Formaliser les limites de la connaissance, un travail pour le Libre

5
11
avr.
2018
Science

Grâce à l’inventivité l’être humain s’est offert des outils de progrès :

  • garder l’outil au lieu de le jeter ;
  • l’écriture ;
  • le partage des connaissances pour tous avec l’école obligatoire ;
  • la formalisation et la classification des connaissances : le langage (dictionnaire), le savoir (encyclopédie), les espèces, les éléments périodiques ;
  • etc.

Ces outils au concept simpliste, légués par nos ancêtres, sont actuellement indispensables dans notre travail. Par exemple, la classification périodique des éléments est le document de base du chimiste. Dorénavant, c’est à notre tour de léguer de tels outils à nos descendants.

Le projet LibreIdea.org est un site d’inventivité collaborative, sorte d’alternative aux brevets mais à la sauce numérique.

Repenser le paradigme de l’inventivité et de sa protection implique de mieux faire et d’utiliser les avantages que ne possède pas l’ancien modèle. L’un des éléments novateurs (accessoirement aussi l’un des piliers du projet) est de formaliser les limites de la connaissance.

Késako

Dit d’une autre manière, l’objet est de formaliser, de rassembler et de classifier toutes les problématiques connues de tous les domaines et sous‐domaines scientifiques ( environ 800) et sur lesquelles des citoyens ou des chercheurs travaillent au quotidien.

Le schéma suivant montre l’élargissement des connaissances permis grâce aux nouvelles découvertes et inventions :
problèmes et problématiques : les limites de la connaissance

Le schéma suivant montre le champ que veut occuper le projet libreidea.org/flc : les problèmes induits qui se posent afin d’élargir notre connaissance :
exemple concret : connaissance et limites de la connaissance

Comment ?

Pour formaliser les problèmes que l’on qualifiera de « haut niveau », à la pointe de la recherche, ceux‐ci sont disponibles implicitement ou explicitement dans les publications ouvertes des chercheurs ; ce qui est quasi imbitable pour tout un chacun de les extraire. Alors, à moins de réussir à convaincre les auteurs de publier leurs problèmes bénévolement, le meilleur moyen est encore de rémunérer ce travail.

Pour formaliser les autres problématiques les moins pointues, l’idée est de faire appel à des contributeurs bénévoles.

Le système de classification est essentiel pour naviguer parmi ce contenu afin de le rendre accessible. Aujourd’hui le système est rudimentaire et devra donc être amélioré.

Concrètement

De la même manière qu’en mathématiques où les problèmes sont connus de beaucoup, il faut simplement imaginer une base de données où les problèmes de recherche non résolus et de toutes disciplines seront tous présents, facile à filtrer.

Quels intérêts ?

Le fait de rendre visible cette limite aurait différents intérêts :

  1. servir au projet parent LibreIdea.org, qui est une plate‐forme d’inventivité collaborative : les problématiques servent à réfléchir à de potentielles solutions que l’on nomme ingénies ; dans le but de créer une synergie en alliant les chercheurs et chaque citoyen intéressé ;
  2. permettre aux étudiants de proposer un travail plus approfondi (ouvertures, perspectives, etc.) ;
  3. montrer les problèmes — a contrario de montrer la connaissance — pourrait susciter chez les élèves des vocations, par l’envie de les résoudre : processus que l’on retrouve dans le jeu vidéo, par exemple.

Besoins du projet

Pour faire grandir et connaître ce projet, il a besoin de contributeurs prêts à s’investir afin de travailler sur différents leviers : technique, financier et politique.

Pour conclure

Le Libre, grâce à ses avantages, peut et doit proposer des outils de progrès qui visent à créer une synergie à l’échelle planétaire afin de convaincre les politiques et le grand public du bon sens de cette philosophie à l’ère numérique.

Ce projet Formalise knowledge limits, qui part d’une idée simple est, il est vrai, ambitieux. Une fois l’essentiel de cette limite formalisé, ce projet pourrait servir à nos enfants et à leurs descendants ; à condition, toutefois, de recevoir le support de la communauté.

  • # Typo

    Posté par . Évalué à 3 (+3/-0).

    classification des éléments périodiques ----> classification périodique des éléments chimiques

  • # Réinventer la roue

    Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

    J'ai sûrement tort mais après avoir lu ton article en diagonale, j'ai l'impression que tu veux réinventer Wikipédia 🤔

    "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

    • [^] # Re: Réinventer la roue

      Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

      Prends un article qui explore la connaissance.
      Peux tu en déduire les problèmes soulevés qui permettraient, si résolus, d'avancer dans la connaissance?
      La réponse est non je crois.

      Le but de FLC est que chacun, et notamment les spécialistes de chaque discipline, formalise tous ces problèmes afin que chacun puisse accéder à cette "limite de la connaissance".

      C'est simple je pense et rendre tous ces problèmes visibles de tous permettrait, à mon avis, de rendre notre civilisation un peu plus intelligente.

      Et je pense que c'est un travail pour le Libre.

  • # fâcheux

    Posté par . Évalué à 0 (+0/-1).

    quel dommage qu'un tel projet aussi novateur ne suscite aucun intérêt

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.