Journal Microsoft, un sacré contributeur au noyau Linux !

Posté par (page perso) .
20
4
avr.
2012

Le rapport annuel de la Fondation Linux vient de sortir.
Et là, coup de ton maire dans le dentaire nô !
Microsoft serait un sacré contributeur au noyau Linux !

For the first time, Microsoft appears on list of companies that are contributing to the Linux kernel. Ranking at number 17, the company that once called Linux a “cancer,” today is working within the collaborative development model to support its virtualization efforts and its customers. Because Linux has reached a state of ubiquity, in which both the enterprise and mobile computing markets are relying on the operating system, Microsoft is clearly working to adapt.

Traduction rapide : Pour la première fois, Microsoft apparaît sur la liste des entreprises qui contribuent au noyau Linux. Atteignant la 17ème place, la société qui appela Linux un « cancer » travaille aujourd'hui au sein du modèle de développement collaboratif afin de soutenir ses efforts concernant la virtualisation, mais aussi d'aider ses clients. Linux étant maintenant ubique en tant que système d'exploitation sur lequel reposent tant les marchés de l'informatique mobiles que ceux des entreprises, il est clair que Microsoft s’attelle à s'adapter.

Par ailleurs, Greg Kroah-Hartman à l'air de dire que c'est une bonne chose que fut l'intégration de la plate-forme de virtualisation de Microsoft dans le noyau de base.

Sources :

http://www.linuxfoundation.org/news-media/announcements/2012/04/linux-foundation-releases-annual-linux-development-report
http://www.wired.com/wiredenterprise/2012/04/microsoft-and-linux/

À vos trolls !

  • # En manque un

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Manque plus qu'Apple, et la fête sera plus belle.

  • # humour ou meconnaissance ?

    Posté par . Évalué à -10.

    Et là, coup de ton maire dans le dentaire nô !

    l'expression ne serait-elle pas plutot :

    Coup de tonnerre dans le landerneau

    ou alors c'etait de l'humour deguisé ?

  • # Contributeurs académiques

    Posté par . Évalué à 10.

    Il y a quelque chose qui me déprime profondément dans ces rapports, c'est la très faible représentation des contributeurs académiques. La catégorie "Academia" est à peine dans le top 10, et c'est déja très gentil de les avoir graoupés (il n'y a pas de raison, finalement; on n'a pas de cat "corporate" pour les entreprises). Dans un monde idéal, le développement du noyau devrait bien entendu intéresser les entreprises (pour tout ce qui est drivers et support matériel), mais encore plus la recherche académique, notamment pour les améliorations générales du système, l'implémentation de nouveaux algorithmes, ou l'ajout d'options spécifiques pour du matériel ou des calculs dans des domaines très précis (parallélisation massive, etc). J'imagine qu'une partie des contributeurs anonymes ou sans attache sont aussi des académiques bossant sur leur temps libre ou qui souhaitent éviter les problèmes de licence avec leur administration incompétente, mais quand même. Tout ceci illustre bien le manque d'investissement dans la R&D de la part des partenaires publics.

    • [^] # Re: Contributeurs académiques

      Posté par . Évalué à 5.

      En tant que thésard dans une équipe INRIA, tout le code que je produis pendant ou en dehors de mon temps de travail appartient à l'INRIA… Le problème de la propriété intellectuelle de nos travaux est constant.

      Sinon je connais un MDC qui avait développé un ordonnanceur pas trop mauvais en théorie, et qui avait proposé un patch. Il s'était fait jeter car :
      1/ trop gros patch semble-t-il
      2/ il ne pouvait pas en assurer la maintenance (changement de projet de recherche)

      • [^] # Re: Contributeurs académiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        il ne pouvait pas en assurer la maintenance (changement de projet de recherche)

        C'est ça le gros point noir qui bloque les contributions venant du monde académique. Un chercheur n'a pas de raison de passer du temps à finaliser et maintenir son code. Il fait sa recherche, trouve des trucs nouveaux, publie son article et son code et puis passe à autre chose.
        Pour contribuer utilement au noyau il faudrait pouvoir rester sur le même truc pendant une longue période sans avoir à publier de résultats nouveaux…autrement dit c'est quasi-impossible pour un chercheur.

      • [^] # Re: Contributeurs académiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        tout le code que je produis pendant ou en dehors de mon temps de travail appartient à l'INRIA…

        On peut voir la ligne de ton contrat qui stipule que ta vie privée appartient à l'INRIA?
        Autant le code produit pendant le temps de travail appartient à l'employeur, oui (note : ce qui n’empêche aucunement de l'ajouter à Linux, la n'est absolument pas le problème, le reproche est bien que les instituts de ce type, censés ne pas chercher à profiter un max et chercher à faire profiter tout le monde des avancées, sont moins fournisseurs que des entreprises 100% privées sensées être de méchantes capitalistes, me mentirait-on sur les méchantes entreprises capitalistes ainsi que sur les gentilles institutions publiques? ;-) ), autant je ne vois pas comment ce contrat peut légalement réguler ta vie privée.

