• # Attention aux tartes à la crème technologique

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+9/-2).

    Comme bien souvent c'est une tarte à la crème technologique, car c'est juste un projet dont les commandes pourront commencer fin 2021 et faudra ensuite attendre 2024 pour voir les premiers exemplaires. Ensuite si ce cargo transatlantique voit vraiment le jour, il ne sera pas compétitif avec les porte-conteneurs actuels qui peuvent embarquer six fois plus de voitures et se déplacent plus vite. Donc on ne peut malheureusement pas trop compter sur ce projet pour remplacer la flotte des 3 500 de porte-conteneurs actuels (par 21 000 Oceanbird) pour aider à diminuer par trois nos émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050.

    On peut aussi se demander s'il est possible de construire de genre de cargo transatlantique sans faire appel aux énergies fossiles.

    Enfin contrairement à ce qu'annonce le titre « Oceanbird, cargo transatlantique 100 % éolien », le cargo Oceanbird doit malgré tout être équipé de moteurs auxiliaires pour permettre les manœuvres portuaires, ou se dépanner en cas d’absence totale de vent.

    • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      21000 de ces bateaux peuvent remplacer 3500 portes containers, ça ne semble pas insurmontable.

    • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Manoeuvrer un "voilier 2.0" de 200m de long dans le canal de Suez ou dans les ports déjà sur-fréquentés, c'est pas un peu difficile ?

    • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

      Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

      Et tout ça pour transporter des voitures !

    • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

      Posté par  . Évalué à 2 (+5/-4).

      c'est une tarte à la crème technologique, car c'est juste un projet

      Pourquoi un tel pessimisme? Je suis toujours sidéré de lire ce genre de commentaire dès que l'on parle d'avancées technologiques en rupture avec le modèle dominant, modèle amené à disparaître étant donné que les énergies fossiles seront épuisées à moyen terme. Par ailleurs, projeter l'économie d'aujourd'hui dans un monde de demain incertain où, peut-être, les délocalisations à tout va auront vécu, est un pari bien hasardeux. La révolution énergétique est en marche, non par choix mais par obligation, face à la catastrophe climatique mondiale qui s'annonce.

      • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+8/-3).

        Pourquoi un tel pessimisme?

        On peut aussi appeler ça expérience.

        Je suis toujours sidéré de lire ce genre de commentaire dès que l'on parle d'avancées technologiques en rupture avec le modèle dominant,

        Disons que si tu as plus de 15 ans tu sais que 99% des annonces "technologiques en rupture" sont du vent (sans jeu de mot…) et qu'en réalité ça ne marche juste pas (tout le monde n'est pas Tesla).
        Donc sur ce projet il a 99% de chances d'avoir raison, et toi 1%, rendez-vous dans 5 ans pour voir qui a gagné.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  . Évalué à 4 (+4/-2).

          Le problème, c'est que de temps en temps, les ruptures technologiques arrivent et sont valables.

          Si tu choisis systématiquement le choix safe, celui de "ca ne marchera jamais", tu auras effectivement raison 99% du temps mais tu resteras coince a la charrue a boeuf et au silex pour allumer le feu.

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  . Évalué à 8 (+6/-0).

            Qui est coincé pour allumer un feu ? Celui qui sait faire avec les matériaux qu'il sait trouver dans la nature autour de lui, ou celui qui dépend d'une boîte d'allumettes ou d'un briquet dont le fonctionnement dépend de toute une chaîne industrielle sur laquelle il n'a aucune prise ?

            Je pense qu'on confond souvent capacité d'action des individus et développement technologique d'une société. Un chasseur-cueilleur était capable de fabriquer lui-même ses outils, de se nourrir, de se vêtir et de s'abriter par ses propres moyens et il lui restait du temps pour rêvasser ou dessiner. Aujourd'hui c'est devenu impossible pour la quasi-totalité d'entre nous.
            Globalement la société humaine a acquis une capacité d'action phénoménale, mais les individus ont perdu la leur.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  . Évalué à -2 (+1/-4).

          Je me permet de rebondir sur cette phrase qui est d'une importance capitale:

          Donc sur ce projet il a 99% de chances d'avoir raison, et toi 1%, rendez-vous dans 5 ans pour voir qui a gagné.

