MusOpen réunit 75 000 dollars pour libérer Chopin, et cela ne fait que commencer !

62
20
sept.
2013
Audiovisuel

MusOpen est, comme écrit sur leur site web, une association à but non lucratif qui œuvre à rendre accessible la musique en créant des ressources libres et du matériel pédagogique, fournir des enregistrements, partitions et manuels scolaires, sans restriction de droit d'auteur.

En quelques mots, leur mission est de libérer la musique.

Là où MusOpen s'illustre particulièrement, c'est dans l'enregistrement et la publication d'interprétation libre d'œuvre musicale, en prenant les moyens nécessaires à une qualité exigeante.

Et le nouveau projet de MusOpen, c'est d'enregistrer l'œuvre de Frédéric Chopin, tout Frédéric Chopin !

NdM : Dans les commentaires Xavier G. signale également l'initiative Kickstarter visant à enregistrer une interprétation libre de l'oeuvre de Bach, Le Clavier bien tempéré.

Sommaire

État de l'art

En janvier 2012, MusOpen avait levé 68 359 dollars pour louer les services de l'orchestre symphonique de Prague afin d'enregistrer et de libérer plusieurs œuvres de divers compositeurs comme Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Bedřich Smetana, Pyotr Il'yich Tchaikovsky, Joseph Haydn et plusieurs autres encore.

L'association MusOpen s'était fixé un objectif de 11 000 dollars, et avaient rassemblé plus de six fois cette somme. Les enregistrements ont été publiés le 15 août 2012 et on peut écouter et télécharger ces enregistrements sur les pages du MusOpen Symphony Orchestra, du MusOpen String Quartet ainsi que la page du pianiste Shelley Katz.

L'année 2013 avait vu une initiative similaire se développer, le projet Open Goldberg Variations avait levé 23 748 dollars (avec un objectif initial de 15 000 dollars) pour enregistrer et libérer les Variations GoldBerg de Johann Sebastian Bach. L'interprétation avait été donnée dans un studio professionnel de Berlin sur un piano de concert. Les enregistrements ont été publiés le 28 mai 2012 (voir la page de téléchargement).

Chose étonnante, l'année 2012 a ainsi vu la libération de deux enregistrements des Variations Goldberg, celui de MusOpen interprété par Shelley Katz, et celui du projet Open Goldberg Variation interprété par Kimiko Douglass-Ishizaka.

En cette fin d'année 2013, le projet MusOpen s'est donc donné comme objectif de lever 75 000 dollars pour enregistrer et libérer l'œuvre de Frédéric Chopin. Après seulement 15 jours de levée de fonds, la somme a été largement rassemblée et il reste encore jusqu'au 20 octobre pour participer, soit 30 jours supplémentaires, ce qui est très encourageant !

Pourquoi cela est-il nécessaire, et comment cela est-il possible ?

Dans la situation actuelle de la législation et des usages de l'industrie culturelle, il est possible à un citoyen d’acquérir pour une modique somme un droit d'écoute sur certains enregistrements. Dans le meilleur des cas où il se procure une copie d'un enregistrement, il n'obtient pas vraiment d'autres droits que celui d'une écoute dans le cercle privé de sa famille. Dans le pire des cas son droit d'écoute sera limité à un territoire, évidemment limité au cercle privé de sa famille, à un nombre d'écoute déterminé, à une durée déterminée pendant laquelle l'écoute est possible, à un appareil de lecture particulier, et peut-être même ce droit d'écoute sera dépendant de l'existence d'une société privée ou de sa volonté.

Pourtant, la fécondité d'une œuvre culturelle va bien au delà de son écoute sous condition, et si le citoyen ne veut pas se satisfaire de ces conditions, il lui faudra d'autres moyens qui sont alors sans commune mesure. C'est ce problème que veux résoudre MusOpen.

Dans nos sociétés modernes, une œuvre et son interprétation sont soumises à un système juridique complexe de « propriété » intellectuelle. On entend souvent parler de droit d'auteur et de droits voisins, qui définissent les concepts de droit moral et de droit patrimonial et encadrent principalement l'exploitation de l'œuvre et la rémunération de l'ayant-droit.

On parle donc d'auteur, de compositeur et d'interprète, sans nommer une multitude d'intermédiaires dans la réalisation, la production, l'enregistrement, la diffusion d'une interprétation, et même dans la gestion des droits de ce monde.

Heureusement tout n'est pas soumis à ce schéma juridique complexe. Les lois prévoient généralement qu'une œuvre entre dans ce qu'on appelle le domaine public au bout d'un certain temps, ce qui signifie que la connaissance et l'usage n'est plus restreint par la loi. En France, une œuvre musicale entre dans le domaine public 70 ans après la mort de son auteur. Les enregistrements entrent eux dans le domaine public après une durée de 50 ans.

Ainsi, s'il apparaît comme une évidence qu'une œuvre de Wolfgang Amadeus Mozart ou de Frédéric Chopin appartiennent au domaine public, les enregistrements ne le sont quasiment jamais car il faudrait pour cela qu'ils aient été enregistrés avant les années soixante, et si ce cas se présentait, il ne faudrait pas que l'enregistrement ait été retravaillé depuis et la qualité de l'enregistrement serait très différente de ce qu'il est possible de réaliser aujourd'hui.

Il est important qu'une œuvre culturelle et particulièrement musicale soit libre ou appartienne au domaine public, car il n'y a pas meilleur moyen pour lui assurer une fécondité culturelle ! Et si l'œuvre de Frédéric Chopin est libre, elle ne l'est que pour pour être interprétée. L'œuvre de Frédéric Chopin n'est donc pas accessible à toute personne qui n'a ni les moyens, ni la formation, ni le talent de l'interpréter.

D'une manière générale, avoir des enregistrements musicaux libres et de qualité est un grand bien pour la culture et pour l'homme. Dans nos sociétés étouffées par un système juridique complexe de « propriété » intellectuelle, garantir au citoyen la légalité de l'écoute, de la connaissance, du partage et de l'étude, ainsi que la légalité de l'élaboration d'une œuvre nouvelle et dérivée d'un enregistrement existant est un bien précieux et nécessaire !

Rien ne dit qu'il soit impossible de négocier avec l'auteur et les interprètes pour que soit abandonné le monopole d'exploitation qui semble nécessaire au système de perception. Si la condition de l'abandon du monopole d'exploitation est l'argent, il suffit de le rassembler. Dans le cas présent l'auteur n'a plus son mot à dire depuis longtemps, il n'y a donc plus qu'à négocier avec l'interprète, ce qui est plus simple et plus abordable.

L'idée de MusOpen est donc de lever suffisamment d'argent pour rémunérer les services des interprètes et autres professionnels nécessaires à l'enregistrement, et ce suffisamment pour combler un éventuel manque à gagner obtenu habituellement par perception. Car il faut convaincre non seulement d'interpréter l'œuvre, mais également d'abandonner les droits voisins.

