La GPL version 3 pourrait sortir en 2007

Posté par (page perso) . Modéré par Pascal Terjan.
Tags : aucun
0
11
août
2005
Justice
D'après un article de ZDNet, citant Eben Moglen, juriste de la Fondation du Logiciel Libre (FSF), les premières versions de travail de la version 3 de la GPL seront publiées dès le début de l'année 2006. Le processus de discussion pourrait alors engager 150.000 personnes et 8.000 organisations, d'après Eben Moglen, et devrait aboutir à une sortie de la version officielle courant 2007.

Cette version 3 de la licence GPL devrait en particulier mieux prendre en compte le problème des brevets sur le logiciel, clarifier l'utilisation de Logiciels Libres dans les environnements réseau et également réduire les barrières qui empêchent aujourd'hui de mélanger du code couvert par la GPL avec du code sous d'autres licences libres.

À propos de ce problème de réutilisation de code, Martin Fink, vice-président de la division open-source de chez HP, a appelé durant une conférence à LinuxWorld, les sociétés IBM et Sun à utiliser la licence GPL plutôt que des licences libres spécifiques. En particulier, il a appelé Sun à changer la licence de Solaris 10 pour la GPL, plutôt que l'actuelle CDDL.

Aller plus loin

  • # FSF

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    juriste de la Fondation du Logiciel Libre (FSF)
    :s/du/pour le

    http://www.gnu.org/fsf/fsf.fr.html(...)

    "FSF, en français «Fondation pour le Logiciel Libre»"
  • # Compatibilité BSD ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Moi, ce que j'espère le plus de cette license, c'est la compatibilité pour l'incorporation de code GPL sous la license BSD, même si je ne pense pas que ce sera fait, car idéologiquement, c'est remettre en cause, l'une des raisons même de la license GPL, qui se veut "virale" au bon sens du terme, càd protéger du code libre, en ne l'autorisant pas à être réutilisé dans un code non libre.

    Mais pour moi le problème c'est qu'avec la GPL, la license BSD est la plus importante du monde libre, et que le code peut aller dans un seul sens...

    Des projets comme FreeBSD, NetBSD, ou encore OpenBSD pourrait en profiter au même titre que linux et les distribs Linux profite des technos BSD : OpenSSH, et autres...

    PS: A vos trolls...
    • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      A ce troll je répondrai la chose suivante la GPL est la liberté du code, le code ne pourra en aucun cas se retrouver enfermé dans un logiciel propriétaire. Alors que la licence BSD est la liberté du programmeur du faire du code ce que bon lui semble, comme l'enfermer dans un shareware par exemple.
    • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Moi, ce que j'espère le plus de cette license, c'est la compatibilité pour l'incorporation de code GPL sous la license BSD, même si je ne pense pas que ce sera fait, car idéologiquement, c'est remettre en cause, l'une des raisons même de la license GPL, qui se veut "virale" au bon sens du terme, càd protéger du code libre, en ne l'autorisant pas à être réutilisé dans un code non libre.
      En effet, ce que permet la licence BSD est intrinsèquement en opposition avec l'idée de la GPL.

      Sinon, voici une référence supplémentaire sur la sortie de la GPL3 et qui reprend un court historique de la GPL : http://www.clubic.com/actualite-21629-la-licence-gpl-sera-mise-a-jo(...)
    • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Comme tu le dis, ça remet en cause l'une des raisons même de la licence GPL (la viralité). Si elle permettait d'intégrer du code GPL dans un projet sous licence BSD, rien n'empêcherait un éditeur de logiciel propriétaire d'intégrer le code qui l'intéresse dans un projet bidon sous BSD, et ensuite utiliser le code dans son logiciel propriétaire, puisque la licence BSD le permet.


      D'un autre côté, je me demande s'il serait possible d'inclure le code GPL dans un projet BSD, mais en conservant la licence du code GPL. C'est à dire que le code source serait mixte, et il en résulterait qu'une personne voulant se servir du code du projet dans un logiciel non libre n'aurait le droit de réutiliser que la partie du code sous BSD. En cela le projet se comporterait plus comme un projet GPL incluant du code BSD que le contraire.
      • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Complètement d'accord. Cela fait plusieurs fois que je passe sur des projets LGPL sur lesquels je voulais ajouter des fonctionnalités, mais pour moi le "jeu du libre fair-play" c'est la GPL. Donc mon but serait de rajouter des modules en GPL.
        Le mariage des licences au sens GPL et au sens LGPL est plutôt délicat, dans le genre casse-tête.
        Prenons le cas d'un logiciel dont le c½ur est en LGPL avec des modules en GPL. Une entreprise souhaitant intégrer le code dans son produit propriétaire pourrait le faire sans les modules GPL.
        Le cas inverse est plus simple: le c½ur est GPL donc les modules sont en GPL.