          Le fait est qu'on ne dispose pas de 5 ans pour voir.
          Donc les choix de sociétés doivent être faits en comptant sur le fait que ça ne marchera pas. Et puis si ça marche, ça fait une bonne nouvelle.

          Même chose pour toutes les pistes technologiques : il faut faire les choix individuels et collectifs en ne comptant pas dessus.

          Quand on parle de technologie et de climat, il y a 4 issues possibles. Soit on parie dessus soit on ne parie pas dessus et soit ça marche soit ça ne marche pas.

          (1) On fait le pari technologique

          • (1a) Si la techno marche youpie, on a gagné le droit de continuer à consomer plus jusqu'à ce que l'effet de rebond annule le gain
          • (1b) Si ça ne marche pas, on a perdu du temps dans la lutte climatique, et ça peut se solder par plusieurs milliards de morts.

          (2) On ne fait pas le pari

          • (2a) Si la techno marche, on a perdu qu'on a démantelé une industrie qui en fait peut reprendre. Ça aura coûté le confort associé.
          • (2b) Si la techno ne marche pas. On avait anticipé le coup, pas de problèmes.

          Je me permet d'insister sur l'immensité de la disymétrie entre les conséquences des cas (1b) et (2a).
          Dans (1b), on compte les morts par milliards, dans (2a) on compte en fait aucune conséquences vraiment dramatiques.

          Donc à faire le pari technologique, on a (par rapport au pari non technologique) relativement peu à gagner si on gagne, mais énormément à perdre si on perd.

          Ah oui, et tant que j'y suis, je me permet une boutade en forme de slogan : l'éolien c'est la ligne Maginot du climat.

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

            Si tu ne fais pas le pari, tu n'as ni 2a ni 2b puisque tu ne testes pas la technologie, donc tu ne sais pas si elle aurait marché ou pas.

            • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

              Posté par  . Évalué à 1 (+2/-2). Dernière modification le 20/10/20 à 10:51.

              Si tu ne fais pas le pari, tu n'as ni 2a ni 2b puisque tu ne testes pas la technologie, donc tu ne sais pas si elle aurait marché ou pas.

              ça dépend.
              Déjà pris tel que, tu as raison, et l'expérience montre qu'on tombe le plus souvent dans le bon.

              Par contre, je prends comme hypothèse (non mentionnée au départ) que dans un monde qui se soucie du climat, toutes les pistes technologiques pas trop déconnantes[1] sont développées et testées.

              Pour prendre un exemple très concret sur la dernière en date : l'avion à hydrogène. Il faut tester. Peut-être que ça va fonctionner du tonnerre de Dieu dans 30 ans, mais dès aujourd'hui, il faut prendre les décisions concernant l'aviation en pariant sur le fait qu'aucun avion à hydrogène ne vole jamais.

              Au pire, en 2050 on aura démantelé des aéroports qu'on devra remettre en état (si la demande existe encore). Personne n'en sera mort, et si on gère bien, on peut transférer l'emploi vers d'autres secteurs.

              Mais si on prends les décisions en supposant qu'en 2050 on a une flotte d'avions à hydrogène opérationnelle, et qu'on perd le pari, on se retrouve dans une situation indémerdable (au sens que des gens vont mourir et plutôt des millions que des milliers).

              Pour le dire court : "on fait de la recherche sur l'avion à hydrogène" n'est pas en 2020 une excuse pour prendre un avion, ni pour dépenser de l'argent à sauver l'emploi dans l'aéronautique.

              [1] exemple : pas une colonisation de Mars.

              • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+5/-1). Dernière modification le 20/10/20 à 12:53.

                Pour prendre un exemple très concret sur la dernière en date : l'avion à hydrogène. Il faut tester.

                Attention, l'hydrogène n'est pas une source d'énergie primaire, il faut donc le produire à partir d'une autre énergie. En 2019, la grande majorité des 75 millions de tonnes d'hydrogène a été produit en mélangeant de la vapeur d’eau et du méthane chauffés très fort en brûlant du gaz, donc en produisant du CO2. L'année précédente, en 2018, la production mondiale de 70 millions de tonnes d’hydrogène ‒ utilisées principalement pour la production d’engrais et le raffinage du pétrole ‒ a engendré l’émission de 800 millions de tonnes de CO2, un chiffre comparable aux émissions du transport aérien commercial (918 millions de tonnes en 2018). Donc pour que l’hydrogène soit décarbonné, il faudrait électrolyser de l’eau avec de l’électricité bas carbone à partir de l'énergie éolienne, hydraulique ou nucléaire.

