      Mais j'entends souvent des gars se vanter de faire ci et ça et que l'informatique s'arrête au boulot (ce sont rarement des gourous d'ailleurs et encore moins des passionnés mais ils accèdent à la profession qui est en quand même de plus en plus accèssible).
      Et j'avoue que des fameux ça m'agace.
      Du coup, ils font à peu près le même boulot que toi à un niveau différent mais ils prétendent faire 100 000 trucs à côté ou mieux.

      Mais bon je m'éloigne mais j'ose penser que c'est un élement pouvant semer les fameux doutes et ou dégoûts.

      Donc:
      - ne pas épuiser sa passion dans un taff/projet de merde jusqu'à une certaine limite
      - ne pas croire ou imaginer la vie des autres et croire aux stéréotypes.

      Analyse tes journées de boulot et tes soirées/weekend, regarde ce qui t'empêche de "coder" ou ce qui te donne envie de coder et essayer de démeler le tout.

      Et puis tout simplement, tu peux faire quelque chose de complètement différent (professionnellement), ça arrive souvent.

  • # First rule of fight Club is...

    Posté par . Évalué à 10.

    C'est bien connu, un bon programmeur est un programmeur fainéant.

    Tu dois simplement être un bon programmeur...

  • # Oui, mais pas le même genre de logiciels

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je passe ma journée à faire du Java et de l'ActionScript sur de l'application d'entreprise. J'aime ce que je fais mais j'ai toujours un pincement au cœur à utiliser ces langages. Moi j'aime bien le C++. Et j'aurais bien aimé faire du jeu vidéo. Et du logiciel libre aussi.

    Alors quand je rentre, je suis content de pouvoir programmer un jeu vidéo en C++, libre en plus ! Mais c'est parfois dur parce qu'il faut se caler une tâche d'une heure ou deux et qu'en plus je suis crevé. C'est vraiment du développement de loisir du coup.

    • [^] # Re: Oui, mais pas le même genre de logiciels

      Posté par . Évalué à 3.

      Héhé, c'est un peu la même de mon côté.

      Je bosse avec du .net sous windows sur un moteur d'application qui gère des flux de données. Je trouve l'implémentation au boulot sympa (vite fait) mais à chaque fois c'est un crève-coeur quand je me dis que ça pourrait être mieux fait, que ça pourrait utiliser des technos plus fun et que ça pourrait être libre/portable, etc.

      Comme j'ai un super contrat de travail qui n'est pas celui d'une SSII qui s'octroie la propriété du travail personnel de ses collaborateurs, à la maison je développe un moteur d'application qui gère des flux de données, et qui fait la part belle à des choses comme le C, le Javascript et c'est un vrai plaisir de bosser dessus en rentrant.

      Mais il faut avouer que certains soirs, le Vi reste bien fermé et que je végète sévèrement sur une petite série en clicouillant partout dans mon Gnome3.

  • # Temps partiel ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Le passage à temps partiel, genre 4/5, peut te permettre de retrouver du temps, donc de la motivation.

    Je l'ai fait et mes projets perso/contributions sont reparties après quelques mois à juste profiter du temps gagné !

    </mavie>

    • [^] # Re: Temps partiel ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Oui mais le temps partiel c'est du fric et donc du sexe en moins. Et qu'est-ce qu'on veut ? Du fric et du cul !

      Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

      • [^] # Re: Temps partiel ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Mais à 4/5, tu as plus de temps pour draguer. Donc - de fric peut-être, mais + de sesque! Victory \o/

        • [^] # Re: Temps partiel ?

          Posté par . Évalué à 5.

          La solution ultime étant de passer à la semaine de 32heures/4 jours à-la-carte \o/

          • [^] # Re: Temps partiel ?

            Posté par . Évalué à 8.

            Perso je suggeres la semaine de 0 heures, avec augmentation de salaire pour compenser les depenses occasionees par les vacances.

  • # Mon K

    Posté par . Évalué à 2.

    Je dois être dans le même cas que toi. De temps en temps un petit script par ci ou par là, mais pas grand chose de vraiment intéressant.

    Et plus le temps passe, étant célibataire et encore au foyer famillial, plus je développe une belle hausse d'activités sociales. Je passe plus de la moitié de mon temps libre avec d'autres personnes, à faire du sport ou devant un concert avec et quelques amis et quelques bières.

    Vivement un petit passage par le chomedu :)

  • # Oui, mais...

    Posté par . Évalué à 10.

    Perso, je code (sur mon temps libre, donc de manière occasionnelle et boulière sporadique) un projet perso, mais ce que j'ai remarqué c'est que j'ai souvent plus envie de m'y remettre quand je suis au taff que quand je suis chez moi !

