Journal Fin de Mandriva ...

Posté par .
38
27
déc.
2011

Tous les actionnaires ont reçu une lettre signée par Dominique Loucougain, président du directoire de Mandriva SA, leur annonçant la nouvelle : tous les schémas de recapitalisation ont été rejetés par Linlux, l'un des deux actionnaires principaux.
M. Loucougain annonce qu'il déclarera la cessation des paiements le 16 janvier 2012 si aucune solution pérenne de financement n'est trouvé d'ici là ...
Il n'y a pour le moment aucune trace de l'information sur le site officiel de Mandriva, mais des discussions sur les forum des sites comme Boursorama : Forum Mandriva sur Boursorama

  • # Précision

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne sais pas comment éditer ... Donc je poste un commentaire.
    J'ai moi même reçu ce courrier en tant qu'actionnaire.

  • # Tiens, encore ?

    Posté par . Évalué à 10.

    C'est un peu un running-gag cette histoire de disparition de Mandriva, j'ai l'impression de lire ça tous les ans depuis que je sais que cette distribution existe (et Mandrake avant elle).

    Je n'avais pas spécialement regardé de près les annonces précédentes mais si par hasard quelqu'un de plus au fait que moi passe ici, est-ce qu'il y a quelque chose qui fait que cette fois c'est pour de bon ? Mandriva va vraiment disparaitre ? A cause de la Crise, à cause de Mageia, à cause de la fin du monde en 2012 ?

    • [^] # Re: Tiens, encore ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je ne suis pas spécialiste de l'histoire de Mandriva/Mandrake mais il me semble que la cessation n'a jamais été planifiée officiellement à une date précise. Il y a déjà eu des annonces comme quoi ce serait foutu à telle date si rien n'est trouvé. Là, c'est plutôt, on a tout essayé, on a rien trouvé et on ne vois pas ce qui pourrait changer.

      Le but est sans doute de mettre la pression sur Linlux pour le faire changer d'avis, ce qui est probablement le seul plan qu'ils aient d'ici au 16 janvier.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Tiens, encore ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Sauf que les gens de Linlux, anciennement Occam, aka les anciens investisseurs ( Marc Goldberg, en 2007 ), n'ont plus rien à perdre. Soit quelqu'un paye pour Mandriva ( ie, les russes , Leonid Reiman et ses potes de Rosa ), soit ils perdent de l'argent.

        Linlux ne va plus mettre d'argent. Donc soit Mandriva est financé suffisament pour qu'un jour, Linlux perde moins, soit Linlux oublie et lache tout. Les russes ne veulent pas donner assez d'argent, donc linlux ne va pas réussir à s'y retrouver, donc il faut arreter les frais tout de suite. linlux n'a rien à gagner d'un accord insuffisant, et leonid Reiman a tout à gagner d'une fermeture :
        - plus de souci avec la douma ( http://www.lenta.ru/news/2011/10/10/penguin/ )
        - plus besoin de payer pour des codeurs plus cher ( ie, francais ) que les russes
        - plus de souci de gestion de taxes, etc

        À coté de ça, le sort de Mandriva Brésil n'est pas forcément lié ( vu qu'il y a montage avec 2 sociétés, une dans une zone moins fiscalisé e l'autre au brésil ), et Rosalab a embauché du monde ( des russes certes, mais du monde quand même ).

        Et aucune info ne filtre sur la nouvelle infra que les russes doivent mettre en place, et la liste cooker est un chouia moins convivial qu'avant ( entre l'usage du mot "anal" dans les sujets et les batailles de reverts à la wikipedia, mais sans la modération et sans personne pour faire l'arbitre ), la communauté est un chouia oublié.

        • [^] # Re: Tiens, encore ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Le résumé c'est qu'à part les 2-3 qui ont le nez dans le guidon (le dernier contributeur, et les deux investisseurs en capital-risque qui se sont fait couiller) et qui n'ont donc rien vu venir, la distrib' est un chouilla morte et oublié depuis quoi, deux ans ?

        • [^] # Re: Tiens, encore ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Linlux ne va plus mettre d'argent. Donc soit Mandriva est financé suffisamment pour qu'un jour, Linlux perde moins, soit Linlux oublie et lache tout.

          C'est un peu plus compliqué. Linlux a également refusé la résolution qui faisait supporter aux russes l'intégralité du refinancement. Une fois l'assemblée terminée, Leonid Reiman a dit lors d'une discussion informelle que le but de Linlux était de se faire racheter leurs parts, mais à un tarif que lui (Reiman) juge trop cher. Peut être qu'une négociation à ce sujet est en cours, car il me semble que Linlux préférerait quand même récupérer quelque chose, plutôt que rien.

