Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

Posté par  . Modéré par Fabien Penso.
Étiquettes :
0
1
nov.
2003
Noyau
Vous vous intéressez au fonctionnement de certaines parties du noyau ? et quand vous êtes dans les options, vous ne comprenez pas pourquoi vous ne comprenez pas...
Peut-être est-ce tout simplement parce que les messages d'information sont en anglais !
Alors n'hésitez pas à venir rejoindre le projet KernelFR pour vous investir dans la traduction du noyau 2.6.
Nous avons déjà traduit 14 fichiers sur les 197 qui composent les messages d'aide du noyau.

Aller plus loin

  • # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

    Posté par  . Évalué à 1.

    \o/ Chouette initiative !
  • # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    faut bien que quelqu'un le dise, alors je me dévoue: quel est l'intérêt ? que Luce&Henry puissent recompiler leur noyau en activant le support AFS ou n'importe quelle l33t feature ? Et qu'au reboot suivant ils aient un joli message indiquant une "panique du noyal" ? On reproche aux gens de ne pas lire les docs, si en plus on les éduque à rejeter tout ce qui n'est pas écrit dans leur langue maternelle c'est mal barré.

    Puisqu'on en est à traduire tout et n'importe quoi, je propose de traduire le filesystem, c'est vrai quoi /home/luce personne ne comprend, alors que /ma maison/luce c'est bien mieux.
    • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

      Posté par  . Évalué à 10.

      Ce projet vise à traduire les messages affichés lors de la configuration du noyau. L'intérêt est que la majorité des gens comprenne ce que signifie chaque option.

      Tout le monde ne sait pas lire l'anglais technique avec brio tu sais :)
      • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

        Posté par  . Évalué à 2.

        avec qui ?


        mwhahahahaha je sors en riant -> []
      • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

        Si ça peut éviter aux personnes ayant des difficultés avec l'anglais (le globish?) de comprendre toutes les subtilités des options du kernel, et ainsi éviter une Panique du Noyau, alors oui, c'est un projet intéressant...

        D'ailleurs, le fait que make menuconfig soit en anglais repousse pas mal de monde à recompiler leur kernel, alors qu'avec une bonne compréhension, ce n'est vraiment pas la mer à boire...
      • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

        bon, je m'attendais à me faire traiter de sale gros con barbu élitiste :)
        il n'empêche que quelqu'un qui est prêt à recompiler son noyau, il va se bouffer pas mal de doc en anglais, et pour moi c'est quelque chose de positif: on a besoin d'un langage commun, au moins pour les choses techniques (et une compil de noyau est quelque chose de techinque). Il se trouve que l'anglais est le langage qui s'est imposé dans ce domaine, et lire de l'anglais technique ça ne demande pas un niveau exceptionnel. Essayer de se battre contre ça, je trouve que c'est non seulement une perte d'énergie, mais même un pas dans la mauvaise direction. Quand je vois des étudiants brailler parce qu'on leur demande de lire la page de man printf qui est en anglais, ça me hérisse.
        • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

          Posté par  . Évalué à 3.

          Je suis entièrement d'accord avec toi. Mais aujourd'hui en France, y'a une majorité de personne qui ne comprennent rien à l'anglais. Et moi (comme beaucoup de monde), je souhaiterais qu'une majorité de personne utilise Linux.

          Cherchez l'erreur....
          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  . Évalué à 10.

            c'est pas en traduisant le noyau que tu vas toucher plus de monde. Traduire le noyau, c'est bien, mais il reste plein de traductions à faire / peaufiner, traductions que l'utilisateur final utilise tous les jours. Pour ma part, je trouve GNOME et KDE (pour ne citer que eux) bien traduits.
            Traduire, c'est bien. Traduire le documents relatifs au système et au développement, c'est la cerise sur la gateau, et non la panacée.

            Quant aux messages de démarrage ... MS à solutionner le problème pour masquer ces messages de démarrage par un écran bleu et une barre de chargement ... très peu pour moi
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  . Évalué à 8.

              La barre bleue on peut la faire maitenant sous linux :)

              Plus sérieusement, la premiere fois que j'ai recompilé mon noyau, c'était en suivant une doc en francais qui m'a beaucoup aidée et les messages d'information je les comprenais ( un ti coup de dico par la, un ti coup de moule par ci... ), et miraculeusement j'ai échapé au kernel panic... pardon, à la panique du noyau pour ma premiere compil' ! ( clap clap clap )
              Franchement, j'ai pas encore matté le site pour voir comment ce passe le projet de traduction, mais le noyau c'est la base du systeme, si les aides à sa compilation sont en francais et qu'on a pas le net ni de papier pour avoir une autre aide que celle fournie par son systeme ( j'avais pas le net quand j'ai compilé je me suis uniquement aidé d'un unique document sous links... ), c'est toujours pratique que ce soit dans la langue a Poquelin...

              a+
              • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                Posté par  . Évalué à 10.

                je sais pas quel pourcentage d'utilisateurs utilisent windows, et non jamais eu à compiler quelque chose, compilation référant dans leur lexique à un album audio.

                Honnêtement, si populariser Linux implique que tout le monde doit apprendre à compiler son noyau, je suis contre.

                Compiler (et son noyau) doivent rester annecdotique pour l'utilisateur lambda. Après, il y a les convaincus et bidouilleurs. Les bidouilleurs, par définition, font des choses hasardeuses, sans lire ni aide, ni message. La traduction ne leur apportera pas franchement grand chose. Quant au convaincu, et bien il est sérieux et lit l'anglais.

                Franchement, il y a plein d'applications utilisateurs finales qui restent non-traduites en français ou à mettre à jour, alors avant de traduire la documentation du noyau (ce qui n'est pas inutile), faites un tour www.tarduc.org, ça regorge de projets (dont gnomefr) qui seront, à mon humble avis, plus utiles aux utilisateurs.

                Personnellement, j'en ai rien à foutre que la documentation du noyau ne soit pas traduite, par contre il suffit que je tomber sur un message non-traduit (ou mal) dans mon environnement/logiciel (si tant est qu'il soit traduit) pour me foutre en rogne.
          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            Cherchez l'erreur....

            je ne pense vraiment pas qu'elle se trouve dans les messages d'aide du noyau ...
          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  . Évalué à 0.

            Entre apprendre un abondant vocabulaire technique et apprendre un abondant vocabulaire technique en anglais je ne vois pas une grosse différence.

            Et quand on veut chercher de l'aide dans le vaste monde, il vaut mieux avoir des termes universels plutot que spécifiques à des régions.

            BeOS le faisait il y a 20 ans !

          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  . Évalué à 2.

            Tout d'abord, tout le monde ne recompile pas le kernel et sûrement pas le end-users même si ce n'est finalement pas si compliqué que ça. Il y a des expressions qui ne sont pas traduisibles (queue handler par ex.), je n'aime pas du tout la domination de la culture anglo saxone et je crois que l'esperanto serait une meilleure langue commune, mais je dois admettre que si on traduit la doc dans chaque langue utilisée, il y aura des différences, dues à la traduction, des documents moins à jour que d'autres (prob connus avec les HOWTO), des mainteneurs qui ont parfois autre chose à faire... Cela va compliquer la maintenance de la doc et en diminuer la qualité.

            On risque la situation où les personnes diront "Eh dans ma doc en Espagnol il est écrit que " à quoi on répondra "Non en français il est dit..." Regardez les HOWTO Français vs Anglais, souvent pas à niveau... Déja qu'il y a beaucoup trop de gens qui ne lisent pas la doc, même en français; il ne servirait pas à grand'chose de leur demander de la lire dans leur langue puis en Anglais pour confirmer.

            Une meilleure idée serait de faire de la doc. en français, reprenant et commentant celle en anglais.
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  . Évalué à 1.

