Baptiste SIMON a écrit 613 commentaires

  • [^] # Re: Encore une alternative libre

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche RGPD et logiciels libres pour accompagner les mises en conformité. Évalué à 3.

    MONARC semble très très intéressant en effet. Le "diff" d'importance semble être son orientation plus ISO30001 (ou je ne sais plus laquelle est basée sécurité du SI) que RGPD, ce qui ne le rend réellement utilisable pour le RGPD qu'à un public bien averti… et comme le DPO ne peut être issu de la DSI…

    Merci en tous cas du lien, j'étais passé à côté et ça pourrait servir en interne à mon entreprise à d'autres fins.

  • # Vente en Ligne

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Version 2.11 de la billetterie e‐venement. Évalué à 2.

    On notera en particulier l’apparition de la vente en ligne.

    La Vente en Ligne est déjà présente depuis la version 1 d'e-venement… Il s'agit plus là d'une nouvelle mouture de la vente en ligne, passant par une API Rest et permettant le développement de front-ends très spécifiques.

    En tout cas bon boulot et belle annonce.

  • [^] # Re: Lien mort

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Faut-il renoncer à se rétribuer quand on produit un bien commun ?. Évalué à 1.

    c'est publié… mais je préviens, ça n'apporte rien de bcp plus intéressant.

  • [^] # Re: Salade composée

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Faut-il renoncer à se rétribuer quand on produit un bien commun ?. Évalué à 1.

    il est aussi question de vie… et autant je suis radicalement opposé aux brevets logiciels, autant je ne peux me résoudre à les mettre sur le même exact plan que les brevets sur le vivant. cependant, il s'agit bien du même soubassement idéologique et, donc, d'un même rapport de force.

  • [^] # Re: Lien mort

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Faut-il renoncer à se rétribuer quand on produit un bien commun ?. Évalué à 1.

    je crois que c'est en cours de publication…. ;)

  • [^] # Re: Salade composée

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Faut-il renoncer à se rétribuer quand on produit un bien commun ?. Évalué à 2.

    Y a-t-il une définition des « biens communs » autre que « l'ensemble des activités que moi, militant, je voudrais faire sortir du régime capitaliste de production » ?

    Je n'ai vraiment pas la science infuse… mais je distinguerai 4 types de propriétés (et vraiment vraiment, ce n'est pas un troll, et on peut y arriver à ne pas glisser à chaque fois, j'en suis sûr):

    • bien privé (appartient à une personne)
    • bien collectif (appartient à un groupe particulier)
    • bien public (appartient à tous, sans distinction, et est géré par une institution)
    • bien commun (n'appartient à personne)

    Évidemment dans le cas de l'open source / ll / etc. la question de la propriété privée n'est pas absoute ou ignorée. Elle est juste dépassée par la question de l'usage du-dit bien, qui est alors ouvert au plus large et au plus grand nombre. André Gorz (par exemple), considérait les logiciels libres comme biens communs au même titre que l'air, l'eau, les semences, la culture du quotidien, les formules de maths…

  • [^] # Re: Salade composée

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Faut-il renoncer à se rétribuer quand on produit un bien commun ?. Évalué à 1.

     Heu… Et donc, tu penses quoi ? La phrase n'est pas terminée.

    Ahaha tu as raison !! Je me suis relu et je n'ai mm pas fait gaffe en sentant arriver les troll en plein sous le vent… ;c)

    Je pense donc que cette rencontre peut s'avérer passionnante… croisant des domaines à la fois très semblables et très différents : de producteurs de semences non breuvetées, reproduisibles à l'infini sans royalties, etc. ; des gens qui font de la conception dans le sens du libre ; des gens qui façonnent la matière en s'appuyant sur des libertés que nous connaissons bien…

    Donc les artisans semenciers (souvent ce sont des sociétés) produisent parfois, mais toujours sélectionnent ("développent"), permettent la reproduction de qualité, commercialisent et défendent des graines non propriétaires, sans brevets, … dites "population". Et cela en étant souvent hors la loi et donc en risquant de voir s'effondrer leur outil de travail. Si tu vois Monsanto, eh bien pense exactement au diamètre opposé.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Semence_paysanne

  • [^] # Re: Tristes commentateurs

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 0.