        Pour généraliser, dans l'arbre de dépendance d'un logiciel, dés qu'un n½ud est GPL alors toutes ses sous-branches jusqu'au feuille sont GPL.
    • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      La licence GPL n'est pas virale, elle est héréditaire, ce qui est totalement différent. Le terme virale laisse supposer qu'elle contamine du code qui n'a rien à voir, ce qui est totalement faux.

      Utiliser le terme virale fait le lit du FUD pour les anti-logiciels libres primaires.
      • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        J'ai utilisé le terme virale volontairement pour justement reprendre les accusation faite à la license GPL (je l'ai mis entre guillement, et je me suis immédiatement expliqué sur ce que j'entendais par "virale" pour éviter de ce méprendre, j'entendais bien héréditaire...)
      • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

        Posté par . Évalué à -3.

        Elle est bel et bien virale : imaginons un programme propriétaire de bonne taille (mettons un firmware de lecteur DVD incluant donc OS, drivers, décodeur et tout le bataclan, par, au hasard, KiSS Technology) dans lequel tu voudrais implanter une fonctionnalité à deux balles (disons toujours au hasard pour gérer les sous-titres) et que pour ne pas te fatiguer tu reprendrais un petit bout de code GPL (on va dire du projet MPlayer par exemple). Hé bien tout le firmware devrait devenir GPL. Si ça ce n'est pas de la contamination ! Mais... C'est la règle du jeu !
        • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

          Posté par . Évalué à 2.

          pour ne pas te fatiguer tu reprendrais un petit bout de code GPL (on va dire du projet MPlayer par exemple). Hé bien tout le firmware devrait devenir GPL.

          Ca ne veut pas dire qu'elle est virale.

          1/ Rien ne l'empêche de développer un module d'interfacage en LGPL, ou de s'arranger pour que son code ne soit pas lié à du code GPL.

          2/ Dans le cas ou ils le font effectivement, un tribunal ne pourra que leur faire respecter la GPL en leur laissant le choix:
          - soit rendre effectivement la totalité du code lié en GPL
          - soit retirer le code GPL en question.

          La société qui enfreint la licence n'est pas obligée de diffuser son code qui reste sa propriété.
          • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            > 1/ Rien ne l'empêche de développer un module d'interfacage en LGPL, ou de
            > s'arranger pour que son code ne soit pas lié à du code GPL.

            Si, il y a un truc qui t'en empêche : La GPL. Si ton programme, globalement, contient du code GPL, alors la totalité doit être GPL. Le fait que ton programme, incompatible GPL, passe par une interface LGPL pour y accéder, n'y change rien.
            • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Exact, j'ai écrit une grosse connerie.

              Extrait de la FAQ:


              I'd like to incorporate GPL-covered software in my proprietary system. Can I do this?
              You cannot incorporate GPL-covered software in a proprietary system. The goal of the GPL is to grant everyone the freedom to copy, redistribute, understand, and modify a program. If you could incorporate GPL-covered software into a non-free system, it would have the effect of making the GPL-covered software non-free too.
              A system incorporating a GPL-covered program is an extended version of that program. The GPL says that any extended version of the program must be released under the GPL if it is released at all. This is for two reasons: to make sure that users who get the software get the freedom they should have, and to encourage people to give back improvements that they make.

              However, in many cases you can distribute the GPL-covered software alongside your proprietary system. To do this validly, you must make sure that the free and non-free programs communicate at arms length, that they are not combined in a way that would make them effectively a single program.

              The difference between this and "incorporating" the GPL-covered software is partly a matter of substance and partly form. The substantive part is this: if the two programs are combined so that they become effectively two parts of one program, then you can't treat them as two separate programs. So the GPL has to cover the whole thing.

              If the two programs remain well separated, like the compiler and the kernel, or like an editor and a shell, then you can treat them as two separate programs--but you have to do it properly. The issue is simply one of form: how you describe what you are doing. Why do we care about this? Because we want to make sure the users clearly understand the free status of the GPL-covered software in the collection.

              If people were to distribute GPL-covered software calling it "part of" a system that users know is partly proprietary, users might be uncertain of their rights regarding the GPL-covered software. But if they know that what they have received is a free program plus another program, side by side, their rights will be clear.


              Donc la seule solution c'est s'arranger pour que son code ne soit pas lié à du code GPL. Ca doit être faisable, mais pas simple.

              Ca n'empêche pas que si un programme propriétaire inclut du code GPL, on ne peut que l'empêcher de diffuser ledit programme, ou l'obliger à enlever le code GPL de son soft. Rien ne l'oblige a diffuser tout le code en GPL.
              • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Une solution souvent adoptée: le programme auquel tu intègres le code sous gpl est 100% gpl, les éléments que tu veux absolument garder propriétaires doivent être distribués séparément de ce programme, sous forme de plugins. Du coup, ce n'est plus un soft propriétaire qui utilise du code gpl mais un soft GPL qui s'interface avec des plugins non gpl... ça n'est pas facile, ça ne marche pas à tous les coups, et il faut bosser dessus.