    Première explication qui me vient à l'esprit : cette envie subite est là parce que je sature de devoir entretenir des applis mal conçues/développées/branlantes et que j'ai donc envie de goûter à nouveau aux douces joies du code propre, pensé, commenté, architecturé, que l'on peut casser sur un coup de tête et où l'on peut remettre en question tout un choix architectural, comme ça, parce qu'on en a envie...

  • # Ce n'est pas la même chose...

    Posté par . Évalué à 5.

    Bonjour,

    Au boulot, c'est plus souvent des trucs dégueulasse, modifiés et remodifiés à la va vite. Reprendre des programmes dont la moitié du code ne sert plus. Je conçois des chaines de traitement pour que juste au démarrage tout soit remis en cause par des règles de gestion modifiées.

    Quand j'ai du temps, j'aime programmer chez moi. Je prends du plaisir à faire de beau programme. A faire et refaire pour améliorer.

    • [^] # Re: Ce n'est pas la même chose...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Au boulot, c'est plus souvent des trucs dégueulasse, modifiés et remodifiés à la va vite.

      proverbe informatique: on n'a jamais le temps de bien faire les choses, on a toujours le temps de les refaire.

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # Ben moi...

    Posté par . Évalué à 6.

    Deja je suis plus trop linuxien, donc par definition je code peu et mal, et en plus je suis programmeur professionellement, donc evidemment la quand je rentrais a la maison la semaine passee ben je ... programmais un framework pour controler precisement la vitesse d'emission de messages arbitraires sur plusieurs canaux simultanement et permettre de changer cette vitesse dynamiquement.

    • [^] # Re: Ben moi...

      Posté par . Évalué à 1.

      Copain ! Je développe sur mon temps perso un programme qui correspond très fortement à ta description...

  • # Le bon plan : l'enseignement ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je suis encore aux études, mais enseigner en secondaire/au lycée (si je ne me trompe pas, ce que je veux dire c'est juste avant les études supérieures) me parait pas mal :

    • beaucoup de temps libre : les congés scolaires, les semaines ne sont pas trop chargées (à part peut-être les premières années où il faut préparer ses cours) ;
    • on ne programme pas durant la journée, donc on en est pas dégouté et on aime bien programmer sur son temps-libre ;
    • on peut enseigner l'informatique (et sans doute math aussi), être sysadmin et installer Linux/*BSD/… sur les ordis de l'école, former plein de jeunes au Libre, etc.

    Il faut aimer donner cours évidemment, mais je pense que c'est mon cas.

    Par contre, enseigner l'informatique en secondaire, ce n'est pas de l'informatique de très haut niveau (ou bas niveau, tout dépend du point de vue). Donc donner cours dans les études supérieures doit certainement être plus sympa pour cet aspect là.

    « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

    • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

      Posté par . Évalué à 10.

      beaucoup de temps libre : les congés scolaires, les semaines ne sont pas trop chargées (à part peut-être les premières années où il faut préparer ses cours) ;

      Ha ha ha. Elle est bien bonne.

      J'ai enseigné dans le supérieur. Pas beaucoup hein, à peu près entre 30 et 60 heures par semestre, en fonction des années. J'ai eu aussi à préparer les examens, ainsi que corriger les copies (là encore, pas énormément, entre 30 et 50 copies pour un ou deux groupes, une à deux fois par semestre). Contrairement au collège/lycée, où les contrôles sont relativement fréquents, en fac/école d'ingé on donne relativement peu d'examens (généralement 1 série en milieu de semestre, et une autre en fin). Il faut rajouter un éventuel projet aussi. Et puis ... c'est tout. Au collège, j'avais une dictée/interro de grammaire toutes les semaines ou deux semaines.

      Pourquoi je repars en enfance ? Tout simplement parce que j'ai eu des copies à corriger, en 4 ans de thèse. Des tas. Même en connaissant les réponses sur le bout des doigts, ça prend un temps fou. Je compte facilement une demi-journée pour 30 copies. Un prof n'a pas qu'une seule classe, comme c'était le cas pour moi.

      Concernant la préparation des cours : certes, le programme change peu. Certes, même lors de « réformes », il suffit la plupart du temps d'échanger des chapitres d'une classe de troisième à une classe de seconde. Ou pas. Certains acquis ne sont pas forcément là, et il faut adapter la pédagogie à une nouvelle situation — rien de catastrophique hein, c'est le boulot du prof de collège/lycée d'ajuster son cours aux changements. C'est juste que ce n'est pas si anodin non plus.

