Interview de Nicolas Lécureuil, président du bureau de Mageia

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Benoît Sibaud et palm123. Modéré par patrick_g. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
39
13
sept.
2021
Mageia

Nicolas Lecureuil alias NeoClust traîne ses guêtres sur LinuxFr.org depuis 2005, mais, surtout, il est président du bureau (board) de Mageia, l’organe qui chapeaute le projet, depuis le début de l’année 2021. Avant cela, et sans doute aussi pour cela, Nicolas a été, et reste, très présent un peu partout dans Mageia, forums, listes de discussion ou encore le chaudron où se mitonnent les nouvelles versions de la distribution. On verra, au cours de cet entretien, que c’est un mageien de la première heure et on découvrira aussi ses ambitions et projets pour cette distribution qui est l’une des plus accessibles au grand public.

Avant de lui laisser la parole, interviewer Nicolas a été évident et facile pour l’utilisatrice de Mageia que je suis, mais, bien entendu, le champ est ouvert. Si vous avez des suggestions de personnes à interviewer, et comment les contacter, pour d’autres distributions, n’hésitez pas à le signaler dans les commentaires, ou par un autre moyen. Sur ce, bonne lecture.

Sommaire

Un nouveau président du bureau (board)

Comment es-tu tombé dans le chaudron ?

J’ai commencé à contribuer à Mandrake par hasard, j’avais vu un CD dans un magazine, j’ai testé et voulu aider.

J’ai tout de suite trouvé sur IRC des gens super sympas et à l’écoute. Utilisant KDE de base, environnement de bureau que j’ai trouvé simple d’accès j’ai commencé à contribuer en envoyant des correctifs au mainteneur de l’époque, qui était un employé de Mandrakesoft.

Dans un second temps j’ai commencé à réellement contribuer à KDE.

Un jour, lorsqu’un employé de Mandriva (après la fusion de Mandrakesoft et Connectiva) est parti, Anne Nicolas (Ennael) m’a proposé de venir le remplacer, je ne pourrai jamais assez la remercier pour cette proposition. C’est avec plaisir que j’ai intégré les effectifs. Le sentiment que j’avais en tant que contributeur n’a pas changé, les collègues étaient aussi agréables. J’ai appris à mieux connaître certaines personnes, je ne vais pas les citer j’aurais trop peur d’en oublier une.

Mon rôle chez Mandriva au début a été de m’occuper de la partie « desktop » pour la distribution d’une part et de la relation avec nos clients pour leurs bugs KDE d’autre part.

Par la suite, j’étais empaqueteur et chargé de l’intégration de la distribution MBS (Mandriva Business server). Cette distribution était basée sur Mageia (EN) et permettait de fournir Pulse qui est un logiciel web de gestion de parc informatique (inventaire, déploiement de paquets, imaging, sauvegarde, etc.) à certains de nos clients.

Il a donc été tout naturel pour moi de rejoindre mes anciens amis, collègues et contributeurs pour Mageia. Même si certains me manquent (Coling, mikala par exemple), j’ai toujours eu un énorme plaisir à bosser avec aussi bien les anciens que les nouveaux. Tout ce petit monde m’enrichit chaque jour.

Comment devient-on membre du « Board » de Mageia et son président ?

Les membres du Board sont élus par les membres de Mageia, il faut donc être connu/reconnu pour son engagement envers la distribution, par exemple en triant les bogues, en participant aux réunions sur IRC. Les mandats de secrétaire, trésorier et président, hormis sur les sujets administratifs, n’ont pas d’importance, car toutes les décisions sont collégiales au Board (EN) ou au Council (EN)1. Il est vrai, être francophone aide forcément pour toutes questions administratives pour ces trois rôles.

Quel est le profil des membres actuels ?

Il n’y a pas de profil à proprement parler, les personnes sont très variées, sur le plan professionnel comme sur le plan géographique, il y a un infirmier, un étudiant, quelques développeurs logiciel, des Finlandais, des Canadiens, des États-uniens, des Anglais, des Français, etc. Mais c’est la passion et l’engagement autour de Mageia qui les réunissent.