                Cette approche est retrouvée dans les pilotes non-libres (nvidia par exemple) et certains projets de softs télécom et vidéo.

                Celà permet de:

                - priver l'utilisateur des libertés typiques du logiciel libre pour les éléments choisis.

                - conserver les libertés pour les éléments gpl.

                - inciter éventuellement une communauté à enrichir la partie redistribuée sous GPL
                • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  En fait, passer par un système de plugins ne change rien. Le tour de passe-passe de NVidia c'est que la GPL ne couvre que les travaux dérivés.

                  Donc Nvidia a fait programmer une couche d'abstraction pour l'OS. Cette couche dérive du noyeau, donc sa version Linux est sous GPL, tout va bien.
                  Mais ils on programée une version FreeBSD (sous licence BSD) de cette couche, et ils disent que le module binaire dérive de la couche sous BSD. Du coup il est sous la licence de leur choix, même quand il est chargé sous Linux.
                  S'il n'existait pas de version BSD, le même binaire chargé de la même manière par Linux serait sous GPL: la solution technique ou la nature du code n'a pas d'importance, c'est "l'arbre généalogique" qui compte.

                  Pour reprendre l'exemple précédent, si tu développe une bibliothèque bidon pour les sous-titres, qui ait la même ABI que celle de Mplayer, alors tu peut utiliser celle de Mplayer (c'est le cas de windows/wine : wine est GPL mais on a le droit de le distribuer avec des applications windows propriétaires, parce que ces dernières ne sont compatibles que "par hasard" et pas intentionnelement).

                  Et pour revenir sur les cas de Kiss et des sous-titres de Mplayer, c'est bien normal, imagine: Kiss prends juste les sous-titres, Apple juste les codecs, Sony juste l'interface... à la fin ils se mettent tous d'accords, ils melangent leurs codes et ils sortent une version propriétaire de Mplayer.
                  On pourrait conseiller que les lignes de codes originelles restent sous GPL, les autres non.
                  Mais dans ce cas, il suffit d'effacer/réecrire ligne par ligne le code originel, éventuellement en changeant les espaces par des tabulations.
                  Pour éviter cela il faut que les logiciels dont l'existence découle de celle d'un code GPL soit GPL. Mais c'est pas de la contamination, c'est de l'hérédité, même si le code GPL n'est qu'un ancêtre lointain.

                  Dans le cas ou ils le font effectivement, un tribunal ne pourra que leur faire respecter la GPL en leur laissant le choix:
                  - soit rendre effectivement la totalité du code lié en GPL
                  - soit retirer le code GPL en question.

                  Une conséquence de l'hérédité est qu'un développeur qui aurais réecris dans son logiciel tout le code qui avant était sous GPL ne peut pas en changer la licence, même s'il ne reste plus une ligne de code GPL, car il en reste un travail dérivé.
              • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Ca n'empêche pas que si un programme propriétaire inclut du code GPL, on ne peut que l'empêcher de diffuser ledit programme, ou l'obliger à enlever le code GPL de son soft. Rien ne l'oblige a diffuser tout le code en GPL.


                On peut empêcher la diffusion avant qu'elle n'ait commencé, après, c'est trop tard...
                Si un programme propriétaire incluant du gpl volé a déjà commencé à être distribué, pas de retour en arrière, il y a obligation de distribuer le code sous licence gpl à toutes les personnes ayant déjà la version binaire.
                • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Ça n'est pas si clair.

                  Si tu as distribué le programme sous GPL, alors, tu t'es toi même engagé à filler les sources, t'es mal.

                  Sinon, on peut dire après coup : « Ah, bah, t'avais pas le droit de faire ça ». L'auteur du code GPL peut s'estimer laisé et demander le reste du code sous GPL en dédomagement, mais ce n'est pas dit qu'il l'obtienne.
                  • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Si tu as distribué le programme sous GPL, alors, tu t'es toi même engagé à filler les sources, t'es mal.


                    On ne parle pas de ce cas mais du cas de la personne incluant du code gpl dans un produit non gpl. Celui qui publie un soft sous license gpl sait de toutes façons à quoi il s'engage (ou alors il est vraiment le dernier des cons)

                    Sinon, on peut dire après coup : « Ah, bah, t'avais pas le droit de faire ça ». L'auteur du code GPL peut s'estimer laisé et demander le reste du code sous GPL en dédomagement, mais ce n'est pas dit qu'il l'obtienne.
                    Non, le gpl ne donne pas le droit à l'auteur d'un programme gpl de réclamer les sources de dérivés développés par des tiers. Le GPL oblige la publication de toute modification du code source pour que toute personne ayant la version binaire du logiciel modifé ait accès au code source de toute l'application modifiée. Le GPL, c'est pour protéger l'utilisateur contre des modifs non documentées, pas pour rétribuer l'auteur d'un soft en nature. Maintenant, si l'auteur initial arrive à mettre la main sur une version binaire, il est parfaitement en droit d'exiger les sources.
                    • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      La GPL est un contrat entre deux parties. L'auteur accèpte de te distribuer quelque chose, en échange, l'utilisateur s'engage à accepter certaines conditions.

