Appel du Nouvel Observateur contre la répression du peer-to-peer

Posté par (page perso) . Modéré par Amaury.
Tags : aucun
0
6
fév.
2005
Audiovisuel
« P2P, nous sommes tous des pirates. » Ainsi titre l'appel lancé par le Nouvel Observateur, qui veut s'opposer à la vague de répression à l'encontre des utilisateurs de peer-to-peer.

L'enjeu est ici d'en finir avec l'hypocrisie : le téléchargement de musique sur Internet est devenu un outil majeur de distribution des oeuvres musicales. Plutôt que de poursuivre en justice ses utilisateurs, le Nouvel Observateur - soutenu par des auteurs et des politiques - propose de repenser le système de droits afin de permettre à la fois aux auteurs et aux internautes de trouver leur compte.

Extrait : « Nous dénonçons cette politique répressive et disproportionnée, dont sont victimes quelques boucs émissaires. Comme huit millions de français, au moins, nous avons, nous aussi téléchargé un jour de la musique en ligne et sommes donc des délinquants en puissance. [...] Nous proposons l'ouverture d'un large débat public [...] afin de parvenir à une meilleure défense du droit d’auteur, mais aussi [d]es consommateurs. »

Parmi les premiers signataires de la pétition : Manu Chao, Jean Louis Aubert, Bénabar, Tryo, Yann Tiersen, Ségolène Royal, Jose Bové, Dominique Voynet, Noel Mamère. Plus de 8.000 personnes ont déjà signé.

NdM : A noter que Ariel Wizman, qui avait donné sa voix aux annonces anti-piraterie distribuées sur les réseaux P2P, est finalement signataire de ce texte.

NdM2 : La diffusion de cette dépêche a provoqué un intense débat dans les équipes de modération et relecture, qui a justifié la décision finale. Ce n'est peut être pas l'endroit, mais votre avis nous intéresse !
  • # Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Au risque de froisser la majorité (je suis déja en négatif, m'en fout :) ), je n'approuve pas du tout ce genre d'appel : en effet, c'est comme si on disait "laissez-nous pirater MS Windows".

    Non, non, non... Il ne faut pas pirater Windows, il ne faut pas pirater la musique, il faut acheter les choses à leur prix, donc acheter (ou télécherger) Linux, et acheter (ou télécharger) des musiques que les artistes autorisent à faire.

    Il y a de plus en plus de musique avec des licences alternatives, arretons de vouloir absoudre les pirates, donnons-leur des alternatives (qui existent, mais n'ont pas le même marketing...)
    • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

      Posté par . Évalué à 10.

      Je te conseille de lire attentivement "du bon usage de la piraterie" de florrent latrive afin de te faire une vrai opinion sur le sujet.

      Parce que le téléchargelement n'a fait qu'éclater un déséquilibre dans le système actuel des droits d'auteur.

      La pétition du nouvel obs n'est pas de revendiquer un droit au téléchargement mais de bousculer les pouvoirs publics, et mettre le débat public en place, et surtout de montrer que le discour unilatéral des majors est tout a fait contestable (même s'il faut admettre qu'il a ses raisons d'être).
      • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

        Posté par . Évalué à 10.

        Avec le lien, c'est mieux : http://www.freescape.eu.org/piraterie(...)

        Bon ok, une recherche vite fait sur le net nous donne directement le site, mais bon. Autant faire simple ! Le livre est bien entendu en accès libre (libre culture oblige).

        M'en vais le lire tiens, une bonne lecture au coin de l'ampoule écletrique (pas de cheminée ds mon studio) après le livre de Lessig ( http://lessig.org/(...) )
        • [^] # on invente rien à 100%, on s'inspire !

          Posté par . Évalué à 6.

          En culture, comme en recherche, on s'inspire toujours de ce qui existe pour créer de nouvelles choses.

          Le problème de la propriété intellectuelle, c'est que cela peut devenir insupportablement couteux de passer en revue puis de s'inspirer de ce qui s'est déjà fait. Comment un petit artiste, encore amateur, pourrait-il avoir les moyens de se constituer légalement une discothèque pouvant lui servir de base à son travail ?

          Quand des artistes disent "nous aussi nous téléchargeons sans payer" je crois que c'est ça aussi qu'ils signalent: nous avons besoin d'avoir accès à toute la diversité des oeuvres pour pouvoir créer dans les meilleures conditions.

          Pourquoi le modèle de sourceforge.net (on verse de l'argent aux auteurs quand on est content ou pour soutenir le développement de nouvelles oeuvres, ou pour obtenir un cd officiel de qualité garantie, du support, une documentation imprimée, un concert, une avant-premiere), ne deviendrait-il pas le modèle dominant ?

          Avec la répression, combien de futurs créateurs en puissance vont voir leur vie ruinée pour avoir voulu un panorama complet de la culture ?
    • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

      Posté par . Évalué à 10.

      Il ne faut pas pirater Windows, il ne faut pas pirater la musique
      Complètement d'accord avec toi
      il faut acheter les choses à leur prix
      Toujours d'accord avec toi , mais n'est-ce pas justement le problème ?
      Est-ce normal de payer un CD 20 euros ou un machintrucmuche je ne sais combien ?
      Une réduction de ces prix pourrait peut-être faire retrouver aux pirates le chemin de la légalité et au final arranger tout le monde.
      • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Est-ce normal de payer un CD 20 euros ou un machintrucmuche je ne sais combien ?

        Je suis tout à fait d'accord : la plupart des gens que je connais (dont moi) achèteraient plus souvent de la musique si les CDs étaient moins chers.
        J'en veux pour preuve : le rayon qui a le plus de succès (et de loin) dans le Virgin à côté de chez moi est celui des petits prix (dixit les vendeurs).

        Autre exemple : au premier semestre 2002, la Fnac à réalisé sept opérations tests portant sur 23 à 160 références avec des baisses de prix moyen de 20 à 40 %. La réaction des consommateurs a été immédiate : les ventes de ces CD à prix cassés ont progressé de 578 à 920 % !!!

        Et même, si on y réfléchit un peu, c'est logique : tu vois un CD à 10 ¤, tu hésites moins que quand il est à 20 !
        Quand au prix des singles, c'est limite prohibitif : 4 ¤, ce qui nous donnera environ 30 francs, c'est vraiment trop cher pour deux titres ! (en général c'est même plutôt un titre)
        Et les maxi-single avoisinent les 8 à 10 ¤, c'est trop cher pour 4 à 5 titres.

        Bref...
        • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

          Posté par . Évalué à 3.

          Sans compter que dans le rayon d'à coté tu as Shrek 2 ou Nemo pour 20¤...

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Sans compter que dans le rayon d'à coté tu as Shrek 2 ou Nemo pour 20¤...
            Chacun son avis et ses usages, mais personnellement un CD je l'écoute des dizaines/centaines de fois. Je regarde un film maximum deux fois (sauf cas rares), ce qui fait que je trouve qu'un film a comme valeur d'usage à peine plus que celle de sa location.
            • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

              Posté par . Évalué à 6.

              Je regarde un film maximum deux fois (sauf cas rares)


              Hehe. Je suppose alors que tu n'as pas d'enfants... J'ai une petite d'un peu plus de deux ans, et certains épisodes de Heidi sont tellement passés que je pourrais te les réciter par coeur. Idem pour Tchoupi et Caillou (ses héros personnels), et je ne te parle pas du succès inconditionnel de Shrek -- bon, surtout le générique en fait, après c'est trop long :)

              Pour en revenir au sujet, le CD à 20 euros, dans une famille "canonique" de 4 consommateurs (papa - maman - 2 enfants), c'est strictement ingérable. Donc au final, soit papa impose ses goûts, soit il les sacrifie au profit de sa progéniture.

              Évidemment, la musique a toujours été chère, et toujours assez peu achetée: quand j'étais petit, j'enregistrais la radio, sur des cassettes dont l'arrivée sur le marché avait provoqué le même débat que le passage au numérique. Au final, le prix n'a jamais empêché la consommation, il l'a juste réservée à une élite. Le problème, c'est que maintenant l'accès aux données devient tellement commode que même cette élite commence à se demander si c'est bien raisonnable de payer si cher quelque chose qui vaut si peu, et qui correspond de moins en moins à ces attentes, vu le formatage croissant des sorties musicales dans les "majors". Pire, le p2p offre de meilleurs services que les canaux de distribution officiels. Le dernier live de Radiohead à Cannes ? Introuvable dans la grande distribution. L'album de Torgue et Houppin ? Il faut en général le commander, avec des délais allant du grotesque au ridicule. Un album un peu ancien de Stevie Ray Vaughan ? "Hahaha, qui c'est ce rigolo, il passe à la star'ac" ?

              Dans ces conditions, le débat n'est pas tellement "pourquoi abandonner la grande distribution ?" mais "comment ça a pu durer aussi longtemps".
      • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

        Posté par . Évalué à 1.

        Est-ce normal de payer un CD 20 euros ou un machintrucmuche je ne sais combien ?

        Si le vendeur décide de le vendre à 20 euros, alors c'est normal.
        La seule décision que tu puisses prendre, c'est de l'acheter ou pas.

        Si tu le trouves trop cher, tu ne l'achètes pas (et tu ne le pirates pas non-plus). Si tout le monde est d'accord avec toi les prix baisseront d'eux-même...

        Une réduction de ces prix pourrait peut-être faire retrouver aux pirates le chemin de la légalité et au final arranger tout le monde.

        Et le père Noël ? t'y crois aussi ?
        • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.


          Si le vendeur décide de le vendre à 20 euros, alors c'est normal.
          La seule décision que tu puisses prendre, c'est de l'acheter ou pas.

          Si tu le trouves trop cher, tu ne l'achètes pas (et tu ne le pirates pas non-plus). Si tout le monde est d'accord avec toi les prix baisseront d'eux-même...


          La liberté de pratique des prix ne va pas de soi, c'est une décision politique. Dans certains systèmes politiques, tous les prix sont fixés. Dans notre système politique, seuls certains le sont. C'est un choix politique de ne pas limiter le prix de la musique.
          La décision politique qui a été prise, c'est de dire : dans un marché où règne la libre concurrence, la demande et les prix évolueront de conserve pour le plus grand bien du consommateur.
          Ceci est peut-être vrai pour certains produits, à condition qu'il y ait une véritable concurrence, sans entente sur les prix, et que cela ne se fasse pas au détriment du producteur.
          Pour la musique, il me semble qu'il y a un problème :
          - il n'y a pas de libre concurrence : je n'ai pas envie d'acheter du Mozart à 1¤ si j'aime la variété française à 20¤;
          - le prix à peu près uniforme des CDs fait un peu penser à une entente sur les prix, non ?
          - le producteur (de l'oeuvre musicale = groupe, musicien, chanteur, auteur, ... ) ne semble pas être bénéficiaire de cet état de fait.
          Alors, d'accord, on pourrait dire, ne consommons plus de culture. Oui, mais justement, la culture n'est peut-être pas un produit de consommation comme les autres. Ne devrait-il pas exister un droit d'accès à la culture pour tous ?

          Guillaume Vauvert
          • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Pour l'entente des prix, non tous les CD ne sont pas exactement au même prix. Par contre, pour la musique en ligne, ca saute a la figure avec leur 0.99¤ quelque soit le vendeur...
          • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

            Posté par . Évalué à -3.

            Ne devrait-il pas exister un droit d'accès à la culture pour tous ?

            Non, autant je comprends l'existence d'un droit d'accès au logement ou à la nourriture car c'est vitale, autant il faut comprendre que sans culture on peut très bien vivre.

            Je ne suis pas contre l'idée en elle-même. Mais il faut payer les artistes pour qu'ils puissent continuer à créer de la culture et là je ne vois pas qui va payer...
            • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              HOula, jolie diagonale, pour un peu il y aurait aussi un exces de vitesse.

              D'abord, personne n'a dit que les artiste ne devait pas etre payer, et bizarement le systeme actuel paye plus les intermediaire que les artistes et ceux qui contribue concrement au CD (Inge du son, musicien, fabricans, etc) L'idee est plutot de profiter du coup de diffusion nul du P2P pour faire des economies.

              Evidement ca plait pas a certains. (qui a dit monopole de la diffusion ?)

              Et concernant le droit a la culture, si un pauvre telecharge, de toute facon avec ton raisonnement il n'aurait pas put acheter, alors dit moi, quest ce que ca change ?
              • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

                Posté par . Évalué à -2.

                et bizarement le systeme actuel paye plus les intermediaire que les artistes et ceux qui contribue concrement au CD (Inge du son, musicien, fabricans, etc)

                Ah bon, tu as l'air au courant... où sont tes sources ?

                L'idee est plutot de profiter du coup de diffusion nul du P2P pour faire des economies.

                Oui, sauf qu'en P2P, tu passes du MP3 et que franchement moi, quand j'achète de la musique, je veux un format de très bonne qualité, et en plus faudra que j'achète des cd vierges pour pouvoir écouter ma musique sur ma chaîne, et en passant, je paierais une taxe sur le piratage...

                Ensuite P2P n'a pas un coût nul mais ce coût est déporté chez toi.
                De plus, le jour où tu paieras pour ta musique, crois moi, le P2P ne sera plus aussi abondant et tes vitesses de téléchargement ne seront plus les mêmes et tu nous dira ici "Je paye pour un morceau et faut que j'attende dix ans pour l'avoir..."

                Et je suppose que toi, défenseur de la culture, tu refuseras de partager les morceaux que tu as téléchargés et tu nous dira encore ici "Je vais quand même pas bouffer ma bande passante pour une musique que j'ai payée..."

                Evidement ca plait pas a certains. (qui a dit monopole de la diffusion ?)

                Pourquoi ? Quand tu achètes par internet, ce n'est plus Universal qui touche le pognon ? en passant il y a plus (+) d'intermédiaires quand tu passes par internet (apple, fnac, etc.) ?

                Et surtout, excuses moi, mais pour du MP3 qui est quand même de pietre qualité comparé à un cd, payer 1 euro par chanson, ça fait vraiment très cher, surtout que, comme je le disais plus haut, faut encore le graver sur un cd...

                si un pauvre telecharge, de toute facon avec ton raisonnement il n'aurait pas put acheter

                Si un pauvre est vraiment pauvre, il n'a pas de PC, ni de connection à internet et se pose d'autres questions que savoir comment il va avoir accès à la culture...

                Entre parenthèse, pour la culture, acheter un cd n'apporte pas grand chose.
                Il me semble que la culture se caractérise par sa diversité. Et pour celà, tu as meilleur temps d'écouter la radio. D'ailleurs, pas mal de clochards ont des petits postes radios et sont sans doute plus cultivés que nous grâce à ça.
                • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  >et bizarement le systeme actuel paye plus les intermediaire que les artistes et ceux qui contribue concrement au CD (Inge du son, musicien, fabricans, etc)

                  >> Ah bon, tu as l'air au courant... où sont tes sources ?

                  ici par exemple. J'ai de vagues souvenirs d'avoir vu de telles proportions ailleurs (Capital sûrement).

                  http://mp3.deepsound.net/articles_musique_d.php?id=00010(...)
                • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Oui, sauf qu'en P2P, tu passes du MP3

                  p2p = peer to peer
                  tu transmet des films aussi ; certains en mkv encode en xvid et ogg (si si dans les fansubs ca peux se trouver ;))
                  Donc on peux tres bien lancer des fichiers flacs 'et sachant que c'est loseless....)
                  (ps et on me dis qu'on l'utilise aussi pour des iso linux ! :-D
                  pps les films peuvent etre tout a fait legal: exemple jv.com qui utilise les torrents pour le dl : il y a toujours leurs serveurs qui partagent; et si il y a un pique de dl ; alors les autres permettent de limiter la bp du serveur ;))



                  Pourquoi ? Quand tu achètes par internet, ce n'est plus Universal qui touche le pognon ? en passant il y a plus (+) d'intermédiaires quand tu passes par internet (apple, fnac, etc.) ?

                  Oui mais non :-D des sites comme magnatune (donne plus bas) ne passent pas par les majors !
                  il est tout a fait possible de faire un logiciel permet le dl des chanson apres achat au prix mini fixes par l'artiste + cout de fontcionnement (assez faibles a vrai dire) !

                  Mais la encore avec les plateformes legales lances en france c'est bien entendu les majors qui se regalent ! ils ont diabolise le p2p et disent si vous voulez ecoutez vos chansons sur vos ordis (ben oui avec les cds non compatibles) vous devez repayer au prix fort !


                  Pour le pauvre; et si il est "limite pauvre" cad qu'il termine son budget de tous les mois avec une dizaines/centaines d'euros en plus?
                  ca fait pas enormes pour les loisirs(sans compter qu'il faut epargner un poil en cas de problemes)
                  Mettons qu'il ait recup un pc d'une boite qui les jetait; qu'il soit dans un reseaux citoyens wifi (ou qu'il s'arrange avec son voisin etc..) : il est pauvre ; il peux acceder au net ; mais la la question des loisirs est sensible au budget non?


                  quand a la radio; excuse moi vu ce qu'ils passent et la duree des pubs; j'ai essaye de m'y remetre il y a peu de temps mais je ne tiens plus leurs 10 min non stop de pubs! ou alors ce sont des musiques qui me plaisent pas forcement ce qui n'est qu'un peu mieux.
            • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

              Posté par . Évalué à 6.

              Non, autant je comprends l'existence d'un droit d'accès au logement ou à la nourriture car c'est vitale, autant il faut comprendre que sans culture on peut très bien vivre.


              "Tout homme bien portant peut se passer de manger pendant deux jours, de poésie jamais !" Charles Beaudelaire, .
        • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

          Posté par . Évalué à 6.

          Bonjour,

          Il ne s'agit pas de croire ou non au Père Noel, mais de se demander dans la poche de qui va le fric.
          Très clairement, l'essentiel ne va pas dans la poche des artistes, et c'est une bonne raison pour penser que la répression telle qu'elle s'exerce est une mauvaise chose.
          Il ne s'agit pas de cautionner la piraterie industrielle et la contrefaçon.
          Mais recopier pour son propre usage, familial, des CD que l'on n'aurait de toutes façons pas acheté parce qu'on n'en pas les moyens ne me semble pas etre une fraude bien grave. Puisque de toutes façons on n'aurait pas acheter le CD, et que d'autre part, l'écoute du CD ne nuit à personne (enfin sauf si on pirate Bécassaine c'ey my cousaine ...;-)).
          Pour appuyer ce raisonnement, il se trouve que j'ai moi meme "copié" sur K7 (ben oui, j'ai pas 20ans ;) ) tout un tas de disques (oui, oui, y compris vinyle), et que j'en achète maintenant petit à petit parce qu'ils sortent en CD à des prix "sympa", genre 8 ou 9 Euros.
          Y compris d'ailleurs le dernier très beau disque de Mr Bénabar.

          D'autre part, je ne sais plus quel chanteur ( Manu Chao ?) déclarait qu'il préfèrait que les gens piratent ses disques, et gardent leur argent pour venir le voir en concert.

          Je crois vraiment qu'une fois de plus, le débat est bien de savoir "a qui profite le crime" ... ou plutot "le fric"

          J.L.
        • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

          Posté par . Évalué à 3.

