Journal Munich revient sur Windows

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
13
27
nov.
2017

Bonjour journal,

Ce matin, je suis triste d'apprendre que finalement, après environ 10 ans, Munich n'a pas tenu le coup sous Linux.
Sans doute qu'il y a beaucoup de monde qui gagne plus d'argent à vendre des licences Microsoft.
50 Millions d'euros ! Une belle somme quand même.

Ce qui est tout de même "marrant" c'est qu'ils s'étonnent que leur logiciels fonctionne mieux sous Windows 10 installé sur des machines moderne que sous Linux installer sur des machines largement obsolète…

Le monde informatique

Numerama

ZDNet

  • # lien vers le monde informatique

    Posté par  . Évalué à 3.

    Le premier lien, vers le monde informatique, semble erroné. Vers cet article non ? http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-la-ville-de-munich-abandonne-officiellement-linux-pour-windows-67387.html

    • [^] # Re: lien vers le monde informatique

      Posté par  . Évalué à 8.

      Ce qui est tout de même "marrant" c'est qu'ils s'étonnent que leur logiciels fonctionne mieux sous Windows 10 installé sur des machines moderne que sous Linux installer sur des machines largement obsolète…

      Ce qui est dit dans l'article, c'est surtout que les applications ont été écrites pour Windows… Difficile dans ce cas là de les faire tourner aussi bien sous Linux. Avec les millions d'euros budgétés pour payer la multinationale américaine, ils seraient plus avisés de rémunérer des développeurs allemands pour porter les applications sous Linux ou en faire des applications web.

      • [^] # Re: lien vers le monde informatique

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Oui, techniquement c'est plus précis mais le raisonnement reste le même…
        Pourquoi ne pas avoir démarché dans la foulée une société de développement pour des outils pas forcément libre mais fonctionnant pour ce genre de structure sous Linux…
        C'est sur que ça a aurait eu un coût en plus, mais tant qu'a faire les choses, autant les faire bien.

        C'est sur que s'ils utilisent Wine, ils doivent avoir des lenteurs de chargements et autres bugs…

    • [^] # Re: lien vers le monde informatique

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0. Dernière modification le 28/11/17 à 10:51.

      Oui, merci.
      Ton lien est le bon, désolé.
      Je corrige de suite.
      ÉDIT : Bon, à priori, je ne peux plus éditer…

  • # Et si...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    On peut supposer qu'il n'y a que des mauvaises raisons…

    Ou alors se demander s'il n'y a pas réellement des soucis sous Linux.

    • C'est con mais les formes automatiques proposées pour faire des schémas par MS Office font gagner un temps fou pour faire des schémas propres. Rien que ça, dans un contexte où c'est assez courant, ça doit avoir des incidences. De mémoire, ça a été introduit dans Office 2007.
    • Réussir à faire marcher parfaitement le recto/verso, l'agrafage (et toutes les options qui vont avec, position de l'agrafe…) sur une grosse imprimante multi-fonctions, c'est toujours la galère (même quand on a la chance d'avoir un driver).
    • Nouveau laptop qui sort (y compris juste un incrément qui remplace celui déjà validé qui marchait bien), bam, c'est parti pour les soucis de veille, de dock, d'écrans supplémentaires qui marchent aléatoirement (chez Lenovo, on gagne à chaque coup et ça prend plusieurs mois pour se régler - sachant qu'on ne peut plus commander les anciens vu qu'ils ne les fabriquent plus…) - et qui sait que je bosse pour une boîte qui est plutôt bien armée pour arriver à identifier et régler ces soucis.
    • Jamais utilisé mais je n'ai toujours entendu que du bien des outils de gestion de parc de MS (et qui sait que c'est pas courant d'en entendre du bien).

    On peut toujours dire que c'est la faute des constructeurs et tout ça. A l'arrivée l'utilisateur s'en tape : sous Linux, il n'arrive pas à faire agrafer ses impressions, sous Windows, ça marchait sans souci.

    Perso, je suis très content de bosser sous Linux depuis 15 ans. Mais, dans mon job précédent où je faisais aussi pas mal de bureautique, j'étais très content d'avoir un remote desktop avec un Windows et un Office (en plus que je n'avais pas à gérer, tout bénéf…).

    Franchement, il faudrait un investissement énorme pour que ce genre de migration puisse vraiment être un succès en dehors de contextes très particuliers où les gens sont prêts à faire de gros compromis.

    Et vu la manière dont ces projets de migration sont montés (celle de l'AN chez nous a été un bel exemple), ça ne risque pas de s'améliorer : on privilégie toujours le support plutôt que l'upstream. Alors que fondamentalement, c'est l'upstream qui va améliorer fondamentalement les choses.

    Si on avait quelques acteurs publics qui se demandaient : OK, objectif Open Source à 5 ans, où doit-on arriver pour que ce soit jouable ? Quel budget y mettre ? Quels logiciels améliorer et comment ? Ce serait sans doute plus constructif que des effets d'annonce dans un sens puis dans l'autre.

    Et puis ajoutons à cela l'alternance politique qui n'aide pas vraiment à monter des projets long terme…

    • [^] # Re: Et si...

      Posté par  . Évalué à 10.

      Si on avait quelques acteurs publics qui se demandaient : OK, objectif Open Source à 5 ans, où doit-on arriver pour que ce soit jouable ? Quel budget y mettre ? Quels logiciels améliorer et comment ? Ce serait sans doute plus constructif que des effets d'annonce dans un sens puis dans l'autre.

      Est-ce qu'on a des infos sur les contributions de la ville de Munich pendant tout ce temps ?

      *splash!*

      • [^] # Re: Et si...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

        Ce que j'ai trouvé de mieux en cherchant vite fait, c'est ça : https://joinup.ec.europa.eu/news/munich-now-major-contributo .

        Perso, de ce que je lis, je ne vois rien de majeur même si c'est toujours bon à prendre : des corrections de bugs et des outils de déploiement.

        De mon expérience dans le service Open Source, j'ai jamais eu de mal pour que le client paye pour des corrections de bug ou de l'installation sur place.

        Par contre, il y a un vrai souci pour arriver à financer le travail de fond : maintenance, gestion de la dette technique et développement de nouvelles fonctionnalités majeures (en dehors de celles clairement demandées par un client mais c'est souvent du très spécifique). La partie infra projet aussi est infinançable (pas forcément le matos mais le temps passé dessus).

        Ce qu'on oublie souvent, c'est que les patches remontés génèrent aussi beaucoup de boulot côté communauté : relire les patches, faire des retours, demander les ajustements, tester et intégrer tout cela demande un temps non négligeable. Et souvent non financé, généralement, le seul qui est financé est la boîte de service qui fait le support qui aura écrit le patch initial. Sur un des projets sur lequel je bossais, je passais clairement beaucoup plus de temps que l'auteur initial sur la majorité des patches.

        Pour moi, sur des projets de migration de ce genre, il devrait y avoir du plus ambitieux que corriger des bugs. Et surtout, il faudrait que, d'une manière ou d'une autre, on arrive à financer les développeurs upstream également.

        Faire remonter l'argent upstream, c'est très compliqué.

    • [^] # Re: Et si...

      Posté par  . Évalué à 10.

      Tu mets peut-être inconsciemment un autre point en avant:
      Support, upstream, qui donc penses-tu doit gérer tout ça?

      1.La ville: c'est sûrement pas leur boulot et ça rencontre certainement beaucoup de résistance interne. Très bon point faible pour tout faire foirer avec une attitude passive-agressive
      1.Un sous-traitant: ça sera dans le lot des premières lignes du contrat qui sautent pour réduire les coûts. "Vous voulez dire que vous me vendez un truc pas fini?!"

      Et là arrive MS: tu paies pour la licence et tu ne t'occupes pas de "l'upstream", ça n'apparait sur aucune facture, personne ne met d'heures sur des pilotes d'imprimantes.

      Tu montes ton dossier devant les grands décideurs, et à moins d'avoir des connaisseurs dans le lot, c'est plié. Il me semble que c'est ce qui arrive à Munich: changement d'administration vers une qui pense que ce n'est pas le rôle de la ville de s'emmerder avec du "développement système". Ils veulent du clé en main et un interlocuteur sur qui ils peuvent gueuler (et sur qui rejeter tous les torts en cas de problème, toujours à prendre en compte dans les grosses structures!)

      • [^] # Re: Et si...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

        Marrant, je viens d'écrire autre chose dessus.

        En général, ton sous-traitant va prendre en charge tout ton support.

        Et il n'a clairement pas un développeur upstream par projet qu'il va supporter (cf le support Open Source de Linagora par exemple). Du coup, tu ne finances pas de l'upstream. Tu finances des corrections de bugs mais pas le développeur upstream qui va intégrer cela et discuter avec toi si ton patch n'est pas tout à fait comme il faut (ce qui est souvent le cas, c'est difficile d'écrire un patch pour un projet que tu connais peu).

