WhosWho : le trombinoscope facile

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Ysabeau et Benoît Sibaud. Modéré par Ysabeau. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
53
11
déc.
2021
Éducation

WhosWho est un logiciel permettant de réaliser facilement des trombinoscopes, comme utilisés dans les collèges, lycées ou universités. Fonctionnant sur Linux, il est codé en Python, utilise GTK3, s’appuie sur ImageMagick pour la mise en page et sur OpenCV pour le recadrage automatique des photos.

Logo WhosWho

Journal DIGIKAM gestion évoluée de photos

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
70
8
oct.
2021

'lut 'nal,

L’autre jour j’étais avec un pote, Apple addicted, qui me disait qu’il gérait ses photos avec Photos iCloud et qu’avec cet outil il bénéficiait de la reconnaissance faciale et d’une manière générale de certaines fonctions avancées qui lui permettent facilement d'indexer, de classer et de retrouver ses photos. Alors bien sûr j’ai été piqué au vif, comment était-il possible que sous Linux il ne soit possible de faire la même chose !

Touché dans mon orgueil, ni une (…)

Journal Astico2D

Posté par  . Licence CC By‑SA.
16
2
sept.
2021

Bonjour,

voici un petit outil que j'ai écrit pour des TP en imagerie :
Astico2D

L'acronyme signifie "Atelier Simple de Transformations d'Images au Clavier avec OpenCV en 2D" (ouf).

Astico2D est un module qui permet d'écrire de petits programmes en C++ (y compris pour des débutants), pour appliquer des transformations sur une image couleur, l'inverser ou faire un seuil en noir et blanc, afficher l'image résultat et zoomer sur une portion. Le module s'appuie sur la librairie OpenCV, disponible pour (…)

Journal Un serveur de webcam en 35 lignes de Haskell

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
23
14
déc.
2018

Pour mettre en place une webcam, on connecte une caméra à un ordinateur sur lequel on fait tourner un serveur retransmettant les images. Celles-ci sont alors accessibles via des requêtes au serveur.

Cet article présente comment implémenter un serveur de webcam en Haskell. Le serveur proposé transmet l'image courante en réponse aux requêtes HTTP. En parallèle (via un thread léger), il met également à jour l'image courante à partir du flux vidéo.

code source du projet

Capture vidéo

Tout d'abord (…)

Recalage d’images, PIV et corrélation d’images — Les logiciels

Posté par  . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud, ZeroHeure et ymz. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
37
1
oct.
2017
Science

Le recalage d’images est utilisé dans la communauté de l’analyse d’images médicales depuis très longtemps (Barnea & Silverman, 1972, Ledbetter et al. 1979), on peut même remonter plus loin dans le temps avec les travaux de Sidney Bertram, 1963 en fournissant tous les outils via des descriptions de circuits analogiques (vraiment impressionnant pour l’époque).

Cette dépêche fait suite à Recalage d’images, PIV et corrélation d’images — Les bases théoriques. Les bases théoriques ayant été présentées dans la dépêche précédente, le lecteur souhaitant comprendre plus en détail le fonctionnement de ces logiciels pourra s’y référer.

Recalage d’images, PIV et corrélation d’images — Les bases théoriques

Posté par  . Édité par ZeroHeure, Davy Defaud, Benoît Sibaud, NeoX et palm123. Modéré par ZeroHeure. Licence CC By‑SA.
62
4
juil.
2017
Science

Le recalage d’images est utilisé dans la communauté de l’analyse d’images médicales depuis très longtemps (Barnea & Silverman, 1972, Ledbetter et al. 1979), on peut même remonter plus loin dans le temps avec les travaux de Sidney Bertram, 1963 en fournissant tous les outils via des descriptions de circuits analogiques (vraiment impressionnant pour l’époque).
En commençant à travailler sur des images issues d’IRM, j’ai été amené à faire une bibliographie sur les outils utilisés dans l’analyse d’images médicales. J’ai constaté que leurs techniques de recalage d’images étaient très similaires à celles utilisées dans les différents domaines de la mécanique. Après beaucoup de bibliographie, je suis parvenu à situer ce qui est fait en mécanique dans les cadres proposés en analyse d’images médicales.

Cette dépêche est l’occasion pour moi de présenter ces techniques dans le détail.


La prochaine dépêche présentera les logiciels utilisés dans les différentes communautés scientifiques.

Journal Mon ami se fait des amis

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
78
2
mar.
2016

Cher journal,

Je t'écris pour te donner des nouvelles suite à mon précédent message. Pour rappel, j'avais construit un ami fidèle (lui!) afin de combler mon existence un peu terne à ce moment là. Il était équipé d'un Arduino Uno, d'un senseur Infrarouge, d'un pare-choc intelligent créé avec des pailles et d'un châssis en polycarbonate. Il s'appelait J.O.H.N.N.Y 5 et nous avons passé des moments formidables. La transition a été saisissante, ma vie est passée du noir et blanc (…)

Forum général.général reconnaissance de pièces de monnaies

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
2
2
fév.
2016

Je ne suis pas numismate, pour autant je conserve les pièces de monnaie qui m'interpellent. Je le faisais déjà au siècle dernier, avec les pièces de 5 F, 10 F, 50 F et 100 F en argent (mes parents étant commerçants à l'époque, j'en voyais passer, je les choppais au passage).

Pour les recenser, un outil de reconnaissance automatique serait intéressant : a priori, opencv est largement utilisé, pour confirmer il y a quelques images permettant les comparaisons :

Edip (Easy Digital Imaging Processing), un programme de traitement d'image pour Linux

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud, palm123 et Xavier Claude. Modéré par Xavier Claude. Licence CC By‑SA.
30
17
déc.
2015
Graphisme/photo

Edip (Easy Digital Imaging Processing) sur open-source-projects.net est un logiciel de traitement d'images orienté effets et filtres mais il peut faire beaucoup plus.