          • [^] # Re: Tiens, encore ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Mais reiman a quoi à gagner ? Si mdv coule, il contrôle encore rosa, et tout est libre, ils peuvent toujours choper les rpms depuis les miroirs. Ils ont commencés à débaucher des gens ( au hasard, peroyvind, oden ), et les autres se barrent peu à peu.

            Donc je vois pas trop ce qu'il y a à garder. La marque, des contrats ?

            • [^] # Re: Tiens, encore ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Mais reiman a quoi à gagner ?

              Je crois qu'il s'est payé quelque chose pour faire du business chez lui, ou dans d'autres pays du genre. Ont-ils maintenant atteint le stade où ils peuvent laisser tomber une carcasse vide ?

              À l'AG, un ancien dirigeant me disait qu'ils n'étaient pas encore autonomes et qu'ils se retrouveraient sans rien de réellement utilisable si la boite disparaissait. Vu qu'on parle de "libre", j'ai effectivement trouvé ça étrange comme raisonnement. J'ai eu l'impression d'une certaine naïveté des français.

              Mais le fait est que si Linlux avait voté la résolution, les russes étaient bel et bien sensés allonger encore plusieurs millions d'euros... J'imagine qu'ils savent pourquoi.

              • [^] # Re: Tiens, encore ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Je pense que l'ancien dirigeant se fait des idées. La seule chose sous le controle de mdv, c'est le systéme de build, et les salariés. Il y a presque personne de mdv qui commite sur les paquets, sauf oden eriksson pour la sécurité, nicolas lecureil pour kde ( et encore, son travail est régulierement pourri par un contrib que mdv bresil refuse de virer ), frank bui pour le kernel, et 1 ou 2 personnes du bresil, sur latex et chromium. Le gros du boulot est plus fait par mdv mais par rosalab et les contributeurs qui restent.

                Mdv n'a tellement plus la maitrise du projet qu'aucun planning pour la 2012 a été décidé.

                Donc je vois pas vraiment ce qui reste à mdv. Le BS, il a été refait par Mageia en quelques semaines par des volontaires, donc ça doit pas non plus être si dur à refaire, surtout que le travail est publique.

    • [^] # Re: Tiens, encore ?

      Posté par . Évalué à 9.

      C'est un peu un running-gag cette histoire de disparition de Mandriva, j'ai l'impression de lire ça tous les ans depuis que je sais que cette distribution existe (et Mandrake avant elle).

      Il ne faut pas leur en vouloir, ils n'ont pas assez de ressources pour payer des humoristes professionnels.

      • [^] # Re: Tiens, encore ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Ils ont été mis à l'amende, riva

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Tiens, encore ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          et riva bien qui riva le dernier...

          • [^] # Re: Tiens, encore ?

            Posté par . Évalué à 7.

            qui riva , verra

            • [^] # Re: Tiens, encore ?

              Posté par . Évalué à 10.

              Mandriva la distribution à l'eau, qu'à la fin les utilisateurs se cassent...

              Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Tiens, encore ?

          Posté par . Évalué à 8.

          On a même pu dire par le passé qui est mis à l'amende, raque.

          Il se prend pour Napoléon, son état empire.

          • [^] # Re: Tiens, encore ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Gael Duval revient !

            • [^] # Re: Tiens, encore ?

              Posté par . Évalué à 9.

              Aucun risque, lui il exulte, hé oh !

              • [^] # Re: Tiens, encore ?

                Posté par . Évalué à 1.

                Quant on voit ce qu'il s'est pris dans les dents en terme de réputation par quelques personnes bien intentionnées qui distillaient de vraies saloperies à des gens ayant confiance en eux (et relayant ces vraies saloperies) ça se comprends qu'il exulte. J'espère qu'il a sabré le champagne, pendant ces fêtes, avec une coupette pour cette marque.

                • [^] # Re: Tiens, encore ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                  Tu veux dire des gens qui ont dit "en 6 mois de stage, j'ai pas réussi à le croiser 1 fois dans les locaux et jamais alors que je suis dans la communauté depuis des années", ou des saloperies du genre "il est parti fonder une boite, voici les liens sur societé.com qui montre bien qu'il a fondé une boite et qu'elle a coulé" ?

                  • [^] # Re: Tiens, encore ?