                Pour information, Supaero-Decarbo , un collectif d'ingénieurs de l'aéronautique doute fortement que le concept d'avion à hydrogène d'Aribus ZEROe permette de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 5 % par an jusqu'en 2050, lire le document « ZEROe et le monde de demain ». À lire aussi « Toulouse : des chercheurs critiquent Airbus pour sa promotion de l'avion à l'hydrogène ».

                Dans la cas où Airbus arrive à relever les nombreux défis techniques de l'avion à hydrogène parmi lesquels : la sécurité en vol, le volume d'hydrogène à embarquer qui est quatre fois supérieur à celui du kérosène et la quantité d'énergie pour refroidir et conserver l'hydrogène sous forme liquide… Il reste un problème d'échelle, arriver à produire assez d'hydrogène pour faire voler 23 000 appareils actuellement et faire voler à près de 47 680 d'ici à 2038.

                Dans son article « Sus à l’hydrogène ! », Jean-Marc Jancovici, a calculé qu'en France, pour remplacer tous nos carburants par de l’hydrogène obtenu par électrolyse à partir d’électricité éolienne, il faudrait multiplier par 15 la puissance installée en France d'éoliennes, et doubler la production électrique totale.

                J'ignore combien d'éoliennes il faudrait installer pour faire produire l'hydrogène pour alimenter 23 000 avions aujourd'hui, ou 47 680 d'ici à 2038, mais cela semble tout simplement titanesque.

                Donc l'avion à hydrogène est aujourd'hui une belle tarte à la crème technologique, car les nombreux défis techniques pour le concevoir ne sont pas résolus et que la production d'hydrogène bas carbone pour faire voler 23 000 avions n'est pas possible.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  . Évalué à -4 (+0/-5).

          99% des annonces "technologiques en rupture" sont du vent

          Hum, je ne sais pas quelles époques tu as vécues…

          L’innovation de rupture, c’est quoi ?

          extraits:
          - le téléchargement de musique et le partage de fichier contre le disque compact
          - le livre numérique contre le livre papier
          - le e-commerce contre les magasins physiques
          - les logiciels libres contre les logiciels propriétaires
          - la vidéo à la demande sur internet et la télévision diffusé par le haut débit internet contre la télévision hertzienne et par cable
          - la voix sur IP contre le téléphone traditionnel et le téléphone mobile
          - les lecteurs portables de MP3 contre les lecteurs portables de cassettes et CD
          - la photo numérique contre la photo argentique

          Les dix innovations de rupture de 2017 selon le MIT
          https://www.industrie-techno.com/article/les-dix-innovations-de-rupture-de-2017-selon-le-mit.48153
          Prochaines Innovations De Rupture : La France Encore Hors Jeu
          https://www.forbes.fr/business/prochaines-innovations-de-rupture-la-france-encore-hors-jeu/

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  . Évalué à 1 (+2/-2).

            C'est un peu ironique, mais la quasi totalité de la liste que tu donnes sont des innovations qui vont dans le mauvais sens pour le climat.

            Peut-être qu'un jour une innovation se révèlera utile pour le climat. Et peut-être que ce fameux bateau éolien en fera partie.
            En attendant de le voir, je considère comme beaucoup plus raisonnable de ne pas parier dessus.

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+1/-1). Dernière modification le 21/10/20 à 14:56.

            les logiciels libres contre les logiciels propriétaires

            J'ai du mal à visualiser dans ma vie tous les jours la technologique de rupture apportée par les logiciels libres ? Une technologie de rupture est une innovation technologique qui porte sur un produit ou un service (donc les logiciels libres) et qui finit par remplacer une technologie dominante sur un marché (donc les logiciels propriétaires).

