Journal DIGIKAM gestion évoluée de photos

70
8
oct.
2021

Sommaire

'lut 'nal,

L’autre jour j’étais avec un pote, Apple addicted, qui me disait qu’il gérait ses photos avec Photos iCloud et qu’avec cet outil il bénéficiait de la reconnaissance faciale et d’une manière générale de certaines fonctions avancées qui lui permettent facilement d'indexer, de classer et de retrouver ses photos. Alors bien sûr j’ai été piqué au vif, comment était-il possible que sous Linux il ne soit possible de faire la même chose !

Touché dans mon orgueil, ni une, ni deux, je me suis mis à chercher un équivalent sous linux. Après une recherche rapide, j'ai identifié que digikam offre ce genre de fonctionnalités.
Jusqu’à présent je me contentais de gérer ma photos sous forme d’arborescence par année avec un système de nommage du style année-mois-jour-libellé facilitant le tri. Je trouvais les outils comme digikam usine à gaz et je me satisfaisais amplement d’un outil basique comme geeqie, la capacité de recherche étant très limitée.

L'installation et la configuration

J’ai installé digikam en utilisant le package standard de ma Mageia 8, mais malheureusement quand on lance la détection de visages, ça plante avec une sombre erreur de symbole indéfinie. Je ne m’attarde pas, je supprime illico le package et je pars dans la compilation de la dernière version 7.3.0 que je retrouve sur le site de digikam. Je vous passe le détail de la compilation et de la configuration, pour cette dernière on retiendra qu'il faut indiquer le ou les répertoires où se trouvent les photos, et un répertoire où on placera la base de données de digikam, pour le reste j’ai activé l'option d'accélération matérielle avec OpenCL et laissé tous les autres paramètres par défaut.

Les fonctionnalités

La reconnaissance faciale

Une fois que la collection de photos est alimentée, on peut passer à la détection des visages, pour cela il existe un onglet vertical nommé Personnes. On sélectionne Détecter les visages et on clique sur le bouton Analyser une collection pour chercher des visages. J’ai une collection de près de 9000 photos, en gros deux décennies de photos numériques, donc autant dire que ça prend un certain temps, ça a tourné à peu près toute la nuit et un peu plus encore. Vous vous retrouvez ensuite avec une collection de visages dans la catégorie Inconnus, la détection marche remarquablement bien avec quelques rares faux positifs comme des statues (ci-dessous) ou des visages issus de tableaux.

Titre de l'image

Comment ça marche ? Digikam utiliser un modèle d'apprentissage de deep learning basé sur des fonctionnalités de réseau de neurones de la bibliothèque OpenCV avec un modèle préalimenté de données qui permet de détecter des visages nommé Yolo (You only look once). De fait la phase d'apprentissage est réduite au minimum et l'algorithme peut détecter un visage dans différentes orientations, positions, expositions et aspects (soleil, ombre, de profil, de face, yeux rouges, flou) même s'il est partiellement masqué avec des objets comme des lunettes de soleil. Il est même capable de détecter la bobine de nos amis les bêtes.

Commence alors une manip assez longue, il faut identifier les personnes et les nommer (tag), on va créer ainsi toutes nos personnes connues qui apparaitront dans l’espace à gauche sous Inconnus. Pour chaque personne, en théorie une seule photo suffit, mais il est préférable pour un meilleur résultat de taguer plusieurs occurrences différentes de la même personne dans des configurations différentes. C'est d'autant plus vrai si la personne a changé, c'est notamment le cas de mes enfants qui sont passés du stade bébé à adulte. On retiendra que plus il y a d’occurrences meilleurs sont les résultats, car ce faisant on entraîne le réseau de neurones.

Titre de l'image

De fil en aiguille, on arrive avec une liste de personnes, avec un certain nombre d’occurrences du visage pour chaque personne sélectionnées manuellement.

Titre de l'image

C’est là que ça va devenir intéressant, à partir de cette base de visage connu et identifié, digikam va la compléter automatiquement. Pour cela il suffit de sélectionner Reconnaitre les visages puis Analyser une collection pour chercher des visages. Le réseau de neurones va scruter alors tous les visages inconnus et les comparer avec ceux connus. C’est beaucoup plus rapide que pour la détection des visages, ça prend à peine quelques minutes pour ma collection de quelques milliers de photos. Dans le cas ci-dessous les nombres des nouvelles occurrences des visages détectés apparaissent en gras. Ça marche plutôt bien avec très peu de déchets, c’est vraiment bluffant !

