Revue de presse de l'April pour la semaine 25 de l'année 2021

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
15
28
juin
2021
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l'April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l'April.

[Next INpact] Hadopi 3: les députés adoptent les futurs rouages de la lutte anti-piratage (€)

✍ Marc Rees, le vendredi 25 juin 2021.

Alors que les débats devaient perdurer jusqu’en juillet, par 59 voix contre 4, l’Assemblée nationale a adopté ce 23 juin le projet de loi l'ensemble du projet de loi relatif à la régulation et à la protection de l'accès aux œuvres culturelles à l'ère numérique.

[Le Monde Informatique] La bombe à retardement des librairies open source non mises à jour

✍ Jacques Cheminat, le vendredi 25 juin 2021.

Dans un rapport sur l'état de la sécurité des logiciel, Veracode alerte sur l'incidence des bibliothèques open source non mises à jour sur les applications actuelles. Près de 80% de ces librairies ne sont pas actualisées ou comportent au moins une vulnérabilité.

Et aussi:

[L'OBS] TRIBUNE. «Le futur d'internet sera celui d'un bien commun»

✍ Philippe Dewost, le vendredi 25 juin 2021.

Philippe Dewost, cofondateur de Wanadoo et multi-entrepreneur, réfléchit à l'avenir du réseau internet, à l'heure des méga-plateformes américaines et de la «grande muraille informatique» chinoise.

[Esprit Presse] Quelle souveraineté numérique?

✍ Pierre-Antoine Chardel, le mercredi 23 juin 2021.

L’intégration de la société Palantir au projet Gaia-X (censé favoriser la souveraineté européenne en matière de numérique et de traitement des données) suscite de nombreuses interrogations. Elle questionne l’extension du traitement des données à une sphère aussi cruciale que celle de la santé, ainsi que ses possibles effets discriminatoires.

Et aussi:

[ICTjournal] Toujours plus d'open source en Suisse: boom de Kubernetes, Python et TypeScript

✍ Yannick Chavanne et Ludovic de Werra, le lundi 21 juin 2021.

L'open source devient la norme pour les entreprises suisses dont la quasi-totalité utilise au moins un logiciel libre. Un essor qui s’explique notamment par le fait que ces solutions sont interopérables par nature, indique une récente étude de l’Université de Berne.

[Usbek & Rica] «Le numérique peut-il accomplir la promesse d'une école pour tous?»

Le lundi 21 juin 2021.

Ce dialogue a lieu entre Carlo Purassanta, président de Microsoft France, et un invité. Pour ce cinquième épisode consacré à l’éducation, Sans Tabou reçoit l’un des plus grands experts en innovation pédagogique de France : François Taddéi. Polytechnicien, docteur en génétique et directeur de recherche à l’Inserm, il est également le cofondateur du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) où il défend et développe inlassablement de nouvelles manières d’apprendre et d’enseigner.

[ZDNet France] Un jugement en appel condamne deux dirigeants de Blue Mind au profit de Linagora

✍ Thierry Noisette, le dimanche 20 juin 2021.

Linagora et son PDG Alexandre Zapolsky obtiennent satisfaction, avec un arrêt de la cour d'appel de Paris qui condamne Pierre Baudracco et Pierre Carlier à leur verser un total de 457.000 euros.

Aller plus loin

  • # La bombe à retardement des librairies open source non mises à jour

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    C’est une menace latente mais bien réelle sur laquelle alerte Veracode dans son 11eme rapport « State of Software Security : Open Source Edition » (sur inscription). En effet pour le spécialiste des tests applicatifs, un champ de mines se cache sous le capot des logiciels modernes. Ces bombes à retardement proviennent des bibliothèques open source et de l’absence d’actualisation du code. En général, les développeurs se servent de ces librairies pour créer leurs applications, mais sans se soucier de la qualité du code, ni de la sécurité.

    L'article peut laisser penser qu'utiliser des librairies libre introduit une menace dans un logiciel.

    Avant les logiciels fermés avaient sûrement le même problème en copiant/collant du code sans se soucier des licences. La différence est que maintenant il y a un meilleur suivi des "dépendances", leur version, et détecter les vulnérabilités connues est plus aisé (peut être automatisé et GitHub le fait très bien !).

    Pour moi, c'est un progrès en terme de sécurité. Il n'y a pas plus du vulnérabilités qu'avant. C'est uniquement la communication sur ces vulnérabilités connues qui est meilleure !

