Journal Soissons : Mort sur le Libre

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
-1
22
jan.
2008
Il est des jours où l'on a envie de tout laisser tomber et retourner à son existence égoïste sans se soucier des autres, il y en a d'autres où le sentiment d'être trompé est trop fort et que l'on désire se libérer : c'est un jour comme cela aujourd'hui.

Je m'inscris dans l'univers du libre depuis bientôt 10 ans, tout doucement d'abord, en me libérant de Access pour utiliser Mysql et Php, en sensibilisant mon entourage professionnel sur l'importance de la maîtrise effective de ses outils, en répondant à un article de ZDNET pour la communauté PHP en France [1], en faisant migrer petit à petit mon entourage familial et professionnel, en faisant une conférence à L'Engref sur l'importance des formats ouverts dans la conservation à long terme des données [2].
Il arrive un moment où ces actions individuelles ne suffisent plus. Je me suis alors investi dans le monde associatif. D'abord au Cétril, triste et sinistre décision [3] lorsque l'on sait que le président du Cétril disait que "l'informatique libre n'est qu'un prétexte pour le développement économique du Soissonnais". Je m'étais ouvert de l'aspect fumeux de Cétril à M. Jean Marie Paulin, président de la communauté d'agglomération du soissonnais financeur de Cétril, sous la forme d'une lettre ouverte. Il avait, lors de l'assemblée mémorable du Cétril, balayé mes interrogations d'un simple revers de manche : l'effet du prince.

Donc attendre le salut du libre grâce à Cétril, c'est mort.

Qu'a cela ne tienne, je trouve une autre association dans le soissonnais, Psil, qui semble correspondre à mes besoins d'agir concrètement, 3 fois hélas, je tombe de Charybde en Scylla. Tant que l'on suit un train train, pas de vague, pas de question, tout va bien. Les "ennuis" commencent réellement novembre-décembre 2007 lorsque Mrs Alain Jezequel et Pierre Jarret décident de mettre en oeuvre la création d'un consortium d'entreprise autour du logiciel libre avec comme personnage central Mr Alain Crémont, président de 2SI, grosse SSII dans le soissonnais [4]. Dans l'absolu, pourquoi pas, qu'une grosse entreprise se penche sur le libre est toujours une bonne chose. Maintenant, la question est pourquoi avoir créé un consortium d'entreprise autour de 2SI alors qu'existait déjà depuis un an un tel consortium [5]. Pourquoi 2SI ? à la page de "leurs solutions", on y trouve de grand noms certes, mais pas ceux du libre : Sap, Sage,Trend micro, Lotus, windows system server, Alcatel etc. On peut s'interroger alors sur ce choix pour le moins étonnant. On peut également réfléchir sur le pourquoi M. Pierre Jarret décide seul d'engager l'association Psil dans cette démarche, alors que la question posée aux membres sur la mailling liste récolte 5 "non" et 2 abstentions.

En fait, si l'on se penche plus avant sur la question, il apparaît que M. Alain Jezequel (société Beten Consultant, CA de Cétril, CA de Psil, Ex Consortium Free Aisne Valley) a été payé plus de 15 000 euros pour faire ce montage (et moi qui pense encore en terme de bénévolat!). Normal, tout travail mérite salaire. Mais ce qui est étonnant c'est que cette décision de création de consortium, occultant celui qui existe déjà depuis bientôt un an, est financé par ... M. Jean Marie Paulin, président de la Communauté d'Agglomération du soissonais (oui, oui, le même), dans le cadre de la délégation qu'il possède du bureau de la communauté d'agglomération.(c'est une décision qui n'a pas été soumis au vote des élus). Dans le même temps, toujours dans le cadre de cette délégation, M. Jean Marie paulin, à la veille des élections, renouvelle le contrat de prestation pour 3 ans avec 2SI (oui oui, le même 2SI) [entre 100 000 et 200 000 euros sur 3 ans.] Les mauvaises langues susurrent déjà.

Passé le premier dégoût, on peut se dire que nous ne voyons que le doigt malgré la volonté des sages de nous montrer la lune et nous pouvons imaginer que les collectivités locales agissent avec sérieux et compétence. Mais un rapport du Sénat montre que justement non. [Les symptômes cumulés d'une reconversion inopérante : le bassin d'emploi de Soissons] [6]
morceau choisi :
" [....] La commande d'un concept architectural à l'architecte Wilmotte traduit l'inexpérience du maître d'ouvrage local : en effet, seule une équipe réunissant architecte-commercialisateur-investisseur pourrait soulager la collectivité du portage financier de l'opération. De plus, les sommes dépensées pour la réhabilitation d'un seul bâtiment aurait pu être apportées dans un partenariat public-privé sur l'ensemble du site (8 hectares) ; [...]".