          > Si tu le trouves trop cher, tu ne l'achètes pas (et tu ne le pirates pas non-plus). Si tout le monde est d'accord avec toi les prix baisseront d'eux-même...

          Oui ... et après quand les ventes baisseront, ils vont accuser le P2P .....
      • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

        Posté par . Évalué à 6.

        Moi je veux bien payer 20 euros pour l'intégrale de Brassens sur DVD au format Ogg vorbis, avec les paroles, les partitions et une jolie pochette.
    • [^] # escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

      Posté par . Évalué à 2.

      J'ai 2 questions à te poser: (1) et (2)
      je n'approuve pas du tout ce genre d'appel
      Comme cet appel à été lancé spécialement pour faire face à la répression actuelle, cela veut-il dire que tu approuves la répression actuelle ? (1)

      Concrètement, cette répression va conduire les gens à échanger des fichiers uniquement avec leurs amis (échanges de supports comme les CD, DVD, HDD ou utilisation de logiciels friend-to-friend http://en.wikipedia.org/wiki/F2F(...) ), amis qui eux-même échangeront avec leurs propres amis, etc.

      Cela conduira au moins un politique à proposer d'interdire les échanges confidentiels de fichiers avec les amis. Cela supposera de controler ce que font les gens chez eux avec leur supports CD/DVD/HDD/USB (taxes décourageantes, écoutes et perquisitions) et d'interdire la crypto fiable pour les échanges privés.

      Approuveras-tu ce nouveau genre de répression ? (2)

      Pour ma part j'ai déjà écrit sur ce site que je pense les échanges sécurisés entre amis seront la réponse aux problèmes de l'argent sans odeur et des informations non traçables: https://linuxfr.org/comments/531419.html#531419(...)
      Tu peux en déduire ma réponse à ces 2 questions.
      • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Comme cet appel à été lancé spécialement pour faire face à la répression actuelle, cela veut-il dire que tu approuves la répression actuelle ? (1)

        Si on reprend son parallèle, cela ne me gène pas que l'on deviennent plus répressif contre les copies illégales de Ms Windows et autre.

        Tu semble oublier que le problème est que certains __artistes__ ne veulent pas partager leurs oeuvres. A partir de là, il y a deux facon de voir les choses. Considérer qu'il a tord et aller contre sa volonté. Le marginaliser et choisir les artistes ayant les mêmes idées que toi.

        Approuveras-tu ce nouveau genre de répression ? (2)

        Pas si tu echanges du vavrek ou autre chose ! Ce problème n'existe que pour l'échange de Britney Spears !
        • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Si on reprend son parallèle, cela ne me gène pas que l'on deviennent plus répressif contre les copies illégales de Ms Windows et autre.

          Ah tiens ? Si ta mère à qui on a installé un petit windows piraté pour utiliser son ptit word fait cinq ans de prison et paye 250 000 euros tu es d'accord donc ?

          Tu sais j'ai compris ce que tu as dit, et avant que tu ne le prennes mal, je sais que tu dis ça pour favofiser le libre et marginaliser le proprio. Mais je soulignais le fait qu'il y a de nombreux débats/problèmes/implications sous-jacents et pas un simple débat "pour" ou "contre" le piratage. Ce genre de débat est aussi trivial que "pour" ou "contre" la pollution. Tout le monde est contre. Enfin... Mais : et la voiture ? et l'avion ? et les pots de yaourts ? Et les centres de production où sont créés nos microprocesseurs qui nous servent à aller sur internet et utilisent 25 % de la consommation d'eau potable en refroidissement (prenez des douches pas des bains, je rigole !) ? Là il y a déjà moins de gens contre... Oui, je sais : ce n'est pas exactement la même chose. De plus, je ne tiens pas à lancer d'autres débats, mais c'est pour dire que s'il faut savoir se positionner, il faut faire attention aux implcations des idées radicales.
          • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Ah tiens ? Si ta mère à qui on a installé un petit windows piraté pour utiliser son ptit word fait cinq ans de prison et paye 250 000 euros tu es d'accord donc ?


            Je comprends bien là ou tu veux en venir et c'est compréhensible par un "non à la repression démesuré" mais je ne suis pourtant pas d'accord avec toi, tant sur la forme que sur le fond.

            Sur la forme, car la condamnation que tu évoques est complètement farfelu. Jamais une personne utilisant un logiciel piraté pour ses propres besoins -c'est à dire sans faire dans le commerce de logiciels piratés- ne se verra condamné à une peine aussi lourde. Tout au plus cette personne écopera d'une amende forfaitaire en plus du payement du prix du logiciel même. Soit quelques centaines à quelques milliers d'euros dans le cas que tu évoques.

            Et en toute honnêteté, je trouverai ce genre de condamnation normale et proportionné. Le piratage est illégal, nul n'est censé l'ignorer. L'ignorance n'a jamais été une excuse valable.

            Même si pirater un logiciel n'entraine pas nécessairement de perte pour l'éditeur du produit, mais un manque à gagner, ce genre de pratique est inadmissible.

            A titre de comparaison: frauder dans les transports en commun expose la personne à une amende en plus du le prix du billet. On se retrouve pourtant dans le même cas que pour le logiciel: pas de perte mais un manque à gagner pour la société. L'excuse prétextant que même si on ne prend pas le train, ce dernier effectuera quand son trajet du point A au point B reste irrecevable. Dans ce cas de fraude, personne ne se plains de devoir payer une amende si on ne respecte pas les règles.

            Pourquoi devrait-il en être autrement avec les oeuvres numériques? Parce qu'on est plus facilement tenté de pirater vu la simplicité de la démarche ? Non-sens.
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              oui \o/
              Tu cibles bien le débat et emploie les termes corrects ("Fraude", "Manque à gagner").

              Tes jugements sont peut être un peu sommaire, basés plus sur une valeur sociale morale établie et "non contestable". ("inadmissible", "excuse valable", "Non-sens"), mais il mettent sur la voie du vrai problème.

              Il faut connaitre, ou du moins tenter d'évaluer les implications économiques et sociales de toute évolution et de toute régression.

              Dans ce cas, l'échange de fichier par peer to peer incluant les fichiers soumis au droit d'auteur, est une évolution. Elle a impliqué la création de mécanismes socio-culturels et économiques (positifs ou négatifs), comme la multiplication d'achats de supports (CD vierges, lecteurs portables, de salon, FAI avec énorme bande passante...), et bien d'autres choses encore (achat de nouvelles oeuvres découvertes via le P2P: hé si ! même si ça ne concerne que 5% des téléchargeurs, il y en a ; Plus grands déplacements vers les concerts).
              En effet, le budget moyen d'une personne pour les loisirs ne disparait pas comme ça, il se déplace.

              Concernant les mécanismes de l'échange massif de fichiers protégés :

              D'une part, hormis le manque à gagner engendré, il y a peut être (ou pas !) des risques d'effondrement culturel (de type crash boursier). Il y a peut etre des risques de pertes énormes pour des artistes ou majors et réciproquement des possibilités de gains d'argent pour d'autres artistes. Des risques de lassitude et de dépreciation, ou de choix plus difficile (la starac ne convient plus ?), une ouverture culturelle plus importante (pour certains, ça peut être vu comme un risque). Il serait intéressant de voir quelques chiffres, et pas seulement chez les plus connus.
              D'autre part, un mécanisme ne s'arrête pas d'un coup de frein (à supposer qu'il faille l'arrêter, mais bon...), il existe une forte inertie. Celle-ci peut en effet être combattue par la répression, ce qui dans ce cas implique d'autres risques, et ce ne sont pas les exemples historiques qui manquent. Le meilleur moyen de combattre ce mécanisme est en effet la culpabilisation. Sisi ça marche, même si ça ne rend pas intelligent (mais est-ce le but ?).

              Savoir si une loi s'accepte sans broncher ou se combat est un débat sans fin.
              Au milieu il y aura toujours les profiteurs qui sauront tirer partie du système. Dans notre cas : soit les quelques majors qui y gagnent des millions d'euros et beaucoup de profits, soit les millions de téléchargeurs qui y gagnent (peut-être) quelques euros et un peu de plaisir.
              Est-ce que les artistes gagneront vraiment à ne plus être "facilement" connus ? Est-ce que quelqu'un qui a la "morale" et la "loi" pour lui a forcément et automatiquement raison ?

              Je pense qu'avant de se laisser manipuler par la démagogie de "la loi c'est comme ça, c'est pas autrement", il faut réfléchir aux implications réelles (voire aux risques) de nos actes, quoi que l'on fasse. Finalement, c'est comme pour l'écologie, sauf que c'est immatériel. Mais ce qui est étrange, c'est que je sens un danger bien plus imminent au niveau écologique.
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par . Évalué à 0.

              Même si pirater un logiciel n'entraine pas nécessairement de perte pour l'éditeur du produit, mais un manque à gagner, ce genre de pratique est inadmissible.

              Justement, il n'y a pas de manque à gagner, puisque 99 % des oeuvres copiés depuis le Net n'auraient pas été achetées.

              C'est incroyable que les médias reprennent cet argument à tour de bras, sans apporter de démenti / critique...
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ce que tu dis est faux, dans le cas d'une fraude sur le train, il y a une perte sèche par la société qui fait le transport, car :
              1. tu consome une place qui sont en nombre limité
              2. tu prive les autres passagers qui ont payé régulièrement leur place du produit pour lequel ils ont payé.

              Dans le cas de, la musique on n'est plus dans un service matériel, mais dans un servie immatériel et :
              1. le nombre de copie est illimité
              2. le piratage d'un morceau ne prive pas les autres de ce qu'ils ont achetté

              Pour moi en tout cas le piratage des logiciels est dû au majors qui se foutent de la geule du monde!
              J'achète de la musique, pas les merdes d'universals et autres, mais je pirate sans aucune scrupule quand un pote me conseille un morceau.
              Je le sucre juste après, mais si une majors me fait un proces un jours, je pense que je ferais le même sort au responsable du process que je fait avec les fichiers mp3 quand il passe dans mon broyeur de fichier...

              Je ne vois pas pourquoi je devrais payer 1E pour un morceau de merde pour l'écouter. En effet, on peut écouter des morceaux a la radio, il n'y a pas de différence entre la radio et le net, si ce n'est que les majors n'ont aucun contrôle dessus!

              Si la justice étais encore dans le sens du plus grand nombre, peut-être que je respecterais toutes les lois, mais elle a basculée dans le sens desgens friqués depuis bien trop longtemps!
              Quand des hommes politiques peuvent détourner des millions et ne rien prendre et que le citoyen de base prend une peine exemplaire pour trois fois rien... ben basta de leur loi...
              • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Ce que tu dis est faux, dans le cas d'une fraude sur le train, il y a une perte sèche par la société qui fait le transport, car :
                1. tu consome une place qui sont en nombre limité
                2. tu prive les autres passagers qui ont payé régulièrement leur place du produit pour lequel ils ont payé.


                Visiblement, on ne doit pas emprunter les mêmes transports en commun...

                Aux heures de pointe, dans le métro, le RER ou les trains de banlieu, on est tous pressé comme des sardines dans les rames. Sur les X places que peut contenir la rame, on est souvent X fois 2 personnes. Et aux heures de pointe ce sont principalement les habitués qui voyagent, ceux qui possède un abonnement et font la navette tous les jours. La proportion de personne fraudant est infime par rapport à cette masse de navetteurs et même sans ces fraudeurs, la rame serait de toute manière bondé. Il suffit de voir le nombre de personnes qui doivent rester sur le quai faute d'avoir pu monté à bord.

                Et aux heures creuses, c'est tout l'inverse. On peut aisement occuper la banquette pour soi tout seul: les rames sont à moitié pleinne au mieux.

                Si la justice étais encore dans le sens du plus grand nombre


                Heureusement que la justice n'est pas dans le sens du plus grand nombre! La justice se doit d'être impartiale et de faire respecter la loi. Elle n'est pas là pour contenter la majorité.
              • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                > 1. tu consome une place qui sont en nombre limité
                > 2. tu prive les autres passagers qui ont payé régulièrement leur place du produit pour lequel ils ont payé.

                Donc, si je fraude dans les transports le dimanche quand il n'y a personne, c'est pas grave ?
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par . Évalué à 1.

              A titre de comparaison: frauder dans les transports en commun expose la personne à une amende en plus du le prix du billet. On se retrouve pourtant dans le même cas que pour le logiciel: pas de perte mais un manque à gagner pour la société.

              Si, il y a des pertes : tu uses des sièges, tu salis des couloirs, etc.
              Tu coûtes à l'organisme de transports en commun. C'est sûr, c'est pas énorme. Mais quand tu te retrouves avec 1000 personnes faisant comme toi *tous les jours* ... (qui a dit "loi morale" ? :-)

              disclaimer : le "tu" est générique, bien sûr.
        • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

          Posté par . Évalué à 6.

          certains __artistes__ ne veulent pas partager leurs oeuvres

          Et si certain artistes ne pouvaient pas partager leur oeuvres?

          Combien d'artistes connaissent les licences libres? Combien parmis ceux la savent que ces licences peuvent proteger leur droits?Et combien n'ont pas signé de contrat d'exclusivité avec un major?

          En fait le probleme vient peut etre plus des major qui, elles, ne veulent pas partager quoi que ce soit...
          • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

            Posté par . Évalué à -3.

            Oui et combien d'artistes auraient eu du succès sans contrat d'exclusivité avec leur majors? Combien d'artistes auraient eu les moyen de financer eux même leurs disques et leurs promos?

            Les majors investissent et récupèrent leurs frics c'est normal, c'est comme ça que marche le monde actuellement, il faut arrêter d'être utopique.
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Si personne n'avait été utopique en 1789, on lécherait encore le c*l d'un descendant de Louis XVI....

              Un peu de sérieux. Ce n'est pas parce qu'une minorité (les majors) essaie d'imposer (et y arrive bien même) sa volonté à la majorité (les consommateurs) que l'on n'a pas le droit d'imaginer un autre modèle économique que "ton pognon, c'est mon pognon !"

              Je suis né bien après, mais des artistes comme Brel, Brassens, Piaf, Trenet, les Compagnons de la Chanson, etc ... n'ont pas attendu les majors et les directeurs de campagnes marketing pour se faire connaitre. Ils avaient du talent et cela suffisait. Il est clair que pour vendre des millliers d'album de la "Tare Academie", il faut investir beaucoup de pognon en marketing.

              Alors oui, je crois qu'on a le droit d'être utopique et d'imaginer un monde actuel+1 où les artistes n'émergeraient que par leur talent et que quand j'achèterais l'un de leurs disques, tous les artistes ayant participer à l'oeuvre (interprète, auteur, compositeur, parolier, musicien, peintre pour la pochette, etc...) tous touchent la majeure partie de ce que je paierai pour le CD.
        • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

          Posté par . Évalué à 5.

          "Tu semble oublier que le problème est que certains __artistes__ ne veulent pas partager leurs oeuvres. "


          Et alors, le droit des artisites est il au dessus du droit de tous ? La question centrale est politique : l'interet de tous est au dessus de l'interet de quelques uns. Les mineurs revendiquent ils des droits sur ce qui est crée grace à leur travail (acier & co)... ont ils le droit de vivre de leur travail ? C'est la meme chose pour les auteurs.

          Si les droits d'auteurs ont été crée c'est pour favoriser la création, c'est dans l'interet de tous. Ca ne marche plus, et les droits d'auteurs ne favorisent que la concentration et les majors : supprimons les.
          • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            l'interet de tous est au dessus de l'interet de quelques uns
            Mouais m'enfin bon, je ne vois pas "l'interet de tous" dans le fait de pouvoir écouter à l'oeil le boléro de Ravel, l'opéra du pauvre ou le dernier single de la Starac. Il faudra qu'on m'explique ce qu'il y a d'absolument vital dans l'acces à l'art. Ca ne sert ni a manger, ni a se loger, ni a se défendre d'une oppression...
            Je trouve qu'il y a une grosse confusion entre art et culture dans ce débat du côté des pro-partage.

            les droits d'auteurs ne favorisent que la concentration et les majors : supprimons les.
            Ce n'est clairement pas le droit d'auteur qui favorise la concentration des majors mais plutot le fait que les artistes se sentent obligés de signer les contrats délirant les liant aux majors pour pouvoir se faire financer leur oeuvre. Personne ne les oblige à pactiser avec le diable non plus hein ...

            Plutot que d'eliminer le droit d'auteur bêtement, ne serait-il pas plus judicieux d'interdire les contrats d'exclusivité ? De faire en sorte qu'un indépendant puisse se produire dans n'importe quelle salle de concert et puisse passer à n'importe quelle radio ?
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Ce n'est clairement pas le droit d'auteur qui favorise la concentration des majors mais plutot le fait que les artistes se sentent obligés de signer les contrats délirant les liant aux majors pour pouvoir se faire financer leur oeuvre. Personne ne les oblige à pactiser avec le diable non plus hein ...
              Tu n'as pas remarqué la différence de visibilité entre un artiste chez une maison de disque indépendante et le même artiste chez une major ? Lequel va passer sur les radios de jeunes musicales ciblant les jeunes ? Regarde la programmation de ces radios, ça ne m'étonnerait pas si 95% de la musique diffusée venait des majors.
              Bref pour tout artiste cherchant à être reconnu va préférer être dans ce système (en ramassant les miettes) que de jouer au rebelle tout seul dans son coin (sans miette).

              De faire en sorte qu'un indépendant puisse se produire dans n'importe quelle salle de concert et puisse passer à n'importe quelle radio ?
              Le problème est que les radios/télés ont encore le droit de choix dans leur diffusion. Mais le système (l'accoquinement avec les majors) les arrange bien et la mécanique est bien plus huilée quand il est organisé par les majors (artistes dénudées aux gros seins, interprètes éphémères venus de la télé-réalité, voila de la programmation facile). Elles profitent des rentrées d'argent des pubs ("un disque Universal"), elles profitent de ce phénomène de sur-médiatisation ("le nouveau single de Britney Spears en exclusivité sur Radio Jeune", "gagnez des places pour le concert privé des 2B3").
              Il n'y a plus rien a attendre des radios à mon avis, elles se sont toutes TF1isées.
              • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Bref pour tout artiste cherchant à être reconnu va préférer être dans ce système (en ramassant les miettes) que de jouer au rebelle tout seul dans son coin (sans miette).
                Mouais mais bon, si ton travail n'est pas viable commercalement, ce n'est pas le problème du systeme en place. C'est valable pour toute activité commerciale. L'art n'est pas un commerce, ok, mais pour en vivre il faut en faire le commerce. Je ne vois pas la différence avec une activité non artistique quelconque et je ne vois pas en quoi l'art devrait être favorisé.
                Note toutefois qu'il y a des gens qui arrivent à vivre sans passer par les majors, et même si ce n'est pas rose tous les jours (ça demande pas mal de boulot, mais ils ne vivent pas plus mal qu'un autre petit entrepreneur), ils ont au moins le contrôle de leur oeuvre.