        Globalement, il y a deux soucis : comment financer l'upstream et comment avoir un interlocuteur qui puisse gérer tout le bazar.

        Basiquement, il faudrait un Red Hat du desktop.

    • [^] # Re: Et si...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -4.

      Réussir à faire marcher parfaitement le recto/verso, l'agrafage (et toutes les options qui vont avec, position de l'agrafe…) sur une grosse imprimante multi-fonctions, c'est toujours la galère (même quand on a la chance d'avoir un driver).

      Photocopieur sans agrafeuse intégré… Si tu as vraiment besoin de cela, c'est que tu as en général un service reprographie dont le coût à la page est plus faible (et les personnes sont des pros).

      Jamais utilisé mais je n'ai toujours entendu que du bien des outils de gestion de parc de MS (et qui sait que c'est pas courant d'en entendre du bien).

      J'ai plutôt l'impression inverse. Galère de déployer des logiciels… Des GPO click click tu sais pas ce qu'il fait vraiment… Je préfère un cfengine/puppet/ansible ou tu sais ce que tu fait et qu'il est facile de généraliser et de personnaliser sur un parc !

      Perso, je suis très content de bosser sous Linux depuis 15 ans. Mais, dans mon job précédent où je faisais aussi pas mal de bureautique, j'étais très content d'avoir un remote desktop avec un Windows et un Office (en plus que je n'avais pas à gérer, tout bénéf…).

      Mes enfants trouvent MS Office horrible et préfère 1000 fois LibreOffice. D'ailleurs, certains prof font chier tous les élèves de leur classe avec MS Office car ces profs ne veulent pas passer à Libre Office ! Comme quoi, c'est aussi dépendant de la culture dans laquelle on a grandit.

      • [^] # Re: Et si...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

        Photocopieur sans agrafeuse intégré…

        Super ton argument. Ben non. Dans mon ancienne boîte (PME, on était 50 sur le site), on avait un bloc Konica Minolta avec agrafeuse. Et c'est super pratique de récupérer ton document tout prêt. En plus, de faire un agrafage très plat et très propre.

        Quand bien même tu aurais un service reprographie pour les grosses impressions, tu as souvent une imprimante départementale qui te permet de gérer le tout venant.

        Ta remarque est typiquement le genre de remarque qui fait reculer plutôt qu'avancer. La solution, c'est d'arriver à faire en sorte de mieux supporter ces fonctionnalités, pas d'expliquer que ce qui est pratique pour plein de gens ne te sert en fait à rien.

        Mes enfants trouvent MS Office horrible et préfère 1000 fois LibreOffice.

        Super. C'est sûr que tes enfants sont sans doute la cible de la migration à Munich. Fais un schéma classique de présentation avec Office et avec LibreOffice, tu vas vite voir ce qui est le plus pratique (après tu peux aussi être de mauvaise foi mais faudrait vraiment y aller…). Et, ce n'est pas forcément un bien, mais beaucoup de gens passent beaucoup de temps à faire des schémas. Et en l'occurrence, ce n'est pas une affaire d'habitude vu que qu'à l'époque d'Office 2000, j'utilisais OOo sans souci (enfin avec des soucis parce qu'il y avait quand même beaucoup de bugs, mais niveau fonctionnalités, ça m'allait). Mais qu'une fois qu'il y a eu cette fonctionnalité toute bête, ça m'a vraiment saoulé d'utiliser OOo (et c'était en 2007…).

        Après c'est sûr qu'on peut accepter de faire des compromis. Mais tu peux aussi ne pas avoir envie de les faire. Et ça peut se comprendre quand tu t'en tapes de l'Open Source et que tu as juste envie de faire ton job.

        • [^] # Re: Et si...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2.

          Je vois que le coup de l'agrafeuse ne vous a pas plu ;-)

          Désolé mais je vois tous les jours des TD et des TP sortir à l'arrache de notre copieur parce que l'enseignant chercheur, pas débutant, a la flemme de prévoir et pourtant, il fait cela depuis des années (pour la plupart). Bilan : la recherche finance une partie de l'enseignement et le coût à la page n'est pas du tout le même. Donc moi je pense au contribuable qui nous finance ;-) La politique des ÉTABLISSEMENTS tuteurs est d'ailleurs la réduction du volume papier consommé. C'est écrit noir sur blanc. Donc je pense doublement à toi, contribuable ;-)

          Quand on a un ou deux exemplaire, mon agrafeuse de bureau va très bien. Je me fiche que l'agrafe ne soit pas posé au millimètre ! Au moins, mes utilisateurs font un peu d'exercice. Donc oui l'informatique a du bien mais je trouve aussi très bien aussi d'agrafer manuellement.

          Pour les présentations, j'en fait une sur dix sous LibreOffice et neuf sur dix sous beamer… Je ne retranscrit que les paroles de mes enfants. Ils ne trouvent pas du tout MS Office convivial et cela les gonflent les rares profs qui essayent d'imposer MS Office. Je ne te parle pas de compromis mais de vécu.

      • [^] # Re: Et si...

        Posté par  . Évalué à 10.

        Photocopieur sans agrafeuse intégré

        Linux va t'expliquer comment te passer des fonctionnalités de tes périphériques! Un argument comme ça, c'est 50 heures de lobbying perdues. Avec des amis comme ça, pas besoin d'ennemis…

      • [^] # Re: Et si...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

        Photocopieur sans agrafeuse intégré… Si tu as vraiment besoin de cela, c'est que tu as en général un service reprographie dont le coût à la page est plus faible (et les personnes sont des pros).

        Ou pas. Je suis bien content de pouvoir avoir une agrafe sur les documents que j’imprime (depuis GNU/Linux) au boulot, et pourtant, dans le bâtiment d’à côté, j’ai une reprographie à disposition avec son responsable très sympathique. Mais bon, pour un petit document de quelques pages imprimé en un exemplaire, je ne vais pas l’ennuyer.

        Par contre, mes pilotes gèrent l’agrafeuse intégrée, du coup je ne me reconnais pas dans la liste des problèmes soulevée par Guillaume Smet, c’est juste que je trouve ta réponse peu convaincante.

        Je ne vois pas les problèmes mais je dois sûrement tricher, avec ma distribution bleeding edge Debian stable.

        • [^] # Re: Et si...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          De mémoire, avec celle qu'on avait et son driver, sous Linux, on arrivait à agrafer mais toujours au même endroit.

          Du coup, quand on faisait du 2 pages sur une, l'agrafe était mal placée. Et pareil pour les gens qui voulaient faire des "bouquins" en faisant du 2 pages sur 1 recto verso avec 2 agrafes sur le côté.

          Sous Windows, suivant la disposition que tu choisissais, l'agrafage s'adaptait automatiquement.

          Du coup, on évitait de l'utiliser sous Linux parce qu'on se faisait souvent avoir.

          Bref, c'est des petites manies, mais c'était super pratique à l'usage.

    • [^] # Re: Et si...

      Posté par  . Évalué à 10. Dernière modification le 27/11/17 à 14:21.

      Réussir à faire marcher parfaitement le recto/verso, l'agrafage (et toutes les options qui vont avec, position de l'agrafe…) sur une grosse imprimante multi-fonctions, c'est toujours la galère (même quand on a la chance d'avoir un driver).
      Nouveau laptop qui sort (y compris juste un incrément qui remplace celui déjà validé qui marchait bien), bam, c'est parti pour les soucis de veille, de dock, d'écrans supplémentaires qui marchent aléatoirement (chez Lenovo, on gagne à chaque coup et ça prend plusieurs mois pour se régler - sachant qu'on ne peut plus commander les anciens vu qu'ils ne les fabriquent plus…) - et qui sait que je bosse pour une boîte qui est plutôt bien armée pour arriver à identifier et régler ces soucis.

      En même temps c'est pas comme si windows s'en sortait réellement mieux sur ces deux points. J'ai fais récemment un "stage métier" (càd une immersion d'une semaine dans un autre service de mon entreprise) pour travailler avec les gens que je suis censé rendre service avec l'outil informatique.

      Alors le coup des impression recto/verso et de l'agrafage, c'est une montagne insurmontable pour le commun des mortels, certains utilisateurs n'étant même pas au courant qu'ils peuvent choisir quelle imprimante il peuvent utiliser par défaut (exemple réel) !

      Et sinon le coup du docking et des écrans qui marchent aléatoirement, je vis ça quotidiennement et ce quelque soit l'OS (j'ai un dualboot au boulot), sur un laptop pro d'une marque qui est dans le top 3 en terme de parts de marchés.