Comment envisages-tu cette gouvernance de Mageia ? Et d’ailleurs, commence cela se passe ?

J’envisage cette gouvernance comme ambitieuse et pleine de co-constructions. Pour l’instant nous prenons nos marques et commençons dans le bureau à travailler à ce que nous pourrons proposer au Conseil (Council), le premier projet étant le renouvellement de notre parc serveur.

Le second projet est de relancer le développement de certaines briques de notre distribution comme urpmi. En effet urpmi est un gestionnaire de paquets complet, simple, et qui fonctionne très bien. Il lui manque le support de nouvelles fonctionnalités de rpm.

Nous avons dans les mains une très bonne distribution pour laquelle nous pouvons avoir de l’ambition, si nous comblons quelques lacunes.

Nous pourrions envisager de créer une LTS, si nous arrivons à trouver de nouveaux contributeurs pour s’occuper des mises à jour de sécurité, car, pour l’instant (sauf pour les paquets maintenus en stable par leurs mainteneurs officiels (comme le kernel/glibc/rpm/…) je m’occupe d’une bonne partie de ces mises à jour et je ne serais pas contre un petit coup de main (cela me permettrait de me dégager un peu de temps pour d’autres tâches dans la distribution). Une version LTS permettrait à certaines entreprises d’envisager l’utilisation de Mageia plus sereinement.

As-tu des objectifs précis pour ta mandature ?

J’ai plusieurs objectifs, mais ceux-ci n’engagent que moi tant que je n’ai pas discuté avec le Council.

Le premier est de relancer la communication autour de Mageia. Nous avons une super équipe, l’équipe Atelier, très réactive, à nous, développeurs, empaqueteurs, etc., de leur donner de quoi faire une bonne communication. J’aimerais aussi que de nouvelles personnes puissent intégrer ces instances car en ayant un œil nouveau, de nouvelles idées, cela peut relancer notre manière de communiquer (on doit bien se l’avouer, la communication n’a jamais été notre point fort).

Nous avons commencé avec des articles de blog afin de relancer la contribution à notre distribution car comme beaucoup de projets ce sont souvent les mêmes personnes qui contribuent, certains s’essoufflent et de ce fait prennent un peu de recul avec le projet (mais ceci est vrai pour bon nombre de projets dans et hors du monde informatique).

Il nous faut aussi attirer de nouveaux contributeurs et des nouvelles contributrices. Comme j’aime le dire : je préfère avoir des personnes qui ne s’occupent que d’un logiciel/une brique bien et ne font que ça plutôt que quelqu’un qui voudrait toucher à tout et finalement ne ferait pas grand-chose.

Je suis heureux de toujours avoir eu des contributeurs compétents autour de KDE/Plasma. J’ai eu mikala à une époque (qui pourra toujours revenir si l’envie et surtout le temps reviennent) et maintenant j’ai David2 qui fait un travail énorme et je ne pourrai jamais assez le remercier.

As-tu une formation ou un parcours lié à l’informatique, si oui, est-ce que cela t’es utile pour Mageia ?

J’ai beaucoup appris seul, et énormément grâce à l’aide et aux connaissances d’autres contributeurs.

J’ai à la base une formation de biochimiste, mais j’ai toujours aimé l’informatique. De ce fait après mes études, j’ai repris une formation diplômante en technicien de support Linux. Je pense que ma formation scientifique m’a apporté une certaine rigueur. Et, grâce à mon entreprise qui m’en donne l’occasion, j’apprends petit à petit à développer.

Mageia et son environnement

À la base de Mageia, on a une association de droit français, qu’en est-il de l’impact de Mageia hors de France ?

J’avoue ne pas encore bien connaître l’impact de Mageia hors de France. Ce que je sais c’est que nous avons des contributeurs dans le monde entier, et de manière assez importante en Espagne avec Blogdrake (ES).

Si une communauté Mageia hors de France participe à un évènement pour faire la promotion de la distribution nous sommes toujours intéressés de le savoir, car nous pouvons faire un article de blog « retour en image ».