Titre de l'image

Pour chaque personne les visages restent néanmoins à confirmer, ils sont entourés de vert. Si c'est la bonne personne, on valide, sinon on peut indiquer le bon nom (éventuellement en créant une personne) ou les ignorer purement et simplement. On retrouvera les personnes ignorées dans la catégorie Ignoré et ne seront plus utilisées par l'algorithme pour les recherches futures. Le système est itératif, on peut relancer autant de fois que désiré la reconnaissance de visage, on pourrait penser que le réseau de neurones apprend et devient de plus en plus performant mais j'ai pu constater que ce n'était pas forcément le cas, en revanche quand on relance une détection de visages sur la même collection, il va trouver des nouveaux visages qu'il n'avait pas trouver au premier passage.

La recherche de photos similaires

Autre fonctionnalité que j'ai découverte, la recherche de similarité, elle consiste comme son nom l'indique à rechercher des images similaires. Ça marche comment ? En fait, digikam va balayer toute la collection et prendre une empreinte numérique de chaque photos, il va comparer ensuite ces empreintes pour évaluer les similarités.
Dans la pratique on va cliquer sur l'onglet vertical Similarité, il faudra d'abord lancer une recherche d'empreinte en cliquant sur le bouton Mettre à jour les empreintes de l'onglet horizontal Doublons. Pour ma collection de presque 9000 photos, ça a pris quelques heures. On se balade ensuite dans la collection et avec le menu contextuel on lance la recherche de similarités. On peut jouer sur l'échelle de similarité, en mettant une fourchette entre 90% et 100% les empreintes devront être très proches, donc autant dire que les photos seront quasi identiques. Avec une fourchette plus grande ça donnera davantage de photos, pas totalement identiques mais assez proches. Si la fourchette est trop grande, ça donnera des résultats plutôt surprenants avec des photos qui n'ont strictement rien à voir à première vue.

Titre de l'image

Cerise sur le gâteau grâce à cette prise d'empreinte, il sera possible également d'identifier les photos doublons, qui sont donc identiques.

La géolocalisation

Pour ceux qui disposent d'un APN doté d'un GPS intégré (et pour les autres aussi), l'onglet vertical Carte permet de visualiser les photos en fonction de l'endroit où elles ont été prises sur la planète. Vous avez également la possibilité pour les photos non géoréférencées d'indiquer après coup leur localisation.

Titre de l'image

Autres fonctionnalités

Digikam ne se limite pas aux fonctionnalités citées plus haut, il en possède d'autres plus classiques, comme l'édition avancée d'images, la table lumineuse pour comparer des photos côte à côte, le traitement de photos en mode batch, le gestionnaire d'étiquettes ou des fonctions d'import/export vers des services web que j'ai choisies de ne pas détailler dans ce journal.

En synthèse

Digikam finalement l'essayer c'est l'adopter, je n'avais jamais réellement compris l'intérêt d'un tel outil jusqu'à présent, j'ai totalement redécouvert ma collection de photos sous un autre jour.
Pour terminer une dernière précision, certes digikam a été développé initialement pour l'univers KDE, mais il marche très bien sur n'importe quel environnement !

Des liens utiles pour aller plus loin

je suis désolé pour les sites en anglais, mais je n'ai pas trouvé de site en français pertinent sur le sujet, mais je vous laisse volontiers compléter cette liste dans les commentaires.

  • # Merci pour ces infos

    Posté par  . Évalué à 3.

    J'ai eu cette question (reconnaissance faciale) sur une de mes formations en Logiciels Libres

  • # Intérressant

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

    Merci pour cette présentation. Me viennent quelques questions.

    1./ Pour 9000 photos quelles est la taille de votre base de données ?

    2./ Disons que mes photos soient sur un disque externe.
    Je lance l'indexation, les infos sont enregistrées dans la DB.
    Mais puis-je par la suite consulter cette DB (et pourquoi pas changer tags, coordonnées, …) sans que le disque externe soit connecté ?

