Le Google Summer of Code 2006 arrive !

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
0
15
avr.
2006
Communauté
Google a officiellement annoncé l'ouverture du Google Summer of Code 2006.

Comme lors de la première session qui a eu lieu l'année dernière, il s'agit d'une initiative créée par Google qui consiste à faire travailler des étudiants de tous pays sur des projets Open-Source durant leur période de vacances d'été.
Les participants sont par la suite rémunérés à hauteur de 4500$ une fois leur travail achevé, l'organisation tutrice responsable du projet sur lequel l'étudiant a travaillé reçoit quant à elle une prime de 500$ .

À l'heure actuelle, on retrouve dans la liste des organisations tutrices inscrites des noms bien connus tels que l'apache software foundation, le projet Wine, la Perl Foundation...

À noter que les organisations ne sont pas toutes des organisations au sens strict. Il est en effet possible d'enregistrer un projet en tant qu'organisation (valable dans le cas de GCC ou subversion par exemple).

Lecteurs / Lectrices de LinuxFR, si vous êtes étudiant(es) et que vous cherchez un bon job d'été, ceci est peut-être une occasion à saisir ! ;-) Le fonctionnement est le suivant :
- Des organisations (fondations, associations, projets) dans le domaine du libre dites "mentor organizations" postulent auprès de Google pour que les travaux qu'ils mènent ou avec qui ils ont une affinité très forte puissent faire l'objet d'un travail ou d'une amélioration lors de cette manifestation.
- Une fois cette étape franchie, c'est au tour des étudiants de remplir un formulaire en ligne et de proposer un projet de travail pour l'une des organisations inscrites. Ils peuvent proposer jusqu'à 20 projets parmi lesquels un seul au maximum sera sélectionné.
- Si le projet est accepté, le participant touche 500$ à l'acceptation du projet, 2000$ lors de sa réalisation et 2000$ supplémentaires une fois le travail terminé. Sa "mentor organization" percevra quant à elle la somme de 500$ une fois le travail achevé.

Les "mentor organizations" ont jusqu'au 1er mai pour s'inscrire. Les étudiants auront quant à eux du 1er mai au 8 mai pour faire leurs propositions. Ils sauront ensuite au plus tard le 23 mai si une de leur proposition a été retenue. Une vérification du travail en cours est effectuée fin juin pour le paiement intermédiaire. Au final, le travail doit être terminé au plus tard le 21 août.

Aller plus loin

  • # Petit oubli...

    Posté par . Évalué à 10.

    Il est aussi bon de rappeler que l'année dernière, si je me souviens bien, c'est au total 400 projets étudiants qui auront été sélectionnés et réalisés, soit un investissement de 2 000 000 $ de la part de google dans le domaine du libre.
    Qu'on aime google ou non, c'est une initiative très appréciable :-)
    • [^] # Re: Petit oubli...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Je crois que Google est l'une des entreprises à avoir parfaitement compris quels avantages on peut tirer du logiciels libres.
      Pour les autres entreprises, investir dans le libre correspond trop souvent à faire de la publicité (« je soutiens le libre, achetez mes produits ») ; alors que bien souvent de tels investissements sont payants, bien au-delà de l'image.
    • [^] # En euro ...

      Posté par . Évalué à 4.

      pour 1.2 $ = 1 euro:

      Ça fait 1 700 000 euros en tout, soit 11 millions en Francs. Pour comparer 1.5 millions de Francs correspond au prix d'un pavillon.

      4500$ correspondent à 3 mois payé 1000 euros net (ordre de grandeur d'une bourse) soit 1250 euros but (80%). Mais c'est 4.5 mois pour l'étudiant si ça passe en gratification. Ce qui fait 1200 mois en tout, soit 100 bourses par an. Ce qui n'est pas ridicule, comparé à ce qu'offre l'UMP (je vais aller cliquer sur Sarko).

      Conclusion, il sont pas trop avare chez Google. Bien sure ça leur coûte moins cher qu'un vrai emploi. Toutefois c'est un bon moyen de trouver des talents.

      Il y a t'il une structure d'accueil pour ses projets? Où ça se passe au bar de la piscine de l'école d'ingé, ou dans une cave de l'université ... (je plaisante)
    • [^] # Re: Petit oubli...

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Tous les étudiants n'ont pas terminé (ou même commencé) le travail non plus. Donc au total ça fait sans doute un peu moins de 2 000 000$.