                Le problème est que les radios/télés ont encore le droit de choix dans leur diffusion.
                Oui et non. Il existe des radios/télé qui sont relativement indépendantes mais évidemment, ce ne sont pas celles qui abrutissent les masses^W^W^W touchent le grand public. Pour se faire connaitre, actuellement, il y a le net, les radios locales et les télés à petite diffusion. Alors ok, tu ne vas pas toucher les cerveaux préparés par les stratèges de la télé grande audience, mais tu toucheras un public qui t'appréciera vraiment, autrement que pour répondre à un stimulus provoqué par un gingle télé.
                Pour les salles de concert, c'est un peu plus problématique, il y a un certain noyautage par les majors et les tourneurs d'après ce que j'ai pu comprendre. Il reste néanmoins des salles et festivals plus ou moins indépendants qui ne ferment leur portes généralement que lorsqu'il y a des problèmes côté public (baston, drogue, egorgeages de raton laveurs....).

                Maintenant, si tu veux palper un max de fric, ce n'est clairement pas la bonne solution, je te l'accorde. Mais bon, encore une fois, il faut savoir ce que l'ont veut : être Johnny a la place de Johnny ou vivre décemment de son travail.
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Ca ne sert ni a manger, ni a se loger, ni a se défendre d'une oppression...

              Tu as raison, c'est pour ça que les pays totalitaires choisissent leurs artistes et ce qu'ils ont droit de créer comme oeuvre. L'art n'est pas subversif, n'ouvre pas l'esprit, et ne permet pas de s'apercevoir des problèmes liés à notre société, pas du tout ...
              • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Tu as raison, c'est pour ça que les pays totalitaires choisissent leurs artistes et ce qu'ils ont droit de créer comme oeuvre.
                Ouais mais il me semble qu'avant même de s'attaquer à l'art, les dictateurs s'attaquent au droit, à l'education, aux contre pouvoirs politiques majeurs de ce type.
                Il me semble que l'art, le sport et autres trucs ce n'est que la cerise sur le gateau et ce n'est que lorsque que la dictature est déjà bien en place qu'elle s'attaque aux sources de contre pouvoir residuelles et mineures (comme l'art).

                L'art n'est pas subversif, n'ouvre pas l'esprit, et ne permet pas de s'apercevoir des problèmes liés à notre société, pas du tout ...
                Je n'ai pas dit ça, ce que je dis c'est que ce n'est pas son but premier. Dans le cas de la propagande (qui deifie, critique ou dénigre le régime en place) , l'art n'est qu'un outil parmis d'autres.
                Tous les artistes ne mettent pas une dimension politique dans leur oeuvre et quelque part, heureusement...
                • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Tous les artistes ne mettent pas une dimension politique dans leur oeuvre

                  Non, mais absolument toutes [1] les oeuvres d'artistes montrent qu'il existe une autre voie, une façon de penser différente.

                  Avoir un art "formatté" permet d'asseoir sa mainmise sur un peuple.

                  [1] oui, toutes, car toute oeuvre admise comme originale - c'est-à-dire pas un plagiat - est concernée
                  • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    absolument toutes [1] les oeuvres d'artistes montrent qu'il existe une autre voie, une façon de penser différente.
                    Tu me dis qu'il existe un art formaté (ahh les jolies statues d'athletes aryens pour les JO de 36, la belle littérature Célinienne), au service d'une propagande qui pousse à montrer qu'il n'y a qu'une façon de penser : celle du régime.

                    A vrai dire, je trouve ton argumentaire assez contradictoire.
                    • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Ce que j'appelle "l'art formatté" n'a d'art que le nom. Il y a évidemment une base artistique au départ (le peintre qui est engagé par le régime sait a priori peindre), mais il n'a pas réellement de liberté quant aux idées qu'il peut faire transparaître.

                      Donc oui, tout artiste qui est libre de faire son oeuvre (même lorsqu'il s'agit d'une commande - on peut très bien demander un thème, sans forcer un artiste à représenter exactement le petit père des peuples en zoom 100:1 ...) peut inclure une part d'originalité.

                      En ce qui concerne Céline, les pamphlets anti-sémites qu'il a écrits ne sont pas disponibles à la vente, il y a bien une raison ... [1]


                      A vrai dire, je trouve ton argumentaire assez contradictoire
                      J'estime qu'il ne suffit pas de savoir bien dessiner pour être un artiste, de même que ce n'est pas parce que j'ai une expression, une grammaire et une orthographe correctes que je suis un écrivain.

                      Cela dit, c'est vrai que j'ai un peu embrouillé mon raisonnement dans mon précédent post.

                      [1] Et la raison, c'est que ses descendants refusent qu'ils soient publiés, même à titre historique -- grand-papa était un grand artiste, pas ce sale raciste que certains jaloux prétendent qu'il était !
                      • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        J'estime qu'il ne suffit pas de savoir bien dessiner pour être un artiste
                        Héhé je pense que c'est pour ça que nous ne sommes pas d'accord.

                        L'art est apprécié différemment selon les gens et là où certains verront une grosse merde sans intéret, d'autres verront un chef d'oeuvre véhiculant un message (Picasso dans ses délires cubistes / les sculptures de César / ...).

                        Mais dans tout les cas, je ne vois pas en quoi la Joconde ou http://www.toufou.org/pics/knacky.jpg(...) (la knacky / donut devant la fac de sciences à Montpellier) sont des oeuvres subversives, ouvrent l'esprit ou bien encore mettent le doigt sur un problème de société.
                        • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Le simple fait que ce genre de knacky géant existe démontre ce que je dis ;-)

                          En fait, le donut/knacky ne pourrait exister dans un régime totalitaire, qui estime que l'art a une fonction : celle de louer le régime.

                          De plus, oui ça ouvre l'esprit : ce n'est pas parce que quelqu'un fait une oeuvre farfelue que ça ne peut pas t'interpeler :-)
        • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          > Tu semble oublier que le problème est que certains __artistes__ ne veulent pas partager leurs oeuvres.

          Vrai.

          Mais il y a un autre gros problème derrière ça, c'est qu'en général, ce n'est pas l'artiste qui choisit. L'artiste, dans la majeure partie des cas, il cède ses droits a une maison de disque, et ensuite, il ferme sa gueule.

          Ca serait quand même un sacré progrès si c'était l'artiste qui pouvait dire si il considère la distribution gratuite de sa musique comme du partage ou du piratage.
          • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

            Posté par . Évalué à 2.

            C'est le même problème qu'a eu prince, il y a 10 ans.

            Vous vous souvenez du fou qui change de nom "Prince" par "LoveSymbol" , lovequoi ? , il s'y croit en plus !! Et bien, non, c'est parce que sa maison de disque avait les droits sur son nom et il ne pouvait plus chanter quand il a décidé de demisionner de Warner Bros.

            Maintenant, il vend ses albums sur son site et personne ne parle plus de lui (pourtant, il a repris son nom). De temps en temps, il sort de son trou et fait un clip.

            C'est pas la première fois, non plus, il avait déjà fait le "Black Album" en pirate parce que Warner ne voulait pas le vendre. Pour accepter 10 ans plus tard parce qu'il voyait que ca pouvait leur rapporter.sans parler des bootlegs !

            Il y en a plein des artistes qui sont enchainé par les maisons de disques mais il n'ont pas vraiment le choix. IL faut déjà etre connu, avoir son studio et beaucoup d'argent d'avance.
      • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        >> je n'approuve pas du tout ce genre d'appel
        >> Comme cet appel à été lancé spécialement pour faire face à la répression actuelle, cela veut-il dire que tu approuves la répression actuelle ? (1)

        Oulà, terrain glissant : « Si vous n'êtes pas avec nous alors vous êtes contre nous. ». ;-)
      • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > Comme cet appel à été lancé spécialement pour faire face à la
        > répression actuelle, cela veut-il dire que tu approuves la répression
        > actuelle ? (1)

        C'est quoi ce choix binaire idiot ? tout n'est pas soit blanc soit noir

        > (taxes décourageantes, écoutes et perquisitions) et d'interdire la
        > crypto fiable pour les échanges privés.

        C'est pas un peu fini la parano ?
        • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Les taxes décourageantes existent déjà en France sur des supports comme les DVD enregistrables. Les écoutes arbitraires sans juge y existent depuis la loi Perben.
          Quand aux nombreuses lois Françaises ayant limité la crypto... Même la dernière, la plus "libre" en matière d'utilisation, restreint la diffusion des outils de crypto.

          C'est exagérer de parler de "parano" alors que aux US des mineurs et des familles pauvres sont déjà accablés d'amendes démesurées et menacées de prison par les maisons de disque. En France la CNIL a été saisie d'une demande de fichier nominatif global avec les adresses IP des "utilisateurs" de P2P.

          Enfin rappelons que la répression a de nombreuses limites, dont les erreurs judiciaires: fausses dénonciations, pirates et virus installant un P2p à l'insu du propriétaire d'un machine, IP spoofing, etc.
          • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            pirates et virus installant un P2p à l'insu du propriétaire d'un machine, IP spoofing, etc.
            Ca m'ettonnerai fortement que l'on condamne quelqu'un qui s'est fait véroler sa machine et qui est de bonne foi. Il en sera quitte pour la trouille et les désagréments d'un passage en jugement, mais a mon avis il ne sera coupable de rien.
            Limite ce sera une bonne chose : prise de conscience sur le fait que mettre un ordi sur un espace communautaire sans aucune précaution ça peut attirer de gros ennuis doublée de la prise de conscience que "l'ordinateur pour tous et n'importe quoi", c'est encore de la science fiction.
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par . Évalué à 1.

              de tete il faut que tu ait fait tout ce qui est techniquement possible pour empecher ca.
              Par exemple si tu as un serveur mail ; que tu l'as mal configurer et qu'il est en open relay.
              Si on te condamme pour spam; c'est pour ta pomme (enfin c'est une possibilite).
              Par contre effectivement les majors devraient lancer des avertissements avant d'attaquer (du style : il sembleraient que vos systemes partagent illegalement des fichiers sur tels reseaux. Nous vous prions de bien vouloir faire cesser ces agissements dans les plus brefs delais en configurant correctement vos systemes.
              En cas de persistances de votre part, nous porterons l'affaire devants les tribunaux.)
              • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Tu veux dire que je pourrais attaquer tous les blaireaux qui me polluent les logs avec leurs vers, spam et autres virus de merde ?
                Je trouve ça un peu étrange. Surtout que j'ai déjà vu le cas où la boite s'en tire avec un simple : "ah beh on s'est fait hacker, ça vient de chez nous mais c'est pas nous". Serait-ce juste parce que l'attaqué n'a pas porté plainte ?
          • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Je n'ai jamais entendu parler d'une mise sur écoute dans une affaire de p2p. Ca me semble d'ailleurs totalement idiot vu que par nature il n'y a rien à écouter.
            Et en France, même si nos lois et notre justice ne sont pas parfaites, aucun juge n'ordonnera perquisition et encore moins écoute sans une bonne raison.

            Effectivement, si tu fais quelque chose d'illégal, une fois qu'ils ont recueilli des éléments sérieux pour s'en convaincre, ils peuvent faire une perquisition. Mais de là à remettre en cause les lois de droit d'auteur simplement en faisant peur à l'écoute et à la perquisition c'est du délire.

            > Enfin rappelons que la répression a de nombreuses limites, dont les
            > erreurs judiciaires: fausses dénonciations, pirates et virus installant
            > un P2p à l'insu du propriétaire d'un machine, IP spoofing, etc.

            Oui, mais on a une justice où justement tu peux te défendre (sans compter qu'une dénonciation ne suffit normalement pas pour une action du type de celles que tu nommes). On ne va pas retirer une loi simplement parce que quelqu'un peut faire une fausse dénonciation, sinon autant retirer toute loi.

            Désolé, pour moi associer écoute téléphonique et p2p c'est vraiment de la parano, ou du FUD (ou plus probablement les deux).
            • [^] # Re: escalade dans la répression jusqu'aux échanges privés entre amis ?

              Posté par . Évalué à 1.

              Je crois que tu n'as pas compris ma question (2) qui portait sur comment la répression doit évoluer pour empêcher les échanges informatiques d'ami à ami (friend-to-friend p2p) dont le succès va monter en flèche après ces condamnations.

              Pour réprimer il faut alors surveiller les échanges privés entre amis. Cela semble la seule suite logique pour que puisse continuer la répression.
    • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

      Posté par . Évalué à 6.

      T'est il déjà arrivé d'acheter un truc pour te rendre compte que c'était un navet, regretter amérement ton achat et te demander si les maisons de productions ne te prenaient pas pour un c*n ?

      Je trouve que le Peer to Peer est un fabuleux média pour se faire une idée de quelque chose avant de l'acheter, ou même de se le procurer temporairement faute de finances, tout en souhaitant acheter par la suite l'oeuvre afin de récompenser l'auteur.

      Personnelement, j'ai un grand nombre de DVD, CD et jeux originaux chez moi et quand il m'arrive d'utiliser le P2P (de moins en moins, pour les films en particulier, ayant un abo à TPS, je n'en profitai plus trop car je téléchargeai les films avant qu'ils ne passent sur TPS), et je ne considère pas comme un délinquant. J'estime suffisament enrichir les maisons de productions / artistes / acteurs grâce à mes achats, mes visites au cinéma, ...

      En plus, le P2P si nuisible nuit tout articulièrement aux petits artistes. Les pointures françaises sont au dessus de çà.

      Enfin, il faut voir que les gens qui piratent certaines oeuvres n'iraient pas les acheter spécialement, tout le monde à un budget + ou - grand à respecter.

      De plus, si certaines personnes achètent moins de disques à cause du P2P, il est également possible qu'elles investissent dans d'autres médias (DVD), voir même qu'elles se payent une place de concert, chose qu'elle n'aurait pas fait, faute de finances en achetant l'album.
      • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        > T'est il déjà arrivé d'acheter un truc pour te rendre compte que
        > c'était un navet, regretter amérement ton achat et te demander si
        > les maisons de productions ne te prenaient pas pour un c*n ?

        La plupart des discaires (même les grandes surfaces) te permettent d'écouter les nouveautés (et chez les petits discaires on te permet même parfois de demander l'écoute d'un titre en particulier qui n'est pas actuellement en écoute).

        Maintenant ...
        Je n'ai pas non plus moyen de tester une pièce de théatre ou de cinema avant d'y aller, pas moyen de tester un ordinateur avant de l'acheter ...
        Je ne dis pas que c'est une "bonne" situation mais de ce coté là la musique est au contraire plus en avance que le reste.
        • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Les disquaires ont pour beaucoup disparu, laissant la place à des vendeurs de boite de type grande surface et grande surface spécialisée (virgin, fnac, ...). Pourquoi ?
          Sous la pression de l'industrie, les disquaires achetaient (je garde l'imparfait) des albums : deux ou trois dizaines de "John Ny" par ex. Sans connaitre les modalités de paiement exact, ils payaient "comptant j+30". Impossible pour eux de négocier un prix pour une trentaine de malheureux disques. Six mois plus tard, le disquaire constate qu'il lui reste une dizaine d'invendus et par expérience, il sait qu'il ne les vendra pas et qu'il les a sur les bras.

          Chez l'agitateur d'idées (qui n'agite pas grand chose dans ce débat d'idées), on commande dans le même temps 100 000 exemplaires du même album, pour alimenter tous les magasins de France et de Navarre. Avec 100 000 albums pressés et non pas vendus (!) c'est déjà un disque d'or. Et cette commande massive a permis de négocier des réductions importantes. Donc ça va augmenter les ventes. Mais le propos n'est pas là : six mois après, un flop est un flop et il reste 20000 albums dans les bacs : pas grave, l'agitateur d'idées les renvoie à son fournisseur et se fait rembourser.

          Face à des conditions de vente inéquitables, beaucoup de disquaires ont fermé. C'était pourtant chez eux qu'à l'époque du vinyl on pouvait demander à écouter un disque. Puis le CD a pris le dessus du marché, et il est devenu quasi-impossible en France d'écouter un album avant de l'acheter. Je me revois encore à la fin des années 80 en Allemagne avec une dizaine de CD devant la platine en libre écoute. Dans le même temps, chez l'agitateur d'idées strasbourgeois, on avait le droit d'acheter et de ne pas aimer après l'achat. La pression des consommateurs a dûe être forte pour que l'on se décide à moins rémunérer les actionnaires et à investir dans du matériel d'écoute pour les clients dans les magasins... Ou alors, l'un des concurrents s'était lancé dans cette voie et a obligé les autres à suivre...

          Quant à tester un ordinateur, il y a une foultitude de produits de benchmark dont les chiffres parlent d'eux-mêmes et peuvent facilement servir de comparateur entre machines. Parce qu'on parle de machine, comme un frigo ou un aspirateur.

          Un CD, une pièce de théâtre, un film, ce sont des oeuvres artistiques. Il ne m'apparait pas idiot de vouloir se faire rembourser sa place de ciné si au bout de 30 minutes on ressort de la salle dégoûté (pour la logistique, c'est autre chose). Idem pour une pièce de théatre. Pour le CD, les vendeurs de boite remboursaient les CD qu'on leur ramenait ... jusqu'à l'apparition généralisée des graveurs.

          bref, une oeuvre artistique, c'est une affaire de goût. ce n'est pas un bien de consommation comme un autre (aspirateur ou PC) et c'est en ça que le marché actuel se plante. Il faut corriger le tir, et certainement pas avec de la répression qui convient très bien pour les voleurs d'aspirateur.
      • [^] # Re: Libérer, d'accord, mais pirater, pas d'accord

        Posté par . Évalué à -4.

        J'estime suffisament enrichir les maisons de productions / artistes / acteurs grâce à mes achats, mes visites au cinéma, ...

        Ca fait vingt ans que j'achète des Renault.
        La prochaine, j'ai le droit de la chourave ?
  • # Mouais, bof...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Si par "repenser le système de droits" ils entendent "taxer les abonnements Internet", je suis contre. Ça me fait déjà suffisemment mal de payer une "redevance" chaque fois que je grave une distrib linux ou mes photos de vacances, si en plus je paye les majors pour surfer sur linuxfr je vais chopper des boutons.

    Avec leur politique répressive, que ce soit via des attaques en justice ou la taxation financiere de tous ce qui leur vient à l'esprit les majors n'ont gagner qu'une seule chose avec moi, un rejet de dégout lorsque je m'approche du rayon disquaire d'un supermerché. Avant j'achetais volontiers un cds de musique, aujourd'hui je m'éloigne du rayon comme de la peste et préfère acheter 1, 2, 3 DVDs voire plus pour le meme prix qu'un cd audio !

    Il y a 1 semaines, j'ai acheté "Le projet Blair Witch", "Young Guns" et "Buena Vista Social Club" pour 2,99 euro l'unité.
    Si l'insdustrie du disque pense que leurs produits se vendent moins, ils fairait mieux de prendre un peu exemple sur l'industrie de la video, de réétudier leur prix de vente et diminuer leur marge monstrueuse, mais je ne me fais pas d'illusion, le jour ou les CDs audio d'"Univers pas propre" seront dispo à 2 ou 3 euros n'est pas arrivé.
    • [^] # Re: Mouais, bof...

      Posté par . Évalué à 6.