    Hé oui, avoir des dépendances demande de les tenir à jour. Roh là là, déjà le code est gratuit, mais en plus il faut travailler pour les tenir à jour ! Remboursez le logiciel libre gratuit !

    • [^] # Re: La bombe à retardement des librairies open source non mises à jour

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 29/06/21 à 08:01.

      « Pour moi, [utiliser des librairies libres] est un progrès en terme de sécurité. »

      La proportion des serveurs utilisant du code open-source, voire libre, semble suggérer qu'il ne s'agisse pas uniquement d'un point de vue personnel.

      Le mien (de point de vue personnel) : faire gober aux crédules la dangerosité de la liberté a toujours été une stratégie de propagande privatrice et d'asservissement ; et pas que dans le mondes des logiciels.

      « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # À propos de propagande…

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    De prime abord il n'est pas évident que le lien Usbek & Rika pointe vers de la communication de mirosoft, visant à assurer l'une de ses emprises parmi les plus stratégiques, les plus fermes, et les plus haïssables : celle sur « le marché » de l'éducation. Était-il vraiment utile pour l'April de retenir ce lien dans sa revue de presse ?

    On en retiendra tout de même la nécessité de mentionner dans ce spot publicitaire (certainement en forme de libre washing) :

    « Il est donc absolument indispensable d'investir non seulement dans les infrastructures mais aussi dans les pédagogies, la recherche et le développement d'outils open source accessibles à tous. »

    Un peu comme une peau de mouton jetée à la va vite sur un loup pour lui permettre de franchir le seuil de la bergerie sous le regard bienveillant de bergers corrompus.

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # Super encore un paywall....

    Posté par  . Évalué à 3.

    Ce serait possible d’arrêter de mettre des liens vers des articles paywallés s'il vous plait?
    Ou au moins proposer une alternative/contournement.

    J'aime beaucoup les sélection de l'April mais j'ai l'impression que ça devient de moins en moins praticable.

    Si on prend les 3 derniers posts de revue de presse, il faudrait déjà 5 abonnements différents pour tout consulter… Ça en est presque ridicule.

    • [^] # Re: Super encore un paywall....

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

      Suis désolé de cela, mais il y a des articles dont je ne vois pas d'alternative.

      On m'a fait remarquer que ne pas remonter les articles payants serait tout autant limitant, non?

      (par exemple nextImpact a de supers articles, mais souvent payants)

      • [^] # Re: Super encore un paywall....

        Posté par  . Évalué à 0.

        On m'a fait remarquer que ne pas remonter les articles payants serait tout autant limitant, non?

        En ce qui me concerne si ces articles n’étaient pas là, ce serait la même chose, avec la frustration en moins. Mais c'est plus le business modèle qui est problématique, prendre la fin d'un article en otage c'est juste dégelasse.

        L'approche de LWN, par exemple, est beaucoup plus respectueuse des lecteurs, les articles payants le sont entièrement, donc pas de frustration. Et les abonnés peuvent les rendre publiques si ils souhaitent les partager.

        En bref partager des liens paywallés, c'est soutenir ces pratiques douteuses. Personnellement je suis contre.

      • [^] # Re: Super encore un paywall....

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

        Suis désolé de cela, mais il y a des articles dont je ne vois pas d'alternative.

        Peut être on devrait ajouter une fenêtre modale qui prévient « Ce lien redirige vers un article payant dont seul un aperçu est disponible publiquement, une fois après avoir accepté 42 cookies et 1024 pages de conditions d'utilisation. Cliquez ici pour continuer ».

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

        • [^] # Re: Super encore un paywall....

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          oui, ce serait bien
          même /. le fait (et propose des liens alternatifs si dispo)

          Ce qui serait mieux, ce serait d'archiver les articles (ils seront disponibles 70 ans après ou 90 ans pour d'autres)

      • [^] # Re: Super encore un paywall....

        Posté par  . Évalué à 5.

        Qui plus est, les articles de NextImpact passent en accès libre un à deux mois après leur publication. Les abonnés ont la primeur, les juste lecteurs doivent attendre un peu plus. Donc… C'est pas fondamentalement un souci pour ce site.

        Pour les autres…. Bah… S'pa parce qu'ils ont un business model chiant que les articles ne sont pas pertinents.

        cd /pub && more beer

        • [^] # Re: Super encore un paywall....