        • [^] # Re: Contributeurs académiques

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Il me semble que c'est le règlement de pas mal (toutes?) d'écoles et d'universités.

          Autant le code produit pendant le temps de travail appartient à l'employeur,

          Ce n'est pas parce que c'est son employeur mais parce qu'il est étudiant.

          « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

          • [^] # Re: Contributeurs académiques

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Il me semble que c'est le règlement de pas mal (toutes?) d'écoles et d'universités.

            Wow, si c'est le cas, c'est un beau scandale. Dans mon université (suisse), c'est le code réalisé à l'aide des outils de l'université ou dans le cadre des cours qui est propriété de l'université (enfin, de mémoire ils n'ont pas le droit de faire tout et n'importe quoi avec). Et c'est bien normal.
            Mais si je bosse sur mon ordinateur pendant mon temps libre, je ne vois même pas pourquoi l'université aurait ne serait que le début de l'idée de demander des droits là-dessus.

          • [^] # Re: Contributeurs académiques

            Posté par . Évalué à 3.

            Ce n'est pas parce que c'est son employeur mais parce qu'il est étudiant.

            Globalement c'est l'inverse, s'il est étudiant le code lui appartient et à lui seul (droit d'auteur). C'est pour ça qu'on sensibilise les labos sur le sujet. C'est justement par ce qu'il a un contrat de travail que le code appartient à son employeur.

            Après sur la partie en dehors de son temps de travail, c'est plus complexe et ça dépend des réalisations qui sont fait en fonction des ses activités comme il a été précisé par quelqu'un d'autres. Si c'est dans
            son domaine lié à son contrat ça va être difficile … mais si c'est totalement dans un domaine différent ça n'appartient pas à son employeur et heureusement !

            • [^] # Re: Contributeurs académiques

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Globalement c'est l'inverse, s'il est étudiant le code lui appartient et à lui seul (droit d'auteur).

              Je n'ai plus le règlement de mes études sous la main mais c'était bien écrit "tout ce le travail que vous fournissez durant la durée de vos étude et qui s'approche de près ou de loin à votre formation nous appartient"

              « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

              • [^] # Re: Contributeurs académiques

                Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 04/04/12 à 14:06.

                pour info tu as fait tes études où ? car c'est totalement illégal s'il n'y a pas de contrat de travail.

                D'ailleurs c'est vrai pour les conventions de stage. Si dans la convention de stage, il n'y a rien de précisé sur la session des droits à une entreprise, l'étudiant peut partir avec l'intégralité du code produit et l'entreprise n'a rien à dire.

        • [^] # Re: Contributeurs académiques

          Posté par . Évalué à 2.

          tout le code que je produis pendant ou en dehors de mon temps de travail

          C'est une clause assez standard dans les contrats de travail.

          Imaginons que TOTO développe en tant qu'employé chez BADCOMPAGNY un logiciel jMyTeenPorn de visualisation de site porno. Il est probable que si TOTO développe une alternative libre (genre jMyTeenPorn) il soit attaquable par BADCOMPAGNY. Puisqu'il réutilise une partie de son expérience en tant que salarié, et que c'est contraire au contrat qu'il a signé.

          C'est déjà moins évident si TOTO développe un logiciel qui n'a pas de rapport direct avec l'activité salarié, mais ca reste attaquable.

          C'est pour ça que GNU demande de faire signer une autorisation de l'employeur ou de consulter un avocat ( http://www.gnu.org/licenses/old-licenses/gpl-2.0-faq.fr.html#TOCHowIGetCopyright )

          • [^] # Re: Contributeurs académiques

            Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 04/04/12 à 10:35.

            Puisqu'il réutilise une partie de son expérience en tant que salarié, et que c'est contraire au contrat qu'il a signé.

            C'est limité à la concurrence directe avec ton employeur.
            Rien de générique, vraiment pas (juste le domaine de ton employeur). J'avais la même, je vois très bien laquelle c'est (sauf que le code n'appartient pas à mon employeur, je dois lui demander l'autorisation écrite ou ne pas faire, il n'a quand même aucun droit dessus)

            Cette clause est classique, oui. Je demande à voir la clause ou "tout le code que je produis en dehors de mon temps de travail appartient à l'INRIA…"

            Il y a une très grosse différence entre "tout" et "ce qui rentre en concurrence avec mon employeur". Il y a une différence entre "c'est interdit sauf autorisation écrite" et "ça m'appartient". Très très grosse même. Donc : je demande à voir votre clause avec "tout" et "appartient". C'est sur ces mots que j'ai réagi, parlez de ces mots, pas de trucs HS.

            • [^] # Re: Contributeurs académiques

              Posté par . Évalué à 2.

              Mon employeur fait de la recherche dans tous les domaines de l'informatique et à pour but le transfert technologique vers le monde privé.
              Je suis en compétition avec lui si je développe un programme que je veux vendre/ donner (gpl) ?