Ce rapport est un florilège d'une lecture rafraîchissante (qui fait froid dans le dos) lorsque l'on voit les sommes dépensées pour si peu d'effets : il faut effectivement rayer beaucoup de chômeurs et rmiste pour équilibrer les budgets.

Nous sommes allés voir, en tant que consortium d'entreprise Free Aisne Valley, le directeur économique de la Communauté d'Agglomération, en décembre dernier, pour présenter le projet LLSOLL (laboratoire de langue entièrement numérique uniquement logiciel libre). On ne demandait rien, on proposait à la collectivité de soutenir la création d'activité économique autour de ce produit innovant, sans concurrence sérieuse, avec un véritable marché. Nous avons été ignoré, gentillement certes, avec les mots habituels (nous comprenons [.... blabla ...] projet intéressant [... blabla ...] souhaitons longue vie [... blabla ...]). Je me demandais à l'époque comment le département développement économique d'une collectivité territoriale pouvait écarter, sans même les étudier, des possibilités de croissance locale, maintenant je sais : nous n'étions pas dans les projets du prince.

Donc attendre le salut venant de la collectivité territoriale, c'est mort.

Pierre Jarret à l'avantage de cumuler les postes de président de Psil, président de Mutualibre, trésorier de l'Addulact, et secrétaire général de Intelli'aisne (la nouvelle association créée à 3 mois des élections qui va révolutionner le libre à soissons - rien que le nom m'amuse). Depuis que Pierre Jarret souhaitait transformer Psil en structure commerciale, voila un joli terrain de jeux en forme d'atelier protégé pour lui. En effet, Psil répond aux appels d'offres de réalisation technique,[7] (oui, c'est un .doc : on ne se refuse rien chez Psil et oui, c'est contraire à ses statuts[8]). Lorsque l'on en fait remarque à son président/Dieu_le_père la réponse de M. Jarret est :"Nous avons aussi des charges comme les sociétés de service. Sauf si quelqu'un veut payer nos URSAFF et Assédic ...Mais là je sens d'avance le joker !".
Dans un matérialisme historique qui n'hésite pas à sacrifier ses enfants pour le bien de certains, Pierre Jarret décide tout seul en comité restreint et écarte de son chemin ceux qui ne sont pas d'accord. Peu associatif comme comportement mais tellement "Realpolitik", on se croirait au Cétril. Je ne parlerais pas de mon éjection (je n'étais vraiment pas d'accord avec la participation à ce consortium) car je serais juge et partie, mais je ferais référence à ceux qui sont partis car ils trouvaient le comportement de Pierre Jarret indécent : le co-fondateur de EOLLE [12] (une association du libre à Laon), le président de ubuntu-fr [13], et April[14] à propos de l'Addulact dont Pierre Jarret est trésorier.

Pour finir puisqu'en dernier ressort, on ne doit juger que sur les actes : Les déclaration d'Intelli'aisne [9] :

"Et l'équipe travaille déjà sur des projets comme un logiciel de gestion des cimetières ou un parapheur électronique."

- le logiciel de gestion des cimetières existe déjà : opencimetierre (il y a d'ailleurs un groupe de travail Addulact sur le sujet.) [10]
- Le parapheur électronique existe déjà : S2low, cofinancement de la scic Addulact.[11]

Intelli'aisne semble récupérer le travail des autres en le présentant comme sien, avec une bonne dose de communication, les faveurs du prince et la bénédiction du pouvoir central. Que dire de personnes qui travestissent la réalité pour donner un semblant de légitimité à ce projet scélérat.

Sur ce sujet bien particulier, Psil n'est pas en reste car il présente le logiciel LLSOLL sur sa carte de voeu alors que c'est un projet du consortium d'entreprise de Free Aisne Valley et pas du tout de Psil.

Si l'objectif de la création d'Intelli'aisne est de partir à la chasse aux subventions, nous porterons à l'attention des administrations compétentes cette manoeuvre qui consiste, pour une collectivité locale, à créer une associaton d'entreprise en imposant des intervenants de 'leur réseau relationnel' pour ensuite soutenir des demandes de subventionnement. Je ne suis pas certain que les finances nationales voient d'un bon oeil cette gestion toute kolkosienne décomplexée de l'économie locale.

Si pour Le Cétril le libre était un prétexte, pour Pierre Jarret c'est différent : "Ethiquement, on pense que le libre est la voie à prendre mais il y a une réalité du marché et il ne faut pas être sectaire" [c'en est presque du pragmatisme prostitutif] : dure reconversion pour un professeur de l'enseignement public à l'orée de la retraite.