              [...]je n'aime pas du tout la domination de la culture anglo saxone et je crois que l'esperanto serait une meilleure langue commune[...]

              oui pourquoi pas, moi j'avais pensé au langage des signes, mais en mode texte je sais pas si c'est une bonne idée... quoique l'ascii art ...

              comment? je sors?
              • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                Le problème c'est qu'il n'y a pas UNE langue des signes.
                Hé oui, la langue des signes n'est pas la même selon le pays !
                Pourquoi faire simple...?
                • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Il esiste néanmoins des projets de langue des signes internationales. Voici un extrait de http://2lpeco.free.fr/lsf.htm(...) :

                  "il existe une langue des signes internationale qui est une langue dépouillée de ses aspects nationaux et renforcée dans sa composante visuelle; elle semble très proche du mime mais permet quand même une communication très élaborée."

                  Dans l'excellent documentaire de Nicolas Philibert "Le pays des sourds", un sourd affirme que la communication entre deux sourds étrangers passe plus vite que entre deux entendants étrangers. Les langues des sourds seraient plus proches que les langues parlées.
                  • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                    Posté par  . Évalué à 1.

                    Les langues des sourds sont differentes parce qu'elles se calquent sur la grammaire de la langue locale. Il suffit donc de "traduire" mot-a-mot depuis une langue dans la langue des signes correspondante. Si les sourds utilisaient une grammaire pour ecrire et une autre pour parler, ce ne serait pas simple pour eux.

                    Ensuite les sourds entre eux se comprennent mieux car ils ont des gestes qui correspondent a des mots, et la ce sont les memes. Ils ont le meme vocabulaire, en sorte, mais pas la meme grammaire.
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  . Évalué à 1.

              > je n'aime pas du tout la domination de la culture anglo saxone
              > et je crois que l'esperanto serait une meilleure langue commune

              Autrement dit:

              - l'anglais est la langue dominante de loin pour les domaines techniques donc s'il faut choisir un langage commun c'est vite vu

              - mais c'est les méchants américains et anglais (même Blair est passé à l'ennemi)

              - donc on repart de rien avec une langue que personne ou presque ne connait comme ça tout le monde part de zéro

              C'est beau l'égalité !

              Tiens une citation de Brel:

              L'avenir dépend des révolutionnaires
              Mais se moque bien des petits révoltés
        • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

          Posté par  . Évalué à 6.

          Ne serait-ce que pr faire prendre réellement conscience à tous les détracteurs de Linux qui ne pipent rien à l'anglais, leur offrir la possibilité d'évaluer l'étendu des capacités du noyau, et ce dans leur langue maternelle, c'est qd même qqch de sympa pr leur enfoncer le clown.

          Moi, tt ça, ça me donne envie de traduire, surtout qu'il y a qqs années j'avais cherché en vain les traductions disponibles citées dans le répertoire Documentation des sources du kernel.

          Cette initiative de traduc, ça me réjouit.
          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

            vous allez me gueler dessus, mais ca ne coute rien
            si des gens sont motivé pour le faire, qu'il le fassent ... je pense que dans la communauté linux, la plus part des gens travaillent par passion et non par obligation, donc s'ils ont des projets, laissez les faires.

            si vous vous êtes motivé pour traduire des applications utilisateurs, allez y, j'espère qu'on ne vous dira rien

            Le seul truc qui m'inquiete, c'est est il possible de faire ce genre de traduction sans retarder les sorties des noyaux "fr" (je préferre un 2.6-test10 aujourd'hui plutot qu'un 2.6-test10fr demain). Ca serait dommage de ralentir l'évolution et le retour d'expérience parcequ'un partie de la communautée est "en retard"...

            merde, les pages de man en fr c'est quand meme cool
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

              Oui, c'est bien les pages traduites, ça évite de faire double effort à beaucoup de personnes.
              • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                Posté par  . Évalué à 1.

                Dans les documentations techniques, lorsque je les comprends, ne serait-ce qu'un peu, j'opte immédiatement pour les pages anglophones car le vocabulaire qui y est employé est homogène et 100% en anglais.

                Tout ce qui est traduit en français souffre de l'absence de certains mots dans notre vocabulaire : certains vont traduire mal, d'autres garder le terme anglophone, enfin d'autres vont franciser le terme.

                Pour les recherches, par exemple dans les pages "man", c'est très difficile de s'y retrouver en français...
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  . Évalué à 5.

              Rien que pr le fun, j'te gueulerait bien dessus, mais il est tard et mes voisins vont récursivement me gueuler dessus à leur tour, et leurs voisins ...

              bon, bon ... Esquimaux, chocolats ... Tu sais, mon p'tit Nico_206, l'arbre de développement du kernel 2.6 est géré sous Bitkeeper (pas de troll svp), afin de garder un développement plus réactif en gardant chaque travail sur le noyau le plus synchronisé possible . Alors pr ce qui est des traductions des fichiers d'aide, ne t'inquiète pas, ce sera très à jour . Et les aides des options du noyau, ça ne change pas ts les jours, une fois traduit, il suffit de se maintenir un peu à jour avec la version anglophone et c'est tt, bcp moins de travail . Le plus gros reste à faire maintenant .

              :)
        • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

          Posté par  . Évalué à 5.

          > «il n'empêche que quelqu'un qui est prêt à recompiler son noyau, il va se bouffer pas mal de doc en anglais»

          Même si à un moment ou à un autre, il faut en passer par l'anglais, réduire cette nécessité au minimum ne peut être qu'une bonne chose.

          Si je prends mon cas, même si je suis capable de lire l'anglais, maximiser la quantité de doc en français augmente ma productivité :
          -je lis beaucoup plus vite le français.
          -D'ailleurs, conséquence directe : je peux faire de la lecture diagonale sur un document français pour voir si le document est bien ce que je cherchais, ce que je ne peux pas faire avec de l'anglais.
          -je suis plus enclin à lire un document en français, alors que si c'est de l'anglais, je suis susceptible de remettre la lecture à plus tard, quand je serais plus en état.

          Bref, même si personnellement, je ne bidouille pas le kernel, je trouve cette initiative très utile. Il fut un temps où on considérait qu'il était normal de se manger de l'anglais pour utiliser un ordinateur, puis ça s'est restreint aux logiciels, puis aux logiciels libres, et maintenant ça se réduit au kernel et aux développements, on progresse :)
          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  . Évalué à 5.

            J'ai envoyé un mail au mainteneur pour aider...

            ==>tt les appareils doivent etre commercialisés en france avec une notice en français dit la loi...

            Ok Linux c pas un appareil, mais on comprend la philosophie derrière...

            Sinon je suis d'accord que la maitrise de l'anglais technique est indispensable pour comprendre les howto (voir les blagues type RTFM ;) )...mais le problème est peut etre là :

            Le français reste malgré tout une des langues les plus parlée dans le monde, est une des 2 langues diplomatiques de l'ONU, la langue officielle de l'escrime (je sors---> [] ), etc...

            Il me semblerait donc normal d'avoir un monde linux en français disponible...ca me semble même évident...surtout quand je vois la tete de mes copains quand ils voient que tt mes systèmes (WinXP pro et mon Linux) sont en anglais...

            Mais je suis plus ou moins d'accord sur le fond avec ceux qui ont trollé : ca sert à rien d'avoir un kernel traduit si le kernel howto le plus à jour (cad pour le 2.6) est en anglais et si le kernel howto français le plus à jour doit parler du 2.0 ...

            Y'a paralèllement un travail à faire sur la doc FR qui est obsolète...
        • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

          Posté par  . Évalué à 10.

          Selon l'article 27 de la déclaration universelle des droits de l'homme de l'ONU, chacun a le droit de "participer au progrès technique", et ce, "sans distinction [...] de langue" (article 2).

          La nécessité d'avoir appris l'anglais pour utiliser un outil va donc à l'encontre des droits de l'homme.

          La prédominance de l'anglais n'est qu'actuelle et n'est pas gravée dans le marbre. Chacun reste libre d'utiliser sa langue.