                      Si "l'utilisateur", c'est une boite qui a décidé de violer la GPL, et de redistribuer le même soft sous une autre licence, alors, il ne tient pas ses engagements, donc l'auteur peut effectivement s'estimer laisé. Je ne dit pas qu'il obtiendra forcément les sources, mais il peut demander des domages et intérêts.

                      Si tu violes la license d'un logiciel MS, et qu'il y a une plainte, crois-tu que le tribunal va juste te dire : « Bon, allez, vous avez utilisé illégalement le logiciel XYZ pendant 10 ans. Maintenant, ça suffit, en punition, rendez-moi ce CD piraté, rentrez chez-vous et on n'en parle plus. ».
                      • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Bon, ok, toi tu fonces directement devant les tribunaux, mais en général, ça se règle à l'amiable, ce genre de choses. En général, même un tribunal essayera de forcer un accord à l'amiable avant d'aller plus loin.
        • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          En général, un virus (au sens médical du terme) se transmet même si tu n'en as pas envie.

          Ici, le caractère héridataire de la GPL se transmet parce que tu as choisi d'utiliser du code sous GPL. C'est bien différent.

          viral sous-entend que même si tu ne le veux pas, pouf, ton logiciel doit devenir sous GPL, ce qui est totalement faux.
          • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

            Posté par . Évalué à -3.

            Il s'agît bien là d'une question de langage, ce que je cherchais à montrer c'est qu'un programme sans lien aucun au départ ni en fonctionnalité, ni en taille, ni en antériorité, ni en politique de license se voit adjoindre une portion de code GPL même mineure, alors il doit passer tout entier en GPL (et c'est, nous sommes bien d'accord, la règle que s'engage à accepter tout utilisateur de code GPL). Viral est un adjectif qui convient bien mieux à mon avis qu'héréditaire : le programme contaminé n'a nul besoin d'être de la même famille (un mailer peut reprendre du code d'un jeu) ni d'être plus récent (un programme ancien peut reprendre du code GPL d'un programme plus jeune). Héréditaire supposerait que la transmission n'a lieu qu'à la naissance, ça aussi c'est totalement faux pour reprendre tes mots ;-) ! Reste que viral n'est pas non plus un terme parfait, simplement largement plus approprié amho. Mais il fait moins joli pour cette si belle GPL c'est vrai, ce qui doit expliquer les nombreux moinssages du message original !
        • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Je pense que tu prends le problème à l'envers.

          Tu dis qu'elle est virale, c'est à dire que si tu inclus du code GPL dans ton code propriétaire, ton code propriétaire deviens GPL. Mais c'est le contraire :
          Tu n'as pas le droit d'include du code GPL dans ton code si il n'est pas lui même GPL. C'est pas le fait d'inclure le code qui le "contaminerais" mais bien une condition préalable à cette inclusion.
        • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

          Posté par . Évalué à 5.

          Ce n'est pas de la contamination, ça s'appelle accepter les règles du jeu...

          Il n'y a aucune excuse pour utiliser du code sous gpl et ensuite refuser de suivre les règles du jeu.

          Le GPL, c'est pour protéger les logiciels libres des pilleurs de code.

          Sous license BSD, Linux serait peut-être mort depuis longtemps.

          Note: dans l'exemple du firmware, il est tout à fait possible de structurer les choses pour que seule une faible portion du code soit touchée par le GPL (à savoir principalement le code dérivé du code GPL), mais celà demande structure et discipline.
          • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            > Sous license BSD, Linux serait peut-être mort depuis longtemps.

            Il me semble qu'il existe quelques exemples de noyaux sous license BSD qui ne sont toujours pas morts.

            Note qu'on peut aussi la faire dans l'autre sens:

            « Sous license GPL, la GNU libc serait peut-être morte depuis longtemps »

            Par ailleurs, il y a quand même un monde entre la GPL et la BSD. Je comprend bien que des développeurs veuille empécher leur code de devenir propriétaire, mais franchement, moi, je me fiche pas mal de la licence des autres bouts de code qui utilisent le mien. Si un soft propriétaire veut utiliser mon code libre, je préfère ça plutôt qu'il utilise du code propriétaire à la place, tant que mon code reste libre.
            • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

              Posté par . Évalué à 4.