      De ce que je vois dans le monde pro, le problème réel à partir sur une alternative à microsoft c'est :
      - la difficulté pour les utilisateurs de leur fournir quelque chose de différent de ce qu'ils ont à la maison. Ben ouais pas mal d'entreprises partent du principe qu'elles n'ont pas besoin de former les gens sur des trucs de base.
      - les relations avec les fournisseurs qui vivent dans un monde 100% microsoft. Même utiliser du Apple c'est parfois très compliqué.
      - la résistance au changement.
      - Le poids de l'histoire. Même passer de windows xp à 7 a été très très laborieux pour les entreprises.
      - accessoirement, on a tous vu dans notre carrière des projets et/ou migrations débiles réalisées uniquement parce que les personnes qui les ont initiés sont des anciens copains de classes / des personnes fréquentant les mêmes clubs échangistes / se sont fait offrir une piscine.

      Les détails techniques, ce n'est pas vraiment le problème. Dans le stage dont j'ai parlé plus haut j'ai vu des gens travailler et vivre avec ou en contournant des bugs ou méthodes de fonctionnements qui devraient leur paraitre inadmissibles (et ça c'était dans un environnement MS/Citrix). C'est triste à dire mais les gens s'habituent à utiliser des trucs merdiques. Alors qu'ils soient librement ou propriétairement merdiques ça ne leur change pas grand chose.

      • [^] # Re: Et si...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

        Euh, encore une fois, c'est se leurrer de penser que le support constructeur pour MS n'est pas meilleur que le support pour Linux.

        C'est un fait. On peut trouver que c'est vraiment trop injuste mais ça reste un fait.

        Après, tu trouveras toujours des contre-exemples dans telle boîte avec telle imprimante (ou l'exemple de la très vieille imprimante qui a encore des drivers sous Linux mais plus sous Windows).

        Alors le coup des impression recto/verso et de l'agrafage, c'est une montagne insurmontable pour le commun des mortels, certains utilisateurs n'étant même pas au courant qu'ils peuvent choisir quelle imprimante il peuvent utiliser par défaut (exemple réel) !

        Ouais après tu as plein de gens qui font ça toute la journée, qui ont trouvé leur petit réglage qui va bien et que ça va vraiment gaver de ne plus pouvoir leur recto verso 2 pages sur une agrafé comme un bouquin (vu chez nous chez quelqu'un de vraiment pas technique).

        Faut pas sous estimer les gens non plus.

        Et se dire que l'expérience desktop Linux peut rester médiocre parce que les gens sont des billes, ce n'est pas trop comme ça que je vois les choses :).

        Alors qu'ils soient librement ou propriétairement merdiques ça ne leur change pas grand chose.

        Ben, ça change quelque chose à partir du moment où tu introduis quelque chose de nouveau. Ils ont contourné/accepté ce qui ne leur allait pas avant. Si tu leur amènes tout un lot de nouvelles frustrations, ils ne seront pas contents (quand bien même certains des trucs qu'ils contournaient auraient été réglés).

        Quand tu changes quelque chose, il faut que tu sois au moins meilleur. Et même comme ça, ça grincera quand même.

        • [^] # Re: Et si...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

          C'est peut être un avantage dans la fonction publique, t'as des marchés avec:
          - Des PC fix sous Linux
          - Des portables sous Linux
          - Des copieurs compatibles Linux

          Du coup, tu ne vois pas ce genre de problèmes…

        • [^] # Re: Et si...

          Posté par  . Évalué à 6. Dernière modification le 27/11/17 à 16:14.

          Ouais après tu as plein de gens qui font ça toute la journée, qui ont trouvé leur petit réglage qui va bien et que ça va vraiment gaver de ne plus pouvoir leur recto verso 2 pages sur une agrafé comme un bouquin (vu chez nous chez quelqu'un de vraiment pas technique).

          Soit-dit en passant, les grosses imprimantes qui ont la fonction agrafeuse sont en général très bien supportées sous linux. En tout cas j'ai l'option sur mon driver linux.

          L'idée c'est que si tu pars sur autre chose que du microsoft, tu auras clairement beaucoup plus de contrainte au niveau achat de matériel là où dans un monde exclusivement MS on laisse parfois les services acheter leur propre matos *

          * mais tout admin microsoft a vécu les problématique du driver hell sur des serveurs d'impressions à un moment de sa vie, surtout à l'époque où les constructeurs ne fournissaient pas de driver universel.

          Ce que je veux dire c'est que switcher sur du tout microsoft ne te fait pas disparaitre tous les ennuis, loin de là.

  • # pas un mal

    Posté par  . Évalué à 5.

    au moins ca prouve que la nouvel bascule est possible, pour les frileux qui pense que c'est irréversible, c'est un autre argument ! avec les économie généré pendant 10 ans, vous pouvez avoir un parc neuf avec Windows.

    • [^] # Re: pas un mal

      Posté par  . Évalué à 5.

      avec les économie généré pendant 10 ans

      Je ne sais pas si Microsoft est beaucoup plus cher que Linux en tout. Il faudrait faire un audit assez précis pour s'en rendre compte. Comme d'habitude il faut rappeler que libre ne veut pas dire gratuit.

      Je rappelle juste un truc que je vois souvent avec Debian

      Debian GNU/Linux comes with ABSOLUTELY NO WARRANTY, to the extent permitted by applicable law.

      En gros l'utilisation est libre mais c'est à vos risques et périls : soit tu paies des salariés pour assurer le support soit tu prend la version "premium" d'ubuntu

      C'est 150$ par an pour le support ubuntu
      https://buy.ubuntu.com/?_ga=2.223386267.181557112.1511791187-2081316945.1511791187

      Et on peut comparer les différents prix des services que propose windows et ubuntu : je pense notamment au cloud, à la messagerie instantanée (skype vs ?) etc.

      Bon l'intérêt c'est qu'ubuntu n'installe pas candy crush sur la version pro comme windows (véridique)

      • [^] # Re: pas un mal

        Posté par  . Évalué à 10.

        En gros l'utilisation est libre mais c'est à vos risques et périls

        Parce que tu imagines que Microsoft va te dédommager si MS Word plante et te fait perdre 2 mois de boulot?

        De toutes manières tu peux évaluer ton coût total comme tu veux, tu vas trouver ce que tu souhaites trouver. Dans les deux cas il te faut une équipe de support pour aider l'utilisateur qui a débranché sa souris par inadvertance. Dans les deux cas tu auras des bugs bizarres et des problèmes de compatibilité. Dans les deux cas tu auras besoin de faire des mises à jour, de former les utilisateurs, de faire de la veille technologique. Il ne faut pas non plus perdre de vue qu'au final, l'objectif est principalement de fournir des logiciels de base à des secrétaires! C'est l'incompétence du staff qui fournit tes "applications métier" (interfaces graphiques moisies, choix technologiques foireux…) qui va te pourrir la vie. Je trouve ça inimaginable les budgets qui sont mis dans des "applications métier" qui pourraient consister en 3 lignes de script. Tu veux économiser de l'argent dans une administration? Tu payes un mec qui se plante derrière les secrétaires et les regarde bosser une journée. Il suffit la plupart tu temps des 4 autres jours de la semaine pour augmenter la productivité par 2 ou 3, simplement en expliquant où cliquer pour faire une tâche triviale que des générations d'incompétents ont savamment obfusquée par une série de 12 clics dans des menus dont même les devs avaient oublié l'existence.

        À mon avis, l'avantage majeur du LL dans ce type de structure est de t'inciter à travailler correctement : du fait de l'hétérogénéité des postes, des besoins, des formations des utilisateurs, plus ton ta solution technique est propre et simple et plus ça risque de marcher.

        • [^] # Re: pas un mal

          Posté par  . Évalué à 1.

          Parce que tu imagines que Microsoft va te dédommager si MS Word plante et te fait perdre 2 mois de boulot?

          Je suppose que t'as voulu dire deux heures parce que si tu perds deux mois de boulots, ca veut dire que c'est suffisamment important pour que tu le sauvegardes dans le cloud d'entreprise. Et si tu le stocke en payant le service pro et qu'ils ont perdu le fichier, ils doivent t'indemniser.

          Dans les deux cas tu auras besoin de faire des mises à jour, de former les utilisateurs, de faire de la veille technologique

          La formation des utilisateurs est bien moins longue sous windows car c'est la même chose à la maison
          Windows supporte et maintient longtemps ses logiciels : xp est sorti en 2001 et a été maintenu jusqu'en 2014 -> 13 ans de maintenance. Windows 7 est sorti en 2009 et va être maintenu jusqu'en 2020 -> 11 ans de maintenance. https://support.microsoft.com/fr-fr/help/13853/windows-lifecycle-fact-sheet.
          Réinstaller tous les poste est toujours un risque et on préfère le faire le moins souvent. Les ubuntu LTS ont une durée de vie de 5 ans, ca veut dire que tous les 5 ans, on doit tout réinstaller.
          Seul redhat fait aussi bien et redhat n'est pas donné : https://access.redhat.com/support/policy/updates/errata

          Tu payes un mec qui se plante derrière les secrétaires et les regarde bosser une journée. Il suffit la plupart tu temps des 4 autres jours de la semaine pour augmenter la productivité par 2 ou 3, simplement en expliquant où cliquer pour faire une tâche triviale que des générations d'incompétents ont savamment obfusquée par une série de 12 clics dans des menus dont même les devs avaient oublié l'existence.