          Le besoin d'une langue commune ne doit pas se restreindre au choix d'une langue qui est:
          - difficile (plusieurs années d'apprentissages sont nécessaires)
          - non neutre (son apprentissage facilite par exemple le développement des médias des pays où elle est parlée)
          - inégalitaire (il est plus facile pour un scientifique anglais d'écrire un article que pour un français, les pays pauvres n'ont pas les infrastructures nécessaires pour permettre son apprentissage, ...)
          - couteuse (temps d'apprentissage)
          - "douloureuse": http://fr.news.yahoo.com/031017/85/3gaay.html(...)
          - intrusive (le manque de traductions ou le fait pour un français d'écrire en anglais empêche le développement des termes techniques français et contribue à l'appauvrissement de la langue).

          Tout comme le Cobol n'est pas la panacée, d'autres propositions de langues communes méritent d'être prises en compte.

          Remarque :
          L'utilisation de l'anglais pour la doc d'un programme est actuellement recommandée par la FSF. Voir second paragraphe:
          http://www.gnu.org/prep/standards_24.html(...)
          • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

            Posté par  . Évalué à 6.

            Je pense qu'effectivement le nombre d'exemple où des marchés ont été perdus juste parce que ce n'est pas facile de se battre dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle. J'avais vu qq part que les asiatiques (chinois ? japonais ?) voulaient toujours avoir recours à des traducteurs même s'ils comprenaient l'anglais, pour ne pas se retrouver en position d'infériorité par rapport aux anglophones.

            Et n'importe quel patron (commercial, chercheur,...) non anglophone, même s'il parle couramment l'anglais partira avec un handicap.

            J'ai vu personnellement des chercheurs brillants qui végètent à un niveau national qui ne devrait pas être le leur. Cherchez la cause... Et pourtant ils parlent très bien anglais, écrivent tous leurs articles en anglais, et font leurs conférences en anglais... Mais c'est dans les discussions après (au restaurant) qu'ils ne sont pas bons. Et finalement c'est ça qui compte le plus... Personnellement, j'ai assisté à d'innombrables conférences en anglais sur des sujets très techniques (que j'aurais déjà eu du mal à ingurgiter en français). L'anglais m'a encore compliqué la tâche... Et un étudiant anglophone à côté de moi aurait pu en profiter goulument...

            Bien sûr le problème est caché et quasiment inavouable. Il n'est pas de bon ton d'avouer ce qui pourrait paraître comme une faiblesse en anglais. Alors on fait comme si de rien n'était...

            Alors quelle est la solution ?

            > La prédominance de l'anglais n'est qu'actuelle et n'est pas gravée dans le marbre. Chacun reste libre d'utiliser sa langue.

            Je ne suis pas d'accord malheureusement... On est obligé de s'y mettre. Il y a encore un siècle ou deux, ces choses-là pouvaient encore changer. Et le français était plus utilisé partout. Maintenant c'est différent. On vit dans un monde où les communications se font à l'échelle planétaire. La loi du plus fort conduit toujours à l'extinction des plus faibles. Je vois mal comment la suprématie américaine dans tous les domaines pourrait changer. La plupart des pays européens préfèrent s'incliner plutôt que s'allier pour faire face. Des langues comme le danois sont en train de mourir (même les séries tv et des jeux tv sont en anglais là-bas...) Le français même est figé. Les académiciens ont beau nous inventer "cédérom" 5 ans après que CDROM soit entré dans la langue, ça ne sert pas à grand-chose. La langue ne progresse plus que par assimilation de mots anglais. Finalement, quand tout le monde parlera anglais, les problèmes cités plus haut n'existeront plus et ce sera peut-être un moindre mal.

            En attendant, la seule solution pour permettre de rester compétitifs et de ne pas se faire bouffer tous crus, c'est d'encourager au maximum les efforts de traduction. Si les traducteurs automatiques deviennent un jour au point, on aura fait un pas énorme. Traduire le noyau est une bonne initiative. Pas seulement parce que cela peut permettre à des gens qui connaissent mal l'anglais de comprendre un peu mieux. Aussi parce que ceux qui parlent anglais doivent avoir le choix de penser dans leur langue, et de mieux comprendre les concepts. Et ce travail n'est pas du temps perdu pour les traducteurs qui vont apprendre des tas de choses intéressantes.
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  . Évalué à 3.

              Je suis d'accord globalement avec ce que tu dis...mais par ex, les québecquois défendent bien mieux la langue française que nous...eux disent courriel, magasinage pour email et shopping...et pourtant la plupart parle parfaitement anglais...

              -->je suis un newbie en linux et en kernel, donc justement ca m'intéresse...faudra malgré tout penser à remettre à jour le kernel howto, aussi bien en anglais qu'en français
            • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

              Posté par  . Évalué à 7.

              > Il n'est pas de bon ton d'avouer ce qui pourrait paraître comme une faiblesse en anglais. Alors on fait comme si de rien n'était...

              Et pourtant même au plus haut niveau des problèmes se posent. Par exemple Jean-Claude Trichet reconnait les limites de l'utilisation de l'anglais pour l'alliance Renault-Nissan :
              http://www.langue-fr.net/d/langues/que-vivent.htm#II-5-entreprises(...)

              > La loi du plus fort conduit toujours à l'extinction des plus faibles.

              Oui, et on a même des chiffres. Une langue disparaît tous les 15 jours :
              http://sauv.free.fr/archives/express021100.htm(...)

              > En attendant, la seule solution pour permettre de rester compétitifs et de ne pas se faire bouffer tous crus, c'est d'encourager au maximum les efforts de traduction.

              Si la langue originale d'une oeuvre est l'anglais, les autres langues auront toujours un train de retard. La langue originale doit donc être , au choix de l'auteur, soit sa langue maternelle (droit inaliénable), soit une langue neutre facilement compréhensible. Celui qui écrit doit rester libre d'utiliser la langue qu'il désire. Et tout doit être fait pour que l'utilisateur est la possibilité de comprendre. En cela, je pense que la langue anglaise est trop complexe pour jouer le rôle de langue commune. L'utilisation d'une langue facile à apprendre et, si possible, neutre me semble préférable.
              • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                Posté par  . Évalué à 4.

                Nissan, ne m'en parle pas... Dernierement leur pdg francais (Carlos Goshn) passait a la tele car il faisait visiter son usine a des ecoliers japonais et il terminait par "apprennez bien l'anglais, les enfants ! C'est important !"

                Il parle toujours en anglais dans toutes ses interventions, alors que ca lui couterait a peine plus cher de troquer son interprete anglais<->japonais contre un francais<->japonais...
              • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                Posté par  . Évalué à 1.

                Tu as l'air très au courant et j'aime bien tes liens. Où est-ce que tu les trouves ?
              • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                Posté par  . Évalué à 1.

                > L'utilisation d'une langue facile à apprendre et, si possible, neutre me semble préférable.

                D'accord. C'est préférable... Mais utopique... Si je parle de ça autour de moi dans mon travail où tout se fait en anglais, tout le monde va rire doucement... Moi je serais prêt à le faire, mais...
                • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  > tout le monde va rire doucement...

                  C'est bien pour ça que je ne l'ai pas évoqué plus directement. La réaction humaine est d'abord de douter. Comment il y aurait un outil de communication simple et neutre ?
                • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                  Posté par  . Évalué à 4.

                  Mais utopique.. Oui c'est ce que l'on me disait de l'opensource (linux et autre) il y a 10 ans, beaucoup de réalisation sont d'abord des utopies...

                  Il y a 1 siècle ou 2 , le latin était la langue internationale, il y a 50 ans (avant 2nd guerre) l'ONU voulait adopter l'esperanto comme langue, aujourd'hui, c'est l'anglais qui s'est imposé




                  (...)
                  On nous répète, en effet, cette langue de communication existe, c'est l'anglais.

                  (...)
                  L'anglais ? Une langue au 283 verbes irréguliers, aux groupes de consonnes difficiles à articuler, aux lettres changeant de prononciation suivant le contexte, une langue à l'accès laborieux ,qui ne brille ni par la clarté, ni par la simplicité, ni par la logique. Un nid d'ambiguïté.