Le pouvoir politique corrompt tout ce qu'il touche. Le libre est mort à Soissons et l'argent du libre profitera aux entreprises du monde propriétaire qui l'utilise. Cette réalité "de marché" est économiquement compréhensible, mais elle est éthiquement et moralement inacceptable lorsque les collectivités financent cet état de fait dans l'ombre et le flou et lorsque certaines associations "dite du libre" soutiennent cette démarche en bon petits soldats du pouvoir central en pleine pré-campagne électorale.


hervé Couvelard


[1] - la réponse de la communaté PHP en France à ZD-NET 2001
http://www.sam-mag.com/archives/php1.htm (article php)
[2] - La conférence à l'Engref sur les formats pérennes. - 2004
http://www.cegeb.com/evolution-informatique.php (conférence engref)
[3] - Le libre à Soisson - Acte 1 : le Cétril - 2007
http://linuxfr.org/~herve_02/24092.html (Cétril acte 1)
[4] - la SSII 2SI système
http://www.2si-systemes.fr
[5] - Le consortium Free Aisne Valley
http://Psil.fr/wiki/index.php?title=Charte_du_consortium
[5 bis ] Pré-version du nouveau site Free Aisne Valley
http://freeaisnevalley.com/
[6] - le rapport du sénat sur le bassin Soissonnais - Rapport d'information n° 374 (2003-2004) de M. Francis GRIGNON,
http://www.senat.fr/rap/r03-374/r03-37460.html
[7] - La réponse Psil à l'appel d'offre Cétril
http://www.patrimoine-pour-demain.com/cetril_cahier_des_char(...)
[8] - les statuts de Psil
http://Psil.fr/spip.php?article4
[9] - Article de L'union su La création d'Intelli'Aisne
http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/93159/I(...)
[10] - Le logiciel OpenCimetière sur la Forge Addulact
http://adullact.net/projects/opencimetiere/
[10 bis] - La création du groupe de travail cimetière chez Addulact
http://www.adullact.org/article.php3?id_article=446
[11] - La faq Addulact sur S2Low, le parapheur électronique.
http://faq.adullact.org/


[12] Le cofondateur D'Eolle quitte Psil

Bonjour,

En tant que co-fondateur de EOLLLE (morte-née) et après avoir suivi
les discussions de la liste : [...]

- je me désabonne de la liste.

Je n'étais pas très chaud pour le rapprochement de l'ex-EOLLLE et
de PSIL, mais j'ai laissé faire. De la manière dont cela s'est fait,
mon opposition n'aurait pas eu beaucoup d'effet, il est vrai.
Mais cela m'a apporté un éclairage sur le mode de fonctionnement
que je soupçonnais au PSIL.

Ayant eu brièvement des contacts avec le CIL-CETRIL il y a 2 ou 3
ans, j'avais quelques réserves vis à vis de PSIL. Je pense désormais
qu'il est temps pour moi de partir.

Le Soissonnais n'est pas le Laonnois, visiblement.
Je suis contre le manque de transparence.
Je suis contre la gouvernance "opaque".
Je suis contre le fait d'être "obligé" de venir aux "brainstorming"
pour avoir de vraies informations, alors que cela m'est impossible.
...
Je pense que créer des emplois pérennes est important. Mais j'ai des
doutes sur la méthode utilisée.(...)

Les montages bancals "économico-asociativo-politico-administratifs",
ça coûte cher, ça marche pas bien. C'est très peu efficace."

Laurent Bertaud



[13] Le président de Ubuntu-fr quitte Psil.

"J'apprend avec désarroi la création du collectif Intelli-Aisne, malgré le vote sur cette mailing list qui s'etait soldé par 2 abstentions et 5 voix contres.
Je constate également l'irrespect manifeste du président de l'association au vote des membres qu'il a lui même proposé, au vu du bannissement de deux personnes ayant osé exprimer un avis contraire à celui exprimé par le président.
Je constate également le licenciement des permanents (a confirmer?) dont le sujet n'a même pas été évoqué ici.

Je condamne le recours systématique de Pierre pour se justifier à la "majorité silencieuse" et "aux gens qui me contactent par telephone le soir" que Pierre fait systématiquement
intervenir. Dans un vote, les coups de téléphone le soir, Pierre, ca ne compte pas.

Je m'étais inscrit pour essayer d'aider à garder un "certain esprit du libre", qui, semblerait-il, est maintenant loin, dû aux manipulations, à la mauvaise foi, et à l'irrespect de certains (pas ceux qu'on pensent).