                    Posté par . Évalué à 0.

                    Tu veux dire des gens qui ont dit "en 6 mois de stage, j'ai pas réussi à le croiser 1 fois dans les locaux et jamais alors que je suis dans la communauté depuis des années" .

                    Oui.Tourné autrement, avec d'autres adjectifs, mais oui c'est bien ça...
                    Pour remettre en perspective, je n'ai jamais entendu dire du mal de x qui est parti avec la copine de y. Pourtant ça cela aurait pu amener du "grabuge" en public (ie : tout le monde pouvant lire des histoires personnelles, des jugements de valeurs sur des gens par d'autres, se connaissant). Mais non. Idem lorsque z est parti. Ou même lorsque la hierarchie a changée. L'ambiance c'était "respect", et "ce sont des histoires personnelles sans intérêts publics". Mais certains s'amusaient (?) ou étaient bien maladroits (?) à pourrir des réputations, oui.

                    • [^] # Re: Tiens, encore ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                      Donc en gros, tu m'accuses ( car c'est bien moi qui dit que j'ai jamais vu Gael Duval alors que j'ai fait 6 mois de stage et que je pense avoir contribuer plus que de raison ) de mentir ?

                      Que je sache, j'ai jamais sorti ça "out of the blue", mais j'ai toujours retorqué ça aux fanboys de gael toujours en trance en disant "il a tout inventé". Et visiblement, la plupart ne supporte pas que je rappelle la vérité, à savoir qu'il est parti la premiére fois de son plein gré. La preuve, tu as même pas pris la peine de me contredire, tu fout ça sous le tapis. Pourtant, c'est marqué :
                      http://www.societe.com/societe/cosmosonic-com-sa-434517157.html

                      Ensuite, est ce que c'est vrai que que Gael n'a jamais posté sur cooker pendant que je lisait la ml ? Moi, je sais que oui, et pourtant, tu va considérer ça comme des ragots, sans prendre la peine de me contredire. J'ai jamais croisé Gael, et le seul contact que j'ai eu, c'était quand il a proposé qu'on reprenne les news hebdomadaires de cooker.

                      Donc je continue à l'affirmer, Gael était absent de tout la partie "contributeur". À partir de là, je pense que c'est mensonger de l'encenser comme si c'était un prophéte sacré. C'est insultant pour tout les autres qui ont bossés dur.

                      • [^] # Re: Tiens, encore ?

                        Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 29/12/11 à 10:58.

                        tu m'accuses

                        Je n'accuse pas, ce sont des rappels de faits.

                        de mentir ?

                        Certainement pas.
                        D'avoir participer à pourrir la réputation de certaines personnes en rendant publics des éléments de vies privées, oui. Qu'est ce qu'on en a foutre que zezette épouse x ? Ou que tu trouves anormal que le fondateur ne bosse pas assez ? (comme toute personne à tes yeux, d'ailleurs)

                        des ragots

                        Encore une fois tu places les noms et adjectifs qui t'arranges, avec l'interprétation qui t'arranges. Je m'en fous, tu fais ce que tu veux, quitte à toujours critiquer les autres, je n'ai pas de leçon à te donner. Et vraiment je m'en fiche.

                        c'est mensonger de l'encenser comme si c'était un prophéte sacré

                        Encore une fois tu me fais dire ce que je n'ai pas dis. Grosse ficelle, comme toujours : "si t'es pas pour, t'es contre", j'ai passé l'âge de ces enfantillages. (n'ayant jamais encenser Duval pour quoi que se soit).

                        Stop la discussion avec toi, ça va tourner en rond, je connais tes méthodes.

                        • [^] # Re: Tiens, encore ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                          Ok, j'ai mal compris tes propos.

                          Néanmoins, tu te méprends. J'ai dit que le fondateur est parti de son plein gré, et ç'est pas privé, cf le lien que j'ai donné sur la boite de musique sur societe.com. J'ai dit que j'ai jamais croisé le dit fondateur sur des listes publiques, et c'est publique. J'ai jamais dit qu'il bossait pas assez, j'ai juste dit que pour un mec que tout le monde a dit comme étant proche de la communauté, il était vachement pas proche de la ou j'ai regardé. Encore une fois, rien de privé. Le seul truc privé, c'est qui j'ai croisé pendant mon stage, et ç'est ma vie privé que je sache, donc je peux quand même décidé d'en parler.