    La question est juste (si ce n'est que je ne partage pas le point de vue sur le caractère "pseudo-sarcastique" de ces commentaires), mais entre ça et disposer d'un compte pour mouler en distillant de la confusion idéologique et tirer des conclusions digne des meilleurs syllogismes, je ne sais pas ce que je préfère…

    Si l'on cite RMS, certains en déduisent que la personne qui écrit ça est pro-GPL… Déjà je ne vois pas le problème (d'être pro-GPL, tout comme je n'en vois d'évident si on est pro MIT, BSD, Apache ou autre) mais en plus c'est faux ! Nous participons à, et déployons nombre de technos sous licence "copyfree"… C'est en soit la démonstration qu'il s'agit d'une certaine forme de confusion de style syllogistique…

  • [^] # Re: Mélange des genres

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à -4.

    et le choix d'une licence un choix apolitique…

  • [^] # Re: Tristes commentateurs

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à -1.

    clair…

  • [^] # Re: Tristes commentateurs

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 4.

    contre le libre sous couvert de vouloir aider le libre.

    ?? Le Synpell vise à défendre les intérêts de professionnels du libre et de l'open source, intérêts qui pour le moment ne sont pas défendus de manière suffisamment solide pour nous… ?? Ensuite, nous essayons de faire porter nos intérêts particuliers au-delà, et si cela peut "aider le libre" (expression que j'ai du mal à comprendre) tant mieux… enfin, sans doute ??

     Note que par exemple je suis contre l'Etat d'urgence et j'en ai même écrit un journal contrairement à toi, mais je verrai une association comme la tienne à l'opposé du libre si elle est contre l'Etat d'urgence, car je sais faire la différence entre mes différentes idées : une association libriste qui rejetterai un militant de l'état d'urgence ne mérite pas la dénomination de libriste bien que je sois contre l'état d'urgence, car… Ca n'a absolument rien à voir.

    un journal politique écrit sur DLFP ?
    en tout cas ça cafouille dans le coin…
    ou alors c'est qu'effectivement il faut prendre un peu de recul sur "politique" et "parti politique". moi je fais de la politique tous les jours dans mon métier, et ça ne s'apparente en rien à ce que peuvent raconter les politiciens… et cette politique n'a en rien la prétention de propulser des gens à des élections. peut-être faut-il revoir les classiques grecs pour comprendre ce qu'est la politique (moi inclus) ?

    Si tu veux aider, repose-toi, relis, comprend comment tu opposes les libristes entre eux, et accepte d'ouvrir ton association au libre (et pas qu'à une partie du libre)

    ?? ce n'est pas une association ??
    c'est un syndicat professionnel.
    je ne veux pas "aider", ma société a des intérêts à défendre, et a la prétention d'en partager avec d'autres professionnels au sein d'un syndicat pro, le Synpell.

    Si tu n'es pas prêt à accepter toute la diversité du libre, si tu rejettes des libristes pas en phases avec des idées qui n'ont rien à voir avec le libre, tu n'es pas prêt à bâtir une association militante du libre.

    oulalala, mais tu sors ça d'où ?? lol
    bon ben je vais vraiment nous relire… pour qu'un lecteur puisse n'y rien comprendre à ce point, j'en suis vraiment désolé.

    Imagine une association libriste réservée aux hommes blancs. Ca te choque? C'est le genre de ségrégation que tu fais dans ton association, puis est triste que des femmes noires libristes n'apprécient pas.

    point Godwin… sorry mate: là ça dérape.

  • # Tristes commentateurs

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 8.

    Bonjour,

    À lire les messages ici présents je trouve que bcp m'inspirent de la tristesse. Heureusement que j'ai un boulot, que je n'y produits que du libre/opensource, que nous y avons des enjeux qui dépassent de loin ce que je lis ici… Sinon j'aurais pris un sacré coup personnel au moral.

    Nous autres, les moules de DLFP, ne savons-nous pas faire mieux que descendre les initiatives ? Nous cristalliser sur RMS ou l'OpenSource ? Nous amuser / nous écharper sur des conceptions contre-culturelles ?

    Ne voyons-nous pas que nous avons un grand pas à faire, qui est largement à notre portée, pour que plus de professionnels puissent manger, vivre, se loger, s'amuser, sortir la tête de l'ordi… ? Je ne dis pas que toi, lecteur, tu n'es pas parfait ; je ne remets pas en cause une miette de cette potentielle illusion qui te fait encore tenir debout (tu aurais p-e trop à perdre sans)… Mais je vois juste un paquet d'entre-nous (moi inclus) avoir du mal à passer, par exemple, l'étape de la parentalité ou de tenir un couple faute d'avoir penser son travail et ses outils de travail. Et franchement ce constat ne me satisfait pas… Et franchement ça fait bien longtemps que je peine à trouver des initiatives en ce sens.