      Le « temps libre » d'un prof est aussi passé en réunion avec les autres profs pour discuter du cas des différents élèves. Je sais, ça n'a l'air de rien comme ça, et surtout, les profs n'en font pas la publicité (en même temps, si on dit à un élève qu'on discute de son cas avec les autres profs, il risque de virer parano très vite ...).

      Ce qui est vrai, c'est que les profs ne sont pas tenus de rester dans l'établissement une fois leurs enseignements terminés pour la journée (en tout cas en France).

      Pour ce qui est des congés scolaires, je connais beaucoup de profs du secondaire qui bossent vraiment pas mal pendant les « petites » vacances. Après, pour ce qui est des vacances d'été, il est vrai qu'il y a moins à faire. Mais bon, un prof de collège/lycée est payé 10 mois, et cette paie est étalée sur 12.

      on peut enseigner l'informatique (et sans doute math aussi), être sysadmin et installer Linux/*BSD/… sur les ordis de l'école, former plein de jeunes au Libre, etc.

      Ha ha ha (bis ;) )

      Je pense que la composante réellement importante quand on veut être enseignant dans le secondaire, c'est ... vouloir enseigner. Peu importe la matière. Le boulot c'est vraiment la transmission du savoir, pas ton expertise dans la matière en question (même si évidemment, il vaut mieux en savoir 100 fois plus sur un sujet qu'on enseigne, histoire de pouvoir répondre aux questions des élèves). C'est important car, contrairement à la fac ou encore mieux, à la fin de licence/au master, on ne peut vraiment pas reprocher à un élève d'avoir à assumer ses choix en termes d'enseignement : il faut faire des maths/du Français/etc., et c'est tout.

      Pour le moment, l'algorithmique est enseigné par des profs de maths (ce qui fait sens). Et c'est déjà un gros pas en avant que de donner des cours d'algo en Seconde. Ensuite, pour ce qui est de l'informatique « bas niveau », j'ai eu des cours d'électronique numérique en option TSA (Techniques des Systèmes Automatisés) et section TI (aujourd'hui appelé SI ­— Sciences de l'Ingénieur). À l'époque, j'avais eu à programmer un petit automate en utilisant les opcodes directement en hexa, à faire du GRAFCET, écrire en assembleur pour un processeur 6809, ... Je dirais que niveau info bas niveau, ça fait un bail que le lycée propose quelque chose (c'est juste que tous les lycées ne proposent pas l'option).

      En résumé : le vrai temps libre se trouve pendant les vacances scolaires. Le reste, ben... Y'a du boulot, tout plein de boulot à faire. Certes, c'est sans doute déjà plus que beaucoup de monde, mais honnêtement, l'une des raisons pour lesquelles j'ai su très vite que je ne serais jamais prof dans le secondaire est que je ne pourrais pas assurer tous les jours devant un parterre de zozos¹ qui viennent juste d'avoir EPS et à qui on impose 2h de math/info juste après. 30 élèves dans une classe, quand ils sont déjà moyennement concernés, c'est pas évident. 30 élèves, parmi lesquels BEAUCOUP sont dissipés, c'est tout un art de les garder concentrés, calmes, etc. Et ça use beaucoup l'enseignant.

      [1] J'utilise le terme affectueusement hein, et j'inclus mon « moi de y'a 15 ans » dedans.

      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        À lire vos commentaires, le seul point sur lequel j'ai tort dans mon premier commentaire, c'est :

        les semaines ne sont pas trop chargées

        Peut-être que la charge de travail durant les périodes de cours/examens sont équivalentes à n'importe quel autre boulot plein temps.

        Mais un prof a quand même beaucoup plus de congés qu'un autre employé. Et pendant ces congés, c'est vrai que si on a encore des copies à corriger, améliorer ses cours, etc. on peut passer du temps à ça, mais ça ne prend jamais tous les congés (surtout en été : au moins un mois et demi de vraiment tranquille je dirais).

        Administrer les ordis de l'école, ce n'est évidemment pas le but premier, mais il faut bien quelqu'un qui le fasse. Et quelqu'un qui s'y connait, c'est quand même mieux. Je sais qu'une école tout près de chez moi est passée entièrement sous Linux il y a quelques années.

        Et je suis tout à fait conscient que donner cours, surtout si c'est à des ados chiants, ça épuise. Si je me rend compte que ce n'est pas ma tasse de café ^W thé, je peux toujours bosser dans une boite.

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

        • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          À lire vos commentaires, le seul point sur lequel j'ai tort [...]

