Journal L’architecture POWER se libère

15
24
août
2019

Cher journal,

Décidément, la montée en puissance de RISC-V n’en finit pas de faire bouger les lignes.
Après la libération du jeu d’instructions MIPS, c’est maintenant IBM qui libère son jeu d’instructions POWER.

La fondation OpenPOWER ISA se charge de la promotion de ce jeu d’instructions.

  • # risc-v ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+13/-0). Dernière modification le 25/08/19 à 11:47.

    Pas sûr que ce soit la montée en puissance du RISC-V qui est à l’origine, ils ne sont pas encore dans la même gamme. Ça fait un moment qu’il y a un mouvement en route pour plus d’ouverture de l’architecture POWER. Je dirais plus que c’est l’hégémonie x86 qui a fait du mal au POWER.

    Et comme tout projet géré par une grosse boîte, avant de tuer le produit, on l’ouvre. Ça ne coûte pas grand’chose et sur un malentendu, ça peut rapporter.

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # ()

    Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+2/-0). Dernière modification le 24/08/19 à 12:56.

    On remarquera que bien sûr IBM est sponsor platinium d'OpenPower mais RedHat est sponsor Gold.

    (je sais, ça date d'avant le rachat)

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # que maintenant ?

    Posté par . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 24/08/19 à 15:11.

    J'étais persuadé que Power était libéré depuis Power8. C'était quoi en fait comme type de licence ?

    Après même remarque, Risc-V ne va pas vraiment s'attaquer au marché des gros serveurs dans lequel IBM s'est spécialisé. À l'inverse de Mips ou ARM, pour Power il n'y a pas vraiment de concurence entre les deux.

    • [^] # Re: que maintenant ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

      Risc-V ne va pas vraiment s'attaquer au marché des gros serveurs dans lequel IBM s'est spécialisé.

      L'objectif de RISC-V est d'être une ISA couvrant tout le panel des microprocesseurs 32bits/64bits.
      Donc le but est aussi d'aller titiller le marché des gros serveurs.

      C'est juste que pour l'instant les extensions vectorielles sont à l'état de brouillon et que la gravure en 7nm coûte un certain prix …

      • [^] # Re: que maintenant ?

        Posté par . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 25/08/19 à 17:53.

        L'objectif de RISC-V est d'être une ISA couvrant tout le panel des microprocesseurs 32bits/64bits.

        J'avais plutôt compris que c'était parti du constat que l'informatique va devoir se spécialiser, d'où la création d'une ISA ouverte et modulaire.
        Pour moi RISC-V a toute sa place dans une solution moins généraliste, comme ce que Qualcomm propose avec ses SoC pour serveur basse conso utilisés dans l'hébergement de cloud.
        Mais même à moyen terme, je vois mal cette ISA rivaliser avec les solutions serveur d'IBM, Intel et AMD donc la corrélation que tu fais n'est vraiment pas une évidence.

        Sinon le plus important pour moi c'était d'avoir une réponse à la première partie de mon commentaire (en quoi OpenPower n'était pas vraiment open), pas ce débat hautement spéculatif.

    • [^] # Re: que maintenant ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Si je comprends bien, c'était déjà un peu ouvert et ça devient plus ouvert (oui je sais, c'est flou comme façon de le dire :) ). Plus de détails :
      https://lwn.net/Articles/796796

  • # Concrètement, ça change quoi ?

    Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

    L'univers (commercial) des processeurs POWER a l'air bien différent du terrain de jeu de RISC-V.

    L'idée c'est de faire émerger un concurrent à IBM sur son propre créneau (bon courage …) à la façon d'AMD/Cyrix vs Intel ou bien de tuer dans l'oeuf RISC-V ?

    BeOS le faisait il y a 15 ans !

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.