      J'en peux plus de cette fausse comparaison entre les marchés de la vidéo et de l'audio. Quand un DVD arrive sur la marché le film a DEJA été payé par les entrées en salle, ce qui n'est pas le cas d'un disque. Oui, moi aussi, je trouve les prix abusés, mais ce n'est pas une raison pour présenter des arguments biaisés. Et d'ailleurs, je trouve qu'une sortie à 30¤ d'un DVD dont le film a déjà fait des bénéfices monstrueux en salle, c'est bien plus du vol qu'une mise sur le marché d'un CD à 20¤ dont l'éditeur ne sais pas a priori s'il va lui rapporter ou lui coûter de l'argent.
      Maintenant que les prix des CD soient désespérément fixes dans le temps, oui, c'est pas gentil-gentil
      • [^] # Re: Mouais, bof...

        Posté par . Évalué à 10.

        J'en peux plus de cette fausse comparaison entre les marchés de la vidéo et de l'audio. Quand un DVD arrive sur la marché le film a DEJA été payé par les entrées en salle


        Bon, déjà un film c'est plusieurs dizaine de millions d'¤, ce sont des centaines de personnes qui travaillent dessus pendant des mois, c'est un matériel phénoménal et très coûteux, etc. Sans oublier, que bien souvent, un film c'est aussi une bande son !

        Pour terminer, une musique aussi ça s'amorti : elle passe aussi à la radio, en discothèques, en soirées, dans des sociétés, et également dans les sonneries de télépones portables.

        Alors moi je n'en peux plus de voir qu'un CD audio ça coûte 0,17 ¤ à presser par 10.000 pièces, avec jaquette et impression couleur et boîtier crystal, que ça ne prend pas de temps que ça à faire, ni pas énormément de moyens matériels, et encore moins de moyens humains, et qu'on continue encore à nous faire croire que c'est "normal" qu'un CD audio ça coûte aussi cher qu'un DVD...

        Désolé, mais là, c'est plus de la vaseline qu'il faudra, les majors sont allées trop loin, elles vont en creuver. Tu connais la fable du boeuf et de la grenouille ?
        • [^] # Re: Mouais, bof...

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Le temps de fabrication d'un disque, ça me fera toujours penser à ça :

          http://www.promusicfrance.com/offline/artistsspeak/printed.htm(...)

          Extrait :
          Les Blankass
          "Il nous a fallu plus de deux ans pour écrire notre nouvel album, [...] Cela représente environ trois ans de travail impliquant une vingtaine de personnes."

          Deux-trois ans ? Ben mon vieux, si il te faut si longtemps et autant de personnes pour faire une pauvre heure de musique, c'est peut-être que t'es pas très doué pour ça, non ? Indice: Mozart, à six ans, il écrivait déjà des pièces de musiques. Et à neuf ans, 1ère Symphonie KV 16. C'est peut-être une extrème, mais j'aimerai bien voir dans 200 ans si on parlera encore des "blankass".

          Et s'il avait du talent ? Oh la la, c'est tricher, ça. Forcément, avec du talent... trop facile. Problème avec le talent: soit on en a... soit... tu vois ce que je veux dire...

          Ou alors peut-être qu'il travaillait vraiment ?

          J'en reviens toujours pas : deux à trois ans pour une heure de musique : environ 900 jours pour 3600 secondes, soit 4 secondes de musique par jour. Divisé par vingt personnes... moi, je dis, pas de tout repos la vie d'artiste...:))) Quoique, j'ai pas enlevé les vacances....

          Dans les "équipes" en question (voir au dos des albums, les remerciements), on trouve trois maquilleuses, un directeur de la photographie, etc. Franchement, je me demande bien ce que ça peut apporter à la "musique"... Je dois être un peu sourd....
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Ils vivent de quoi pendant 2-3 ans tes Blankass ?

            C'est amusement en effet de se faire des petits calculs mais c'est telllemement à côté de la réalité que ce n'est pas si drôle que ça finalement.

            Je t'invite à te renseigner sur le travail que demande la création d'un album, du début à la fin, que ce soit un groupe de débutant ou une grande star internationnale.

            Sinon je viens ici faire une analogie avec la programmation (quoi ?! il leur faut 2 ans pour pondre un logiciel qui pèse 50.000 ligne de code ? Mais ça ne fait même pas 70 lignes par jours !? de qui se moque-t-on ?)

            :-)
            • [^] # Re: Mouais, bof...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              >> Ils vivent de quoi pendant 2-3 ans tes Blankass ?

              Ca alors, j'aimerai bien le savoir... ils sont rentiers ? Ils vivent chez leurs parents ? Bossent chez macdo ? C'est pas moi qui ai dit "2-3 ans", c'est eux. Si ils font pas ça à plein temps, pourquoi ne pas le dire clairement ?

              Quand au travail que réclame la création d'un album, j'ai pas idée, non. Enfin plutôt si. Je cite un compositeur classique - ah ouais, les classiques, trop facile, eux ils écrivaient pour à peine 50 instruments.

              Je connais au moins un groupe amateur. Ils font de la musique et de temps en temps ils enregistrent leur concerts. C'est pas le genre à se faire des mise-en-plis pour être sur la pochette...

              Et même sans parler de ça (comment comparer la musique symphonique à ce qu'on entends maintenant ?) est-ce le but pour un artiste de faire un album ? Est-ce la fin ? Normalement, son but, ce serait pas la création pour la représentation ? Jusqu'à preuve du contraire, le concert c'est pas copiable. Par contre c'est fatiguant. En plus faut payer des ingénieurs son pour régler le play-back :))) Mais c'est comme si molière s'était contenté de faire des pièces et jamais de les jouer. Or les vrais artistes (ok ça veut pas dire grand chose, c'est une façon de parler) sont des gens qui explosent sur scène, pas dans un studio. (exploser au sens figuré, hein !) Ca a vallu pour molière, shakespeare, et ça vaut pour les groupes "modernes".

              Je réitère ce que j'ai dit. S'ils passaient moins de temps à se maquiller et un peu plus à faire leur boulot... C'est sur que tu galères plus, maintenant, c'est aussi un choix. Pour gagner de l'argent, faut être banquier. Pour faire de l'art, c'est prendre tout les risques pour peut-être que la solitude, la mort et l'oubli (sympa, non ?). Mais personne te mets un couteau sous la gorge pour le faire.

              Ce que je veux dire c'est que ces gars-là pourraient vivre en faisant des tournées - mais evidement c'est moins fatigant de vendre des copies de CD; pourtant c'est comme ça que les dire straits ont commencé. Bon c'est vrai aussi que le père knofler il savait jouer de la guitare, forcément... Mais quand on veut, on peut. U2 vient de vendre le stade de france en 2 heures et demi, alors ça doit pouvoir se faire.

              Faut mettre les yeux en face des trous. T'es doué, ou tu l'es pas. Si tu l'es pas, bah tu le deviens en travaillant ou tu vas faire autre chose, c'est pas grave. Et si t'es vraiment pas doué, va faire la starac, y'a des tas de berlus qu'enverront des sms pour toi...

              Et faut choisir. Faire de l'entertainment ou de l'art. Du fric ou de la musique. De l'hypocrisie ou du vrai. Avec les chiens ou avec les loups. Artiste c'est pas un métier comme un autre. (Bon je me prends un peu au sérieux, là :))))

              Pour ton analogie, je sais pas si faut comparer logiciel (ingénierie) et musique (art). Y'a des rapport de bug pour la musique ?
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par . Évalué à 1.

            Trois ans de sueur pour écrire les morceaux...

            ...d'un CD qui ne se vendra pas parceque trop cher. Si les marges étaient divisée par 10, il se vendrait probablement 10 fois plus de CDs, sachant que les gens aiment consommer, possédert, collectionner, mais qu'ils ont , très probabalement, un budget relativement fixe pour la musique, cela ne changerait concernant la rémunération de l'auteur.

            Du moins, ce serait vrai si la tendance n'était pas à l'abandon rapide du support CD. J'ai même vu une personne qui a balancé des dizaines de CDs originaux à la poubelle, peu après sa collection de cassettes vidéo. Les apparts sont trop petits, le temps trop précieux pour trouver à vendre ou donner, alors zou !
      • [^] # Re: Mouais, bof...

        Posté par . Évalué à 10.

        J'en peux plus de cette fausse comparaison entre les marchés de la vidéo et de l'audio. Quand un DVD arrive sur la marché le film a DEJA été payé par les entrées en salle, ce qui n'est pas le cas d'un disque

        Et qu'est-ce qui empêche le monde de la musique de faire comme le cinéma et de lancer d'abord la tournée d'un groupe pour le nouvel album, de passer à la radio et seulement à la fin de sortir la galette ? Si leur business model est pourri, c'est leur problème. Les majors ont tout centré sur le disque. Le passage radio ne sert que de pub pour le disque. Les radios ne payent pas grand chose pour avoir les dernières nouveautés, quand les maisons de disques ne leurs offrent pas carrément. Il se sont plantés et plutot que de corriger le tir ils essaient de faire rentrer le public dans leur moule. C'est à eux de s'adapter au marché. Si le marché trouve que les disques sont trop cher, il faut qu'ils trouvent un nouveau business model qui leur permettent de vendre à un prix auquel les gens sont près à acheter.
        • [^] # Re: Mouais, bof...

          Posté par . Évalué à 1.

          Personnellement, il me faut souvent plusieurs écoutes d'un morceau pour parvenir à y accrocher. Même s'il m'arrive d'apprécier certaines musiques du premier coup, je constate que mes titres cultes m'ont paradoxalement laissé froid à la première écoute. Les mauvaises langues diront qu'il faut du temps pour s'habituer à la merde...
          Bref je ne pense pas que lancer la tournée avant le disque soit une bonne idée.
    • [^] # Re: Mouais, bof...

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Si par "repenser le système de droits" ils entendent "taxer les abonnements Internet", je suis contre.

      je je je ....

      Faudrait aussi penser un peu "nous" les Geeks là. Nous j'entend la famille. Perso je n'ai pas envie qu'un jour mes enfants se retrouvent avec 20 000 euros d'amendes à payer et un casier judiciaire pour un peu de musique.

      De plus refuser la licence légale c'est pousser à toujours plus de contrôle via TCP/Palladium NGSCB truc.
      Perso je préfère largement payer une petite dîme sur mon abo et savoir que toute ma famille est tranquille et que je pourrais télécharger ce que je veux depuis Linux et LÉGALEMENT.

      La bataille doit se faire sur le montant de cette taxe, la refuser est stupide.
      • [^] # Re: Mouais, bof...

        Posté par . Évalué à 10.

        C'est pas parce que tu mets que refuser la taxe est stupide en gras que cette phrase devient subitement une vérité.

        Ceci étant, je n'aime pas l'idée de cette taxe qui serait une espèce de collectivisation des loisirs. Que la santé soit basée sur un système de solidarité est une bonne chose. Mais la musique, c'est plus discutable.

        En ce qui me concerne je n'en veux pas.
        • [^] # Re: Mouais, bof...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est pas parce que tu mets que refuser la taxe est stupide en gras que cette phrase devient subitement une vérité.

          j'ai oublié la balise </ b > après légalement ...

          En ce qui me concerne je n'en veux pas.

          je je je .. ok et à part ça ou sont tes arguments qui expliquent pourquoi tu n'en veux pas ? ...

          Il faudrait pas oublier une chose, c'est que la situation s'aggrave. Il faut mettre en balance les inconvénients et les avantages. Si pas de licences légales ça veut dire renforcement de la loi tel qu'on le constate (LEN, EUCD, extension de la "contrefaçon'), plus renforcement des techniques de "protection" de la PI, qui contrôleront de fait les usages faient avec son ordinateur.

          La taxe aurait l'avantage de limiter énormément ceci voir de rendre injustifié ces débordements qui nous inquiètent tous.
          Si c'est le prix à payer ma tranquilité et conserver ma vie privée et celle de mes proches je préfère.

          Il faut peut être sortir des clichés "bien fait pour leur gueule" et penser à l'avenir ...

          Que la santé soit basée sur un système de solidarité est une bonne chose. Mais la musique, c'est plus discutable.

          En quoi cela est discutable. Tout le monde écoute de la musique, regarde des films, ça s'appelle la culture, c'est aussi indispensable que la santé.
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par . Évalué à 10.

            Attention : JE vais répondre avec un JE. Parce que JE ne parle toujours que de MA personne et aucun cas au nom de TOUS les geeks ou une quelconque autre minorité (ou majorité tiens, ne soyons pas sectaire).

            Ironie mise à part,je trouve ce principe d'une taxe injustifiée. Créer encore une enième taxe ne saurait résoudre le problème. Au contraire elle ne ferait que l'envenimer encore plus. Bien plus encore que la répression qui ne résoud encore moins le problème. Quoique justement, je me demande... Non pas dans l'efficacité des faits, car cela peut inciter à ne plus télécharger, mais aussi à ne plus aller acheter de musique.

            C'est mon cas. JE me suis totalement détourné de l'industrie musicale. J'écoute des webradios qui payent leurs taxes, et cela me satisfait. Je peux même m'amuser à détourner le système, avec des idées de logiciel à la StreamRipper, en restant toujours parfaitement dans le légal.

            Mais plus que cela, JE me suis tourné vers d'autres solutions, d'autres créateurs. D'autres idées, d'autres systèmes de vente et de diffusion. http://magnatune.com(...) est pour moi l'acteur le plus intelligent du marché. Hier il semblait vivoter. Actuellement il semble être en plein envol. Il vient même d'ouvrir une antenne à Londres, pour une meilleure diffusion en europe. Je ne dis pas que demain il sera un acteur principal, mais il a lancé une idée. Une hypothèse. Il l'a testé. Et depuis plusieurs années que ce site existe, il n'a pas toujours pas coulé. Au contraire. Brad Sucks ( http://bradsucks.net(...) ) donne même les sources des chansons de son album ! Il sort régulièrement de nouvelles chansons à télécharger sur son site... Il vient d'ailleurs d'écrire un billet intéressant sur son blog : http://www.bradsucks.net/archives/2005/02/04/musicians-are-poor(...)

            De plus cela ne fera qu'une enième taxe, qui ne pourra <eù>pas rendre le téléchargement légal, mais qui sera encore une taxe de compensation. Mais compensation sur quoi ? Du virtuel, des statistiques, du sniffage de réseau ? Et une redistribution pour qui, pour quoi, comment ?

            Pour faire court : pourquoi devrais-JE payer des taxes et des taxes (accès Internet, support vierges) et qui seront reversées à des acteurs dont je me fous éperdument alors que j'ai tout acquis légalement, mais sur des systèmes alternatifs ? Pourquoi le petit groupe qui grave ses CDs pour les vendres dans des concerts doivent payer une taxe pour compenser les données - forcément illégales - contenues sur ce CD ? Des CDs réalisés de leur petite mimine sur leurs instruments, afin de se faire connaître un peu.

            N'y aurait-il pas là problème ?

            Seul le développement de systèmes alternatifs, de nouvelles façons de voir la culture pourra résoudre le problème. Si on est sympa et qu'on aime un artiste, on va éviter de lui faire crever la dalle, non ? Peut-être suis-je trop idéaliste. Qui irait acheter ce qu'il peut avoir gratuitement ? Je ne sais pas... quelqu'un d'honnête ? Est-ce être idéaliste que de croire qu'une personne honnête peut encore exister en ce bas monde ?
            • [^] # Merci !

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Je ne connaissais pas ce site (ce label), il est génial !

              J'ai trouvé plusieurs morceaux de qualité, je bookmark imédiatdement
              et si je trouve des albums qui me plaisent je ferrais des petits clicks sur "buy". Mais j'ai pas encore vu les prix...

              Et enfin un site de de vente de musique en ligne ou je me fait pas jetter parceque j'ai pas IE ou qui oblige l'utilisation d'un lecteur proprio !

              Encore merci à toi ! J'aime bien linuxfr, j'y apprend pleins de trucs :)
              • [^] # Re: Merci !

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Le site http://creativecommons.org(...) est également très instructif. On y trouve entre autres le lien vers Magnatune ^^
              • [^] # Re: Merci !

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Pour le prix sur magnatune, y'en a pas puisque c'est toi qui le fixe...
                Sur le blog du fondateur de magnatune, tu trouveras plein d'infos sur qui achete, a quel prix, etc : http://blogs.magnatune.com/(...)

                Pour Julien Portalier, attention avec les softs genre StreamRipper, en tout cas pour les webradios associatives française, notre contrat avec la SACEM stipule que nous devons tout mettre en oeuvre pour ne pas rendre la copie possible. Pour l'instant il n'y a pas d'abus, nous pouvons faire du ogg qui s'écoute très bien avec wget, mais je vois très bien dans quelques années une chasse aux sorcières pour que les radios utilisent de wma DRMisé anti enregistrement... Tout est possible.

                Pour les radios FM, bien sur qu'elles ne payent pas leur CD, ils sont envoyé par cartons entier par les majors et labels divers.

                Bref, je vais pas m'étendre sur les majors qui sont pour moi basé sur un modèle dépassé, c'est a dire l'analogique avec toutes ses contraintes, qui ne veulent plus rien dire au 21eme siècle. Et les DRM qu'elles souhaitent, c'est simplement pour survivre sans s'adapter, et avoir du numérique avec encore plus de contraintes que l'analogique.

                Je suis super content que magnatune ouvre une antenne a Londres, et je pense (et j'espère) que ce genre de distribution direct des artistes va être de plus en plus a la mode.

                Sinon, http://musique-legale.info/(...) continu son bonhomme de chemin, avec bientot une interface dédié pour s'afranchire des contraintes du wiki tout en restant aussi simple.
            • [^] # Re: Mouais, bof...

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Seul le développement de systèmes alternatifs, de nouvelles façons de voir la culture pourra résoudre le problème. Si on est sympa et qu'on aime un artiste, on va éviter de lui faire crever la dalle, non ? Peut-être suis-je trop idéaliste. Qui irait acheter ce qu'il peut avoir gratuitement ? Je ne sais pas... quelqu'un d'honnête ? Est-ce être idéaliste que de croire qu'une personne honnête peut encore exister en ce bas monde ?

              Je crois également en tout ceci et notamment à un modèle basé sur le don. Un fan pourra toujours donner 5¤ à un artiste pour un album, sachant que cela irait directement dans sa poche et que c'est 5 fois plus que ce que l'artiste touche actuellement...

              Le problème c'est que les artistes sont loin d'être prêt à adopter ce modèle. Ils critiquent souvent les majors mais ceux qui y sont ne sont pas prêt de les quitter (en changer oui) et ceux qui n'y sont pas rèvent de signer chez eux ...

              La licence légale cela veut dire obtenir un délai pour permettre aux systèmes alternatifs à se développer, en limitant la course aux armements technologique et juridique. On pourra remettre en cause cette taxe par la suite.
              Par contre remettre en cause des lois et des technologies de contrôle en place pendant des années, je n'y crois pas du tout.
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par . Évalué à 8.

            Tout le monde écoute de la musique, regarde des films, ça s'appelle la culture, c'est aussi indispensable que la santé.

            On lit de ces conneries parfois.
            • [^] # Re: Mouais, bof...

              Posté par . Évalué à 3.

              Moi je vois bien JC Vandame prononcer ce genre de phrase ;o)
            • [^] # Re: Mouais, bof...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              On lit de ces conneries parfois.

              Va vivre dans un monde sans aucune musique, sans aucun film, sans aucun documentaire, sans aucune image, sans aucune photo, tout ce qui fait la culture, et on en reparlera ... D'ailleurs ce monde là n'existe pas ... :)
              • [^] # Re: Mouais, bof...