          • [^] # Re: Contributeurs académiques

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            C'est une clause assez standard dans les contrats de travail.

            Ce qui ne veut pas dire qu'elle ne peut être abusive…

            Puisqu'il réutilise une partie de son expérience en tant que salarié

            Ca tombe bien, on a le droit.
            Si je développe quelque chose à mon taff, le code créé appartient à mon entreprise, en effet. Par contre, mes pensées, mes réflexions, ce que j'ai appris, m'appartient.
            Et il est dès lors possible, tant que je réimplémente sans jamais me servir des outils, libs, sources, etc de mon taff, de développer quelque chose de similaire en utilisant les concepts que j'ai découvert, appris, etc. Après on peut trouver des problèmes de clauses de concurrence par exemple, dans le cas où ce serait un équivalent. On peut aussi trouver des clauses d'exclusivité (je ne peux travailler que pour mon employeur et pas pour un autre, ni pour moi). Mais en dehors je peux faire ce que je souhaite.
            Une entreprise ne peut s'approprier comme ça ton cerveau.

        • [^] # Re: Contributeurs académiques

          Posté par . Évalué à 1.

          En général, les avancées proposées par des universitaires sont bien trop "fondamentales" pour être utilisable directement et massivement.
          Moi je fais des protocoles de routage pour des réseaux qui n'existent pas (encore - premier prototype de plateforme dans 2/3 ans) : je ne pense pas qu'ils intéressent qui que ce soit en dehors de ma communauté.

          Pour la question quelle production appartient à qui je comprends la difficulté à trancher. On a une grande libertés dans les horaires de travail, alors la frontière est plus que ténue. Si j'ai une idée à 18h01 alors que ma journée s'arrêterait légalement à 18h00, elle est qd même issue d'une réflexion qui a eu lieu sur mon temps de travail.
          Alors la politique pour tout simplifier : tout appartient à l'organisme de recherche.
          Après c'est ce qu'on nous dit :) les textes je ne les ai pas vu.

        • [^] # Re: Contributeurs académiques

          Posté par . Évalué à 2.

          Je ne sais pas pour le droit français, mais c'est une clause très courante aux USA et elle est carrément légale. Je te renvoie au texte de Joel Spolsky sur le sujet.

          • [^] # Re: Contributeurs académiques

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            "Not related to your employer's line of work."

            C'est la partie qui fait que c'est légal. Comme en France. Et face à une juge, si tu développes X pour Microsoft et que Microsoft t'accuse sur Y complètement différent même si Microsoft fait les deux, je ne crois pas une seconde que le juge ira en faveur de Microsoft… Parce que ce n'est pas en ligne avec ce pourquoi ton employeur te paye (et quand c'est tendancieux, tu fais une demande à ton employeurs, US ou France).

            Oui, quelque chose de limité est légal. Pas tout. Je réagissais sur "tout".

            • [^] # Re: Contributeurs académiques

              Posté par . Évalué à 2.

              "Not related to your employer's line of work."

              C'est la partie qui fait que c'est légal.

              Sauf que, comme le dit le lien, tout ça se fait au cas par cas, ou plutôt, état par état aux USA : en Californie c'est comme ça, mais pas dans l'état de New-York. Et surtout, si tu lis la suite, il précise :

              On your own time. Easy to determine, I imagine.

              With your own equipment. Trivial to determine.

              Ça se gâte ensuite :

              Not related to your employer's line of work. Um, wait. What's the definition of related? If my employer is Microsoft, they do everything. They made a goddamn BARNEY PLUSH TOY with a computer in it once. Are plush toys related? Obviously operating systems, compilers, desktop applications, search engines, and games are related to Microsoft's line of work. Hmmm.

              OK, what if my employer is a small company making software for the legal industry. Would software for the accounting industry be "related"?

              I don't know. It's a big enough ambiguity that you could drive a truck through it. It's probably going to depend on a judge or jury.

              (L'emphase est de moi)

              Bref, je ne sais pas si c'est valide en France. Il me semble — mais je me trompe peut-être — qu'en France ce genre de clause serait abusive (un peu comme les clauses de non-concurrence qui doivent être limitées géographiquement et temporellement).

              Concernant ce que tu disais plus tôt :

              Et face à une juge, si tu développes X pour Microsoft et que Microsoft t'accuse sur Y complètement différent même si Microsoft fait les deux, je ne crois pas une seconde que le juge ira en faveur de Microsoft…

              Ça je n'y mettrais pas ma main à couper. D'ailleurs, ce que dit Spolsky à ce sujet est assez éloquent : ça dépend de la boite. Une fois encore, il n'est pas dit qu'en France ce soit identique ou même similaire.

    • [^] # Re: Contributeurs académiques

      Posté par . Évalué à 3.

      L'unité de récompense dans les universités c'est le papier publiés, pas le patch dans le kernel.
      Donc ce n'est pas tellement surprenant qu'il y ait peu de contributions académiques.

