projet Dogs : ordinateur - console de jeux libre

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
0
8
déc.
2006
Matériel
Ce système est composé d'une carte électronique et de plusieurs programmes.
Il se caractérise par la gratuité de l'ensemble du projet, par l'accès aux différentes sources du projet électronique et informatique.

Le c½ur est un microcontrôleur PIC 18F cadencé à 48Mhz. Il dispose d'une bonne puissance de calcul grâce à son architecture RISC. Grâce aussi à sa RAM et sa mémoire de sauvegarde intégrée cadencée à la même fréquence. La mémoire vidéo et externe du PIC.

Il peut aussi être utilisé comme :
  • base de développement électronique
  • système d'apprentissage.


Voici quelques applications possibles :

Base pour développement électronique

L'électronique est simple et économique (autour d'un microcontrôleur PIC18). La carte dispose de plusieurs ports : sortie vidéo, clavier, souris, son stéréo, manette de jeux, USB, série. En plus des entrées-sorties standards, il possède des ports utiles pour les développeurs. Les ports (entrées analogiques, USART, I2C, PWM, interruptions, etc.. ), permettent d'améliorer grandement les fonctionnalités de ses propres montages.

Ordinateur ou console de jeux

À ce stade elle ne peut pas rivaliser avec les consoles de jeux surpuissantes. Mais elle dispose tout de même d'une bonne mémoire vidéo rapide permettant des performances honorables.

Base d'apprentissage

Cette console est tout à fait fonctionnelle. Elle est programmable en assembleur PIC et en Ansi-C. On peut utiliser les deux langages ou seulement un seul. Sa programmation est vraiment très simple.

Exemple : Afficher le mot bonjour sur un écran :

void main() {
printf("bonjour") ;
}

Système nomade.

Lecture de vidéos, musique, jeux vidéo, logiciels divers. Grâce à sa faible taille : faible consommation électrique (les programmes gérant cette fonctionnalité ne sont pas encore disponibles).


Ports principaux du système

Clavier + souris
USB
Carte mémoire SD-CARD
Série
Manette de jeux MIDI
Son Péritel (pour écran de télévision)
VGA (pour les moniteurs)
Autres ports utilisables pour des applications électroniques (analogique, SPI, I2C, PWM, etc. ).

Aller plus loin

  • # PIC / RISC

    Posté par . Évalué à 5.

    Je veux bien qu'un PIC soit un ordinateur avec un jeux d'instruction _vraiment_ réduit, mais de la à dire qu'on a de la puissance parce que c'est un RISC... Ca reste un µC 8bits, pas un PowerPC quand même :)
    • [^] # Re: PIC / RISC

      Posté par . Évalué à 6.

      Oui mais à 48 MHz il assure presque un 12 Mips. Soit une instruction en 4 cycle d'horloge, sauf les branchement qui en prennent 8. C'est plutôt bien pour un bête 8 bits ?
      Et justement, c'est parce que c'est un RISC et que les instructions sont optimisées !
      • [^] # Re: PIC / RISC

        Posté par . Évalué à 0.

        <mode_pas_convaincu>
        MWais, fantastique... et sans intérêt à part pour les électroniciens amateurs et ceux qui regrettent les micros du début des années 80...

        Je vois pas trop d'intérêt en dehors de ça... surtout si linux ne tourne même pas dessus...

        Et en plus c'est pas libre...
        </mode_pas_convaincu>
        • [^] # Re: PIC / RISC

          Posté par . Évalué à 0.

          Si c'est libre, c'est le principe de ce système.
          Licence CC et GPL2
          tous les choix technologique on été étudié pour le libre ne soit pas une facade :

          Tous les composants peuvent réellement se trouver partout.
          La carte et fabriquable même avec des moyens amateurs.

          Le pic à 48Mhz, ce n'est pas le proche le plus performant qu'il existe, mais il est déjà assez puissant.
          De plus, il est simple a utilisé s'achète partout, il y a des outils d DVP gratuit, il n’y a pleins de personne qui le connaissent.

          donc pour un projet communautaire, j'ai préféré choisir celui-là
          • [^] # Re: PIC / RISC

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Puisque c'est libre et que c'est le principe de ce système, tu ne verras sans doute pas de souci à utiliser une des licences Creative Commons CC-BY-SA ou CC-BY qui sont libres ?
            ça paraît bête mais la clause NC refroidit effectivement pas mal de monde. Si tu souhaites plus d'éléments permettant de le comprendre, tu peux consulter http://faq.tuxfamily.org/wakka.php?wiki=LicenceLibrePourquoi qui te donneront quelques éléments (à adapter à ton cas bien sûr).
            • [^] # Re: PIC / RISC

              Posté par . Évalué à 4.

              Tu me parle de domaine public pas de libre.
              tous le monde peut posseder, fabriquer, modifer, partager, ...... ce projet.
              La seule condition et qu'il ne faut pas vendre ce produit.
              je n'est pas fabriqué ce système libre pour que quelqu'un puissent se
              l'appropier a sont prope compte et se mette a en vendre et profiter de mon et notre travail.
              Si quelqu'un veut se mettre a en vendre, il doit se mettre en relation avec nous, nous décideront allors de lui accorder ce droit ou non.
              si c'est juste pour en vendre 1 à un amis qui ne peut pas le faire lui même, ce droit lui serat tres probablement accordé.
              • [^] # Re: PIC / RISC

                Posté par . Évalué à 5.

                Le principe du libre est que l'utilisateur ne dépend jamais de l'auteur.

                Donc, si Linus voulait une clause nc, Linux n'aurait jamais été là ou il est.

                Si quelqu'un vous fournis aussi un bout de design -nc, vous devrez aussi lui demander son avis pour fournir une licence proprio à un industriel?

                "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: PIC / RISC

                Posté par . Évalué à 8.

                La seule condition et qu'il ne faut pas vendre ce produit.

                Bon ben c'est pas libre. C'est toi qui confonds libre et domaine public.
              • [^] # Re: PIC / RISC

                Posté par . Évalué à 8.

                La seule condition et qu'il ne faut pas vendre ce produit.

                Donc pas libre.
              • [^] # Re: PIC / RISC

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                non je ne te parle pas de domaine public, il me semble que tu n'as pas lu attentivement le lien que je t'ai donné.
                je te parle bien de libre, comme le fait Sun http://www.opensparc.net/ ( tu retrouveras facilement https://linuxfr.org/2006/02/15/20364.html qui traitait de cette annonce).

                tu peux regarder aussi http://wiki.eagle-usb.org/wakka.php?wiki=CommunicationLibre qui te donnera pas mal d'éléments pour les constructeurs (une démarche, des repères et des exemples) pour te permettre de mieux comprendre la culture du libre.
              • [^] # Re: PIC / RISC

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                La seule condition et qu'il ne faut pas vendre ce produit.
                je n'est pas fabriqué ce système libre pour que quelqu'un puissent se
                l'appropier a sont prope compte et se mette a en vendre et profiter de mon et notre travail.
                Si quelqu'un veut se mettre a en vendre, il doit se mettre en relation avec nous, nous décideront allors de lui accorder ce droit ou non.

                En gros, tu n'as rien compris à la réciproquité du libre :
                - liberté de diffusion, quelle qu'elle soit (payante ou non)
                - liberté de modification et droit de renvendre la solution modifié sous la meme licence

                Bref, ton truc, on a le droit de t'aider à l'améliorer, mais rien d'autre.
                C'est un logiciel gratuit avec source regardables donc, pas grand chose à voir avec le libre.

                Si tu veux appeler ce projet un projet libre, il faut être prêt à assumer les obligations du "vendeur". Ou alors parler d'un projet tout court, et supprimer "libre".
                • [^] # Re: PIC / RISC

                  Posté par . Évalué à 3.

                  - liberté de diffusion : oui
                  - liberté de modification : oui
                  - liberté de partage : oui
                  - liberté d'utilisation : oui
                  - gratuit : oui
                  - source ouvert : oui

                  - droit de revendre : non, seulement avec l'accor d'une licence de revente.

                  Bref, ton truc, on a le droit de t'aider à l'améliorer, mais rien d'autre.
                  Je te ferait remarquer que je n'ait jamais touché d'argent.
                  Tous le travail est bénevolle et rendu public.
                  • [^] # Re: PIC / RISC

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    pour être précis :

                    liberté de diffusion : non (sous condition NC obligatoire)

                    je suis déçu que tu n'ais pas pris la peine de lire http://faq.tuxfamily.org/wakka.php?wiki=LicenceLibrePourquoi que je t'avais indiqué plus haut
                  • [^] # Re: PIC / RISC

                    Posté par . Évalué à 8.

                    - liberté de diffusion : oui
                    Bah non, justement : liberté de diffusion : soumise à conditions (donc non)

                    - liberté de partage : oui
                    Partage limité (pas d'échange d'argent) : donc partage soumis à condition. Donc non.

                    - gratuit : oui
                    Ça n'a jamais été une condition pour la liberté.
                    En plus c'est faux, puisqu'il faut une licence pour le vendre, donc on peut devoir payer (ou restreindre son utilisation ou son droit à diffuser/modifier etc) dans certaines circonstances.


                    Libre/Pas libre est un gros troll ici, mais celui que tu proposes est peu subtil. Ton projet part d'un bon sentiment, mais la clause NC est non-libre, c'est clair et net, ça ne vaut même pas le coup de troller (d'ailleurs, tout le monde ici a réagi de la même manière).

                    Je ne suis pas loin de rejoindre les autres commentateurs quand ils disent que ta phrase je n'est pas fabriqué ce système libre pour que quelqu'un puissent se l'appropier a sont prope compte et se mette a en vendre et profiter de mon et notre travail. prouve justement que tu n'as pas compris ce qu'était un logiciel libre. Tu ne dois pas te sentir attaqué pour autant, personne n'a dit que ton projet était inutile ou inintéressant; par contre, si tu arrives avec tes gros sabots en clamant que NC c'est libre et que les autres n'ont pas compris la différence entre libre et domaine public, c'est clair que l'allumage est obligatoire.
                    • [^] # Re: PIC / RISC

                      Posté par . Évalué à 4.