Je présente donc également ma démission de PSIL et demande à être supprimé de cette mailing list, si ce n'est pas déjà fait.

Cordialement,
Yann Hamon


[14] April quitte le CA Addulcact

"[....] Ayant constaté plusieurs problèmes et ne pouvant y remédier, l'APRIL
n'a plus la volonté de se maintenir au conseil d'administration de
l'ADULLACT (et ne candidatera donc pas lors de la prochaine assemblée
générale) [....] alors que le _trésorier_ précisait que « la dernière AG a validé la démarche d'obtention de la reconnaissance d'intérêt public pour
l'Adullact et que cette obtention requiert des règles précises en terme
de comptabilité », l'APRIL a dû demander par six fois un accès
aux informations comptables, pour n'obtenir qu'une consultation limitée. [...]"
  • # bravo

    Posté par . Évalué à 10.

    bravo pour ton engagement depuis longtemps
    bravo pour ta persévérance
    bravo pour ce journal instructif et bien rédigé

    Tu sembles un peu dégoûté, ce qui est compréhensible, mais il ne faut pas te laisser envahir par le comportement d'une poignée d'individus peu recommandables. On trouve souvent de ces individus qui concentrent médiocrité, prétention, individualisme, despotisme si l'occasion se présente, nullité dans tous les domaines etc. J'ai même entendu, d'une source on ne peut plus concerné, la phrase suivante : "On fait souvent de la politique parce qu'on est incapable de faire autre chose.". Pour toutes ces raisons et pour d'autres encore, le pouvoir politique au sens large a une fâcheuse tendance à concentrer les défauts des hommes.

    Mais ton cas n'est visiblement pas désespéré car tu sembles soutenu par du monde, il est donc probablement temps pour toi de passer à l'étape suivante et de fonder une association qui te ressemble, au lieu d'en chercher une. Bon courage en tout cas.
    • [^] # Re: bravo

      Posté par . Évalué à 4.

      tant vont les cruches à l'eau, que le vase de Soisson se casse...

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: bravo

        Posté par . Évalué à 2.

        Et la bave du crapeau n'empeche pas la caravane de passer.
    • [^] # Re: bravo

      Posté par . Évalué à 3.

      J'ai même entendu, d'une source on ne peut plus concerné, la phrase suivante : "On fait souvent de la politique parce qu'on est incapable de faire autre chose.".


      Je pense que j'aimerais beaucoup la personne politique qui a dit cette phrase.

      Elle permet à l'interlocuteur d'entendre ce qu'il veut : avez-vous pensé à remplacer "la politique" par votre propre secteur d'activité dans cette phrase?
      • [^] # Re: bravo

        Posté par . Évalué à 2.

        je pense que ce personnage politique a voulu exprimer son incapacité totale à produire quoi que ce soit lui même, ce qui me semble très concret. C'est pourquoi il s'est rabattu sur la direction dans sa forme la plus pure : la politique. Ça me fait penser au principe de Dilbert d'ailleurs.
  • # Vous allez trop vite

    Posté par . Évalué à -10.

    Ces associations sur le libre n'ont pas encore lieu d'être.

    Vous devriez lire le "manifeste du parti linuxien", par moi même, un peu obsolète mais toujours d'actualité.

    En gros, ce qu'il faut avant tout ces blablas, c'est une distrib (Linux ou autre), qui a une grosse audience.
    Mais pour cela, il faut quelque chose de bon. Si un truc est bien foutu, ça suivra (cf firefox).
    C'est "l'élement déclencheur", si vous préférez. Marx disait que ce qui entrainerait vraiment le communisme, c'était une révolution par la violence.

    J'aurais beaucoup à dire sur ce sujet, je vous laisse développer seul.
    • [^] # Re: Vous allez trop vite

      Posté par . Évalué à 4.

      pour ceux qui n'ont pas lu le commentaire ci dessus, hélas masqué, je vous présente des morceaux choisis :


      Vous devriez lire le "manifeste du parti linuxien", par moi même, un peu obsolète mais toujours d'actualité.

      ... un concept qui a de l'avenir dans les années passées


      Mais pour cela, il faut quelque chose de bon.

      chers développeurs du libre, voici un conseil éclairé.


      Marx disait que ce qui entrainerait vraiment le communisme, c'était une révolution par la violence.

      Marx disait que ce qui entraînerait le communisme, c'est l'alliance des forces exploitées dans tous les pays, la lecture du capital et qu'ensuite le changement du système serait difficile à faire sans résistance de la bourgeoisie en place. Et quand bien même, qu'en conclure pour notre problème ? Où est le rapport entre la qualité du libre, sa popularité, et la violence ?