    3./ Cette base de données est-elle partageable (en admettant que je la mette sur un disque partagé) ?

    En tous cas, ça donne envie d'essayer.

    • [^] # Re: Intérressant

      Posté par  . Évalué à 7.

      1) Pour 60000 photos ma base SQLite (on peut aussi utiliser MySQL) fait 50 Mo. La base des thumbnails fait 1,2 Go (mais ça dépend de la taille configurée).

      2) Je pense que oui. On peut en tous cas changer des méta-données dans la base et synchroniser ultérieurement les images (et vice versa).

      3) Je ne sais pas.

    • [^] # Re: Intérressant

      Posté par  . Évalué à 1.

      Cette base de données est-elle partageable (en admettant que je la mette sur un disque partagé) ?

      Oui en réseau avec Mariadb

      • [^] # Re: Intérressant

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 08/10/21 à 15:46.

        Je me suis posé également les mêmes questions, tant qu'à faire je veux mon cloud moi aussi ! Pour l'instant mes images sont sur mon serveur local en montage NFS et ma base en local.

        1) une base de 1,1Go
        2) non testé
        3) je note que c'est faisable avec mariadb, effectivement dans les paramètres on peut migrer la base vers une base mysql, je vais certainement le faire

        https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

      • [^] # Re: Intérressant

        Posté par  . Évalué à 6.

        Attention, il ne suffit pas forcément que la base soit partageable, j'imagine qu'il faut aussi que le logiciel lui-même soit conçu pour que plusieurs instances puissent travailler en parallèle. Or Digikam n'a pas, à ma connaissance, de mode serveur. Que se passe t-il dans le cas de deux instances configurées différemment ?

        • [^] # Re: Intérressant

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 10/10/21 à 18:52.

          Ça y est j'ai basculé la base de données sur mon serveur, sur les autres clients pour faire vite j'ai installé la dernière version via appimage sans passer par la compilation. Je n'ai pas pu utiliser digikam 7.1.0 qui est fourni par défaut sur la Mageia 8 qui équipe tous mes postes réseau, le format de la base ayant changé.
          De deux clients l'accès est possible en même temps, j'ai tenté un accès concurrent avec deux clients (recherche de visage sur 2 répertoires différents), ça a l'air de fonctionner, je vais éviter en revanche de le faire sur le même répertoire :-)

          https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

  • # très bien mais il manque encore quelques fonctionnalités

    Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 08/10/21 à 15:01.

    J'utilise Digikam. J'en suis satisfait mais il me manque un truc important : la recherche dans n'importe quel champ XMP de mon choix. Actuellement, la recherche est limitée à un petit sous-ensemble de tags. J'utilise notamment les champs Location, City, etc… et impossible de chercher sur ces critères. En fait, le problème vient du fait que Digikam ne recherche que les tags stockés en base et il n'en stocke qu'un petit nombre prédéfini. J'ai utilisé par le passé un logiciel commercial sous Windows qui lui permettait de configurer les champs IPTC/XMP à stocker en base et qui, de ce fait, permettait des recherches complètes.

    • [^] # Re: très bien mais il manque encore quelques fonctionnalités

      Posté par  . Évalué à 4. Dernière modification le 08/10/21 à 15:17.

      mais il me manque un truc important

      Il faut poser la question sur liste Digikam où les devs te répondront
      https://mail.kde.org/mailman/listinfo/digikam-users

    • [^] # Re: très bien mais il manque encore quelques fonctionnalités

      Posté par  . Évalué à -2.

      J'utilise notamment les champs Location, City, etc… et impossible de chercher sur ces critères.

      Voir chapitre 2.6.2.7 Geolocation (geo-tagging) dans le manuel pdf page 79 (anglais)

      le problème vient du fait que Digikam ne recherche que les tags stockés en base et il n'en stocke qu'un petit nombre prédéfini.

      C'est inexact, le nombre de tags n'est pas limité, on peut taguer tout ce que l'on veut. J'ai plus de 20.000 images stockées, la recherche d'après les tags est instantanée. Mieux, on peut filtrer suivant plusieurs tags ("et")

      • [^] # Re: très bien mais il manque encore quelques fonctionnalités

        Posté par  . Évalué à 3.

        Voir chapitre 2.6.2.7 Geolocation (geo-tagging) dans le manuel pdf page 79 (anglais).