                      - liberté de diffusion : oui
                      Bah non, justement : liberté de diffusion : soumise à conditions (donc non)

                      J'ai toujours été surpris par cet argument de la part de personnes défendant la GPL par ailleurs.

                      Parce qu'en prenant un point de vu identique, on peut dire que :

                      liberté d'utilisation de la GPL : soumise à condition (pas de lien avec du code propriétaire). Donc non.

                      Pour moi qui suis plutôt un adepte de la license BSD, la GPL comme les CC-NC sont des licenses contraignantes, donc moins libres. Je comprends parfaitement la volonté de certains de limiter l'utilisation de leurs création dans des softs propriétaires sans leur accord. Et je comprends tout autant la volonté de certains de limiter l'utilisation de leurs créations dans des distributions payantes.
                      Les deux me semblent venir d'une même volonté d'un partage de connaissance avec certains gardes-fous. L'une va simplement plus loin que l'autre.

                      Maintenant, je vois mal en quoi la CC-NC-SA est si problématique pour la communauté, en dehors de ceux qui voient plus le libre comme un modèle économique et pas un modèle de partage de connaissances. Parce que, au pire, le projet se pénalise lui-même en limitant sa diffusion, point barre. Pour le reste, si le projet devient vraiment indispensable, j'ai du mal à croire que personne ne trouvera un wrapper pour le contournement (cf les fonts TrueType il y a quelques années), ou que personne ne prendra 5 minutes pour demander l'accord.

                      Alors oui, j'ai lu la faq de tuxfamilly mais je la trouve partiale : par exemple, je ne connais pas de cas de problème à cause d'une pub sur un site tant que celle-ci permet de financer le site et ne devient pas un vrai centre de profit pour celui qui maintient la page...
                      (mais je suis assez d'accord avec eux pour ce qui concerne -ND)
                      • [^] # Re: PIC / RISC

                        Posté par . Évalué à 6.

                        Il y aurait probablement moyen de faire une réponse plus poussée mais bon : en gros, la clause NC introduit un obstable juridique supplémentaire et inutile à la protection de l'utilisateur du logiciel.

                        D'après ce que j'ai compris de la philosophie de Stallman, le but de la licence est avant tout de protéger le consommateur du logiciel libre. Tu remarqueras qu'aucune des quatre "libertés" ne concerne le programmeur, qui, lui, est automatiquement protégé par le code de la propriété intellectuelle. On parle donc bien de la liberté de l'utilisateur, pas de l'ayant droit.

                        En l'occurrence, il faut bien admettre que la clause NC restreint considérablement la liberté de distribution : impossible d'inclure ça dans un CD vendu à prix coûtant, impossible d'installer le soft sur un Linux préinstallé sur un ordinateur, impossible même de vendre un ordi avec des CD contenant de logiciel; impossible de faire de la pub sur le site qui diffuse le logiciel, ou de faire payer l'abonnement à un repository extrêmement rapide, etc etc etc. En bref, la clause NC transforme le logiciel libre en un logiciel amateur. Ça le fait sortir des circuits de toutes les grandes distribs, et ça va poser tout un tas de problèmes pour les distributions "presque pas commerciales" (CD gratuit dans un magazine...).

                        Je pense que la grosse différence entre la clause NC et les autres clauses contraignantes, comme l'imposition de la GPL à tout code lié à un code GPL, est que la clause NC interdit la diffusion TELLE QUELLE dans certaines conditions. Je reçois un soft GPL de mon voisin, je peux 1) le modifier complètement librement, 2) le distribuer complétement librement sans le modifier. C'est la partie 3) "distribuer les modifications" qui est touchée par le fait que certaines modifs ne sont pas distribuables sous GPL --ou plus exactement, la GPL m'impose la licence de distribution des modifications. Parce que ce qui m'empêche de distribuer mon code GPL lié à une bilbiothèque GPL, ce n'est pas la GPL, mais bien la licence de la lib proprio qui m'interdit de la diffuser sous GPL. Bon, pour ne pas être trop de mauvaise foi, je dirais que ce qui interdit cette distribution, c'est bien une incompatibilité entre les licences des deux composants logiciels. Ce n'est donc pas (ou pas seulement) la faute de la GPL.

                        Par contre, avec NC, tu peux être bloqué pour la distribution d'un élement que tu as reçu sans même le modifier. C'est ça qui en fait quelque chose de non libre : en me donnant un truc sous CC-NC, tu ne me donnes pas le droit de le distribuer TEL QUEL comme je le souhaite.

                        Enfin, pour être un peu plus général, toute licence qui nécessite un contact avec quelqu'un préalablement à la distribution dans certaines circonstances, c'est MAL. Parce que le quelqu'un peut avoir un accident de voiture, peut devenir psychotique et parano, peut disparaitre en mer, et son travail avec lui. Alors oui, distribuer sous NC, on est bien d'accord, c'est avant tout contre-productif pour soi-même. Mais c'est bien un mensonge de faire miroiter une liberté qu'ils n'ont pas aux utilisateurs.
                        • [^] # Re: PIC / RISC

                          Posté par . Évalué à 0.

                          Il y aurait probablement moyen de faire une réponse plus poussée mais bon : en gros, la clause NC introduit un obstable juridique supplémentaire et inutile à la protection de l'utilisateur du logiciel.


                          Le fond des trolls^wdiscutions sur les licences BSD/GPL, c'est que les déffenseurs de la première ne s'inquiètent que des libertés du point de vu de l'utilisateur, là ou BSD s'occupe aussi de celles du point de vu des programmeurs... ;)

                          D'après ce que j'ai compris de la philosophie de Stallman, le but de la licence est avant tout de protéger le consommateur du logiciel libre. Tu remarqueras qu'aucune des quatre "libertés" ne concerne le programmeur

                          Tout à fait, c'est d'ailleurs un des points qui me gène le plus avec la GPL et qui fait que je ne l'utilise pas à titre personnel...
                          J'ai la faiblesse de voir le partage de connaissance comme un "don" dont les bénéficiaires font ensuite ce qu'ils veulent (sur le modèle de l'école), même si je préfère qu'ils partage en retour.

                          il faut bien admettre que la clause NC restreint considérablement la liberté de distribution

                          Oui, le projet se pénalise en limitant sa diffusion.
                          Maintenant, un petit bémol dans la liste qui suit : ce sont des impossibilités par défaut, c'est à dire que rien n'empèche de demander à un journal ou une distrib de demander le droit de diffuser, qui peut lui être accepté.
                          Je connais même des cas de CC-NC ou les auteurs ont mis à disposition un certain nombre de cas ou l'accord est automatique, genre "ok tant que la distribution ne contient pas de logiciels propriétaires, tant que la pub sert à financer le site et n'est pas une source de revenu" (désolé, j'ai déjà vu mais je n'ai pas d'exemple sous la main)...

                          Par contre, avec NC, tu peux être bloqué pour la distribution d'un élement que tu as reçu sans même le modifier. C'est ça qui en fait quelque chose de non libre : en me donnant un truc sous CC-NC, tu ne me donnes pas le droit de le distribuer TEL QUEL comme je le souhaite.

                          C'est aussi le cas de la GPL, au moins dans un cas : tu n'as pas le droit de lier du code propriétaire avec une librairie GPL, même laissée TELLE QUELLE. C'est d'ailleurs pour cela qu'il a fallu mettre au point la LGPL.

                          Mais c'est bien un mensonge de faire miroiter une liberté qu'ils n'ont pas aux utilisateurs.

                          J'aurais presque envie de dire la même chose de la GPL :)
                          Cette license aussi a des contraintes pour les "utilisateurs" que sont les programmeurs (qui auraient besoin d'utiliser une librairie, par exemple). Maintenant, ces contraintes sont considérées comme acceptables parce qu'elles servent "la cause", mais c'est une autre question.
                          • [^] # Re: PIC / RISC

                            Posté par . Évalué à 4.

                            "ce sont des impossibilités par défaut, c'est à dire que rien n'empèche de demander à un journal ou une distrib de demander le droit de diffuser, qui peut lui être accepté."

                            C'est le principe même des licences proprio ça hein... Cela n'est pas du libre du tout.

                            "C'est d'ailleurs pour cela qu'il a fallu mettre au point la LGPL."

                            Non, la lgpl a été créer pour remplacer les lib proprio (genre lesstif par rapport à motif)

                            Cela dérive sur un troll BSD/GPL. Mais comme dis plusieurs fois, pourquoi vouloir partager avec quelqu'un qui ne veut pas partager ?

                            (les incompatibilités de BSD dans la GPL est un effet colatéral malheureux, normalement arrangé dans la v3)

                            "La première sécurité est la liberté"

                            • [^] # Re: PIC / RISC

                              Posté par . Évalué à 1.

                              C'est le principe même des licences proprio ça hein... Cela n'est pas du libre du tout.


                              C'est un point de vue, mais pas une généralité amha.
                              Pour moi le principe du code propriétaire c'est l'interdiction par défaut de modifier ou de redistribuer le code DANS TOUS LES CAS.
                              Lá, il y a tout de même pas mal de latitudes ouisque tu peut faidre ce que tu veux tant qu'il n'y a pas de considération commerciale.

                              Mais je suis d'accord, c'est le problème du verre à moitié vide ou à moitié plein...

                              Non, la lgpl a été créer pour remplacer les lib proprio

                              Dans le doute, j'ai été revérifier sur gnu.org et fsf.org :
                              Il s'agit d'une licence de logiciel libre, mais pas aussi sévère en tant que gauche d'auteur, car elle permet l'intégration de modules non libres.

                              Et quand on regarde le texte de la license, on voit que l'autorisation marche aussi dans l'autre sens.

                              Donc c'est bien ce que je disais : la LGPL est là pour permettre l'édition de lien entre du code propriétaire et du code non propriétaire, que ce soit un module propriétaire dans un projet libre ou entre une librairie libre dans un programme propriétaire, ce que les contraintes de la GPL ne permettent pas.

                              Cela dérive sur un troll BSD/GPL

                              Hum... Pourtant j'avais l'impression que les plaisanteries et les parties plus sérieuses étaient facilement différentiables, pour peu qu'on ne soit pas trop borné.

                              pourquoi vouloir partager avec quelqu'un qui ne veut pas partager ?