                Posté par . Évalué à 3.

                Je suis sûr que sur notre bonne vieille terre il existe une multitude de gens qui n'ont jamais vu un film ni une photo ni entendu de musique enregistrée et qui possèdent une très grande culture. Le monde ne se limite pas aux populations connectées à l'internet.
                • [^] # Re: Mouais, bof...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Le monde ne se limite pas aux populations connectées à l'internet.

                  La culture ne se limite pas à Internet non plus ... Il n'existe pas de peuple n'ayant pas développé sa propre culture, car je le répète celle-ci nous est aussi indispensable que la santé. :)
                  • [^] # Re: Mouais, bof...

                    Posté par . Évalué à 2.

                    La culture ne se limite pas à Internet non plus ... Il n'existe pas de peuple n'ayant pas développé sa propre culture, car je le répète celle-ci nous est aussi indispensable que la santé. :)

                    Où ai-je dit le contraire ?

                    Tu écris plus haut :
                    Tout le monde écoute de la musique, regarde des films, ça s'appelle la culture

                    Et là, je suis d'accord avec Volnai, c'est faux.
                    • [^] # Re: Mouais, bof...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      Et là, je suis d'accord avec Volnai, c'est faux.


                      Oui il doit bien exister un insignifiant pourcentage de personne possédant Internet et n'écoutant aucune musique et ne regardant aucun film et aucun documentaire. Mais je te laisse avec tes mouches.
                      • [^] # Re: Mouais, bof...

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Je vois que tu persiste à vouloir me faire dire le contraire de ce que j'ai dit. Il est effectivement inutile de poursuivre ce dialogue de sourds.
                      • [^] # Re: Mouais, bof...

                        Posté par . Évalué à 4.

                        Il y a aussi les livres comme source de culture.
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par . Évalué à 4.

            En quoi cela est discutable. Tout le monde écoute de la musique, regarde des films, ça s'appelle la culture, c'est aussi indispensable que la santé.

            Mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ! Je n'ecoutes pas de musique ni a la radio, ni en mp3, nul part. J'aime le silence. Et pourtant grace a cette taxe, je payes a chaque fois que je graves un cd/dvd quelques criards rebels qui n'ont, mais alors absolument rien a voir, avec le contenu du cd/dvd en question.

            Et ca je trouves ca discutable.
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par . Évalué à 3.

            La taxe aurait l'avantage de limiter énormément ceci voir de rendre injustifié ces débordements qui nous inquiètent tous.
            Si c'est le prix à payer ma tranquilité et conserver ma vie privée et celle de mes proches je préfère.

            Pour la mafia aussi , leur taxe t'assure ta tranquilité
            Je ne vois pas pourquoi je devrais payer le CD ne passe pas sur mon ordinateur je n'achète pas .
            Tu oublies que ta plus grande force de consommateur est de ne pas consommer .
            sinon tu peut ecouter plein de radio sur shootcast.com
      • [^] # Re: Mouais, bof...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Perso je n'ai pas envie qu'un jour mes enfants se retrouvent avec 20 000 euros d'amendes à payer et un casier judiciaire pour un peu de musique.

        Ben faut peut etre éduquer les enfants aussi. On ne va pas supprimer toutes les sanctions sous ce même motif (pourquoi ne pas supprimer les sanctions lorsqu'ils volent dans les supermarchés alors ?)
        • [^] # Re: Mouais, bof...

          Posté par . Évalué à 3.

          Ben justement...

          Voler dans un supermarché -> quequette
          Détourner des millions d'¤ -> quequette si t'es un politicard
          Télécharger quelques mp3 -> 15.000 ¤ d'amende, et comme l'a souligné le juge, c'est une décision gentille eut égard à ce que la personne risquait vraiment !

          Le problème, c'est que nos lois ne sont pas du tout adaptée à une économie numérique, on se traîne des textes qui datent de Napoléon Bonapart, alors penses-tu !

          Le pire, c'est quand même de voir que la loi n'est pas la même pour tous, c'est à mon avis LA raison qui fera que le système politique actuel ne pourra que finir par se faire renverser à terme.
          • [^] # Re: Mouais, bof...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            "quelques" ..... on parle de 2 disques de 30Go, et de quelqu'un qui diffusait volontairement, pas de quelqu'un qui a téléchargé trois morceaux pour voir si le disque était intéressant.
            Quand tu parlais de vol dans un supermarché qui n'est pas sanctionné, tu parlais de quelle quantité ? t'es sûr qu'on parle de la même chose ?

            Faut arrêter la mauvaise foi aussi.

            > Le pire, c'est quand même de voir que la loi n'est pas la même pour tous,

            C'est un tout autre débat, qui n'a rien à voir avec ce sujet.
            • [^] # Re: Mouais, bof...

              Posté par . Évalué à 1.

              tu peux faire l'essai si tu veux (meme si je te le conseille pas ) souvent les vigiles laissent la personne partir apres qu'elle ait remis les objets voles et qu'elle ait signes une declaration. par contre si tu recidive ou que tu ne veux rien reconnaitre : les flics.
              Ce sont des "petits" delits ; mais la on ne parle pas de manque a gagner mais bel et bien de vol (ie quand tu dl une musique ; il manque pas un cd dans le magasin).
              Supposons les flics : et apres que vont faire les juges? ben pas grand chose a vrai dire.
              Quand on sait deja qu'une partie des peines de prisons fermes ne sont pas faites car les prisons sont bondees...
              • [^] # Re: Mouais, bof...

                Posté par . Évalué à 1.

                Attention, tu es certain que tu ne confonds pas avec la réduction ou la modification de l'application de la peine ? Je ne crois pas que ca arrive souvent que les condamnés à des peines fermes ne fassent pas de prison.
                Au contraire presque, les prison sont bondées de gens qui n'ont pas encore été condamnés : 35,5% des occupants des prisons sont en détention provisoire (en 2003), c'est à dire avant le procès ou le jugement.
            • [^] # Re: Mouais, bof...

              Posté par . Évalué à 3.

              "quelques" ..... on parle de 2 disques de 30Go, et de quelqu'un qui diffusait volontairement, pas de quelqu'un qui a téléchargé trois morceaux pour voir si le disque était intéressant.


              Tu noteras que dans le cas Juppé (ou de la grande majorité des hommes politiques) on parle de dizaines de millions d'¤ détournés.

              Alors que 10.000 mp3 à 1 ¤ le mp3, ça ne fera toujours que 10.000 ¤ de manque à gagner.

              Quand tu parlais de vol dans un supermarché qui n'est pas sanctionné, tu parlais de quelle quantité ? t'es sûr qu'on parle de la même chose ?


              De toutes façons, comme le disait mon prof de droit, «il vaut mieux entrer dans un magasin et voler le plus bel ordinateur portable le mieux équipé (doté de Windows, Office, etc.), que de seulement pirater un logiciel !»

              Un jour, j'ai rencontré (bien malgré moi, par connaissances interposées), un jeune qui venait de se faire prendre pour la troisième fois pour vol de voiture, et à chaque fois, c'était le concessionnaire BMW qu'il avait braqué, et la voiture a systématiquement été "détruite". Hé bien la première fois, il n'a rien eu. La deuxième fois, il n'a eu que 3 mois avec sursis. La troisième fois, il n'a eu que 9 mois de prison, dont 6 seulement fermes.

              Comme tu le vois, il y a certaines injustices dans notre droit : certains actes sont plus ou moins répréhensibles, et visiblement, ce n'est plus du tout adapté à l'évolution de notre société.

              C'est un tout autre débat, qui n'a rien à voir avec ce sujet.


              Ah bon ? Moi je trouve qu'au contraire c'est très important que la loi ne soit pas la même pour tous, cela justifie amplement son illégitimité.

              On parle bien de répression et de mp3, et d'un procès ou un internaute qui avait téléchargé quelques fichiers, sans déposséder personne de quoi que ce soit, a bel et bien écopé d'une peine et d'une amende supérieure à ce qu'a écopé un certain homme politique qui lui a détourné des dizaines de millions d'¤, avec lesquels il aurait pu acheter des millions de CD, c'est à dire des dizaines de millions de titres !

              Mais voilà, le droit Français a été fait de manière à ce qu'il protège principalement les riches et les puissants, parce que notre pays est aux mains d'une mafia politique depuis des générations. Le livre d'Eva Joly est en lui même très illustratif de l'État de non-droit dans lequel nous vivons, et de la totale impunité dont bénéficient les politicards.
              • [^] # Re: Mouais, bof...

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                > cela justifie amplement son illégitimité.

                Si on jette tout ce qui n'est pas parfait on risque de ne pas garder grand chose, et ça risque d'être un beau bordel. Au final je doute que ce soit mieux.
                Si le fait de ne pas avoir une application de la justice parfaite (je te laisse responsable de cette opinion) est une justification pour ne pas respecter la loi, on n'est pas dans la merde.

                > un internaute qui avait téléchargé quelques fichiers

                Non, ta formulation est volontairement biaisée. C'est comme si tu disais que Juppé avait détourné quelques euros. À quelques Mo le mp3, pour remplir 60Go, il en faut plus que "quelques".
                • [^] # Re: Mouais, bof...

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Quand bien même 10.000 mp3 serait «beaucoup», à 1 ¤ le fichier mp3, cela ne fera toujours que, «potentiellement», 10.000 ¤ de manque à gagner. Ceci est à mettre en parallèle aux véritables dizaines de millions d'¤ de vrai argent, vraiment détournés par Alain Juppé et Jacques Chirac, délit pour lequel l'un n'a quasiment rien eu, et l'autre (le vrai responsable) bénéficiera vraissemblablement d'une amnistie ou d'une prescription.

                  En comparaison, 10.000 fichiers mp3, c'est effectivement «quelques» fichiers, et toujours en comparaison, les peines sont totalement disproportionnées.
      • [^] # Re: Mouais, bof...

        Posté par . Évalué à 4.

        Ca ne veux rien dire. Une taxe a été mise sur les CDs mais celà ne légalise pas pour autant la copie d'oeuvres copyrightées.

        On se fait enfler des 2 côtés. Moi j'estime qu'ils doivent virer la taxe si çà n'est pas légalisé, surtout que payer une taxe pour des choses qui n'y sont pas soumises (distro Linux, photos persos) ou pire, un groupe autoproduit puisque pas assez intéressant pour Mr Nègre Power d'Universal qui préfère les bonnes vielles daubes Star Academiesque au véritable talent, va reverser de chouettes taxes à l'industrie du disque, aux gros vendeurs de disques, ...
    • [^] # Re: Mouais, bof...

      Posté par . Évalué à -2.

      "Le projet Blair Witch" et "Young Guns" à presque 3 euros ???? 'Tain l'arnaque !
  • # Merci à ceux qui ont voté oui

    Posté par . Évalué à 8.

    La diffusion de cette dépêche a provoqué un intense débat dans les équipes de modération

    Linuxfr devrait s'ouvrir un peu des fois.
    • [^] # Re: Merci à ceux qui ont voté oui

      Posté par . Évalué à 8.

      Il me semble en effet que cette dépêche ne peut que contribuer à l'objectif voulu par la pétition, à savoir : ouvrir un débat public.
      Et rien d'autre ! Je ne vois pas en quoi l'incitation au débat pourrait être perçue comme une incitation au piratage.

      Linuxfr parle de logiciels libres, dont l'objectif est de promouvoir une certaine "égalité d'accès à la connaissance".
      Pourquoi vouloir contrarier l'ouverture d'un débat qui aurait pour but une meilleure "égalité d'accès à la culture" ?
      • [^] # Re: Merci à ceux qui ont voté oui

        Posté par . Évalué à 10.

        > Pourquoi vouloir contrarier l'ouverture d'un débat qui aurait pour but
        > une meilleure "égalité d'accès à la culture" ?

        D'une part, ne pas relayer l'appel ici n'aurait pas été le contrarier, faut pas pousser. Y'a beaucoup de choses très bien et très intéressantes qui se passent ou se disent dans le monde tous les jours sans que LinuxFr serve de relais : ça n'est pas une volonté de LinuxFr de s'y opposer, c'est juste que LinuxFr ne s'occupe pas de tout.

        Ensuite, sur sur la notion d'"égalité d'accès à la culture", oui, je pense que c'est un thème qui peut dans une certaine mesure rentrer dans les prérogatives de LinuxFr. Mais est-ce de ça qu'il s'agit ici ? À mon avis, non.

        On est nombreux ici a avoir des idées plus ou moins inspirées par le logiciel libre sur ce que pourraient être d'autres modes de diffusion des oeuvres culturelles, d'autres utilisations du droit d'auteur. Mais ça n'est pas de ça dont le Nouvel Obs nous parle. Ce qui les inquiète, ça n'est pas que la diffusion traditionnelle de la musique par les majors est élitiste : ça il n'y avait pas besoin d'attendre le boom du p2p pour s'en rendre compte, il suffisait de regarder les étiquettes à la fnac. Mais curieusement, il y a qlqs années, ça ne dérangeait pas grand monde.

        Le mot d'ordre de cet appel, c'est juste qu'on ne peut pas décemment laisser 8 millions de personnes dans l'illégalité. Loin d'être l'ouverture d'un débat de fond, il s'agit juste de former un lobby de gens partageant la même peur de la fessée pour assouplir un peu la loi et leur rendre du coup le sommeil à nouveau confortable. Ça aurait pu, dans la même veine, être un appel à la dépénalisation des drogues douces, sous un titre du genre «Cannabis, nous sommes tous des dealers», ou bien encore un appel des automobilistes contre les radars trop tatillons avec du «140 sur l'autoroute, nous sommes tous des chauffards», bref autant de revendications pas forcement infondées, mais qui n'auraient pas eu grand chose à foutre ici non plus.

        Qu'est-ce qu'on peut espérer ce cet appel ? Au mieux, un arrangement à l'amiable avec les majors, du genre "tolérance au piratage contre taxe sur les abonnements". Bon, dans la pratique, je serais pas contre perso, enfin je me remettrais à pirater si ça arrivait et je ne serais pas perdant dans l'affaire. Mais qu'on n'aille pas invoquer l'"égalité d'accès à la culture" pour ça, par pitié... Ça ne changera rien sur le fond, et ça ne concernera toujours qu'une minorité friquée de la population.
    • [^] # Re: Merci à ceux qui ont voté oui

      Posté par . Évalué à 8.

      Ouaip ça éviterait de voir les news passer une semaine à la bourre.
      L'article du Nouvel Obs, on en a entendu parler sur beaucoup de site de news pourtant, mais la semaine dernière quoi. ;)
  • # Enfin un débat

    Posté par . Évalué à 9.

    Finalement, il aura fallu du temps pour qu'un grand journal/magazine lance ce débat.

    Je crois qu'il est tout à fait nécessaire de repenser en effet la gestion des droits d'auteur avec l'émergence d'internet. En effet, il y a une vingtaine, une dizaine d'années, le rôle des majors pouvait se concevoir. Mais aujourd'hui, ce rôle est plus que douteux : n'importe quelle personne qui possède une connexion internet et un graveur de cd peut obtenir un cd musical d'une qualtié quasiment égale à celle que l'on peut trouver dans le commerce. Si un des rôles des majors était entre de permettre aux artistes de pouvoir être distribué, aujourd'hui, ce rôle est beaucoup moins évident : on peut parfaitement imaginer un artiste qui vendrait sa musique via son site web, que ce soit en proposant le téléchargement payant des morceaux directement depuis son site ou en envoyant le cd (il suffit de voir le succès des plateformes type iTunes pour s'en convaincre). Quand on sait que sur un cd musical plus de 90% du prix va au major et moins de 10% à l'artiste,il y a de quoi frissonner : sur un album à 20 euros, ça ne fait que 2 euros. Si un artiste vendait directement l'album pour quatre euros, il gagnerait deux fois plus et l'utilisateur paierait cinq fois moins. Ne peut-on pas alors légitimement penser que le téléchargement légal se démocratiserait ?

    Avec l'émergence du net, ce système est parfaitement envisageable. Et le rôle principal du major disparaît. Peut-être est cela que craignent toutes ces grandes compagnies qui traquent les pirates que nous sommes tous ? Certes il y a des abus mais est-on encore à une époque où on fait des exemples en espérant que ça va empêcher les gens de recommencer ?

    Je crois que le système actuel de diffusion de la musique n'est plus du tout adapté à l'évolution de la société et qu'il est vraiment nécessaire de repenser la gestion des droits en général sur les chansons qui appartiennent pour la plupart aux maisons de disque et non pas aux chanteurs, ainsi que les moyens de distribuer cette musique.
    • [^] # Re: Enfin un débat

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      > moins de 10% à l'artiste,il y a de quoi frissonner : sur un album à 20 euros, ça ne fait que 2 euros.

      Houlla, tu surévalue largement la part de l'artiste.
      En réalité il ne touche que 8% du prix HT de vente en gros du CD !!

      Prenons un CD à 20 euros TTC dans le commerce, soit 16,86 euros HT.
      le revendeur se fait 40% de marge soit un prix de vente HT de 12 euros.
      et 8% de 12 euros ça fait 0,96 euros pour l'artiste, et là moi aussi je surévalue.

      Dans une émission de TV, (les 7 péchés capitaux je crois), j'ai entendu que le prix ht de vente en gros d'un cd et inférieur à 4 euros...., l'artiste ne toucherais donc que 30 centimes d'euros par vente de CD !
      • [^] # Re: Enfin un débat

        Posté par . Évalué à 5.

        Attention, 10%, c'est des stars de l'envergure de Johnny qui les touche. La majorité ne perçoit qu'aux alentours de 2 à 5%... du prix de vente HT effectivement, et déduction faite de la marge commerciale du distributeur...
        • [^] # Re: Enfin un débat

          Posté par . Évalué à 3.

          Ça me rappelle le groupe Manau, lors de la sortie de leur album "panique celtique". Sur un CD à 120Fr, j'avais lu que chaque artiste du groupe gagnait quelque chose comme 3Fr, ce qui fait environ 3% du prix HT. Ça m'avait assez surpris de savoir qu'ils gagnaient aussi peu à l'époque. Je me demande même comment des artistes peuvent avoir aujourd'hui la vocation, avec ces conditions proches du racket.

          Est ce que les "maisons de disques" fournissent un service, genre remasterisation de la maquette, soutien logistique (appareils musicaux), retouche numérique, adaptation des paroles pour justifier de telles marges ?

          Je ne connais pas du tout ce milieu, mais j'ai l'impression que c'est encore pire que l'informatique avec le monopole Microsoft.
    • [^] # Re: Enfin un débat

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Quand on sait que sur un cd musical plus de 90% du prix va au major et moins de 10% à l'artiste,il y a de quoi frissonner : sur un album à 20 euros, ça ne fait que 2 euros.

      C'est pire, plutôt 5% ...
      http://www.nouvelobs.com/dossiers/p2100/a262194.html(...)
      Didier Wampas
      Mais bon... De toute façon, dans le groupe, on est cinq et, par disque, on gagne 20 centimes d'euro chacun, alors...

      ----

      Si un des rôles des majors était entre de permettre aux artistes de pouvoir être distribué, aujourd'hui, ce rôle est beaucoup moins évident

      http://www.journaldunet.com/itws/it_negre.shtml(...)
      Pascal Nègre
      Il faut être un âne pour imaginer que les artistes puissent s'affranchir de nous. Nous ne sommes pas qu'un distributeur. Il y a un vrai couple de travail, une notion de savoir-faire.