            Si je vois bien les homo consommatus, autour de moi, être passés de la photo argentique à la photo numérique. Dans mon entourage, je constate toujours les logiciels propriétaires dominants, les personnes utilisent massivement tous des logiciels propriétaires comme Windows, Android, macOS, iOS, Chrome, Microsoft Office, Photoshop… Avec parfois quelques logiciels libres, essentiellement VLC et Firefox, mais le logiciel libre est loin, très loin d'être dominant. Où est la technologie de rupture avec le logiciel libre ?

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-2).

          (tout le monde n'est pas Tesla).

          Je suis curieux, c’est quoi la technologie en rupture que propose Tesla ?

      • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+7/-3).

        Pourquoi un tel pessimisme? Je suis toujours sidéré de lire ce genre de commentaire dès que l'on parle d'avancées technologiques en rupture avec le modèle dominant, modèle amené à disparaître étant donné que les énergies fossiles seront épuisées à moyen terme. Par ailleurs, projeter l'économie d'aujourd'hui dans un monde de demain incertain où, peut-être, les délocalisations à tout va auront vécu, est un pari bien hasardeux. La révolution énergétique est en marche, non par choix mais par obligation, face à la catastrophe climatique mondiale qui s'annonce.

        Ce n'est pas du pessimisme, juste du réalisme. De mon côté je suis toujours sidéré que certaines personnes croient encore que « la technologie va nous sauver ». En 2019 les énergies fossiles représentent plus de 83,8 % de la production d'énergie mondiale. Les énergies éoliennes et solaire représentent 3,3 % de de la production d'énergie mondiale et n'arrivent même pas à compenser la croissance annuelle des besoins énergétiques mondiales. Donc croire que les énergies éolienne et solaire pourront un jour remplacer les 83,8 % de la production issue des énergies fossiles est totalement utopique.

        La première raison est d'ordre physique, les énergies fossiles sont concentrées, facilement stockables, disponibles à la demande et occupent le sous-sol alors que énergies éolienne et solaires sont diffuses, difficilement stockables, occupent la surface et sont intermittentes. La seconde raison est que la production d'éoliennes et de panneaux solaires reposent justement sur la mondialisation et les énergies fossiles, avec du minerai extrait depuis les quatre coins de la planète, des composants assemblés en Chine et ensuite expédiés partout dans le monde. Ensuite il y a la vitesse de déploiement de l'éolien et du solaire, même si on voulait (et on pouvait) remplacer la totalité de la production d'énergie des énergies fossiles par du solaire et d'éolien, nous serions morts, nos enfants et nos petits enfants seraient morts qu'on y serait pas encore arrivé. Les énergies fossiles sont tout simplement mieux que toutes les autres énergies, si nous n'avions pas de problème d’approvisionnement et que leurs utilisations n'avaient pas d'influence sur le climat. Voir quelques conférences de Jean-Marc Jancovici pour avoir une bonne compréhension du problème est nécessaire, comme par exemple James Finance contre Docteur Carbone.

        Pour ce qui est d'avancées technologiques, je vais me contenter ce citer Philippe Bihouix auteur des deux livres « L'Âge des low-tech » et de « Le bonheur était pour demain » :

        La recette actuelle : une fuite en avant, la plus rapide possible à base d'innovations high tech - ne résoudra pas les problèmes dans lesquels nous sommes enferrés. Au mieux, il s'agit de bonnes idées, mais que nous ne mettrons pas en œuvre à la vitesse et aux ordres de grandeur nécessaires, tant s'en faut. Au pire, il s'agit de nouvelles technologies et de tendances néfastes, qui ne font et ne feront qu'accélérer le système qui nous a conduits à l'impasse. Entre les deux, quelques tartes à la crème technologiques, sans intérêt, font la joie des médias, des conseillers en développement durable et des économistes et sociologues propectives faussement ou réellement naïfs ?

      • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

        Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

        C'est du réalisme. Ce site te donne une idée du problème:

        https://www.marinetraffic.com/

        En vert tu as les cargos et en rouge les tankers, parmi ceux qui ont activé le système AIS qui permet de les suivre.

        Bon maintenant comment on remplace tout ça, même 10% par des bateaux "propres" ?

        En sachant que tout les bateaux sales ont de grande chance de finir ici :

        https://youtu.be/pxXLPGu0pCA

        https://youtu.be/WOmtFN1bfZ8

        Tout un domaine de démolition qui va être inondé par la montée des eaux, qui plus est.