        Le geo-tagging n'a rien à voir avec ce dont je parle. Moi je parle de champs IPTC tels que XMP-photoshop:City, IPTC:Province-State, etc… ou de n'importe quel autre champs IPTC, en fait.

        C'est inexact, le nombre de tags n'est pas limité, on peut taguer tout ce que l'on veut.

        La seule façon que je connaisse de rajouter des champs autre que les habituelles mots-clé, légende ou titre, c'est via un modèle de méta-données. Cette façon de faire est viable pour des trucs récurrents comme les infos relatives à l'auteur qu'on peut appliquer à des ensembles de photos mais totalement inutilisable pour des infos propre à chaque photo. Par ailleurs, les modèles en question se limitent à un sous-ensemble de champs IPTC et ne sont pas extensibles à ma connaissance.

        la recherche d'après les tags est instantanée.

        Je ne vois aucun moyen de chercher sur le champ XMP-iptcCore:Location, par exemple. La recherche est instantanée pour tous les champs stockés en base (un sous-ensemble des champs IPTC) mais impossible pour les autres.

  • # Nettoyage de collections avec czkawka

    Posté par  . Évalué à 8.

    Ce programme est vraiment efficace. Disponible sur https://qarmin.github.io/czkawka/ il n'est pas aisé à prendre en main, mais ça fait plein de trucs. Trouver les similaires, trouver les identiques, et plein d'autres choses.

  • # Metadata is enough for everyone

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Et il faut noter un énorme avantage de ce logiciel vis-à-vis des autres alternatives : Il peut stocker toutes les métadonnées dans les fichiers eux-mêmes (Exif ou XMP) et faire que celles-ci soient prioritaires sur celles en bases de données lors de la synchronisation. Ainsi chaque fichier contient toutes ses informations et la base de données n'est pas indispensable et peut-être regénérée n'importe quand depuis les fichiers.

    Ainsi, couplé à Piwigo https://fr.piwigo.org/ et les plugins qui vont bien pour afficher une carte, c'est un bonheur. Par exemple : https://gallery.infernal-quack.net/index.php?/tags/999-paris_19e_arrondissement_des_buttes_chaumont

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

  • # Mon propre éssai

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10. Dernière modification le 10/10/21 à 02:39.

    Suite à ce journal, je me suis dis, tiens pourquoi pas.

    L’ordinateur familial est un vieux desktop avec un processeur AMD Phenom et 8G de ram. Clairement pas une bête de course. Le plus moderne du tout est l’OS (Debian 11).

    Je me suis dit, ça va ramer à mort, mais allons voir.

    J’ai installé via APT, et en avant. Après le 3ème plantage, je me suis dit. « Il avait raison. La version 7.1 n’est pas stable… »

    J’ai eu la flemme de compiler, et je me suis dit, pour tester, un appimage fera bien l’affaire. Je l’ai donc prise de site et en effet ça à roulé. Pour faire de la reconnaissance faciale, digikam demande d’autres fichiers que l’installation de base. Il va les chercher tout seul sur des serveurs géolocalisés ( en fonction de l’IP). Très souple.

    J’ai ensuite laissé tourner pendant une dizaine d’heures pour un peu moins de 200Go d’images. Aucune idée du nombre, j’ai des photos numériques depuis mon premier appareil en 2004, toute petite définition, jusqu’à maintenant (mais je n’ai jamais été un fan des énormes définitions donc les photos actuelles font 4 à 5Mo pièces).

    Finalement, plus rapide que prévu, compte tenu du pc.

    J’en suis à faire du marquage (confirmation) des identités sur les photos. Comme beaucoup, j’imagine, j’ai commencé par mes enfants. Ce n’est probablement pas une bonne idée, car les visages changent beaucoup en 20 ans… Du coup le travail de reconnaissance est plus difficile.

    Par contre, phénomène amusant, les suggestions confondent ma femme avec mes deux fils alternativement. Ça m’arrive aussi mes moins fréquemment. Est-ce à dire que mes enfants ressemblent plus à ma femme qu’à moi? Oui, bien sûr, je confirme. Ça a toujours été le cas. C’est marrant à voir ici. Il n’y a pas de faux positifs avec les visages de personnes d’autres familles.