      Et cette année ils comptent sélectionner plus d'étudiants que l'année passée.
      http://code.google.com/soc/studentfaq.html#7

      Quelques comptes rendus de "mentors" de l'année passée:
      http://weblogs.mozillazine.org/gerv/archives/2006/03/summer_(...)
      http://tirania.org/blog/archive/2006/Apr-13.html
      http://developers.slashdot.org/comments.pl?sid=183143&ci(...)

      pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

  • # bon plan

    Posté par . Évalué à 4.

    C'est vraiment un bon plan pour l'étudiant! Plutôt que de se saigner chez MacDou pour la moitié de la sommen et la satisfaction en moins.

    aaah, si j'avais connu ça...
    • [^] # Re: bon plan

      Posté par . Évalué à 3.

      plutot le quart, voir le huitieme de la somme et realité.
      MAc do, c'est le smic à mi-temps alors que google, c'est 4500$ :)
      • [^] # Re: bon plan

        Posté par . Évalué à 3.

        En France quand tu travaille sans contrat et que tu reçois des sous en échange, ça s'appelle du travail au noir et c'est pénalement répréhensible. Merci google d'avoir compris où était l'avantage des LL ;)
        • [^] # Re: bon plan

          Posté par . Évalué à 2.

          PS : j'explique ma dernière phrase : en ne faisant pas de contrat aux développeurs, Google évite de payer les charges patronales. Le développeur n'est donc pas protégé en cas d'accident du travail. Il ne touchera pas le chômage et ne cotise pas pour sa retraite.

          C'est génial, comme ça en 2086 le développeur aura 80 piges mais il sera toujours en train de coder pour le GSC !
          • [^] # Re: bon plan

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Je ne connais pas le système français, mais dans beaucoup de pays il est possible d'être indépendant ou de faire un travail comme mandataire et de le déclarer comme tel afin de payer les charges socials qui sont applicables.

            J'ai travailler comme mendataire pendant 2 ans, je fesait mes factures, je déclarais mes gains, ect... C'est un système normal et tout à fait légal.
            • [^] # Re: bon plan

              Posté par . Évalué à 4.

              Quand un employé reçoit un salaire, le patron doit payer des charges (grosso merdo le montant du salaire). L'employé paiera ensuite des impôts sur ses revenus.

              Quand tu es indépendant, dans le cas le plus simple, tu paies toi-même tes charges et des impôts sur le revenu (on peut faire compliqué et être son propre employé).

              En tout cas : 2500 $ en tant qu'employé, ça fait 2000 $ de « net net » (après tous impôts). 2500 $ en tant qu'indépendant, ça fait 900 $ de net...

              En tant qu'indépendant, tu as un contrat de sous-traitance.
              En tant qu'employé, tu as un contrat de travail.
              Tu as toujours un contrat et le travail est toujours déclaré.
        • [^] # Re: bon plan

          Posté par . Évalué à 2.

          Pas forcément, pour une somme inférieur à 6000 ¤ je crois, un particulier peut faire une simple facture.

          http://about.me/straumat

      • [^] # Re: bon plan

        Posté par . Évalué à 1.

        Chez MacDo, il me semble que la majorité des employé travail à mi-temps, d'ou le faible revenu d'un mois de travail .
  • # Connaissance du projet et stages

    Posté par . Évalué à 2.

    A votre avis, faut il une bonne connaissance du projet auquel on veut participer pour postuler ?
    Est ce que celà peut faire office de stage ?

    C'est bien partit pour avoir lieu tous les étés cet évènement, sa va encore durer ? :)
    • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Faut surtout être vachement bon en programmation a mon avis...

      400 projets sur toute la planéte, ca donne une vague idée du niveau des développeurs sélectionnés !
      • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

        Posté par . Évalué à 4.

        Si tu connais déjà le language que tu vas utiliser et quelques algorithmes c'est déjà une bonne partie du travail en moins.
        A mon avis ce qui est plus ardu là dedans c'est la connaissance des libs et toolkits utilisés. En général les étudiants n'apprennent pas à manipuler ce genre d'outil, on fait plutot de l'algo et de l'orienté objet.

        C'est pour sa que je me demande, si par exemple je voudrais participer à gaim, est ce que j'aurai le temps d'apprendre à manipuler gtk et glib en même temps.
        • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

          Posté par . Évalué à 1.

          Je me pose la même question. Car apprendre à coder en C/Java à l'université c'est bien beau, mais on nous y apprend ni QT ni GTK+. Par conséquent, notre niveau ne retiendra surement pas l'attention de Monsieur Google à la vue des milliers de postulations qu'il recevra, meme si on sait implémenter des QuickSort et autres algo :/
          • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

            Posté par . Évalué à 10.

            http://linuxfr.org/2005/09/02/19513.html

            Pour avoir une idée des projets de l'an dernier.