              Il me semble qu'il existe quelques exemples de noyaux sous license BSD qui ne sont toujours pas morts


              En effet, mais on ne peut pas dire qu'ils soient aussi largement utilisés que Linux. Ils n'ont aucunement la même ampleur que Linux sur le marché et ne représentent pas une force commerciale comme celle de Linux. Si linux était en BSD, il y a belle lurette que certains acteurs auraient pris des éléments clefs de linux pour faire de l'embrace-extend...

              Les noyeaux BSD ont par ailleurs bien aidé Microsoft à stabiliser son propre noyeau.

              Le bsd n'offre pas de liberté transitive, donc autant l'éviter quand il s'agit de produits (par contre, pour des frameworks, des librairies, là le BSD a des avantages indéniables, c'est aux développeurs à choisir quels éléments de leurs softs ils veulent standardiser à tout prix et quels éléments ils veulent protéger à tout prix)
              • [^] # Re: Compatibilité BSD ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Les noyeaux BSD ont par ailleurs bien aidé Microsoft à stabiliser son propre noyeau.

                Les noyaux BSD existants n'ont rien a voir avec le kernel NT, c'est une architecture completement differente.
      • [^] # Viral, héréditaire, Résumons...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Euh... Tous ce que je viens de lire ne me convient pas :
        - Viral, OK, ca ne va pas, car on choisi volontairement.
        - Herediataire, c'est completement faux : comme ca a été expliqué, la GPL influence le code a coté, pas seulement le code enfant. la LGPL est héréditaire, la GPL est héréditaire et autre chose (elle oblige les autre softs a changer de licence pour pouvoir utiliser le soft GPL.)

        Conclusion : dire que la GPL est héréditaire est un mensonge par omission (on oublie de dire qu'elle influe aussi sur le choix de la licence de logiciels qui n'ont rien à voir).

        Donc, trouvez un autre mot, et stoppez le FUD qui veut combatre un autre FUD.
        Et en attendant un meilleur mot, je garde "viral", qui se rapproche plus du fonctionnement de la GPL que le mot "héréditaire".
        • [^] # Re: Viral, héréditaire, Résumons...

          Posté par . Évalué à 2.

          Donc, trouvez un autre mot, et stoppez le FUD qui veut combatre un autre FUD.
          Et en attendant un meilleur mot, je garde "viral", qui se rapproche plus du fonctionnement de la GPL que le mot "héréditaire".


          "transitive" ?
  • # Drôle de titre..

    Posté par (page perso) . Évalué à -3.

    Le titre de cette niouze aurait pu être: La GPL version 3 pourrait ne pas sortir en 2007.
    L'emploi du conditionnel et la vaste/lointaine période d'accomplissement de la condition rendent l'info (du moins son a(cc|pp)roche par son titre) fort peu informative.
    • [^] # Re: Drôle de titre..

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Le titre de cette niouze aurait pu être: La GPL version 3 pourrait ne pas sortir en 2007.

      La prochaine fois, tu pourras poster la dépêche, comme ça, le titre te plaira. Non ? ;-)

      Sinon, effectivement, la période est lointaine, mais je ne vois pas en quoi l'info est peu informative. Elle donne la vision d'Eben Moglen sur le sujet, et permet d'introduire ce qu'a dit le bonhomme d'HP, qui est plutôt intéressant.
    • [^] # Re: Drôle de titre..

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je sui assez d'accord, il aurait mieux de mettre plus en relief ce qui concerne l'année 2006 : les premières versions de travail de la version 3 de la GPL seront publiées dès le début de l'année 2006.
      En effet, la GPL v3 sortira quand elle sera prète, et sera inattaquable ( je suis optimiste de nature, disons le moins attaquable possible), mais dès 2006, si tout va bien on saura, sinon quand sortira la nouvelle version, du moins à quoi elle ressemblera.
      Comme tout logiciel libre, cette licence profitera au maximum de la quantité importante de personne la commentant, la critiquant, voire la corrigeant...
      Personnellement, je me fout de savoir quand elle sortira, du moment qu'elle ne tombe pas à la première attaque.
  • # Pendant qu'on parle de licence

    Posté par . Évalué à 1.

    Au sujet des licences j'avais une question sur la GPL,et sur le propriété du code.
    J'ai developpé une appli que j'aimerais à la fois partager mais aussi pourquoi pas vendre pour etre integré dans des produits commerciaux (on peut toujours rever).
    A ma connaissance je ne connais que la licence QT qui permet de faire cela, y'en a t'il d'autres.
    Si je mets mon code en GPL cela signifie t'il qu'il m'est impossible de le vendre par la suite ?
    Est il possible de déclarer du code sous licence QT ou est-ce une licence propriétaire et quelles sont les versions libres ...
    • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      QT propose 2 licences : un proprio et une GPL, y'a pas de licence "QT".
      Tu peux faire exactement pareil :
      proposer 2 licences, voir plus, c'est toi qui voit, les utilisteurs auront le choix.
      Tu peux toujours revenir en arrière après, changer de licence, etc.
      • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        QT propose 2 licences : un proprio et une GPL, y'a pas de licence "QT".
        Si: la QPL (non-copyleft, n'autorise que la distribution des patchs), elle est d'ailleurs approuvée par l'OSI et reconnue libre par le GNU :
        http://www.opensource.org/licenses/qtpl.php(...)