                  Ce sont des linguistes anglais qui ont constaté que dans les pays de langue d'origine latine, les rudiments de la lecture sont assimilés en une année alors qu'il en faut deux et demi à un petit britannique pour atteindre le même niveau et ce sont les pays anglo-saxons qui ont le plus grand nombre de dyslexiques. C'est cette langue que l'on veut nous imposer comme langue de communication ?
                  (...)


                  http://yves.jagu.free.fr/esperanto/raisons.htm(...)
                  • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                    Posté par  . Évalué à 0.

                    "L'anglais ? Une langue au 283 verbes irréguliers, aux groupes de consonnes difficiles à articuler, aux lettres changeant de prononciation suivant le contexte, une langue à l'accès laborieux ,qui ne brille ni par la clarté, ni par la simplicité, ni par la logique. Un nid d'ambiguïté."
                    
                    
                    le francais, langue ou :
                    
                    
                    • il y a les verbes reguliers en -er, les reguliers en -ir et tous les autres (le 3e groupe...),
                    • aux lettres changeant de prononciation suivant le contexte ("g" dans garage et faubourg, "c" dans conscience, second, porc et parc, "e" dans effectivement, "t" dans partition et tort, "x" dans xylophone, six, sixième et heureux, "s" dans maison et sous, etc.),
                    • aux phonemes ecrits de 36 facons differentes:
                      • brun/brin/embrunt
                      • ver, verre, vers, vert
                      • sot, seau, sceau, saut
                      • doigt, dois, doit
                      • du, dû
                      • conte, comte, compte
                      • ....
                    • a l'acces laborieux (interroger des marocains, des roumains ou des sounougalais sur la facilite d'approche de la langue ...)
                    • la grammaire officielle est tellement en decalage avec la langue parlee qu'elle constitue litterallement 1 autre langue (temps non utilises tels ceux du subjonctif)
                    choississez +tot le breton, il y a seulement 5 verbes irreguliers :-)
                    
                    
                    toute langue a ses qualites et ses defauts, cessons de prendre la france pour le centre de monde ...
                    
                    • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

                      Posté par  . Évalué à 1.

                      Il ne s'agit pas de promouvoir le français à la place de l'anglais mais de respecter la langue de chacun !
                      L'anglais n'est pas la langue la plus facile de la planète. C'est un des arguments qui permettent de douter que cela soit la solution optimale. Dans ce cadre, l'étude d'autres solutions n'est pas ridicule.
        • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

          Posté par  . Évalué à 3.

          Eh bien moi je peux tres bien lire l'anglais, mais quand je trouve des trucs en francais a la place je suis content. C'est peut-etre pour ca que je trolle plus sur linuxfr que sur slashdot.

          Oui l'anglais s'est impose en informatique (pas qu'ici d'ailleurs, partout faut le reconnaitre) mais ca ne nous empeche pas de pouvoir resister et proner le multilinguisme.

          Donc des gens sympa proposent de traduire le noyau, c'est une bonne chose, "un pas dans la mauvaise direction" on croirait rever... Mais je sais, tu as du te taper des docs en anglais et c'etait lourd, maintenant ca te ferait mal que quelqu'un puisse arriver a ton niveau technique sans en chier en anglais... Classique.
    • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Je vois une ÉNORME différence entre l'Europe et les Etats Unis: en Europe, les gens sont "mous", se laissent faire, ne sont pas des battants. Aux US, même l'individu au plus bas de l'échelle sociale se bat, veut faire bouger les choses (pour son propre intéret bien sur !).

      Alors je trouve qu'une telle initiative est la bienvenu. Ça montre une certaine volontée d'exister, de promouvoir notre langue, de ne pas se laisser assimiler et dépasser par le monde anglo-saxon.

      Quand un film étranger sort ici aux US, s'il est simplement sous-titré, la salle de cinéma sera vide. Si il est doublé, les gens vont se plaindre comme quoi les lèvres des acteurs ne bougent pas comme il faut par rapport à leurs paroles. Du coup, si un réalisateur veut faire un film qui marche aux US, il doit le tourner en anglais... Alors évidement, le monde francophone n'a pas la même position de force, mais plus on traduit de choses, plus on montre que l'on trouve normal que le français soit utilisé et que le français n'est pas la langue d'un pays "has been" de la vieille europe, mais au contraire une langue toujours d'actualité, parlée par plein de gens dans le monde, et même par des gens qui ont des compétence techniques !

      Mathias
      • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        > Je vois une ÉNORME différence entre l'Europe et les Etats Unis: en Europe, les gens
        > sont "mous", se laissent faire, ne sont pas des battants. Aux US, même l'individu au
        > plus bas de l'échelle sociale se bat, veut faire bouger les choses (pour son propre
        > intéret bien sur !).

        Mouais.

        > Quand un film étranger sort ici aux US, s'il est simplement sous-titré, la salle de
        > cinéma sera vide. Si il est doublé, les gens vont se plaindre comme quoi les lèvres
        > des acteurs ne bougent pas comme il faut par rapport à leurs paroles.

        Ce qui prouvent bien qu'ils sont autant cinéphiles que gastronomes, mauvais doubleur, changer/former doubleur. Ce qui va bien avec l'interêt que porte à l'informatique l'utilisateur final mais qui est très peu concerné par cette traduction.

        > Alors évidement, le monde francophone n'a pas la même position de force, mais
        > plus on traduit de choses, plus on montre que l'on trouve normal que le français soit
        > utilisé et que le français n'est pas la langue d'un pays "has been" de la vieille
        > europe, mais au contraire une langue toujours d'actualité, parlée par plein de gens
        > dans le monde, et même par des gens qui ont des compétence techniques !

        Tout à fait d'accord, Si un jour le Français redevient la langue technique internationale
        (on peut toujours rêver hein, mais c'est tellement bon), au moins on aura déjà les docs de traduites avant des les poursuivre.
    • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

      Posté par  . Évalué à 1.

      Quel est l'intérêt d'une traduction, quelle qu'elle soit ?!
      OK, nous sommes bien d'accord pour dire que ce ne sera pas la traduction la plus utile du monde ! Mais bon, comme il s'agit d'un projet libre, et bien, je suppose que les gestionnaires du projet y voient un challenge intéressant. Donc, je respecte leur choix. Et qui plus est, et bien, cela servira à l'occasion, car, je suis sûr que les gens commençant à compiler leur noyau en français, se tourneront un jour ou l'autre vers la version originale, car les traductions ne suivront pas toujours...
      Et puis, ce projet à l'air d'exister pour d'autres pays, donc, ce sera toujours un plus pour les francophones, non ?
  • # Comment perdre son temps en une leçon....

    Posté par  . Évalué à 0.

    Si des docs devaient être traduites, je pense qu'il vaudrait mieux traduire des docs de end-users... Si l'on se demande qui sont les gens qui recompilent le noyau, on se rend compte que ce sont ceux qui ont besoin de lire quoi qu'il arrive des documentations en anglois. Mais, bon, soyons naïfs et imaginons une seconde que cela arrive...

    Quelque part en France dans un futur proche...

    Vous avez un kernel panic lorsque vous démarrez sur votre disque-dur externe USB ? Ooooh, quel dommage ! Il va vous falloir lire des documentations, des enfilades de listes de diffusion toutes en ANGLAIS avant de vous apercevoir du problème...

    Ah bah oui, la traduction des messages de "help" a été vachement utile !!! Surtout quand vous vous êtes retrouvé complétement con lorsque vous avez tapé la traduction francaise des options du noyaux qui vous semblaient pertinentes dans Google...

    « Aucune page trouvée » s'entêtais à dire Google (encore un vendu du complexe américano-anglo-australien !!! Ou alors un coup d'Échelon).

    Après quelques temps, il vous a fallu retrouver les noms originaux (en anglais) pour pouvoir suivre les discussions des développeurs du noyau et comprendre enfin qu'il fallait appliquer le patch XYZ afin que votre "firmware" soit reconnu.

    Mais quelle idée géniaaaaale !!!


    Quand à traduire les messages du Kernel (ou ceux de logiciels comme des compilateurs), c'est tout aussi stupide.

    Comment identifier un problème si le message d'erreur n'est pas dans une langue commune à tous les dévelopeurs ?