            En gros on te demande pas d'être une bête en GTK/QT mais on te demande d'avoir unr idée intéressante. On te demande pas non plus à priori de connaître pleins d'API par coeur pour pouvoir pisser du code au kilomètre.

            Si tu veux mon avis perso, avoir une bonne idée c'est autrement plus balèze que d'apprendre une API. Pour une API => un tuto, une bonne doc, et roulez jeunesse.
          • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Car apprendre à coder en C/Java à l'université c'est bien beau, mais on nous y apprend ni QT ni GTK+

            Ben en même temps, à moins que ça ait changé depuis mes études, tu dois avoir un peu de temps pour apprendre ça en dehors des cours et TPs, voire même le valoriser si tu arrives à caser une IHM dans un projet. Par ailleurs, je ne vois pas trop l'intérêt d'enseigner une API aussi spécifique que QT ou GTK à la fac, alors qu'on peut trouver des docs sur le net, tandis que les algos, tu en retrouveras les principes dans tous les langages en t'appuyant sur les APIs adaptées à ton besoin du moment.
    • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Apparement pour avoir une bonne chance d'être choisi, il faut déjà travailler sur le projet pour lequel tu comptes postuler. Ou au moins avoir déjà fait le même genre de chose auparavant.

      http://www.internet2.edu.nyud.net:8080/~shalunov/writing/soc(...)
      http://summer.cs.pdx.edu/?q=node/12
      http://venge.net/monotone/summerofcode.html
      http://www.internet2.edu.nyud.net:8080/~shalunov/tmp/rwatson(...)

      pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

      • [^] # Re: Connaissance du projet et stages

        Posté par . Évalué à 1.

        Je ne pense pas que le GSoC puisse faire office de stage. Enfin après, je ne suis pas professeur, je ne peux donc pas dire réellement ce qu'il en est.
        Je sais juste que un ami s'est fait refuser un stage en télétravail.

        J'aurais cependant une autre question : Est il possible de faire le GSoC pendant un stage?
        Ou est ce que cela demande trop de travail, temps, neurones?

        Si on organise bien son temps de travail, ça peut le faire non ?

        Je vais déjà essayer de voir si je suis accepté dans un des projets...
  • # Du côté de chez FreeB...

    Posté par . Évalué à 2.

    J'aime bien les projets proposés:

    * node versioning: Introduce an inode version number into UFS, so we can store inodes in different formats. As an example of how to use this, introduce a new inode format that has a 32 bit link count field. David Malone is the coordinator.
    * UFS Journaling: Add transaction journaling and playback to the UFS filesystem. The goal is to increase the reliability of the filesystem and greatly reduce the need for a full 'fsck' after a crash or power loss. This is a project that deals with not only the filesystem internals, but also the VM and buffer/cache systems, so it is an excellent opportunity to learn about many fundamental aspects of an operating system.
    Work is already in progress on this task, but more help is always needed and welcome. Candidates should have at least a cursory understanding of filesystem data structures (inodes, free lists, directories) and a strong desire to learn more about such systems. This project would be a major contribution to anyone's resume, but it is not for the faint of heart. Scott Long is the coordinator.
    * Autofs: Create the autofs filesystem from a specification. Candidates should have some filesystem knowledge and network filesystem knowledge. Most of this work is done, however kernel transport and interaction with the "amd" automounter needs to be completed. Alfred Perlstein is coordinating.
    * Logical Volume Manager
    * Magic Symlinks: Implement magic symlinks. Candidates should have some filesystem knowledge. Experimental patches exist against 4-STABLE, though the DragonFly implementation using the setvar utility should be examined. John W. De Boskey can coordinate.


    Franchement, c'est quand même super super super méga chaud.... le GSC, c'est plutot élitiste....
    • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      C'est une sélection partiale ;-)

      Je donne le lien complet :
      http://www.freebsd.org/projects/summerofcode.html

      On y trouve aussi des projets a priori plus « abordables », tels que la refonte de l'installeur (Enough of the groundwork has been laid out now that someone with a few months and some background could do a lot of good work here, especially with adequate mentoring by more senior FreeBSD developers.) ou la ré-écriture de CVSup en C (sachant que Csup est déjà disponible http://www.freshports.org/net/csup/ ).
      --
      Th. Thomas.
      • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

        Posté par . Évalué à 2.