    En effet le travail de confirmation est fastidieux. D’où ce message qui me fait faire une petite pause.

    Merci de m’avoir fait essayer Digikam en tout cas.

  • # appli Web

    Posté par  . Évalué à 3.

    bonjour et merci pour cet excellent article. Pour ma part, je serai intéressé par une version Web ayant des fonctionnalités plus ou moins équivalentes. J'ai trouvé Photoprism. Très intéressé pour l'expérimenter sur mon (gros) NAS.

    • [^] # Re: appli Web

      Posté par  . Évalué à 4.

      MyPhotoShare est une galerie photo Web statique, donc sans base de données SQL, mais qui supporte des fonctions similaires:
      * Gestion des métadonnées soit depuis les photos (i.e. EXIF…) soit depuis des fichiers externes.
      * Recherche par mot-clés.
      * Géotagging et recherche par carte.
      * Reconnaissance des visages et de scènes à l'aide d'extensions.
      * Et de nombreuses autres fonctions…

      Contrairement à DigiKam, ce n'est pas un gestionnaire de photos mais plus une galerie de pour publier sur le Web des collections de photos ou vidéos. Je l'utilise avec plusieurs dizaines de milliers de média sur un Chromebook.

      Une présentation en français est disponible avec des sites de démonstration.

  • # Finitions

    Posté par  . Évalué à 0.

    Malheureusement, ce genre de fonctionnalités avancées se font souvent au détriment du fonctionnement basique. Je ne vise pas ici Digikam, ne supportant pas ces logiciels qui nécessite leur propre base de donnée additionnelle, mais de gThumb.

    Ce dernier a considérablement évolué d'une interface standard (barres de menu et d'outil) vers un truc super hype (plein d'icônes minuscules planquées à droite à gauche) très pénible à utiliser, mais qui permet de garder la face lors de branlettes intellectuelles avec les fanboys Apple.

    À coté de ça, impossible d'avoir un simple raccourci clavier personnalisé pour faire un malheureux mv de l'image sous le curseur afin de trier de grandes collections. Ça marchait il y a qq temps, mais les bugs ont eu raison de cette fonctionnalité. Je me retrouve à devoir utiliser Geeqie, qui a pas mal d'autres bugs, mais qui est fonctionnel pour cet usage précis, puis revenir vers gThumb pour la retouche basique.

    • [^] # Re: Finitions

      Posté par  . Évalué à 0.

      Je me retrouve à devoir utiliser Geeqie, qui a pas mal d'autres bugs, mais qui est fonctionnel pour cet usage précis, puis revenir vers gThumb pour la retouche basique.

      Je ne comprends pas, pourquoi ne pas utiliser Digikam, logiciel qui fait aussi de la "retouche" basique mais tellement plus avancé que Gthumb (que j'ai utilisé pendant longtemps) ?

      • [^] # Re: Finitions

        Posté par  . Évalué à -1. Dernière modification le 12/10/21 à 18:21.

        Comme je l'ai dit, j'ai horreur de ces logiciels qui utilise une seconde base de donnée interne que ça soit pour les photos ou pour la musique.

        Je viens de le relancer histoire de me refaire une idée, c'est la v6.4 qui date d'un an et demi. Ben c'est pas brillant. J'avais déjà importé mes photos lors d'un précédant essai, là je tente d'accéder à mes photos plus récentes, forcement, il ne les a pas importé, donc je tente un "Refresh", un "Reread metadata from files" qui apparemment ne font rien, puis un "Add folders…" pour ré-importer le dossier qui l'est déjà, et là il semble qu'il turbine d'après la barre de progression en bas à droite, mais bon il a mis qq secondes pour faire 52%, puis 5mn pour arriver à 54%. En attendant les images affichées dans la fenêtre apparaissent puis disparaissent, l'arborescence est rafraîchie de manière plutôt bizarre.

        Je précise que j'ai un PC de bureau plutôt costaud. Je viens de lancer un petit du sur mon répertoire contenant mes photos et j'en ai pour 150 Go. J'imagine que le soft n'est conçu que pour qq centaines de photos max. Quelque part, j'imagine que la BDD est là pour accélérer le traitement… heureusement sinon je n'oserai pas imaginer la lenteur du bousin.