          Euh honnêtement tu trouves les UI des logiciels libres plus claire que les UI de windows ? LibreOffice s'inspire largement de l'UI de microsoft office

          • [^] # Re: pas un mal

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

            Windows 7 est sorti en 2009 et va être maintenu jusqu'en 2020 -> 11 ans de maintenance (…) Les ubuntu LTS ont une durée de vie de 5 ans

            en fait, c'est pire : il faut compter les cycles (regarder quand sort la version suivante), et le temps de validation (~1 an dans une grande entreprise, en étant gentil).
            Comptons donc :
            - Windows 7 : nécessaire jusqu'en 2012 (Windows 8), donc on installe le dernier Windows 7 en 2013; Reste à vivre 7 ans (on tuera la machine avant pour la grande majorité)
            - Ubuntu 10.04 : nécessaire jusqu'en 2010 (Ubuntu 12.04), donc on installe le dernier Ubuntu en 2011; reste à vivre 2 ans (quoi, seulement????????). Mais c'est ce qui est conseillé sur le desktop par les "vendeurs de Linux sur le Desktop" parce que RH "ça pue" (en fait c'est surtout que c'est assez cher, donc bon par rapport à Windows quel avantage financier entre $50 pour Windows et $50 pour RHEL Desktop?)

            Au final, le TCO (coût total) avec ces migrations de version à faire bien trop souvent et toutes ces applis toujours pas dispo sous Linux, et on parle de ça depuis tant d'années (absolument rien de nouveau), et tant que les "vendeurs de Linux" refuseront de regarder les contraintes de celui à convaincre plutôt que les siennes, Linux sur le Desktop sera toujours aussi refusé (et pas uniquement parce que MS propose des dîners, les dîners aident bien mais n'est pas suffisant).

            Linux Desktop a eu 10 ans dans une grande entité pour montrer que ça valait le coup et qu'on pouvait ignorer les appels de Microsoft, et plutôt que de se la jouer victime du grand méchant, ne serait-il pas temps de chercher à comprendre ses responsabilités (collectives, entre personne "militantes" de Linux) de cet échec?

            De ce que je lis encore ici (et depuis 10+ années, ce qui est rigolo est que depuis le temps une partie des problèmes pourrait être corrigée, mais à la place c'est "non, le modèle est parfait c'est à l'autre de changer"), toujours "la faute de l'autre" pour pas mal de monde, ce n'est pas comme ça que ça changera, alors qu'il y a de bonnes idées à exploiter (par exemple, on a regardé le système de repo avec plein de logiciels, des entreprises on trouvé ça super mais limité, ces entreprises ont viré les limitations pour créer un écosystème qui ne rejette pas, et maintenant on a le modèle de repo utilisé par plein de monde… Hors Linux, sa communauté étant fière des limitations)

            • [^] # Re: pas un mal

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

              Mon dernier poste Debian a eu 4 versions de la distribution via des apt-get dist-upgrade… L'actuel va en avoir 3. On ne peut pas comparer tel quel du Microsoft et du GNU/Linux en se basant uniquement sur les pratiques des habitués de Microsoft ;-)

              Certes cela demande de l'organisation pour mettre à jour les postes mais la montée en version se fait. Par contre, c'est rare de passer un Windows 7 en Windows 8 puis 10…

              Pour les PC d'acquisition, c'est une autre problématique mais souvent, il reste opérationnel même bien après la fin du support (cf Windows XP).

              • [^] # Re: pas un mal

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                Mon dernier poste Debian a eu 4 versions de la distribution via des apt-get dist-upgrade…

                Peux-tu garantir qu'aucune appli métier (=pas dans le repo officiel, pas forcément libre…) ne va casser?
                Si oui, tu m’intéresses. Si non, tu rentre tout pile dans mon commentaire où je parle que les gens mélangent leur besoin avec le besoin de la personne à convaincre.

                On ne peut pas comparer tel quel du Microsoft et du GNU/Linux en se basant uniquement sur les pratiques des habitués de Microsoft ;-)

                Les entreprises peuvent changer la dessus, si on peut leur garantir que ça marchera. A ma connaissance, aucune distro ne garantit ça. A toi de me démontrer que ta théorie marche en pratique ailleurs que chez toi avec un besoin qui n'a rien à voir avec celui d'une grande entreprise (et même d'une petite).
                Je parie que tu ne sauras pas faire (parce qu'en réalité, sinon ça serait déjà "vendu" comme ça par des gens qui ont un contrat pour que ça marche, bref pas un bla bla de forum qui ne coûte rien à celui qui dit des bêtises).

                Merci pour démontrer en réponse à un commentaire le contenu dudit commentaire.
                (Par contre, on te l'a déjà dit, mais je confirme : tes commentaires sont des arguments en béton pour qui veut vendre des installs de Windows, celui-ci compris, dans l'hypothèse où il serait lu par un "décideur", tu as choisi ton camp)

                • [^] # Re: pas un mal

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

                  Je m'en fiche de ton blabla… Je te dis que les PC d'acquisition sous XP reste sous XP. Ne cherche donc pas à me faire dire ce que je n'ai pas dit !

                  Le Windows 10 n'arrête pas de changer… Le net n'arrête pas de changer… Le client SAP change tous les 6 mois… C'est pareil avec Ansys Matlab et ainsi de suite. Donc ta garantie, c'est quoi !

                  Ma Debian Sarge marche pareil aujourd'hui qu'hier. Jamais mis un anti-virus dessus, jamais eu de problème. Qu'elle meilleure garantie. Toi tu mets ton vieux Windows 7 en frontal sur le web ?

                  Bref, vous vendez des mots au final assez creux et je me fou de ta morale à deux balles ;-)

                  • [^] # Re: pas un mal

                    Posté par  . Évalué à -3.

                    Toi tu mets ton vieux Windows 7 en frontal sur le web ?

                    Oui tant que le firewall est activé

                  • [^] # Re: pas un mal

                    Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 28/11/17 à 09:59.

                    Ta debian sarge marche peut être, mais qu'est ce que tu fais avec ? Est ce que son usage est adapté pour certaines taches ? Au hasard imprimer un doc sur une imprimante récente sans faire 15 mille manip et à la porté de tout le monde (en gros plug'n'play ou cliquodrome)

                    Je veux juste qu'on arrête de me sortir en permanence l'argument "Linux c'est moins cher" parce que pour une entreprise/administration ce n'est pas vrai.
                    Parce que de toute façon il faut payer l'OS (ou l'entreprise qui le développe) à un moment ou à un autre c'était le sens de ma première réponse à dark_star :
                    * La probabilité que Windows disparaissent dans 10 ans sont extrêmement faibles, les finances de windows sont solides
                    * La probas qu'ubuntu disparaisse est plus importante (beaucoup moins de client, je ne sais même pas si ubuntu est actuellement rentable pour son créateur)

                    • [^] # Re: pas un mal

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

                      Ta debian sarge marche peut être, mais qu'est ce que tu fais avec ?

                      Tu n'as rien compris… Je dis juste que la Debian Sarge marche toujours pour les vieux logiciels qui n'ont pas évolué. Évidement, je ne met pas une Sarge sur un porte moderne d'une personne qui fait de la bureautique !

                      On fait exactement la même chose avec Windows donc pas de guerre entre OS. Ils sont tous à la même enseigne.

                      • [^] # Re: pas un mal

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                        À moins que l'ordinateur ne soit pas sur le réseau (ce qui est peu courant), une Debian Sarge (non maintenue depuis 2005) n'est pas une option possible.

                        • [^] # Re: pas un mal

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2.

                          Que préfères-tu : un réseau dédié très limité ou un réseau TCP/IP par pigeon voyageur USB ?

                          Donc tout dépend des usages mais des XP sur le réseau, il en reste plein.

                • [^] # Re: pas un mal

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                  Flatpak n'est pas justement censé répondre à cette problématique ? Ce dernier fait appel à un runtime dans une version bien précise (il en existe pour GNOME, KDE, Freedesktop…). Par exemple, une application développée pour GNOME 3.26 utilisera le runtime GNOME 3.26. Les différentes versions du runtime restent disponibles dans le temps. Le Flatpak peut également inclure des bibliothèques qui ne font parti d'aucun runtime.