        J'avoue, j'ai orienté mon poste précédent en sautant les projets les plus faciles :

        # Implement passive cooling in ACPI thermal: The cpufreq interface should be used to cool the processor, based on the various _PSV settings. Also, we need to implement variable polling intervals for thermal zones based on both the passive settings and polling explicitly specified in the ASL. This project requires good knowledge of C, an understanding of the hardware/software interface, a laptop that works with ACPI, and kernel awareness. Nate Lawson and Bruno Ducrot are coordinating.

        # Suspend to disk: Implement a suspend/resume from disk mechanism. Possibly use the dump functions to dump pages to disk, then use ACPI to put the system in S4 or power-off. Resume would require changes to the loader to load the memory image directly and then begin executing again. This project requires good knowledge of C, an understanding of the hardware/software interface, a laptop that works with ACPI, and kernel awareness. Nate Lawson and Bruno Ducrot are coordinating.

        # Implement and profile various algorithms for powerd(8): Implement a range of predictive algorithms (and perhaps design your own) and profile them for power usage and performance loss. The best algorithm will save the most power while losing the least performance. Requires basic C knowledge, laptop supported by cpufreq(4) (suggest newer Pentium-M CPU), and some statistics. Nate Lawson and Bruno Ducrot are coordinating.

        # Kernel meta-language: Develop a dialect of the C language that simplifies the task of writing kernel code. It should include language extensions that make it possible to write kernel code more cleanly and with less bugs. An example of this would have language support for linked lists, to obviate the need for messy MACROs. George V. Neville-Neil and Poul-Henning Kamp are coordinating. A Wiki with more information is available here.
        • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

          Posté par . Évalué à 8.

          Les plus faciles?

          J'espère que tu plaisante..
          Le suspend to disk ne m'a pas l'air trivial du tout.
          En tout apparement pour Linux ça pose probleme..

          Pour le kernel méta-language, ils n'ont qu'a utiliser le C++ ;-)
          Ce n'est pas totalement une blague: les dev de L4 l'ont fait (enfin du C++ limité: sans exception et avec d'autres restrictions).
          • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

            Posté par . Évalué à 2.

            Pour le kernel méta-language, ils n'ont qu'a utiliser le C++ ;-)

            Ou du C#, microsoft l'a fait! (C# restreint également).
          • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            It should include language extensions that make it possible to write kernel code more cleanly and with less bugs.
            Je vois vraiment pas en quoi le C++ peut aider là.

            pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

            • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

              Posté par . Évalué à 3.

              Bah je n'aime pas non plus le C++, mais l'exemple qui est donné (la gestion de liste chainée) est plus propre en C++ qu'en C.

              Sinon dans le genre d'ajout utilisé, je pensais aux annotations utilisé par sparse l'outil utilisé pour trouver des erreurs dans le kernel Linux.
            • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

              Posté par . Évalué à 2.

              Eviter les char* et avoir des string ? Ce genre de chose j'imagine.

              En général éviter les pointeurs qui sont sources de bug au profit de passage par référence, d'encapsulation, d'héritage, de classe, etc...

              Sans rentrer dans le débat classique des langages (on sait tous que lisp vaincra), il est plus facile de se tirer dans le pied avec certains langage que d'autre...

              Maintenant restera à se poser les questions de performance temps et mémoire, la maintenabilité (faites bosser une équipe avec 3 langages différents, juste pour voir :p), la facilité de debugging (ah non! le bug est dans le code C++ moi je touche pas à ça...). Enfin tout ce genre de chose...

              Perso, j'ai tendance à trouver l'idée intéressante!
              • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Bon à la base c'était un troll (j'aime pas le C++) mais apparement ya pas grand monde qui aime le C++ par ici :)

                Les char*/string n'est sans doute pas un très bon exemple. J'ai pas fait beaucoup de C++ mais il semblerait que la classe string a tendance à partager des données entre les instances pour gagner de la mémoire ce qui peut poser des problèmes de concurrence assez subtiles.

                pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

                • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  moi j'aime bien le C++, le java par contre... (comment rebondir sur un troll, vont-ils mordre? aurais-je du rajouter microsoft dans mon post? :p).

                  concernant les string cependant, je suis d'accord avec toi: il faudra trouver la bonne implémentation qui va bien, et perso, je me demande à quel pt cela reviendra à transformer le développement d'un OS en C, au développement d'un OS en C++ et d'un framework qui va bien. Pas que ce ne soit pas intéressant, mais c'est pas trivial. bref je retourne à mon java...
        • [^] # Re: Du côté de chez FreeB...

          Posté par . Évalué à 3.

          # Kernel meta-language: Develop a dialect of the C language that simplifies the task of writing kernel code. It should include language extensions that make it possible to write kernel code more cleanly and with less bugs. An example of this would have language support for linked lists, to obviate the need for messy MACROs. George V. Neville-Neil and Poul-Henning Kamp are coordinating. A Wiki with more information is available here.