                              Grande question philosophique...
                              En l'occurence, si l'auteur de DOGS ne voulait pas partager, il ne l'aurait pas mit sous license CC, ou au moins avec une clause -ND. Enfin, c'est mon point de vu.

                              les incompatibilités de BSD dans la GPL est un effet colatéral malheureux

                              Cela me rappelle un peu le discourt des militaires après une grosse bévue...
                              Dans les faits, il est possible de prendre du code BSD dans du code GPL sans partage en retour. Aurait-il pour autant fallu que les BSDistes appliquent ta phrase précédente aux projets GNU ?

                              Comme déjà dit, je comprends les motivations de la GPL, mais je regrette le manque d'ouverture d'esprit de certains de ces défenseurs qui ont un peut trop tendance à considérer RMS et la FSF comme étant les seuls à posséder la vérité vraie et absolue sur le logiciel libre (et en dehors de la GPL, point de salut).
                      • [^] # Re: PIC / RISC

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        liberté d'utilisation de la GPL : soumise à condition (pas de lien avec du code propriétaire). Donc non.

                        Ben si ... tu n'a juste pas le droit de diffuser les deux ensemble.

                        Note, je préfère moi aussi le type BSD pour mes projets (MIT en l'occurence) ... on ne sait jamais, la GPL a la facheuse tendance a être facilement incompatible.
                      • [^] # Re: PIC / RISC

                        Posté par . Évalué à 3.

                        liberté d'utilisation de la GPL : soumise à condition (pas de lien avec du code propriétaire). Donc non.

                        NON
                        t'as le droit de faire ce que tu veux chez toi (heureusement ! on est pas des afficionados des DRM !!!) mais pas de redistribuer du code proprio dérivé de code GPL.

                        Faut se renseigner un peu.
              • [^] # Re: PIC / RISC

                Posté par . Évalué à 2.

                La seule condition et qu'il ne faut pas vendre ce produit.

                Donc il n'est pas libre. CQFD.
  • # Ordinateur "libre" ???

    Posté par . Évalué à 4.

    Bon, au risque de passer pour le chelou de service, l'ordinateur n'est pas "libre" plus que ça puisque la licence choisie impose le "non-commercial" ...

    Mis à part ça, c'est une initiative intéressante ...

    Caeies, chipoteur en herbe ... (non on ne me fume pas, merci !)
    • [^] # Re: Ordinateur "libre" ???

      Posté par . Évalué à 8.

      Celui-ci est libre:
      http://www.arduino.cc/

      Voici aussi des OS spécialisés dont un realtime:
      http://www.sics.se/contiki/
      http://www.freertos.org/

      Et des composants libres implémentables en FPGA:
      http://www.opencores.org/
      • [^] # Re: Ordinateur "libre" ???

        Posté par . Évalué à 2.

        Et quel OS tourne sur du arduino par exemple ?
        Un contiki ?
        La correspondance entre hardware et software n'a pas l'air d'être une évidence...
        • [^] # Re: Ordinateur "libre" ??? OS

          Posté par . Évalué à 3.

          Sur des processeurs lents et avec peu de mémoire, mieux vaut souvent éviter d'utiliser de vrais OS (multiprocess) quand on en a pas le besoin, afin d'améliorer les performances.
          Arduino fournit une bibliothèque et un langage, pour pouvoir communiquer avec le hardware simplement. Si tu veux, cela ressemble plus au Basic et à la ROM des premiers micro-ordinateurs, qu'à un vrai OS moderne.
          Mais les OS compatibles avec le proc Atmel de l'Arduino devraient pouvoir fonctionner s'ils ont suffisament de RAM.
          • [^] # Re: Ordinateur "libre" ??? OS

            Posté par . Évalué à 1.

            Donc je peux m'amuser à connecter un circuit graphique à mon arduino et rejouer à l'âge d'or de l'informatique amateur en construisant mon C64 chez moi ?
            • [^] # Re: Ordinateur "libre" ??? OS

              Posté par . Évalué à 1.

              d'apres ce que je vois cette ardenio n'a pas de ports n'y de fonctionnalitées :
              -manettes
              -PS2 clavier
              -PS2 souris
              -vidéo télé
              -vidéo vga
              -son
              -unité de sauvegarde
              -rs232
              Donc ce n'est pas un ordi.
              ce n'est qu'une carte de dévellopement basé sur un petit MicroC 8bit 20Mhz en DIP 28.
              En fait il n'y a rien sur la carte : un microC et son alim, un connecteur pour utiliser les patte du MicroC, eten option un port USB
              • [^] # Re: Ordinateur "libre" ??? OS

                Posté par . Évalué à 1.

                niveau OS, pour Dogs, il y a une tres bonne adaptation tres fonctionnelle de la norme OSEk/VDX -> PICOS.
                Donc OS temps réel multitache préhentif
  • # Recompiler un jeu pour le PIC ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Est-il possible de prendre un jeu codé en C, voir en C++ ou pire en Perl ou Python, pour ce PIC ? On m'a dit un jour qu'un programme C bien codé pour être recompilé pour n'importe quelle archi, mais là j'suis un peu perplexe quand même.

    Perso, je me refuse à coder en C ou même en C++. Je ne code plus qu'en Python (à part si je suis payé :-)). Alors me parlez pas d'assembleur.

    Est-ce qu'il y a SDL de disponible ? Est-ce qu'il y a un système d'exploitation ? On peut écrire des threads ?

    Sinon, je vois que seul les manettes à 2 boutons sont supportées... C'est un peu limité quand même. 4 boutons c'est pas envisageable ? J'avais codé un pilote pour manette de jeu. J'ai appris assez vite qu'il faut écrire un protocole entre la manette et l'ordinateur pour avoir plus d'axes et plus de boutons (enfin plutôt supporter le protocole de la manette...).

    Haypo
    • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

      Posté par . Évalué à 2.

      salut :
      manette : 4 bouton + 2 axe analogique( X Y)
      programation : en C (ou en assembleur)
      pour le python je ne sait pas, il existe plein de langage de programmation pour les pic.
      si tu veur aider ce projet, tu peut faire des rechecherche pour savoir ce qu'il existe et ce qui est compatible.


      """"""""""Est-ce qu'il y a SDL de disponible ? Est-ce qu'il y a un système d'exploitation ? On peut écrire des threads ?""""""""""
      ca vient tous cela il y a déja eut des test.
      Mais ne disposant des moyen financier et équipe de DVP d'INTEL ou d'IBM
      tu comprendrat que ce n'est pas encore finit.
      • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

        Posté par . Évalué à 3.

        De toutes façons, vu les caractéristiques techniques de la bête, les performances pour les jeux seront sans doutes inférieures en bien des aspects à une megadrive: les opérations audio et video semblant ne reposer que sur du soft (mais je peux me tromper), là où les vénérables ancêtres se permettaient tout de même un peu de hard.
        • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

          Posté par . Évalué à 0.

          heu....
          Par rapport a un mégadrive, le proc et 10 à 30 fois plus rapide.
          la vidéo est gére par le soft et par le hard.
          Si je ne me permet pas trop de hard, c'est pour avoir un prix minimum.
          en me reposant au maxi sur le Up et la gstion Vidéo. les performance actuelle des MicorC permettent efin de gérer la vidéo et l'audio, je m'en sert.
          Après, j'espère faire evoluer ce système pour avoir encore plus de performance.
          coté audio c'est pas le top mais il y a.
          si j'avais fait d'autre choix, le prix aurait été tres cher pour quelqu'un qui n'en fabrique q'un seul .
          et le PCB n'aurait opus etre fait avec des moyen amateur.
          en général les composant a l'unitité sont cher et dur a trouver, ceux choisit ne le sont pas.
          • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            le son et le signal vidéo tu les génèrent à partir de ton PIC ou tu as des circuits spécialisés ?
            Même si le proc est rapide, si c'est lui qui fait le son et la vidéo ça laisse pas beaucoup de temps CPU pour le reste du jeu.
            Si tu as connu ce bon vieux temps de l'Amiga tu sauras de quoi je parles ;-)

            Pour info pour faire touner SDL et Linux il faut (au moins) un système 32 bits (et un compilateur C digne de ce nom aussi ;-) )
          • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

            Posté par . Évalué à 4.

            Par rapport a un mégadrive, le proc et 10 à 30 fois plus rapide.

            BLASPHEME!!! On ne compare pas un 68000 avec un PIC, même à 48MHZ.
            Le PIC patauge lamentablement dés que l'on sort de son domaine d'application (controleur) et que l'on lui demande de gérer un peu de mémoire ou de faire quelques calculs. Le 68000 était très à l'aise dans tout les domaines (pour l'époque bien sur, mais l'architecture du PIC est aussi vieille !)
            • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

              Posté par . Évalué à 3.

              megadrive : 68000 à 8Mhz + un copro graphique
              dogs : pic à 48 Mhz.

              Un pic est un microcontroleur 8 bits qui a donc du mal à gérer beaucoup de mémoire. Dans l'industrie, un 16 bits est toujours préféré à un 8 bits car le code sera plus petit (donc l'ensemble cpu+mémoire sera plus petit en 16 bits qu'un 8 bits pour une même application).

              Un 68000 a une microarchitecture 16 bits mais un jeu d'instruction 32 bits. Donc la gestion de la mémoire est plus simple.

              Sur des petits calculs qui restent en 8 bits voir 16 et qui ne touche pas à beaucoup de mémoire, le pic sera bien plus rapide.

              Mais refaire le hardware de la megadrive coute bien plus chère que l'achat d'un pic.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

                Posté par . Évalué à 5.

                Pas perdre de vue qu'à côté du 68000 à 7,67mhz, il y avait aussi un z80 à 3,58mhz et une puce dédiée pour le son (Yamaha 2612), sans compter le système graphique gérant en hard les déplacements de sprites...

                Dans une utilisation console, je veux bien croire que le PIC serait capable de bouger des pixels plus vite que la megadrive, mais ça devrait se faire en silence, et sans multitâche... Je vois pas le pic générer du son fm de qualité équivalente à la megadrive, je ne le vois pas trop non-plus travailler par banque de sons, et certainement pas tout en offrant un affichage fluide et une réactivité des contrôles digne d'une console de la 4è génération.