        Là, il me semble qu'il a terminé, mais quand je me promène dans les répertoires, il faut que je passe la souris sur la fenêtre blanche et clique au hasard pour que des photos apparaissent finalement péniblement. Quand je regarde le terminal utilisé pour lance Digikam, j'ai des messages dumpés en continu m'informant du traitement de certaines photos, environ une par seconde.

        Je tente de modifier une photo : il faut chercher dans un menu en haut "Image Editor", pas de raccourci clavier ou rien dans le menu contextuel. À non, au temps pour moi, c'était "Open…" dans le menu contextuel. Et pour revenir Esc ne fonctionne pas, ben oui il a ouvert une nouvelle fenêtre. Franchement c'est le bazar total l'interface. Dans ce même menu contextuel, je vois je ne sais combien d'entrées à propos de "Face tag". Super, sauf que je ne suis pas des RG, ni un excité de Facebook, je ne cherche pas à ficher tous mes potes, je veux juste trier et retoucher mes (nombreuses) photos rapidement.

        "L'Image editor" semble assez puissant, mais là encore, l'interface est pénible. Par exemple, je tente un "Free rotation…" ; Le coup du "Fine angle" est bien vu, mais le reste est loin de gThumb, où il y a des guides et où on peut faire tourner l'image en temps réel à la souris en cliquant dessus.

        J'ai aussi tenté de trouver comment définir un raccourci clavier pour faire mon stupide mv, impossible de trouver… mais c'est peut être possible, vu la complexité de l'interface.

        Je viens de tomber aussi sur l'outil "Create panorama…". Ayant pas mal d'expérience, je tente l'opération… bon en fait on ne peut quasiment rien paramétrer et à la fin, il me semble bloquer à 0% sur l'exemple que je lui ai donné. Ah non, il vient de terminer… (j'avoue, j'ai tenté 3 fois avant de comprendre qu'il turbinait en tâche de fond). Bon l'horizon est tordu, mais il a réussi. Sauf que si on ne peut pas contrôler l'opération, ça ne sert à rien ! Pourquoi essayer de remplacer Hugin qui sait faire les choses correctement ?

        Au final, les problèmes de gThumb sont les mêmes que semble avoir Digikam, sauf que là c'est vraiment 10 fois pire. Je veux bien croire que c'est le meilleur choix existant pour ficher les gens, mais pour l'interface, faudra repasser. Et je n'ai pas tenté "Photos iCloud", mais mon petit doigt me dit que la finition de ce dernier rend toute comparaison… heu… hardeuse (oulala, je sens que je vais plutôt aller discuter de YouPorn ou de caricatures avec un Taliban, j'aurai moins de chance de me faire étriper).

        • [^] # Re: Finitions

          Posté par  . Évalué à 5.

          C'est bien les test mais c'est dommage d'en faire sur une version qui date (6.4 contre 7.3 sortie en Juillet)…

          Si ils étaient peut-être pertinents fut un temps rien ne dit que cela soit le cas maintenant et cela sert pas à grand chose pour quelqu'un qui se demande si il va utiliser le logiciel.

          C'est un peu mépriser les utilisateurs qui signalent des bugs ou font des demandes d'évolution et, plus encore les développeurs…

          • [^] # Re: Finitions

            Posté par  . Évalué à 1. Dernière modification le 13/10/21 à 13:26.

            Quelqu'un qui se demande si il va utiliser ce logiciel, il va l'installer par le gestionnaire de paquets de sa distribution, pas recompiler le HEAD du repository. Si le paquet est obsolète, c'est un problème dont l'utilisateur lambda doit être au courant.

            Ensuite, mon essai ne se veut absolument pas un rapport de bugs. Ça serait un peu du foutage de gueule pour les développeurs si je débarquais la gueule enfarinée en ouvrant plein de tickets sur tout ce qui me plait pas alors que je ne maîtrise pas le centième du logiciel et que je ne vais jamais l'utiliser.

            Si ils doivent se concentrer sur des problèmes, ça doit être sur ceux remontés par les utilisateurs réguliers. Par exemple, si les utilisateurs de Digikam venaient faire le forcing auprès des devs de gThumb pour reléguer les fonctionnalités actuelles au second plan et repenser l'interface pour privilégier la détection des visages, pour bien sûr de jamais l'utiliser mais juste tenter d'imposer leur vision à tous les logiciels existants, ça me rendrait particulièrement amer.