          Et après le C reste le langage par excellence de la programmation bas niveau et des langages comme lisaac n'ont aucun intérêt ;)
  • # Une expérience fantastique et valorisante

    Posté par . Évalué à 10.

    Petit retour d'expérience. J'ai fait le Summer of Code 2005, en bossant sur le projet Subversion. C'était vraiment une expérience fantastique, et je ne saurais trop la recommander à tout le monde.

    Pour ma part, cela m'a permis de rejoindre le développement d'un projet libre, à une époque de l'année ou j'aurais construit des burgers à longueur de journée pour me faire un peu d'argent de poche.

    En ce qui concerne le déroulement, les choses ont été encore simplifiées cette année. Notamment, l'an dernier Google retenait 30% de taxes sur votre paiement, a moins que vous ne puissiez produire les documents qui vont bien auprès de l'IRS, dans un délai très court. Cela a posé un grand nombre de problèmes, ce qui fait que cette année, Google a réussi a obtenir un meilleur deal: Ils ne retiendront rien du montant, et c'est à vous de déclarer la somme aux pays qui vont bien (astuce: la France, ainsi que pas mal d'autres pays d'europe, ont un traité avec les USA qui font que ce type de revenu est taxé à 0%). Bref, l'organisation a tiré les leçons des réussites et echecs de l'an dernier, et revient à la charge avec une machine bien mieux huilée!

    Du coté des organisations, je ne peux parler vraiment que pour le projet Subversion, mais l'accueil était très chaleureux, nous étions très libres dans nos mouvements et dans ce que nous proposions, et globalement nous étions totalement intégrés à l'équipe de développement non-SoC. Cela a grandement contribué à ma participation au projet, et ce jusqu'a ce jour, puisque je suis actuellement Release Manager pour le projet.

    Et pour conclure sur une petite parenthèse professionelle, pouvoir mettre "J'ai fait partie des 419 sélectionnés pour le Summer of Code, et j'ai fini mon projet" sur son CV est un atout formidable, bien plus que je ne le pensais. Je suis encore en plein dans mes études, mais rien que pour la recherche de stage, le Summer of Code m'a bien aidé, même longtemps après sa conclusion. Malgré sa relative jeunesse, c'est déjà devenu un certain gage de compétence auprès de beaucoup de professionnels.

    Bref, le Summer of Code, c'est bon, mangez en! :-) Et sur une note plus perso, le projet Subversion se reprend au jeu cette année, et proposera bientôt une liste de projets de dimension adéquate qui nous intéressent. En raison de diverses circonstances, je risque de ne pas pouvoir candidater en tant qu'étudiant, mais je me ferai un plaisir de vous accueillir en tant que mentor ;-)


    Ah, et au fait - Petite correction concernant le texte de la dépêche, par ailleurs excellent: il est bien vrai qu'il n'y a pas besoin d'être une organisation au sens juridique du terme pour devenir organisme mentor du Summer of Code. En revanche, le projet Subversion ne fait plus partie de cette catégorie: les développeurs se sont récemment regroupés et, avec la bénédiction complète de CollabNet (qui détient un copyright sur pas mal du code), ont formé une organisation non-profit, dans le but de pouvoir gérer de l'argent pour l'organisation d'événements, et d'avoir une assise légale plus conséquente pour défendre les trademarks du projet.

    En pratique, ca ne change pas grand chose : CollabNet reste un grand contributeur au projet, et c'est son département juridique qui se chargera de défendre Subversion contre les abus (en vertu d'un accord passé entre CollabNet et l'organisation indépendante de Subversion). Néanmoins, c'est une étape dans la vie du projet, puisque nous avons maintenant une existence juridique propre, plutot que d'exister via une entreprise (qui n'a toujours oeuvré que pour le bien du projet, je tiens à le signaler).

    Voilà. En rétrospective, ca fait deux gros paragraphes pour corriger une toute petite phrase, vous m'en excuserez - je me suis emporté :-)
    • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

      Posté par . Évalué à 3.

      Merci pour les précisions et pour ton compliment !

      Petite question de curiosité, lorsque tu as postulé, tu étais à quel niveau d'études? Je suis pour ma part en fin de DUT info option Génie info et je serais très intéressé de participer au SoC ! Le seul hic c'est que le les périodes tombent à cheval avec ma période de stage qui finit le 16 juin. Participer reviendrait donc à avoir une vie monstrueusement bien remplie du 23/05 au 16/06. Malgré ça je pense que le jeu en vaut la chandelle. Et plusieurs projets me viennent à l'esprit...
      • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

        Posté par . Évalué à 6.

