Un pas en avant pour les serveurs libres : le projet NERF

85
28
juin
2017
Matériel

Avons‐nous une chance d’avoir un code plus ouvert pour nos serveurs préférés ?

Coreboot (né LinuxBIOS) a fonctionné durant ses sept premières années sur serveurs, mais il n’est malheureusement plus disponible sur serveurs x86 aujourd’hui ! La faute aux blobs binaires obligatoires pour initialiser la machine, pour lesquels nous n’avons pas d’autorisation de redistribution — voire pas de blobs du tout.
C’est là qu’entre en jeu le projet NERF (Non‐Extensible Reduced Firmware), un autre fils de Ron Minich, déjà père de LinuxBIOS et Coreboot. Ron n’a pas peur des idées folles, et il voudrait contourner les blobs avec un noyau Linux (et ses pilotes !) dans le BIOS.

RuggedPOD, 5 mois d’hiver et un énorme challenge devant !

37
30
mar.
2017
Matériel

LinuxFr.org vous propose à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux‐ci s’appellent des journaux. Un de nos utilisateurs, vejmarie, nous raconte depuis plusieurs mois les aventures du projet RuggedPOD, un module de serveurs sans refroidissement actif.

Vous pourrez lire en deuxième partie le bilan de la période hivernale, ainsi qu’un appel à mécène.

Open Compute Summit 2017, alors c’était bien ?

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
Tags :
35
25
mar.
2017
Matériel

Après divers dépêches et journaux sur l’open hardware, l’OCP toolchain, le logiciel FreeCAD ou le projet RuggedPOD, vejmarie nous résume sa visite à l’Open Compute Summit 2017, à Santa Clara. C’est parti pour des discussions sur les barrettes mémoire, les bus, les _sockets, les processeurs, etc.

Lancement de la branche « Software Toolchain » de l’Open Compute Project

18
7
déc.
2016
Technologie

Dans le cadre du projet Open Compute qui vise à définir des conceptions ouvertes de matériel, une avancée importante a été réalisée avec la perspective d’utiliser une chaîne d’outils logiciels de conception ouverte, dont les implémentations de référence seront faites en utilisant des logiciels libres, mettant fin au problème pécuniaire de l’utilisation des fichiers aux formats propriétaires (et ouvrant des perspectives d’audit communautaire et d’utilisation de méthodes formelles pour prouver la validité de la conception).

Sont concernés notamment : la conception électronique et mécanique, l’affichage sur le Web de contenus 3D, de données de type CAO électronique, de résultats de simulations physiques (analyse thermique, analyse mécanique…), etc.

Toute aide sera bienvenue. Nous réaliserons une démonstration lors de l’évènement Open Compute Summit — les 8 et 9 mars 2017 à Santa Clara, en Californie — où nous emmènerons les meilleurs contributeurs.

Au fait RuggedPOD et OpenTower c'est quoi ?

51
27
juin
2016
Matériel

Je vous parle depuis un certain temps du projet RuggedPOD, et plus récemment du projet OpenTower. Alors qu'en est-il dans la vraie vie ? Rien de mieux que de commencer par une petite photo d'un POD et d'un module OpenTower dans les locaux d'Horizon sur Paris.

POD Horizon

Conception de matériel libre, où en sommes nous ?

31
5
juin
2016
Matériel

Et si les logiciels libres pouvaient engendrer d'autres courants comme la création de matériels libres ? Il existe de plus en plus d'initiatives autours de ces sujets, le projet RuggedPOD en est un bel exemple. Ce système de micro datacenter outdoor créé il y a maintenant 24 mois sous licence libre arrive à maturité. Quel est le retour d’expérience de son équipe principalement française et quels sont les enjeux futurs auxquels celle-ci est confrontée ?

L’auto‐hébergement, kesako, où en sommes‐nous ?

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, Davy Defaud, Nils Ratusznik et Nÿco. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
27
10
sept.
2012
Technologie

Les solutions d’auto‐hébergement existent maintenant depuis quelque temps, et je souhaite revenir un peu sur celles‐ci, afin d’ouvrir un débat sur leur utilité (c’est en plein dans mon actualité avec le projet qy.share, mais il n’y a pas que lui). Il me semble, en effet, que ces logiciels souffrent d’une image assez négative (lorsque l’on regarde l’intérêt qui leur est réellement porté par nos amis blogueurs et journalistes) malgré les services et les promesses qui sont réellement tenues. De plus, je considère qu’il y a toujours un intérêt à tester, comprendre et débattre sur des logiciels en manque de reconnaissance, surtout lorsque ceux‐ci commencent à être nombreux et proposent des services pertinents.

NdM : merci à vejmarie pour son journal.