                          Ensuite, si tu es d'accord avec ce que je dit, tu dit quand même que je raconte des saloperies, ce qui est quand même assez fort comme terme.
                          Que tu ne soit pas pro duval est une chose, mais ton commentaire laisse quand même croire que tu n'approuves pas ce que j'ai dit à son propos. Vu que tu changes d'avis plus souvent que de pseudo, ( et je pense qu'il sufit que je cherche une paire de commentaires ici pour le rappeler ) et que tu es assez souvent enthousiaste ( voir excessif ) dans tes positions, il est difficile de seulement savoir si tu n'as pas changer d'avis entre temps, surtout le soir.

  • # Modèle économique et technique

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Dans ses début, Mandrake était plus ou moins basé sur RedHat, puis a commencé à voler de ses propres ailes.
    Je dis peut être une bêtise, mais je pense qu'un modèle plus viable, est peut être de baser sur une distrib mainstream (Debian, Gentoo, CentOS, ...) et de l'améliorer à sa sauce.

    Parce je dis la même chose depuis 10 ans (mais c'est moins vrai avec les google apps maintenant), il y a des centaines de PME qui ont besoin d'un petit serveur qui fasse :
    - Mail, avec une interface web pour administrer simplement (création/suppression, quota, accès externe, etc...)
    - Samba pour les données pro/perso des employés qui sont sous windows (faut faire avec)
    - Gestionnaire d'impression avec une matrice pour dire qui à le droit d'imprimer sur quelle imprimante.
    - Gestion de sauvegarde (sur banque, autre chose)
    - Wiki, au besoin ou...
    - Un petit CMS simplement configurable

    Tout cela avec une interface simple à la Ordissimo.

    Bref, je pense que l'énergie dépensé à faire sa propre sauce de noyau Linux, son propre système de paquet, sans compter le reste, est beaucoup trop gros pour une petite boite.
    C'est peut être une des raisons, mais pas la seul de l'insuccès de Mandriva (les spécialistes pourront deviser sur la question).

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

    • [^] # Re: Modèle économique et technique

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      il y a des centaines de PME qui ont besoin d'un petit serveur qui fasse (...)

      ... Et gratuit. Ces PME ne sont d'aucun intérêt pour une entreprise, qui a besoin de rentrée d'argent pour pouvoir faire le produit (en payant les dév').

      C'est donc surtout que ce besoin n'est pas faisable, et que je n'ai pas vraiment compris comment Mandriva comptait faire rentrer l'argent avec sa distro. Ils embauchent encore (pas en France ;-) ), c'est qu'ils doivent bien avoir une vision du marché qu'ils veulent, mais autant je vois la vision pour RedHat ou SuSE (ainsi que Debian qui fait très différemment à coup de bénévoles, affiché), autant j'avoue que pour Mandriva, c'est très opaque pour moi simple curieux.

      • [^] # Re: Modèle économique et technique

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Je suis sûre que pas mal de PME seraient capable de payer pour cela, certes pas trop cher, mais tout de même.
        Il faudrait caler le prix sur le TCO d'un utilisateur pour les fonctions mails et compagnie.

        Mais beaucoup de PME n'ont pas d'informaticien, n'en n'ont pas besoin, mais aimerait avoir un produit simple à administrer... et un téléphone à appeler en cas de problème, avec garantie de moyen sous quelques heures. Et ça, pas mal de boites sont prêtes à payer pour ça...

        Pour le reste, je n'en sais rien, donc je ne commente pas :-)

        « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

        • [^] # Re: Modèle économique et technique

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Je confirme ce que tu dis: j'en vis :)

          Le plus cher est la mise en œuvre, car le mec qui se déplace pendant 2 jours pour que tout soit aux petits oignons (sauvegardes, emails, partages, questions à la con, récupération des anciennes données, faire pointer les fichiers Outlook vers le serveur, etc) coûte plus cher qu'un logiciel libre payé 200 € par principe.
          Et tout ce qu'ils veulent, c'est qu'en cas de pépin ils puissent appeler une personne qui va les sortir de la merde.

          En étant optimiste, ces 200 € multipliés par 100 entreprises par département français... ça fait 2 M€. Autant dire que ça ne va pas loin.

          • [^] # Re: Modèle économique et technique

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je confirme ce que tu dis: j'en vis :)

            Ca confirme qu'il faut un être humain, mais rien ne parle de payer une distro ;-).
            C'est bien l'être humain, sa dispo, qui se monétise, mais dit-moi : est-ce que celui qui vend la package (=toi) va payer pour une distro, ou ne va-t-il pas prendre une Debian ou CentOS (suivant sa couleur politique ;-) ) de base et la cuisiner aux petits oignons? Ou peut se situer une offre Mandriva la distro la dedans?

