• # Pas de soucis, Perl se réincarnera…

    Posté par (page perso) . Évalué à 9 (+7/-0).

    Du moins, c'est la seule explication que je trouve pour qu'il soit encore vivant après toutes les fois où j'ai lu qu'il était mort :-)

    Après, plus sérieusement, je trouve ce genre d'articles un peu naïfs, parce qu'ils ne définissent pas vraiment ce qu'ils entendent par « disparaître ». Des langages bien moins connus comme Tcl/Tk, au point que personne ne pense même à prévoir leur mort, seront toujours là en 2023 : sont-ils considérés déjà disparus selon ces critères non spécifiés ? Parce que si ça, c'est disparaître, c'est à relativiser, ça veut juste dire que les occasions de faire des sous avec en se faisant employer sont limitées (mais existantes si on veut vraiment, même pour Tcl/Tk) et qu'ils ont peu ou pas d'avenir dans l'Éducation. Pour le reste, du nouveau code en Tcl, il y en a tous les jours… et en Perl il y en a carrément un paquet, rien que dans ce qui est publié sur cpan.

    • [^] # Re: Pas de soucis, Perl se réincarnera…

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      Oui c'est tout à fait vrai, mais cette perception (car ce n'est juste que ça) va beaucoup influer sur le choix du langage des nouveaux projets. Que tu ais une niche qui fasse toujours des anciens langages est normal (un langage ne disparaît pas), mais sans un minimum d'activité, il n'a plus aucun intérêt pour le monde extérieur à cette niche.
      Mais c'est pas forcément "mal", la niche sera très contente avec son outil, et le reste se fichera bien de ce qui se passe dedans.

      • [^] # Re: Pas de soucis, Perl se réincarnera…

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

        Dans cette perception, on oublie aussi que, ce n'est pas tant Perl, Ruby ou Tcl qui deviennent inactifs ou moins intéressants, mais Python qui est devenu extrêmement actif, de même que Java l'a été à une époque — et continue relativement à l'être. Comme le panorama des langages s'est diversifié avec plein de nouveaux langages et que, de plus, le monde du développement est beaucoup plus conséquent qu'il y a quinze ans, en proportion, un même degré d'activité a l'air beaucoup moins vivant qu'avant.

        En gros, le monde de la programmation est tellement vivant de nos jours, qu'un langage peut être vivant et relativement inconnu à la fois, ce qui n'était pas autant le cas il y a une trentaine d'années. Je trouve, personnellement, que c'est plutôt une bonne chose.

  • # Une distribution Linux sans Perl ?

    Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

    Est-ce que vous connaissez une distribution Linux sans Perl ?
    Perl est inclus dans les paquets(<100) à installer pour Linux From Scratch; et je ne parle même pas des distributions "fonctionnelles". Cela ne fait pas longtemps que Arch Linux s'est débarrassé de la dépendance à Perl pour le paquet base. Perl est aussi fortement lié à Git.

    Bref, Perl va encore exister pour un moment.

    • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      J'ai par contre été très surpris par « Par exemple, l'exécutable [de Perl] ne fonctionne pas sous les dernières versions de Windows ou Ubuntu pour quelque raison que ce soit. Le compilateur ne fonctionne plus non plus, a écrit The HFT Guy. » N'ayant ni l'un ni l'autre je ne peux pas tester.

      « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

      • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

        Ils disent le « compilateur » non plus, alors que Perl dispose uniquement d'un interpréteur.

        Deux possibilités : soit il manque du contexte plus spécifique (par exemple ils parlent de problèmes de portabilité avec un module spécifique), soit c'est juste complètement incorrect. Je penche plutôt pour la deuxième possibilité vu le côté vague du truc, le fait que j'en ai jamais entendu parler et leur mention du soi-disant compilateur, comme s'il s'agissait de quelque chose de différent que l'exécutable de l'interpréteur.

        Perl est un des langages les plus portables : écrit dans du simple C portable, simple interpréteur (donc sans les soucis potentiels de la génération de code avec les JIT), gérant des trucs parmi les plus démodés comme EBCDIC (alternative d'ASCII). Ça marche partout sauf peut-être dans certains systèmes embarqués exotiques.

      • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

        Posté par . Évalué à 8 (+8/-1).

        Attention aux articles de Developpez.com qui sont souvent écrits rapidement, sans relecture et traduits à la va-vite à coups de Google Traduction. Mieux vaut lire l'article original Perl is dying quick. Could be extinct by 2023.