                  À l'arrivée, c'est donc censé tourner partout. Sur une Debian stable pas très à jour, une Arch Linux complètement à jour, ou n'importe quelle distribution qui sortira dans le futur. Que ta vieille Debian n'ai que GNOME 3.22 ou que la future Debian ait droit au futur GNOME 4.0, d'installer le Flatpak de ton application installera dans la foulée le runtime qui va bien.

                  Alors, à moins d'avoir raté ou mal compris un point essentiel, pour moi, la compatibilité entre les différentes versions des différentes distributions est censée être désormais garantie.

                  • [^] # Re: pas un mal

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 28/11/17 à 09:01.

                    Flatpak n'est pas justement censé répondre à cette problématique ?

                    En 2017, on me sort, suivant le linuxien à qui je parle, Flatpak, Snap ou AppImage, et c'est sans parler de ce qu'il y avait à la mode avant 2017. Si après cette phrase tu ne vois pas de problème, il y a un problème.

                    Sérieusement, quand tu lis "Click to download is available with Fedora 25 (and newer), Mageia 6 (and newer), OpenSUSE Tumbleweed, Debian 9 (and newer), and Arch, using GNOME Software", tu penses que c'est universel Linux (surtout pour la dernière limitation)?

                    Mais le problème n'est pas que technique, il est surtout humain : il faut que la communauté soit convaincue que c'est nécessaire, et que la communauté choisisse une norme qui va durer dans le temps (parce Linux Destop n'a pas assez de part de marché pour se la jouer Google, Apple ou Microsoft, c'est la réalité : déjà que les Linuxiens sont assez radins, mais en plus si il faut 3 formats pour 1% de part de marché, la rentabilité…)

                    A noter qu'il n'y a absolument rien de nouveau, si on revient en 2001 on pourrait l'appeler Linux Standard Base.

                    Alors, à moins d'avoir raté ou mal compris un point essentiel, pour moi, la compatibilité entre les différentes versions des différentes distributions est censée être désormais garantie.

                    Si tu es prêt à engager ton argent plutôt que des paroles pour montrer que tu y crois vraiment et pas juste des idées en l'air, je prend le pari.
                    Mais avant que tu t'engages, sache que j'ai testé sur Fedora 25 (je rempli donc les critères) une exemple direct sur le site flatpak (j'ai testé le lien Linphone) avec Firefox, il m'a affiché le .flatpakref en mode texte dans firefox (la bonne blague). sur flathub je peux avoir la page d'info et cliquer sur "install", youpi, mais rien après la page d'install (toujours "install" comme bouton, rien dans les menus…), ça en devient presque comique. Bon, pour le fun j'ai testé la ligne de commande (éliminatoire pour les gens "normaux", il faut le rappeler : la compatibilité, c'est aussi une UI compréhensible par l'utilisateur), pour un petit logiciel ça marche après avoir installé 250 MB de "runtime" pour 10 MB d'app (contre 5 MB sous Mac et sous Windows sans rien installer d'autre, l'OS a tout de base, même logiciel, qui peu s'installer sur des versions d'OS de 10 ans comme nouveau, mais chut…)

                    Bref, toujours les mêmes problèmes de base qui auraient dû être résolus il y a 10 ans… Et après on s'étonne (et on hurle au pot de vin) que Munich repasse sous Windows, sans se dire que c'est sa communauté qui merde, vraiment?

                    • [^] # Re: pas un mal

                      Posté par  . Évalué à 4.

                      Il y a peut-être une solution, moche certes, mais qui fonctionne : La plupart des soft proprio que nous utilisons sous Linux sont livrés dans une vielle archive, qui contient toutes les lib nécessaires. Parfois il y a un installeur, un script sh pour installer le bouzin quelque part (/opt/, /usr/local).

                      Souvent c'est donné « compatible RHEL XX », ou parfois Ubuntu, mais en pratique ça fonctionne pratiquement partout, puisque toutes les dépendances sont déjà comprises dedans !

                      Ce système fonctionne depuis des années pour de gros logiciels proprio, avec une taille équivalente ou presque à leur soft Windows. Alors certes c'est moche, plein de bibliothèque pas mise à jour, mais ça fonctionne.

                      • [^] # Re: pas un mal

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

                        Oui, les Matlab et autres fonctionnent tous ainsi et ils sont de plus en plus gros. Il y a effectivement le problème des mises à jour car en pratique, il n'y en a pas (j'en ai même vu qui embarquait plusieurs Python n'étant pas capable de s'entendre en interne sur une version)…

                        Cela dit, cette mode devient aussi la mode dans le libre -> on te balance des images docker toutes faites ce qui revient exactement à cela. C'est une mode actuelle que l'on voit bien dans Javascript mais aussi Python d'avoir pleins de dépendances avec des versions spécifiques de chaque modules… Bref, avec la mode "Agile", les API sont parfois un peu trop instable de nos jours ;-) Du coup, le développeur fait une image avec tout dedans et seule celle-ci est validée (et garantie)…

                      • [^] # Re: pas un mal

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 28/11/17 à 11:51.

                        C'est parfaitement horrible à maintenir. Comment vérifies-tu que les bibliothèques ne sont pas installées en double ? Comment fait-on une mise-à-jour ? Comment supprimer proprement le logiciel ? Bref, au niveau de l'admin sys, c'est un cauchemar. Ça peut rester un truc pour dépanner, mais c'est pas un truc à généraliser ni à mettre en avant.

                        • [^] # Re: pas un mal

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                          Un container docker, c'est bien pareil…

                          Tu installes ton Matlab (ou autre, ils font tous pareil) dans /opt/matlab/R2017b, puis tu fais un petit 'module' qui va bien ou les quelques alias nécessaires… Pas de mise à jour (de toute manière très rare dans les logiciels propriétaires) et en 2018, tu installes la version suivantes dans /opt/matlab/R2018b. De toute manière, chaque version doit faire entre 3 et 5Go actuellement (le pire doit être Ansys à plus de 20Go)…

                          Pour supprimer -> rm -rf /opt/matlab/R2017

                          En pratique, sauf la taille qui devient démentielle pour chaque logiciel, c'est plutôt pratique ! Et comme dis plus haut, cela marche quelque soit ta distribution puisque cela ne l'utilise quasiment pas !

                          • [^] # Re: pas un mal

                            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                            Un container c'est différent, tu ne fous le bazar qu'à l'intérieur de ton container sans impacter le système hôte, et tu gères proprement son déploiement et sa suppression avec kubernetes.

                            • [^] # Re: pas un mal

                              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                              A par quelques rares logiciels daubés qui veulent être sous root, la première chose à faire est

                              chown -R toto /opt/matlab/R2017b

                              su - toto

                              ./install

                              chown -R root:root /opt/matlab/R2017b

                              Bref, on peut faire propre sans kubernetes ;-)

                    • [^] # Re: pas un mal

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

                      Bref, toujours les mêmes problèmes de base qui auraient dû être résolus il y a 10 ans… Et après on s'étonne (et on hurle au pot de vin) que Munich repasse sous Windows, sans se dire que c'est sa communauté qui merde, vraiment?

                      Ça va les chevilles ?

                      On a deux types d'applications : celles qui évoluent et celles qui n'évoluent pas. Celles qui n'évoluent plus posent effectivement un problème sur le long terme car un jour, cela ne marche plus. Sous GNU/Linux (et Windows cela doit être pareil), on arrive à bidouiller un certain temps en copiant des anciennes bibliothèques, en modifiant quelques variables puis un jour, plouf, ça ne marche plus.

                      J'ai eu deux exemples en 20 ans : -1- Une ancienne version de Tecplot car la personne ne voulait pas racheter de licence… Un jour, les bidouilles n'ont plus marché. Je n'ai pas chercher pendant 10 jours non plus car elle pouvait aussi acheter une version plus récente ! -2- Le logiciel de contrôle du bâtiment, conçu en 2013 et qui est une merde innommable en Java dont les services infrastructures n'ont pas pris de maintenance… Bilan : le logiciel est mal signé et nous met des alertes à chaque changement de page, c'est de pire en pire à chaque évolution des navigateurs (quel que soit le navigateur). La solution -> aller chercher un vieux navigateur donc en général un Mozilla.

                      C'est pareil avec des daubes ayant ActiveX -> Vieux navigateurs…

                      La garantie, je n'y crois pas du tout. On aura toujours un logiciel qui n'est pas un gros acteur du marché qui utilisera une fonctionnalité epsilon de l'OS qui aura changé sur 20 ans… Aucun constructeur ne peut assurer 100% de compatibilité des logiciels sur son OS !

                      À partir de là, on peut faire du Flatpak ou autre (par exemple NIX)… On a toujours un cas merdique. Par exemple, on a une ancienne version d'un logiciel qui utilise d'ancienne version de CUDA ! Ah merde, CUDA n'est pas rétro-compatible et impossible d'avoir deux versions du module noyau !

