f_let a écrit 4 commentaires

  • [^] # Re: très bon

    Posté par . En réponse à la dépêche Le logiciel libre selon ObjectWeb. Évalué à 1.

    >> Surtout avec les quelques ecarts pratiques, qui font croire qu'il est facile de vivre de logiciel libre:

    >> > OpenOffice a été lancé par Sun

    >> Un peu abusif comme forumulation.

    Ecrire un article pour une publication est toujours un exercice difficile, car le nombre de mots est limité ;-)
    cependant, je ne pense pas avoir écrit n'importe quoi, et il faut lire:

    "une large part des logiciels libres à succès ont été supportés sur le plan technique et promotionnel par des sociétés commerciales"

    OpenOffice a été "lancé" par Sun sur le plan promotionnel.

    J'ai essayé de faire comprendre quelque chose que l'imagerie d'Epinal du logiciel libre/open-source occulte souvent : l'importance de l'implication d'acteurs commerciaux dans des projets à succès d'une part, et l'importance, dans les faits, d'actions de promotion d'autre part.

    Pour ce qui est du ROI (référence à ce que rapporte OO à Sun par exemple), le modèle de l'écosystème apporte précisément une réponse: sans doute Sun n'a pas retiré de ROI direct sur OO, mais Sun a contribué au développement d'un écosystème autour des solutions bureautiques open-source ; cet écosystème, lui, permet le développement d'une activité économique dont Sun espère indirectement bénéficier.

    Enfin, pour ce qui est des boîtes "qui vivent du LL", le commentaire de Philippe ne prend pas en compte ce que j'appelerai un effet "de perspective" : on voit mieux ce qui est proche de soi. Ce qui apparait maintenant, c'est qu'une myriade de PME vivent avec des business models qui intègrent le LL -- je ne dis pas qu'elles "vivent du LL", ce qui serait excessif, mais elles vivent aussi grâce au LL. Ces PMEs sont éparpillées de par le monde et on n'en voit qu'une fraction près de chez nous. Je ne citerai qu'une petite partie de celles que j'ai pu croiser: Together (Autriche), Funambol (Italie/US), GlueCode (US), Cignex (US), eteration (Allemagne/Turquie), Experlog (France), Scub (France), Linagora (France), Open Wide (France), SourceBeat (US), O'Reilly (US), Exadel (US), Cotranet (France), eXo (France), Audaxis (Belgique), BitRock (Espagne), etc, etc... Sans parler des grandes sociétés (Capgemini, Ilog, Thales, Bull, etc, etc) qui s'appuient sur le LL dans une plus ou moins large mesure.
  • # Re: Java libre : Sun sur la défensive

    Posté par . En réponse à la dépêche Java libre : Sun sur la défensive. Évalué à 1.

    >Par ailleurs, Sun a récemment accepté de certifier JOnAS comme
    >étant conforme à la norme J2EE, malgré le fait qu'il est distribué
    >sous licence(s) libre(s) (essentiellement GPL) ...

    Sun n'a pas certifié JOnAS et JOnAS n'est pas distribué sous GPL.
    En fait JOnAS est distribué sous LGPL, ce qui fait une différence notable. D'autre part, JOnAS n'est pas certifié conforme à J2EE à ce jour. Le processus est en cours, mais la certification n'est pas encore attribuée.
  • [^] # Re: Gros plan sur ObjectWeb - Interview de François Letellier

    Posté par . En réponse à la dépêche Gros plan sur ObjectWeb - Interview de François Letellier. Évalué à 1.

    > mais sinon le terme "middleware" est un peu trop vaste par rapport à ce que fait ObjectWeb, non ? Pour moi middleware c'est pas forcément lié à java, ni au web.

    Justement. ObjectWeb fait des choses pour les systèmes répartis. Pas forcément pour le web. OSGi sert à deployer des applications par exemple sur des plates-formes de services résidentiels. Think sert à assembler des systèmes d'exploitation taillés sur mesure.

    Java est un langage largement utilisé pour les applications communicantes, mais ce n'est pas le seul. Certains projets ObjectWeb sont écrits en C. DontNetJ est une passerelle entre Java et .NET. Et puis, le consortium est ouvert. Ca veut dire que si vous voulez proposer un projet qui relève du middleware, même s'il n'est pas écrit en Java, la proposition sera prise en compte. L'important dans le choix des projets n'est pas le langage, mais leur apport par rapport à des thèmes de travail, réflexion et recherche -- par exemple la persistance ou l'administration.
  • [^] # Re: JOnAS conforme J2EE 1.4 !

    Posté par . En réponse à la dépêche JOnAS en route vers la conformité J2EE 1.4. Évalué à 6.

    Comme il a été écrit plus haut, et contrairement au titre de l'article, JOnAS n'est pas certifié J2EE 1.4 -- ObjectWeb a obtenu une licence pour pouvoir soumettre JOnAS à la suite de tests de conformité.

    L'intérêt des standards ? Le domaine des systèmes distribués communiquants est par nature un monde hétérogène: machines différentes, O/S différents, etc. Sauf à accepter un monopole absolu sur le logiciel, la seule solution crédible et durable pour permettre la communication de tout ce beau monde est d'avoir des standards, ou protocoles, ouverts. Le succès de l'internet en est une preuve éclatante.

    J2EE est un ensemble de tels standards. Si J2EE est difficile à cerner, c'est en particulier parce que cette norme regroupe une multitude de spécifications qui chacune répondent à des besoins divers: gestion de transaction, messagerie asynchrone, etc. On aime ou on aime pas J2EE, question de goût. Une chose est sûre cependant: en tant que standard, J2EE est relativement ouvert, puisque le processus de développement des specs est collaboratif et que les specs elles-mêmes sont publiées. Reste à savoir dans quelle mesure ont peut y faire référence en tant que marque, et c'est là qu'entre en ligne de compte la stratégie de Sun, ce qui me semble être un autre débat.

    En tous cas pour ce qui est d'ObjectWeb, rassurez-vous, il y a un certain nombre de personnes qui voient + loin que le bout de leur nez. OW travaille sur 75 projets. JOnAS en est 1. Il en reste 74 autres :) Par exemple: grilles de calcul, clusters de bases de données, modèles de composants,... Ils s'appuient sur bien d'autres standards que ceux de Sun: CORBA, OSGi, WS-I, etc.

    La licence J2EE est malgré tout un grand pas, car c'est une première. Première fois que Sun accorde une licence J2EE non commerciale pour certifier du logiciel libre - à savoir LGPL. Vous avez bien lu. Première fois. C'est aussi un grand succès pour le logiciel européen, car ObjectWeb est d'origine européenne.