Une fois l'œuvre interprétée et enregistrée, elle est publiée sous une licence libre, la Creative Commons Zéro qui correspond à un transfert volontaire dans le domaine public, et au cas où la législation locale ne le permet pas (comme en France), cette licence cède la totalité des droits que la loi permet de céder.

En d'autres termes, c'est libre et gratuit parce que ça a déjà été payé. C’est donc une forme de micro-mécénat distribué qui est au service d'une initiative culturelle d'utilité publique !

L’œuvre ainsi jouée et enregistrée sera librement téléchargeable, copiable, écoutable, il sera possible à chacun de diffuser, de modifier l'enregistrement ou encore de l'inclure dans une œuvre composite, dans un cadre privé ou commercial, et ce librement.

Ces droits seront accordés sans limitation de durée ni de territoire, et une fois l'œuvre publiée, toute initiative appuyée sur cette œuvre sera réalisable indépendamment de la volonté et de la connaissance de MusOpen.

Et chose étonnante, alors que tout sera libre et gratuit, les interprètes auront été payés pour ce travail, et d'un juste salaire.

L'œuvre de toute une vie

Et la méthode fonctionne… La nouvelle ambition de MusOpen est d'enregistrer et de libérer l'enregistrement de l'œuvre de Frédéric Chopin, l'œuvre complète de Frédéric Chopin.

Cela représente environ 245 pièces à enregistrer !

Cela fait 164 ans que Chopin est mort, mais si dans le principe sa musique est dans le domaine public, aucun enregistrement ne l'est. Et comme le précise Aaron Dunn à l'initiative du projet, Frédéric Chopin mérite mieux que cela !

La plupart des musiques du domaine public appartiennent au genre classique, mais MusOpen ne s'y limite pas. Pour Aaron Dunn, Frédéric Chopin (romantisme) se démarque parmi les compositeurs les plus durablement populaires. Et puis, la quantité de musique qu'il a composé est gérable. S'il fallait avoir la même ambition pour l'œuvre de Wolfgang Amadeus Mozart, ce serait une toute autre affaire et il faudrait ajouter un zéro à la fin du montant à obtenir !

Les objectifs

Pour préserver et libérer toute l'œuvre de Frédéric Chopin, MusOpen prévoit de publier les enregistrements vidéo en 1080p et l'audio en 24 bit à 192kHz et sans pertes (FLAC).

De nombreux et talentueux musiciens seront mis à contribution, des étudiants et professeurs des meilleurs conservatoires, des artistes professionnels, certains ayant participé aux plus prestigieuses compétitions de piano.

Les artistes

L'objectif minimal de la campagne de financement est de 75 000 dollars, montant qui est déjà atteint, mais il n'est pas inutile de continuer à participer au financement puisque le montant final déterminera de plus grandes exigences et diverses prestations supplémentaires :

  • 85 000 $ - Embaucher des compositeurs pour créer et publier de nouvelles musiques dans le domaine public. Ce ne sera pas limité à un genre, et tous les compositeurs seront invités à faire don de leurs observations afin que nous bénéficierons de la musique du domaine beaucoup plus public.

  • 90 000 $ - Réaliser un système de demande de musique et d'appel d'offres collaboratif répartissant les coûts entre tous les intéressés.

  • 95 000 $ - Développer une application de diffusion en streaming, comme Pandora mais sans perte, et avec également du contenu commercial.

  • 100 000 $ - Toutes les interprétations seront filmées en vidéo HD 1080p avec en plus les coulisses et les interviews des musiciens.

  • 135 000 $ - Les interprétations seront diffusées en direct.

  • 200 000 $ - Les enregistrements seront associés à des représentations publiques gratuites, transformant les enregistrements en art civique et libre !

En plus de l'enregistrement lui-même, des produits dérivés sont imaginés, comme un livre imprimé sur papier de haute qualité par impression typographique.

Si vous souhaitez participer à cette grande aventure, n'hésitez pas, il reste 30 jours pour participer au financement, cela se passe sur la page KickStarter du projet « Set Chopin Free » !

Il est à noter qu'en plus de la participation aux projets comme celui présenté ici, l'association MusOpen cherche environ 1000 membres prêt à les soutenir, ce qui leur donnerait les moyens de faire un projet d'enregistrement chaque année.

NDA : Cette dépêche est publiée sous licence Creative Commons Zéro.

  • # Belle initiative, mais format audio inutile

    Posté par . Évalué à 3.

    C'est une très belle initiative, je suis moi-même pianiste amateur et j'aime beaucoup Chopin, dont je joue modestement quelques études et préludes.

    Cela dit, c'est dommage de publier en 24 bits et 192 kHz, ce format n'étant utile qu'au niveau du studio d'enregistrement, pour avoir de la marge pour d'éventuels retraitements (quoiqu'en classique, je ne sais pas si on retraite vraiment, l'idée étant d'avoir le son le plus fidèle possible), par exemple pour avoir un niveau sonore optimal sur le CD final. Dans la pratique, les 16 bits et 44100 Hz sont tout à fait suffisants pour une reproduction d'excellente qualité (des tests ont montré qu'il n'y avait pas de différence audible, ce qui me semble assez logique vu la physique et les caractéristiques de l'oreille humaine).

    Des détails ici : 24/192 Music Downloads… and why they make no sense ainsi que Nyquist-Shannon et échantillonnage, conversion analogique-numérique.

    • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

      Posté par . Évalué à 10.

      tu as sauté la ligne :

      il sera possible à chacun de diffuser, de modifier l'enregistrement…

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par . Évalué à 2.

        tu as sauté la ligne :
        il sera possible à chacun de diffuser, de modifier l'enregistrement…

        Non, mais il faut un logiciel capable de faire la conversion bien proprement. J'imagine que ça doit exister, même en libre, mais rien que pour les images, certains logiciels/algorithmes de retaillage sont plus "précis" que d'autres dans la conservation des détails. Idéalement, ils devraient proposer en plus une version FLAC 16 bits 44100 Hz, c'est toujours moins de bande passante.

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 21/09/13 à 00:07.

          Pour les enregistrement publiés l'année dernière, Le format par défaut sur le site MusOpen c'est du mp3 256Kbps cbr à 44100Hz. les gars d'Open Goldberg Variations avaient fait pareil : des fichiers dans des formats courants et à des tailles acceptables pour le commun, et pour celui qui le veut vraiment, la débauche. :)

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

          • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

            Posté par . Évalué à 2.

            Du MP3 à 256 kb/s (44100 Hz c'est normal), ça devient pas mal, mais pour un audiophile qui a du bon matériel, la différence doit être audible avec du son CD. Pour le coup je pense qu'on ne devrait pas faire moins que du FLAC qualité CD.

            • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

              Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 22/09/13 à 14:35.

              mais pour un audiophile qui a du bon matériel, la différence doit être audible avec du son CD

              confirmé : j'ai récemment acheté un DAC (un Microstreamer de chez HRT, pour ne pas le nommer, c'est un peu cher (190€) mais transforme magiquement ton ordi en élément de ta chaine hifi, je le conseille vivement aux les amateurs de musique), et je peux te garantir que la différence entre du 256k et du 320k s'entend clairement (le FLAC sortant bien évidemment encore mieux). Et ma chaine est loin d'être top, donc avec du matériel de haut de gamme le FLAC devrait être loin d'être du luxe. D'autant plus que le son du piano souffre facilement de distorsions si la qualité (de la reproduction ou du matos) n'est pas bonne.

    • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

      Posté par . Évalué à 1.

      Dans la pratique, les 16 bits et 44100 Hz sont tout à fait suffisants pour une reproduction d'excellente qualité (des tests ont montré qu'il n'y avait pas de différence audible, ce qui me semble assez logique vu la physique et les caractéristiques de l'oreille humaine).

      Pour mon prochain mix de hip-hop, j'aurai des échantillons de qualités mec :)

      Blague à part, j'ai pu faire un test comparatif sur l'album My funny valentin de Miles Davis entre un cd et un vinyle.

      Malgré les imperfections du vinyle, le son reste plus rond et chaud que sur cd.
      Théorie != Pratique (Perception).

      Mais effectivement, mon baladeur low cost n'ingère que du mp3 et ça me fait plaisir quand j'ai le choix du format pour lui.

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par . Évalué à 9.

        Pour le son plus rond et plus chaud du vinyle, c'est un effet connu des harmoniques en plus. Le fait est que techniquement le vinyle est très en-deçà du CD à tous points de vue (bande passante, dynamique, distorsion, pleurage, etc).
        Mon père avait un équipement top niveau quand le CD est apparu, l'agrément à l'écoute des vinyles était réel (on n'écoute que du classique), mais lorsqu'on a écouté notre premier CD, on a été impressionné par la qualité et la pureté du son. On ré-écoute parfois des vinyles, mais on entend la différence, surtout en fin de disque.

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par . Évalué à 0.

          Je rentre de ma ballade et le déluge de commentaire me fait prendre conscience d'un fait.

          c'est un effet connu des harmoniques en plus.

          Pour qui peut les percevoir!!!!

          Sinon il n'y aurai pas ce genre de réponse dont certaines sont déplaisantes, voire insultantes.

          • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Pour qui peut les percevoir!!!!

            Ce n'est pas parce que tu ne peux pas les "percevoir" (les entendre consciement) que tu n'es pas sensible à ces harmoniques (les entendre inconsciement).
            Parce que ce que tu dis en agrandissant, c'est que tu peux aller au coeur d'une centrale nucléaire, tu ne peux pas percevoir les atomes donc ça ne te fera aucun effet…
            Il y a une tonne d'études sur le sujet, tu devrais te renseigner.

            • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

              Posté par . Évalué à 2.

              Ta comparaison avec le nucléaire n'est pas pertinente, car si nous n'avons pas les moyens de percevoir les rayonnements ionisants, nous avons nos oreilles pour entendre les harmoniques.
              NB : par "percevoir les atomes" je pense que tu parles de percevoir les rayonnements ionisants, car les atomes d'un objet tu les perçois très bien quand tu les touches :) .
              Pour les harmoniques, l'oreille ne les distingue généralement pas isolément, mais dans leur ensemble (cf mon autre réponse au commentaire auquel tu réponds).

          • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

            Posté par . Évalué à 6.

            Pour qui peut les percevoir!!!!

            Tu n'as pas mis assez de points d'exclamation.

            Alors je vais t'apprendre un secret : tous les sons naturels comportent des harmoniques, c'est même ce qui en fait l'identité et le fait qu'on reconnaît un piano d'un violon ou d'un hautbois ou d'une guitare. Il faut croire qu'on perçoit les harmoniques (celles du spectre audible bien sûr).

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Le nombre de défauts du vinyl est très grand : erreur de vitesse, angle de lecture incorrect, erreur sur les points de contact du diamant, usure, poussières… Je sais de quoi je parle, j'ai gravé des disques avec mon père.

        Je confirme que le bon choix est un FLAC à 44 kHz. On ne peut pas trouver de différence à l'oreille avec la meilleure prise de son.

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par . Évalué à 7.

        Ça n'a rien à voir avec le sujet de l'échantillonnage. Un vinyle n'est pas échantillonné.
        En plus, il y a toujours un pré-ampli spécifique au vinyle pour corriger ses distorsions. C'est sans doute pour cela que le son te paraît plus chaud. Si tu joues un peu avec un égaliseur sur ta source numérique, tu pourras émuler le son du vinyle.

        D'ailleurs, dans le premier article cité plus haut, il n'y avait pas que la théorie. Je traduis un passage placé sous "Listening tests" :

        Cette publication proposait aux auditeurs de choisir entre un contenu DVD-A/SACD, sélectionné par des prosélytes de l'audio en haute définition pour illustrer cette supériorité, et ce même contenu ré-échantillonné à la norme CD 16-bit / 44.1 kHz. Les auditeurs devaient identifier toutes différences lors de tests ABX [NdT: protocole de tests en double aveugle]. BAS [NdT: l'institut auteur du papier] a mené l'expérience avec du matériel professionnel haut de gamme dans un studio insonorisé, avec des auditeurs amateurs et des professionnels expérimentés.
        En 554 tentatives, les auditeurs ont choisi correctement dans 49,8 % des cas.

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par . Évalué à 2.

          En 554 tentatives, les auditeurs ont choisi correctement dans 49,8 % des cas.

          Et ils se sont trompés dans 50,2% des cas ? Ce n'est pas très concluant, s'ils avaient choisi au hasard on aurait eu ce genre de valeurs.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 21/09/13 à 15:57.

        Je crois qu'on devrait arrêter le débat « le vinyle est-il mieux que le CD » parce que le CDDA est un format qui a 30 ans. C'est pourquoi on se moque largement des avantages ou des inconvénients du vinyle sur le CD puisque ça fait longtemps que le concurrent du vinyle ne devrait plus être le CD.

        Par contre il y a toujours ces débats :

        • analogique vs échantillonnage numérique

        • pourquoi les industriels sont incapable de nous sortir un support viable capable de détrôner un support trentenaire (non, les supports chiffrés ne sont pas des supports viables capables de détrôner un support trentenaire).

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 21/09/13 à 16:09.

          Ces débats sont clos :
          - l'échantillonnage numérique permet une reproduction inatteignable avec de l'analogique ; la meilleure reproduction possible était avec des bandes magnétiques, moyen utilisé pour les "masters" des enregistrements, un des inconvénients étant la taille des bandes (marche pas trop dans un walkman ;) ) et la copie à faire.
          - on ne peut pas détrôner un moyen technique qui remplit déjà toutes les conditions pour l'oreille humaine (je parle du PCM 16 bits 44100 Hz, correctement utilisé). Par contre on pourrait essayer de trouver un moyen de faire des haut-parleurs fidèles et pas cher (à mon avis c'est difficile).