                      Bilan : pour ces rares cas, il n'y a pour moi qu'une solution actuellement, un container (un des premiers systèmes facilement utilisable était schroot par exemple et pour ne pas mettre le dernier à la mode) ou une machine virtuelle. La VM est très bien pour les vieux machins car si cela pète, on prends la sauvegarde et on relance ailleurs. C'est juste pas possible s'il y a des cartes d'acquisition ou de pilotage dédié… Mais là, comme je l'ai dit, on ne met pas à jour et on bloque la machine sur quelques applications dédiées.

                    • [^] # Re: pas un mal

                      Posté par  . Évalué à 9. Dernière modification le 28/11/17 à 10:38.

                      En 2017, on me sort, suivant le linuxien à qui je parle, Flatpak, Snap ou AppImage, et c'est sans parler de ce qu'il y avait à la mode avant 2017. Si après cette phrase tu ne vois pas de problème, il y a un problème.

                      Oui comme dans le monde windows on nous propose des .exe, des .msi des archives .zip, des .jar ou autre "web installer".

                      J'imagine que tu n'as jamais fait de packaging d'application windows pour une grande société si tu crois que c'est bisounours d'un côté et une plaie de l'autre.

                      C'est chou comme t'es naïf en fait.

                • [^] # Re: pas un mal

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                  Le support sous GNU/Linux à long terme existe, mais pas chez Ubuntu. En revanche, RHEL est supporté 10 ans minimum.

                • [^] # Re: pas un mal

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                  Chroot et docker sont là exactement pour permettre de lancer le vieux logiciel métier proprio packagé sous les aisselles supportant uniquement Centos4.
                  Je pense que c'est une bonne pratique d'avoir une image chroot pour chaque logiciel propriétaire, et ça prend 100 Mo.

              • [^] # Re: pas un mal

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

                Mon ordi perso je l'ai MàJ donc un parc professionnel d'une multinationale / d'une administration publique d'envergure ça doit se passer pareil

                Sérieusement on en est encore là ?

                • [^] # Re: pas un mal

                  Posté par  . Évalué à 5.

                  Ben quoi?
                  Moi j'ai pas eu besoin de plus de 30min pour installer une KDE Neon sur l'ordi de 6ans de ma femme quand elle en a acheté un nouveau.

                  C'est bien la preuve que tous les services municipaux de Munich peuvent rebasculer vers Linux en 30min au besoin!

                  Sinon, pour leurs besoins en voitures, j'ai un cousin mécano, et on a eu une idée géniale pour leur faire économiser des millions: y'a qu'à acheter des vieilles voitures mortes et les retaper!

                  ------------> [ ]

              • [^] # Re: pas un mal

                Posté par  . Évalué à 3.

                Mon dernier poste Debian a eu 4 versions de la distribution via des apt-get dist-upgrade… L'actuel va en avoir 3. On ne peut pas comparer tel quel du Microsoft et du GNU/Linux en se basant uniquement sur les pratiques des habitués de Microsoft ;-)

                https://news.avclub.com/watch-a-man-install-every-major-windows-upgrade-from-th-1798259214

                Mais bon, c'est anecdotique vu que quasiment personne ne fait cela (que ce soit Linux ou Windows) en entreprise.

            • [^] # Re: pas un mal

              Posté par  . Évalué à 0.

              Reste à vivre 7 ans (on tuera la machine avant pour la grande majorité)

              Toutes mes machines durent 10 ans ou plus. Vive le consumérisme…

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Microsoft Skype versus ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

        Et on peut comparer les différents prix des services que propose windows et ubuntu : je pense notamment au cloud, à la messagerie instantanée (skype vs ?) etc.

        Pour Skype :

  • # La raison doit être un engagement éthique !

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Cela me donne encore à penser que la raison d’utiliser des logiciels libres doit être un engagement éthique !

    J’hésitais à répondre à Guillaume Smet ↑ car je suis entièrement d’accord avec lui et en même tant j’ai totalement autre chose à dire.

    J’ai entendu d’autres choses dans d’autres domaines :

    • « Le café issu du commerce équitable n’a pas le même goût et coûte plus cher » → « J’achète pas ! »
    • « L’électricité fournie avec la garantie qu’elle est produite avec des éoliennes ou du solaire local (Eneco en Belgique) coûte plus cher. » → « J’achète pas ! »
    • « Les chaussures et vêtements "propres" sont moins confortables, coûtent plus cher et ne sont pas toujours plus solide. » → « J’achète pas ! »
    • « Les produits issus de l’agriculture dite biologique et locale son plus cher, sont parfois plus petit avec des défauts, et pas toujours le choix en fonction de la saison… » → « J’achète pas ! »
    • « Les semences non-ogm et non-hybride-f1 (Kokopelli) coûtent plus cher, sont moins nombreuses sur le marché, sont parfois "illégales" » → « J’achète pas ! »
    • « Les transports en commun, ‘faut les attendre, c’est moins pratique, ont va pas exactement où on veut quand on veut, ça pue, c’est bruyant, ‘y a des gens, etc. » → « Je roule seul en voiture ! »
    • etc.

    Et bien entendu,

    • « Les logiciels libres sont moins nombreux, ils ont moins de fonctionnalités, ils sont moins bien connus et documentés (livres pour les nuls, etc.). » → « J’utilise pas ! »

    Dans le monde actuel, il faut être fort, souhaiter un monde meilleur, avoir des convictions, du temps et parfois l’argent pour s’engager dans l’utilisation de logiciels libres.

    Peut-être que Munich espérait juste faire des économies en gardant les ordinateurs qu’ils avaient… J’imagine bien que l’argument éthique à du être mis en avant également et motiver certains. Mais quels moyens ont-ils mis dans le projet à ce titre ? À cette échelle, il faut engager des informaticiens développeurs de logiciels libres ! Cela devrait faire partie du budget. Ces informaticiens sont alors payés pour animer la synergie nécessaire et fédérer les efforts d’une communauté internationale.

    Voyez le projet GIMP par exemple. Donnez 10.000 € au projet GIMP est équivalent de d’investir combien dans la société Adobe ? et avec quelle différence en terme de "retour sur investissement" ? … pareil pour LibreOffice, Blender, Inkscape, Scribus, etc.

  • # Sacrée pub

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    leur logiciels fonctionne mieux sous Windows 10 installé sur des machines moderne que sous Linux installer sur des machines largement obsolète

    Maintenant à Munich il y a des milliers de fonctionnaires qui pourront dire à qui veut l'entendre que windows 10 c'est mieux que Linux \o/
    De toute façon avant même son élection le nouveau maire voulait déjà revenir à windows qu'importe les chiffres des économies réalisées il s'en moque c'est pas son argent.
    Je pense qu'il faut se rendre à l'évidence : les gens ne sont toujours pas prêts pour le desktop Linux (et les imprimantes non plus apparemment).

    kentoc'h mervel eget bezan saotred

    • [^] # Re: Sacrée pub

      Posté par  . Évalué à 4.

      Ce qui est chouette c'est que cela va couper le boulot de la NSA maintenant pour avoir les infos sur cette ville. Hop upload direct vers leur serveur et redmond.

  • # Et la gendarmerie

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Ou est-ce que ça en est l'utilisation d'une distro GNU/Linux pour la gendarmerie ?
    Est-ce qu'on a des retours ? ça marche bien ? Pas de tentation de revenir en arrière ?
    Pourquoi là ça marche et pas pour Munich ? C'est la discipline militaire qui fait accepter le changement ?

    • [^] # Re: Et la gendarmerie

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Je suis allé dans une gendarmerie l'an dernier et le PC était en Windows 7 …

      kentoc'h mervel eget bezan saotred

      • [^] # Re: Et la gendarmerie

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        un forum où quelqu'un est tombé sur 'buntu

        http://www.icaunux.org/forum/viewtopic.php?id=1151

      • [^] # Re: Et la gendarmerie

        Posté par  . Évalué à 2.

        Tiens ça m'étonne. Pour avoir eu la même expérience, c'était bien un poste sous Linux, et dans les divers reportages ou séquences TV dans lesquelles on peut apercevoir un poste de travail de gendarmerie, j'ai toujours vu une Gendbuntu.

        Dommage que les policiers n'en aient pas bénéficié, les économies potentiellement réalisées auraient pu être réinvesties dans leurs véhicules hors d'âge et leurs commissariats insalubres.

    • [^] # Re: Et la gendarmerie

      Posté par  . Évalué à 5.

      D'ailleurs j'ai jamais compris un truc c'est pourquoi créer une distro particulière que ce soit pour la gendarmerie, la ville de Munich, l'état chinois ? Elles sont vraiment différente ? Bon pour l'état chinois y a l'écriture et les trads à gérer mais pourquoi séparer totalement la distri ?