          Non, c'est pas une histoire de "point", mais tu dis en gros tiens, pour avoir du temps pour coder je vais faire prof. Et là on te dis oué, ben va regarder vraiment ce que c'est être prof et ensuite on en reparle. Car oui c'est possible, tout autant qu'un autre job, par contre pas du tout avec la même organisation c'est vrai.
          Et faut prendre en compte le métier en lui même.
          En gros on a (j'ai) surtout l'impression que ce qui t'intéresse le plus est l'emploi du temps alors que c'est un point assez peu critique dans le métier d'enseignant (enfin si le but est tout de même d'être un bon enseignant).

          Administrer les ordis de l'école

          Oué enfin c'est pas forcément le boulot des profs ça... Au lycée ce n'était pas le cas, en école d'ingé encore moins. Y'a des admin sys pour ça.

          donner cours, surtout si c'est à des ados chiants, ça épuise

          Ca peut être épuisant même avec des ados pas chiants et même si c'est pas des ados. Tout dépend de l'engagement essentiellement.

          • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Ca peut être épuisant même avec des ados pas chiants et même si c'est pas des ados. Tout dépend de l'engagement essentiellement.

            Je confirme. J'ai donné des séances de cours/TD de 3h. Ça m'a vidé à chaque fois.

          • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Et là on te dis oué, ben va regarder vraiment ce que c'est être prof et ensuite on en reparle

            Je sais plus ou moins ce que ça implique, ma mère est prof.

            On peut dire la même chose pour un travail en entreprise. Programmer 40 heures par semaines, sur du code ancien, qui n'est pas forcément libre, et qui ne nous intéresse pas autant qu'un projet personnel, je ne sais pas si j'en ai vraiment envie. Bon on peut évoluer et devenir chef de projet, etc. Mais dans un boulot il y aura toujours des choses qu'on n'aime pas faire.

            J'ai fait un stage d'assez longue durée dans une startup, et je me suis rendu compte que programmer sur son temps libre, et programmer en entreprise, il y a un monde de différence.

            Administrer les ordis de l'école

            Oué enfin c'est pas forcément le boulot des profs ça... Au lycée ce n'était pas le cas, en école d'ingé encore moins. Y'a des admin sys pour ça.

            Dans l'école où j'étais, un des profs d'info s'occupait à temps partiel des ordinateurs.

            « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

        • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Je connais pas mal d'employés, dans pas mal de structures (genre le CEA), qui ont au final quelque chose comme 10 semaines de congés au total (et la plupart ne peuvent physiquement pas prendre l'intégralité...).

      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

        Posté par . Évalué à 3.

        À l'époque, j'avais eu à programmer un petit automate en utilisant les opcodes directement en hexa, à faire du GRAFCET, écrire en assembleur pour un processeur 6809
        Copaing! J’exaspérais mon prof parce que je faisais le GRAFCET après avoir pondu mon code plutôt que de le faire avant. Au moins, je documentais mon bousin!

        Depending on the time of day, the French go either way.

    • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      en lisant, je voulais répondre. Puis j'ai vu qu'une réponse était déjà et déjà intéressante. Mais finalement je répond quand même un peu sur le fond.

      En lisant ton commentaire on a vraiment l'impression que tu ne saisi pas ce qu'est réellement un métier d'enseignant. Ha oui, c'est sur pour un agrégé en lycée on va tourner vers 18h de cours par semaine (si je ne me trompe pas). Forcément tu peux gérer tes journées (hors cours, réunions, conseils d'établissement, réunions parent-profs, ...) un peu comme tu veux. Et c'est ce que font je pense tous les profs.
      Par contre, car il y a contrepartie, en général si tu prend du temps pour toi dans la journée (ce que voient tout le monde de l'extérieur) ben il faudra en prendre pour tes cours / tes élèves le soir, le week end, les vacances. Mais ça, les gens ne le voient pas vraiment...
      (évidemment mon point de vue est peut-être biaisé, mon père est prof en lycée, ma mère en collège) Je les ais toujours vu travailler tous les soirs, presque tous les week end. Lorsqu'on partait en vacances c'était souvent avec un tas de copie à corriger pour la rentrée. Avec des bouquins pour adapter les cours. Ben oui, un prof normalement quand il voit par exemple que ces élèves ne comprennent pas / mal, il essai d'adapter ses cours, de changer les exercices, de préparer les devoirs, les exams, etc. Et ça prend un temps fou.

      Pour l'histoire des cours à préparer les premières année, alors là je rigole mais vraiment. Je connais des profs qui toutes les années essaient d'améliorer, adapter leurs cours (aux élèves, aux programmes, de l'amélioration continue aussi). Ha oui, y compris lorsque c'est la dernière année avant la retraite de se prof...