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Malgré les imperfections du vinyle, le son reste plus rond et chaud que sur cd.

        Ah le retour des gens qui aiment un son pourri juste parce qu'ils avaient l'habitude d'entendre du pourri…
        Plus rond? Plus chaud? Mais correpsondant moins à ce qui a été joué. Tu peux faire pareil avec le CD + un ampli avec le programme "déforme comme la merde d'un vinyle".

        Ca faisait longtemps que je ne l'avais pas lu, j'avais cru que c'était passé de mode ce "c'était mieux avant".

        Mais effectivement, mon baladeur low cost n'ingère que du mp3 et ça me fait plaisir quand j'ai le choix du format pour lui.

        Qui peut le plus peut le moins, et tu peux transformer du FLAC non destructeur en MP3 sans problèmes (en passant par une petite déformation style vinyle, je sui sûr que ça doit se trouver) et tout automatisé avec les bons outils.

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par . Évalué à 6.

          Ca faisait longtemps que je ne l'avais pas lu, j'avais cru que c'était passé de mode ce "c'était mieux avant".

          Ce phénomène est en pleine essor pour les vinyles, les amplificateurs à lampes et les montres mécaniques.

          Vraiment, quel plaisir d'avoir une horloge à balancier de 30 kg au poignet, qu'on doit remonter tous les jours, qui ne se décale que d'une minute par jour, n'affiche pas la date, ne fait pas réveil, parce qu'au moins, si un jour on se retrouve seul sur une île déserte pendant plus de 5 ans, on ne risque pas de vider les piles de sa montre.

          • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

            Posté par . Évalué à 3.

            Pour la montre qui continue à fonctionner sur une île déserte, j'ai une montre Casio solaire radio-pilotée, l'intérêt étant que je n'ai jamais à m'en occuper puisqu'il n'y a pas de pile à changer (je ne connais pas la durée de fonctionnement de la batterie, cela dit, mais ça doit être pas mal d'années, j'ai tenu 5 ans avec la précédente) ni d'heure à vérifier.
            Bon, sur une île déserte trop loin des émetteurs de signaux de synchronisation, pour la mise à l'heure ça ne marchera pas, en même temps ça risque d'être moins important.
            NB: j'ai été étonné de voir que dans l'Atlas marocain dans une vallée entourée de montagnes à 2500 km de l'émetteur DCF77 ma montre continuait à capter le signal, la portée étant indiquée comme d'environ 1500 km.

          • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

            Posté par . Évalué à 3.

            pour la montre automatique, je sais que tu exagère :) mais pour ne pas laisser des choses fausses sur Internet, je me permet d'apporter mon expérience perso :

            je suis un adepte des montres automatiques SEIKO 5 Sport, cela ne pese pas très lourd par rapport a des montres au design identique ça indique l'heure, la date et le mois. la mécanique 7s26A est réputé pour sa précision, et ce n'est pas chère.

            comment avoir de la précision sur une montre automatique ? mes montres SEIKO 5 sport automatique on un décalage de +-1s/mois, par contre il y a une procédure a suivre :

            -garder sa montre au poignet pendant 3 mois pour le rodage
            -apporter sa montre à l'étalonnage chez un vrai horloger qui possède un appareil pour etaloner les montre, lui demander de la mettre un chouia/pouilleme en avance par rapport a étalonnage. en general cela me coute 10€

            si il ne sais pas comment faire avec votre seiko, il y a une petite manette avec les symbole + - pour regler le temps de 1s. Donc ca devrait aller.

            cela fait 8 ans que j'ai un modele qui se décale de +1.5 seconde par mois, j'en suis assez fan. malgré son bracelet qui épile le poignet :)

            • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              J'ai quelques questions qui vont peut-être vous paraitre stupides, mais ce sont de vraies questions :
              - ça vous sert à quoi d'avoir une précision de moins de 30 secondes (par exemple) et quel gain dans le vie réelle par rapport à un réglage annuel une fois par an voire plus?
              - hormis la balade dans le Sahara où le mobile ne passe pas et pas trop de prises électriques pour le recharger, quelle utilité d'avoir une montre en plus que le mobile vous avez sans doute déjà? (si pas de mobile, la réponse est évidente :) )

              • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

                Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 22/09/13 à 17:29.

                Comme Olivier plus haut, j'ai une montre Casio solaire radio-pilotée. Mes critères de choix lors de l'achat ont été forts simples : "je ne veux jamais avoir à m'en préoccuper et elle doit toujours me donner l'heure instantanément".
                Avantages :
                1) bracelet titane et boîtier résine : ultra léger donc je ne sens rien à mon poignet.
                2) Étanche donc je ne l'enlève jamais lors des douches ou baignades.
                3) Radio-pilotée donc elle est toujours à l'heure à la seconde près et elle change elle même son réglage lors du passage heure d'été-heure d'hiver.
                4) Solaire donc je n'ai aucune pile à changer.

                Avant j'avais une grosse montre de plongée mais tous les deux ans il fallait changer la pile (et donc la confier à un horloger pour qu'il refasse l'étanchéité après ouverture du boîtier). C'était chiant. En plus il fallait faire soit-même le changement d'heure et ça aussi c'était chiant.
                Par rapport à mon smartphone…ben il est souvent dans mon sac ou bien au fond d'une poche. En plus il est en veille et il faut appuyer sur un bouton pour que l'écran s'allume. C'est moins pratique et moins rapide qu'un simple mouvement de poignet pour avoir l'heure.

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par . Évalué à 5.

          On n'est pas des machines, on peut regarder autre chose que le rapport efficacité/prix avant de faire un choix :)

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 1.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Cela dit, c'est dommage de publier en 24 bits et 192 kHz, ce format n'étant utile qu'au niveau du studio d'enregistrement, pour avoir de la marge pour d'éventuels retraitements

      Je me permet d'insister sur ce qui est a été dit sur le sujet, et de le rapprocher du libre : pourquoi t'es pas content avec le binaire gratos, pourquoi vouloir le code? Ben la pareil… Dirais-tu que le code source est inutile et qu'on ne doit pas le diffuser? qui peut le plus peut le moins…

      44100 Hz

      Si on pouvait se débarrasser du 44100 surtout quand il est converti à partir du 48000, et ne garder qu'un "standard", ça serait quand même pas mal… le 44.1 kHz, c'est le mal, utilisons tous un nombre commun qu'est 48 kHz! (surtout quand c'est synchronisé avec de la vidéo à 24 ou 30 fps)

      • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

        Posté par . Évalué à 1.

        pourquoi t'es pas content

        Je n'ai pas dit que je n'étais pas content, j'ai expliqué plus haut (dans une 2e réponse) pourquoi je trouve dommage qu'il ne soit pas proposé directement un version en mode "CD" usuelle.