      Ceci dit, il y a aussi des recherches très intéressante par exemple il y a http://blog.regehr.org/ (qui montre d'ailleurs a quel point le C c'est pourri) qui peuvent aider beaucoup (parce que les bugs des compilateurs ça fait mal), même s'il n'y a pas de patch dans Linux..

    • [^] # Re: Contributeurs académiques

      Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 11/04/12 à 21:30.

      Il y a beaucoup de monde dans l'académie qui contribuent mais cela est souvent dans la category None c'est a dire la plus importante.

      C'est très rare, en dehors de certaines entités tel que l'INRIA, que le copyright ou l'institut soit signale car pas mal de contributeurs font cela sur leur temps libre et donc le constat que l'académie ne sponsorise pas est, malheureusement, une réalité. Il y a plusieurs raison a cela:

      • administrativement c'est très complique de sponsorise un projet.
      • politiquement c'est très difficile a justifier et donc cela est un énorme problème pour les crédits et les bourses de recherche.

      D'ailleurs c'est un des gros problèmes du libre (et de la recherche). Il est très facile d'acheter une licence Photoshop par exemple mais impossible de sponsoriser le développement de The Gimp ou encore il est très facile d'acheter Microsoft Office et impossible de sponsoriser OpenOffice.org/LibreOffice!

      Du coup il y a énormément d'argent qui part dans des entreprises passablement ennemie du libre au lieu de partir dans des projets qui serait dans l'optique, théorique, de l'université et de la diffusion des connaissances. Mais bon tout ça ce sont des problématiques qui sont uniquement politique et administrative qui sont devenus totalement débiles avec des visions a court terme voire à très court terme.

      • [^] # Re: Contributeurs académiques

        Posté par (page perso) . Évalué à -5.

        Il est tres facile d'acheter une licence Photoshop par exemple mais impossible de sponsoriser le developpement de The Gimp ou encore il est tres facile d'acheter Microsoft Office et impossible de sponsoriser OpenOffice.org/LibreOffice!

        Gni???
        Je ne sais pas spécifiquement pour ces projets libres, mais je connais pas mal de logiciels libres où il y a une tonne de consultants (indés ou boites) prêts à accepter ton fric pour faire du développement libre concernant ces logiciels (avec contrat et tout et tout, comme pour du proprio).

        Le libre n'est pas rempli que de personnes en faisant leur hobby et refusant des sous, au contraire. Libre ou proprio, c'est pareil : il y a des structures identiques en face pour contractualiser.
        Mauvaise excuse, trouver une autre excuse, pour ne pas participer à du libre.

        • [^] # Re: Contributeurs académiques

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          J'ai compris qu'il voulait dire qu'il est très facile de faire passer une dépense d'argent de l'employeur pour acheter Photoshope/MS Office mais pas pour faire un don à un projet libre.

          « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

        • [^] # Re: Contributeurs académiques

          Posté par . Évalué à 4.

          Je vois que tu n'as rien compris…

          ADMINISTRATIVEMENT pour un labo ou un institut de recherche c'est a peu pres impossible de sponsoriser le developpement d'un logiciel libre. Maintenant tu peux affirmer que cela n'est pas le cas. Dans ce cas la je te suggere d'ouvrir un sondage pour demander aux academiques ce qu'ils en pense. Qu'il y ait des personnes prets a accepter l'argent pour faire du boulot ca j'en suis sur que l'argent soit deblocable pour ce genre de chose c'est une autre histoire.

          • [^] # Re: Contributeurs académiques

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            OK, je n'avais peut-être pas compris : tu achètes juste une licence? Il me semblait que des partenariat avec Microsoft à l'INRIA, ça allait :
            http://www.msr-inria.inria.fr/

            Donc : pourquoi pas exactement la même chose avec une entité libre? Où est le problème administratif si on peut le faire avec Microsoft? Quelle différence?

            • [^] # Re: Contributeurs académiques

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              pourquoi pas exactement la même chose avec une entité libre? Où est le problème administratif si on peut le faire avec Microsoft? Quelle différence?

              Les différents directeurs pour lesquels opensource == gratuit donc on ne dépense pas de l'argent pour un truc gratuit.

              « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

              • [^] # Re: Contributeurs académiques

                Posté par . Évalué à 2.

                Exactement, je connais des insituts/entreprise ou ils sont pret a payer des licences Microsoft et VMware sans sourciller mais refuse de payer une licence RedHat et utilise CentOS a la place!

            • [^] # Re: Contributeurs académiques

              Posté par . Évalué à 2.

              Parceque tu prends encore une fois le probleme du mauvais cote. Dans le cas INRIA/Microsoft c'est Microsoft qui met de l'argent pour sponsoriser certaines recherches (Ce qui n'empeche absolument la meme entites d'acheter des licences Microsoft.)

              Donc oui une universite peut recevoir de l'argent d'une entite opensource mais c'est administrativement tres difficile que l'universite donne/paye/sponsor un projet opensource particulier car il n'existe pas de case pour cela.