    • [^] # Re: Finitions

      Posté par  . Évalué à 7.

      ne supportant pas ces logiciels qui nécessitent leur propre base de donnée additionnelle.

      Sans base de données (qu'elle soit SQL ou autre), les performances de la recherche sont forcément très mauvaises, surtout sur plusieurs dizaines de milliers de photos. Et une recherche efficace, c'est une fonction de base d'un outil de gestion de documents.

      Il n'y a pas de raisons pour que l'existence d'une base de données ou d'une reconnaissance de visages viennent détruire l'ergonomie d'un logiciel ; si c'est le cas, c'est qu'il est mal fichu. Ça ne justifie pas un rejet a priori de tout logiciel ayant une base de données.

      Il y a un cas où l'utilisation d'une base de données doit interpeller : c'est quand elle contient des informations non reconstituables : certains logiciels photos stockent des métadonnées en base sans offrir la possibilité de les écrire aussi dans les photos. Ce n'est pas le cas de Digikam.

      Super, sauf que je ne suis pas des RG, ni un excité de Facebook, je ne cherche pas à ficher tous mes potes, je veux juste trier et retoucher mes (nombreuses) photos rapidement.

      Tes besoins (où la façon de les résoudre) sont différents des miens mais pourquoi l'exprimer en insultant les gens ? Je ne fais pas partie des RG, je ne suis pas un excité de Facebook/Instagram/etc… (je n'ai pas de compte), je ne cherche pas à ficher tous mes potes, je veux juste retrouver rapidement des photos. Et pouvoir les retrouver en cherchant par les visages est un outil puissant pour mon utilisation personnelle.

      A ce sujet, ton test d'une version ancienne avec une majorité de critiques autour de la reconnaissance de visages n'est pas pertinent : c'est une fonction assez nouvelle qui a beaucoup évolué depuis. De plus, je n'arrive pas à voir en quoi elle perturbe si on ne l'utilise pas (ton cas puisque tu n'es pas un excité de Facebook).

      • [^] # Re: Finitions

        Posté par  . Évalué à 0.

        Insulter les gens… n'exagérons rien, les RG sont (étaient) là pour nous protéger des terroristes islamistes et sanitaires ; ne le prends pas mal non plus, même si c'était bien sûr une petite pique.

        En l'occurrence, l'utilisation d'une base de donnée nécessite beaucoup de temps lorsque tu lances l'application pour la construire ou la mettre à jour. La recherche ne me concerne pas, mes photos étant bien triées dans les bon répertoire dès le début, où alors, dans de très rares cas, la ligne de commande me suffit.

        Dans le cas de l'interface de Digikam, les menus proposent un accès direct aux fonctionnalités de reconnaissance faciale, alors que les fonctionnalités les plus utilisées pour la retouche (crop, rotation, luminosité, couleurs, …) sont au contraire difficilement accessibles, ce qui m'a effectivement un peu énervé pour un logiciel qui se prétend généraliste. Je ne critique pas l'implémentation de la reconnaissance, je ne l'ai même pas essayée.

        Maintenant, il n'y a aucun problème si toi il te convient, dans mon cas je me contentais de répondre au commentaire me le conseillant, et j'ai bien voulu prendre le temps de lui laisser une nouvelle chance, et de proposer mon retour, vu que, à part Gimp, je trouve malheureusement l'offre sur Linux souvent baclée et je suis donc preneur de tous les conseils.

        • [^] # Re: Finitions

          Posté par  . Évalué à 4.

          Digikam est un gestionnaire d’albums avec des fonctions avancées permettant différents plans de classements indépendants de l’arborescence sur disque et des « simples albums » par répertoire :
          - Géolocalisation : quand je me balade, je fais une trace GPS et une photo de mon GPS pour recaler les dates à la seconde et placer les images sur la trace et la carte. Je peux ensuite faire une recherche de toutes les photos prises en 15 ans à tel endroit quel que soit l’album de lequel elles se trouvent.
          - Tags : Ce qu’on veut (j’ai une arborescence de tags indiquant Qui / Où / Quoi, la qualité de la photo, si elle est à exporter dans mon prochain livre photo, etc.)
          - Champs Exifs…
          - Intervalles de dates : dans une seule vue toutes les photos de 2010 à 1012…
          - …
          Et bien entendu, la recherche avancée permet de cumuler ces critères (toutes les photos avec le tag « statue » prises à Plétin les Oies entre mars et juin 2020). Je n’ai pas trouvé de système de fichier (Longhorn et d’autres ont essayé) permettant ce type de classement multi-facette avec recherche quasi instantanée. C’est la force de la base de données.