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          moui, seul NextINpact est légitime on va dire (et vaut le coup/coût)

          au plaisir de te revoir en Bretagne (bon là je suis pas loin de Paris aussi), les 2h30 pour Saint-Brieuc/Montparnasse ça donne plus de temps pour prendre une bière :-)

          • [^] # Re: Super encore un paywall....

            Posté par  . Évalué à 2.

            Roooh la faute alors que je les suis et soutiens depuis…. Fiou… J'ai un t-shirt PCINpact qui traine par là je crois.

            au plaisir de te revoir en Bretagne

            Mmmm…. La Bretagne, j'y suis juste pour le Hellfest moi :-)

            cd /pub && more beer

        • [^] # Re: Super encore un paywall....

          Posté par  . Évalué à -1.

          les articles de NextImpact passent en accès libre un à deux mois après leur publication.

          Ha ça c'est bien, je savais pas.

          Ça pourrait être bien de le préciser dans le titre du lien. Genre «(€ jusqu'au JJ/MM/YYY)», ça amènerai de nouveaux lecteurs je pense.

    • [^] # Re: Super encore un paywall....

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Le principe d'une revue de presse est de repérer les articles sur certains sujets et de les signaler/mentionner. Pas de donner accès à l'intégralité des articles ou de produire un nouveau journal spécialisé composé uniquement d'articles (exception: Courrier international, mais ils ont l'accord des autres journaux étrangers). Quand le chroniqueur revue de presse dit dans Le Monde un article sur les brocolis, dans Le Figaro un sur les crucifères, sur France Inter un édito jardinage et dans Nature un papier sur le compost, il ne fournit pas des copies des deux articles, du papier et un enregistrement audio intégral. Si ces contenus t'intéressent plus que leur rapide mention, tu dois te les procurer chez ton buraliste ou les acheter en ligne ou trouver le podcast ou les archives INA ou … Ça marche aussi avec Google News d'ailleurs, qui ne donne pas un accès illimité gratuit à tous les articles pointés.

      Ici c'est la même chose. La revue de presse est basée sur les contenus auxquels ses auteurs ont accès, pas nécessairement auxquels toi tu as accès complètement et gratuitement. Et si elle mentionne un article de La Lettre A sur la migration vers le Libre du Ministère du Renouveau et du Sens, alors l'info m'intéresse, en particulier parce que je ne suis pas abonné à La Lettre A justement. si je veux plus de détails j'essaierai d'avoir accès à ce numéro de la Lettre.

      si une alternative est présente, il est utile de la mentionner, mais on ne peut pas inventer les articles gratuits en ligne s'ils n'existent pas. Et je préfère avoir dans la revue de presse le choix entre un bon article NextINpact avec limitation hors abonnement et un article moyen gratos, que de n'avoir qu'un article moyen gratos tendance recopie AFP mentionné…

      • [^] # Re: Super encore un paywall....

        Posté par  . Évalué à 5. Dernière modification le 01/07/21 à 10:54.

        Avant la presse en ligne, en effet, les gens écoutaient les revues de presse télé / radio, et achetaient en kiosque l'exemplaire du journal s'ils le souhaitaient.

        Par contre, de nos jours, cela devient impossible de payer en ligne au numéro ou à l'article. Cela devient "Article réservé à nos abonnés, pour le consulter abonnez-vous".

        Pour la presse purement en ligne, le concept de paiement au numéro est difficile à concevoir. Mais pour les titres papier, difficile de comprendre pourquoi on ne peut pas acheter au numéro. Le Canard ou Libé le proposent bien. D'autres comme Le Monde ne le proposent pas.

        Je suppose que les commissions des intermédiaires de paiement (que ce soit CB, Paypal, prélèvement SEPA, Internet+, Google / Apple Pay, j'en passe et des meilleures) rendent déficitaire une micro-transaction de quelques centimes pour un article.

        Pour les pure players, on pourrait très bien imaginer un système de cagnotte qu'il faut précharger de l'équivalent du prix d'un hebdomadaire ou d'un mensuel et que chaque consultation d'un nouvel article vient débiter la cagnotte.

        Et pour les titre papier, les commissions CB sont devenues raisonnables même pour un achat inférieur à 5 euros.
        Avant avec la CB il y avait un fixe plus un pourcentage. Donc sur des petits montants, cela pouvait représenter 4 ou 5% de la transaction. Mais maintenant, on est en dessous du 1%. Quand ont voit ce que coûte la distribution physique par Presstalis ou les MLP, ce n'est pas cher 1%.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.