      Pour ceux qui se posent des questions sur cet ensemble quelque peu hétéroclite, désolé mais :

      J'aurais beaucoup à dire sur ce sujet, je vous laisse développer seul.


      comme ça on t'aura lu, ciol :)
      • [^] # Re: Vous allez trop vite

        Posté par . Évalué à -10.

        Tout est lié. Je parle d'élément déclencheur. Il n'y a aucun rapport, c'était une analogie. C'est le bon sens qu'il l'emporte. Pas besoin d'associations pour ça. MySQL, Apache. Ça devrait vous faire tilt. Il ne manque que l'OS. Il faut des *faits*, et pas du blabla. Forcément, quand on se réunit sans savoir trop où aller, sans avoir de faits derrière nous, on tourne en rond et on se critique.

        On sait plus quoi faire, qui est on est et pourquoi on l'a fait, alors ça devient un fiasco et on a ce journal.
  • # L'effet du prince

    Posté par . Évalué à 6.

    En réalité, il s'agit du "fait du prince".
  • # Bof ...

    Posté par . Évalué à 1.

    Vu le nombre de noms qui sont cités, j'espère que personne ne pensera à attaquer linuxfr en diffamation parce que je n'ai aucune envie de cotiser pour l'achat d'un nouvel avocat.

    Concernant le fond, pas de remarques, mais sur la forme il y a un petit quelque chose qui me semble malsain. Genre utilisation d'un site à forte fréquentation pour un règlement de compte personnel.

    Le même journal avec seulement les faits me dérangerait moins. Là ça sonne comme une envie de juste dénigrer (il en restera toujours quelque chose n'est-ce pas).

    Il y avait sans doute des endroits plus adaptés pour ça.
    • [^] # Re: Bof ...

      Posté par . Évalué à 9.

      Mouais. Faudrait fermer sa gueule sous prétexte qu'il y a un risque juridique ?

      D'après la loi, c'est l'auteur du texte, le responsable juridique de l'écrit. Si il ment, c'est de la diffamation. Sinon, c'est juste la vérité.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Bof ...

        Posté par . Évalué à 7.

        Si il ment, c'est de la diffamation. Sinon, c'est juste la vérité.


        Soissonais et placé en première place de ce désastre qui prend naissance chez moi, je peux te dire que c'est la seconde affirmation qui prévaut.
      • [^] # Re: Bof ...

        Posté par . Évalué à 10.

        De la diffamation, ça n'a pas besoin d'être faux. Tu confonds avec la calomnie ;-)
      • [^] # Re: Bof ...

        Posté par . Évalué à 6.

        Raté.

        La diffamation n'est pas relative à la notion de vérité ou de mensonge (pas plus que le droit n'a la moindre chose à voir avec la morale). On parle ici de stricte application des textes.

        Le simple fait de dire ici qu'untel est coupable de détournement d'argent public ou d'origine publique (il y a une petite nuance sur ce point dans la loi) alors qu'aucun jugement n'a eu lieu EST une manifestation (au sens de la loi) de la diffamation.

        Ce serait trop facile sinon ...

        Article 29 du 29 juillet 1881 : La diffamation est définie comme étant « toute allégation ou imputation d’un fait portant atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps constitué auquel le fait est imputé »

        "L’intention de nuire de l’auteur de la diffamation ou injure est présumée. L’infraction de diffamation n’existe et n’est punissable que le si le fait diffamatoire a fait l’objet d’une publicité, c’est-à-dire a été porté à la connaissance du public par tous moyens. La publicité est caractérisée si le message diffamatoire ou injurieux est mis à disposition du public, et accessible à plusieurs personnes"

        La jurisprudence sur le sujet, quand elle s'applique à internet, ne laisse aucun doute sur l'interprétation qui en est faite pour les juges.

        Et quand bien même l'hébergeur n'est pas responsable, recevoir la notification d'une décision conservatoire suite à un référé n'est pas franchement la vocation première d'une association (sans compter le temps et l'énergie nécessaire que ça implique ensuite, sans parler de l'avance des frais).

        Donc quand bien même tout serait vrai (et je n'en doute pas, ce qui empire la situation), ça n'enlève rien à mes premières remarques.
        • [^] # Re: Bof ...

          Posté par . Évalué à 8.

          Il y a des lois qui mériteraient d'être abrogées...