                Bref, je vois pas ce truc faire mieux qu'une megadrive.
          • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Par rapport a un mégadrive, le proc et 10 à 30 fois plus rapide.

            Humm... comparer un pic a un 68k quelle horreur !

            Vous avez pense a utiliser un coldfire a la place du pic ? Ca coute pas tres tres cher et les performances sont vraiment au rendez-vous. Le PCB est pas forcement facile a realiser mais c'est pas insurmontable non plus.
            • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

              Posté par . Évalué à 0.

              Tout le problème, c'est le PCB. Le jour ou on trouvera des SoC en DIP20 ou TQFP44, la question ne posera plus.

              Cela dit, DOGS est en double face trous métalisés, pas évident non plus à réaliser comme circuit.

              Le hard libre et gratuit, ce n'est pas pour demain...
              • [^] # Re: Recompiler un jeu pour le PIC ?

                Posté par . Évalué à 1.

                #1 de : Sylvain Rochet
                un coldfire a la place du pic ? Ca coute pas tres tres cher ......Le PCB est pas forcement facile a realiser

                #2 de : Glorbouille
                Tout le problème, c'est le PCB. Le jour ou on trouvera des SoC en DIP20 ou TQFP44, la question ne posera plus.
                Cela dit, DOGS est en double face trous métalisés, pas évident non plus à réaliser comme circuit.

                #1 réponse :
                Ca coute pas tres tres cher mais ça coute tout de même un peut cher plus dur a trouver et le PCB devient plus cher et complexe pour être réaliser par un amateur.
                Le but ce n'est pas d'avoir la meilleur machine, la plus performante possible que l'on peut imaginer, mais une fesable qui tiennent compte de toutes les contraintes. En bref quelque chose de réalisable et économique etpas seulement par un nombre.

                #2 réponse : Oui tu a vu juste la taille-complexité du PCB est effectivement un facteur qui peut bloquer ce genre de réalisation.
                Mais ce n'est malheureseument pas le seul (prix, finnesse des pistes, disponibilité des composant, gratuité de l'ensemble des softs utilisé, complexité de l'ensemble du système).
                L'orsque j'ai fait ce système j'ai eut ces éléments en têtes et fait mes choix pour avoir un système réellement réalisable.
                ""double face trous métalisés"" justement non, c'est bien du double face, mais j'ais limité la taille à 10*15 et je n'ais pas mis de trous métalisé (sinon cela aurait été plus dur à réaliser et plus cher).

                Pour info j'ai construit mes DOGS version 1, 2, 3 avec de l'équipement tres somaires (insoleuse fait main, gravure à l'acide chlorydrique dans un bac, fer a souder basic à grosse panne, gros fil d'étain)
  • # Question de chieur

    Posté par . Évalué à 5.

    1) Pourquoi utiliser un pic plutot qu'un AVR qui dispose d'un port de GCC ?
    2) Pourquoi ne pas fournir un mini FPGA (genre spartan3) pour créer des fonctions folcloriques graphiques par jeu ?

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Question de chieur

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Réponse en trois points :
      - A priori, un FPGA reste énormément plus cher qu'un PIC.
      - Les compilateurs C pour le PIC courent les rues.
      - Je connais pleins de gens qui "aiment" programmer un PIC (en assembleur, s'entend).

      C'est quand même une petite carte qui doit être très amusante !
      • [^] # Re: Question de chieur

        Posté par . Évalué à 3.

        - A priori, un FPGA reste énormément plus cher qu'un PIC.

        Un pic coute en gros 10¤. Il existe des fpga de ce prix là (petit certe).

        - Les compilateurs C pour le PIC courent les rues.

        genre sdcc ? Mais je connais surtout icc18 qui est loin d'être libre.

        - Je connais pleins de gens qui "aiment" programmer un PIC (en assembleur, s'entend).

        Je croyais que c'était une gerre 50/50 avec les AVR :)

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Question de chieur

          Posté par . Évalué à 2.

          en gros un pic coute moitié moins cher qu'un FPGA
          a moins de 10¤uro on a un PIC tres puissant.
          Les FPGA ont des puissance et des rapport puissance/prix beaucoup plus faible que les PIC.

          Pour la prog, il y a C18 qui est un compilateur C gratuit.
          c'est ce qui est utilisé

          l'AVR est tres bien mais un peut trop cher est difficile à acheter ou a monter sur un PCB par des amateurs.
          celadit, il est plus performant que le PIC, en plus il a une forte réputation .
          (un peut surfaite dut a une tres bonne stratégie commerciale )
          Il existe de nombreux MicroC ou MicroP tout aussi bien voire même mieux que le AVR mais la pub dans ce milieu est plus importante que tous le reste. (ex : intel qui a imposé plein de composants, MicroP, MicroC, alors qu'il était moin bien et plus cher).

          Mais le PIC a uine tres bonne réputation car tres d'utilisation, c'est un composant tres répendu et tres utilisé comme première apporche des MicroC.
          Il en prend encore plein la geulle à cause de l'anti PUB de motorola et surtout d'IBM qui a duré 20 ans contre les achitectures RISC.
          et des idée récut (viellotte) que cela à induit.
          • [^] # Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

            Posté par . Évalué à 3.

            J'ai peut être mal lu.

            1) Le compilateur C18 est un logiciel payant développé par Microchip et uniquement disponible pour Windows. Il y a une version étudiante gratuite, mais bridé après 30 jours. Le port pic 16 de SDCC n'est pas fini.

            2) Idem pour IC-prog: "This software package allows you to program all types of serial programmable Integrated Circuits using Windows 95/98/NT/2000/ME/XP" Un sharware!

            3) Il y a des AVR à 20 euros chez Farnell et GCC à 0 euros chez www.gnu.org. Avec un peu d'habilitée et bon fer, ça se soude à la main.

            4) Un pic est un microcontrôleur et pas un un microprocesseur. Évidement comparer à un 6809 ou un 8086, il dispose de plus de 10 Mips. Par exemple il n'a pas de bus pour gérer la memoire comme un microprocesseur. Donc parlez de console de jeux est un peu abusive ...

            5) Les schémas sont fait sous Orcad. Si tu as une licence gratuite légalement, contacte moi. Je crois qu'un AVR est beaucoup moins cher ...

            Donc plein d'inexactitude et d'incohérence dans ton propos.
            • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

              Posté par . Évalué à 1.

              sur cette page :
              http://www.microchip.com/stellent/idcplg?IdcService=SS_GET_P(...)

              Microchip autorise de telecharger gratuitement la dernière version.
              donc c'est belle est bien gratuit.
              Il ont essayé par le passé de faire des version amélioré payantes.
              mais il ont toujours finit par les rendre gratuite..
              Il y auras toujours, un version gratuite.

              open source VS Libre
              pour utiliser mon système il faut des outils.
              j'ai choisit des outils gratuits y compris shareware.
              pour le créer j'ai utilisé un logiciel de C.A.O D.A.O non libre (parceque c'est celui que je connait le mieux)

              Le résultat on peut tous faire sans acheter un logiciel.
              et je m'efforce de migrer les logiciel choisit (gratuit) par des logiciels 100 % libre.
              Mais cela prend du temp, donc je migre l'un apres l'autre.

              pareil chez moi j'utilise :
              windows XP : non libre
              Mplab : gratuit
              mais je migre progressivement vers des logiciels libre:
              Firefox, OOo, Vlc, etc..

              ne me m'impose pas de travailler des centaines d'heure pour tout migrer et n'utiliser que du 100% libre.

              J'ai plusieurt fois ecpliqué mon choix PIC plutot que AVR.
              20 ¤uro, c'est tout de même assez cher et un peut trop complexe a souder et demande une précision de gravure trop fine pour un amateur.
              je ne veut pas le reserver a une 'élite' pouvant acheter des composant chez des gros fournisseur.
              ni ayant les moyens technique de fabriquer une carte avec des CMS.
              je prefere que tout le monde puissent en réaliser une.

              AVR : 20¤ > PIC 10 ¤
              • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

                Posté par . Évalué à 2.

                "'20 ¤uro, c'est tout de même assez cher et un peut trop complexe a souder et demande une précision de gravure trop fine pour un amateur.
                je ne veut pas le reserver a une 'élite' pouvant acheter des composant chez des gros fournisseur.
                ni ayant les moyens technique de fabriquer une carte avec des CMS."

                Les AVR existent aussi au formats types DIP donc aussi facile a souder que les PIC. Certes ce n'est pas le cas de tous les AVR, nottaments les plus gros mais il existe des ATMEGA au format type DIP.

                Pour le prix, c'est vrai que c'est un peu plus cher, nottamment quand on peut avoir des exemplaires gratuit de PIC sur lle site Microchip !!
                • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Les AVR sont trés peu cher, environ 8¤ pour un 32ko à 16 MHz (farnell), equivalent à un pic à 64MHz (ATMEGA32-16PU en DIP40)
                  J'en utilise avec GCC avec debug en JTAG sous linux (merci Avrice).

                  Les moins cher sont à 0.49¤! (Chez digikey), huit broches et 2Ko mais à 20MHz!

                  Cela dit, les ARM7TDMI sont dans les même prix et 20X encore plus rapide!!! (STR7 de ST, AT91SAM7 d'Atmel, LPC210x de phillips.., 60MHz/32bits.)
                  (gcc et JTAG également)

                  Ya même des SoC (System on Chip) à base d'ARM9 @ 200MHz avec controleur/accélérateur video et LCD, interface AC97, USB, Ethernet, interface DRAM, coprocesseur FPU et DSP, interface SD et j'en oublie. Je pense en particulier au cirrus logic EP9320 dispo chez farnell et digikey pour moins de 30¤. Et plus linux fonctionne trés bien dessus!!!

                  Le hic, c'est le boîtier BGA, insoudable par particulier... domage

                  Les nouveaux SoC AVR32 sont encore 3X plus performant pour à peine plus cher mais BGA également.

                  Donc les pics ...
                  • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

                    Posté par . Évalué à 2.


                    Ya même des SoC (System on Chip) à base d'ARM9 @ 200MHz avec controleur/accélérateur video et LCD, interface AC97, USB, Ethernet, interface DRAM, coprocesseur FPU et DSP, interface SD et j'en oublie. Je pense en particulier au cirrus logic EP9320 dispo chez farnell et digikey pour moins de 30¤. Et plus linux fonctionne trés bien dessus!!!