        Quand j'ai postulé, j'étais en fin de prépa intégrée dans mon école, donc en gros un niveau bac+2. Et à ce que je sais, il y a eu des candidatures acceptées pour tous les niveaux, de bac+0 à bac+7. Mais sachant que j'avais une éducation déjà bien baignée dans l'informatique bien avant ça, donc ce n'est peut-être pas représentatif.

        Au niveau de ton stage, je ne crois pas que ça pose problème avec Google, tant que tu es encore officiellement inscrit comme étudiant auprès de ton IUT au début de la période "active" du SoC. Après, à toi de voir si tu peux tenir le rythme. Perso, j'estime que c'était globalement un travail de 6 à 8h par jour, mais des heures assez relax.

        Sinon, pour les projets, un petit point pour ceux qui voudraient postuler : beaucoup d'organismes proposent des sujets, et se proposer pour en prendre un augmente ses chances d'être pris (à moins de proposer quelque chose qui est vraiment incroyablement innovant et utile au projet auquel personne n'a pensé). De plus, si un projet ne colle avec aucune des organisations mentor, on peut se faire mentorer par Google himself, mais inutile de dire qu'ils sont très sélectifs sur les projets retenus, et que proposer quelque chose qui intéresserait Google, c'est mieux (genre, un MMORPG, ils s'en foutent un peu quoi).

        Voilà voilà :-)
    • [^] # La structure d'accueil

      Posté par . Évalué à 2.

      30% ... J'aurai pensé que ça passait en gratification automatiquement. Mais avec les impôts c'est jamais simple.

      Sinon, qu'elle était la structure d'accueil (une entreprise, ...)?
      • [^] # Re: La structure d'accueil

        Posté par . Évalué à 10.

        Pour les impots, en fait, c'est un problème avec le système fiscal étasunien: si tu es un alien (non-citoyen américain) résident à l'étranger, et que tu te fais payer par une entreprise établie aux USA, tu est automatiquement taxé à hauteur de 30% du montant. Et donc, Google doit retenir 30% de ton paiement et les reverser eux-mêmes à l'IRS, a moins que tu ne puisses produire un formulaire (W8-BEN), qui atteste que tu es citoyen d'un pays qui a un traité fiscal avec les USA, qui te donnent alors droit à un taux d'imposition réduit, voire nul (c'est le cas pour la France, et pour le type de paiement que Google fait).

        Alors après je te passe les histoires pour obtenir un ITIN (remplaçant d'un numéro de sécu pour les formulaires, si tu n'as pas droit a un numéro se sécu US), avec besoin de fournir la photocopie certifiée de l'oreille droite et du bras gauche, un autographe de johnny halliday contresigné par dieu en personne.... Et tout ça avec des delais de plusieurs mois par formulaire, ce qui rendait le tout très difficile à faire.

        Alors cette année, Google a pu négocier avec l'IRS visiblement: eux ne retiendront rien, mais en contrepartie c'est à toi de te démerder pour prouver à l'IRS qu'ils ne sont pas obligés de venir te chercher avec une batte de baseball, et pour expliquer au gouvernement français qu'ils n'ont pas non plus à te prendre tes sous (ca c'est un peu plus facile).

        Sinon, la structure d'accueil, ben... "Chez moi". Je crois qu'il y a un point à clarifier là: le summer of code ne fait absolument pas office de stage, ni de CDI, ni de CDD, ni de rien. C'est un vaste arrangement à l'amiable, avec une bourse versée en contrepartie de ta coopération avec un projet libre.

        En tant que tel, faut pas espérer aller s'installer a Mountain View pour l'été, ou quoi que ce soit d'autre. Il n'y a pas de structure d'entreprise, puisque tu ne travailles pas pour une entreprise. Google est simplement celui qui détient les fonds de ta bourse, et te les versera une fois que tes mentors auront donné le feu vert.

        Donc, le plus proche sosie du summer of code dans le milieu professionel, ca serait du télétravail. Mais du télétravail pour un projet libre, avec des gens éparpillés dans le monde entier, qui peuvent ou non avoir pignon sur rue. :-)

        J'espère que c'est plus clair maintenant. C'est un accord tout ce qu'il y a de plus sympathique à mon humble avis, parce que ca te donne un goût de ce que ca donne de contribuer à un projet libre "comme tout le monde", sans traitement de faveur. Et en plus, le fait de ne pas être contraint à des horaires de bureau, ca fait qu'on est tout à fait libre d'allouer son temps comme il nous plait.