          Si ton plan de classement te suffit et que ce qui t’intéresse, c’est la retouche, alors laisses tomber Digikam et regarde son petit frère : Showfoto. Il contient l’éditeur de tag et la retouche de Digikam (c’est juste une autre interface aux mêmes « plugins » d’édition) sans la partie gestion d’albums et donc la base de données. Ce n’est pas The Gimp, mais pour les bases de la retouche de photos sorties d’un APN, ça commence à être pas mal…

        • [^] # Re: Finitions

          Posté par  . Évalué à 6. Dernière modification le 14/10/21 à 20:08.

          Insulter les gens… n'exagérons rien, les RG […]

          Tu fais l'impasse sur les autres comparaisons flatteuses que tu as cité…

          En l'occurrence, l'utilisation d'une base de donnée nécessite beaucoup de temps lorsque tu lances l'application pour la construire ou la mettre à jour.

          Dans mon cas ça prend 2" pour 70000 photos au lancement pour la mettre à jour.

          La recherche ne me concerne pas, mes photos étant bien triées dans les bons répertoires dès le début.

          J'ai 70000 photos, nommées par horodate et rangées par année (24 ans) et par mois. Mais même si tu les as rangé d'une façon qui te paraît plus efficace pour toi*, quand ça couvre une grande période, tu peux avoir besoin d'outil pour en retrouver une en particulier. Et ça passe forcément par une base de données sous peine de prendre très très longtemps.

          Sachant que le "astucieux" d'aujourd'hui te paraîtra peut-être inefficace plus tard, quand tes besoins de retrouver une photo auront changé (d'où mon choix d'une méthode basé sur un critère pérenne : la date).

          alors que les fonctionnalités les plus utilisées pour la retouche (crop, rotation, luminosité, couleurs, …).

          Ça ferait beaucoup de boutons à mettre en accès direct, d'autant qu'ils viendraient se rajouter aux boutons incontournables d'un gestionnaire de photos. Le bouton "Éditeur d'image" permet l'ouverture de l'image sélectionnée dans l'éditeur d'image et la plupart des boutons que tu souhaites apparaissent en accès direct. Tu trouves que c'est "difficilement" accessible ?

          Ceci dit, pour moi, la retouche est une fonction accessoire d'un gestionnaire de photos. Pour ça je préfère utiliser un logiciel de retouche (Darktable, en l’occurrence).

          Btw, tu peux définir des raccourcis clavier, notamment pour le move.

          PS. The last but not the least : je ne cherche pas à te convaincre d'utiliser Digikam, juste à relever, pour d'autres lecteurs éventuels ici, des points qui me paraissent erronés.

          • [^] # Re: Finitions

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

            En fait digikam m'avait toujours rebuté également du fait de sa base de donnée et de son interface touffue, mais au final je passais totalement à côté de ses capacités de recherche et de classement qui m'ont maintenant totalement convaincu. Je précise que je bosse pas aux RG et que je n'ai pas de compte facebook, je cherche juste à me faciliter la vie et redécouvrir mon stock de photos.
            En revanche pour l'édition je continue à utiliser Gimp ou Darktable pour les photos en mode raw, voire quelques scripts bash pour le traitement par lot.

            https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

          • [^] # Re: Finitions

            Posté par  . Évalué à -2.

            « Tu fais l'impasse sur les autres comparaisons flatteuses que tu as cité… »

            S'il te plait, pourrais tu citer dans mes commentaires la liste des insultes dont j'aurais gratifié les utilisateurs de Digikam ?

            • [^] # Re: Finitions

              Posté par  . Évalué à 1.

              Donc, parce que j'ai dit du mal de ton logiciel préféré, tu viens sans vergogne me calomnier ? Tu ne trouves pas ça un peu exagéré comme comportement ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.