      Bon, je vais pas continuer à radoter, mais en clair si tu veux faire prof pour avoir du temps libre pour coder, ait bien conscience que :

      • soit tu n'aura pas de temps libre (pas plus que dans tout boulot quoi, juste que tu le gère différemment)
      • soit tu risque de ne pas être un si bon prof que ça pour tes élèves
      • soit un mix des deux...
      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Mais ça, les gens ne le voient pas vraiment...

        En effet, mon ex était prof (et ma copine actuelle a été pionne), et j'ai pas vraiment vu tout ça, mais plutôt ses crises de nerfs quand on lui apprenait que tout ses cours ne seraient pas sur 3 jours consécutifs. Ceci dit je jalouse pas, au contraire, je n'aimerai pas un métier qui est devenu si mal reconnu/aimé

        • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Cela me rappelle un ami qui me relatait une conversation téléphonique avec ses parents qui sont profs. "Tu sais en dehors des cours, il y a plein de travail à faire - Qu'est-ce que vous avez fait ce jeudi après midi ? - On a joué au tennis."

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Un ami me disait :
            - pff, les profs, tous des glandeurs !
            puis, le lendemain, durant ses heures de taff, m'a envoyé 2 ppt et une vidéo alacon...

            Ben oué, quelque soit le boulot tu auras toujours des glandeurs. Il existe des mauvais profs. Il existe tout simplement de mauvais employés et de sacrés glandeurs (qui justifient à eux seuls pleinement toutes les politiques de proxy / firewall d'entreprises...)

            Mais sérieusement, la discussion n'a rien de choquant en soit (en tout cas de mon point de vue) car ce qui n'est pas dit (et qui est valable pour pas mal de profs surement, en tout cas pour l'avoir vécu pendant bien longtemps) c'est la suite de la journée. Ok, tennis l'après midi, mais copies / préparation des cours le soir (pendant que d'autres rentrant de leur taff vont aller faire du sport, mouler sur linuxfr - ha non, on parle des activités hors boulot... -, coder par plaisir, glander devant la tv, etc).

            • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Mon propos n'était pas de dire que c'était des glandeurs mais qu'il contrôle complètement leur emploi du temps. Dans le privé si cela se voit un peu trop que tu glandes, il t'arrive des ennuis. Et surtout qu'au final, il dispose tout de même de beaucoup plus de temps libre qu'un "cadre" typique.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                Posté par . Évalué à 4.

                Tout est dans le « un peu trop » ... :)

              • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Ah et concernant le temps libre, c'est fort possible (là encore, je ne parle que pour les vacances d'été). En contrepartie, un cadre typique va gagner plus de sous (rapport aux dix mois de salaire étalés sur douze).

                • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Pour le salaire, si cela continue, cela ne sera même plus vrai.

                  Mais c'est vrai aussi que rapporter à l'heure de travail, même en comptant les corrections et préparation de cours, je ne suis pas sûr qu'il soit si mal payé. (par comparaison, un ingénieur débutant à 35h/mois gagne autant en moyenne qu'une femme de ménage à son compte à l'heure, autour de 12€/h)

                  "La première sécurité est la liberté"

                  • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                    Posté par . Évalué à 0.

                    Ne jamais comparer les revenus d'un salarié avec un indépendant ça n'a aucun sens.

                    • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Dans le cas d'un "employé à domicile", si cela en a un, car les charges sont payé à coté, donc on leur donne du net(donc c'est pire en fait), idem pour les nounous.

                      "La première sécurité est la liberté"

                      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Il faudrait que tu clarifies exactement de quoi tu parles. D'un indépendant ou d'un salarié à domicile. Tu avais dit "femme de ménage à son compte".

                        Dans le cas d'un vrai indé la comparaison est très biaisée:
                        - Le temps de travail ne correspond pas à la même notion (les déplacements inter-clients sont sur ton temps de travail en salarié et pour ta pomme en indé)
                        - L'employeur paye les cotisation sociales pour le salarié mais l'indé doit cotiser au RSI (et il n'aura pas du tout les mêmes droits)
                        - Pas de congés payé où autre.