                    Oui, enfin tu semble oublier que la carte de base pour un SoC est bien bien plus compliquée a faire que pour un PIC.
                    Sur un PIC, tu met 3-4 capa + une alim 5V et ca tourne.
                    Sur un SoC ARM, tu doit faire au minimum un PCB 5 couches avec un chip dédié à l'alim.
                    Bref faire une carte pour PIC prend 1 semaine au grand max, et pour un ARM ca prend 1 année ...
                    • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Il ne m'a fallut que deux jour pour réaliser une carte à base d'ARM7 (pour de l'indus)... régulateur intégrer 1V8, il suffit d'une alim 3V3 et de quelques condos.

                      Pour un SoC, c'est un peu plus compliqué mais je voulais dire que cela en vaut vraiment la peine. Et une fois la CAO réalisé et qq proto fonctionnel, la production en petite série ne coute plus bien cher (merci les chinois).

                      Jeu gratuit: trouvez vous-même avec google des projets libres basé sur des SoC où on peut commander la carte montée pour le mm prix que dogs.
              • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                > j'ai choisit des outils gratuits y compris shareware.

                Justement, un shareware n'est pas gratuit, sinon c'est un freeware. Un shareware c'est plus "essayes avant de payer". Le fait est qu'au final, si tu veux continuer à l'utiliser légalement, non, ce n'est pas gratuit.
              • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

                Posté par . Évalué à 2.

                20 ¤ c'est cher et tu utilises Windows ??? ;)
            • [^] # Re: Faux: C18 n'est pas un compilateur C gratuit

              Posté par . Évalué à 3.

              5) Les schémas sont fait sous Orcad. Si tu as une licence gratuite légalement, contacte moi. Je crois qu'un AVR est beaucoup moins cher ...


              Surtout que pour faire les ciruits imprimés, il y a un excellent logiciel libre qui d'appelle kicad :
              http://linuxfr.org/2005/03/08/18448.html
  • # Où est le libre?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je lis :
    Cette licence autorise l'utilisation, la possession, la distribution et la modification des éléments du projet dans un but non commercial.


    Sur le site http://www.opensource.org , il y a quelque part que pour etre qualifiée de "libre", il ne doit pas y avoir de limitation commericale.

    Donc, si je fait un truc où on peut juste regarder le code, pas le modifier, pas le vendre, je peux l'appelr "libre" et passer en premiere page de DLFP?
    Cool... Ca en fait des projets qui vont passer maintenant...
    • [^] # Re: Où est le libre?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est vrai que ce n'est pas clair, mais j'ai l'impression qu'il y a confusion et pas mauvaise volonté.

      Quelqu'un connait d'autres projets de ce type, c'est vraiment interressant pour l'apprentissage (enfin pour moi), mais comment s'y prendre pour le dev quand on ne connait pas l'elecronique, avec un emulateur ?
    • [^] # Re: Où est le libre?

      Posté par . Évalué à 1.

      On peut juste regarder le code, pas le modifier
      si on peut le modifier, partager.
      pourqoi parler de vendre ?
      Si c'est libre c'est gratuit, pour vivre ce projzet libre ne doit pas etre piller par des personne qui veulent seulement vendre le prouit de travail fait bénevollement pas des personnes.
      Je préfere que si des personnes veulent commercialiser ce produit,
      qune partit des bénefice généré par leurs ventent servent au projet :
      Hebergment internet, achat d'un nom domaine, financement d'achat de matériel utiliser pour le DVP du projet, etc.
      Et la licence CC NC et la licence par defaut s'applicant a tous le monde.
      Pour des cas particuliers on peut bien sur accorder une autre licence compatible avec du commerciale.
      • [^] # Re: Où est le libre?

        Posté par . Évalué à 4.

        Si c'est libre c'est gratuit

        Nooon !! Relis les articles sur le libre, tu verras que des restrictions dans la redistribution - qu'elle soit commerciale ou non - rendent un projet non-libre.
      • [^] # Re: Où est le libre?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Si c'est libre c'est gratuit,

        Bonjour Monsieur le troll.
        Libre n'a jamais voulu dire gratuit.
        Par contre libre a toujours voulu dire que l'exploitation commerciale ne doit pas etre interdite.
      • [^] # Re: Où est le libre?

        Posté par . Évalué à 2.

        On peut juste regarder le code, pas le modifier
        si on peut le modifier, partager.
        pourqoi parler de vendre ?


        <mode type=méchant>

        Si tu en es encore à ce niveau de reflexion, c'est que tu n'as rien compris aux principes et concept du libre.

        C'est une sorte de shareware avec des sources, mais en rien du libre.

        Les seul creative common libre, c'est cc-by-sa ou cc-by, cc-by-sa est semblable à la GPL, et la cc-by à la licence BSD.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Où est le libre?

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est gentil le mépris, mais voici la définition d'un logiciel libre selon gnu:

          * La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
          * La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.
          * La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin, (liberté 2).
          * La liberté d'améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.

          Le contenu de son site et donc a priori des plans et des programmes est sous CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0.

          D'après http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/ :

          You are free:

          * to Share -- to copy, distribute, display, and perform the work
          * to Remix -- to make derivative works

          À la condition de :

          # Attribution. You must attribute the work in the manner specified by the author or licensor.
          # Noncommercial. You may not use this work for commercial purposes.
          # Share Alike. If you alter, transform, or build upon this work, you may distribute the resulting work only under a license identical to this one.



          Donc on a le droit d'utiliser son travail (liberté 0), d'en étudier le fonctionnement et de le modifier (liberté 1), d'en publier des copies (liberté 2), de l'améliorer et de publier les amélioration (liberté 3).


          Je pense que l'on peut donc dire que son travail est publier sous une licence libre.
          • [^] # Re: Où est le libre?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            je pense qu'il n'y a pas tant que ça de mépris, en revanche il y a bien une méprise de ta part :
            la liberté 2 (publier des copies) ne doit pas être restreinte

            de même, je t'invite à lire http://faq.tuxfamily.org/wakka.php?wiki=LicenceLibrePourquoi ainsi que http://wiki.eagle-usb.org/wakka.php?wiki=CommunicationLibre qui te donneront quelques éléments complémentaires pour comprendre pourquoi ce qui est proposé ne respecte pas l'esprit du libre (ni une licence libre).
            • [^] # Re: Où est le libre?

              Posté par . Évalué à 3.

              Pour le mépris, je t'encourage à relire les commentaires, j'ai pas vu beaucoup de commentaires positifs ou simplement encourageants .

              Il n'y a pas vraiment de restriction à la liberté 2, la diffusion se fait par moins de canaux mais c'est juste une gêne. Rien n'empêche qui que ce soit de diffuser ce travail.

              Ou alors il faut considérer que la clause BY qui m'interdit de diffuser en remplaçant le nom du créateur originel par le mien (même si j'ai modifié 99.9% de la source originale) ou que la clause share-alike ou même la GPL, qui empêchent de diffuser ce travail sous d'autres licences sont des restrictions à la diffusion aussi.
              • [^] # Re: Où est le libre?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Sur le terme de logiciel libre, il y a un consensus plus qu'écrasant pour considérer qu'on est au moins très proche si ce n'est exactement sur les règles de la FSF. Ces règles, et tu le verras dans la FAQ correspondante, excluent totalement l'idée d'interdire un échange commercial.

                Peut être que ce kidnapping du terme "libre" par la FSF ne te plait pas. Peut être que tu as raison de chercher une licence de type NC. Peut être même que tu as raison de penser que le terme "libre" appliqué au logiciel ne devrait pas exclure les licences NC.

                Maintenant peu importe. Les termes sont fait pour communiquer. Le terme de logiciel libre évoque un sens pour quasiment toute la communauté. Si tu arrives à contre sens, tu vas te faire jeter de partout.

                Prend un autre terme, assumes que tu ne fais pas du libre tel que dans le sens couramment admis de la FSF, et au moins ça sera clair pour tout le monde. Tu pourras te consacrer au projet plutot que dans des trolls inutiles sur le libre, que de toutes façons tu ne gagneras pas (et encore moins ici).
                • [^] # Re: Où est le libre?

                  Posté par . Évalué à 6.

                  En fait, il n'y a pas de "kidnapping" de la FSF, il y a juste de l'antériorité. À ma connaissance, Stallman en applicant le terme de "libre" à la propriété intellectuelle et en le définissant l'a fait pour la première fois. Jamais avant on vait dit "ce livre est libre" ou "cette chanson est libre". Par conséquent, cette première définition est "LA" définition, et toute autre doit employer un autre terme que "libre". Aucun kidnapping là dedans, il fallait se réveiller le premier si on voulait donner un autre sens à "propriété intellectuelle libre".
                  • [^] # Re: Où est le libre?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                    C'est un autre débat.

                    Je ne suis pas convaincu que le terme de libre n'avait pas été appliqué à quelque chose de concret comme un livre ou à une conception intellectuelle.

                    Mais même dans ce cas, le terme de libre est un terme existant, avec des connotations et un sens propre précis. L'accoler à un concept n'est pas neutre, même si on est le premier à le faire. Quand je parle de libre je le fais suivant les concepts de la FSF pour les raisons que j'ai évoqué plus haut, parce que c'est ce que comprendra la personne en face.

                    Maintenant non, ça ne veut pas dire que dans mon esprit et dans l'absolu, je ne conçois le terme "logiciel libre" que dans la définition de la FSF. L'adjectif "libre" a un sens beaucoup trop fort pour ça.