Comment analyses-tu le fait que Mageia n’occupe plus les dix premières place dans le classement Distrowatch (EN) ?

Je pense que cela est surtout dû au fait que nous n’avons pas beaucoup ni bien communiqué ces dernières années sur notre projet. De ce fait, moins de monde allait se renseigner sur nous sur ce site.

Cependant, le classement Distrowatch n’a jamais pour moi été un objectif ni un repère, car bien que ce soit une sorte de « thermomètre », je ne connais aucun utilisateur lambda qui l’utilise réellement. Cela met en avant le nombre de clics sur le site mais en aucune manière la qualité de la distribution, ni celle de sa communauté.

En effet, Mageia a une communauté fidèle que ce soit du côté français avec Mageialinux-online (MLO) ou espagnol avec Blogdrake (ES) (pour n’en citer que deux).

Y a-t-il des interactions entre Mageia et d’autres distributions ?

Il y a pour ne parler que de David et moi, une interaction avec l’équipe Java de Fedora. Chez Mageia, nous utilisons la pile Java de Fedora, et nous essayons dès que possible de leur fournir des correctifs pour cette pile. J’ai prévu de faire redescendre chez eux les correctifs sécurité que nous ajouterons chez Mageia.

Est-ce que la pandémie a impacté l’évolution de Mageia, si oui comment ?

Honnêtement, je n’en ai aucune idée.

Nous n’avons aucun système de mesure d’audience, ni au sein de la distribution ni au sein du développement, donc sur le plan utilisation, nous ne pouvons rien dire. Sur le plan engagement, c’est mitigé. Il y a de nouvelles personnes qui arrivent pour prêter main forte, sur les équipes telles que la communication et l’assurance-qualité (tester les paquets et les mises à jour avant « le grand public »), et d’autres qui se retrouvent avec plus de travail dans la vraie vie. Au final, nous n’avons pas l’impression que la pandémie ait beaucoup impacté l’évolution de Mageia.

Les évolutions de Mageia

Dans les commentaires de la dépêche de présentation de Mageia 8 il a été reproché à Mageia son choix de ne pas inclure Nextcloud 21 tout de suite à cause de la version de PHP. Peux-tu nous rapporter le contexte de cette décision ? (précision Nextcloud a, depuis, été intégré à la distribution).

Lorsque l’on maintient une distribution il y a plusieurs choses à prendre en compte :

  • la date de livraison de la distribution ;
  • la durée de maintenance de cette dernière ;
  • la migration que devront faire les utilisateurs et les utilisatrices finaux.

Concernant le dernier point, on envisage assez logiquement une migration lors du passage d’une version stable à une autre mais rarement lors de la mise à jour de paquets dans une version stable. Il est assez désagréable pour un administrateur lors d’une simple mise à jour de sécurité de devoir modifier sa configuration.

Mageia 8 est sortie avec PHP 8 et nous nous attendions à une levée de boucliers car « c’était trop tôt », « décidément ils ne réfléchissent pas »…

Au sein de la liste de développement, il y a eu des discussions riches sur ce sujet. Cela a permis de mettre en relief qu’il nous semble important que nous soyons capables de soit maintenir plusieurs versions de PHP (dans ce cas précis), soit permettre de co-installer plusieurs versions (PHP 7 contre PHP 8).

Le souci auquel nous avons eu à faire face était que la fin de vie de PHP 7 arrivait en début de cycle, ce qui aurait obligé les utilisateurs à migrer en pleine version stable de Mageia avec tous les soucis de migration possible.

Aujourd’hui, si un choix similaire devait se présenter, quelle décision Mageia pourrait prendre ?

Je pense qu’il faut analyser cette situation et travailler pour qu’un tel souci, une telle frustration ne se reproduise pas, tout en étant conscients de notre « capacité à faire », c’est-à-dire, notre capacité, sur le temps de support, de maintenir une ou plusieurs versions d’un même logiciel, d’une même librairie.