                        Dans le cas d'un salarié à domicile il existe aussi un biais:
                        - Si tu as plusieurs employeurs les temps de trajet c'est aussi pour ta pomme (si chacun t'embauche 2h/sem et 20mn de changement ca te rajoute dans les 5h/semaine, calcul ce que ça te fait en heure sup...)
                        - Les couvertures sociales ne sont pas forcément les mêmes

                        Je connais mal le cas des salarié à domicile, peut être qu'effectivement avec la fiscalité spéciale, c'est un très bon plan. Alors oui les ingés en france sont souvent moins bien loti qu'à l’étranger mais on est pas trop à plaindre non plus hein... L'eldorado n'est pas toujours chez les autres.

                  • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                    Posté par . Évalué à 8.

                    Il est difficile de quantifier la « valeur horaire » d'un enseignant. Comme son rôle est éminemment social, qu'il doit aussi bien souvent s'occuper de gamins après les cours (faire du suivi, voir les parents, parfois les convoquer, etc.), je ne vois pas trop comment tu peux quantifier la valeur de leur travail au niveau horaire. Exactement comme je trouve difficile de quantifier la valeur du boulot apporté par un ingénieur qui est payé au forfait (métier de l'esprit, tout ça).

                    Un prof doit enseigner X heures / semaine (ça dépend s'il a le CAPES ou l'agrégation). Mais en terme de pénibilité, même s'il ne donne cours que 18h (CAPES) our 15h (agreg) par semaine, c'est une toute autre paire de manche que la plupart des métiers de type ingénieur/consultant.

                    Ensuite, je viens de regarder les salaires, et ça donne ceci :
                    - Prof CAPES → début : 1600€ nets / mois; fin : entre 2500 et 3000€/mois.
                    - Prof agreg → début : 2000€ nets / mois; fin : entre 3000 et 3600€/mois.

                    À noter que d'après education.gouv.fr, un prof certifié (CAPES) ne touche 2000€/mois qu'après 10 ans de service, et un agrégé touche ~2300€/mois pour la même période. À comparer aux 2-5 ans nécessaires à un ingé pour toucher 2500-2800€ (de ce que je vois autour de moi)³.

                    Si je compare (même source) avec ce qu'on me raconte pour des salaires d'administrateurs en info/réseaux/télécoms :

                    • Admin réseaux (DUT/BTS) → début: ~ 1500 €; fin : ~ 3200€
                    • Admin réseaux (ingénieur/IUP/Master) → début : >= 2300€; fin : ~ 4100€
                    • Architecte SI (Master/ingé) → début : ~ 2300€; fin : pas indiqué (mais je connais des archi SI qui touchent dans les 5000-6000€/mois, donc je dirais facilement 4500€ en fin de carrière).
                    • Webmaster → début : 1500-2300€ (BAC+2-BAC+5); fin : ils ne disent pas (juste qu'un responsable de gros site peut toucher dans les 3000€)

                    munci propose une comparaison entre plusieurs évaluations. Bien entendu, suivant le type de poste (DSI c'est quand même plus rare que help-desk...) il est normal de voir de très gros ou très bas salaires, mais en moyenne, il me semble qu'un prof de collège ou lycée a un salaire qui évolue dans les mêmes eaux que pour un technicien (STS/IUT).

                    Concernant la préparation des cours, si le prof est sérieux à ce sujet (i.e. le prof n'est pas un chercheur aigri qui n'a jamais réussi à trouver un poste de maître de conf, par ex...), il y a facilement 10 autres heures passées par semaine à corriger/améliorer ceux-ci (en incluant la correction de copies). Il faut ajouter à cela les diverses réunions, qui se passent le plus souvent après les heures de cours, et qui commencent donc entre 17h et 18h30 (et peuvent finir bien tard).

                    Enfin, j'attire ton attention sur les possibilités d'évolution d'un ingé comparé à celles d'un prof de collège/lycée. En gros : un ingé peut devenir chef de projet, directeur technique, etc., et de manière générale, peut « changer de métier dans le métier ». Même si tout le monde ne peut pas faire grand chef à la place du grand chef (DSI), il existe tout un tas de possibilités d'évolutions « accessibles et raisonnables ». Pour un enseignant du secondaire, ben, ... Ah ben non. Les seules possibilités d'évolution sont sans doute de devenir principal de collège ou proviseur au lycée (et évidemment, les places sont rares).

                    Encore une fois, je ne cherche pas à opposer les deux métiers, mais simplement montrer que faire une comparaison simplement sur le salaire ou les heures travaillées est un peu trop facile...

                    [1] Source : http://www.phosphore.com/metier/134/nom/Professeur-agrege
                    [2] Source : http://www.phosphore.com/metier/125/nom/professeur-en-college-ou-en-lycee
                    [3] Attention, je ne dis pas que les ingés en question ne méritent pas leur salaire hein. Juste qu'ils touchent effectivement un salaire significativement plus élevé.