              Putain je vois pas trop en quoi c'est complique a comprendre ce que je dis… et vu que au moins une personne a fait une tentative de traduction correct je crois que c'est comprehensible.

              • [^] # Re: Contributeurs académiques

                Posté par . Évalué à 4.

                Non c'est très simple, je crois que c'est tes contradicteurs qui ne comprennent pas. C'est un problème à la fois administratif et politique.

                Administratif parce que quand on achète une licence, on reçoit une facture, qu'on envoie à l'administration. Quand on fait un don à The Gimp, on n'a pas de facture.

                Politique parce que la principale source de financement des organismes de recherche est de l'argent public, et qu'on ne peut pas disposer de l'argent public comme ça, pouf je le donne ici ou là. Et quelque part, c'est normal. Un fonctionnement plus logique serait que les dons soient fait sur appel d'offre par un organisme compétent dans le soutien du développement du logiciel libre, par exemple. Les crédits donnés à l'INRIA, au CNRS, ou à n'importe quel organisme de recherche devraient donc être consacrés aux activités de l'organisme (malheureusement, y compris à l'achat de licences).

                Ceci dit, je pense qu'il n'est pas tout à fait exact de dire qu'un chercheur ne peut pas apporter du support aux projets libres. Il est tout à fait possible de contribuer en temps, en consacrant une partie de son temps (donc de son salaire) à la maintenance, à l'ajout de nouvelles fonctions, ou à la soumission de rapports de bugs. Les problèmes éventuels e licence sont beaucoup moins présents si les contributions sont mineures et qu'elles sont nécessairement sous licence libres (car incluses dans un code déja libre).

                • [^] # Re: Contributeurs académiques

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Administratif parce que quand on achète une licence, on reçoit une facture, qu'on envoie à l'administration. Quand on fait un don à The Gimp, on n'a pas de facture.

                  Je dois être trop idiot, mais j'envoie une facture aux instituts publics, y compris français, qui m'ont commandé des évolutions (qui a parlé de dons?) sur mon logiciel libre, et ils payent comme ils auraient acheté une licence proprio.

                  Le problème dans votre discours, c'est que je sais personnellement, pour l'avoir testé (mais malheureusement, non, vous ne saurez pas qui c'est, car bizarrement il y a une clause de confidentialité pour que je n'utilise pas leur nom à des fins publicitaires), je sais que c'est possible. Question de volonté (on m'a avoué que ça avait été quand même un peu dur de faire passer la chose en interne par rapport à une licence proprio plus facile à faire passer).

                  bref, j'ai pour moi la preuve que c'est possible. Question de volonté de l'institut (des personnes à l'intérieur).

                  Il y a quand même un sacré mélange : c'est 100% logique qu'un institut public ne balance pas son fric en don sans aucun retour, c'est 100% qu'il y ai une facture. Le monde du libre n'est pas composé que de bénévoles ne filant pas de factures. Qui peut payer une licence peut payer une évolution de logiciel libre, INRIA compris.

                  • [^] # Re: Contributeurs académiques

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Je crois que votre quiproquo vient du fait que l'un parle de don et l'autre de contrat/commande pour du de développement libre. Les deux n'ont rien à voir effectivement.

                    • [^] # Re: Contributeurs académiques

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 04/04/12 à 12:31.

                      Je crois que votre quiproquo vient du fait que l'un parle de don et l'autre de contrat/commande pour du de développement libre.

                      Je réagissais sur la phrase "Il est tres facile d'acheter une licence X (Proprio) par exemple mais impossible de sponsoriser le developpement de Y (libre)".

                      Sponsoriser != faire un don.
                      Tu peux sponsoriser en payant un développeur qui t'enverra une facture.
                      Quand on sponsorise, on a une facture et quelque chose en retour (généralement de la publicité pour sa boite, mais ça peut être une fonctionnalité codée)

                      Il est plus difficile d'acheter une licence qu'un développement, oui car les gens n'ont pas trop l'habitude (que ce soit un institut ou une entreprise privée, c'est pareil), mais pas impossible. Et administrativement, ben aucune différence, c'est un achat avec un bon de commande, j'en fait tous les mois.

                      La seule différence est la peur des gens sur le libre, le reste n'est qu’excuse : tant que tu peux acheter (si tu peux pas, c'est plus dur), tu peux sponsoriser un projet libre, le plus dur est de convaincre en interne que le libre n'est pas un truc horrible de méchants communistes (en réalité, ce qui fait le plus peur est la peur du manque de maintenance ensuite, mais le libre se professionnalise, voir RedHat etc).

                  • [^] # Re: Contributeurs académiques

                    Posté par . Évalué à 3.

                    SAuf que imaginons, tu veux deployer The Gimp sur 200 machines cela ne te coute pas un radis et que tu n'ais aucun desiderata specific pour des evolutions sur le logiciel. Tu vas m'expliquer comment tu justifie cela administrativement parlant de payer/sponsoriser pour The Gimp a la heuteur de 500 euros?