Je pense qu’il faut dans le cycle de la distribution, discuter bien en amont des versions que nous voulons et nous y tenir et communiquer là-dessus. De ce fait, il aurait été acté longtemps avant que nous allions passer a php8 et ainsi cela aurait laissé le temps à tout le monde de réagir.

D’une manière générale comment décide-t-on de quel logiciel empaqueter, de quel logiciel mettre de côté ?

Tout est une question d’utilité. Nos empaqueteurs et empaqueteuses ajoutent ce qu’ils utilisent. Cependant, même en partant de cette logique certains logiciels n’ont pas eu l’autorisation d’être ajouté.

En effet, si un logiciel est proposé pour être maintenu, il doit se conformer à un certain nombre de règles :

  • une licence compatible avant tout ;
  • pas de téléchargements pendant le build, tout build doit être idempotent ;
  • de manière générale, pas d’applications figées qui ne sont plus maintenues ni les applications ayant des failles de sécurité non corrigées depuis un certain temps ;
  • pas d’application qui nécessite des centaines de dépendances à rajouter à la distribution sans mainteneur.

Toujours dans les commentaires de cette dépêche, au sujet de la durée de maintenance de Mageia 7 et des versions N – 1 en général, tu réponds « On peut justement réfléchir à modifier cette date, ça ne me semblerait pas déconnant ». Cela donnerait quoi ?

Pour la Mageia 7, ce n’est pas énorme, je l’avoue, mais nous avons prolongé le support d’un mois, jusqu’au 30 juin. Il est assez compliqué actuellement avec le nombre de bénévoles, de s’engager sur une extension trop importante du support. Cependant, si nous arrivons à intégrer de nouveaux contributeurs, cela pourra/sera rediscuté, que ce soit des empaqueteurs ou de la QA (assurance qualité).

Car notre QA ne fait pas que tester l’installation des packages, cela pourrait être fait de manière automatique. Notre QA vérifie aussi que les CVEs3 ne sont plus valides avec les nouvelles versions. Cela prend du temps mais c’est une plus-value de Mageia.

Le cycle de vie de Mageia est relativement long, ce qui est confortable, mais quelques logiciels très utilisés ont des cycles nettement plus courts. Penses-tu qu’il serait possible de faire évoluer la politique actuelle de Mageia et d’avoir plus de mises à jour de ces logiciels entre deux versions ?

J’aimerais beaucoup que nous adaptions cette politique. Ça a déjà commencé avec par exemple la mise à jour de LibreOffice. Nous mettrons à jour en version 7.2 dès qu’elle sera disponible.

Je pense aussi qu’il est possible d’adapter cela pour certains logiciels si les mainteneurs sont actifs et réactifs. Concernant Plasma et les autres environnements de bureau, c’est un peu plus compliqué car, par exemple, pour Plasma, il y a Plasma-workspace en tant que tel, mais il y a aussi les KFrameworks à mettre à jour régulièrement (une sortie par mois), et les KDE Gears (Applications KDE comme Dolphin, KMail, K3b…) qui ont des mises à jour majeures en avril, août et en décembre et plein de petites versions mineures entre deux.

Il serait possible de sortir chaque nouvelle version mais cela implique une quantité très importante de paquets RPM à tester et à vérifier qu’ils s’installent correctement. L’équipe QA manque de bras pour ça (cependant cela peut changer en fonction du nombre de personnes impliquées).

Une des critiques que l’on fait souvent, de l’extérieur, à Mageia c’est son abondance d’environnements de bureaux. Que réponds-tu à cela ?

À cela je réponds que c’est un faux débat pour moi. En effet, si un contributeur ou une contributrice vient dans Mageia avec la volonté de maintenir un environnement de bureau et si on lui dit qu’il faut plutôt maintenir Plasma ou Gnome, il y a une chance sur deux qu’il ou elle ne le fasse pas et aille soit ailleurs soit redevienne simple utilisateur. Cependant, il faudrait que nous fassions un audit des environnements de bureau et ne garder que ceux maintenus et fonctionnels.