          À part cela, féllicitations pour tous les pourvoyeurs de l'auto-censure. Dans les médias d'information, on a aussi que ce que l'on mérite.
    • [^] # LCEN

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Vu le nombre de noms qui sont cités, j'espère que personne ne pensera à attaquer linuxfr en diffamation parce que je n'ai aucune envie de cotiser pour l'achat d'un nouvel avocat.

      La LCEN a été décriée, mais elle apporte des choses aussi...
      Ici, LinuxFr n'est que Hébergeur, si LinuxFr ne fait pas de rétention d'information (fournir au juge l'@IP du méchant), LinuxFr ne craint rien.
      Ne mélange pas le rédacteur de son hébergeur.
      Seul le rédacteur risque quelque chose (à lui d'assumer)
      • [^] # Re: LCEN

        Posté par . Évalué à 4.

        Pour être plus précis, Linuxfr ne risque rien sauf à avoir été informé (par lettre recommandé, c.f. http://www.maitre-eolas.fr/2007/11/07/781-le-refere-contre-w(...) ) du caractère délictueux de l'article.
        • [^] # Re: LCEN

          Posté par . Évalué à 2.

          N'y a-t-il pas aussi une histoire dans cette loi disant que si le texte a l'air manifestement hors la loi (ici, ce serait pour diffamation), l'hébergeur prend une part des responsabilités s'il ne le retire pas dans un certain délai ? (oui, "manifestement" et "certains délai" c'est vague, mais il me semble justement que la loi est tres vague la dessus ... peut-etre pour faire peur et faire appliquer le principe de "précuation" ?)
          • [^] # Re: LCEN

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Lit le lien cité par fleny68, il y a un exemple concret avec le cas Wikipedia.
            Pour résumer pour les fainéants ;-), faut une LRAR (un mail ne suffit pas) à LinuxFR, et que ce courrier fasse bien référence à la loi, et qu'il prouve que c'est manifestement interdit.
            Ici, c'est de la diffamation, chose pas simple du tout à prouver (c'est très limite entre diffamation et journalisme...), donc ce n'est pas manifestement illicite.
            Donc entre le besoin de LRAR et le non manifestement illicite, il y a de la marge.
            Déja il faut que LinuxFr reçoive la LRAR...
            Ca sera surtout donner l'adresse IP sur requète d'un juge (et seulement d'un juge) qui lui sera demandé...
            • [^] # Re: LCEN

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Cher ami,

              je ne savais qu'en plus d'avoir une "amicalité" particulière pour l'environnement propriétaire, tellement plus "pragmatique", tu avais la qualité de juge de la république.

              1 - Qui te donne le droit de juger que c'est de la diffamation ?

              Ce journal n'est clairement pas de la diffamation, je ne porte pas atteinte à l'honneur des personnes, je ne juge pas de leur comportement, je ne me prononce pas sur elles. Je raconte mon expérience, toute simple. Je ne parle que de fait "publics", et j'ai les documents écrits correspondant à ce que j'avance.

              Je ne sais pas pourquoi on a commencé à parler de diffamation. Parce que j'ai cité le nom des intervenants ? Dans le texte de loi, il n'est d'ailleurs pas nécessaire de le faire, il suffit que les gens soient reconnaissables.

              Effectivement ce journal doit déranger certains, car les faits qui y sont décrits [propos diffamatoires censurés] [ nan, j'rigole] ne font pas honneur à l'éthique du libre. Pas parce qu'ils ont choisis d'autres que "nous", parce que la manière dont cela a été fait ressemble aux tractations politiques que l'on connait pour le monde propriétaire ou politicien [non, la vente liée c'est interdit, mais soyons pragmatique - Effectivementt il faudrait un référendum, mais nous ne le demanderons pas, ce ne serait pas pragmatique].

              Dans un journal plus récent on se pose la question de ce que l'afflux massif d'utilisateur et la part_de_marché_isation peuvent changer : nous avons un exemple en direct ici.
              Si Jean Paul Dupont fait un fork du logiciel Lambda, il va y avoir un flameware de la mort pour juger du comportement éthiquement irresponsable de ce Jean Paul. Si une asso "dite du libre" s'engage dans une voie qui ne fait pas honneur a l"éthique du libre" (périphrase), rien du tout. Il y en à même qui demande de retirer le journal.


              La différence ? Dans un cas c'est "virtuel", on ne craint rien, cela fait "révolutionnaire de salon", dans l'autre cas, c'est du réel (c'est pas wow) et on se dit que ben, on a d'autres chats à fouetter, regardons ailleurs.

              C'est comme cela que se perdent des "batailles importantes", lorsque l'on évite les sujets ou a le moindre infime pouillime risque de s'exposer un peu.