      Pourquoi l'ubuntu de base n'est pas installé : y a juste à supprimer amazon, et encore microsoft laisse candy cush dans sa version pro.

      En faisant une distri particulière Ubuntu à chaque fois, on a l'impression de dire qu'ubuntu n'est pas adapté à l'utilisation et demande un gros investissement. Si une administration veut passer à linux, ils vont regarder comment on fait les autres et se dire : "Ah ils ont du crée une distribution : trop compliqué on reste sous windows"

      • [^] # Re: Et la gendarmerie

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

        Pour la Chine, il peut y avoir un intérêt pour y introduire de mauvaises choses. Pour les autres, je ne comprends pas (non plus) la logique, à part peut être pour avoir une LTS (Long Term Support) plus longue.

        • [^] # Re: Et la gendarmerie

          Posté par  . Évalué à 4.

          à part peut être pour avoir une LTS (Long Term Support) plus longue.

          Ça n'aurait aucun sens:
          Pour avoir un support plus long sur une distro, il faut d'abord créer une nouvelle version sans aucune ressource existante pour assurer le support?
          Le plus simple et le plus efficace est de prendre une LTS et d'étendre son support au-delà de sa fin de vie.

          Je pense plutôt que la "distro" est surtout une configuration de la distribution par défaut, avec peut-être un ensemble de logiciels pré-installés par défaut et certains réglages spécifiques à l'organisation cliente.

          Bref, pas vraiment une distro supplémentaire, mais une distro configurée d'une certaine façon.

          • [^] # Re: Et la gendarmerie

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

            Bref, pas vraiment une distro supplémentaire, mais une distro configurée d'une certaine façon.

            Bah si une distro donc, en tout cas une comme 99% des distros.

            • [^] # Re: Et la gendarmerie

              Posté par  . Évalué à 1.

              Bonjour,

              https://fr.wikipedia.org/wiki/GendBuntu

              La gendarmerie a effectivement sa propre distro, configurée pour et par eux.
              Autant Munich ne reste qu'une ville qui n'a pas des centaines de techniciens et d'informaticiens pour entretenir tout ça, autant la gendarmerie est une institution d'ampleur nationale, avec, d'après wiki, une 10ène d'années d'expérience dans le domaine et un nombre croissant d'ordinateurs.
              Revenir à windows après tout ça est impossible: rien que 80k licences windows, ça doit être juste hors de prix.

              • [^] # Re: Et la gendarmerie

                Posté par  . Évalué à 4.

                Revenir à windows après tout ça est impossible: rien que 80k licences windows, ça doit être juste hors de prix.

                On se disait ca aussi pour Munich, ce genre d’administration ont des prix de gros

                De la copie d'écran que je vois ca n'a pas l'air si différent d'ubuntu. J'espère qu'ubuntu collabore avec ce client.

                autant la gendarmerie est une institution d'ampleur nationale

                Le pb d'avoir une distrib comme ca c'est quand une nouvelle administration comme les impôts, hopitaux, pole emploi etc. voudront passer sur ubuntu, est ce qu'ils feront une ubuntu spécial  ?

                Je ne connais pas l'ordre de grandeur du temps à passer pour créer genbuntu (si ca se trouve ils ont juste changer le logo et créer une install automatisée). Mais vu de l'extérieur ca donne l'impression qui se donne énormément de travail.

                J'ai pas l'impression qu'ubuntu parle de ce client, pourtant, il pourrait se faire de l'argent et gagner de nouveaux marchés (autres administrations françaises ou étrangères) s'ils prouvaient que le support ubuntu est moins cher sans baisser la qualité de service.
                On peut très bien imaginer les services qu'ubuntu pourraient facturer :
                - Création d'une distrib custom
                - Support en français
                - je laisse aux commerciaux le soin de trouver d'autres trucs à facturer…

                Mais la sensation que j'ai c'est que hors mis pour l'état chinois, y a pas d'encouragement de la part d'ubuntu lorsque qu'une grosse structure se met à utiliser ubuntu :

                Ca fait deux ans et demi que Munich parlait de revenir à windows, est ce qu'ubuntu a envoyé ses commerciaux à Munich pour convaincre la mairie de rester sur la distrib (support à prix réduit etc.) On accuse windows d'avoir offert des dîners mais toutes les boîtes font ça : les boites de BTP, de télécom etc. Beaucoup de contrats sont discutés autour d'une table de restaurants, c'est comme ça, on parle de contrats de plusieurs millions, inviter 5 personnes au restau en comptant large ca coûte 1000€.

                Y a un truc con dans le commerce c'est le gratuit donne l'impression que c'est de la merde ("c'est gratuit ca doit être de la merde"), paradoxalement en faisant payer du support, ubuntu serait perçu de meilleur qualité (totalement psychologique bien sûr)

                Enfin bref : après plus de 10 ans je n'ai pas la sensation qu'ubuntu ait réellement trouvé son business model, ils se sont éparpillés entre la pub (amazon installé par défaut), le mobile et n'ont pas du tout mis en avant leur support qui est pourtant la clé quand on veut faire de l'argent dans le libre.

            • [^] # Re: Et la gendarmerie

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

              Mouais, enfin les distributions majeures du genre Debian, Ubuntu, Fedora, RHEL / CentOS, SUSE, Mageia, ArchLinux etc. c'est un peu plus que cela, et ce sont ces distributions qui vivent longtemps et qui bénéficient en général d'un support commercial.

              • [^] # Re: Et la gendarmerie

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                Et ces distributions représentent 1% des distributions existantes.

                • [^] # Re: Et la gendarmerie

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

                  Mais pas en nombre d'utilisateurs.
                  Je pense qu'il faut relativiser l'impact de ces mini-distributions et éviter d'en créer la sienne pour des détails mineurs.

                  Car contrairement au début des années 2000, quasiment toutes les distributions embarquent aujourd'hui des solutions intégrées pour personnaliser sa distribution. Typiquement avec kickstart, on peut facilement configurer une Fedora pour avoir un résultat à l'installation exploitable avec les outils voulus. Cela évite de devoir tout refaire soit même pour juste changer un fond d'écran et installer quelques outils maisons par défaut.

                  • [^] # Re: Et la gendarmerie

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                    il faut relativiser l'impact de ces mini-distributions

                    Ne relativisons pas : leur impact est quasi nul.

                    Je suis d'accord avec tout le reste du message, personne n'a dit que ces tonnes de mini-distributions étaient une bonne chose (au mieux ça peut faire sourire le badaud qui se balade sur distrowatch).

  • # Raisons techniques

    Posté par  . Évalué à 10. Dernière modification le 27/11/17 à 16:57.

    Ce qui m'embête le plus, c'est qu'on n'est pas loin du zéro absolu en termes d'arguments techniques. On a d'un côté un gloubiboulga de considérations archi-connues sur les besoins d'interopérabilité avec des fournisseurs, des clients, ou des "tiers" mal identifiés ; on a aussi apparemment tout un tas d'outils ("applications métier") dont on ne sait absolument rien, et qui sont peut-être des saloperies de tableaux sous Excel qui font des moyennes de colonnes. D'un autre côté, on a des accusations de corruption ou de conflits d'intérêt, mais au final, on n'a que dalle.

    À ce genre d'échelle, c'est peut-être la totalité de l'écoystème qui est à revoir. Comment autant de postes peuvent avoir besoin d'applications métier sous Windows après 10 ans de Linux? Quels sont encore ces p*** de problèmes d'interopérabilité? Ils communiquent avec leurs fournisseurs avec des tableaux Excel? J'ai un peu l'impression qu'ils ont hérité d'une situation où tout marchait avec des bouts de ficelle et des machins conçus par des gens incompétents qui sont partis à la retraite depuis. Les histoires de drivers d'imprimante, par exemple, ça n'a pas de sens : ça fait 10 ans qu'ils sont sous Linux; toutes les imprimantes qu'ils ont achetées depuis l'ont été sous la contrainte d'être compatibles (ça devait même faire partie du marché, j'imagine), comment est-ce possible que ça ne fonctionne pas?

    On se demande finalement si le monde ne tournerait pas mieux si on arrêtait de confier des ordinateurs à des gens qui ne savent pas se servir d'ordinateurs, et si on arrêtait de laisser décider des gens qui n'ont pas les bases techniques pour faire ces choix. Y compris une migration sous Linux si on a un cahier des charges complètement stupide (par exemple de garder 1/3 du parc sous Windows parce qu'on a besoin d'y faire tourner des trucs).

    • [^] # Re: Raisons techniques

      Posté par  . Évalué à 8. Dernière modification le 27/11/17 à 17:37.