        Il y aurait beaucoup à dire sur la marine marchande. La première chose a faire serait de liquider les pavillons de complaisance et de réglementer sévèrement l’accès aux eaux territoriales des pays respectueux des normes environnementale et des réglementations sur le travail.

        Ce qui n'a jamais été fait.

        Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

          Je suis d'accord que sans interdire les pavillons de complaisance, ou au moins avoir un accord au minimum continental pour interdire l'accès à ces bateaux dans les ports de commerces, on ne pourra pas avancer.

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

            En fait dans les eaux européenne il y a du mieux depuis quelques années (suite aux naufrage du Prestige et de L'Erika). Mais il reste beaucoup à faire.

            Derrière l'explosion de nitrate d'amonium dans le port de Beyrouth, on retrouve un armateur et un bateau et son chargement abandonné.

            https://www.rferl.org/a/reports-link-beirut-s-devastating-blast-to-russian-owned-cargo-ship/30767495.html

            Certes, la gestion du problème par les autorités libanaise est déplorable, mais néanmoins, ce n'est pas très rassurant de savoir qu'on transporte encore des produit aussi dangereux dans des bateaux poubelles armés par des hommes d'affaires véreux aux portes de l’Europe.

            Et je ne parle même pas de la façon dont on traite le personnel naviguant sur ces épaves flottantes. C'est un point qui malheureusement ne choque pas assez les gens, comme si ce n'était pas le cœur du problème. Une compagnie qui traite correctement son équipage et qui emploi du personnel qualifié n'arme pas des poubelles flottantes pour transportes des produits dangereux ou toxiques. Il faut faire une guerre impitoyable a ces armateurs, sur tout les plan, normes environnementale, législation du travail, lutte contre l'évasion fiscale voire même au niveau diplomatique. Si un pavillon de complaisance refuse d’appliquer nos régles, tout les navires de ce pavillon n'ont plus le droit de pénétrer nos eaux territoriale etc …

            Tout ça pour dire, qu'avant même de penser a changer la technologie de propulsion des navires, on ferait bien de s'occuper d'assainir ce milieu et de virer définitivement de ce business et de l'océan toute ces armements aux pratiques plus que douteuses.

            Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2 (+0/-4).

          C'est du réalisme. Ce site te donne une idée du problème:

          https://www.marinetraffic.com/

          En vert tu as les cargos et en rouge les tankers, parmi ceux qui ont activé le système AIS qui permet de les suivre.

          Alors, je dis pas que les océans ne sont pas surcharger (j’en sais rien), mais y a un truc pété sur ta carte 1 : l’échelle des bateaux.

          Oui il y a beaucoup de point, mais j’ai jamais vu un Tanker faire la taille d’une métropole.

          Ça me fait penser aux cartes qui montrent les satellites en orbite basse où l’échelle des satellites est tellement pété que ça donne l’impression que les rayons du soleil peuvent à peine traverser.


          1. Sans parler de la projection toute pourrie de Mercator. 

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

            Alors comme ça on confond la carte et le territoire :)

            les océans ne sont pas embouteillé tel un périphérique parisien, même si y a assez de trafic pour arriver a se rentrer dedans. C'est juste pour donner une idée de ce que sa représente en terme de nombre de navires. C'est un peu la face cachée de la mondialisation. Dans le genre y a le port chinois de Shanghai :

            https://youtu.be/p55N5WeYdcI

            Un des plus gros souci lorsqu'on parle d'écologie et de réchauffement climatique, c'est les ordres de grandeurs. on a beaucoup de mal a se représenter le problème car on ne vit pas a l'échelle ou il se produit.

            Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+7/-1).

      Donc on ne peut malheureusement pas trop compter sur ce projet pour remplacer la flotte des 3 500 de porte-conteneurs actuels (par 21 000 Oceanbird) pour aider à diminuer par trois nos émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050.

      Pourquoi les remplacer complètement ? Il faut aussi relocaliser la production et diminuer la consommation. Est-ce que tu as vraiment besoin de ce sextoy made in china à noël?

      Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

    • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

      Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

      si ce cargo transatlantique voit vraiment le jour, il ne sera pas compétitif avec les porte-conteneurs actuels qui peuvent embarquer six fois plus de voitures et se déplacent plus vite.