                    D'ailleurs si la FSF a utilisé ce terme c'est justement parce que le sens correspondait à ce qui était souhaité. Du coup oui, ça avait du sens et des connotations déjà avant, sinon ce terme n'aurait pas été pris.
                    • [^] # Re: Où est le libre?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Je comprends globalement ce que tu veux dire, mais il faut avouer que le terme de "libre" associé à logiciel n'a pas grand sens par lui-mëme. Il fallait donc préciser ce qu'on appellait "logiciel libre", et "logiciel libre" devient une expression indissociable, qui porte un sens par elle-même. La FSF n'a jamais eu l'intention de redéfinir le concept de liberté hors de la propriété intellectuelle, donc je ne vois pas où est le problème. "libre" signifie tellement de choses, quel est le rapport entre "pays libre", "entrée libre", "libre de droits", "logiciel libre", "libre service"? Pas grand chose, si ce n'est l'idée générale qu'on a le droit de faire une ou plusieurs choses. Même en français, l'ambiguité gratuit/libre existe; dans "entrée libre" ça veut dire "gratuit", alors que si tu te barres sans payer à un "libre service", tu vas avoir des problèmes. En bref, "libre" tout seul ça veut dire quelque chose, mais c'est très flou. C'est souvent traduit de l'anglais, en bref ça n'a pas beaucoup de sens : que veut dire "chaussette libre", "libre jalousie" ou "calendrier libre"? Bah pas grand chose en fait. La définition de "libre" dépend bien du contexte, si j'explique qu'une chaussette libre c'est une chaussette qui a perdu sa compagne, et on peut lui associer n'importe quelle autre chaussette, j'ai pas défini "libre", j'ai défini "chaussette libre". Et si les magasins commencent à vendre des caussettes unes par unes en les qualifiant de "chaussettes libres", ca y est, un concept est créé, et les gens comprendront "caussette libre" toujours de la même manière. Et si un gugusse crée un motif de caussettes et qu'il le diffuse sous GFDL, il aura beau hurler, on lui dira que "chaussette libre" est déja pris; il devra utiliser "Chaussette sous GFDL" ou "Chaussette libre au sens d'Albert Martin". C'est exactement ce qui se passe pour le logiciel libre, l'expression est largement diffusée, et "logiciel libre", ça n'est pas "logiciel" + "libre", c'est un concept à part entière qu'on ne peut pas redéfinir à son bon vouloir.
              • [^] # Re: Où est le libre?

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Pour le mépris, je t'encourage à relire les commentaires, j'ai pas vu beaucoup de commentaires positifs ou simplement encourageants.

                En quoi avoir une discussion contradictoire est méprisant ? au contraire cela permet à l'auteur de positionner son projet, de répondre aux interrogations, je trouve cela très positif, cela contribue à améliorer le projet. Après, les formes n'y sont pas forcéments, bah c'est discussion ouverte quoi, pas de vraie raison AMHA de se formaliser.

                Rien n'empêche qui que ce soit de diffuser ce travail.
                si, justement : un magasin de micro-électronique ne peut pas proposer le montage tout fait ou tout simplement des photocopies de la doc' (même à titre gratuit, puisque ce serait fait dans le cadre de son activité commerciale).

                Les auteurs eux-mêmes ne peuvent pas participer à une LAN partie dont l'entrée serait payante (il faudrait demander à _tous_ les contributeur leur autorisation de lever cette clause NC pour _chaque_ événement de ce type. Il suffit qu'un contributeur refuse pour être obligé de retrouver, au cas par cas, quel travail ne dépend pas de lui et d'utiliser l'autorisation (et ça arrive dans une équipe les désaccords ou les gens qui ne répondent pas ou qui ne sont plus disponibles). Dans ce cas, c'est bien le projet lui-même qui se tire une balle dans le pied, ce qui est dommage AMHA, autant choisir une licence libre dès le début.
                De toute façon, quand bien même une société spolierait le travail fait, vous allez l'attaquer en justice ? Il faut pouvoir prouver la spoliation d'une part, payer les avocats ensuite... Dans la même veine, êtes-vous prêt à vous priver d'un sponsoring tout ça pour un mauvais choix de licence ?

                Ou alors il faut considérer que la clause BY qui m'interdit de diffuser en remplaçant le nom du créateur originel par le mien [...]

                J'ai effectivement pêché par omission : après ne doit pas être restreinte ajouter "plus que par le droit d'auteur".
                C'est le droit d'auteur qui t'empêche de t'attribuer le travail (tu continues de citer les contributeurs ou alors il faut refaire l'intégralité de leur travail soit 100%, pas 99,9%). Pour le SA (share-alike) et la GPL, le fait de ne pas changer de licence est induit par la licence retenue, soit tu l'acceptes au départ, soit tu ne contribues pas.

                Bon avec tout ça on en reste sur des débats un peu trop théoriques.
                Le site et le wiki ont cette licence CC-BY-NC-SA ce qui est bien dommage.
                Les sources sont sous GPL v2 ce qui est effectivement libre.

                Un point que je n'ai pas très bien réussi à voir : la conception (+ les schémas) ont quelle licence ? (celle du wiki ?). J'ai peut-être traduit à tort (même si je ne pense pas), licence non libre pour doc' => (implique) conception non libre, donc distribution du produit non libre ?

                Ce qui est assez gênant AMHA c'est http://fdogs.free.fr/wiki/index.php?title=Promouvoir_le_proj(...) qui contribue à la confusion libre / gratuit et utilise à tort le mot libre sur une page qui indique la CC-BY-NC-SA (le logo en bas à gauche) : autant enlever le mot libre et ne conserver que gratuit (ou pas) dans ce cas. Perso, je sors d'une semaine avec des collègues qui font l'amalgame, genre "c'est libre donc ya pas de licence ? (bin si)" "mais c'est gratuit ? (pas forcément)", c'est peut-être jouer sur les mots, vu que pour pas mal de monde licence => payant, ce que je peux encore comprendre...
          • [^] # Re: Où est le libre?

            Posté par . Évalué à 3.

            Je pense que l'on peut donc dire que son travail est publier sous une licence libre.

            Bien sûr que non, la clause NC met des conditions aux libertés 2 et 3 : la licence CC-NC est certes "ouverte", mais certainement pas libre.
  • # Pauvres visiteurs...

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce qui me gêne dans ton projet, c'est que tu induis les gens en erreur. Sur 2 points essentiellement: sur la liberté, mais ça ne me gêne pas que tu publie une dépêche ici, la plupart des gens le savent et rectifient d'eux mêmes. Mais surtout sur les possibilités du 18F, et je n'aimerais pas être à la place des non électroniciens qui vont te croire et commencer à développer des softs pour finalement se rendre compte qu'ils ne pourront jamais les faire tourner sur un PIC.


    Liberté:

    La plupart des outils de développements sont proprios, alors qu'il existe des alternatives libres:
    - Kicad ou gEDA, voire KTechLab,... pour la partie électronique, au lieu d'Orcad
    - sdcc, Piklab pour la programmation du PIC, gpsim pour la simulation, au lieu de C18, DevCpp,...
    Comme dit plus haut, il y a plus d'alternatives libres pour AVR que pour PIC. Et certains AVR sont disponibles en DIP: ATmega644 par exemple (20MIPS, 4Ko de RAM), donc parfaitement soudable.

    Et ta licence est NC, comme citée plus haut, ce qui n'est pas libre. De plus, dans ton argumentaire "Pourquoi DOGS?" tu dis que tu veux faire une plate forme pas chère. La seule possibilité, c'est de la fabriquer en série (oui, une carte électronique fabriquée en série est moins cher que la faire soi même, à cause de la différence entre prix de gros et prix de détail des composants) Exemple: le projet "one laptop per child" :ordinateur complet pour 100¤ n'est possible que grâce à des capacités de fabrication industrielles. Il me semble que tu confonds gratuité et liberté; et si tu veux un système pas cher, entre le portable à 100¤ et les vieux PC/concoles de jeux reconverties, on trouve plus puissant pour moins cher que ton projet.


    Puissance de calcul:

    Comme cité plus haut, elle est ridicule. Si tu veux faire des calculs en 16 bits ou plus (autrement dit, faire de vrais calculs, pas de la gestion de mémoire ou de chaînes de caractères), on n'arrive pa du tou à 10MIPS. On est loin d'un µC à base d'ARM7: 50MIPS en 32 bits, et à un facteur de plusieurs 100aines par rapport à un VIA C3 de mini PC.

    Ce qui est encore plus embêtant, c'est l'espace addressable: un 18F ne peut pas addresser plus de 4Ko.
    Tu dis que tu veux en faire un ordinateur: comment comptes tu éditer un fichier ascii de 200 lignes de 25 caractères = 5Ko (fichier C courant) ?
    J'espère que tu ne vas pas me parler de swap, parce qu'avec de la Flash, tu ne vas pas pouvoir swapper bien longtemps (100 000 écritures max)

    Et je ne parle même pas d'éditer une image, ou d'éditer un fichier .odf. Quant à SDL et la 3D...

    Donc:
    - console de jeux: OK, si on prend des jeux de consoles des années 80
    - base d'apprentissage: OK
    - système nomade: non: tu pourras à la rigueur lire de la musique ou afficher des images (sous réserve qu'il ne faille pas bcp de RAM pour décompresser), mais rien d'autre. Et ta carte n'a pas la compacité d'un balladeur ou d'un téléphone portable.
    - ordinateur: absolument pas

    Ce serait bien que tu parles de ces limitations sur ton site, ça éviterait des méprises à des gens qui ne connaissent pas grand chose à l'électronique, et qui vont poser des question comme celle de Victor STINNER.
    • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

      Posté par . Évalué à 2.

      consoles des années 80
      et encore...
      Utiliser un FIFO comme frame buffer, c'est trés astucieux mais cela ne permet pas de faire des animations, ou alors il faut un sacré µc (pas un PIC) pour à chaque image tout recalculer et transférer.


      (gros) PS :

      Si cela interresse quelqu'un, je propose un système similaire ( 6 mega pixel/sec en 256 couleurs) que j'ai concus il y a dix ans maintenant (déjà).
      Je ne l'ai jamais mis sur le web, bien que pour moi ce soit libre de droit.
      Donc voilà le bidule:
      - circuit simple face! 100*160mm
      - µc non risc à 24MHz (2¤)
      - Memoire ram 128Ko extensible en acces aléatoire (normal quoi!)
      - EEPROM 64ko extensible.
      - Résolution 256*240
      - Programmation simple (un octet = 1 pixel en 256 couleurs, organisation linéaire, une ligne écran = 256 octets)
      - Animation fluide
      - Scrolling hardware horizontal/vertical par zone au pixel prés.
      - Son mono canal frequence variable (idem speaker PC)
      - Interface joystick type ATARI
      - RS232c en option (connecteur HE10)
      - Pas de logique programmable ou de circuit spécialisé, uniquement des 74HCxx ('HC4040 + 2x'HC161 + 'HC14 + HC08 + 'HC32 +'HC273 + regulateur 5V + µc + RAM standard 128K+ 27c512)
      J'ai réalisé quelques programmes en asm (je n'avait pas encore de compilo) dont un Tetris des familles et des démo utilisant la capacité de pouvoir indiquer l'adresse en memoire de chaque ligne affiché ( donc zoom, déformation, scrolling, reflet ondulant...) les jeux sont donc facile à écrire

      Bémol: seulement entre 1MIPS et 0,25MIPS video activé (comme le ZX81)

      Faite moi signe et je place tout sur le net avec peut-être une licence sympa (GPL?)
      • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

        Posté par . Évalué à 1.