        Si on pouvait se débarrasser du 44100

        Pour quelle raison devrait-on se débarrasser du 44100 Hz ? Note que je n'ai rien contre le 48 kHz même s'il n'est pas nécessaire (la différence de taille est mineure je te l'accorde).

        • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Pour quelle raison devrait-on se débarrasser du 44100 Hz ?

          comme dit : parce que ce n'est pas la version source, et que la transfomartion pourrit un peu le son (léger, mais la on parle de musique classique non?).
          Aussi pour avoir un "standard" universel (oui, pour la vidéo on pouvait rester avec deux versions aux même caractéristique genre PAL et NTSC, on a préféré une HDTV universelle… si on pouvait faire pareil avec le son…)
          Et on n'a plus aucune raison de garder le 44100 (99.999% des équipements savent lire le 48k)

          je trouve dommage qu'il ne soit pas proposé directement un version en mode "CD" usuelle

          Tout le monde est libre de proposer les fichiers! Pourquoi la source devrait tout faire? Et qui dit qu'il ne proposera pas? tout le monde que j'ai vu dire qu'il proposera de la vidéo en 1080p proposait aussi un version 720p ou 480p pour les gens à faible connexion. C'est un procès d'intention que de dire qu'ils ne proposeront pas plus bas en même temps. Je réagissais surtout au message "c'est dommage de publier en (…)" qui laissait croire que diffuser à cette qualité était inutile (ça ne l'est pas).
          Mais : mort au CD! Pourquoi "CD" en 2013? qui veut graver sur CD utilisera un logiciel qui convertira.
          A la limite je comprend 48k/16bit en MP3 320 kbps (si on utilise un encodeur qui coupe pas les hautes fréquences trop rapidement, sinon AAC sera plus moderne et moins bouffeur de bande passante), mais CD… voit pas l'interêt.

          • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

            Posté par . Évalué à 1.

            comme dit : parce que ce n'est pas la version source, et que la transfomartion pourrit un peu le son (léger, mais la on parle de musique classique non?).

            Qu'est-ce que tu appelles la version source ? Elle est en quel format (fréquence) ?
            Le ré-échantillonnage peut se faire sans pertes si correctement mené, j'ai vu ça sur un article très complet sur le sujet (ou alors les pertes sont tellement infimes qu'impossibles à remarquer).
            Oui, je ne parle que du classique, qui est la seule musique réellement exigeante sur le sujet (piano, violon, orchestre avec grosse dynamique).

            Pour la HDTV, ça n'a rien à voir, il s'agit d'un système de bien meilleure qualité que la télévision analogique d'avant.
            Le standard universel dont tu parles existe déjà, c'est le CD (je parle du format audio, pas du format physique).
            ("standard universel" est un pléonasme)

            qui laissait croire que diffuser à cette qualité était inutile (ça ne l'est pas).

            Ça l'est, inutile, si c'est juste pour l'écoute ; ça prend juste de la place pour rien (disque et réseau). C'est utile si on veut effectuer des traitements complexes sur le son ; si l'enregistrement a été bien réalisé, la probabilité que quelqu'un veuille le ré-masteriser est assez faible. Relis le premier lien que j'indique si nécessaire.

            Pour ma part, je préfère avoir du FLAC que du MP3 320 kbps (même avec un bon convertisseur). Quand on parle de CD on parle du format audio, pas du format physique. Le format CD prend 1400 kb/s, et en FLAC après compression on est souvent dans les 500-600 kb/s.
            Encore que pour l'instant, j'écoute ma musique classique sur platine CD (des CD achetés, en classique j'aime bien avoir les livrets). Un jour j'aurai sans doute un convertisseur numérique-analogique de qualité audiophile et ma musique classique en FLAC.

            • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

              Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 21/09/13 à 20:20.

              Qu'est-ce que tu appelles la version source ?

              La version enregistrée avec le premier format "fixé".

              Elle est en quel format (fréquence) ?

              Le format source, justement. J'ai l'impression que tu n'as pas lu ce que j'ai écrit.

              ("standard universel" est un pléonasme)

              PAL et NTSC, pour reprendre le même exemple mais ça marche pour quasi tout, sont deux standards, et aucun n'était universel.
              44.1 et 48.0 sont 2 standards, aucun universel tant que l'autre existe.
              etc…

              Parler de pléonasme montre une non connaissance des (au pluriels) standards et des (au pluriel) organismes de standardisation.

              Le standard universel dont tu parles existe déjà, c'est le CD (je parle du format audio, pas du format physique).

              Parler du format CD comme standard universel est à mourir de rire. le CD etait la certes, mais d'autres avaient des DAT (en 48 kHz la plupart du temps…), sans parler de l'audio venant du cinéma (48 kHz).
              La guéguerre 44 vs 48 n'est pas nouvelle dans le monde audio.

              Ça l'est, inutile, si c'est juste pour l'écoute

              Pourquoi veux-tu limiter à l'écoute?
              Le code source d'un logiciel étant inutile si c'est juste pour éxécuter, ce que tu dis est que c'est dommage de publier le code source. Désolé, je ne suis vraiment pas d'accord avec toi, étant libriste.
              Encore une fois : qui peut le plus peut le moins. (et tout ce que j'ai dit ensuite que tu as pas lu).

              bon, passons, puisque la réaction ne prend pas en compte ce que j'écris…

              • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

                Posté par . Évalué à 1.

                Le format source, justement. J'ai l'impression que tu n'as pas lu ce que j'ai écrit.

                Tu n'as pas précisé les caractéristiques techniques de ce "fameux" format source. En l'occurrence, de nos jours les studios enregistrent pour la plupart en 192 kHz (et 24 bits), donc ni 48 ni 44,1 KHz.

                Parler du format CD comme standard universel est à mourir de rire

                En effet, comme si ce n'avait pas été le format mondialement utilisé depuis les années 80. Le DAT est venu après, ce me semble, et surtout a été beaucoup moins répandu.

                Le code source d'un logiciel étant inutile si c'est juste pour éxécuter

                Je n'ai pas dit que c'était inutile d'avoir la possibilité d'avoir la version super haute résolution, j'ai dit que c'était dommage de ne proposer que cela. Pour prendre ton analogie, c'est comme si les dépôts ne proposaient que les sources et pas les binaires compilés.
                On est peut-être d'accord là.

                • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 21/09/13 à 20:46.

                  192 kHz (et 24 bits), donc ni 48 ni 44,1 KHz.

                  qui est un multiple de 48.
                  CQFD.
                  C'est se moquer du monde de parler d'un multiple d'un nombre avec l'évolution technologique pour ne pas débattre.
                  Tu viens donc toi même de démontrer pourquoi je souhaite la mort du 44.1 kHz… (hint : question de multiples et diviseurs…)

                  j'ai dit que c'était dommage de ne proposer que cela.

                  Et j'ai déjà répondu.

                  c'est comme si les dépôts ne proposaient que les sources et pas les binaires compilés.