            • [^] # Re: Modèle économique et technique

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              Dans mon cas, qui n'est probablement pas le cas courant, je prends une Debian, un zest d'apt-get, et des scripts maison. Le tout avec une supervision centralisée et avec configuration automatique pour presque tout.

              La raison est tout simplement que je n'ai jamais (jamais!) trouvé une distribution prête à l'emploi qui tienne la route.
              Les trucs tout cuits ont tellement de limitations, même pour remplacer un bête serveur Windows 2000 qui fait juste serveur de fichiers, que je suis obligé d'y passer plus de temps que si je pars d'une Debian de base (ou une Red Hat, ou etc).

              Dans mon cas, je monétise ma bobine. Et régulièrement je donne à droite et à gauche, généralement pour des outils annexes et rares.
              Mais je n'ai jamais donné pour Debian :-) La dernière fois que j'ai regardé, il n'y avait que des dons en nature. J'ai probablement mal regardé.
              Et puis je donne un peu de code. Je remarque que mes contributions les plus courtes sont celles qui ont le plus d'effet. Des rapports de bug qui ne donnent jamais rien (j'ai abandonné pour Debian par exemple, car non corrigés après des années). J'ai donné à GNU, j'ai donné à des choses annexes comme un service de dns que je n'ai jamais utilisé, des choses comme ça. Et c'est à peu près tout.
              Depuis 12 ans j'ai donné l'équivalent de 2000 € par an. Cette année rien, je démarre à mon compte et... comment dire... je n'ai pas un rond :-)

              Dans mon cas, payer pour un support Red Hat n'a aucun intérêt. La seule fois où j'ai fait appel à une personne extérieure (en 12 ans), c'était Nicolas Parpandet car je butais sur un truc impossible. KVM fonctionnait mal sur plusieurs serveurs, quoi que je fasse. Et pas sur d'autres bien moins puissants. Son œil extérieur a fini par trouver que ça tournait mal sur AMD (les machines puissantes étaient des AMD, les autres des Intel). Le truc con que tu ne vois pas lorsque tu butes dessus depuis 2 mois.

              Donc non, payer une distribution pour le support, pas pour moi actuellement.
              Par contre payer en échange du fait qu'elle existe, oui.

          • [^] # Re: Modèle économique et technique

            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 28/12/11 à 23:03.

            oui, mais non.
            j'vais être moins sympa que pas mal d'entre vous (une explication avec des chiffres contredisant l'asssertion "ouhai mais les powerpack ça pèse pas bézefs" et "ouhai mais x e/j pour un ingé à domicile, ça pèse pas bézefs non plus" ayant déjà été donné dans un autre journal). J'vais être moins sympa car c'est la fin, il n'y a plus de "mais au cas où...". Au passsage c'est drôle comment certains voyaient le contrat russe ... là où d'autres y voyaient déjà la mort. Et au passage c'est drôle aussi de constater comment nous sommes finalement tous attachés à une "marque", même dans le LL.
            Bon moins sympa ...

            • Mandriva a été supporté par un bon paquet de boites françaises (et je ne connais que peu, certainement la partie immergé de l'iceberg) Total par exemple. Mais également qq ssii, CS par exemple.
            • Mandriva a été supporté par l'Etat (MNF v1 était déployé dans pas mal d'académie pour la gestion du vpn entre le rectorat et les établissements)
            • Mandriva a été supporté par l'Europe (gouffre à pognon, ils se gavés sur nepomuk, en laissant un développeur quasi seul se démerder : ils sont passés où les brouzoufs des subventions) .

            allez y, vous pouvez moinsser

            Mandriva est morte depuis longtemps. Que la marque s'en aille n'est qu'un point final pour nous tous.

            • [^] # Re: Modèle économique et technique

              Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 28/12/11 à 23:12.

              et si elle est morte ce n'est certainement pas faute à des technologies (MNF, MDS, La distrib elle même, URPM, recherche sur le bureau avant tous... les bonnes techno dans mandriva ne manquent pas). Ce n'est pas non plus la faute à "un manque de contrats"... pas tout le temps, non, cette explication là ne peut pas marcher tout le temps. PAs plus que pour ses personnels, je ne ferai pas la liste de tout ceux qui ont été repris par INTEL, Redhat, qui ont montés leurs propres boites, qui sont devenus des références dans leurs domaines respectifs.