Mageia jusqu’à présent utilisait des googleries ou des outils Framasoft pour certaines tâches (écriture collaborative, planning d’évènements, etc.). Est-ce qu’il est prévu que la distribution utilise ses propres outils à la place ?

Actuellement il n’y a aucun projet de l’équipe sysadmin de Mageia pour héberger de tels projets, nous avons déjà pas mal de projets en cours, mais une fois que la liste sera épurée, ce n’est pas impossible.

Si on veut se rapprocher du chaudron où se concocte la future Mageia, par exemple en empaquetant, que faut-il faire, avoir, connaître ? Comment ça se passe ?

Pour se rapprocher de la version de développement, il y a plusieurs approches en fonction de ce que l’on souhaite faire.

La première est la simple utilisation : pour ce faire, on peut (et c’est même conseillé) s’inscrire en parallèle sur la liste4 de diffusion de Mageia dev. Cela permet d’être au courant des modifications (par exemple récemment lorsque rpm a changé de gestionnaire de base de données).

La seconde, est destinée aux personnes souhaitant s’investir. Pour ce faire en plus de la liste dev, il y a la liste commits, qui permet d’avoir en temps réel des mails des modifications dans la distribution (cotés rpms), et soft-commits pour avoir les modifications dans les logiciels (mmc, urpmi, installeur, etc.).

Dans les deux cas, vous devez migrer une installation de Mageia 8 vers Cauldron 5 en modifiant les dépôts d’urpmi avec la méthode indiquée dans le wiki de Mageia. Comme les dépôts de Cauldron sont souvent modifiés au cours d’une journée, il est préférable d’utiliser un miroir spécifique. Si vous êtes en France, nous suggérons l’utilisation de celui de free.fr.

Dans un premier temps, utilisez le chaudron dans une machine virtuelle est vivement conseillée. Son utilisation en production est déconseillée. Les mises à jour y sont trop fréquentes et peuvent parfois casser le système en attendant que la plupart des composants soient recompilés (par exemple lors de la mise à jour de la pile Perl ou Python, etc.).

Pour finir

Au niveau professionnel, quels logiciels libres utilises-tu, sur quel OS ?

Au niveau professionnel mes deux outils les plus importants sont Vim et Git. Je n’ai jamais réussi à utiliser un IDE graphique pour remplacer Vim de manière efficace. Je les utilise sur Debian et Mageia (avec une préférence pour l’une des 2 😉).

Hormis Mageia, as-tu une autre distribution GNU/Linux préférée ou autre système libre (*BSD, Haiku, etc.) ? Et pourquoi, quels sont tes logiciels libres préférés ?

Pour le travail j’utilise Debian et Centos, car nous fournissons notre logiciel sur ces deux systèmes d’exploitation.

J’utilise mes ordinateurs presque uniquement pour travailler, du coup le nombre de logiciels utilisés est assez limité, car en plus de Vim et Git j’utilise Jitsi, Firefox, VLC.

Quelle question aurais-tu adoré qu’on te pose ? (évidemment tu peux y répondre)

Qu’est ce qui fait de Mageia une bonne distribution ?

Mageia a, comme tout un chacun, ses particularités, ses spécificités, elle répond à la plupart des besoins usuels, c’est une bonne distribution, même si elle ne peut pas plaire à tout le monde. Cela repose sur plusieurs éléments :

  • ses contributeurs et contributrices, actifs, à l’écoute, qui font de leur maximum pour satisfaire leur utilisation et celle des utilisateurs et des utilisatrices ;
  • sa communauté, très active, que ce soit en France ou dans d’autres pays.

L’écoute est très importante pour avoir une bonne distribution, c’est pour cela que je pense qu’il faudrait qu’on mette en place un système hors Bugzilla, pour poser des questions, et avoir l’avis des utilisateurs et des utilisatrices de manière plus simple et efficiente.

Quelle question aurais-tu détesté qu’on te pose ? (en espérant que je ne te l’ai pas posée).

Est-ce que ce n’est pas trop dur de venir à la tête de Mageia après Ennael ?

Simplement parce que je dois tout à Anne, car si elle n’avait pas fait appel à moi il y a douze ans, je ne sais pas si ma route professionnelle m’aurait permis d’avoir le temps de contribuer.