        La phrase originale est la suivante :

        All unmaintained software “decay”, because of hardware and software evolution, up to a point where it “suddenly” stops working and it’s “unfixable”. For example, the executable doesn’t run on Windows 12 or Ubuntu 24 for whatever reason, looking into it, turns out the compiler doesn’t run anymore either, ouch.

        Je suppose que le gars parle en général et pas spécialement de l'interpréteur perl. Cela montre une méconnaissance profonde de GNU/Linux. Ce genre de situation ne devrait pas arriver sur Ubuntu ou Debian, puisque tous les logiciels sont recompilés à chaque version.

        Le gars dit aussi qu'Apple ne fournirait plus Perl, Python et Ruby dans les prochaines versions de macOS (quel est le rapport avec la mort de Perl en 2023 ?) et que Red Hat n'allait pas fournir Python par défaut dans RHEL 8 (cherchez le rapport avec la mort de Perl en 2023). En fait dans Red Hat Enterprise Linux 8, Python 3.6 est la version par défaut. Mais Python 2 reste disponible dans RHEL 8. On voit que le gars ne sait pas de quoi il parle.

        Est-ce que le gars est prêt à parier toutes ses économies que Perl disparaîtra en 2023 ? Je n'y crois pas une seconde. Juste un article piège à clics sans grand intérêt.

        • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 10/10/19 à 01:09.

          En effet, c’est mieux de lire l’article original ;)
          L’auteur dit que « si on regarde les projections de mesure de popularité XXX, Perl pourrait être mort en 2023 », en précisant qu’un langage mort est un langage dont la popularité est insignifiante par rapport à son pic.

          Il donne toute une série de signes négatifs sur la popularité de Perl : sa baisse quelle que soit la mesure (Google Trends, entre autres). Son éviction de l’OS desktop qui le fournissait d’office le plus populaire (macOS) peut difficilement être un bon signe : ça veut dire que les utilitaires système qui étaient en Perl (et qui sont souvent proches de ceux sur Linux ou BSD) ont été refaits en d’autres langages.

          Il dit que RHEL8 n’aura plus Python (2 ?) d’installé d’office (pas qu’il ne sera plus disponible !), et ça sera peut-être également le cas de Perl plus tard.

          • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

            Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

            Il dit que RHEL8 n’aura plus Python (2 ?) d’installé d’office (pas qu’il ne sera plus disponible !), et ça sera peut-être également le cas de Perl plus tard.

            Perl est particulièrement populaire en administration système où il est utilisé pour faire des scripts shell en mieux. On peut le voir dans la communauté des mongueurs de perl une partie non négligeable de leur publication est dans ce domaine. On peut le voir aussi avec les agents et plugins nagios. Il ne sera peut être pas installé par défaut, mais je doute qu'il ne soit pas assez rapidement réinstallé par les admin au moins sur les serveurs RedHat :)

            Il donne toute une série de signes négatifs sur la popularité de Perl : sa baisse quelle que soit la mesure (Google Trends, entre autres).

            Ouai il va un peu vite. Je ne doute pas que Perl soit en perte de vitesse, mais j'aurais était intéressé de voir l'évolution du trafic sur les maillings lists et des contributions sur le langages. Ce sont des métriques plus pertinentes car nécessaire au langage et il me semble qu'elles ont moins de biais que ce qu'il présente. Cela donnerais amha une représentation bien plus clair d'à quel point il perd en popularité.

          • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

            Posté par . Évalué à 1 (+0/-0). Dernière modification le 10/10/19 à 08:50.

            L’auteur dit que « si on regarde les projections de mesure de popularité XXX, Perl pourrait être mort en 2023 », en précisant qu’un langage mort est un langage dont la popularité est insignifiante par rapport à son pic.

            L'auteur écrit plus haut qu'il pense qu'il est juste de dire que Perl peut être considéré comme un langage mort, ensuite l'auteur écrit que Perl pourrait être éteint d’ici 2023. Faudrait savoir. Pour moi un langage mort est un langage qui n'est plus développé. Sur le dépôt GitHub on compte 453 contributeurs et 14 versions sorties en 2019, pas mal pour un langage mort. Certains démons de Proxmox VE sont aussi écrits en Perl comme pveproxy.

            Son éviction de l’OS desktop qui le fournissait d’office le plus populaire (macOS) peut difficilement être un bon signe

            Python sera aussi évincé de macOS, pourtant Python est un langage très populaire. Donc aucun rapport avec une prétendue mort de Perl en 2023.

            Ça veut dire que les utilitaires système qui étaient en Perl (et qui sont souvent proches de ceux sur Linux ou BSD) ont été refaits en d’autres langages.