              Si mandriva est dead, la seule explication qui soit toujours acceptable, tout au long de ses péripéties, c'est le(s) staff(s) d'encadrement.

              1) se foutre de la gueule de ses clients | financeurs
              2) être incapables de retenir les talents (et ce point est peut être celui qui a fait le plus mal)

      • [^] # Re: Modèle économique et technique

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        ... Et gratuit. Ces PME ne sont d'aucun intérêt pour une entreprise, qui a besoin de rentrée d'argent pour pouvoir faire le produit (en payant les dév').

        C'est marrant, parce que la définition donnée ressemble à Windows SBS 2008, que mes collègues refourguent à tire-larigot aux clients, et qui n'est certainement pas gratuit (pas trop cher, certes, mais avec des limitations pour le moins très discutables). Proposer un équivalent libre, moins limité, et aussi compatible (y compris avec Outlook, via OpenChange) ne serait pas idiot, à mon avis, il y a une niche.

        Quant au modèle d'affaires, je dirais de faire comme RH : paquets binaires et canaux de mise à jour bien conçus réservés aux payeurs + attitude ferme sur le nom déposé (et un bon support en parallèle), les hobbyistes peuvent toujours utiliser les sources et tout renommer. Si le produit devient connu, des CentOS-like finiront par apparaître, mais au moins dans les premiers temps, le channel (en l'occurrence les boîtes de service qui vont aller installer ça aux clients) devrait choisir la solution de facilité et prendre la version officielle — mais encore une fois, il faut que le produit soit béton : si le client paye, il faut que ça marche au moins aussi bien qu'un SBS (qui a dit « ah bah, ça va pas être dur, alors » ?).

        Envoyé depuis mon PDP 11/70

    • [^] # Re: Modèle économique et technique

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Tu es à coté de la plaque. L’énergie à faire "un noyau à sa sauce", c'est juste "répondre aux demandes des clients". Il y a pas des patchs de folies, juste des correctifs et des drivers backportés, parce que les gens qui payent en ont besoin.
      Et le noyau est justement basé sur un code mis en commiun ( à savoir Linux ), et pareil pour tout les softs. Le système de paquet, c'est rpm, c'est aussi codé depuis des années en commun par les distros. Il y a eu des fonctionnalités rajoutés, pour répondre à des vrais problèmes.

      Et mettre plus en commun, c'est au final juste fournir du service autour des distros des autres. C'est pas plus viable que le modèle d'éditeur, il suffit de voir les SSII, et les boites de services qui coulent quand même. Le business modèle est aussi viable que les autres.

      Pour moi, le manque de succès, c'est le même que les autres boites, c'est le produit qui se vends pas. Soit parce qu'il est sur un marché saturé, soit parce que les commerciaux font de la merde, soit parce que les techos font un truc buggué et les gens le savent.
      Dans le cas de Mandriva, il y a eu de tout. Les investisseurs qui ont fait de la merde, qui ont plombés les comptes en mettant du management incapable en place ( en 2003 ), le fait de changer de focus assez régulièrement ( e-learning, firewall, serveur, desktop, oem ), le rachat de société sur le point de couler aussi ( edge-it, linbox, connectiva ), donc pas forcément viable. Et si on en crois les papiers fournis aux actionnaires, l'arrivée d'Ubuntu a tiré les revenus vers le bas, rendant le concept du club non viable. Et je pense que la concurence de Red Hat et de Novell a rendu la position de la version serveur assez fragile.

    • [^] # Re: Modèle économique et technique

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Si j'étais patron de PME, je m'orienterais clairement vers des services en ligne pour tout les besoins que tu cites :
      - Google apps pour les mails
      - Spideroak pour synchronisation/backups
      - 37signals pour wiki/gestion de projet
      - Pour le CMS, c'est pas les choix qui manquent.
      Il manque juste l'impression.

      Le problème d'héberger tout ces services sur un serveur en interne c'est qu'il faut une IP fixe, qu'il faut que le serveur soit toujours allumé. Que si le serveur crash, y'a pas de redondance (c'est notamment critique pour les mails).

      Bref, pas sûr que ça soit si intéressant que ça. La partie Samba et impression est peut-être jouable, mais un windows server configuré par la boutique informatique du coin peut faire l'affaire. Du coup, le business model s'éloigne pas mal de celui de Mandriva. C'est plutôt une boîte qui fait une appliance que tu veux, ce qui implique d'aussi livrer le matériel, faire du support sur site pour l'installation, etc...