    Je suis donc persuadé que cela nous ferait le plus grand bien de relever le niveau, de regarder devant nous humblement et d'avoir l'audace de s'organiser… et certes, ça ne sera pas parfait, la perfection n'est d'ailleurs absolument pas un objectif.

  • [^] # Re: Mélange des genres

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 9.

    Le monde syndical est pourri par cette collusion syndicalisme/politique, je ne vois pas tellement ce qu'il y a de nouveau à offrir de nouveau une telle vision.

    Quand je vois que, par exemple, le Syndicat Professionnel des Récoltants d'Algues de Rives a gagné un combat d'intérêt général (la préservation de la ressource en algues du littoral Français) parce qu'il concentrait les forces des professionnels du secteur… et que maintenant ils sont à la source des réglementations concernant la gestion des ressources… je me dis qu'il est temps d'avoir un syndicat professionnel dans le libre. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

    C'est en tout cas un outil qui n'existe pas quand il s'agit de travailler sur une loi de finance qui a failli rendre illégal l'usage de tout logiciel libre/OpenSource en compta/encaissements/ventes (y compris en ligne)… Heureusement qu'il y a eu des initiatives individuelles, mais je pense qu'elles auraient eu beaucoup plus de force et de sens si ces initiatives avaient été collectives (et là, l'APRIL s'est déclarée incompétente en tant qu'organisation, ce que je trouve tout à fait respectable).

    on flirte allègrement avec la théorie du complot

    Quand on parle d'enfermer des personnes hors de l'état de droit, quand une grande majorité des moins âgés suivent l'information guidés par des algorithmes, quand l'utilisation de données privées est source de la plus grande exploitation de richesses du siècle, quand édicter des fausses-vérités sert à gagner des élections majeures… je ne pense pas qu'il s'agisse de complot. il s'agit alors bien d'un rapport tragique au réel.

    Là où être éditeur de logiciel libre c'est proposer des outils permettant à nos clients de s'approprier leurs données, leurs richesses, leurs processus de production et d'information… il ne s'agit vraiment pas de théorie du complot, surtout quand c'est un des arguments principaux de nos clients pour signer avec nous, et donc de faire croûter les professionnels qui mettent de l'énergie et du temps pour réaliser leurs commandes.

  • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 4.

    et il arrive que, parfois, tu ne choisisses pas vraiment une licence…

  • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 2.

    Faudrait se décider : vous êtes libristes ou RMSiste?

    Tiens j'en avais oublié celle-là…
    Nous sommes agnostiques. ;c)

  • [^] # Re: intéressant

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 9.

    Je ne suis pas un pro droit du travail et tout ça, pouvons-nous en savoir plus sur le cheminement qui a amené à cette démarche ?

    Deux choses concomitantes l'an dernier :
    * Le projet de loi de finance 2017 qui risquait de rendre illégal tout logiciel gérant des commandes, des factures ou des recettes, publié sous licence libre
    * Un marché public citant Microsoft (c'est illégal)

    Dans les deux cas, le fait d'avoir été une organisation professionnelle nous a permis une audience certaine. Le marché public a été annulé par le Conseil Municipal en question après avoir introduit "nous avons été alertés par les professionnels éditeurs de logiciels libres, et nous les en remercions"… Alors que le GUL local était sur la question depuis plus longtemps, le fait d'avoir été des professionnels a marqué davantage (même si le boulot du GUL a été très précieux).

    Pourquoi ne vous inscrivez-vous pas dans une démarche avec les structures existantes genre April ?

    Nos adhérents sont globalement adhérents également de l'APRIL.
    Cependant l'APRIL n'a pas pour objectif une représentativité des professionnels du libre, mais du libre en général. D'un point de vue de la société, cela change le point de vue à la fois de ceux qui parlent et de ceux qui entendent le message. Et nous (professionnels du libre, au moins modestement ceux qui se retrouve dans le Synpell) avons besoin de défendre nos intérêts particuliers qui, parfois et par extension, sont des intérêts généraux. C'est là tout l'objet d'un syndicat (et ce n'est pas forcément le cas d'une asso).