        Petit paradoxe néanmoins, malgré le fait que ce ne soit pas un emploi dans le sens commun du terme, finir son summer of code peut compter comme expérience professionelle, au même titre qu'une mission en entreprise si on est un consultant indépendant.
    • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Je tiens à rappeler à tout le monde, que pour participer à un projet libre, il n'y a pas besoin d'etre "sélectionné" à un summer of code.

      La participation est ouverte toute l'année, 24h/24 et pour tous les projets libre.

      Par ailleurs, Si votre seule motivation pour contribuer au libre, est la carotte que vous tends Google. Il va y avoir beaucoup de déçu. Surtout quand je lis les commentaires où j'ai l'impression que beaucoup pense pouvoir toucher 4000$ en ayant jamais dépassé le stade du hello world à l'école.
      • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

        Posté par . Évalué à 5.

        Je serais un peu plus nuancé, mais globalement je suis d'accord. Ne voyez pas ca comme un bounty auquel vous souscrivez une fois, faites ni plus ni moins qu'une mission, et êtes payés. Enfin vous pouvez, mais c'est une vision assez tristement sordide de tout le machin.

        Si possible, voyez plutôt cela comme une chance de vous lancer à fond dans le développement libre pendant 2 mois, avec les 4500$ qui viennent en substitution du salaire du boulot que vous ne faites pas à la place. Et pourquoi s'arrêter aux 2 mois, une fois que c'est fini?

        Ce qui est recherché, ce sont des contributions au libre, mais dans l'espoir de vous y attirer pour le libre en lui-même, et non parce que c'est une vulgaire mission comme une autre.

        Pour l'expérience perso, dans le projet Subversion 8 personnes ont été sélectionnées. De ces 8, 5 ont fini leur projet, et 3 sont restés à bord et sont maintenant des développeurs plus ou moins actifs dans le projet:
        - L'un est développeur des bindings Ruby et "partial committer" de ces derniers (c'est à dire qu'il peut committer directement, mais uniquement dans les bindings Ruby)
        - Un autre a obtenu l'accès full-commit, et a été embauché 6 mois plus tard par CollabNet au vu des capacités qu'il a montré pendant les 6 mois ou il développait,
        - Le dernier, c'est moi; j'ai obtenu l'accès full-commit à l'issue de mon SoC, je suis actuellement Release Manager du projet, et ma participation et mon implication hors-SoC au projet à grandement contribué à me dénicher un stage qui poutre à développer du libre.

        Enfin bref, voilà. En tant que mentors, je pense que la première chose que l'on recherche, ce sont des gens qui nous convainquent qu'ils sont capables de fournir ce qu'ils promettent, mais dans un second temps on sélectionne aussi par rapport à la motivation : avoir des mercenaires dans l'équipe n'est pas super bon pour l'ambiance, on préfère des gens qui font ce qu'ils font parce qu'ils sont passionnés.
      • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Même si bien entendu, il ne faut pas de summer of code pour contribuer à l'open source (encore heureux), je pense que ce n'est pas comme ça qu'il faut voir les choses. Plutôt qu'une carotte pour attirer les gens qui repartiront aussi vite qu'ils sont arrivés, c'est plutôt une manière de donner les moyens à des étudiants déjà intéressés de se consacrer vraiment au libre. Il est souvent difficile, par manque de temps ou de motivation, de se jeter à l'eau et/ou de rester suffisamment longtemps dans un projet.
        Si on te paie à coder plutôt qu'à faire cuire des hamburgers, ça te donne à la fois le temps et la motivation. Et même si, comme on a pu le lire dans un blog de la mozilla foundation, beaucoup de ces projets sont "abandonnés" après la deadline, c'est à mon avis souvent pour se tourner vers d'autres projets libres et pas parce que la carotte n'est plus là.

        Et sinon, en ma qualité d'ex-SoCer2005 (pour la perl foundation), je tiens à plussoyer David, c'est vraiment une chouette manière de passer l'été!
    • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je maîtrise assez bien le C++ et Qt serait peut-être potentiellement intéressé par ce SoC (je n'ai peut-être pas le niveau mais ça serait une expérience géniale, puis ça ne coûte rien d'essayer). Cependant, je me pose une question : sachant que je suis loin de parler anglais couramment, cela est-il un sérieux handicap ?

      Il me semble que l'on est parrainer par un des membres du projets non ? Si l'on "chat" avec lui (ou par mail) et que je comprend rien de ce qu'il veut insinuer je risque de rencontrer quelques problèmes...