Elle m’a permis d’intégrer une équipe de personnes géniales (pas besoin de citer ils et elles se reconnaitront) et d’apprendre énormément de choses.

Encore merci à elle :-)

Merci beaucoup Nicolas.


  1. [N. d. M.] : le « Board » (bureau) de Mageia est l’instance qui chapeaute le projet, il est composé de membres élus. Le « Council » (conseil), qui réunit des représentants élus de chaque « Team » (équipe) de Mageia, décide de la vie du projet Mageia. Chaque « Team » est axée sur un domaine : Atelier, Bug Squad (anti-bogues, voir l’interview de Marja), Packagers (empaquetage), QA (assurance qualité), Security Team (sécurité), etc. Le tout repose, administrativement, sur une association de droit français. 

  2. [N. d. M.] : David Geiger alias david_david qui est le co mainteneur de KDE chez Mageia. 

  3. [N. d. M.] : CVE pour Common Vulnerabilities and Exposures, dictionnaire d’informations publiques relatives aux vulnérabilités de sécurité. 

  4. [N. d. M.] : la langue de toutes les listes de discussion de Mageia est l’anglais. 

  5. [N. d. M.] : Cauldron est le chaudron magique où se concoctent toutes les nouvelles versions de Mageia. 

Aller plus loin

  • # Cool ! merci pour cette belle interview

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

    Je fais suivre cette interviex aux quelques personnes qui utilisent mageia sur leurs ordinateurs portables.

  • # Merci pour ce partage

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0).

    C'est par MandrakeLinux que j'ai commencé à contribuer au libre (via le PLF dans un premier temps) et même si ma contribution reste insignifiante et très courte, cela m'a permis de voir que c'était possible.

    Cependant, le classement Distrowatch n’a jamais pour moi été un objectif ni un repère, car
    bien que ce soit une sorte de « thermomètre », je ne connais aucun utilisateur lambda qui >l’utilise réellement.

    Je pense qu'il ne faut pas se leurrer, pour savoir si Ubuntu est plus populaire que Manjaro, effectivement c'est à prendre avec des pincettes.

    Mais dans le cas de Mageia, pas besoin de regarder distrowatch. En 2003, à la DSI de l'Université de Lille3, pour les quelques aventuriers qui utilisaient Linux pour du "desktop", tous étaient sous MandrakeLinux. En 2021, à la DSI d'une autre Université où beaucoup de gens utilisent Linux pour du desktop, Mageia est inexistante: Ubuntu, Fedora, ArchLinux. A titre personnel, je n'ai pas vu tourner une Mandrake/Mandriva/Mageia depuis 2009.

    C'est donc à mon avis la tâche la plus complexe, comment redonner de la visibilité à Mageia?

    • [^] # Re: Merci pour ce partage

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 14/09/21 à 10:37.

      Chez Alcatel en 2000, tous les postes aux US et en France que j'ai pu voir (non Solaris) étaient sous Mandrake… Cela-dit, JAMAIS Alcatel n'a donné un euro à Mandrake, car ils avaient un contrat cadre avec SuSE…

      On voit à quel point le service des achats (et une certaine incompétence de la direction) entraînent certaines boites Françaises en très bonne santé vers le fond. Sans doute pas les seules responsables, il y a l'incohérence systématique des décisions de la direction aussi (du moins chez Alcatel).

    • [^] # Re: Merci pour ce partage

      Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0). Dernière modification le 14/09/21 à 21:48.

      Il est clair que Mageia étant une boîte française, non US, déjà est négligée à l'étranger parce qu'elle est française, et en France… parce qu'elle est française (non, il n'y a pas d'erreur de typo).
      Ensuite, par rapport à une Ubuntu, qui a de l'argent ou une Fedora qui s'appuie sur Red Hat, elle ne fait pas le poids. Je n'aime pas Fedora, disons que je n'ai pas eu de "bonne expérience" avec, mais il faut reconnaître que pour faire tourner un serveur, Ubuntu est très bien, très riche, et il y a plein de tutos sur internet.
      Pour mon usage perso, je préfère de loin Mageia ! les gens sont sympas, elle est sympa, je préfère KDE et urpmi, et ça tourne très bien. Mais pour la rendre plus populaire, il y a encore du chemin. Je pense que mécaniquement quand les utilisateurs linux seront plus nombreux, elle se développera.