        Pour ce qui est du problème de mosfet, il pourrais envisager une version du genre de la licence de Netscape qui est copyleft sauf pour l'auteur initial du logiciel : un logiciel dérivé de son logiciel serait forcément libre, sauf pour lui qui pourrait en sortir une version propriétaire.
        Cette version te laisse t'aproprier le code des participants externes, mais risque du coup de les décourager (sauf ceux qui lisent pas la licence). Du coup tu peut vouloir sortir ton projet sous licence BSD (mais alors tout le monde pourrais l'inclure dans un soft propriétaire sans demander ton avis) ou sous double licence GPL/proprio, ce qui serait mieux vu mais ne te laisserais pas intègrer les contributions faite à la version GPL dans la version proprio.
        À toi de voir, en ton âme et conscience -_^.
    • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

      Posté par . Évalué à 2.

      Si c'est toi l'auteur du code tu as tout à fait le droit de le publier sous diverses licences, libres ou non, à la fois.

      Au passage, tu peux très bien utiliser du GPL dans des produits commerciaux...

      Tu peux très bien réutiliser la licence de quelqu'un d'autre, qt, sun etc... en prenant juste garde à ne pas conserver leurs coordonnées !

      Bref si c'est toi l'auteur du code tu es libre de lui appliquer les licences que tu veux. Par contre s'il y a d'autres contributeurs à ton code, et qu'ils ne t'ont pas cédés leurs droits tu sera obligé de respecter leur licence, c'est le cas du kernel par ex.
      • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

        Posté par . Évalué à 3.

        Pour compléter cette info, il faut savoir qu'il est déjà arrivé que l'auteur "principal" d'un soft en GPL décide d'en faire un logiciel propriétaire, et pour cela vire toute les contributions faites par d'autres. Il a tout a fait le droit de le faire car "son" code lui appartient.

        Par contre, il ne peut pas empécher d'autres de reprendre le code complet de la dernière version GPL qu'il ait fait, et de continuer à le faire évoluer parallèlement à sa version propriétaire. Il ne peut pas revenir sur les licences des versions antérieures.

        D'une manière générale, il faut bien garder à l'esprit que la GPL ne dépossède en rien son auteur, contrairement à une idée répendue.
        • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

          Posté par . Évalué à 0.

          la GPL ne dépossède en rien son auteur, contrairement à une idée répendue.
          C'est un peu jouer sur les mots. Certe il reste bien l'auteur du code qu'il a publié, mais comme tu l'as bien signalé il ne peut empècher même s'il n'est plus d'accord que son code, déjà publié en GPL, soit repris et modifié.
          Donc la GPL dépossède son auteur du droit de changer d'avis sur du code déjà publié sous GPL. Mais bon c'est un peu normal quand même et je pense que pour toutes les licences c'est pareil.
          • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

            Posté par . Évalué à 3.

            Le droit français te donne le droit de retrait d'une oeuvre qui te permet d'empècher la distribution de ton oeuvre. Et ce droit fait partie des droits moraux qui ne peuvent pas êtres cédés ou vendus.

            Si j'ai bien compris, avec ce droit tu pourrais empècher tout le monde de redistribuer ton code, mais tu dois alors dédommager les gens s'ils sont lésés.

            Tu peux aussi empècher quelqu'un de redistribuer ton oeuvre s'il le fait d'une manière qui est "préjudiciable a ton honneur et a ta réputation."

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_d'auteur(...)
            • [^] # Re: Pendant qu'on parle de licence

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              (source legifrance)
              « Article L121-7

              (Loi nº 94-361 du 10 mai 1994 art. 3 Journal Officiel du 11 mai 1994)

              Sauf stipulation contraire plus favorable à l'auteur d'un logiciel, celui-ci ne peut :
              1º S'opposer à la modification du logiciel par le cessionnaire des droits mentionnés au 2º de l'article L. 122-6, lorsqu'elle n'est préjudiciable ni à son honneur ni à sa réputation ;
              2º Exercer son droit de repentir ou de retrait. »
  • # Adoption

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Un gros problème qui va se poser pour l'adoption éventuelle de cette GPLv3 par des projets c'est le fait que beaucoup d'entre eux ne sont que sous "GPLv2 only".
    C'est le cas du kernel Linux qui ne pourra donc jamais passer sous la GPLv3 (impossible de retrouver tous les contributeurs et d'obtenir leur accord).
    • [^] # Re: Adoption

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Au passage, question stupide: Comment ça s'est passé pour le passage v1 -> v2 ?
      • [^] # Re: Adoption

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        il me semble que l'arrivée de la v2 s'est faite au début des 90's (google me dit 1991) donc le kernel a toujours été sous v2 non ?
    • [^] # Re: Adoption

      Posté par . Évalué à 2.