      Quelque part il a raison s'il parle des pseudos artistes qui matraques les médias pour rentrer dans les têtes vidées par TF1. Un vrai artiste n'a même pas besoin de pub, le bouche à oreille suffit pour remplir les salles de concert.
      • [^] # Re: Enfin un débat

        Posté par . Évalué à 7.

        D'apres Pascal Negre:

        "Que détestez-vous ?
        90% des service sont pour les PC et j'ai un Mac. C'est énervant. Je trouve également que l'Internet n'est pas assez simple. Je pense que le développement de l'Internet mobile et de la télévision interactive donneront lieu à la réelle révolution grand public."

        J'ai Linux et 90% des plateformes legal sont pour windows.
        Heureusement, aMule & pySoulseek rendent certain services non negligeables
      • [^] # Re: Enfin un débat

        Posté par . Évalué à 1.

        sur un cd a 20 euros contenant 10 titres 2 euros la piste donc 0.01 euros la piste.
        si l'on considere que dans le cas d'un service en ligne l'artiste devrait recevoir au moins 25% du montant et qu'il garde une remuneration identique cela fait la piste a quatre centimes d'euros (0.04 euros).
        avec des services en ligne a ce prix la il ne devrait pas avoir beucoup de "piratage"
        • [^] # Re: Enfin un débat

          Posté par . Évalué à 1.

          Heu je ne comprends pas trop ton calcul : deux euros la piste, je te suis mais 0.01 ensuite je suis perdu. Si c'est la somme que touche un artiste sur une piste, ça fait 0.5% de deux euros, je ne crois pas qu'un artiste ne travaille à ce prix là :)

          J'avais écrit un article il y a une dizaine de mois sur un tel système pour un webzine mais il n'a jamais été publié :( Et j'ai eu un crash disque depuis et je l'ai paumé (oui je ne faisais pas de sauvegarde à l'époque, j'ai compris ma douleur depuis et j'en fait).

          Mais en résumé, je prenais en compte le montant dû à l'artiste et les frais liés à la maintenance d'un serveur. C'était relativement basique comme système de calcul (surtout que ça dépend du nombre d'artistes proposés) mais j'étais arrivé à un album,quelque soit le nombre de pistes, à 3 euros et à 0.3 euros pour une piste ce qui semble raisonnable je trouve.
      • [^] # Accès à la culture

        Posté par . Évalué à 2.

        Il faut être un âne pour imaginer que les artistes puissent s'affranchir de nous. Nous ne sommes pas qu'un distributeur. Il y a un vrai couple de travail, une notion de savoir-faire.

        Je dois être un âne ^^

        Plus sérieusement, je pense que les majors apportent un soutien logistique non négligeable, notamment au niveau des studios d'enregistrement. Mais une nouvelle fois, l'évolution technologique est telle que des petits studios d'enregistrement personnels ne coûtent plus très chers aujourd'hui. Alors évidemment la qualité ne sera pas aussi bonne que celle des grosses boîtes mais tout de même, je crois que c'est tout à fait raisonnable et la liberté n'est que plus grande ensuite. Après, les artistes peuvent aussi contacter des studios d'enregistrement professionnels s'ils veulent une très bonne qualité.

        Certes sans passer par les majors, les musiciens devront se débrouiller pour faire connaître leurs albums, ce qui nous éviterait au passage une partie du matracage incessant à la télévision et à la radio, mais le net est une nouvelle fois un formidable vecteur pour cela et comme le dit fredix, le bouche à oreille est un facteur de diffusion vraiment important dans le monde musical.


        Et je n'ai pas parlé d'un aspect qui est tout aussi primordial, c'est l'accès à la culture pour tous : depuis que le net existe, je pense que jamais les hommes n'ont eu tant de richesses culturelles disponibles facilement et réciproquement, jamais les artistes n'ont pu être distribués aussi facilement et avoir accès à un public aussi large pour faire connaître leur travail. Que ce soit dans la musique mais également au cinema ou dans l'art pictural, en quelques clics de souris, de nombreuses merveilles sont à disposition de tous.

        Il y a des excès, comme toujours et il faut trouver un juste milieu mais de façon plus générale, doit-on empêcher les gens d'avoir accès à la culture pour des raisons financières ?
      • [^] # Re: Enfin un débat

        Posté par . Évalué à 2.


        Un vrai artiste n'a même pas besoin de pub, le bouche à oreille suffit pour remplir les salles de concert.


        Tout à fait d'accord. De toute manière, certains artistes montent leur label pour ne plus avoir affaire à des rapaces (pas sûr du tout mais peux être Sinclair par exemple).

        D'autres groupes se font jeter des maisons de disques ou refusent totalement cette idée et préfère s'autoproduire et les maisons de disque ragent quand ils voient qu'ils pourraient faire du bénéf sur cet artiste malheureusement non signé chez eux. Par exemple, "Marcel et son Orchestre" est un groupe qui était (peux être encore mais pas sûr) autoproduit par choix (ou ce sont ils peux être vu fermer des portes au départ ?) et leur popularité est très vite montée. Ils ont vendus pas mal de disques, des maisons de disques ce sont intéressés à eux comme par hasard, mais les Marcel ont gentillement éconduit les maisons de disques ;o)
  • # wizman en blouson réversible

    Posté par . Évalué à 5.

    NdM : A noter que Ariel Wizman, qui avait donné sa voix aux annonces anti-piraterie distribuées sur les réseaux P2P, est finalement signataire de ce texte.

    A noter que lors de la soirée-marketing consacrée au lancement "officiel" des remixes d'Ariel Wizman, ce dernier a fait preuve d'un rare brio argumentaire.
    Le sociologue Olivier Blondeau l'ayant légèrement titillé sur sa participation à la campagne répressive du gouvernement, le célèbre DJ a répondu : "eh quoi, il faut que je me justifie, tu veux pas que je te taille une pipe non plus" (sic).
  • # Dans les grands médias personne ne parle des creative commons ?

    Posté par . Évalué à 5.

    Si Britney veut pas donner sa musique mais la vendre, de toute façon je n'acheterai pas.

    Si elle veut me le donner je prendrais pas non plus.

    Dans ce débat, on oublie souvent la diversité culturel.

    Un pays qui se vante de son "exception culturelle" devrait favoriser la "musicodiversité".

    Plutôt que d'inviter au "piratage", invitons à l'éducation.

    Montrons aux musiciens, cinéastes, et auteurs qu'ils peuvent se faire connaître grâce au réseau des réseau.

    Mais montrons au public (et particulièrement au ados cibles des majors) que la "starac" n'est pas tout dans la vie.

    http://erreur404.org(...)
  • # Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

    Posté par . Évalué à 3.

    J'ai été surpris, quand j'ai été voir, il n'y avait que trois signatures "contre". A noter la rancoeur à peine cachée de J.J. Goldman, apparemment, il a des petits comptes à régler avec le nouvel Obs.

    Quoi qu'il en soit, quand il parle de démagogie, je pense qu'on ne peut pas lui donner tort. On se croirait à la maternelle, "Voulez vous avoir le droit de pirater ce que vous voulez?" "Ouiiiii!" Pourquoi pas "Voulez-vous supprimer les impôts?", ou "Voulez-vous une loi pour obliger Nicole Kidman à coucher avec vous?" (si vous n'avez pas d'attirance particulière pour Nicole Kidman, remplacez par "Tom Cruise", ça marche aussi). J'ai signé la pétition, mais avec le recul, je me demande si c'était très très malin...
    • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

      Posté par . Évalué à 6.

      Voir
      https://linuxfr.org/2005/02/06/18233.html#532027(...)
      et
      http://www.freescape.eu.org/piraterie(...)

      Et en fait tu te rendra compte que les deux camps sont totalement démagos, parce qu'ils si profondément opposé (a tel qu'il ne le savent pas), que du coup tout a l'air démago et contestable.
      Chacun des deux camps cherche à être fédérateur, mais sans réellement préciser le fond du débat, du coup ca pue l'arnaque.

      (Les deux camps - extrème : il y a toutes les nuances imaginables - sont : 'La propriété intellectuelle s'assimile à la propriété matérielle' et 'La propriété intellectuelle n'a pas fondamentallement raison d'être et nuit à la société')
    • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      JJ Goldman : « Je serai solidaire du Nouvel Obs lorsqu'il sera photocopié et vendu illégalement. ».

      Le Nouvel Observateur est vendu en kiosque tout comme les CD de JJ Goldman sont disponibles à la FNAC mais la version papier du Nouvel Obs est aussi disponible dans sa version intégrale et ce gratuitement sur son site internet. On attend toujours que JJ Goldman fournissent sur son site-web ses anciens albums largement rentabilisés.

      Et ça ne m'empèche pas d'être abonné au Nouvel Obs alors que cette phrase de JJ Goldman ne m'incite pas aller acheter un de ses albums.

      L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

      • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

        Posté par . Évalué à 3.

        Ca peut s'arranger ;-)
      • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

        Posté par . Évalué à 2.

        surtout ne cite pas le reste de son mail, hein, des fois qu'il ait dit autre chose...

        Il y a sûrement beaucoup à réfléchir mais, comme d'hab', il semble que votre réflexion soit faite: DEPENALISER d'abord et réfléchir ensuite. Cette "réflexion" ne m'étonne pas outre mesure de votre part: Démagogie et pensée unique, parfait pour votre clientèle. Comptez sur moi pour continuer à ne pas vous suivre.
        Farouchement
        • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Ca change quoi que je cite le reste du mail vu qu'il ne rentre pas en contradiction avec l'extrait que j'ai cité ?

          Qui plus est qui a parlé de dépénaliser ? Le Nouvel Observateur et ceux qui ont signé demandent de faire une mise au point avec tous les acteurs et ne fait que dire que les répressions actuelles sont démesurées. Nulle part il n'est dis que la copie "pirate" devrait être gratuite.

          Ensuite, JJ peut bien crier à la démagogie et à la pensée unique mais si il connaissait le Nouvel Obs, il verrait que dans ces pages on peut trouver autre chose que de "la pensée unique". Il suffit de lire les articles sur la constitution européenne pour voir qu'il y a débat au sein de la rédaction par exemple.

          Le Nouvel Obs a une longue histoire de ce genre de pétition / témoignage dont le but est d'ammener des sujets de société au devant de la scène : Avortement, Homoparentalité, Légalisation du cannabis,.... On peut ne pas être d'accord mais on ne peut pas nier de l'importance de ce genre d'action pour faire réagir les gens et les politiques.

          Et puis bon on va pas plaindre quelqu'un dont le salaire dépasse les 20 millions de francs alors que celui de ceux qui le font vivre s'approche souvent du SMIC.

          L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

      Posté par . Évalué à 2.

      A noter la rancoeur à peine cachée de J.J. Goldman, apparemment, il a des petits comptes à régler avec le nouvel Obs

      Il faut preciser que Goldman est un des principaux auteur/compositeur francophone (au piffometre, peut etre une chanson sur 5 ou 6 parmis les albums "qui marchent"), il est donc plus concerné par le piratage que n'importe quel interprete, simplement à cause du volume de ses oeuvres.
      • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

        Posté par . Évalué à 1.

        Goldman est un des principaux auteur/compositeur francophone

        Justement, il n'a pas besoin de toucher autant sur chaque album pour gagner sa vie!

        Bien entendu, "tout travail mérite salaire", mais inversement, "tout non-travail mérite non-salaire", sinon, la loi se met à protéger ceux qui ne foutent rien, et c'est grave. En l'occurrence, composer et chanter méritent une rétribution. La composition devrait être payée par la maison de disque, en avance des profits qu'elle compte faire sur le disque, et chanter, c'est déja payé, ça s'appelle un concert. Maintenant, j'ai un peu de mal à admettre de devoir payer Jean-Jacques pour écouter chanter Céline Dion (je n'écoute pas Céline Dion, rassurez-vous, mais je ne crois pas que j'écoute beaucoup de chansons composées par JJ, alors c'est le premier exemple qui me vient à l'esprit).

        Pendant que vous écoutez votre titre favori de Florent Pagny, l'intéressé en question peut dormir, manger, jouer avec une demoiselle ou creuser des trous dans son jardin pour y enterrer le fric que vous lui donnez quand il est en train de dormir. OK pour qu'il touche des sous quand il travaille, pas vraiment OK pour qu'il en touche quand il n'est en train de rien faire.
        • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

          Posté par . Évalué à 4.

          Si on va au bout de ton raisonnement :
          -Pourquoi payer l'interprete en fonction des ventes ? il devrait etre payer pour sa session d'enregistrement et les concerts, c'est tout. Meme chose pour les musiciens.
          -C'est du droit d'auteur. On peut donc etendre aussi aux auteurs de livres (romans, livres de cuisine, poemes, BD, etc...). Ca marche pareil. Quand tu lis un bouquin, l'auteur peut etre en train de s'enfiler une ligne de coke avec le pognon que tu lui as file.

          A l'arrivee, la maison d'edition paye un tarrif forfetaire de son choix (base sur une estimation pipo de prevision de ventes) a tout le monde, et derriere empoche tous les revenus. Ca me semble encore pire qu'aujourd'hui.
          • [^] # Re: Y'a pas beaucoup de "contre" officiels;..

            Posté par . Évalué à 8.

            Pourtant, c'est comme ça que marche 98% de l'économie... Tu crois que l'ouvrier de chez Renault touche son salaire en fonction du nombre de voitures vendues et de leur prix de vente? C'est un peu exagéré, parce qu'on sort du problème de la propriété intellectuelle, mais finalement, l'ouvrier est un peu propriétaire de la propreté de son montage. Pense un peu au boulanger, par exemple : l'apprenti va façonner le pain, qui se vendra forcément mieux s'il est beau, régulier et bien cuit. Cependant, il est payé par son patron pour son travail, et non pour le résultat des ventes.

            Plus proche de la propriété intellectuelle : le développement de logiciels. Le principe, c'est que Monsieur Portes paye ses développeurs tous les mois pour coder un logiciel qui s'appelle "Fenêtres". Les dév sont payés, que "Fenêtres" soit vendu cher ou non. Ils sont mêmes payés pareil que "Fenêtres" soit un bon logiciel ou non (bon, ils sont virés s'ils bossent mal, mais bon). Pourtant, on se situe bien dans un domaine créatif, où les droits sont liés à la propriété intellectuelle. Le deal, c'est "je te paye pour bosser, et je m'arrange pour rentrer dans mes frais avec le fruit de ton boulot". Si "Fenêtres" ne se vend plus, le dev garde son argent. Si "Fenêtres" se vend beaucoup, le dev a toujours son argent, ça ne le regarde plus. D'ailleurs, c'est grâce à Monsieur Portes que "Fenêtres" se vend beaucoup, et franchement pas beaucoup grâce au dev, vu la stabilité légendaire des produits sus-mentionnés.

            Bref, le domaine de l'art est soumis à des lois économiques très très étranges. Les gens sont payés bien après avoir bossé, ils sont payés beaucoup ou ils ne touchent presque rien, et ça, ils ne le savent pas quand ils travaillent. Ils sont aussi payés en fonction de beaucoup de facteurs qu'ils ne maîtrisent pas (publicité, promotion, passages radio...). C'est à mes yeux complètement malsain, puisque ça revient à confondre l'entreprise et l'individu : l'individu doit investir de sa force de travail pour recevoir, peut-être, une compensation en argent : le travail n'a plus de valeur intrinsèque, il a une valeur a posteriori. Autant payer les chercheurs 20 ans après en fonction de ce que l'industrie a fait de leurs découvertes. Autant payer un PDG 5 ans après sa prise de fonction, en fonction de l'état actuel de la boîte. Autant payer le garagiste 2 ans après la réparation, si seulement la réparation a tenu.

            Accessoirement, le système fait que la prise de risque est uniquement individuelle, et le moins possible liée au distributeur : l'investissement artistique est ridicule (un studio d'enregistrement et 2 techniciens, ça va, hein...), le seul risque qui est pris, c'est un risque promotionnel (tournées, pub, diffusion, exposition dans les magasins, etc.). Du coup, c'est sur les artistes que reposent la prise de risques : quand ça marche, bingo, quand ça foire, galère. Alors évidemment, tout le monde veut gagner au loto, mais je ne suis pas sûr que laisser ce rêve, c'est leur rendre service. Je pense que quelqu'un comme JJG, vu ce qu'il rapporte, pourrait être très très très très bien payé, mais rester un salarié comme tout le monde. Il n'y a rien de dégradant à être salarié, même dans l'art... De toutes manières, les maisons de disque s'en mettent plein les poches, alors pourquoi ne pas donner aux artistes un revenu plus régulier et conforme à ce qui se fait par ailleurs? (être payé pour bosser, ni plus ni moins).
  • # De Pirate a Pirate

    Posté par . Évalué à 6.

    J'utilise le P2P et je remercie ceux qui y participent.
    En effet quand je ne trouve plus une oeuvre parcequ'elle n'est plus éditée il y a encore une chance que quelqu'un quelque part la partage.

    Certaines oeuvres ont des tirages trés limité, et ne seront plus jamais éditée, faute d'intéréts commerciaux.
    Ce n'est pas les majors du disque choquées par le revirement du ministre qui vont rendre pérenne notre culture.

    • [^] # Re: De Pirate a Pirate

      Posté par . Évalué à 4.

      Par exemple, si vous voulez instruire un ignare musical, comme moi, en lui faisant decouvrir un des groupes à l'origine du Rock (jethro tull en l'occurence), il faut esperer que vos vinyls et vos CD ne sont pas abimés, parce que le marché légal ne vous fournira pas de nouveau exemplaire (meme le marché de l'occas' ne propose que tres rarement de telles pieces de collections).

      Grace au peer2peer j'ai pu ecouter l'integralité de leur oeuvre, et me rendre compte que c'est trop eloigné de mes gouts musicaux pour que j'achete un des albums encore distribué.
  • # débat chez les chedid

    Posté par . Évalué à 5.

    Les repas chédidiens doivent faire l'objet de sacré débats. Louis a soutenu la campagne "téléchargez moi légalement" alors que mathieu a signé l'appel lancé dans le nouvel obs.

    Mamie andrée (la mère de louis et la grand mère de mathieu) n'ayant pas pris position à ce jour ... 1 partout, balle au centre chez les Chedid ;-)
    • [^] # Re: débat chez les chedid

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Emilie non plus n'a pas pris position (la soeur de Mathieu, elle réalise des films je crois).

      La musique c'est une affaire d'hommes (hu hu) :)

      « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

  • # une impression de deja vu ou plutot entendu

    Posté par . Évalué à 4.

    Le discours des majors est une machine a remonter dans le temps, c'est le meme que celui que j'entendais il y a un vingtaine d'annee sur la K7 audio qui etait, a l'epoque, la mort de la musique et des artistes, et la k7 video la mort du cinema.

    L'industrie du disque est en crise depuis la fin des annee 70, l'arrivee du CD a permis de masquer ce fait (il a fallu racheter en CD les vieux vynils) et plutot que de trouver des coupables qui n'en sont pas ils feraient mieux de balayer devant leur porte et arreter de remettre sur le marche des vieux nanard(Henry Salvador que j'aime beaucoup, Trenet, ...), il faudrais qu'il regardent un peu plus vers la creation plutot que vers ce qui a ete chante, rechante, rerechante, etc ...