    L'équation est pourtant simple ! Plus vous avez d'utilisateurs pour un logiciel, plus il y a de chances de trouver quelqu'un qui a été confronté au même problème. Si vous vous acharnez à segmenter les utilisateurs en sous-groupes cela va ralentir la découverte de bugs, et la rendre difficile pour ne pas dire impossible pour les non-anglophones...

    Vous me direz: "Oui, mais de toute façon les non-angplophones y savent pas lire les forums de développement du noyau!"....

    Ok, mais à qui ils posent des questions lorsqu'ils ont des problèmes ???

    Et bien, je vous le donne en mille émile, à des gens comme moi qui se retrouvent comme des cons devant des messages comme: "Erreur de jetage sur le type de x" . 8-o

    Qui plus est, ceux qui ont déjà codé un tant soit peu dans le monde merveilleux du kernel-space, savent qu'il n'y a pas de place pour ce genre de bétises. À la rigueur, le traducteur peut se trouver en user-space et intercepter les messages du kernel et les traduire au vol... mais franchement quel est l'intêret ?????

    Les non-développeurs ne comprennent pas de toute façon ce qui se passe et donner à un développeur l'habitude de lire des messages d'erreur que seul un _petit_ fragment de la communauté peut comprendre, c'est vraiment du gachis car il ne pourra pas communiquer avec les autres (et faire des logiciels libres, c'est 10% de code et 90% de communication).


    Ah oui, c'est vrai, j'oubliais. vous etes un de ces imbéciles de Français qui considère que tout devrait être traduit en Français, quitte à épuiser les traducteurs à la tâche.

    Évidemment, il est hors de question pour vous d'aider en quoi que ce soit !!! Non, quelle horreur ! Votre truc à vous c'est de tchatcher sur les forums et d'avoir des idées "géniales" comme par exemple essayer de traduire en flux tendu l'aide du noyau qui est probablement un des trucs qui change le plus facilement (surtout à présent qu'avec le nouveau système de Makefile du 2.6 l'aide sera distribuée dans chacun des répertoires et plus un gros fichier unique dans Documnentations/ ).

    Quant au "Les documentation en anglais sont contre les droits de l'homme", j'avoue que tu as touché le ponpon, mon gars.... C'est tellement imbécile et franco-centriste que cela me donne la nausée. Tes arguments sont complétement stupides et démontrent juste une envie de rester dans ta bétise crasse ! Comment peut-on dire en l'an 2003 que l'on ne veut pas parler d'autres langues que le Français ???? Nous sommes Européens ! Le language communément utilisé dans les échanges internationaux c'est l'anglais. Entre nous, je préferre l'anglais au Latin, ou l'arabe (comme cela se fasait il y a quelques siècles) la grammaire est bien plus simple.

    Et puis, vous enviez ces anglophones pour qui cela tombe tout cuit. Mais, certains sont ausi fort que vous pour décrypter des textes écrits par un Tchèque et relu par un Japonais et un Mexicain. En bref, cette langue que vous appelez "anglais" ne leur appartient pas plus qu'à vous. Il s'agit d'un dialecte technique pour exprimer des choses à propos de l'informatique (si vous cherchez "segmentation fault" dans un dictionnaire, vous risquez d'être déçu).

    Finalement, j'ai toujours plaisir à parler anglais, ou même allemand, ou encore français, j'avoue avoir un peu moins de plaisir lorsque je parle danois ou norvégien, mais c'est parceque je débute. Et alors !!! Apprenez des langues ! Cela vous ouvre l'esprit ! Et il semble qu'un bon nombre d'entre vous en a besoin !
    • [^] # Comment j'ai perdu mon temps à lire ce post en une leçon....

      Posté par  . Évalué à 2.

      Ami de la pensée unique, bonsoir...
      • [^] # Re: Comment j'ai perdu mon temps à lire ce post en une leçon....

        Posté par  . Évalué à -1.

        Je crois que vous n'avez pas encore tout à fait compris combien peut-être mauvaise la traduction à outrance... J'ai déjà développé mon point de vue dans le début de ce thread, inutile de m'étendre plus donc.

        Cependant, je ne peux que me réjouir du fait que ce projet va probablement avorter comme son ancêtre l'a fait.

        Le politiquement correct dégoulinant n'est pas vraiment ma tasse de thé. Si vous voulez rester ignorants et ne parler que Français, comment vous en empêcher ? (cela doit être dans les droits de l'homme, le droit à l'ignorance) Mais au moins ne dérangez pas les gens qui utilisent cette langue comme un outils de travail indispensable.
        • [^] # Re: Comment j'ai perdu mon temps à lire ce post en une leçon....

          Posté par  . Évalué à 1.

          > «Mais au moins ne dérangez pas les gens qui utilisent cette langue comme un outils de travail indispensable.»

          Mais qui dérange autrui là ? Est-ce que je me plains que certains préfére lire et écrire en anglais ? Non ! Est-ce que je me plains que certains veulent traduire en français, et que d'autres seraient intéressé à utiliser ce travail ? Moi non. Bref, moi, je n'ai dérangé personne, et c'est pousser mémé dans les orties de votre part de vous attribuer ce rôle !
          • [^] # Re: Comment j'ai perdu mon temps à lire ce post en une leçon....

            Posté par  . Évalué à 1.

            Je crois que tu ne vois pas le mal qui peut être fait ici. Je vais donc enfoncer un peu le clou.

            il se trouve que j'aide un peu les débutants sur la liste d'aide de Léa. De temps à autre un débutant débarque et pose des questions sur un problème de compilation et il donne (en toute bonne foi) des messages d'erreurs en _français_.

            Comment veux-tu que je puisse l'aider ?

            Mon compilateur, comme celui de tout ceux qui font un tant soit peu de développement est en anglais (car quand je rencontre une erreur, un simple copier/coller dans Google/Linux me donne une réponse pertinente).

            Il va falloir que j'essaye de retrouver le message d'erreur original ? Hum, quand c'est possible... car la plupart du temps, c'est de la traduction complétement au mot à mot et qui a complétement perdu le sens original.

            Bref, au final, le débutant n'aura jamais son bug fixé et il est possible que ce bug (peut-être intéressant) ne remontera jamais jusqu'aux développeurs que cela pourrait intéresser...

            L'impact de ces traductions est plus important que tu ne le crois, les développeurs ont _besoin_ du retour des utilisateurs pour progresser. Traduire ces messages d'erreurs "profonds", c'est couper la chaîne. Autant, pour les messages d'erreurs du genre "Votre serveur SMTP ne répond pas", je trouve cela normal, autant les outils de développement DOIVENT rester dans une langue unique.
        • [^] # Re: Comment j'ai perdu mon temps à lire ce post en une leçon....

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

          pour en remettre une couche: les messages d'erreur de gcc/g++ ont été traduits. C'est typiquement le genre de truc dont tu parles: des messages très techniques, où chaque mot à un sens précis, et où l'expérience joue un grand rôle (i.e. les messages sont déjà difficilement compréhensibles dans leur langue native, cad l'anglais). Eh bien la version française est catastrophique: traductions approximatives, perte des repères (pourquoi il me parle de "jeton non trouvé before printf" ?), et accessoirement nouveaux bugs (zut y'a un %s en trop dans la version française, c'est du vécu)
          Il y a des choses qui sont déjà assez complexes naturellement, c'est pas la peine de les rendre encore plus difficiles à maintenir.
    • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

      Posté par  . Évalué à 3.

      > Quant au "Les documentation en anglais sont contre les droits de l'homme", j'avoue que tu as touché le ponpon, mon gars....

      Par nature, tout texte en anglais ou en français pose un problème si l'on veut s'adresser au monde entier. Il ne sera pas compréhensible pour la plupart des humains. C'est le fait d'empêcher l'intercompréhension qui va à l'encontre des droits de l'homme. Là où le sujet est délicat, c'est que le respect des cultures individuelles appartient également aux droits de l'homme. On est donc confronté à un besoin d'intercompréhension et de respect des cultures. L'anglais, la traduction, ou d'autres solutions méritent d'être analysés pour répondre du mieux possible à cette double contrainte.