              Ah si ! il faudrait un journal qui informe, mais sans les noms et super neutre :
              "Je connais une asso, dans ma ville qui s'est alliée de manière étonnante à une ssii propriétaire pour faire des tructs" : Ca c'est un journal neutre, passionnant, intéressant et oh combien informatif. Ceux qui se plaignent de la qualité des journaux par rapport à "a vent", ne cherchez pas, on a le site que l'on mérite.

              J'ai un peu peur pour le libre.

              Et en même temps, je me demande pourquoi me battre pour une majorité de personne qui s'en branle moque parce que cela ne touche pas leur quotidien immédiat.

              Je me veux même plus écrire le journal sur comment j'ai gagné, seul, mon procès contre 9 telecom et que j'ai reçu d'eux le chèque du montant de leur condamnation. [ trop sensible, diffamation, bla bla ...] Parce que faire un journal complet, documenté, avec les documents liés, une analyse, la vérification des faits, des recherches, la relecture etc..., il faut pratiquement une journée, sauf à avoir des qualités littéraires que je n'ai pas.
              • [^] # Re: LCEN

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                je ne savais qu'en plus d'avoir une "amicalité" particulière pour l'environnement propriétaire, tellement plus "pragmatique", tu avais la qualité de juge de la république.

                1 - Qui te donne le droit de juger que c'est de la diffamation ?

                Mmmm... Alors... repose-toi, calme-toi, redescent de tes grands cheveaux
                Je n'ai rien jugé, j'ai répondu à une phrase de quelqu'un, qui disait :
                Vu le nombre de noms qui sont cités, j'espère que personne ne pensera à attaquer linuxfr en diffamation parce que je n'ai aucune envie de cotiser pour l'achat d'un nouvel avocat.

                Donc ma prose disait juste : dans le cas où quelqu'un considère que c'est de la diffamation et attaque LinuxFr, LinuxFr est protégé.
                C'est tout. Aucune opinion sur le fait que ce soit de la diffamation ou pas. Rien. Tu te montes la tête, c'est tout. Calme...

                De plus, merci pour l'attaque gratuite, je ne savais pas que les gens n'avaient pas le droit d'avoir une opinion différente que toi sur les logiciels propriétaires (oui, je ne pense pas la m^me chose que toi dessus, mais aime les logiciels libres aussi. Je suis catégorisé dans les "grands méchants" aussi?).

                Si tu veux mon opinion (que je n'avais pas donné avant, mais comme tu m'agresses gratuitement, je me lache) : tu n'aimes pas ce que font les autres, OK, alors prend-toi en main, créé un LUG, créé une association, attire du monde qui ont les mêmes idées que toi, bouge plutôt que bêtement aller dans une association qui va à l'encontre de tes idées (parce que la, le "bouh ce sont des méchants, na na na..." ça fait un peu gamin tu ne trouves pas?). Critiquer l'existant est une étape, maintenant assume ta critique, et bouge! Mais commence par changer ton discours, parce que avec ce que tu écris ici (surtout dans les commentaires), il se peut que personne n'ai envie de te suivre tellement tu es actuellement "cabré"... Faire bouger les choses est une aventure qui se construit à plusieurs, avec des gens qui n'ont pas forcement exactement les mêmes idées que toi, mais que tu dois motiver pour qu'ils taccompagnent (et accepter leurs différences).
                • [^] # Re: LCEN

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Ici, c'est de la diffamation, chose pas simple du tout à prouver


                  Je pense que c'est cette phrase qui a prêté à confusion, il aurait au moins fallu ajouter un conditionnel, genre "il s'agirait une plainte pour diffamation", ça aurait changé pas mal de choses.
                  • [^] # Re: LCEN

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Ah... OK, je comprend mieux, je n'avais pas fais attention.
                    Je voulais dire : ici, ce dont on parle est une attaque en justice pour diffamation (comme toute attaque en justice : ça ne veut pas dire que le plaignant a raison, c'est au juge de trancher), et la diffamation n'est pas une chose "évidente" (comme une page de download de films protégés, ou de la pédophilie) qui mettrait l'hébergeur en infraction si il ne retire pas de lui-même la page sur demande du plaignant.
                    Donc LinuxFR ne craint rien.

                    Désolé pour la mauvaise compréhension, ce n'était pas volontaire.
              • [^] # Re: LCEN

                Posté par . Évalué à 4.