      La pour le coup, le calcul me semble pas si simple. Ce cargo a un énorme avantage: il ne consomme (quasiment) pas de carburant.

      Certes, il vient avec des contraintes opérationnelles, qui seront peut être rédhibitoires pour un déploiement en masse et viendront amoindrir sa rentabilité, mais l’idée est intéressante car cela supprimerait un des principaux postes de dépense d'un bateau.

      Une autre piste, c'est aussi pour les bateaux de croisière, qui souffre a juste titre d'une image d'industrie polluante, et pourrait voir une opportunité pour verdir leur flotte.

      • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        La pour le coup, le calcul me semble pas si simple. Ce cargo a un énorme avantage: il ne consomme (quasiment) pas de carburant.

        Sur ce point, je dirais quand même que l'expérience reste en faveur du pétrole. Le turbovoile d'Anton Flettner fut construit au début des années 1920 et, de fait, cette technologie n'a pas du tout prise. Je crains qu'il ne faille pas compter sur cet apparent avantage économique pour espérer la voir fleurir.

        Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

          La pour le coup, le calcul me semble pas si simple. Ce cargo a un énorme avantage: il ne consomme (quasiment) pas de carburant.

          Sur ce point, je dirais quand même que l'expérience reste en faveur du pétrole. Le turbovoile d'Anton Flettner fut construit au début des années 1920 et, de fait, cette technologie n'a pas du tout prise. Je crains qu'il ne faille pas compter sur cet apparent avantage économique pour espérer la voir fleurir.

          Enfin, depuis 1920, toutes les technologies ont évolué dont les technologies véliques. Par ailleurs, les conditions économiques changent aussi. Forcément, l'équation dépend e.a. du prix du pétrole.

          Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        Le fuel lourd que consomme ces navires est très peu cher. C'est du genre 200 à 300 $ la tonne. même si il en faut beaucoup, ça ne pèse pas si lourd dans les coût d'exploitation d'un navire dont le port en lourd se mesure en dizaine voire centaines de millier de tonnes.

        La techno dont j’entends régulièrement parler et qui me semble avoir un certain avenir, c'est un genre de voile de kite géante comme ici : http://beyond-the-sea.com/. Néanmoins toutes ces technos sont par nature complexe a utilisé quand la météo s'y met.

        Pour rappel, la mer c'est ça :

        https://youtu.be/a1n1ktxeb98

        Reportage un peu daté mais fortement conseillé par votre serviteur.

        Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

        • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

          ça ne pèse pas si lourd dans les coût d'exploitation

          Ça pèse quand même. Il y a toujours un juste équilibre à trouver entre la durée du voyage et le coût associé en carburant.
          Pour avoir traverser l'atlantique sur un navire mixte container/roulier capable de faire du 19 nœuds, en pratique la moyenne était plutôt à 14-15 nœuds. Le voyage est certes plus long d'une ou 2 journées de mer (moins bien pour certains clients pressés) mais la consommation du bateau est très significativement réduite (meilleur pour l'armateur). Quand tu passes de 100 t de fuel par jour (oui oui) à 50, tu sens la différence même si tu dois naviguer 2 jours de plus.

          • [^] # Re: Attention aux tartes à la crème technologique

            Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 21/10/20 à 00:31.

            Ha ben j'ai aussi fait ça. Sur Atlantic Container Line pour la CGM. Le bateau s'appelait l'Atlantic Cartier. J'ai retrouvé sa trace il y a quelque temps, ça m'avait mis un coup au moral : https://shipbreakingplatform.org/platform-news-atlantic-container-line-steaming-for-sunshine/

            Sinon, oui c'est toujours intéressant d'optimiser sa conso de fuel. De toute façon un navire de charge est conçu pour être exploité sur une ligne donnée, et le coût d'exploitation ce calcul de façon globale. Ensuite, pour ce qui est des rotations, c'est aussi assez tordu, il faut arriver au bon moment pour rester le moins de temps possible à quai, les flux sont assez tendus, stocker le chargement sur le terminal en attente n'est pas donné, du coup, sur une rotation mieux vaut prévoir 2 jour de plus, on consomme moins et on est a peu prés sur d'arriver a l'heure prévue quitte a devoir rattraper le temps perdu a cause d'une avarie, par exemple.

            Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.