                    • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Même si tout le monde ne peut pas faire grand chef à la place du grand chef (DSI), il existe tout un tas de possibilités d'évolutions « accessibles et raisonnables ».

                      Quand tu as un site d'une boite composé de 1000 ingénieurs, tous ne peuvent pas devenir chef non plus vu qu'un département peut gérer ~70 personnes. Dans toutes les boites ou je suis passé, l'ingénieur était l'employé de base. Tout le monde ne peut pas être chef.

                      Encore une fois, je ne cherche pas à opposer les deux métiers, mais simplement montrer que faire une comparaison simplement sur le salaire ou les heures travaillées est un peu trop facile...

                      La comparaison est complexe, je suis d'accord. Dans ton équation, il faut aussi rajouter les avantages du fait d'être fonctionnaire : pas de craintes du chômage, pas besoin de mettre beaucoup d'argent de coté, facilité d'accès aux crédits.

                      Dans tes calculs, il faudrait aussi montrer les 3 mois de congé (je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi les formations de prof ne se font pas sur ce temps là au lieu de le faire pendant les cours). Je veux bien croire qu'il y a des réunions passé 18h30, mais il y a d'autres compensation.

                      Je cite tout cela car on entend très souvent les enseignants se plaindre.

                      "La première sécurité est la liberté"

                      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                        Posté par . Évalué à 4.

                        Quand tu as un site d'une boite composé de 1000 ingénieurs, tous ne peuvent pas devenir chef non plu

                        C'est vrai, mais ils peuvent changer de boite, sauf accord de non-concurrence (et en particulier dans le cas d'ingés en info, on peut très souvent passer outre car la clause est excessive). Un enseignant qui enseigne dans le public passe le CAPES. Il ne peut (a ma connaissance) pas aller voir du cote du prive car il faut passer un autre concours (CAPET). De plus, la paie n'est pas forcement meilleure. Par contre, des ingés qui sont passes d'une boite a une autre et touchent vraiment plus que leur ancienne boite, oui, il y en a tout plein autour de moi.

                        Dans tes calculs, il faudrait aussi montrer les 3 mois de congé

                        Je me répète, mais les profs n'ont PAS trois mois de congés. Deux tout au plus (oui je sais, c'est beaucoup, bla bla bla -- en contrepartie un cadre est mieux payé). Un prof de lycée finit fin juin/début juillet, et reprend fin août. Idem pour un prof de collège. Les "petites vacances" n'en sont pas. Oui, le prof peut partir en vacances, etc., mais il ne sera jamais loin de ses copies.

                        Et oui, bien entendu il y a des compensations à être prof. De même qu’être ingé dans une grosse boite offre souvent un accès a une super mutuelle (dentaire/optique incluse), parfois des stock-options, etc. Tu trouves que les profs se plaignent; viens donc faire cours une journée. Parler, ça épuise, même quand la classe est sage et qu'il ne faut pas faire de discipline. A chaque fois que j'ai eu a faire cours a des étudiants (en licence, école d'ingé, etc., donc quelque part, ils sont déjà "triés"), à la fin de la séance, j'étais vidé. Et pourtant j'adore enseigner, je ne me plains vraiment pas de ça. Mais je n'enseigne au mieux que quelques semestres par semaine, au contraire des profs de secondaire qui enseignent toute leur vie, toutes les semaines (pour le coup, je pense qu'il s'agit vraiment d'une vocation). Donc voila, je me répète : un prof, ça a des horaires souples, oui, mais au final sa semaine est aussi remplie que celle d'un technicien (ça tombe bien, sa paie y correspond). Sauf qu'un technicien peut aller au CNAM, obtenir un Master, et espérer une augmentation (ou changer de boite pour un salaire plus élevé), pour faire le même boulot (plus ou moins). Un enseignant peut avoir tous les diplômes du monde, son avancement se fait a l’ancienneté principalement.

                        • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Les "petites" vacances c'est 3fois 2semaines, c'est déjà plus que les congés payés classiques!

                          "La première sécurité est la liberté"

                        • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                          je n'enseigne au mieux que quelques semestres par semaine

                          C’est déjà pas mal quand-même…

                        • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Le CAPET ne sert-il pas à autoriser l'enseignement en lycée technique ? Rien à voir avec le privé...

                          • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                            Posté par . Évalué à 4.

                            Si, carrément. Honte sur moi. En fait apparemment le concours est commun entre public et privé, mais les critères pour être acceptés ensuite diffèrent.

                            • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              En fait apparemment le concours est commun entre public et privé

                              C'est à dire que le concours de recrutement dans le privé est organisé par l'État.