      Il y a aussi beaucoup de projets qui sont "GPL version 2 et supérieures". Dans ce cas, le passage d'une version à l'autre de la licence est automatique. C'est peut-être le cas de Linux (à vérifier).
      • [^] # Re: Adoption

        Posté par . Évalué à 4.

        Non non, comme le dit patrick_g, Linux est explicitement sous "GPL V2" et pas "GPL V2 ou superieure". C'est un choix de Linus.
        Par contre, rien n'empeche certaines portions d'etre en >=2, certaines sont bien sous BSD...
    • [^] # Re: Adoption

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      beaucoup d'entre eux ne sont que sous "GPLv2 only".

      Je ne sais pas si beaucoup est le qualificatif adapté. Le noyau Linux est effectivement sous licence GPL version 2 seulement, mais la plupart des logiciels sous GPL utilisent la mention proposée par défaut de GPLv2 ou supérieure.

      Par contre, pour Linux, effectivement, je ne sais pas bien comment ça va se passer.
  • # Des progrès à faire

    Posté par . Évalué à -2.

    J´espère seulement que Eben Moglen n´est plus le seul juriste de la fondation, ou bien qu´au minimum il a fait semblant de s´intéresser au Droit en dehors des USA.

    Parce que, pour prendre un simple exemple, il semblerait que le simple fait qu´on sorte du nombril du monde (i.e. les USA) rende la contrat de GPL inapplicable aux consommateurs puisqu´il n´existe pas de traduction officielle de la GPL dans quelque langue que ce soit.

    Les américains, fussent-ils aussi brillants que Eben Moglen ou RMS, n´ont toujours pas compris que l´américain n´est pas la langue officielle sur l´ensemble de la planète.
    • [^] # Re: Des progrès à faire

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je passe sur les américains nombrilistes blabla... Je ne dirais même rien sur le fait de considérer la GPL comme un contrat...

      Ouais et bien sûr Sun fournit toujours les licences de ces solutions java en français (ou [insérez-ici votre langue préférée]). Comme tous les éditeurs de logiciels d'ailleurs. Et Debian fournit les licences de tous ses paquets dans toutes les langues.

      Les juristes savent bien qu'avoir des versions dans chaque langue d'une licence est une source de conflits juridiques sans fin (ce qui n'est pas forcément inintéressants pour eux :), chaque langue ne permettant pas une traduction parfaite des concepts originaux, sans compter les simples erreurs de traduction et les problèmes d'adaptation éventuelle au droit local.

      La force de la GPL est bien d'être utilisée sur toute la planète car elle est bien conçue.
      • [^] # Re: Des progrès à faire

        Posté par . Évalué à 0.

        Je ne dirais même rien sur le fait de considérer la GPL comme un contrat...


        Bien sûr, une licence n´a jañais été considérée en France comme un contrat de concession de license ou de brevet.

        Et bien évidemment, il n´a jamais été écrit qu´un contrat pour une peronne physique doit être rédigé en français...

        Bien évidemment, tout ce aui touche de près ou de loin à la GPL est forcément parfait, les gardiens de la révolution sont toujours là pour le rappeler.
        • [^] # Re: Des progrès à faire

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          C'est original de répondre sur le point que je ne traite pas...

          > Bien sûr, une licence n´a jañais été considérée en France comme un contrat de concession de license ou de brevet.

          On parle d'une licence (avec un 'c') en général ou de la GPL ?

          > Et bien évidemment, il n´a jamais été écrit qu´un contrat pour une peronne physique doit être rédigé en français...

          Tiens la notion de personne physique vient de se rajouter à la discussion.

          > Bien évidemment, tout ce aui touche de près ou de loin à la GPL est forcément parfait, les gardiens de la révolution sont toujours là pour le rappeler.

          Après l'anti-américanisme à 2 francs, l'anti-« fanatisme » à 2 euros... Tu voulais une discussion ou juste dire tout le mal (avec l'axe qui va avec) que tu pensais de la GPL et de ses auteurs sans être contredit ?
          • [^] # Re: Des progrès à faire

            Posté par . Évalué à 0.


            Tiens la notion de personne physique vient de se rajouter à la discussion.


            Non, la personne physique était là dès le départ. C´était même un personne physique tr`s particulière puisque je palais de consommateur.

            Bon, en bon gardien de la révolution tu n´as donc même pas lu mon post, ce n´est pas grave, j´ai l´habitude...

            Quant à prétendre aue je suis un opposant à la GPL, Ça me fait mal, je suis un ardent défenseur du LL. Mais voilà, osez porter un doute sur la GPL et vous êtes immédiatement cloué au pilori.