      Ceci dit, je suis capable de commenter du code en anglais mais j'aimerai tout de même savoir ce qu'il en a été pour toi, et quelles difficultés tu as éprouvé.

      Merci d'avance.
      • [^] # Re: Une expérience fantastique et valorisante

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ce sera juste pour toi une bonne occasion de perfectionner ton anglais.

        (C'est personnellement en discutant avec mes collègues développeur par mail et par irc que j'ai appris l'anglais, avec l'aide de babblefish au début)
  • # temps

    Posté par . Évalué à 3.

    petite questions: combien d'heures / semaine peut on s'attendre à devoir travailler sur un projet pour le réussir (supposant une bonne connaissance technique)
    • [^] # Re: temps

      Posté par . Évalué à 9.

      C'est amusant, parce que c'est une question qui est revenue 5 fois en 24h sur le canal IRC du SoC. Et là réponse est toujours la même : tu penses à l'envers :-)

      Prends le nombre d'heures/semaine que tu accepterais de consacrer à un SoC, multiplie par 2 mois, et propose un projet qui est réalisable dans ce temps.

      Mais puisque tu veux des statistiques, je dirais que j'y travaillais entre 30 et 40 heures par semaine, avec d'assez grosses variations (certains jours 12h d'un coup, certaines semaines j'étais en rando et donc rien du tout).

      Maintenant, le temps de travail dépend de tes capacités, et dépend également du projet que tu as à faire. Donc, j'en reviens à : tu, ainsi que les autres qui posent cette question, prennent la question à l'envers. Ce n'est pas un CDI avec le temps de travail écrit dans le contrat, c'est une expérience dans laquelle tu dois accomplir l'objectif que tu as toi-même proposé. À toi de voir comment cela se traduit en temps de travail.
  • # Etudiant ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    C'est sans doute une question stupide, mais ... "étudiant", ça englobe qui, exactement ?
    Quelqu'un qui aurait passé son bac en juin 2006, par exemple - je dis ça à tout hasard, hein - pourrait-il tenter de postuler au Google Summer of Code 2006 ?
    • [^] # Re: Etudiant ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      C'est précisé dans la FAQ : oui, à supposer que tu aies été accepté dans ton cursus post bac à la date du premier mai (ou 8, je sais plus).

      Moi même j'ai passé mon bac l'année dernière, mais à 17 ans, donc je n'ai pas pu tenter le SoC. Je suis candidat cette année et entrain d'établir mon projet (au lieu de bosser les maths comme tout élève de prépa un peu raisonnable)
      • [^] # Re: Etudiant ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ah, il y a aussi la limite d'âge des 18 ans. Je tenterai l'année prochaine, alors (merci, j'avais pas vu la FAQ :/)
        • [^] # Re: Etudiant ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Je suis salarié mais suis aussi "édudiant" au cnam en cours du soir. Je précise que je ne suis pas étudiant pour la france, cad je n'ai pas de carte d'étudiant, mais une carte "d'auditeur" (snif, pas de réduc au ciné...). Est ce que quelqu'un sais si il est possible de proposer un projet dans ce genre de situation ?
  • # Acceptabilité d'un projet.

    Posté par . Évalué à 1.

    Bonjour.

    Je bosse en ce moment sur un projet Open Source, et j'aimerais le proposer comme projet pour les GsOc ...

    Ce que j'aimerais savoir c'est si ( d'après vous ) , il a une chance d'être séléctionné ( sinon, je le fais dans mon coin, mais je prefererais passer mon été à le faire plutot que de l'avoir fini dans un an ), et si oui, à quel mentor le proposer.

    L'idée du projet, en gros :
    A bruxelles ( mais aussi à Berlin, Athenes, Londres et autres ), nous sommes en train de developper un Mesh Network ( Réseau Wifi en Ad-Hoc Multi Hop ( http://www.reseaucitoyen.be/wiki/index.php/Accueil ) , olsr etc ... )
    Le réseau se pose depuis longtemps le probleme des serveurs DNS ( entre autres ) , vu que dans la philosophie du projet, aucun point ne peut etre indispensable ou plus important qu'un autre.

    J'ai donc commencé à programmer un DNS Peer2peer ( http://www.reseaucitoyen.be/wiki/index.php/Acdc ) , qui au fur et à mesure a commencé à devenir plutot une sorte de logiciel serveur dédié au projet ( Portal Captif, Serveurs DHCP multiples sans collision d'ips etc .. ).

    Bref.

    Est-ce que c'est un projet assez sérieux pour etre présenté ( voire meme accepté :) ) ?
    Et si oui, à quel mentor le proposer.

    Merci d'avance.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.