      • [^] # Re: Modèle économique et technique

        Posté par . Évalué à 2.

        Le problème d'héberger tout ces services sur un serveur en interne c'est qu'il faut une IP fixe, qu'il faut que le serveur soit toujours allumé. Que si le serveur crash, y'a pas de redondance (c'est notamment critique pour les mails).

        T'es pas non plus obligé de confier ton SI à google ou autre boîte obscure. Tu peux aussi installer et configurer les outils que tu souhaites chez un hébergeur classique, ou plusieurs pour permettre des sauvegardes, en dédié ou en mutualisé. Tu conserves ainsi un certain contrôle, tout en ayant pas à maintenir un datacenter à l'intérieur des locaux de ta PME.

      • [^] # Re: Modèle économique et technique

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Tu as besoin d'un ip fixe seulement si tu veux communiquer avec internet. Si ça doit rester interne, tu peux le faire avec une ip en rfc1918.

        • [^] # Re: Modèle économique et technique

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Pour les mails, c'est quand même plus pratique de communiquer avec Internet, surtout si on a des clients.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Modèle économique et technique

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Bien sur, mais je pense que tu peux avoir un mixe, genre tu passes par orange pour ton mail, et avec un serveur interne pour le reste.
            IE, la difficulté est pas insurmontable.

        • [^] # Re: Modèle économique et technique

          Posté par . Évalué à -1.

          Pour rappel le protocole Internet c'est IPv6.. vous parlez l'Internet legacy?

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: Modèle économique et technique

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Je vis dans un pays qui n'est pas encore au courant que c'est possible de faire évoluer IPv4, alors l'Internet legacy risque de durer encore longtemps pour communiquer avec les clients.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Modèle économique et technique

            Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 28/12/11 à 18:01.

            Désolé de dire ça, mais ta phrase est totalement déconnectée de la réalité.
            Ah mais oui j'oubliais, môssieu est chez FDN...

            • [^] # Re: Modèle économique et technique

              Posté par . Évalué à 1.

              Oh chouette, une réponse au premier degré. Attends vendredi, toi ;)

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: Modèle économique et technique

        Posté par . Évalué à 6.

        Si j'étais patron de PME, je m'orienterais clairement vers des services en ligne
        
        

        s/PME/microentreprise avec 4 gus dans un garage

        Passer la phase de démarrage en galère, une PME innovante a tout intérêt à se payer au moins un admin réseau et un serveur pour les données confidentielles.

  • # Alcatel, ses PABX et Mandrake

    Posté par . Évalué à 8.

    Si quelqu'un connait l'historique, j'aimerai avoir une petite info.

    J'ai un PABX estampillé Alcatel qui tourne sur une base Mandrake. Pourquoi, il n'y a pas d'accord rénumérateur pour le financement de Mandriva ?

    Pourtant leur développement semble assez poussé:
    - Cluster de configuration.
    - Si un serveur tombe, l'autre prend la charge.

    Pourquoi, çà n'a pas financé une société comme Mandriva ?

    uname -a
    Linux mathilde_a 2.4.17-ll-dhs3 #2 Wed Jul 9 12:17:34 MEST 2008 i686 unknown

    • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

      Posté par . Évalué à 5.

      cat redhat-release
      Linux Mandrake release 7.2 (Odyssey) for i486

      Juste pour compléter l'information que j'ai sur mon PABX.

    • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

      Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 28/12/11 à 13:06.

      Tu auras peut-être des éléments de réponse ici

      • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

        Posté par . Évalué à 1.

        Pas vraiment d'information, je me demande si il y a eu des essais de rapprochement commercial entre Alcatel et Mandrake.

        Où bien les gars de chez Alcatel ont pris la distribution sans jamais avoir tenté d'alimenter le modèle de Mandrake avec des formations, partenaria,...

        Dans tous les cas ,çà tourne vachement bien, rarement voir jamais de pannes qui sont lié directement aux systèmes.

        Le PABX est maintenu chez nous par Nextiraone.

        • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          ça serait pas la première fois. La MNF ( mandrake network firewall ) 2 est devenu proprio pour ce genre de raison ( la version 1 était libre, des boites de sécu ont fourgués le produit à beaucoup plus cher que vendu par mdk sans rien verser à la boite, du coup, le produit est devenu proprio, puis a fini par mourir quand il n'y a plus eu de quoi payer les personnes censé s'en occuper ).