                              mais les critères pour être acceptés ensuite diffèrent.

                              Si je me souviens bien, les candidats au concours privé sont classés sur une liste à part puis doivent démarcher les chefs d'établissement pour être recrutés.

    • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

      Posté par . Évalué à 7.

      Il manque un tout petit détail dans les réponses ci-dessus (qui évoquent bien le problème du temps passé par les profs à préparer leurs cours et corriger leurs copies), c'est la compréhension de ce que représente en terme de tension et de concentration une heure de cours. Je pense qu'une heure de cours, en terme de concentration ça doit être pas loin d'équivaloir à une heure de vol en Rafale...

      Après une journée de 7h de pilotage d'un avion de chasse, crois-moi, se plonger dans du code, ce n’est pas gagné (sans parler des piles de copies qui t'attendent...)

    • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Un conseil, si t'aimes vraiment le development, deviens developeur. Et un bon.
      T'auras un bon boulot, plus de fric. Moins de conges, certes, mais des conges sans thunes, ca sert pas a grand chose non plus.
      Tu bosseras sur des projets interessants, toute la journee, avec les moyens de le faire.

      Le cote "je prends un taff a la con qui m'interesse pas forcement pour avoir le temps de faire autre chose a cote", tu risques de t'en mordre les doigts dans 10 ans.
      C'est pas comme si l'informatique est un domaine de niche ou il est dur de faire carriere. Ta passion serait le rempaillage de chaises, je comprendrais, mais dans un domaine aussi dynamique que le logiciel ou t'as une chance de participer a qq chose de radicalement nouveau, voire de le creer, ca serait dommage de passer a cote, non?

      Apres, c'est sur que torcher des jsp pour une SSII paye au lance pierre, ca fait pas rever, mais si t'arrives pas a depasser ce stade, la "passion" va probablement vite te passer. Et surtout, tu ferais mieux de pas contribuer, parce que tu vas faire plus de mal que de bien.

      Ce qui me gene le plus dans mes projets perso, c'est pas d'avoir passe 10-12h00 au boulot a developer des trucs, c'est de pas avoir 6-10h00 devant moi pour avoir le temps de faire les choses correctement.
      Alors, certes, ya les week end, mais madame va vite gueuler et ca fait des interruptions assez longues.

      If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        J'aime le développement, mais pas à trop grande dose.

        Et puis après tout, si j'aime donner cours, autant faire ça.

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

      • [^] # Re: Le bon plan : l'enseignement ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Tu bosseras sur des projets interessants,

        C'est quand le problème principale, la plus part du temps. En SSII, tu récupères ce que la boite ne veut pas faire elle même, donc, c'est rarement le plus intéressant. Or les boites non-SS2I ne recrute quasiment plus directement.

        Il faut vraiment bien chercher et prendre des risques (genre changer de région)

        "La première sécurité est la liberté"

  • # Moi ,je suis boulimique

    Posté par . Évalué à 2.

    Dès fois, je code sans arrêt.

    Je pense plus qu'à çà. Limite associable et puis je me calme.

  • # Pas assez!

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    C'est par phases. Et étrangement (ou pas tant que ça, en fait), j'ai d'autant plus envie de coder le soir, que j'ai peu codé pendant la journée, parce que j'ai écrit des specs, fait du test, ou du recrutement.

    C'est principalement une histoire de motivation. Un problème m'intéresse, ou je me motive enfin pour réécrire un jeu qui m'a marqué durant ma folle jeunesse de gamer. Ça me travaille, je surfe furtivement sur de la doc pendant la journée, et je code le soir et le week-end. Et puis, quand le problème a été résolu en principe et que j'ai un prototype, la rage de vaincre m'abandonne, et je laisse malheureusement tomber. S'ensuit alors une période de moulage intense.

    Je me force à écrire du code générique et à tout coder dans une même dépôt, afin de gagner du temps sur le prochain projet.

    Alors, cela vaut-il le coup, vu que jamais rien n'en sort?

    J'ai l'impression d'en retirer quelque chose. Pour le boulot, pour ma culture, et puis coder c'est un hobby plutôt bon marché, une fois passé l'investissement initial dans le hardware.

    Mais je connais de nombreux codeurs qui ont de très belles carrières sans coder une seule ligne chez eux. Et quand ils passent managers, ils se remettent à coder à la maison :)

  • # Quand je suis malade ou quand il pleut

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Il faut savoir profiter des temps morts! Ca m'a permit de sortir le jeu Newton Adventure par exemple.

    http://devnewton.bci.im

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.