                Ton journal est vraiment intéressant, ne t'inquietes pas, et les histoires de diffamation c'était plutot parce qu'effectivement, tu es assez cassant avec certaines personnes. Apres, moi je trouve que tu as raison de les dénoncer, mais c'était juste pour rappeler que la loi francaise n'est pas toujours du coté de ceux qui se font niquer ... ce qui est vraiment lamentable. Apres, si les gens votent comme des moutons, moi aussi parfois je ne sais pas quoi faire.
  • # Quel acceuil

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je trouve ça génial.

    La moitié des commentaires portent sur un soi-disant caractère delicteux de mon journal. La diffamation : les grands mots qui font peur et qui font taire. Vous citez avec célérité la loi sur la Liberté de la Presse du 29 juillet 1881 (surtout son article 29 en fait, bien que je ne porte pas atteinte à l'honneur des personnes cités), mais vous n'allez jusqu'au bout de celle-ci, jusqu'à l'article 55 qui est l'exception de vérité (je satisfait aux 4 critères). Je ne diffame personne, je porte témoignage de mon expérience et des faits auxquels je suis confronté dans mon action associative.

    Jean Marie Paulin, Pierre Jarret, Alain Jezequel (et d'autres) n'ont rien fait d'illégal, ce qui a été fait l'a été dans le cadre et le respect des lois. Je ne fait que l'exposer, et je l'expose avec d'autant plus de sérénité que ces faits ont été effectués par des personnes publiques, avec des mandats électifs et dans le cadre de ces mandants : M. Paulin en tant que Président de la Communauté d'agglomération du Soissonnais (qui n'est pas responsable devant moi, mais devant ses électeurs et les membres du bureau de "l'agglo"], Pierre Jarret en tant que Président de Psil (élu ?) et dont j'étais membre jusqu'à mon éjection unilatérale.

    Maintenant, ce n'est pas parce que vous portez un jugement négatif sur les faits et les personnes que ce jugement été porté dans ce journal : ce qui pourrait être diffamatoire est ce que vous pensez (ou ce que je pense), mais je ne le dis pas.

    Je pose des questions, vous trouvez des réponses : ce sont les vôtres, pas les miennes. Je dit même : "Cette réalité "de marché" est économiquement compréhensible, mais elle est éthiquement et moralement inacceptable [...]" C'est tout. Si ça c'est de la diffamation, que la réalité porte plainte.

    Vous êtes tremblants devant de potentielles menaces. C'est ce même comportement qui a conduit Soissons à cette situation. Un consensus de plus en plus autoritaire ou il est très difficile de faire en dehors des rails "imposées par en haut". [J'ai rencontré quelqu'un qui avait une boite d'informatique qui a perdu TOUT ses clients du jour au lendemain (publics et privés) car il n'était plus d'accord avec "quelqu'un qui compte" et il a dut changer de métier (et de région).] Personne ne peut trop parler à Soissons à cause de ces "menaces latentes", j'ai la chance de ne pas dépendre économiquement de Soissons et de n'y effectuer "que" des actions associatives, sinon je ne pourrais pas parler aussi librement.
    Si ce "dirigisme informel" permet effectivement de "drainer" vers "les bons" le flux économique, cela détruit petit à petit le tissus local. La concentration d'entreprise, pour un tissus économique est une catastrophe : moins d'emploi, moins d'activité. Plus l'entreprise est importante, plus l'utilité marginale de chaque euro gagné diminue. Que la concentration soit un fait de marché, soit. Quelle soit "poussée" par les collectivités locales est stupide. On le sait bien dans le libre, ce qui est important c'est la diversité.

    Il est étonnant que le monde du libre ne défende pas plus son "territoire".
    • [^] # Re: Quel accueil

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je n'ai jamais vécu une situation de cette ampleur mais il y a des années maintenant, des frictions sévères dans le LUG sur la place des entreprises, j'en ai vécues et je crois que ça a été le cas dans de nombreux endroits.

      Le libre émergeait alors et c'était un tout petit microcosme, des société apparaissaient, portées par des personnes qui étaient membres, ou pas, les histoires personnelles se mêlaient, c'était pas toujours très joyeux.

      Et le refrain des « réalités économiques » à la moindre discussion.

      Somme toute je pense que le LUG s'en est ici bien tiré, les membres ont tourné, rares sont ceux présents aujourd'hui qui étaient là alors; le paysage économique est maintenant différent, le LUG et ses membres sont hors de celui-ci (dans leurs activités au LUG bien sûr), tout va bien.

      Voilà donc mon message pas très cohérent, pas envie de faire long, pas envie de citer des trucs précis, la page a été tournée, et pour un monde meilleur; alors c'est dur pour toi aujourd'hui, baisse pas les bras, essaie de créer un truc avec des gens qui apprécient le libre pour les mêmes raisons que toi.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.