        Utiliser un FIFO comme frame buffer, c'est trés astucieux mais cela ne permet pas de faire des animations, ou alors il faut un sacré µc (pas un PIC) pour à chaque image tout recalculer et transférer.

        petit détail, mais pas des moindres :
        Il ne faut pas tout recalculer ni tous retransférer à chaque image.
        Il faut seulement afficher les nouveau pixels c'est tous.
        • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

          Posté par . Évalué à 4.

          Désolé, je ne comprend pas.
          le PIC n'a que 1500 octets de RAM, donc le frame buffer, c'est la FIFO. On écrit sequentiellement en assynchrone d'une coté (pixel et synchro) et cela ressort à la frequence d'horloge de l'autre. Impossible de relire ou de modifier aléatoirement le contenue car ce n'est qu'une FIFO.

          Alors bien sur, une fois envoyer dans le fifo, l'image est réafficher car ce FIFO tourne en boucle.

          Dit moi si je me trompe:
          Pour atteindre une adresse particuliere pour y écrire, il faut, apres une raz, faire basculer en soft l'entrée clk jusqu'a atteindre cette adresse. Impossible de revenir en arriere. Ecrire un jeu avec des sprites doit être un enfer. Modifier un pixel au coin inferieur impose de balayer toute la mémoire, trop long ... 12 cycles par adresse, ~65000 adresses soit 5 images/sec, et le µ ne peut rien faire d'autre pendant l'incrementation (à moins d'une sortie timer?).
          qqchose m'échape...

          Cela dit, félicitation car l'idée du FIFO est originale et longue vie au projet (c'est juste l'aspect jeu video qui me fait douter)
      • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Tu as mis quoi comme circuit vidéo sur ta carte ?
        • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

          Posté par . Évalué à 1.

          La carte armadeus est cent fois meilleure que dogs.
          Ne perd pas ton temps, ya pas de circuit vidéo... juste un FIFO cadencé et trois reseaux de resistances pour RVB (comme ma vieille carte).

          Armedeus est-il vraiment libre?
          • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Le logiciel du projet Armadeus est basé sur des logiciels libres, par contre pour le hardware le fait de passer par une association (type loi 1901) impose des restrictions au niveau des utilisations commerciales. Produire des cartes électroniques reste bcp plus difficile (financièrement) que distribuer du soft et les hardeux sont moins habitués à fournir toutes leurs "sources" ;-).
    • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

      Posté par . Évalué à 1.

      La plupart des outils de développements sont proprios.

      Oui, je suit seul a avoir tout fais, et j'ai utilisé les logiciel que je connaissé le mieux pour aller au plus vite.
      Sinon je n'aurait jamais pus tout faire,c'est pour cela que j'aimerais que l'on mapporte de l'aide pour améliorer ce système.

      Le prix, je connait bien sur les différence de prix entre la piece unique et l'industrielle et justement jen ai tenuie compte au moment de faire mes choix.

      les choix technologiques permettent d'avoir un système qui coute tout de même tres peut cher à faire même en piece unique 50¤. - 70¤. Fabriqué de manière industrielle, il couterait effectivement beaucoup moins cher.

      ta carte n'a pas la compacité d'un balladeur ou d'un téléphone portable.

      même chose ce que tu voit c'est une version que tout le monde peut faire simplement avec des composant que l'on trouve partout.
      en utilisant des composant CMS.
      la carte ne serait plus de 10 * 15 mais peut etre 3,4,5,6 fois plus petite.

      sur les perfomance, bien sur qu'elle ont leurs limitte.
      et je le dit qu'il n'a pas les même performance que les systèmes dernier cris.

      Les peroformance sont revut en hausse de version en version et j'espère bien pouvoir continuer ce projet.
      j'espre qu'il continurat et que d'autre version plus performante sortiront

      Mais voila je n'ais pas les moyens n'y l'équipe d'IBM.
      et j'ai déja dépenser pas mal d'argent et de temps a fabriquer ce systèmes.
      si tu le trouve médiocre, insufisant et dépassé je ne t'oblige pas a l'aprécier.
      • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

        Posté par . Évalué à 8.

        Le prix, je connait bien sur les différence de prix entre la piece unique et l'industrielle et justement jen ai tenuie compte au moment de faire mes choix.

        les choix technologiques permettent d'avoir un système qui coute tout de même tres peut cher à faire même en piece unique 50¤. - 70¤. Fabriqué de manière industrielle, il couterait effectivement beaucoup moins cher.

        Ta license interdit de le produire en série. On trouve des cartes beaucoup plus puissantes (qui, elles, permettent d'en faire un petit ordinateur) pour moins cher. Ton but de faible coût n'est pas atteignable.

        même chose ce que tu voit c'est une version que tout le monde peut faire simplement avec des composant que l'on trouve partout.
        en utilisant des composant CMS.
        la carte ne serait plus de 10 * 15 mais peut etre 3,4,5,6 fois plus petite.

        Idem, ta license (NC) interdit à quiconque de modifer ton projet pour lke mettre en CMS sans ton accord. Et je ne suis pas sûr que tu donnerais ton accord pour ce genre de chose, vu que ça s'écarte de ton objectif d'avoir quelquechose de réalisable par n'importe qui.

        Les peroformance sont revut en hausse de version en version et j'espère bien pouvoir continuer ce projet.
        j'espre qu'il continurat et que d'autre version plus performante sortiront

        Aucune version de 18F n'ayant plus de RAM ne sortira, parce que l'architecture ne le permet pas. Je t'invite à lire un datasheet de 18F (chapitre 4.9 "Data Memory Organisation") pour savoir pourquoi.
        Il faudra donc changer de processeur, donc réécrire une bonne partie du code. Et apparamment, tu n'as pas l'air de te rendre compte que l'ère du DIP est terminée. Tous les nouveaux circuits ne sortent qu'en TQFP (CMS avec pattes sur le côté) ou BGA (billes sous le composant, quasiment insoudable à la main). Donc tu ne trouvras rien de plus rapide tout en étant soudable par un amateur.


        si tu le trouve médiocre, insufisant et dépassé je ne t'oblige pas a l'aprécier.

        Ce n'est pas le problème que je l'apprécie ou non. Tu remarqueras que je n'ai pas posté les critiques suite au thread http://linuxfr.org/2006/09/05/21278.html dans ton site. Ce que tu fais est un petit projet d'électronique sympa et qui peut apprendre des choses à des gens.
        Le hic, c'est que tu le présentes comme un ordinateur/console de jeux, alors qu'un PIC ne pourra jamais faire un ordinateur. Et tu arrives à convaincre des gens qui ne connaissent rien aux µC. Les modéros de Linuxfr ont même accepté une dépêche en première page alors qu'il est évident que ce projet n'a aucune chance d'arriver à ses objectifs (cf les commentaires ici: soit des questions, soit des mise en doute des choix, pas un commentaire technique positif).

        D'ailleurs, dès qu'on te pose des questions précises sur des problèmes de base que pose ton projet (cf: multiplication signée 16bits, adressage de la RAM,...), tu ne réponds pas, ou par des réponses qui prouvent que tu n'as pas bien lu le datasheet. Ta réponse la plus fréquente est "la technique évoluera", alors qu'elle a déjà évolué (cf: les exemples ARM7/9 ou AVR32), mais pas dans la direction nécessaire à ton projet.

        Ton simulateur permet il de programmer en assembleur ? Permet il de programmer avec CC8E (espèce de C pas du tout ANSI, mais bien pratique pour optimiser sans passer par l'assembleur) ? Permet il de voir des bugs du compilo (multiplication signée sous C2C, certaines fonctions de bibliothèque de CCS,...) ? Si tu compiles avec Borland C++, GCC ou autre, les réponses sont évidemment non. Donc un programmeur va écrire ses programmes qui vont parfaitement tourner sur ton "simulateur", mais ils ne pourront jamais tourner sur ta carte s'ils sont trop gourmands.

        Ce qui me gêne donc, c'est la publicité mensongère que tu fais (même c'est apparamment de l'ignorance, pas de la méchanceté). Cela risque d'attirer des gens qui vont s'investir pour faire des programmes non triviaux, et qui vont être déçus. Tu vas leur faire gâcher leur temps et éventuellement leur argent (acheter les composants, outils et instruments de mesure électroniques représente un investissement de départ non négligeable: plusieurs centaines d'euros).

        Présenter ton projet plus modestement permettra aux gens que ça intéresse d'y participer (et non d'avoir l'impression d'avoir à faire à des rigolos qui ne se sont pas posé les questions de base), et aux autres d'éviter la déception et la frustration.
        • [^] # Re: Pauvres visiteurs...

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est pour ça que je proposais un petit FPGA en plus comme processeurs video. A la place de la fifo, cela doit être possible et pas si couteux.

          Si on reste dans une objectif : petite console simple pour faire de la bidouille avec de la video, c'est tout à fait possible.

          Le pic deviendrait la commande du FPGA. Celui-ci pouvant être programmé pour chaque jeu. Une sorte de modeN :)

          Le plus petit spartan3 dispose déjà de 4 multiplieurs 16 bits, niveau patatte, c'est déjà pas mal. Par contre, difficile de ne pas lui rajouter de la SRAM pour le frame buffer, la mémoire interne étant trop chère.

          "La première sécurité est la liberté"

  • # usb2

    Posté par . Évalué à 2.