                  Et j'ai déjà répondu.
                  Sinon, il y a des développeurs qui proposent que les sources que tu dois ocmpiler si tu veux un truc qui marche… Et c'est mieux que rien, si si.

                  • [^] # Re: Belle initiative, mais format audio inutile

                    Posté par . Évalué à 5.

                    Le fait que 192 kHz soit un multiple de 48 kHz ne rend pas plus trivial la conversion que vers 44,1 kHz (l'algorithme ne se contente pas de prendre un échantillon sur 4). Donc non je ne viens pas de démontrer malgré moi que le 44,1 kHz est à supprimer.

                    (C'est assez nul de "moinsser" mes commentaires, je ne le fais pas avec les tiens, j'en ai même "plussoyé" un plus haut).

  • # MusOpen et Open Goldberg

    Posté par . Évalué à 7.

    Merci pour cette dépêche. J'ai participé aux deux financements de MusOpen, mais cela m'a permis de découvrir également le projet Open Goldberg Variations, et de voir qu'eux aussi ont actuellement une souscription en cours, cette fois pour libérer 48 morceaux de JS Bach :

    http://www.kickstarter.com/projects/293573191/open-well-tempered-clavier-bah-to-bach

    L'objectif est moins élevé (30.000 $, dont 8.700 de financés au moment où j'écris, 48 jours restants).

    Superbes initiatives que de rendre disponible dans le domaine public les plus belles œuvres de musique classique !

    • [^] # Re: MusOpen et Open Goldberg

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Oh mince, je n'avais pas vu ! Si j'avais su je l'aurai intégré à la dépêche, surtout que comme j'ai fait la part belle au projet Open Goldberg Variation, c'était tout à fait pertinent !

      Peut-être qu'un admin peut ajouter un paragraphe quelque part dans la dépêche, un truc du genre « merci à Xavier G. de nous faire remarquer en commentaire que blablabla ». ;)

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # Ça m'impressionne

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Je suis impressionné dans le sens où il s'agit d'un don à l'histoire. Ça montre que les préocupations sont en train de changer, et l'on dispose maintenant de moyens pour libérer autre chose que du logiciel (prochaine étape : le vivant ?)

    Par contre, je repense à l'affaire Mélies où la restauration du film avait fait sortir le film du domaine public. J'ai peur qu'avec la multiplication de ces actions, on risque de se retrouver confronter à de nouvelles contradiction légales comme celle-là.

    Tout mon respect à MusOpen.

    • [^] # Re: Ça m'impressionne

      Posté par . Évalué à 1.

      Puisqu'on parle du caractère protégé d'une œuvre tombée dans le domaine public, je me pose cette question :

      Prenons des photos prises en 1871 et vendue quelques années plus tard à un collectionneur. L'auteur des photos décède dans les années 1920, et donc ses photos devraient aujourd'hui être dans le domaine public. Cependant, un photographe réalise des numérisations des clichés (et peut-être quelques retouches de type luminosité/contraste et effacement de poussières).

      Quel est le statut juridique de ces numérisations ? Sont-elles protégées par copyright, ou bien doivent-elles être placées dans le domaine public ?

      (mon exemple se base sur le photographe John Thomson et ses clichés de Taiwan)

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à 0.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

  • # Homo

    Posté par . Évalué à 2.

    Bonjour,

    formidable projet, et merci d'avoir posté un article en français sur le sujet, ça me permet de transmettre cela à ma famille !

    Une petite note sur l'article ci-dessus, cependant :

    D'une manière générale, avoir des enregistrements musicaux libres et de qualité est un grand bien pour la culture et pour l'homme.

    Il y a une coquille dans ce paragraphe, qui peut être corrigée de deux façons :

    • remplacer « l'homme » par « l'Homme ».
    • remplacer « l'homme » par « l'humanité ».

    Je préfère la seconde solution qui a l'avantage de ne pas froisser les féministes :)

    • [^] # Re: Homo

      Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 21/09/13 à 18:26.

      remplacer « l'homme » par « l'Homme ».

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Homme_%28homonymie%29
      "Le mot homme peut faire référence à : (…) l'humanité dans son ensemble (dans ce cas on écrit parfois « Homme » avec une majuscule pour appuyer l'abstraction)" (noter la mot "parfois", et je n'ai pas trouvé de source "officielle" pour dire que mettre une majuscule la est du français)
      http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/homme
      "L'espèce humaine considérée de façon générale : Origine de l'homme." (noter l'absence de majuscule)
      http://www.un.org/fr/documents/udhr/
      "Déclaration universelle des droits de l'homme"

      Je préfère la seconde solution qui a l'avantage de ne pas froisser les féministes :)

      Une féministe froissée par le mot "homme" pour désigner les mâles et les femelles humains sans aucune ambiguité (ce qui est le cas ici) est plus peu intélligente que féministe… Faut arrêter avec le féminisme à toute les sauces, pour tout et n'importe quoi, même avec un smiley :).
      Personnellement, je préfère aussi "humanité" pour être clair de chez clair dessus, mais sans parler de féminisme, juste parler de meilleur usage de la langue française. Mais si ça peut froisser quelques "féministes", je préfère largement garder "homme" pour le plaisir de les froisser.

    • [^] # Re: Homo

      Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 21/09/13 à 21:57.

      1/

      formidable projet, et merci d'avoir posté un article en français sur le sujet, ça me permet de transmettre cela à ma famille !

      J'avais commencé à rédiger l'article avec le lectorat de LinuxFr en tête, et puis finalement je me suis dit qu'il n'y avait pas beaucoup d'articles en français sur le sujet, et qu'en plus la musique est un centre d'intérêt transversal à la société, et que donc cet article avait potentiellement un lectorat beaucoup plus large que les initiés libristes d'ici. C'est pourquoi j'ai pris le temps de réexpliquer certains détails comme ceux du droit d'auteur, des licence libre, et de la nécessité d'un art libre qui semblent acquis ici mais pas nécessairement à nos familles. :)

      Donc oui, partage, partage ! :)

      2/

      pour la culture et pour l'homme.
      

      Il y a une coquille dans ce paragraphe, qui peut être corrigée de deux façons :
      remplacer « l'homme » par « l'Homme ».
      remplacer « l'homme » par « l'humanité ».

      Oui et non, comme l'a relevé Zenitram avec raison, l'absence de majuscule n'est pas une coquille. Après effectivement il était possible d'écrire « humanité ».

      Et j'en profite pour faire un commentaire personnel : je ne supporte pas les majuscule d'usage.

      Je suis toujours étonné, par exemple, de ceux qui après un discours posent à l'orateur une question du style « vous avez utilisé le mot homme, mais était-ce avec ou sans majuscule ? ».

      Cette question n'a pas de sens, s'il y a une ambiguïté, la question doit être « lorsque vous parliez d'homme, parliez vous du masculin ou de son humanité ? ».

      De plus, une question portant sur la majuscule signifie que nous n'avons plus affaire à un même mot dont le sens varie, mais à plusieurs mots homonymes.