    Papotter entre copain c'est bien :-), mais y-a-t-il un objectif affiché ? Avez-vous des objectifs de représentativité aux seins d'entreprise genre SSII ?

    Oui l'objectif de peser dans notre monde (et certainement pas de papotter, au prix de l'heure, ça ne serait pas envisageable, j'ai envie d'avoir des vacances, des soirées et de vrais WE), d'infléchir des politiques publiques, de se renforcer entre membres, de se dotter d'outils administratifs, de communication, politiques, etc. que nous ne pourrions avoir qu'en se regroupant.

    La représentativité au sein des SSII ne peut pas être un objectif, car un Syndicat Professionnel (du moins celui-là) a pour essence d'agréger des sociétés/des entreprises, pas des individus. Il ne s'agit pas, en cela, d'un Syndicat au sens CGT/UNSA/etc., qui eux sont des Syndicats de salariés.

  • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

    Posté par (page perso) . En réponse au journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga. Évalué à 4. Dernière modification le 28/11/16 à 10:18.

    Et toi tu rassembles quoi, qui ? Et tu portes comment tes intérêts professionnels dans la société, autrement qu'en mode far-west avec tes flingues ?

    Ici le but c'est justement de ne pas tomber dans une caricature de Le Bon, La Brute et Le Truand… mais bien de faire ensemble. A priori, "ensemble" / "organisation" n'est pas un terme commun professionnellement dans le libre, du moins quand je lis ça. C'est justement l'intention originelle de se constituer en Syndicat Professionnel.

    J'en profite juste pour m'amuser un peu:

    La gestion des ressources humaines (conseils sur les salaires, droits, devoirs, convention collective…) et la sécurisation sociale

    Rien à voir avec le libre

    Certainement, et ce n'était pas le but… Il s'agit là d'une question professionnelle, et rien que cela.

    politique anti-démocratique (…) a l’ambition de gouverner nos choix

    populisme détecté, à coup de phrases générique passe-partout.

    Par ce que pour toi, assigner des gens à résidence c'est juste une phrase générique ?
    Par ce que pour toi, filtrer et mettre en avant un certain type d'information, ou du moins faire confiance à des algorithmes déterministes, c'est un concept générique ?
    Allez, on est des libristes non, on ne nous la fait pas ;c)

    nous souhaitons échanger entre libristes pour partager nos problématiques pratiques dans l'optique que chacun et tous montent en compétences.

    Pas compris : le libre est neutre politiquement, la il semble que seuls une partie des libristes est acceptée (par exemple les libristes pro état d'urgence, les libristes pro concentration des données etc), vous voulez représenter les libristes ou certains libristes?

    Ce n'est pas pk le libre est neutre politiquement (au sens des partis politiques) qu'il est neutre au niveau de la société… Et ce n'est pas parce que bcp d'espaces autour du libre refusent de parler politique qu'il convient de s'aligner… Nous sommes libres quand même, non ?

    Bref, ça n'élève vraiment pas le débat sur le bouchot LinuxFR…

  • [^] # Re: Si ce n'est pas gratuit...

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Séminaire de réarmement intellectuel et technique sur le "Big Data". Évalué à 1. Dernière modification le 16/09/16 à 15:54.

    Débourser 300€ pour entendre ce que nous, les lecteurs habituels de Linuxfr, savons depuis longtemps, ça peut paraitre cher.

    Et d'ailleurs j'y pense… Pierre, vous pensez aux autres lecteurs que ceux habitués de LinuxFR ou aux personnes non habituées à LinuxFR que les habitués à LinuxFR pourraient savoir intéressés ? Parce que oui, le monde tourne aussi en dehors des habitués des logiciels libres, et de LinuxFR… et même que parfois, les habitués de LinuxFR sont en contact avec ce monde… parfois…

  • [^] # Re: Ah oui, quand même

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Séminaire de réarmement intellectuel et technique sur le "Big Data". Évalué à 5.

    300 € par participant !

    Le prix de la R&D nécessaire à la préparation du fond.
    Le prix de l'organisation (salles, déplacements, temps de travail).
    Le prix du temps de travail des professionnels qui catalyseront la construction collective qui aura lieu dans ces deux jours.

    Et encore, même à 15 participants, les organisateurs en auront pour un bon billet de leur poche (pour le moment entre 2500€ et 5000€), qu'ils essaieront d'absorber en réitérant l'expérience.

    Si un logiciel n'a pas de prix, le travail lui en a un…

  • [^] # Re: Si ce n'est pas gratuit...