    Je vois que ta carte suporte l'usb2, mais d'apres les shemas tout a l'air d'etre fait en soft.
    Est-ce bien le cas ?
    Si oui je serait curieux de savoir si tu as une implementation qui marche et quelle performances t'arrive à avoir.
    • [^] # Re: usb2

      Posté par . Évalué à 2.

      l'USB2 on en parle pas mal le forum.
      on a seulement fait quelque test, ça fonctionne, mais il n'est pas encore d'implémentation logiciel.
      ce n'est pas fait en soft, les pic 18f45xx disposent d'un périphérique interne de gestion de l'usb et d'une mémoire special dédié.
      Par contre niveau protocole il n'y a que l'esclave d'implémenté.
      Pour le faire fonctionner en Hote cela risque de s'averrer un peut plus complexe en plus, tres peut de périphs USB disposent de drivers ouvert.
      • [^] # Re: usb2

        Posté par . Évalué à 3.

        l'USB2 on en parle pas mal le forum.
        Bof, j'ai rien vu sur l'usb2, seulement quelque truc sur de l'usb.

        tres peut de périphs USB disposent de drivers ouvert.
        Soit je comprend pas, soit tu dis une grosse boulette.
      • [^] # Re: usb2

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        tu peux faire un tour du côté de http://www.qbik.ch/usb/devices/index.php
        pour voir les pilotes disponibles (mais tu connaissais sans doute déjà), cela couvre pas mal de type de matériel.
  • # L'article pourrait-il être remodéré ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Visiblement le projet n'est pas libre, même si l'auteur le croit. Est-ce que l'article pourrait être édité/modéré pour réfléter cela ?
  • # Hum

    Posté par . Évalué à 0.

    ce qui me gene le plus est l'absence de port reseau en fait ...

    Bussiere
    et un interpreteur python mais je chipote :p
    • [^] # Re: Hum

      Posté par . Évalué à 0.

      L'interpreteur python, on a pas du tous regardé dans cette direction.
      Pour le port réseau on garde l'idée dans un coin, et j'espere que quelqu'un travaillerat dessus.
    • [^] # Re: Hum

      Posté par . Évalué à 0.

      Pour le réseau, c'est tout a fait faisable et avec des composants accessibles à l'amateur comme par exemple l'ENC28J60 peu couteux et facile a souder.
      Un exemple ici: http://www.electronicfr.com/enc28j60.fr.html
      Par contre à vu de nez il faudra un pic dedié pour gerer la pile IP.
      • [^] # Re: Hum

        Posté par . Évalué à 1.

        Pour l'instant.
        je souhaite pas modifier DOGS.
        Je souhaitye plutot commencer a l'utiliser.
        et il y' a pas de de port et possibilités donc il faut programmer.
        • [^] # Re: Hum

          Posté par . Évalué à -1.

          Pour l'instant,
          je ne souhaite pas modifier DOGS.
          Je souhaite plutot commencer à l'utiliser.
          et il y' déja pleins de ports et de possibilités il vaut mieux les utiliser.
          par compte, si tu veut travailler sur cette partie, ce serait effectivement un travail tres intérressant.
    • [^] # Re: Hum

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      python c'st peut être un peu gros.
      Mais Lua, pourquoi pas ... il paraît que c'est très portable comme langage. Et on peut lui enlever certaines parties pour ne garder par exemple que la VM sans compilateur.

      http://lua.org
      • [^] # Re: Hum

        Posté par . Évalué à 2.

        Python n'est pas si gros que ça. La preuve ça peut tenir sur une disquette.
        Voir http://www.unununium.org/download et téléchargez uuu-0.1.

        C'est carrément un petit OS qui utilise stackless (stackless.com).
        • [^] # Re: Hum

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          un programme/script écrit en Python peut tenir sur une disquette, pas l'interpréteur lui-même... en plus l'interpréteur Python a besoin de qques Mo de RAM rien que pour se lancer, alors sur un PIC tu oublies...
          • [^] # Re: Hum

            Posté par . Évalué à 1.

            Eh non, justement même l'intérpreteur peut être embarqué (libpython2.x.so).
            D'ailleurs si tu le télécharge et la démarre, et fait une faute genre "cd ../../.."
            tu tomberas sur l'intérpreteur.
            Pour relancer le shell, il faudra tapez sous l'intérpreteur python:

            import shell
            shell.shell()

            Tu même éditer les programmes en live.
            La preuve que python peut tenir sur une disquette.
            • [^] # Re: Hum

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              et c'est quoi l'intéret de mette juste libpython2.x.so sur une disquette ? Corrige moi peut être mais pour avoir un système python autonome, il faut au moins un OS et une libc. Pour stocker tout ça, faut vraiment une grosse disquette ! ;-)
              en plus moi à quoi sert l'interpréteur sans tout le matos dans /usr/lib/python2.x/...

              Enfin bon tout ça pour dire que faire tourner Python sur de l'embarqué, ça nécessite qqs Mo de Flash et qqs Mo de RAM, donc pas possible sur un PIC !
              • [^] # Re: Hum

                Posté par . Évalué à 1.

                > et c'est quoi l'intéret de mette juste libpython2.x.so sur une disquette ? Corrige
                > moi peut être mais pour avoir un système python autonome, il faut au moins un > OS et une libc.

                Python a besoin d'un gestionnaire de mémoire (pour les références sur les objets) ce qui peut être résolu en codant un gestionnaire de mémoire qui sera interfacé avec python.
                En ce qui concerne le scheduler, c'est là l'intérêt du stackless (une autre implémentation du python) car l'ordonnancement fait partie intégrante du stackless.

                > Pour stocker tout ça, faut vraiment une grosse disquette ! ;-)

                Que 1.44 Mo, testé et approuvé.

                > en plus moi à quoi sert l'interpréteur sans tout le matos dans /usr/lib/python2.x/...

                Tu peux inclure les modules que tu souhaites. Pour tout inclure il faut un CD, sinon un driver pour le disque dur et le système de fichier où chercher les modules python.
                Tout ceci existe déjà sous unununium (driver ATA + Ext2, plus qq modules).

                > Enfin bon tout ça pour dire que faire tourner Python sur de l'embarqué, ça >nécessite qqs Mo de Flash et qqs Mo de RAM, donc pas possible sur un PIC !


                PS:
                Mais, non on met pas juste libpython2.x sur la disquette, on lie libpython et diet-libc avec les modules qui nous intéresse (drivers...)
                • [^] # Re: Hum

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Hum... intéressant... mais je suis encore sceptique ;-). Où est ce que je peux charger une image de démo à mettre sur une disquette qui me permettrais donc de booter mon PC et d'avoir la main dans un shell python avec les fonctionnalités de base ?

                  bon au risque de paraitre lourd, C toujours pas adapté au PIC ! ;-)
                  • [^] # Re: Hum

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Tout y est, sources, iso... : http://unununium.org/download

                    Il faut télécharger la verion 0.1 car la 0.2 est sensé tourné sous Linux.
  • # Peut-on réutiliser un vieux microprocesseur ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Je précise tout de suite que je n'y connais pas grand chose à l'élèctronique (mon domaine c'est plutôt l'automatique et les applis temps réel non-embarquées) mais je me posais une question après avoir lu tous vos commentaires.

    Il est très facile de trouver un vieux 486 un peut partout (enfin pour n'importe quel geek normalement constitué quoi). Les possibiltés de ce processeur étant beaucoup plus développées que celles d'un microcontrolleur quelqu'il soit, serait-il possible de réutiliser ce processeur (et une partie de la carte mère qui va avec si il le faut) pour développer une plate-forme embarquée à moindre coût ? Je n'ai trouvé aucune info à ce sujet, y'a-t-il déjà des projets qui vont en ce sens (je ne parle pas de réutiliser une machine complète basée sur un 486, ça y'en a déjà plein effectivement) ? La partie "moindre coût" est-elle réalisable compte tenu du brochage des microprocesseurs que j'imagine impossible à réaliser à la main ?
    • [^] # Re: Peut-on réutiliser un vieux microprocesseur ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      un 486 c'est (selon moi) un peu trop gourmand en consommation et en place pour faire de l'embarqué, compte tenu des solutions actuelles: n'importe quel microprocesseur ARM qui sort est désormais bcp plus puissant et bcp plus facilement interfaçable.
      Bon après tout dépend de ce que tu classes dans "embarqué"; pour moi ça doit tenir dans une seule main et pouvoir être alimenté par une batterie...
      • [^] # Re: Peut-on réutiliser un vieux microprocesseur ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Je reste très large dans ma définition d'embarqué (comme elle l'est elle-même d'ailleurs). Je voulais juste savoir si il y'avait moyen de réutiliser un processeur de ce genre sans tout le bordel qui allait autour... Mais à la réflexion je me dis que c'est peut-être assez utopique, le bordel en question étant là pour faire fonctionner ce qui rend la machine interessante (son, image, etc.)

        J'y connais pas grand chose. Au niveau technique, pourquoi ces processeur sont "plus difficiles à interfacer et demande plus de puissance" ?
        • [^] # Re: Peut-on réutiliser un vieux microprocesseur ?

          Posté par . Évalué à 1.

          ""pourquoi ces processeur sont "plus difficiles à interfacer et demande plus de puissance" ?""
          deux des raisons :
          1) les pc sont conçue pour etre le + puissant possible et doivent gagner en puissance régulièrement pour etre vendue :
          donc ->
          - Création de module suplaimentaire pour delester l'U.C. et le Proc
          - la puissance et la taille ne sont pas des farcteur qui importe les fabriquant de PC.
          2) ibm - intel, tiennent a garder le monopole et le coté impénetrable du fonctionnement de leur circuits.
          - donc les autres pour apporter de nouvelle fonctionnalité n'on que la possibilité d'ajouter des extension assez loin du coeur (bus isa->pci->agp,..)
          ce qui augmente encore la taille le prix et la conso.
          • [^] # Re: Peut-on réutiliser un vieux microprocesseur ?

            Posté par . Évalué à 1.

            les microcontroleur, c'est le contraire.
            on connait tous de leurs fonctionnement.
            il sont concue pour
            - faire un max de chose
            - etre le plus autonome possible
            - être une solution économique
            Resultat le rapport (performances * fonctionnalité / prix) et bien meilleurs qu'un PC ou qu'un microproc

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.