      J'aurai le même coup de gueule pour ceux qui sortent à l'oral des formules du type « et ceci cela pour l'homme, je dis bien l'homme, avec un grand h », s'il y a une ambiguïté, on change de mot, on ne met pas une majuscule.

      Les majuscules sont très bien pour les initiales des noms propres ou les noms d'institutions ou les titres (ça ne change pas le sens) ou pour le début d'une phrase (ça ne change pas le sens) ou pour les acronymes et sigles (ça ne change pas le sens).

      La majuscule appartient d'abord l'orthographe, ensuite à la sémantique. Quand une majuscule révèle une distinction sémantique, c'est quand elle révèle un nom propre ou une institution ou un titre et donc une homonymie.

      Par exemple lorsqu'on écrit « L'Église a béatifié trois personnes » comme on écrirait « La France a déclaré la guerre ». « Église » et « église » sont deux mots différents, « homme » et « Homme » sont un seul mot.

      De même quand on écrit « L'Ouverture de cette œuvre est magistrale », la partie de l'œuvre titrée « Ouverture » est une « ouverture », c'est toujours le même mot. Idem si on parle de la « Marche Funèbre de Chopin ».

      Mais « c'est bon pour l'homme », c'est toujours le même mot, et s'il y a ambiguïté, et bien « mauvais mots changer de mot » et non « mauvais mot changer de typographie ».

      Les dictionnaires qui distinguent « homme » et « Homme » ne le font que pour préciser que la différence est dans l'usage, pas dans le sens.

      Les majuscules d'usage ne servent à rien.

      Alors peut-être que l'on pourra me surprendre à utiliser des majuscules d'usage malgré moi, par la force de l'usage justement, mais on ne me surprendra pas à décider de lever une ambiguïté avec une majuscule d'usage.

      3/

      Je préfère la seconde solution qui a l'avantage de ne pas froisser les féministes :)

      Alors aux féministes je répondrai qu'elles sont sérieusement macho si en entendant la phrase « avoir des enregistrements musicaux libres et de qualité est un bien pour l'homme » elles comprennent « c'est un bien pour le mâle », cela signifie que leur langage exclu le féminin.

      C'est comme ceux qui écrivent (par exemple) que « le chien est le meilleur ami de l'homme et de la femme », au lieu de se limiter à « le chien est le meilleur ami de l'homme ». Sous prétexte de féminisme, on introduit un doute sur l'appartenance à une même espèce. Le jour où les féministes déclareront que la femme n'est pas de la même espèce que l'homme tout le monde aura perdu !

      S'il faut lever le doute, il faut demander si le mot homme désigne le genre ou le sexe (humain ou masculin), pas s'il a une majuscule.

      Donc cette phrase :

      D'une manière générale, avoir des enregistrements musicaux libres et de qualité est un grand bien pour la culture et pour l'homme.

      Cette phrase est sans ambiguïté à moins d'être un macho qui pense qu'un bien pour la culture peut ne pas concerner la part féminine du genre humain. Ce que je ne pense pas. :)

      Si après que tu aie partagé mon article quelqu'un de ta famille te fait la remarque « c'est homme humanité ou homme mâle ? », tu peux lui répondre « puisqu'il est ici question de culture il n'y a aucun doute, cela concerne l'humanité dans son ensemble, à moins que tu veuille signifier par ta question que la femme ne peut pas être égale à l'homme devant le culture ». Ça fait toujours son effet, renvoyé à une féministe. :)

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à -1.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Homo

          Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 22/09/13 à 10:46.

          Tiens, tu viens de me faire découvrir femme… Merci pour cette révélation.
          J'hésite entre humour pourri et sexisme pourri.

    • [^] # Re: Homo

      Posté par . Évalué à 1.

      Merci :)
      Personnellement j'ai toujours du mal à dire "je suis un homme". Une majuscule ça coûte pas plus cher.

  • # Gratuité en question

    Posté par . Évalué à 2.

    "… En d'autres termes, c'est libre et gratuit parce que ça a déjà été payé …"
    Sauf erreur de ma part, pour musopen.org, tout n'est pas gratuit semble-t-il; seul les enregistrements en mp3 (256kbps) le sont, et à raison de 5 téléchargements maximum par jour, et la récupération est un peu fastidieuses à coup de clics.
    Pour de la HQ (m4a, donc surement du ALAC pour compatibilité avec iTunes et les iMachins), il faut payer 55$ par an, ou 20$ par mois.

    Je n'ai pas vu la possibilité de redistribuer ces fichiers HQ, sont ils libres de droits ?

    Certes une version mp3 libre, c'est déjà ça; mais on ne semble pas encore avoir une solution totalement "libre" de qualité HQ (qualité CD voire même équivalente à du SACD pour de la musique classique) facilement récupérable et partagée via torrent (par exemple) comme semble l'avoir fait www.opengoldbergvariations.org.

    • [^] # Re: Gratuité en question

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Les m4a ALAC (lossless) sont disponibles ici :

      http://archive.org/details/musopen-lossless-dvd

      On peut télécharger les fichiers en détail ici :

      http://ia700705.us.archive.org/zipview.php?zip=/6/items/musopen-lossless-dvd/Musopen-Lossless-DVD.zip

      Voir aussi ce lien : http://archive.org/details/musopen

      Il est indiqué que ces fichiers sont dans le Domaine Public.

      Donc :

      1. Oui les enregistrements au format sans perte sont libres.
      2. Ces enregistrements sans compression destructive sont accessibles gratuitement.

      Par contre oui, si ces liens sont indiqués dans l'annonce officielle, on peut regretter qu'il n'y ai pas plus de publicité à leur sujet ou du moins qu'ils ne soient pas plus accessibles, comme a fait le projet Open Goldberg Variation.

      Pour faire mon Zenitram, ils jouent pleinement le jeu du libre, et même celui du gratuit ! Même si on est habitué à que ce soit plus accessible dans le monde du libre et qu'on aimerai mieux. :)

      Personnellement je ne suis pas très fan de la méthode « c'est accessible librement et gratuitement à tous mais seuls les plus malins trouveront », même si cela respecte le caractère libre et gratuit. Aussi, j'aurai préféré du FLAC (même si le m4a alac est libre, sous licence Apache 2.0).

      Il semble que la situation sera meilleure pour le présent projet, il est bien indiqué sur la page KickStarter :

      All of Chopin's music will be recorded in lossless FLAC, MP3, M4a in 24 bit 192kHz. As with the previous Kickstarter, this music will be hosted for free on Musopen.org, Box.com, Archive.org, and seeded via a BitTorrent link.

      Donc on aura droit à du FLAC via BitTorrent. :)

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Gratuité en question

        Posté par . Évalué à 1.

        Là il y a des fichiers de Musopen transcodés en ogg vorbis : https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Musopen

        Mais le bitrate n'est pas toujours optimal, et je ne sais pas à partir de quels fichiers ils sont encodés.

        splash!