      > Tes arguments sont complétement stupides et démontrent juste une envie de rester dans ta bétise crasse !

      Je souhaite défendre toutes les langues (celles qui sont en voix de disparitions mais aussi l'anglais victime du broken english ). S'il y a des "stupidités" dans mes propos merci de me les signaler.

      > Comment peut-on dire en l'an 2003 que l'on ne veut pas parler d'autres langues que le Français ????

      Je n'ai jamais dit cela. Le besoin de pouvoir communiquer avec tout le monde me semble évident. Ne cherchant pas à imposer ma propre langue (le français), je préfère proposer l'utilisation d'une langue neutre, simple et respectueuse des minorités linguistiques.

      > Le language communément utilisé dans les échanges internationaux c'est l'anglais. Entre nous, je préferre l'anglais au Latin, ou l'arabe (comme cela se fasait il y a quelques siècles) la grammaire est bien plus simple.

      Tout à fait : chacun a le droit d'avoir ses préférences. Personnellement, pour mes échanges internationaux, j'utilise une autre langue que l'anglais.

      > Et alors !!! Apprenez des langues ! Cela vous ouvre l'esprit ! Et il semble qu'un bon nombre d'entre vous en a besoin !

      Chacun doit rester libre de faire ce qu'il désire. Aujourd'hui les langues étrangères ne sont pas choisies mais subies. Un rapport de l'éducation nationale le montre :
      ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni0040.pdf(...)
      Paradoxalement, plus le nombre de langues proposés au collège est important moins les élèves profitent de cette diversité.

      D'autre part, on peut préférer consacrer son temps à d'autres choses qu'aux langues. Par exemple aux LL...
      • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

        Posté par  . Évalué à -1.

        > Par nature, tout texte en anglais ou en français pose un problème si l'on veut s'adresser au monde entier. Il ne sera pas compréhensible pour la plupart des humains. C'est le fait d'empêcher l'intercompréhension qui va à l'encontre des droits de l'homme. Là où le sujet est délicat, c'est que le respect des cultures individuelles appartient également aux droits de l'homme. On est donc confronté à un besoin d'intercompréhension et de respect des cultures. L'anglais, la traduction, ou d'autres solutions méritent d'être analysés pour répondre du mieux possible à cette double contrainte.

        Ton argument de base est valide, sauf que tu oublies que la traduction a un coût. Un coup que GNU/Linux ne peut s'offrir pour ce qui est de la partie la plus technique et la plus pointue... je parle évidemment du noyau (et des outils de programmation).

        Les traducteurs sont une ressource rare et utile, mais les gaspiller pour traduire les messages des compilateurs, les messages du noyau ou même l'aide du noyau, me semble vraiment imbécile (si, si, c'est le mot).

        La traduction est utile (et même nécessaire) pour les documentations qui ont pour cible les utilisateurs terminaux. Ceux qui utilisent les logiciels qui sont en bout de chaîne, ceux qui ne connaissent rien à la programmation.

        L'autre point sur lequel je suis en total désaccord avec toi, c'est que segmenter les traductions des messages d'erreurs en plusieurs langues mène inévitablement à l'effet que j'ai déjà ecrit dans mon post initial.

        Bref, afin d'éviter le coup de la traduction et de factoriser les expériences des utilisateurs lorsqu'ils trouvent un bug, une langue unique est nécessaire... C'est une question de survie.

        Et bien, pas de chance, c'est l'anglais et toi tu es français.

        Bon, bah y'a plus qu'a apprendre à parler l'anglais....

        > Je souhaite défendre toutes les langues (celles qui sont en voix de disparitions mais aussi l'anglais victime du broken english ).

        En "voie" pas en "voix".... (je sais c'est facile et moi aussi je fais des fôtes). :)

        Néammoins, la défense de la langue n'a rien à voir ici. Comme je l'ai dit plus haut, il s'agit d'une question de survie pour Linux. L'efficacité du développement n'est pas quelque chose d'inutile, il existe des tas de concurrents pour Linux et perdre de l'efficacité veut dire perdre des batailles contre Windows ou autres. Linux commence à peine à convaincre les "décideurs", et cela seulement parceque presque rien n'a été été gaspillé et tous les efforts ont été concentrés. Si tu commences à faire partir tout ces efforts dans toutes les directions parceque tu veux "protéger" les languages (ce qui n'a rien à voir avec le schmilblick) tu vas vite te retrouver avec un poste Windows au boulot...

        Si tu veux protéger les languages, ce qui est tout à fait louable, alors enseigne les, écrit des essais littéraires, parle les, mais ne commence pas à mélanger la défence des languages et Linux.

        > Ne cherchant pas à imposer ma propre langue (le français), je préfère proposer l'utilisation d'une langue neutre, simple et respectueuse des minorités linguistiques.

        Toutes les expériences de languages artificiels construit à cet effet ont échoués. Nous avons, maintenant, déjà à disposition, un language parfaitement adapté aux discussions techniques qui est l'anglais. Que veux-tu de plus ??????


        > Tout à fait : chacun a le droit d'avoir ses préférences. Personnellement, pour mes échanges internationaux, j'utilise une autre langue que l'anglais.

        Qui est ?????

        > D'autre part, on peut préférer consacrer son temps à d'autres choses qu'aux langues. Par exemple aux LL...

        Qu'est-ce qui empêche de faire les deux ??? Explique-moi ?
        • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

          Posté par  . Évalué à -1.

          s/coup/coût/

          Désolé !!!
        • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

          s/language/langage/

          Désolé. (à lire trop d'anglais, on en perd son....) ;))
        • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

          Posté par  . Évalué à 7.

          > Ton argument de base est valide, sauf que tu oublies que la traduction a un coût.

          La non-compréhension du noyau par un chinois par exemple a également un coût dont souffre toute la communauté : la difficulté pour lui de contribuer au développement du noyau. On se prive d'un coup d'un 5e de la population. Si ce chinois cherche à atteindre un niveau suffisant en anglais pour pouvoir participer, cela a également un coût : énormément de temps et d'argent au détriment du noyau.
          Le développement de Ruby au Japon montre, me semble-t-il, les limites de propagation lorsqu'une langue difficile d'accès est utilisée.

          La GPL propose le libre accès au code source. Peut-on dire que cet accès est total pour quelqu'un qui ne comprend pas l'anglais ?

          > L'autre point sur lequel je suis en total désaccord avec toi, c'est que segmenter les traductions des messages d'erreurs en plusieurs langues mène inévitablement à l'effet que j'ai déjà ecrit dans mon post initial.

          Si tu veux parler de la difficulté de trouver des infos sur un problème : peut-être peut-on imaginer un moyen simple pour obtenir soit le message d'erreur traduit, soit l'original, soit les deux.

          > Si tu veux protéger les languages, ce qui est tout à fait louable, alors enseigne les, écrit des essais littéraires, parle les, mais ne commence pas à mélanger la défence des languages et Linux.

          Les langues ne se conçoivent pas en dehors de la vie réelle. GNU/Linux me semble justement un élément essentiel à la survie des langues. Rappelons que Windows XP n'est pas traduit en breton par exemple.
          Si le noyau avait été développé par un communauté japonaise en japonais, est-ce que nous nous mettrions immédiatement au japonais ou est-ce que nous proposerions qu'il y ait un système de traduction pour faciliter sa compilation par exemple ?

          > Nous avons, maintenant, déjà à disposition, un language parfaitement adapté aux discussions techniques qui est l'anglais. Que veux-tu de plus ??????

          Je veux que l'accès à la science et aux techniques ne soit pas limité seulement aux gens qui ont la chance de maîtriser l'anglais et qui représentent une minorité.
          Je veux auusi que cet accès n'impose pas de longues heures d'apprentissages voir une expatriation temporaire dans un pays anglo-saxon au détriment des autres cultures.
          Je veux aussi que d'autres solutions soient étudiés avant d'être rejetées.