    En plus de tout ça, je me repete mais, il ne faut pas oublier qu'un MP3 ou un divx n'est qu'un nombre et que c'est l'association fichier (avi ou mp3), codec et player qui en fait une musique ou un film. Ceux qui n'en sont pas convaincu n'ont qu'a ouvrir un mp3 avec un editeur de texte voir si il arrivent a reconnaitre un morceau ou un film.

    Quand a la remuneration des artistes, qui leur est due , je doute que les Stones, les Beatles, Elvis Presley, Edith Piaf, Jacques Brel, et bien d'autres sans parler de Mozart, Beethoven etc n'aient gagne leur remuneration qu'avec les disques, il me semble bien qu'il se sont "sorti les doigts du cul" et sont alle faire de la scene, peut etre que pour reussir dans la musique ( comme ailleurs) il faut un peu donner de sa personne. Des gents comme benabar ne se sont pas fait connaitre par les pubs a la tele mais par la qualite de leurs representations et grace au bouche a oreille. J'ai meme des copains qui vivent de leurs representations dans les bars, les boites de nuit, etc...

    Et pour finir je vais parler de Sony qui est des plus agressif dans ce combat et qui semble oublier qu'il vendent aussi des graveurs et des CD et DVD vierges. Eux c'est les pires, d'un cote il disent c'est mal (tm) de pirater et d'un autre venez acheter nos graver pour copier les mp3. Si ça c'est pas ambigue comme attitudes, je me demande ce qui l'est.

    En conclusion, je dirais que oui je telecharge mais soit les morceau me plaisent et valent a mes yeux le prix du CD ou du DVD et je l'achete ou je vais au concert ou je vais au cinema ou..., soit c'est de la daube et je supprime du hdd, soit j'aime bien mais pour moi ça ne vaut pas le prix et je garde mais de toute façon je n'aurais pas achete et je ne vois pas ce qu'ont perdu les maison de disque( moi j'y ai gagne un peu)
  • # Utopie?

    Posté par . Évalué à 6.

    Et si les droits d'exclusivité des maisons de disques disparraissaient?

    Et si les auteurs/compositeurs/interprètes ne se remunerraient que par les concerts?

    C'est sur que ca ferait une certaine chute de revenus pour certains artistes. Mais après tout, la différence de revenus avec un acteur de théatre (pourtant artiste lui aussi) est-elle justifiée?

    J'imagine un monde ou la diffusion de copies serait parfaitement libre; où les radios deviendraient vraiment libres, et ou la culture s'étendrait vraiment librement aussi...

    Ce système est-il vraiment nuisible pour l'humanité ? Ou pour une petite partie seulement...
  • # fiabilité

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Qui le premier va tenter de faire signer JP Raffarin ?

    J'ai tenté de trouver des infos sur le "comment est géré cette pétition", mais je n'ai rien trouvé.

    D'ailleurs, lorsqu'on arrive sur la page de la pétition, il n'y a aucun lien vers un quelconque manifeste pour lequel on dit adhérer par sa signature. Il y a bien uns section "Spécial P2P" dans le menu de gauche, mais ce n'est pas franchement bien clair.

    Pour conclure, j'ai signé la pétition après avoir lu les articles sur le sujet, mais je trouve dommage ce manque de clarté.
  • # Nous sommes tous...

    Posté par . Évalué à 2.

    Depuis le 11 Septembre 2001, nous sommes tous des américains. Maintenant, nous sommes tous de pirates.
    Ce n'est pas très gentil pour les américains.
  • # le piratage de ma grand mere ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Est il illégal de copier sur Cassette audio des musiques qui passent à la radio ?

    Est il illégal de preter des vynils à différentes personnes ?

    Le piratage ne date pas d'hier...

    Est il illégal de preter une oeuve sous copyright à un inconnu contre rémunération annuelle ? C'est pourtant le principe des biblotheques :-) ... subventionnées par les municipalités

    Axel
    • [^] # Re: le piratage de ma grand mere ?

      Posté par . Évalué à 2.

      > Est il illégal de copier sur Cassette audio des musiques qui passent à la radio ?

      Non mais tu paye une redevance sur ta cassette pour compenser le manque à gagner de l'auteur

      > Le piratage ne date pas d'hier...

      Bien sur que non, mais le p2p à fait changer d'échelle à ce phénomène.

      Avant si tu voulais copier le dernier cd de Britney Spears, tu devais trouver un pote qui l'avait, maintenant avec le p2p tu as plusieurs millions de potes !
      • [^] # Re: le piratage de ma grand mere ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        > > Est il illégal de copier sur Cassette audio des musiques qui passent à la radio ?

        > Non mais tu paye une redevance sur ta cassette pour compenser le manque à gagner de l'auteur

        Techniquement, enregistré la radio ou la télé est illégal. Ce genre de considérations a été oublié pour ne pas freiner la vente de magnétoscopes et de matériel hi-fi ...

        > > Le piratage ne date pas d'hier...

        > Bien sur que non, mais le p2p à fait changer d'échelle à ce phénomène.

        Tout à fait. Et aussi, la nécessité du support d'échange matériel est supprimé. Impossible d'appliquer les règles habituelles du monde matérielle donc , et pas non plus de taxe à prélever qui règle le problème sans léser ceux qui ne téléchargent pas de musique.
        • [^] # Re: le piratage de ma grand mere ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          > Techniquement, enregistré la radio ou la télé est illégal.

          Euuh, ça rentre dans le cadre de la copie privée, non ? (Mais c'est illégal de redistribuer ton enregistrement)
        • [^] # Re: le piratage de ma grand mere ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > Techniquement, enregistré la radio ou la télé est illégal.

          Non, c'est même pour ça (entre autres) qu'a été créé la taxe sur les k7. Tant que tu ne distribues pas, c'est de la copie privée, dans une forme que personne n'a encore eu le culot de contester.
  • # Copie privée?

    Posté par . Évalué à 0.

    10'000 fichiers (aller environ 800 CD...) pas mal pour de la copie privée. Il faut arréter l'hypocrisie. Je me log, je download 10000 fichiers, je garde et peut-être je partage. Vraiment loing de l'esprit de "privé".
    C'est l'abus qui tue la confiance
  • # Richard Stallman a parfois raison :-)

    Posté par . Évalué à 6.

    "Si vous ne croyez pas que la reproduction illégale ne fait qu'un avec les enlèvements et le meurtre, vous préférerez certainement ne pas vous servir du terme «piratage» pour la désigner. Des termes neutres tels que «reproduction interdite» ou «reproduction non autorisée» peuvent être employés. Certains d'entre nous préfèrent employer une expression positive, telle que «partage d'informations avec son voisin»."

    http://www.freescape.eu.org/eclat/3partie/Stallman4/stallman4.html(...)


    "Supposons qu'il vaille mieux payer une taxe sur les DAT, s'il doit en résulter un accroissement significatif de l'activité musicale et cherchons comment on pourrait organiser les détails de cette taxe afin de porter au maximum les bénéfices. [...]

    Éventuellement, on peut envisager que la copie personnelle se développe largement, à tel point qu'estimer son étendue par ses moyens de vente ne sera pas satisfaisant. Pas satisfaisant, ça l'est déjà pour les musiciens qui distribuent de façon indépendante, sans l'aide des maisons de disque; et s'il y en a qui doivent être aidés, c'est bien eux. Nous avons besoin d'une estimation de l'usage de n'importe quel morceau, pour pouvoir distribuer les fonds récoltés par les taxes.

    Ces évaluations peuvent se pratiquer grâce à la surveillance. De temps en temps, le personnel de surveillance demanderait à des membres du public choisis au hasard, de montrer les copies qu'ils ont faites de morceaux copyrightés. Ces citoyens ne seraient pas tenus de répondre. Mais comme il n'y aurait ni pénalité ni culpabilité associée à la copie, les gens seraient heureux de participer. Les fans d'un groupe espéreront être choisis, ainsi ils participeraient au compte de leur groupe favori. "

    http://www.gnu.org/philosophy/dat.fr.html(...)


    On va effectivement en arriver à une taxe sur les supports numériques et les connexions internet.

    S'il est fondamental de ne pas se braquer bêtement en refusant toute évolution dans ce sens, il est également fondamental de lutter avec acharnement pour que les auteurs d'oeuvres libre ou semi-libres (CC nc, démo, shareware, gratuit...) bénéficient de la manne d'une manière ou d'une autre, et pour que l'ensemble de la répartition soit géré de façon transparente. C'est la moindre des choses que si je paye la taxe, elle serve à rémunérer ce que j'utilise : des logiciels libres, de la musique libre.

    C'est ça qu'il faut revendiquer, c'est ça que l'on aura du mal à obtenir. On pourrait imaginer que chaque année 10 000 questionnaires anonymes soient envoyés, afin que l'on puisse établir avec précision à quelles auteurs les gens veulent envoyer leur argent.

    Il faut refuser que les bénéfices de la taxe aillent uniquement aux sociétés de droit d'auteur actuels, opaques et hérmétiques. Si nous croyons que la liberté du savoir et le libre partage de l'art et de la culture est constitutive de la prochaine grande étape de la civilisation, il faut revendiquer maintenant une taxe qui profite à tous les auteurs, de la façon la plus simple et non bureaucratique possible. S'il doit y avoir des étalements, des plafonds, des péréquations, que cela soit suffisament simple et transparent pour que, à la manière d'un dépouillement électoral, chacun puisse vérifier dans son coin qu'il n'y a pas eu de triche.

    Si on avait le choix, on pourrait envisager de refuser la taxe, et se contenter d'encourage les ressources annexes des artistes : concerts, cours, copies, simplification et extension du statut d'intermitent du spectacle, subventions indirectes, revenu d'existence... Mais ce serait comme se battre contre des moulins à vent. Il faut être réaliste pour avancer, il y a à beaucoup à gagner ou à perdre, ne soyons pas cons : continuons à aimer le libre dans tous les domaines, mais revendiquons ensemble une autre taxe !

    POUR UNE TAXE TRANSPARENTE :

    - La répartition se base sur une grande enquête annuelle, dont les réponse sont anonymes et ouvertes (et ne sont donc pas réservés aux bénéfices des seuls adhérents d'une société d'auteurs, homologuées ou non.)

    - En échange de cette taxe, la notion de copie privée est étendue aux partages sur les réseaux p2p gratuits et sans publicité.

    - Les péréquations, plafonnements, étalements dans le temps, etc... s'ils doivent absolument avoir lieu, sont décidés par un collège composé de représentants des associations des différentes catégories d'auteurs d'oeuvres propriétaires, mais également des associations des auteurs d'oeuvres libres, semi-libres, et gratuites, sans oublier les associations de consommateurs. Idem pour les détails du processus de la grande enquête annuelle.

    - Les frais de gestions sont financés par l'Etat (nos impôts), le bénéfices de la taxe ne pouvant être utilisés que pour rémunérer les auteurs, tous les auteurs, et rien que les auteurs.


    En espérant que cette taxe transitoire devienne obsolète dans moins d'un siècle : voir la conclusion de
    http://www.gnu.org/philosophy/freedom-or-copyright.fr.html(...)
    • [^] # Taxe ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Par essence une taxe commune ne peut pas rémunérer les artistes que "chacun" admire personnellement. C'est se retrouver dans une situation où seul 1000 personnes décident de la rémunération de tous les artistes ! C'est un sondage MTV d'or qui se profile ! 1000 personnes : c'est ridicule.

      D'autre part une taxe, c'est conforter le fait que la musique est un bien matériel. Qu'elle est soumise à des frais d'accès (quelle soit libre ou non). Donc ca tue le libre !

      J'ai un exemple terrible:
      C'est comme si on mettait une taxe sur les ordinateurs pour utiliser librement un logiciel d'exploitation. On ne paierais donc plus Windows ou MacOS directement. Résultat: sondage sur 1000 personnes: 92% de revenu à Microsoft, 6% à Apple et 2% au reste des OS non libres. Donc si tu utilises un OS libre quel qu'il soit tu paierais quand même un taxe dont 92% de son montant irait à Microsoft !!!!

      La philosophie du libre en serait tuée. Et une rente à vie pour les éditeurs propriétaire indexée sur le nombre de machines même si leur logiciel est pourri ou si plus personne ne l'utilise (genre 50% linux, 50% win ca fait 100% de taxe pour win)
      • [^] # Re: Taxe ?

        Posté par . Évalué à 1.

        genre 50% linux, 50% win ca fait 100% de taxe pour win

        C'est justement ce qui se profile pour le monde de la musique : Une fois que les majors auront perdu leur combat contre le p2p, la taxe paraîtra légitime à tous, mais ne rémunerera que les sociétés d'auteurs en fonction des ventes en magasin, et oubliera tout les autres.

        On peut et on doit inventer un moyen de faire que si 50% des logiciels utilisés sont libres, 50% de la taxe revienne aux projets libres cités dans les enquêtes. Si on ne fais rien, tout reviendra aux logiciels propriétaires. Je propose une solution, que propose tu d'autre ?

        Si vraiment 10 000 questionnaires * 20 réponses (+ 10 000 de l'année-1 coef 1/2 et 10 000 de l'annee-2 coef 1/4 etc) c'est trop peu représentatif, on peut faire des élections, histoire de mettre un peu d'ambiance :-)
        • [^] # Re: Taxe ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Les logiciels libres ne demandent pas forcément rémunération. Or dans le cas de la taxe il y a rémunération "égale et obligatoire" pour tous. Donc le libre perd sa gratuité et l'esprit de libre échange du savoir est abolie.
          • [^] # Re: Taxe ?

            Posté par . Évalué à 1.

            C'est un moindre mal provisoire.

            Et de toute façon, l'esprit du libre ce n'est pas la gratuité. Plein de gens sont payés pour produire du logiciel libre, et ils en sont très content. Beaucoup de projet libre ont une page de don, c'est presque systématique, on pourrait presque par ce biais automatiser tous le circuit. Pourquoi une telle page si ce n'est qu'un peu d'argent peut aider au projet, même si ce n'est pas suffisant.

            Pourquoi l'argent que je vais payer en taxe sur les supports et les débits pour télécharger et graver des logiciels libres et de la musiques libres (ou semi-libre) n'irait qu'au logiciel propriétaire et qu'à la musique propriétaire ?
    • [^] # Re: Richard Stallman a parfois raison :-)

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      > De temps en temps, le personnel de surveillance demanderait à des
      > membres du public choisis au hasard, de montrer les copies qu'ils
      > ont faites de morceaux copyrightés.

      - pour le coup c'est *la* méthode qui ferait partir en lambeaux les petits artistes. Parce que sur un panel statistique, tous les petits risquent de ne pas apparaitre ou de jouer à la lotterie (j'y suis ça fait plus gros que mon chiffre réel / j'y suis pas ça fait plus petit).

      - et tu crois que les gens vont être honnêtes ? regardes autour de toi, 90% des gens critiquent la star academy, les chanteurs connus et bien vendus ... pourtant ils représentent bien la majorité des ventes. Si on s'arrêtait à la bonne foi des gens et pas aux ventes on finirait par croire que la starac se vend à peine. C'est clairement pas valable.


      > le bénéfices de la taxe ne pouvant être utilisés que pour rémunérer
      > les auteurs, tous les auteurs, et rien que les auteurs.

      Damned, et les autres intervenants dans la création de l'oeuvre on s'en tape ? je ne suis pas sûr que ton système soit meilleur ... ça m'a plutot l'air du contraire.
      Faites descendre les "artistes" de leur piedestal monsieur, pour moi ils ne sont pas plus importants que les autres.
      • [^] # Re: Richard Stallman a parfois raison :-)

        Posté par . Évalué à 1.

        Sur 10 000 enquête avec la prise en compte d'une liste pouvant aller jusqu'à plusieurs centaine d'auteur individus, groupes, associations, etc... et surtout la prise en compte des années précédentes pour pondérer, ça me parait pas mal.

        On peut pondérer un peu également avec les ventes de CDs et fichiers sur internet, et la prises en compte des téléchargements et des échanges p2p...

        Mais pas trop, ça enleverait l'avantage du questionnaire, à savoir que même quelqu'un qui utilise Windows et écoute la Star Académie peut avoir conscience qu'il a intérêt à encourager autres choses, et faire sa liste en conséquence. Tant mieux si les gens ne sont pas honnêtes.

        Enfin, de toute façon, je ne vois que 3 solutions :

        1 - répression : DRM, interdiction de publier des informations permettant de contourner les protections, poursuite systématique de tous les utilisateurs de p2p, perquisitions à domicile. C'est peut-être la meilleure solution dans le sens où le libre (et le semi-libre) se développerait fortement dans tous les domaines... mais à quel prix et à quel risque ?

        2 - Taxe opaque au profit de la SACEM, d'universale et des autres... ce qui serait nuisible au libre dans tout ses domaines, redevable de la taxe sans en être bénéficiaire d'une façon ou d'une autre.

        3 - Taxe au profit des auteurs, tous les auteurs, rien que les auteurs. Elle serait autant bénéfique au libre (et semi-libre) qu'au propriétaire. Les auteurs et utlisateurs seraient "libres" ;-) d'adopter un modèle ou bien l'autre.

        Je ne souhaite pas la solution 1 et elle sera refusé par le public. La preuve ? Même le nouvelle obs refuse cette évolution, et c'est pourtant loin d'être des révolutionnaires.

        Si vous ne soutenez pas la solution 3, où ne proposez pas une solution alternative qui ait une chance de passer (il y en a surement, je vous écoute), vous soutenez de fait la solution 2. Je dis ça comme ça... En fait peu importe finalement les stratégies politiques, ce qui comptera au final c'est les usages. Mais j'aime bien m'appuyer sur utopies réalistes, histoire de ne pas toujours perdre mes combats d'avance ;-)
        • [^] # T'as oublié...

          Posté par . Évalué à 2.

          4 - Pas de taxes, et des artistes qui se bougent le cul sur scène dans la vraie vie pour se faire connaître et vendre leur musique.

          Ras le bol des rentiers, d'où qu'ils soient, de la bourse ou de la musique. Aujourd'hui, la seule raison d'être de l'art, c'est parce que c'est le meilleur moyen de défiscaliser une fortune ou un héritage !

          La musique que l'on nous sert en permanence, ce n'est pas de l'art, c'est du son en conserve, c'est de la grande consommation, et le principe de la grande consommation, c'est de ne payer que ce que l'on consomme.

          Pas de taxe, pas de restrictions, et enfin des artistes rémunérés à la hauteur de leur travail et de leur succès ! Tout le monde n'est pas né artiste, et tout le monde ne peut pas le devenir, c'est un don, on l'a ou on ne l'a pas, et en l'occurence, il n'y en a pas des masses qui ont ce don à l'heure actuelle, chez les majors.
          • [^] # Re: T'as oublié...

            Posté par . Évalué à 1.

            je crois que la taxe sur les cd etc.. peux etre rembourse normalement si on va a la sacem avec les cd en questions et qu'on montre qu'il n'y a rien (oui c'est du presume coupable).(ps a verifier)
            Donc avec la ligne adsl je fais quoi ; je leurs amene les cables de cuivre pour montrer comment ils sont propres mes fils de cuivre?
            • [^] # Re: T'as oublié...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Si je me rappelle bien il y a une procédure : pour les entreprises, pour des volumes conséquents.
            • [^] # Re: T'as oublié...