                    Alors que c'est ultra simple de justifier de depenser 200*1000 euros pour photoshop.

                    • [^] # Re: Contributeurs académiques

                      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                      Tu vas m'expliquer comment tu justifie cela administrativement parlant de payer/sponsoriser pour The Gimp a la heuteur de 500 euros?

                      Tu n'as aucune besoin, donc aucune raison de sponsoriser. On va pas balancer de l’argent par la fenêtre.

                      Alors que c'est ultra simple de justifier de depenser 200*1000 euros pour photosho

                      Faux. Va falloir prouver que ça apporte quelque chose par rapport à GIMP qui répond au même besoin pour 0€.

                      Il y a des fois des gens qui ne font pas attention aux dépenses, mais c'est pas la faute libre/pas libre, juste de l'incompétence des gens, et ça a sacrément tendance à disparaître comme façon de faire (même dans le public, on commence à regarder les dépenses, si si).

                      Bref, non, désolé, ça ne marche pas du tout comme ça. Tu peux trouver des gens pensant que si c'est cher c'est mieux, mais c'est une autre histoire (de personne), qui n'a rien à voir avec de l'administratif comme on a pu balancer au début de la discussion.

                      • [^] # Re: Contributeurs académiques

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Tu n'as aucune besoin, donc aucune raison de sponsoriser. On va pas balancer de l’argent par la fenêtre.

                        C'est ce qu'il dit, pas moyen de récompenser les développements passé et donc d'encourrager les développements futurs et comme tu ne sais pas ce que tu aura besoin d'ici 5 ans, ce n'est pas possible de prévoir les fonctionnalités. Quand tu payes pour Photoshop, tu ne paye pas pour une fonctionnalité mais pour le produit en l'état mais ça finance les développements futurs.

                        Faux. Va falloir prouver que ça apporte quelque chose par rapport à GIMP qui répond au même besoin pour 0€.

                        C'est justement ce qu'il dit, il n'y a pas besoin se décarcasser pour avoir Photoshop mais c'est très contraignant voir impossible de payer pour gimp.

                        « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                        • [^] # Re: Contributeurs académiques

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          C'est ce qu'il dit, pas moyen de récompenser les développements passé

                          Très bizarre comme logique : l’intérêt du libre, c'est de ne pas payer les développements passés, mais vous voulez payer pour des développements passés. Hum, ça fait plutôt penser qu'on veut appliquer la logique du proprio au libre. Ca ne marche effectivement pas, mais je dirai que c'est… Voulu.

                          Forcément, si on ne comprend pas le libre (ne pas payer pour des développements passés!), on ne risque pas de se comprendre.

                          C'est justement ce qu'il dit, il n'y a pas besoin se décarcasser pour avoir Photoshop mais c'est très contraignant voir impossible de payer pour gimp.

                          Euh… Dans le monde que je connais (y compris public), va falloir sacrément argumenter pour acheter Photoshop si GIMP répond au besoin. "pas besoin se décarcasser", je n'y crois pas une seconde, désolé.
                          Le problème n'est pas la (j'en ai déjà parlé dans un autre commentaire…)

                          • [^] # Re: Contributeurs académiques

                            Posté par . Évalué à 7.

                            Euh… Dans le monde que je connais (y compris public), va falloir sacrément argumenter pour acheter Photoshop si GIMP répond au besoin. "pas besoin se décarcasser", je n'y crois pas une seconde, désolé.

                            Mais bien sur que non il n'y a aucun probleme, The Gimp tu crois que les admnistratifs connaissent cela? Non. Photoshop? Bien sur d'ailleurs il y a plein de magazine qui en parle. Tu parles d'un monde que tu vois de l'autre cote de la barriere. JE sais comment cela fonctionne car j'y suis confronte TOUS LES JOURS. Me dire que c'est pas vrai est assez amusant dans ce cas la.

                            Autre exemple de debilitude de l'administration:

                            Tu es en vacances a wahinsgton, une reunion de derniere minute est mis en place dans cette ville le lendemain de ton depart. Tu dois y assister. Tu te renseigne pour changer tes billets d'avion de 2 jours. L'administration refuse de payer le changement de 200$ car c'etait un voyage personnel. Du coup que font ils? Ils prennent un aller retour a 2000 euros (dernier minute donc tres cher) Paris-Washington et toi tu te retrouves a faire un washington-Paris-Washington en 24heures. C'est intelligent non? Et bien c'est comme cela que ca fonctionne actuellement l'administration!

                            • [^] # Re: Contributeurs académiques

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                              Et bien c'est comme cela que ca fonctionne actuellement l'administration!

                              Je sais. Mais ça n'a rien à voir avec libre contre proprio.
                              Super, donc comme tu peux par argumenter que le libre est "différent", ben tu parles d'autres choses (que je ne conteste pas du tout)

                          • [^] # Re: Contributeurs académiques

                            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                            l’intérêt du libre, c'est de ne pas payer les développements passés,

                            D'où sors-tu ça? Pour moi, l'intérêt du libre, c'est d'avoir les sources et de pouvoir les modifier.