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Séminaire de réarmement intellectuel et technique sur le "Big Data". Évalué à 3.

    Débourser 300€ pour entendre ce que nous, les lecteurs habituels de Linuxfr, savons depuis longtemps, ça peut paraitre cher.

    L'idée du séminaire n'est pas d'avoir des "stagiaires" qui écoutent des "profs", mais bien de construire ensemble…

    Ensuite, je ne crois pas dans le principe d'avant-garde, que cela s'applique à LinuxFr ou à n'importe quoi d'autre, y compris aux organisateurs de ce séminaire. ;c)

  • [^] # Re: Et la sécurité dans tout ça?

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche EveConnector, connectez des applications SaaS aux périphériques des postes clients. Évalué à 1.

    C'est à peu près ce que nous avons fait.
    Il est possible de l'implémenter dans un mini-serveur (ex: raspberry), mais également sur une station de travail "localhost"… Le déploiement est aussi flexible que notre imagination ensuite…

  • [^] # Re: pyWebDriver

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche EveConnector, connectez des applications SaaS aux périphériques des postes clients. Évalué à 2.

    Aaah le voilà le module de Odoo pour faire ça… on l'a un peu cherché et jamais trouvé !! :c)
    Chouette de voir comment ils ont fait ça.

    On me confirme donc que l'impression "directe", par exemple, dépend du paramétrage du driver installé localement ? Et sous MSWindows, il se passerait quoi ? L'ouverture d'une boîte de dialogue pour confirmer l'impression, le périphérique, etc… ?

    D'ailleurs, j'ai un doute, je crois pas qu'il soit porté sous MSWindows si ?
    En tout cas, sauf au mieux s'il peut remplacer le EveConnector, on va y jeter un œil attentif pour voir comment s'inspirer de ses meilleures parties !!

  • [^] # Re: Et la sécurité dans tout ça?

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche EveConnector, connectez des applications SaaS aux périphériques des postes clients. Évalué à 4.

    Oui (sur nos essais) le navigateur est toujours au vert… à condition de passer sur du wss:// (WebSocket over SSL)…

    Par contre, si le certificat du EveConnector n'est pas valide (ce qui, je suppose, sera le cas dans 99% des usages), alors il faut forcer l'acceptation du certificat avant le premier usage du EveConnector "en vrai", en allant simplement sur la page http://localhost:MONPORT/ et en acceptant l'exception de sécurité.

    Après il tient à qui de droit de mettre en place un certificat valide…

  • [^] # Re: Et la sécurité dans tout ça?

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche EveConnector, connectez des applications SaaS aux périphériques des postes clients. Évalué à 2.

    Donc on installe un truc pour utiliser un client léger qui a pour but de ne pas installer un truc. > Ca se mord la queue? Oui :).

    Moi je comprends qu'il n'y a aucune logique métier à installer… donc on ne perd rien de la flexibilité, de la maintenabilité, de la scalabilité d'une solution SaaS avec cette techno. C'est en ça que c'est chouette.

    Ils ont juste contourné la "sandbox" du navigateur qui les faisait chier.

    La sandbox est ok pour laisser passer du WebSocket… donc ça la contourne car elle le permet.

    Ensuite, si le but est de faire du site web, je comprends ton scepticisme, mais qui a un jour été confronté à l'édition de logiciels métiers en SaaS pourra sans doute voir là une opportunité indéniable : il n'y a rien de métier à maintenir sur les postes clients, il n'y a pas de driver à mettre à jour en local, il n'y a pas de risque de mauvaise configuration des postes…

    M'enfin, si on n'aime pas le principe et qu'on n'amène rien de constructif pour répondre à la problématique qui est soulevée ici, entendre des dents grincer ne m'étonne pas ;c)

  • [^] # Re: Et la sécurité dans tout ça?

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche EveConnector, connectez des applications SaaS aux périphériques des postes clients. Évalué à 3.

    mmmmm je ne crois pas …
    mais je n'ai pas fait de LTSP depuis… 2003.

    LTSP ce n'est pas du client léger au sens du SaaS. Il y a qd mm une partie de l'OS qui tourne sur la machine locale, qui accède au matériel, non ?

    Ici c'est vraiment que la partie logicielle "client" est à l'intérieur d'un navigateur web, présenté avec les mêmes autorisations qu'une page web lambda d'un point de vue du navigateur.