          Pendant de nombreuses années GNU/Linux a été moins utilisable que Windows. Aujourd'hui celui qui n'envisage pas la solution GNU/Linux est criticable. Je crois que nous en sommes un peu au même niveau pour les langues communes. D'autres solutions existent mais peu de gens les connaissent ou acceptent de les étudier. Je ne peux que t'inviter à en prendre connaissance.
          • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

            Posté par  . Évalué à 3.

            > La non-compréhension du noyau par un chinois par exemple a également un coût dont souffre toute la communauté : la difficulté pour lui de contribuer au développement du noyau. On se prive d'un coup d'un 5e de la population. Si ce chinois cherche à atteindre un niveau suffisant en anglais pour pouvoir participer, cela a également un coût : énormément de temps et d'argent au détriment du noyau.
            Le développement de Ruby au Japon montre, me semble-t-il, les limites de propagation lorsqu'une langue difficile d'accès est utilisée.

            > La GPL propose le libre accès au code source. Peut-on dire que cet accès est total pour quelqu'un qui ne comprend pas l'anglais ?

            Imaginons un instant la non-comprehension du 'C' par un developpeur par ailleurs très tallentueux. Faudra-t-il traduire le noyeau en Pascal ?
            Ce que je veux dire c'est que je pense que dans des projets techniques, l'anglais est un outil technique au meme titre que le 'C' et sa maitrise est indispensable pour contribuer au developpement.
            Les messages d'aides du "menuconfig" rentrent dans le cadre technique et ne sont pas destinés à être vu par un utilisateur ne maitrisant pas l'anglais, pour toutes les raisons cités plus haut de convergence des ressources.
            En revanche les messages d'erreur peuvent apparaitrent devant un utilisateur final et je pense que leur traduction a plus d'interet, peut-être en affichant aussi les messages originaux.

            > Si le noyau avait été développé par un communauté japonaise en japonais, est-ce que nous nous mettrions immédiatement au japonais ou est-ce que nous proposerions qu'il y ait un système de traduction pour faciliter sa compilation par exemple ?

            Le langage natal de Linus n'etait pas l'anglais, et pourtant le noyeau est en anglais. A mon avis c'est une bonne idée.
      • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

        Posté par  . Évalué à 1.

        > «Personnellement, pour mes échanges internationaux, j'utilise une autre langue que l'anglais.»

        Cxu eble vi parolas pri la kreajxo de unu tre konata doktoro ?
    • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

      Posté par  . Évalué à 4.

      Une langue commune aux développeurs, c'est le langage de programmation en lui même . Rien de plus .

      ------------------
      Tapez moi d'ssus, il en restera tjs qqch ...
    • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

      Posté par  . Évalué à 1.

      J'ai oublié d'écrire :

      " Je hais cette forme d'élitisme décrite dans ton post "

      ... Comme toute forme d'élitisme, d'ailleurs .
      • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

        Posté par  . Évalué à -1.

        Où vois-tu de l'élitisme dans mon post ???

        Le fait de ne pas parler d'autres langues est typiquement Français, dans des tas d'autres pays européens, n'importe quel péquin parle couramment anglais. J'habite et je travaille au Danemark en ce moment, et je peux te dire que le conducteur du bus que je prend le matin est aussi bon que moi en anglais.
        • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

          Posté par  . Évalué à 2.

          Le fait de ne pas parler d'autres langues est typiquement Français

          C'est marrant, une grosse partie des étrangers que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent ont tjs été étonné de voir un bon nombre de français faire un effort pr parler leur langue et se faire comprendre, et ce, en France même .

          Le fait de ne pas parler d'autres langues est peut-être pas "typiquement" Français, mais une vieille idée . Certes, les français défendent leur langue, même si ce n'est pas aussi radical que les québécois .

          Et au fait, l'anglais, que ce soit en France, ou ailleurs en Europe, on ne le parle pas, on le baragouine . Et ça c'est radicalement différent .

          J'attends de finir de stabiliser un peu ma vie professionnelle et j'me refous au basque (appris étant petit, et mes parents ne le parlant pas, qd on est gosse on s'attarde pas, c'est juste enfoui, va falloir gratter un peu la mémoire ) . Rien à voir, mais j'avais envie de le dire, puisqu'on parle de langages .
          • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            Eskuara mintzaira ederra da ! (Le basque est une belle langue).

            C'est une phrase toute simple. Pourtant, essayez d'identifier les mots de la phrase basque avec sa traduction. Dur, dur, n'est-ce pas ?
            Pour vous aider : da = il est ( ou elle est) , ederra = le beau (ou la belle), mintzaira = langue, euskara = langue basque.

            Le basque par sa structure permet de penser différemment et c'est une richesse. Pour ma part, il m'est arrivé de résoudre un problème algorithmique en l'exprimant en basque, alors que l'énoncer en français ou en anglais m'éloignait de la solution.
            Le basque est une langue homogène alors que le français est très hétérogène. C'est une langue pré-indo-européenne qui vaut franchement la peine qu'on s'intéresse à elle. Je devais avoir plus de 30 ans quand j'ai commencé à le faire.

            Pour faire une analogie, apprendre le basque, c'est comme apprendre la notation polonaise inverse alors que l'on ne connait que les parenthèses. On peut aussi dire que le basque par rapport aux langues latines, c'est un peu comme les coordonnées cartésiennes par rapport aux polaires.

            C'est aussi à travers la langue basque que l'on peut découvrir un peuple d'une très forte identité et pourquoi pas chanter avec eux :
            Haurrak ikas azue, eskuaraz mintaztzen, ....
            • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

              Posté par  . Évalué à 2.

              C'est marrant, le basque ressemble enormement au japonais... Langue aggregative (notation suffixee dirait-on en informatique). C'est pourtant pas la porte a cote.

              "Le japonais est une belle langue !" => "nihongo wa kirei na gengo da !"

              nihongo = langue japonaise ; kirei = beau/belle ; gengo = langue ; da = il est/elle est (+ ou -). On pourrait traduire mot a mot du basque en japonais !
        • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

          Posté par  . Évalué à 6.

          > Le fait de ne pas parler d'autres langues est typiquement Français

          Tu voulais dire typiquement anglais ? ;)

          > J'habite et je travaille au Danemark en ce moment, et je peux te dire que le conducteur du bus que je prend le matin est aussi bon que moi en anglais.

          Peut-être que le Danemark se dirige vers le bilinguisme. A ce moment là on peut craindre une transition vers le monolinguisme anglais. A moins qu'on connaisse des exemples de bilinguisme stable. Quelqu'un a-t-il des exemples de bilinguisme (pour chaque personne) stable dans un pays ?
          Peut-on dire que la situation lingustique du Québec est stable ?
        • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

          Posté par  . Évalué à 4.

          Le fait de ne pas parler d'autres langues est typiquement Français, dans des tas d'autres pays européens, n'importe quel péquin parle couramment anglais.

          Ca ce sont les pays d'Europe du nord, on peut pas en dire autant du reste du monde. Tu habites et travailles au Danemark, moi c'est le Japon, et la le niveau d'anglais est bien inferieur a celui des francais. On ne peut pas leur en vouloir, leur langue n'a rien de commun avec l'anglais, ni dans la grammaire (sujet+verbe+objet on oublie) ni dans le vocabulaire (plus un mot francais est complique, plus il y a de chances pour que ce soit le meme en anglais).

          Alors je ne fais pas comme beaucoup de francais qui sont ici, je me suis fait chier a apprendre le japonais plutot que de prendre de haut les ignorants incapables de parler anglais. D'ailleurs ca me permet d'avoir acces a beaucoup de docs techniques en japonais sur le Ruby ou sur les problemes d'affichage du japonais.

          Ensuite j'aime lire la litterature japonaise mais je n'ai pas le niveau pour la lire en japonais. Je la lis traduite en francais, et ca me ferait franchement mal de devoir lire un bouquin ecrit en anglais par un japonais. On toucherait le fond.

          Au fait, tu parles danois ?