          Ceci dit, c'est le jeu du logiciel libre aussi.

          • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Je ne sais pas si c'est le jeu mais pour moi il y a un petit souci dans la force de vente quand d'autres boîtes refourgues un même produit plus cher. Si c'était refourguer moins cher, j'aurais compris mais là y'a un bug !

            • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Des sociétés qui ont une meilleure réputation ou une meilleure visibilité peuvent vendre le produit plus cher.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

              • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

                Posté par . Évalué à 5.

                Sans compter l'effet tarif sur les diçaydeurs pressés. Si pas assez cher, c'est mauvais, par définition. Ça plus la pseudo notoriété de la boîte qui vend.

                — Mais c'est super cher ton truc là !
                — Oui mais c'est Cap Gemini / Atos / IBM / {Machin très cher mais très connu côté en bourse toussa}
                — Euh, mais attends, y'a la même chose chez {Concurrent moins cher}. Mêmes fonctionnalités, et vachement plus abordable.
                — Si c'est moins cher, c'est forcément merdique.

                Alors que, on connait tous le vrai prix des licences Windows boîte et ce n'est pas pour autant que c'est meilleur intrinsèquement que nos OS libres.

                cd /pub && more beer

                • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  Il est évident que les société arrive à justifier d'avoir un prix plus cher. Déja, elles disent pas que c'est $SOFT libre. Ensuite, elles ont soit une valeur ajouté ( genre interface d'admin proprio ), soit une offre en bundle ( genre notre produit + du support/de la presta/etc ).
                  Soit en effet, il y a un souci dans la force de vente comme dit Goom.

        • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

          Posté par . Évalué à 3.

          Le PABX est maintenu chez nous par Nextiraone.

          idem, sauf que chez nous on a juste droit à un programme win32 tout vieux avec au moins 2 ou 3 toolkits différents, et je l'utilise depuis un windows dans une virtualbox...

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Le PABX est maintenu chez nous par Nextiraone.

          Un collègue ;)

          http://linuxadvantage.blogspot.com/

    • [^] # Re: Alcatel, ses PABX et Mandrake

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Salut,

      Je connais très bien les PABX Alcatel 4400/Oxe

      Si Alcatel a décidé à un moment de passer de Unix à Linux Mandrake, c'est pour faire des économies et payer moins cher en licences. Cela dit j'ignore totalement si Alcatel a payé des royalties à Mandriva ???

      Pour ce qui est du clustering qui permet aux utilisateurs du PABX de ne pas s'apercevoir d'une panne CPU ou disque dur, ça existait depuis longtemps dans la version Unix.

      Pour Mandriva qui va s’arrêter, c'est vraiment dommage, nous étions trop peu à être prêts à payer une Powerpack pour faire vivre la société...

  • # Et pendant ce temps ...

    Posté par . Évalué à 4.

  • # NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Posté par . Évalué à -3.

    NOOOOON ! Que cela soit vrai ou non, je ne veux pas que Mandriva disparaisse !

  • # Re: Modèle économique et technique

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Posté par tankey (jabber id) le 28/12/11 à 23:09. Évalué à 3. Dernière modification : le 28/12/11 à 23:12

    Si mandriva est dead, la seule explication qui soit toujours acceptable, tout au long de ses péripéties, c'est le(s) staff(s) d'encadrement.

    1) se foutre de la gueule de ses clients | financeurs
    2) être incapables de retenir les talents (et ce point est peut être celui qui a fait le plus mal)

    C'est une vieille tare française. Le mépris des élites pour tout ce qui est (vu comme) en-dessous d'eux. C'est palpable avec les préfets, élus etc., énarques et autres polytechniciens, pour ne pas parler des pontes universitaires, des "parisiens" envers tout ce qui a un accent régional, etc. C'est contagieux dans les entreprises.

    Pourquoi, alors que l'ouvrier français est réputé par l'OCDE avoir une des meilleurs productivités au monde, les entreprises françaises sont-elles aussi nulles? Avec des dirigeants du MEDEF (comme Sellières ou Parisot) qui ont fait à plusieurs reprises faillite, à chaque fois renfloués par l'Etat, on devrait avoir une bonne idée de ce qui se passe.

    Je me rappellerai toujours la lettre reçue d'une entreprise française, quand j'habitais à l'étranger: "Monsieur. Votre gouvernement ne reconnaissant pas notre haute technicité, nous ne pouvons donner suite à votre demande. (Signature)"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.