              Posté par . Évalué à 2.

              Non, cela ne concerne que les «entreprises de communication», donc quasiment rien sauf les majors en somme...

              Ce qui est vraiment gerbant c'est de savoir qu'une cartouche DAT, qui ne sert principalement qu'à l'archivage de sauvegarde en entreprise, est énormément taxé (en raison de son gros volume de stockage)
  • # Cher certes mais...

    Posté par . Évalué à 2.

    Ce peut paraître HS, mais je pense pas.
    Quand Nike exploite des pays en voie de développement jusqu'à la moelle et vend ses pompes à 200 euros personne ne dit qu'elles sont trop chères.

    Quand une major vend un disque 15-20 euros sans avoir exploité quiconque tout le monde trouve ça scandaleux.

    Je pense qu'il y'a un juste milieu. C'est pas parce que je trouve qu'une voiture est trop cher que ça m'excuse si je la vole.

    En l'occurence je trouve d'autres solutions je m'achète un vélo ou bien j'écoute une webradio.
    • [^] # Re: Cher certes mais...

      Posté par . Évalué à 5.

      /!\ Tuuuûûût erreur !!

      tu confonds vol et manque à gagner ...

      Dam
      • [^] # Re: Cher certes mais...

        Posté par . Évalué à 1.

        de plus, il n'est à mon avis pas systématique que personne ne soit exploité. Le consommateur l'est pas mal, l'artiste émergeant l'est souvent (et la musique n'est pas le seul « produit culturel » dans ce cas, la BD est un autre bon exemple).

        Bon cela dit, nous autres consommateurs on a l'habiture d'être exploités, il parait que c'est comme ça que ça marche ;)
    • [^] # Re: Cher certes mais...

      Posté par . Évalué à 6.

      Je pense qu'il y'a un juste milieu. C'est pas parce que je trouve qu'une voiture est trop cher que ça m'excuse si je la vole.


      Il est là le lavage de cerveau que sont en train de faire les propriétaires de "propriétés intellectuelles" : si je vole une voiture, je dépossède quelqu'un. Si je copie une oeuvre je ne dépossède personne. (pour faire simple)

      Le gros danger est dans la confusion de ces deux "propriétés" qui ont fondamentalement peu de choses en commun.
    • [^] # Re: Cher certes mais...

      Posté par . Évalué à -3.

      Quand Nike exploite des pays en voie de développement jusqu'à la moelle et vend ses pompes à 200 euros personne ne dit qu'elles sont trop chères.

      T'es quoi pour parler au nom de tout le monde ? c'est pas parce que t'as pas vu de débat à ce sujet que personne ne le pense. Il m'est souvent arrivé d'en débattre avec des amis de la valeur matérielle de certaines choses, Nike inclus, et je trouve ça effectivement bien trop cher par rapport à ce que ça représente. Par contre ça ne m'empeche pas d'acheter des santiags à 3500fr made in US ou un peu moins pour une paire de Magnums. Mais c'est d'un bien autre niveau..

      Je pense qu'il y'a un juste milieu. C'est pas parce que je trouve qu'une voiture est trop cher que ça m'excuse si je la vole.

      Ceci dit, je suis d'accord avec toi sur ce point ( mais pas sur les mots employés ). Non ce n'est pas du vol à proprement parler mais il est véritablement préféréable d'aller voir les alternatives plutôt que de contribuer à la popularité de la musique aseptisée que nous propose les majors. J'écoute, et connais dans la vie pas mal d'artistes indépendants et je préfère ça aux phénomènes Super-Stars.
  • # Paroles de chanson

    Posté par . Évalué à 2.

    Je cherchais des paroles de chanson sur un site spécialisé lorsque je suis tombé, à la place des paroles recherchées, sur une information me disant que le site ne diffusait plus les parôles de chanson car ils avaient reçu une lettre de la CSDEM leur demandant de cesser de les diffuser.
    Je me suis donc rendu compte qu'en voulant effectuer une action qui au départ me semblée banale j'était en train de faire quelque chose qui pourrait etre illégal (si le site n'avait pas payé les droit d'auteur). Je reste surpris.
    Voici différents liens :
    Communiqué de presse de la CSDEM :http://www.csdem.org/FAQProtectiondes%20parolessurinternet.pdf(...)

    FAQ par la CSDEM sur la protection des parôles : http://www.csdem.org/FAQProtectiondes%20parolessurinternet.pdf(...)
    • [^] # Re: Paroles de chanson

      Posté par . Évalué à 1.

      attendez :
      d'apres la faq il s'agit de l'editeur qui est titulaires des droits d'exploitations.
      Je croyais que les droits d'auteurs n'etais pas transmissibles en france.
      J'ai loupe quelquechose?
      Parceque juste apres il y a marque que si elle n'est pas edites ce sont les auteurs/compositeurs qui ont les droits sur la creation.

      Parce que d'apres ce qu'ils disent : meme si j'ai l'autorisation de l'auteur ; je n'ai pas le droit de diffuser les paroles.

      Et j'ai une question idiote (qui a dit encore?) si les paroles repennent des phrases que j'ai dite (du style "il fait beau") j'ai le droit de les attaquer en justice?
      parce que autant sur des textes comme des bouqins je peux comprendre le droit d'auteur et la remuneration afferente ; autant sur des paroles d'une dizaine de lignes ayant 3 couplets de refrain j'ai plus de mal (un peu comme du code trivial)
      Et si j'ecoute la chanson et que je l'ecris moi meme; comme c'est une citation ; c'est autorise ou pas?

      NB je suis tout a fait d'accord de mettre un copyright par contre :)
      mais avoir besoin d'une autorisation explicite pour ecrire quelquechose qu'on a ecoute; je trouve ca un peu gros.
      • [^] # Re: Paroles de chanson

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > Je croyais que les droits d'auteurs n'etais pas transmissibles en france.

        Il y a plusieurs droits. Ce qui n'est pas niable c'est le droit moral (l'attribution de l'oeuvre et quelques droits associés).
        Par contre le droit patrimonial (c'est à dire la rétribution pour vendre des consessions à son droit d'auteur) est tout à fait déléguable (la SACEM ne détient pas les droits, elle est simplement responsable de leur gestion) ou cessible : ce n'est que de l'argent, il peut bien passer de main comme on veut.


        > Et si j'ecoute la chanson et que je l'ecris moi meme; comme c'est
        > une citation ; c'est autorise ou pas?

        Dans la loi on parle de citation "courte". Et je doute qu'une recopie puisse passer pour une citation.
        On y parle aussi du but de la citation (informative, critique, etc.). J'ai entendu parler de précisions faites par la justice qui disent que la citation ne doit pas remplacer l'oeuvre originale (ce qui me parait logique).

        > autant sur des paroles d'une dizaine de lignes ayant 3 couplets
        > de refrain j'ai plus de mal (un peu comme du code trivial)

        Ce n'est pas tant la quantité mais l'originalité et la créativité qui est importante. Tu peux faire même une seule ligne, si elle est bien notable comme une création originale de ta part, elle tombe bien sous les droits d'auteurs.
        Je doute que les paroles d'une chanson puissent être données comme "triviales". En général il s'agit bel et bien d'une création, sans aucun doute de ce coté là.

        > je suis tout a fait d'accord de mettre un copyright par contre :)

        Marrant parce que ça par contre ça n'a aucune valeur en France ;)
        • [^] # Re: Paroles de chanson

          Posté par . Évalué à 1.

          merci pour toutes ces precisions.

          Enfin je vois toujours pas la gene que procure la diffusion des paroles; mais si c'est ce que veux vraiment l'auteur (et pas le cdetrucmachin qui a vu qu'avec les majors ca marchait bien, alors on va essayer de faire son beurre de la meme maniere)

          Tiens ca me rappelle les boites qui depose un ou deux brevets basique (dans le sens : presque incoutournable dans un domaine donne) et ensuite vivent en menacant les autres d'utiliser leur brevets contres elles si elles ne leurs paient pas de royalities.
  • # Pire to pire : les « Inrocks » et la censure

    Posté par . Évalué à 1.

    Je ne lis plus la presse radicale, certains articles m'agacent trop. Dommage parcequ'on y trouve des informations croustillantes.

    http://infos.samizdat.net/article312.html(...)

    Rien à voir, mais cet article sur Framasoft peut peut-être enrichir le débat. Dommage que le titre soit si raccoleur.

    http://framasoft.net/article3590.html(...)
  • # Salut les gauchistes !

    Posté par . Évalué à -9.

    Alors, on veut toujours faire travailler les autres gratuitement pour soi ?

    Pour les autres :
    Certainement consommer un bien en refusant de le payer, c'est un enrichissement sans cause, et c'est donc parfaitement condamnable moralement et légalement. Vous pouvez certes avoir la distribution, la licence que vous le voulez pour VOS ½uvres, mais vous ne pouvez imposer celle-ci à d'autres. Ce serai comme de pirater Windows en expliquant que vous, vous êtes pour le libre : Le rapport ??? De fait la société irait à sa perte si chacun pouvez décider pour les autres. D'ailleurs dans ce cas la Linux serait mal parti face à Microsoft.
    C'est que vous demandez en fait à violer le Droit de Propriété "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression."
    La société est donc fondé pour conserver la propriété. Et ceux qui parlent de sacrifier les intérêts de certains aux plus grands nombres se trompe de régime (Nazi ? Communiste ? Bref un régime qui va ou l'on sait). La propriété n'est pas un intérêt, mais le Droit fondant la société. D'ou d'ailleurs la résistance à l'oppression si le Droit de propriété était violé.

    Par ailleurs j'ai du mal à comprendre la haine que vous inspire les studios (le conte de fée du Gros riche Pourri contre l'Artiste maudit et exploité ? Et au Pére Noël, vous y croyez encore ?). Au dernières nouvelles ce sont eux qui on joué de l'argent sur tel ou tel chanteurs, pas vous. Vous leurs donnez pleins de conseils, c'est trés bien, car rien ne s'oppose à ce que vous les mettiez en pratique en devenant à votre tour producteur. Alors allez-y, risquez de de l'argent sur quelqu'un, payez les salaires des techniciens, et prouvez-nous que vos belles théories sont viables !

    Ah, il y aussi cette histoire d'artiste qui serai mal payé, ce qui justifierait le piratage. Déja si c'était vrai, je ne vois pas en quoi le fait de voler son éditeur augmenterait son salaire. C'est un raisonnement idiot : Je trouve que tu n'es pas assez payé alors je vole ton travail ? Il est bien certain que cela ne risque pas d'améliorer les choses !
    Mais de toute façon, vous n'avez aucune légitimité à juger si un artiste est ou non assez payé. Sur quel critères objectif se baser ? Aucun. Il n'y a que la Loi de l'offre et de la demande qui détermine le salaire qu'un artiste touche. Et c'est un rapport entre lui et son studio qui ne vous concerne en rien : On n'a pas à se méler des affaire des autres. Certainement cela doit être dur à comprendre pour des esprits totalitaires.

    Maintenant certains sont pour une taxe qui financerait ces conneries de chansons. C'est à dire une redevance type télévision, ou une taxe sur l'Upload. La taxe sur l'upload est de toute façon déjà prévu, mais pour l'Etat. Après tout, il faut faire payer les riches. Solidarité, partage, etc.., ca ne doit pas vous poser de problème ("Vous" êtes les Riches, vous ne saviez pas ? Si si, et vous allez payer de plus en plus). Par contre je ne vois pas du tout pourquoi ceux qui ne télécharge pas ces virus sonores devraient payer pour les plaisirs des autres. C'est trés choquant.
    La solution passe donc à terme par des solutions de type DRM et Co, et il faut faire appliquer la Loi. L'enseignant qui a été condamné à 10.000¤ à dû faire réfléchir les têtes brûlées (au passage, sa moralité étant plus que douteuse on se demande pourquoi on lui confit encore des enfants : il aurait du être renvoyé).

    C'est que la Loi, contrairement à ce que j'ai lu, est la Loi même pour tous. Il est interdit d'assassiner, mais on n'attrape pas tous les assassins. Il est interdit de pirater, mais on n'attrape pas tous les pirates. Quant au droit à la culture, au logement, à je ne sais trop quoi, effectivement, il n'est pas interdit d'acheter de la culture ou du logement. etc.. Mais franchement, la Culture (la vrai Culture, la Culture Classique), c'est pour une élite. Regardez, dans les banlieue ils vivent très bien sans. D'ailleur il n'y a qu'à voir les sacrifices (ou plutôt leurs absences) financiers que les gens sont prés à faire pour !

    Cela dit, c'est bien de vous battre pour la culture : on se bat toujours pour ce que l'on à pas. Mais laissez moi vous dire que vos chansonnettes n'ont pas de rapport avec la culture, ce sont des amusement tout au plus. Leur valeur esthétique est nul, leur forme d'une simplicité élémentaire, et les paroles sont généralement d'une bétise à faire rire. Ce n'est pas avec "ca" que vous allez pouvoir penser correctement. (Si vous voulez des conseils, une liste des livres indispensables à lire, n'hésitez pas à me demander).

    Quand au coté "subversif" de l'art, c'est une conception particulière. Ou est le coté subversif de Purcel, de Charpentier, de Bach ???? Ou est le coté subversif des écrivains romantiques français, tous contre révolutionnaire (le romantisme étant une créaction contre-révolutionnaire) ? Ou est la subversion dans la Recherche du temps perdue, le (LE) chef d'oeuvre du XXeme siecle ? Bref, voir en l'Art de la subversion, c'est particulier. (A moins d'envisager la subvertion esthétique, et encore). Certes comme il est dit les pays socialistes tentaient de contrôler leurs artistes. Mais il ne les contrôlaient pas plus que les autres gens. Toujours est-il qu'on voit mal pourquoi un Etat, la France, qui enseigne Marx et keynes à ses enfants (!) aurai quoique ce soit à craindre de chansons "subversives". C'est dommage que certains en soi resté à Keynes. Quant à Marx, 70 ans aprés, la, ca devient un problème d'intelligence. Pourtant l'expérience économique de l'URSS, Anti-libérale, aurai dû ouvrire les yeux. A votre décharge, c'est sur que vous risqueriez d'être détruit si vous reconnaissiez la vérité des choses. Vous saviez, mais vous vous êtes tue; Vous êtes donc complice. Et c'est certain que personne n'a envie d'apprendre qu'il à les mains pleines de sang.

    Enfin, désolé d'avoir été si long.
    Comme vous n'avez aucun argument sérieux, je ne doute pas que vous allez moinser comme des cons ce postes : vous adorez la censure et avez horreur de la contradiction. C'est votre coté démocrates qui ressort. Oui, oui, je sais , PasbillPasgate; Mais lui vous honore quand il vous parle, car enfin, cela veut dire que Microsoft à entendu parler de vous : quelle réussite !

    Pour les non-cons, désolé de ne pouvoir vous répondre !
    (Mais vous pouvez toujours m écrire dubrunren@yahoo.com..)
    • [^] # Re: Salut les gauchistes !

      Posté par . Évalué à 4.

      C'est HS ton troll.
    • [^] # Re: Salut les gauchistes !

      Posté par . Évalué à 2.

      Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu une critique aussi pauvre, peu subtile, pleine d'idées reçus et de jugements de valeur, dogmatique, peu pragmatique et à côté de la plaque.

      Quelle misère :-(

      Les réflexions sur les évolutions de la propriété intellectuelle et sur les phénomènes de coopération dans la société de l'information, sur le capitalisme cognitif, traversent tous les courants politiques, et les modifie parfois en profondeur. Et les gauchistes avec leurs certitudes sont souvent, tout comme toi, moi touchés par ces nouveaux questionnements.

      Il y a un moment où il faut arrêter de croire que l'on a les réponses à tout, et accepter de s'interroger, de prendre le temps d'analyser sans à priori la société actuelle. Douter un peu de temps en temps, quoi.
      • [^] # Re: Salut les gauchistes !

        Posté par . Évalué à -4.

        Tout ca ne change pas le fait que l'on a pas le droit de voler.
        Effectivement, il est bon de rappeler les régles fondamentales d'une démocratie de temps en temps.
        Maintenant qu'il existe des "courrant politique" entr aind de refaire le monde, (les même qui ont soutenue Mao et Pol-Pot ?) ca n'a rien de nouveau; avec l'age tu n''y accordera pas plus d'attention que moi. Surtout que tout ca n'est que du populisme et de la démagogie à fond la caisse. Vote pour moi et je t'autoriserais à voler la propriété d'autrui légalement !
        Ah, la belle mentalité !

        Et bien moi, j'en reste aux Droits de l'Homme.
        • [^] # Re: Salut les gauchistes !

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          J'ai encore rien compris, mais l'idee c'est pas de revoir la notion de propriete ?
        • [^] # Re: Salut les gauchistes !

          Posté par . Évalué à 3.

          (Je répond à ce troll, j'ai pas pu m'en empêcher)

          "Et les gauchistes avec leurs certitudes sont souvent, tout comme toi, moins touchés par ces nouveaux questionnements."

          Une coquille dans la phrase t'as surement empeché de comprendre mon point de vue : je suis pour les droits de l'homme, et même pour l'économie de marché, mais aussi pour une économie de coopération quand cela genère plus d'externalités positives que négatives, mais encore pour que la démocratie s'améliore et s'étende, et je tiens à rappeler que les relations entre être humain ne se résume pas à l'économie. Je considère le système de création de loi comme légitime, et je suis donc légaliste. Si je suis prêt à pratiquer la désobéissance civique c'est uniquement si les enjeux sont très important, les risques mesuré, et qu'une majorité de la population est à même de suivre. Bref, je suis un réformiste sur le court terme. Et sur le long terme, l'histoire nous apprends à être modeste, ce qui me permet de lacher un peu la bride à mon imagination, je ne vois pas où est le mal.

          Je considère que ton point de vue ressemble à celui de la plupart des gauchistes : des jugements de valeur qui n'évoluent jamais en guise d'explication du monde, jamais de remise en cause. La plupart des intervenants de Linuxfr ne sont pas, comme tu le pense, démagos, ils cherchent juste des réponses, parfois maladroitement, à des questions que tu ne perçois même pas, parceque tu t'imagine qu'il est possible d'empêcher la copie par la repression, ce qui est une absurdité digne de l'union soviétique.

          Voilà où je voulais en venir, le polpotien antique, dangeureusement utopiste, dans cette histoire, c'est ceux qui pensent comme toi que l'on peut tout contrôler.
    • [^] # Re: Salut les gauchistes !

      Posté par . Évalué à 1.

      deux choses:
      la premiere et la deuxieme :-D
      la premiere :
      Un point godwin et un !(sur un article pour/contre le p2p reussir a coller le nazisme c'etait fort sisi)
      la seconde :
      evite de coller un mail (le tiens ou celui de quelqu'un que tu n'aime pas qui sait?) sur une page publique; parce que les robots ils aiments bien ca.
      ps si tu ne veux pas te faire moinsser soit moins peremptoire; ca passera peut etre mieux , tu ne pense pas?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.