          Il faut que la mondialisation se fait dans le multilinguisme, que l'Europe reconnaisse son multilinguisme comme une force et developpe les efforts de traduction et d'interpretariat dans ce sens. La langue oriente la facon de penser et de communiquer, laisser les langues se perdre serait une perte culturelle monstrueuse. DONC ce serait bien que les messages du noyau soient multilingue, au besoin avec des codes d'erreur pour qu'un Chinois puisse te dire ce qui a plante chez lui, en anglais si vous voulez, meme si tu connais le message en francais et lui en chinois.

          Et puis si tu t'en tapes de la diversite des langues et que tu es fier de parler avec des danois dans une langue qui n'est ni la tienne ni la leur, ben on peut rien faire pour toi.
          • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

            Posté par  . Évalué à 1.

            Konichiwa Erwan-san,
            J'ai essayé d'apprendre le japonais aussi, mais par manque de temps, je n'ai jamais atteint les kanji, l'hiragana et le katakana ont eut raison du peu de temps que mon travail me laisse. Cela dit, je continue régulièrement de faire des tentatives et je ne désespère pas qu'un jour peut-être.... :)

            Et puis, oui, le japonais est une langue superbe ! D"une part à cause de la culture qui va avec (j'ai dernièrement été à un concert de Koto, c'est très surprenant et pas désagréable du tout) mais aussi parcequ'elle nous sort un peu de la gangue des langues européenes, qui à force d'être pareilles, nous enferment dans des préjugés linguistiques.

            Cela dit, on parle de programmation ici, de documentation technique. Je ne sais pas si tu as essayé de lire des manuels techniques en japonais (tu l'as sûrement fait), mais c'est quasiment exclusivement du katakana et bien souvent la transcription phonétique de mots anglais.

            Pour ce qui est de la littérature... OUI, mille fois oui ! Lire en langue originale est incomparable, c'est d'ailleurs en tentant l'aventure que l'on se rend compte que très peu de romans sont traduits correctement. Certains se plaignent des sous-titres au cinéma, mais les livres subissent hélas le même sort.

            Ensuite, oui, je parle le danois... pas aussi bien que je le voudrais, mais j'arrive à tailler la bavette avec mes amis danois (parceque je suis au Danemark et que même s'ils parlent parfaitement anglais je trouve que ce serait irrespectueux de ne pas parler leur langue, même si beaucoup sont très surpris qu'un français apprenne le danois).

            Bref, bref, tout ça pour dire que je suis pour le multi-linguisme. Mais là en l'occurrence on parle d'un domaine qui est technique, un domaine qui a sa propre culture... et donc sa propre langue. La base de cette langue est effectivement l'anglais, mais va parler de "scheduler O(1)" à un agrégé de littérature anglaise de Cambridge, je suis pret à parier qu'il te regardera bizarrement !

            Mais ce que je trouve scandaleux par-dessus tout, c'est qu'en traduisant des parties aussi sensibles que les aides du noyau, les erreurs du compilateur ou du noyau, on n'aide en rien cette communauté. Au contraire, on détruit peu à peu ce qui la lie, ce qui maintient un semblant de cohésion entre ces allemands, ces japonais, ces chinois, ces canadiens, ces français, ces finnois, etc... C'est à dire UNE LANGUE COMMUNE.

            Si tu ne comprends pas ce qui m'a faché tout rouge à présent, je ne sais plus comment l'exprimer à présent !!!
    • [^] # Re: Comment perdre son temps en une leçon....

      Posté par  . Évalué à 3.

      bien d'accord avec tout ca.

      et comme dirait Bjarne Stroustrup:
      English has an important role as a common language for programmers, and I suspect that it would be unwise to abandon that without serious consideration.
  • # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    Bon apres avoir lu beaucoup de commentaire élististe, je voudrais dire merci et bon continuation pour la traduction !!!

    Je ne suis pas informaticiens, je comprends l'anglais litteraire mais plus difficilement l'anglais technique et j'ai eu des difficulté lors de mes compilations de noyau !!! meme avec le dico c'est pas toujours tres clair :)

    Je pense egalement au plus jeune qui on a peine commencé a apprendre l'anglais et pour qui l'informatique peut etre un endroit de découvert et pas seulement une game cube.

    Nous ne sommes pas tous des informaticiens dans ce monde de linuxiens, mais nous voulons apprendre, et je pense que comprendre les options de compilation du noyau est une bonne chose :)
    • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

      Posté par  . Évalué à 1.

      > Je ne suis pas informaticiens, je comprends l'anglais litteraire mais plus difficilement l'anglais technique et j'ai eu des difficulté lors de mes compilations de noyau !!! meme avec le dico c'est pas toujours tres clair :)

      CQFD : les informaticiens sont des techniciens qui connaissent l'anglais technique. Comprendre le noyau est autre chose que savoir quoi cocher, c'est très réducteur et très « disneyland ». Aujourd'hui, on ne peut pas faire de l'informatique sans connaître l'anglais. C'est comme ça. Si on est incapable de lire la documentation anglaise, je doute que la version dans sa langue maternelle soit plus claire.
      Franchement le noyau est une chose pointue et il me semble que si on ne maitrise pas suffisemment l'anglais technique, on peut s'abstenir d'aller bidouiller sa configuration de linux. L'anglais est une barrière, mais c'est si c'est un garde fou technique, ça ne me pose aucun problème. Ce n'est pas de l'ellitisme, mais c'est complètement idiot de penser que tout un chacun est à même de configurer son noyau, en éprouve le besoin. Je peste déjà quand on oblige quelqu'un à devoir compiler un module pour faire marche sa carte graphique, exécuter des procédures techniques... L'utilisateur n'en a pas besoin.

      Qu'est-ce que sait que cette volonté d'imposer la connaissance technique aux utilisateurs ? on s'en fout ! Fanchement si un utilisateur à une vague notion de noyau et de modules, c'est le maximum acceptable. Tout le monde oublie que l'utilisateur finale n'utilise que des logiciels et n'a cure que toute la triperie. L'utilisateur a toujours raison. Heureusement qu'on a traduit la doc du noyau, comme ça il n'aura plus d'excuse ... ridicule....

      Encore une fois, traduire cette documentation est utile, mais étant donnée qu'elle concerne un domaine assez pointue, je la trouve superflue vu l'étendue du travail à faire ailleurs.
      • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

        Franchement le noyau est une chose pointue et il me semble que si on ne maitrise pas suffisemment l'anglais technique, on peut s'abstenir d'aller bidouiller sa configuration de linux.

        Tu as l'air de dire qu'il faut faire partie de l'3l33t pour compilé un noyau, si vraiment t'prend pour linus ou alan juste parce que tu as choisis quelque malheureuse option je te laisse prendre ton pied :)

        L'anglais est une barrière

        L'anglais et l'anglais techniques sont 2 choses bien a part. On peut savoir ce que veut dire "socket" "rip" ou je ne sais quels autres termes courant mais egalement technique. Les termes francais me seront plus parlant en comprend mieux le sens général de la phrase.

        Qu'est-ce que sait que cette volonté d'imposer la connaissance technique aux utilisateurs ?

        C'est vrai ca ... une boite noir où on ne sait pas comment ca marche ... avec un ecran bleu et une barre de progression au demarrage, l'obligation de subir de procedure qu'on ne maitrise pas (et qu'on ne peut pas maitrisé) voila l'OS du futur ! (ah on me souffle que ca existe deja et que ca s'appelle ... Windows ??!)

        Je suis un utilisateur final ... et j'aime bien comprendre :)
        • [^] # Re: Projet relancé chez traduc.org : traduction du noyau Linux.

          Posté par  . Évalué à 1.

          De toute façon, en ne parlant pas anglais, tu te fermes la porte de beaucoup de doc. à propos de Linux; pour des gens comme toi, traduire à un sens.

          Perso, je ne compte pas utiliser le français pour la doc Kernel; déjà que la doc anglaise n'est pas écrite par des anglais (pas toujours certain de ce qu'ils veulent dire) la retraduire en français va augmenter les incohérences.

          Des ressources gaspillées, c'est tout; il y a tant d'autres choses à faire plus utile à un plus grand nombre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.