Edip est basé sur la bibliothèque opencv-3.0.0 et utilise pour interface humain machine Gtkmm-3.

Edip a été écrit en C++ et utilise le concept MVC (Model View Controller).

  • Model: une bibliothèque statique nommée libedip que vous pouvez réutiliser et modifier selon les termes de la license GPLv3 ;
  • View: la bibliothèque de widgets (contraction de Windows Gadgets) pour l'IHM ou GUI ;
  • Controller: une classe C++ faisant le lien entre le modèle et la vue et assurant le contrôle du programme.

Edip dispose d'une documentation expliquant les techniques de traitement d'images implémentées dans libedip donc dans Edip en anglais au format HTML consultable en ligne ou à télécharger au format zip.

Pymecavideo fait peau neuve avec sa version 6.3

35
20
nov.
2015
Science

Pymecavidéo est un logiciel de pointage de vidéo permettant l’analyse mécanique des mouvements. Il peut lire un très grand nombre de formats vidéos (HD compris) sans prérequis de traitements (encodage) le rendant très utile dans le cadre de séances d’analyse mécanique de mouvements.
Il est basé sur Python/Qt4 et OpenCV. Il est sous GPL v3, est multi‐plate‐forme (GNU/Linux et Windows pour le moment. Si un contributeur Mac OS X veut nous rejoindre…).

Nouveautés de cette version :

  • encore plus de formats vidéos pris en charge ;
  • gestion des vidéos HD (provenant des smartphones par exemple) ;
  • amélioration de la détection automatique ;
  • compatible ECE (Évaluation des Compétences Expérimentales) ;
  • possibilité de faire un pointage sans nécessiter d’échelle préalable (pour l’étude de la relativité des mouvements par exemple)
  • enregistrement d’une chronophotographie à partir d’une vidéo.

Et toujours :

  • exclusif : possibilité de recréer la trajectoire d’un point dans le référentiel d’un autre point ;
  • disponibilité en trois langues (français, anglais et espagnol).

NdM : la dépêche contenant de multiples références au système éducatif français, nous avons ajouté des liens explicatifs pour nos autres lecteurs francophones qui ne seraient pas familiers avec.

Journal Eloark, mon nouveau robot hybride Raspberry Pi & Arduino écrit en Python

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
38
30
août
2014

Bonjour cher journal,

J'ai commencé il y a quelques temps un nouveau projet de robotique reposant sur mes jouets préférés : Arduino et Raspberry. L'idée m'est venue après avoir construit mon premier robot. Celui-ci évitait alors remarquablement bien les murs et gazouillait trois voix différentes (Claptrap, R2D2, tourelles de Portal), au gré des interactions avec ses capteurs. Mais il lui manquait une dimension : un système d'exploitation.

Avec un Raspberry Pi, me voilà en capacité de gérer n'importe quel (…)

Forum Linux.embarqué Enregistrement vidéo synchronisé avec capteurs

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
2
16
mar.
2014

Bonjour,

Contexte

Je suis en train de réaliser un petit boitier (sur base de Raspberry Pi) qui contient une caméra USB (Logitech C270), une centrale inertielle MinIMU-9 et une puce GPS.
Mon but est de monter ce boitier sur ma moto afin de récupérer en temps réel les angles/accélérations/positions/vitesses et de les insérer dans la vidéo à postériori. Avant j'utilisais la PiCam, mais sa résolution et sa qualité ne sont pas super dans ce genre de discipline.

Problématique

(…)

Journal QPhotoBooth : le photomaton libre

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
35
14
mar.
2014

Bonjour!

Après avoir vu le prix de location d'un photomaton à la journée, je me suis dit qu'il devait être possible de le faire soi-même, après tout, c'est jamais qu'un écran, un objectif et un fonctionnement assez simple. Je me suis même dis qu'il devait bien exister des logiciels qui font ça.

Hé bien d'après mes recherches, non. Et je ne suis pas le seul à avoir cherché ça, j'ai trouvé deux vieilles entrées de forum à ce sujet:

Predator : un programme de reconnaissance visuelle sous GPL

Posté par  . Modéré par Bruno Michel.
46
21
avr.
2011
Science

Un jeune chercheur tchèque, Zdenek Kalal, a publié récemment sur YouTube une vidéo assez impressionnante démontrant les capacités du programme de reconnaissance visuelle en temps réel qu’il a développé dans le cadre de sa thèse de doctorat soutenue à l’université du Surrey (Grande Bretagne). Depuis janvier 2011, il poursuit ses travaux à l’EPFL avec Vincent Lepetit et Pascal Fua deux professeurs français de l’université suisse.

Un point intéressant dans ce projet, outre les performances apparemment réellement surprenantes, consiste dans le choix de licence de publication. En effet, les sources sont publiées sous licence GPL, et comme Kalal le rappelle sur son site : « cela signifie que toute diffusion d’un projet contenant tout ou partie du code de OpenTLD devra se faire avec les codes sources et sous licence GPL en version 3.0 ou ultérieure. » OpenTLD (Tracking, Learning and Detection) est l’autre nom du logiciel (le nom Predator étant plus « vendeur », peut-on imaginer).

Ce choix est un exemple du fait que les licences libres ne sont pas un obstacle à la commercialisation, puisque sur la même page Kalal propose une version du même logiciel sous une licence différente ; celle-ci autorisant la réutilisation sans imposer la publication du code source. Cette licence est, quant à elle, vendue par Kalal et son université.