        • [^] # Re: Gratuité en question

          Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 22/09/13 à 20:12.

          Ah ouais carrément je viens de regarder y'en a en 80kbps, y'en a qui sont pas taggués, y'en a même c'est du mono !

          Vlà le travail de cochon quoi. :o

          Merci pour le lien archive.org.

          splash!

    • [^] # Re: Gratuité en question

      Posté par . Évalué à 0.

      qualité CD voire même équivalente à du SACD pour de la musique classique

      Le SACD n'a pas réellement de qualité supérieure au CD, d'après les essais qui ont été menés (ce n'est pas très étonnant, le CD ayant déjà la faculté de reproduire fidèlement toutes les fréquences audibles). Normalement les 2 enregistrements sont indistinguables à l'aveugle, si faits à partir du même master. Par contre avec le SACD ça prend beaucoup plus de place (2 fois).

      NB: "voire", pas "voire même" (voire veut déjà dire "et peut-être", "et même")

      • [^] # Re: Gratuité en question

        Posté par . Évalué à 4.

        Par SACD, je visais la possibilité d'avoir du multi-canal (n>2).

        NB: "voire même" est attesté depuis le XVIIe siècle, présent dans le Littré, ainsi que dans le Dictionnaire de l'Académie Française.

        • [^] # Re: Gratuité en question

          Posté par . Évalué à 2.

          OK, mais le multi-canal, en classique ça n'a pas d'intérêt, les audiophiles écoutent en stéréo. Et l'intérêt d'un format qui serait meilleur que le CD, c'est intéressant uniquement pour le classique.

          NB: Tu peux aussi écrire "voire même peut-être éventuellement", mais "voire" ça suffit, tout le monde comprend :)

          (mon commentaire a "-1" à l'instant où j'écris, ça ne m'empêche pas de dormir, mais je ne comprends pas l'esprit de ceux qui moissent, au moins 2 ici)

          • [^] # Re: Gratuité en question

            Posté par . Évalué à 3.

            OK, mais le multi-canal, en classique ça n'a pas d'intérêt,

            Pourquoi? Moi, un orchestre symphonique en multicanal je trouverais ça magnifique, plutôt que sur de la stéréo où on est sûre de pas être au sweetspot. Évidemment le mieux c'est le WFS. Voire le concert…

            les audiophiles écoutent en stéréo.

            Et alors? Quand il y avait que de la mono ils écoutaient en mono. Mais je crois que personne ne regrette la stéréo, même si de plus en plus de monde écoute sur des enceintes d'ordi avec 8kHz de bande passante (c'est la "qualité téléphone")

            Et l'intérêt d'un format qui serait meilleur que le CD, c'est intéressant uniquement pour le classique.

            un peu contradictoire avec le début de ton commentaire… Un bon mix de pop ça vaut toutes les débauches de matériel, y compris un bon support (le CD est un support avant d'être un format).

            • [^] # Re: Gratuité en question

              Posté par . Évalué à 2.

              La stéréo par rapport au mono, ça a tout son sens puisque nous avons 2 oreilles. Je pense qu'à moyens égaux, il vaut mieux avoir 2 hauts-parleurs excellents que 4 bons. Si le multi-canal n'a pas pris pour les audiophiles, je pense que ça a une raison (en plus du coût, il y a aussi la question de place, de bons hauts-parleurs ça prend de la place). Mon père a une excellente chaîne hifi, les yeux fermés parfois l'orchestre est là (ou le piano).

              Pour la pop, il s'agit en partie de sons synthétiques, et une chaîne de qualité honorable suffit car on n'a pas de référence, alors que mes parents ont un piano Steinway sur lequel j'ai appris à jouer ; ce qui rend le classique exigeant, c'est toute la richesse des transitoires et des harmoniques, reproduire l'attaque d'un violon et le touché d'un piano. Ce n'est pas une question de snobisme mais d'oreille.

              • [^] # Re: Gratuité en question

                Posté par . Évalué à 4.

                Mon père a une excellente chaîne hifi, les yeux fermés parfois l'orchestre est là (ou le piano).

                Ça, c'est parce qu'il a de l'imagination ;) en vrai, un enregistrement, aussi excellent soit-il, ne sera jamais identique à un concert. Mais on peut le prendre comme objet esthétique en soi.

                Pour la pop, il s'agit en partie de sons synthétiques, et une chaîne de qualité honorable suffit car on n'a pas de référence, alors que mes parents ont un piano Steinway sur lequel j'ai appris à jouer ; ce qui rend le classique exigeant, c'est toute la richesse des transitoires et des harmoniques, reproduire l'attaque d'un violon et le touché d'un piano. Ce n'est pas une question de snobisme mais d'oreille.

                Je ne suis pas tout à fait d'accord. Pour le classique, tu oublies que la stéréo ne reproduit que partiellement l'acoustique du lieu d'enregistrement. Pour "les autres musiques que le classique" il y a aussi la référence du concert. Et même, je dirais qu'il est rare d'avoir un meilleur son en concert qu'en studio. Toutes les musiques amplifiées sont justement celles qui permettent le plus d'inventivité au mix, et donc il est d'autant plus dommage de les amputer à l'écoute! C'est éminemment vrai pour la musique électroacoustique, où dans l'idéal il faudrait un acousmonium à disposition pour la diffusion. Il n'est pas question d'être fidèle à l'original, il est question de pouvoir saisir les subtilités des sons et l'inventivité du mixeur. Malheureusement la mise en place d'un tel système chez soi est problématique.

                • [^] # Re: Gratuité en question

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  en vrai, un enregistrement, aussi excellent soit-il, ne sera jamais identique à un concert. Mais on peut le prendre comme objet esthétique en soi.

                  Je ne vais pas rentrer dans les débats idiophiles. Mais Cabasse, à une certaine époque, avait l'habitude de faire la comparaison en public, entre un petit orchestre live et son enregistrement, voire en multi canal… Difficile de faire la différence !

  • # Enregistrement 24/36 pistes ou mixage effectué ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Oui parce que si on veut aller jusqu'au bout du libre on parle des pistes individuelles directement issues de l'enregistreur.
    Libre à nous de faire le mixage après. Et de l'adapter aux conditions d'écoute de chacun.
    Personnellement sur mon 7.1 un mixage stéréo je m'en b.. un peu les c…..

    Comme il est écrit plus haut chacun est libre ultérieurement de proposer son propre mixage adapté à son matériel si les SOURCES ( c'est à dire les pistes INDIVIDUELLES de chaque instrument ) sont libérées.

  • # Tout simplement génial

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Tout simplement génial. Voilà qui permet d'expliquer que la production d'une oeuvre musicale, même libre, a un coût si on veut qu'elle soit de qualité.

    Et ça me fait super plaisir de voir ça sur LinuxFR. J'aimerais bien que Framasoft en fasse autant, vu les débats houleux qu'il y a pu avoir sur le sujet !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.