            Rien n'indique qu'Apple a réécrit des utilitaires en Perl de macOS dans un autre langage. D'ailleurs je crois, mais à vérifier, que FreeBSD n'a aucune dépendance à Perl dans ses paquets de base.

            Il dit que RHEL8 n’aura plus Python (2 ?) d’installé d’office (pas qu’il ne sera plus disponible !), et ça sera peut-être également le cas de Perl plus tard.

            L'auteur affirme que RHEL 8 ne disposera plus de Python. Alors que RHEL 8 disposera de Python 3.6 par défaut mais plus de Python 2.7. Cette décision fait suite au choix des développeurs de Python de ne plus maintenir Python 2.7 après le 1er janvier 2020. Python n'est pas abandonné, on impose juste une version récente par défaut. Mais Python 2.7 restera disponible sur Python 2.7, mais il faudra l'installer. L'exemple est faux et n'a rien à voir avec la prétendue mort de Perl en 2023.

            De plus comme dit Jona plus haut, Perl est très lié aux distributions Perl. Je ne connais pas assez Fedora ou RHEL, mais sur Debian et Ubuntu Perl fait parti des paquets de base, par exemple la commande adduser est une commande écrite en Perl.

    • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 10/10/19 à 12:54.

      Peut-être que Perl va disparaître en 2023, et toutes les distributions Linux qui l'utilisent vont disparaître avec?

      • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

        Il y en a beaucoup ?

        OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

        • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

          Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

          Quasiment aucune, et juste des distro mineures inconnues, type Debian et ses filles.

          Ironie a part, le paquet perl-base, qui est celui qui contiens l'exécutable perl, a une priorité de type "required" et est classé comme "Essential". Il est installé par debootstrap dans tous les cas, contrairement au noyau, à init, à python…

          perl-base est requis de manière "Pre-Depends" (ce qui veut dire qu'il doit être installé et configuré avant même d'imaginer installer celui qui en dépend) par: debconf, liblocale-gettext-perl.

          Sur ma Debian (bon, chiffres cassés par le fait que j'ai l'archi i386 activée par contre, mais les ordres de grandeur restent), 4788 paquets sont marqués comme implémentés en perl (par les debtags, qui ne sont pas forcément complets), 8003 en C, 2742 en C++, pour donner une idée. Pour python, qui selon certains risque de remplacer perl, on ne parle "que" de 2313 paquets. Autrement dit: C => 1er, perl => 2nd, C++ => 3eme, python => 4eme. Les autres sont a moins de 400.
          Je suis pour le coup assez surpris de ces résultats, j'aurais pensé C++ en 2nde place, et java plus haut.
          M'enfin, au vu de ces chiffres, le C++ mourra avant perl.

          Ubuntu a certes dérivé de Debian, mais je doute que ça soit au point de pouvoir se permettre de se passer de perl.

          De mon point de vue, de toute façon, perl ne joue pas dans la même catégorie que les autres, c'est un langage spécialisé dans le traitement de texte brut, pas un langage généraliste comme l'est python.
          Perso, au boulot, quand je dois manipuler les systèmes embarqués que l'on vend a distance, plutôt que d'installer python et ses nombreuses batteries pour utiliser puppet/ansible/autre, je me contente de perl et de rex, histoire d'installer moins de trucs (j'ai un doute par contre sur le fait que le paquet "perl" complet est requis. Me semble que oui.).

        • [^] # Re: Une distribution Linux sans Perl ?

          Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

          voici les dépendances sur un container docker/debian/buster/slim (92 paquets, 70Mo):

          root@3173798aa8f7:/# find /bin /sbin /usr/bin /usr/sbin | xargs file | grep Perl
          /usr/bin/debconf-set-selections:  Perl script text executable
          /usr/bin/debconf-apt-progress:    Perl script text executable
          /usr/bin/debconf:                 Perl script text executable
          /usr/bin/deb-systemd-helper:      Perl script text executable
          /usr/bin/deb-systemd-invoke:      Perl script text executable
          /usr/bin/debconf-copydb:          Perl script text executable
          /usr/bin/debconf-show:            Perl script text executable
          /usr/bin/debconf-escape:          Perl script text executable
          /usr/bin/debconf-communicate:     Perl script text executable
          /usr/sbin/dpkg-reconfigure:       Perl script text executable
          /usr/sbin/deluser:                Perl script text executable
          /usr/sbin/pam_getenv:             Perl script text executable
          /usr/sbin/adduser:                Perl script text executable
          /usr/sbin/update-rc.d:            Perl script text executable
          /usr/sbin/dpkg-preconfigure:      Perl script text executable
          /usr/sbin/pam-auth-update:        Perl script text executable
          

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.