            Et après, grâce a vous autres, les gardiens de la révolution qui ne veulent rien entendre, on rencontre un inspecteur de la DGCCRF qui dit en substance :

            " Vous protestez contre la vente-liée PC/Windows parce que vous souhaitez utiliser Linux, mais la licence de Linux est rédigée en Anglais, elle ne s´adresse donc pas au consommateur mais au professionnel, vous ne pouvez donc pas invoquer le code de la consommation, puisque vous n´^etes pas un consommateur mais un professionnel ".

            Les gardiens de la révolutions qui empêchent de toucher à la GPL sont les meilleurs défenseurs de Microsoft.

            Le pire, c´est aue M$ au nom du code de la consommation aurait le droit de poursuivre les revendeurs qui vendent des PC équipés de Linux au grand public...

            ( bon, faudrait aussi que le CLUF soit porté à la connaissance du consommateur AVANT l´achat, certes ! Mais lui au moins il est rédigé en français).
            • [^] # Re: Des progrès à faire

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              > Non, la personne physique était là dès le départ.

              Exact, un consommateur est une personne physique.

              > [anti-américanisme primaire] (...) gardien de la révolution (...) cloué au pilori (...) gardiens de la révolution (...) gardiens de la révolutions (...) M$ (...)

              Quand tu souhaiteras discuter normalement et posément, tu sais où me trouver.
            • [^] # raisonnement fallacieux

              Posté par . Évalué à 4.

              Vous protestez contre la vente-liée PC/Windows parce que vous souhaitez utiliser Linux, mais la licence de Linux est rédigée en Anglais, elle ne s´adresse donc pas au consommateur mais au professionnel, vous ne pouvez donc pas invoquer le code de la consommation, puisque vous n´^etes pas un consommateur mais un professionnel

              Ah, bel exemple d'argument fallacieux.
              La loi dit :
              - un contrat impliquant un non-professionnel doit être rédigé en français
              (obligation légale)
              Cela n'implique absolument pas :
              - toute personne acceptant un contrat rédigé en anglais est un professionnel
              (caractérisation formelle)

              La première affirmation énonçant une obligation légale, on ne peut pas en extraire la contraposée et la transformer magiquement en impératif logique... Ce serait même parfaitement absurde puisque, du fait de la contraposée, on ne pourrait pas dénoncer une violation de l'obligation (car on serait alors considéré comme professionnel, donc échappant à l'obligation) !
    • [^] # Re: Des progrès à faire

      Posté par . Évalué à 5.

      Parce que, pour prendre un simple exemple, il semblerait que le simple fait qu´on sorte du nombril du monde (i.e. les USA) rende la contrat de GPL inapplicable aux consommateurs puisqu´il n´existe pas de traduction officielle de la GPL dans quelque langue que ce soit.

      Quand tu dis "il semblerait", tu indiques par là que c'est ton avis personnel non-étayé, c'est ça ?
      Parce que bon, des juristes qui considèrent que l'application de la GPL en droit français ne pose globalement pas de problème, il y en a : http://www.crao.net/gpl/(...)
      Des entreprises aussi, d'ailleurs (et pas seulement des multinationales d'origine américaine).

      Au fait, ça veut dire quoi "inapplicable aux consommateurs" (sic) ? Si un zozo refuse la validité de la GPL, il ne gagne strictement rien au change, et il perd tous les droits que lui accordait la GPL. C'est ce qui fait la différence entre un contrat classique et une licence comme la GPL : un contrat formalise un accord réciproque (donnant-donnant), alors que la GPL est totalement unilatérale : refuser la validité de la GPL ne libère d'aucune obligation.

      Voilà pourquoi se lancer dans de grandes tirades sur la validité de la GPL revient à enculer les mouches, et pourquoi aussi la licence CeCILL est une absurdité inutile de l'informatique française à ranger au même rayon que le programme "informatique pour tous" des années 80 (programme qui consistait à mettre plein d'ordinateurs Thomson dans les écoles et collèges, mais à ne former personne à leur utilisation).
    • [^] # Re: Des progrès à faire

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      - la GPL est surtout pour les entreprises, car ca impose des regles de redistribution surtout (le consomateur a quasi tous les droits si il ne redistribue pas des versions modifiées).
      - Droit francais : les contrats doivent etre en francais seulement pour les personnes physique, pas du tout pour les société. Donc une licence en anglais, ca va bein.
      - Droit francais : si tu ne comprend pas la licence, elle est rejetée. Donc tu n'as AUCUN droit.

      Conclusion : soit tu comprend la GPL anglais et tu sais ce que tu as le droit de faire, soit tu ne la comprend pas et tu n'as aucun droit.

      la GPL doit rester en anglais pour avoir une seule et unique version (comme pour plein de contrats internationaux), mais doit gerer les contraintes juridiques internationnaux (ce que la GPL v2 fait deja, voir les recents procès en Allemagne et Angleterre qui valident un peu la légalité de la GPL)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.