      Pour te donner un exemple, la ou je bosse pour les emails et les calendriers on a droit a exchange et un vieux truc tout moisi mais bon ca coute trop cher d'upgrader et passer a autre chose que microsoft ca donne de l'urticaire au management.

      C'est juste une boite de 50 000 personnes ou une grosse partie utilise linux (serveurs, HPC, desktop) mais c'est pas grave si c'est absolument chiant pour lire ses emails et faire du partage de calendrier (le seul truc qui fonctionne a peu pres c'est evolution). Du coup certains groupes mettent en place des calendriers sur google et forward les emails.

      Mais c'est chouette.

      La technique n'a rien avoir dans la prise de decision.

      Au passage le seul truc qui est vraiment de mauvaise qualite sur libreoffice c'est le module de presentation impress et comme c'est le seul truc que les decideurs utilisent…

      PS: lies aux smartart (inexistant sous LO donc pas de mauvaise qualite ca n'existe juste pas)

      • [^] # Re: Raisons techniques

        Posté par  . Évalué à 5.

        Du coup certains groupes mettent en place des calendriers sur google et forward les emails.

        Il faut dire que ces histoires de partage de calendrier c'est peut-être l'exemple idéal d'une tâche relativement simple que personne n'a jamais été fichu de faire fonctionner correctement de manière portable (sous Linux ou ailleurs).

        Nous on utilse Google calendar aussi ; finalement ça marche très bien.

        • [^] # Re: Raisons techniques

          Posté par  . Évalué à 3.

          Ben oui ca marche google calendar quelque soit la plateforme et idem pour les trucs mac utilisant ical. Comme quoi c'est pas lie a la plateforme mais a la techno exchange qui est faite pour ne fonctionner que avec les outils de microsofts et comme sous linux il n'y a pas microsoft office tu es cuit.

          • [^] # Re: Raisons techniques

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

            On n'utilise pas Google Calendar normalement pour son boulot… (sauf contrat).

            Mais avec Zimbra, tout cela marche très bien (même si c'est une usine à gaz).

            J'ai au moins 40% d'utilisateurs sous GNU/Linux, je vois pas de migration massive à l'horizon. Les riches vont vers MAC mais la raison est principalement l'autonomie…

            • [^] # Re: Raisons techniques

              Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 28/11/17 à 09:27.

              On n'utilise pas Google Calendar normalement pour son boulot… (sauf contrat).

              Si si il y a plein d'endroit qui l'utilise de facon officiel (donc oui contrat) ou parceque ca "juste fonctionne" contrairement au reste (generalement exchange). Ce n'est pas pire qu'utiliser Dropbox perso pour echanger des documents confidentiels car le systeme interne est inutilisable (cf exemple dans un troll recent).

              • [^] # Re: Raisons techniques

                Posté par  . Évalué à 7. Dernière modification le 28/11/17 à 09:34.

                (suite j'ai pas edite assez vite :) )

                Sur ce sujet d'ailleurs je rigole bien, car on est en train de nous mettre de tel barriere pour acceder a nos emails, echanger des documents que les personnes qui ont besoins de travailler trouvent des moyens pour contourner la difficultes d'access:

                • donner une addresse gmail aux clients et forwarder les emails dessus
                • echange de donnees par dropbox ou USB/HDD

                A force de mettre des barrieres pour "securise" on ne fait que detruire la capacite de travailler et les gens contournent les regles (ou bossent moins) c'est beau je trouve. Je suis assez d'accord avec LT sur les personnes s'occupant de la securite. Il faut qu'il y ait un truc securise oui mais si cela t'empeche de faire ce pouquoi tu es paye c'est totalement idiot. Enfin mon equipe et moi on est en train de manger du pop-corn en regardant l'explosion du nouveau systeme de securite. J'ai deja mis en place 2 ou 3 moyens pour ne pas a avoir a l'utiliser et avec l'accord de la boite car sinon nous perdions les projets. C'est somptueux.

        • [^] # Re: Raisons techniques

          Posté par  . Évalué à 2.

          Partage de calendrier, c'est à dire ?

          J'arrive à partager de façon synchronisée mon calendrier et celui de mon épouse avec :
          - un poste sous Manjaro / Thunderbird et Gnome Agenda
          - un poste sous W7 / Thunderbird
          - 2 smartphones sous Android
          - Nextcloud sur le web.

          Toute la partie soft est libre et multi-plateforme. En gros, du Google Agenda sans Google (ce qui était l'objectif visé), et potentiellement installable et administrable sur des ressources internes, même si j'ai fait le choix de recourir à un hébergeur pour Nextcloud . Certes cela ne concerne que 2 utilisateurs, mais je ne vois pas ce qui empêcherai d'y en avoir davantage.

    • [^] # Re: Raisons techniques

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

      Cet article signalé dans la revue de presse de l'April va dans le sens de ce que tu dis.

  • # désabusé

    Posté par  . Évalué à 9.

    Ça, le retour du glyphosate, le prolongement du nucléaire, ma boite qui a viré les cafetières à pad pour des nespresso pro, le black friday pendant lequel les gens se torturent pour savoir où obtenir le meilleur rabais pour un truc dont ils n'ont pas besoin et qui passera à la poubelle après les "fêtes", l’avènement du google home.
    On vit dans un monde formidable. Faîtes des mômes.

    • [^] # Re: désabusé

      Posté par  . Évalué à 5.

      Je comprend qu'on puisse être désabusé quand on regarde d'un certain côté, mais il y a aussi des choses pleine d'espoir qui sont aussi là :
      Sur un temps long, l'altruisme gagne face à la violence, comme le montre très bien le livre « Plaidoyer pour l'altruisme », de Matthieu Ricard.

      Un tas de gens s'informe par des médias indépendant plutôt que par des publicitaires ou des réseaux sociaux, et mine de rien les gens sont de plus en plus éduqué.

      En France nous commençons à entrer dans la transition, et c'est super : plein de gens questionnent leur autonomie énergétique, préfèrent acheter leur nourriture à leur voisins plutôt que le supermarché, isolent leur maison, diminuent drastiquement leurs quantités de déchèts, il y en a même qui achète des fairphones !

      La mobilité douce séduit de plus en plus de ville, de nombreuses personnes peuvent maintenant profiter des avantages des modes de déplacement doux.

      Pendant longtemps j'étais moi aussi désabusé, fataliste en voyant les problèmes du monde. Mais c'est finit: aujourd'hui je suis convaincu qu'à la fin, c'est nous qu'on va gagner. Je ne saurais trop dire pourquoi, mais ça me semble de plus en plus évident en fait.
      Peut-être parce que j'ai acté dans ma tête qu'on entre dans une période très dure, mais qu'on va aussi sortir un jour de cette période, moi ou les prochains à venir, et que cette sortie sera nécessairement un progrès humain par rapport à notre monde.

      • [^] # Re: désabusé

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        En France nous commençons à entrer dans la transition

        Trop tard. Trop de gens n'en peuvent plus, l'élection de Donald Trump et la monté du FN (ainsi que d'autres partis similaires) le montrent selon moi. On utilise bien trop vite les ressources de la planète et on pollue beaucoup, ça s'aggrave d'année en année, malgré les efforts d'une minorité et les grands discours sans conséquence pour résoudre le problème. Les droits humains régressent, encore et encore. Économiquement, je pense que Macron va être un énorme échec (cf. "Le service de classe" de Frédéric Lordon). Une minorité a fait une transition significative, une autre minorité fait en sorte d'en faire une, mais le gros de la troupe continue d'aller dans le sens inverse (dont le bout est un mur). Nous ne commençons pas à entrer dans la transition, nous aggravons les choses, malgré quelques exceptions.

        je suis convaincu qu'à la fin, c'est nous qu'on va gagner.

        Moi aussi, je pense qu'à la fin on va gagner. J'espère que ça se fera d'une manière gentille et douce pour les gens, mais je je juge de moins en moins probable cela. Malheureusement je juge de plus en plus probable qu'il faille forcer les gens et que ça se fera dans un contexte de crise, ce serait pourtant tellement mieux de s'organiser pour faire en sorte que ça n'arrive pas.

        Je ne pense pas pour autant qu'il est inutile de faire quelque chose maintenant. Au contraire, ça laisse du temps (par ralentissement), ça permet de s'habiter volontairement, et surtout ça permet de faire le savoir et forger des gens pour aider à la transition à venir.

    • [^] # Re: désabusé

      Posté par  . Évalué à 7.

      et cette putain de tartine qui après des siècles de recherche scientifique intensive tombe toujours du côté beurré

      Monde de merde.

      *splash!*

      • [^] # Re: désabusé

        Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 28/11/17 à 22:14.

        cours de lycée sur le moment cinétique.
        la connaissance s’accroît quand on la partage ;)

    • [^] # Re: désabusé

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      bah du coup si tu es désabusé le nucléaire c'est plutôt une bonne nouvelle.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.