                            Hum, ça fait plutôt penser qu'on veut appliquer la logique du proprio au libre.

                            Mais si on a pas de fonctionnalités petites (parce que financer une grosses fonctionnalités dans l'état actuel des choses, parce que se mettre en commun avec d'autres administrations est la plupart du temps impensable) et précises pour le futur, il n'y a pas moyen de le financer alors?

                            « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                      • [^] # Re: Contributeurs académiques

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Tu n'as aucune besoin, donc aucune raison de sponsoriser. On va pas balancer de l’argent par la fenêtre.

                        C'est exactement le probleme merci d'avoir jouer.

                        Faux. Va falloir prouver que ça apporte quelque chose par rapport à GIMP qui répond au même besoin pour 0€.

                        Totalement faux et de tout de facon tellement facile a faire. Il n'y a auncun logiciel qui est 100% des capacites d'un autre donc tres facile de contourner cela.

                        Bref, non, désolé, ça ne marche pas du tout comme ça. Tu peux trouver des gens pensant que si c'est cher c'est mieux, mais c'est une autre histoire (de personne), qui n'a rien à voir avec de l'administratif comme on a pu balancer au début de la discussion.

                        On voit bien que tu n'est pas confronte a ce genre de probleme (contrairement a moi :) ).

                        • [^] # Re: Contributeurs académiques

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          C'est exactement le probleme merci d'avoir jouer.

                          Ah? Tiens… On parlait de sponsoriser, et comme ça merde, on parle maintenant de don. Encore heureux que ce n'est pas possible! On ne va pas dilapider l'argent du contribuable pour rien, chaque contribuable donne si il a envie.

                          Donc : on parle de sponsoring ou de don?
                          - Don : je ne dis rien, jsute que je trouve ça 100% normal
                          - Sponsoring : tu peux, faut arrêter avec les excuses bidon de bureaucratie.

                          Totalement faux et de tout de facon tellement facile a faire. Il n'y a auncun logiciel qui est 100% des capacites d'un autre donc tres facile de contourner cela.

                          Donc tu as une raison de sponsoriser GIMP pour qu'il fasse la fonctionnalité manquante. A toi de démontrer que ce sera moins cher avec GIMP qu'avec Photoshop (c'est le libre).

                          Encore raté.

                          On voit bien que tu n'est pas confronte a ce genre de probleme (contrairement a moi :) ).

                          Comme déjà dit, j'ai déjà eu l'occasion de tester, et j'ai été payé pour ça. Ce qui veut dire que la personne en face a bien réussi à faire valider la chose…

                          bref : si, tu peux. Faut par contre montrer que c'est plus rentable que le proprio. Les instituts ne sont pas des intégristes libristes, il faut leur montrer que c'est rentable pour elles. Comme pour les entreprises privées. Faut arrêter de croire que parce que c'est un truc public, c'est plus horrible que le privé. C'est pareil, tout ce que tu dis s'applique au privé aussi.

                          • [^] # Re: Contributeurs académiques

                            Posté par . Évalué à -2.

                            A toi de démontrer que ce sera moins cher avec GIMP qu'avec Photoshop (c'est le libre).

                            Mais quelle merde ce Photoshop on peut pas faire de script en python/scheme ou ce que tu veux.
                            T'es con ou tu fais expres? (la franchement j'hesite). Montre moi deux logiciels qui sont dans la meme branche qui ont exactement les memes caracteristiques, fonctions pas une en plus pas une en moins l'un de l'autre. Meme deux logiciels proprios. Je ne sais pas pourquoi je soupconne que tu vas avoir du mal… Du coup ca montre bien qu'il est excessivement facile de contourner la regle et c'est ce que font toutes les administrations (prives ou public) pour contourner les contrats globaux.

                            C'est pareil, tout ce que tu dis s'applique au privé aussi.

                            Ah tiens le prive n'a pas d'administratif? C'est un truc que je viens d'apprendre ici.

                            Faut par contre montrer que c'est plus rentable que le proprio. Les instituts ne sont pas des intégristes libristes, il faut leur montrer que c'est rentable pour elles.

                            Ah ah ah tu as oublie de te reveiller ce matin? Le cerveau a pris des vacances? Parceque soit franchement tu es les seuls a ne pas comprendre la problematique que j'ai souleve. Le seul!

    • [^] # Re: Contributeurs académiques

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Il y a aussi l'inadéquation entre les travaux de recherche et la pratique. Si un FS révolutionnaire est créé (si c'est révolutionnaire, il s’appellera iFS), mais il ne s'intègre peut-être pas facilement avec la couche VFS du noyau, ou l'intégration avec cette couche le rend beaucoup moins révolutionnaire. Ce n'est pas pour ça que le travail est inutile, d'autres peuvent s'en inspirer pour améliorer l'existant mais ça n'est pas intégrable en l'état.

      « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

      • [^] # Re: Contributeurs académiques

        Posté par . Évalué à 2.

        Je pense que Linus n'est pas très ouvert sur tout ce qui est magique et révolutionnaire.

        Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

    • [^] # Re: Contributeurs académiques

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Linux est quand même un projet industriel. C'est normal que les chercheurs aient peu de participation car la recherche se mélange mal avec les contraintes d'un projet industriel opérationnel comme Linux.

      Faire de la recherche, c'est expérimenter, faire des trucs qui marchent pas et voir ce que ça donne, etc etc. Tout ça va pas de paire avec un noyau hyper stable dans toute les conditions possibles.

  • # pas assez rigolo ton titre

    Posté par . Évalué à 7.

    sur /. c'est bien plus amusant le titre que le gars de microsoft a mis a son "article".

    Microsoft Counted As Key Linux Contributor

    Comme si le kernel linux ne pouvait pas vivre sa vie sans le module de virtualisation Microsoft… Tres amusant je trouve.

    Vu les offres de virtualisations fondes sur Linux le fait d'inclure ce code dans le systeme Linux est une necessite pour Microsoft.

    Mais ca doit lui donner de l'urticaire au gros singe de voir du code GPL sortir de Redmond :)

    • [^] # Re: pas assez rigolo ton titre

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Vu les offres de virtualisations fondes sur Linux le fait d'inclure ce code dans le systeme Linux est une necessite pour Microsoft.

      C'est clair.
      Je suis curieux de voir les contributions de Microsoft non liées à ce travail d'intégration de leur solution de virtualisation Hyper-V. A mon avis il n'y en a pas.
      L'année 2011 (celle qui est résumée dans ce rapport) est assez exceptionnelle parce que c'est l'année ou Microsoft à fait un gros effort pour terminer leur pilote Hyper-V.

      Je prends le pari que le classement de la firme de Redmond va redescendre dans les abysses les prochaines années.

      • [^] # Re: pas assez rigolo ton titre

        Posté par . Évalué à 6.

        Ca c'est clair mais bon pour une fois on ne peut pas leur reprocher de jouer le jeu. Ils ont developpe enfin la c'est surtout ils ont recode proprement (apres de gros coup de pieds au cul) un truc qui leur sert mais cela c'est exactement ce que demande Linus. Il n'y a rien a redire. Ce qui est penible ce sont les journaleux et les gars paye par Microsoft qui veulent faire croire que Linux ne pourrait pas exister (ou presque) sans cette boite. Le terme de key contributor en est bien symptomatique. On peut remarquer aussi que lors de l'introduction de ce code dans le kernel ils avaient sorti le meme type d'article et de remarque. Ca fait donc deux fois que cette boite est un "gros" contributeurs mais en realite cela fait juste une fois car c'est deux fois le meme code.

      • [^] # Re: pas assez rigolo ton titre

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je suis curieux de voir les contributions de Microsoft non liées à ce travail d'intégration de leur solution de virtualisation Hyper-V. A mon avis il n'y en a pas.

        Comme pour les autres. Toutes les boîtes qui contribuent au noyau le font pour améliorer leurs solutions et pas par altruisme.

  • # pour la première fois en place 17 ? Pour l'année entière alors, pas juste les derniers mois

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Microsoft proposed a total of 361 changes to the Linux kernel, putting it in seventh place on the list of companies contributing the most to the kernel. To give you an idea - Red Hat provided 1000 changes, and Intel 839. Independent developers contributed 1085 change sets.
    
    

    en juillet 2011 http://www.osnews.com/story/24960/Microsoft_Contributes_361_Changes_to_Linux_3_0

  • # Il faut lutter contre les sociétés parasites

    Posté par . Évalué à 0.

    Pour mémoire, Richard Stallman avait qualifié de parasite la société Caldera, qui pompait le boulot des contributeurs en faisant une distribution sans contribuer elle-même.

    En tant que grand visionnaire, M. Stallman savait que Caldera (devenue SCO) allait ternir l'image de marque de Linux avec des procédés discutables.

    La même chose risque de se passer avec Apple et Canonical : on pompe, on fait des projets pour soit, on ne contribue en rien et on tire les lauriers.

    Franchement, ça ne m'étonnerait pas que Canonical ou Apple réclame la paternité de Linux dans quelques années.

    Soutenez les sociétés qui contribuent à Linux. Achetez du Redhat ou du SuSE dans vos entreprises, utilisez OpenSuSE ou Fedora chez vous et laissez tomber les sociétés parasites qui ne méritent même pas d'être nommées !

  • # Problème de lecture

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Machin est 17ème contributeur… rien de sacré, je ne comprends pas pourquoi on en parle.

    De toute façon, Machin n'avait pas le choix, mais ce n'est pas une raison d'en faire un plat

    Rien de bouleversant.

    A+

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.