    • [^] # Re: Merci pour ce partage

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+2/-0). Dernière modification le 19/09/21 à 15:43.

      L’écoute est très importante pour avoir une bonne distribution, c’est pour cela que je pense qu’il faudrait qu’on mette en place un système hors Bugzilla, pour poser des questions, et avoir l’avis des utilisateurs et des utilisatrices de manière plus simple et efficiente.

      Oh ça c'est une idée qu'elle est bonne, je plussoie !

      Je suis tombé dans Mandrake 6 et j'ai du installer toutes les M* depuis, sur mes machines successives depuis 1999. Mais je ne suis pas pour autant un geek de bon calibre, et à chaque fois que, pour ma distrib préférée ou autre chose, j'ai approché Bugzilla, j'ai bien senti que c'était pas pour moi, que j'allais déranger tout le monde en ne sachant pas présenter mon problème dans les bonnes formes.

      Intendant, donc méchant, mais libre !

  • # Merci

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+1/-0).

    Je teste la mga9, manque plus que la mise à jour de Plasma / Wayland :) .. J'ai quelques petit glitches graphiques avec les cartes Radeon (VII et m'en rappelle plus), sinon le tout est prometteur.

    Merci pour ton travail!

  • # À propos des dons

    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

    Mageia est une association de droit français. C'est très bien.
    Ce serait encore mieux si les dons étaient défiscalisables.

  • # Une bonne distribution ?

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

    Qu’est ce qui fait de Mageia une bonne distribution ?
    […]
    - ses contributeurs et contributrices, actifs, à l’écoute, qui font de leur maximum pour satisfaire leur utilisation et celle des utilisateurs et des utilisatrices ;
    - sa communauté, très active, que ce soit en France ou dans d’autres pays.

    Je suis un peu déçu par la réponse parce qu’en fait elle ne m’éclaire pas du tout sur pourquoi je pourrais trouver ou pas Mageia une bonne distribution pour moi (ou pour n’importe qui d’autre).

    Le coup de la communauté ne me paraît pas spécialement différenciant par rapport à d’autres distributions. De loin, j’ai l’impression qu’il y a bien des communautés actives autour de Debian, Fedora, openSUSE, Ubuntu,…

    Contributeurs et -trices à l’écoute ? Cool ? Je ne sais pas. Dans mon usage lambda de Linux, je n’ai jamais ressenti le besoin de demander quelques choses aux merveilleuses personnes grâce auxquelles je bénéficie d’une distribution qui me convient.

    À vrai dire, je suis arrivé au stade où je pense qu’une distribution ou une autre, cela ne change quasiment rien pour les usagers lambda comme moi.

    Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

    • [^] # Re: Une bonne distribution ?

      Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

      Je crois que simplement Nicolas Lecureuil est trop modeste et trop honnête pour dire quelque chose comme "c'est une bonne distribution parce que nous sommes les meilleurs !", et en plus ça serait difficile à argumenter, Nicolas a visiblement le profil à justifier ses propos. Donc il exprime ce qui est à ses yeux, une caractéristique propre à Mageia, même si pour toi cela ne représente pas une qualité notable ou différenciante.
      Du coup, je le dis pour lui : Mageia est la meilleure des distributions ! pourquoi ? parce qu'ils sont trop forts ! :-)

      • [^] # Re: Une bonne distribution ?

        Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

        La remarque de Tisaac a un sens. La question peut même se décomposer en deux parties :
        1) Qu’est ce qui pourrais m'inciter, moi, usager de linux, à passer de [debian|Fedora|SuSe|…] à Mageia ?
        et donc quelles particularités offre Mageia que les autres n'ont pas ou ont moins (du type "intégration parfaite avec KDE", "facilité/stabilité des changements de version", etc.) (ce sont juste des exemples possibles auxquels je pense, je ne suis pas utilisateur de mg, donc je ne connais pas ses forces et faiblesses)

        2) qu'est-ce qui fait que moi, usager de linux, pourrais conseiller Mageia à un nouvel utilisateur de linux (ou installer Mageia pour lui) ?
        (on sait par exemple que la force de Mandrake était sa facilité d'installation en rapport aux autres distros, et son centre de contrôle (oui, j'ai biberonné linux avec la mandrake 7.2, quel plaisir !))

        Or Nicolas ne donne rien de concret, qui pourrait décider un linuxien ou un néophyte à tenter sa chance avec Mageia.

        • [^] # Re: Une bonne distribution ?

          Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

          Oui, la remarque de Tisaac a du sens, mais force est de constater que chaque distribution a ses avantages et ses inconvénients, et certains usagers préféreront certains aspects à d'autres, par ailleurs la richesse même de linux est de proposer une offre variée, presque du sur-mesure, alors que apple ou microsoft proposent le même produit pour tout le monde, c'est du "one size fits all", d'où l'embarras de Nicolas à dire qu'ils sont meilleurs, ce serait presque dénigrer les personnes qui ont pris autre chose, ce n'est pas l'esprit de Mageia.

          Moi, je dirai que Mageia est à la fois simple à utiliser et me donne une bonne maîtrise de mon environnement.
          Les logiciels sont parfois "renommés" sous Ubuntu, tels que "outil de backup" ou "convertisseur de sons" au lieu du nom donné au logiciel par son concepteur, cela m'agace au plus haut point, j'aime bien savoir ce que j'utilise. Mageia se laisse bien "bidouiller" et ça j'apprécie. Enfin, je trouve que tout est assez bien intégré. Les outils Mageia (le control center et autres), urpmi, urpme sont pratiques et marchent bien. Il y a une grosse quantité de paquetages.
          Enfin, Mageia n'évolue pas très vite, mais c'est très bien, elle est très stable et j'apprécie.

          • [^] # Re: Une bonne distribution ?

            Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

            Je te remercie pour la réponse, qui est précise.

            Toutefois, quand tu dis « d'où l'embarras de Nicolas à dire qu'ils sont meilleurs, ce serait presque dénigrer les personnes qui ont pris autre chose, ce n'est pas l'esprit de Mageia », je ferais quand même remarquer qu'il ne répond pas à une question posée par Ysabeau, mais à une qu'il se pose à lui-même (« Quelle question aurais-tu adoré qu’on te pose ? »), il aurait donc pu la formuler de manière à pouvoir mettre en avant quelques spécificités de sa distribution sans médire des autres (ce qui est effectivement un état d'esprit appréciable). Ou s'en poser une autre s'il pensait ne pas pouvoir répondre autrement que de manière floue à celle-ci. Mais bon, ça n'est qu'un détail, son interview est bien sympathique.

            J'étais comme beaucoup révolté quand Gaël s'est fait virer de sa propre société (et "voler" son propre bébé[1] ), surtout que vu ses capacités, c'était peu justifiable techniquement parlant, et la création de Mageia par Anne Nicolas et ses amis m'avait vraiment fait plaisir. Malheureusement, les premières versions de Mageia n'ont pas répondu à mes attentes (je ne me rappelle plus pourquoi) et je suis resté collé à debian (j'ai fait également un tour de piste avec Arch et avec Manjaro, mais quand on a dix ans d'habitudes avec un système qui donne satisfaction, j'imagine qu'on a du mal à s'en séparer). Par contre, je l'ai installé sur la machine d'une amie, tout s'est bien passé.

            De nos jours, quand on parle des distributions généralistes, je pense que les différences entre les DE importent plus (et sont bien plus visibles) que celles entre les distros, celles-ci ont toutes eu le temps de se peaufiner. Il faut aller sur des distros bien spécifiques (arch, gentoo, alpine, Nyx, *BSD, …) pour voir une différence notable dans l'administration du système.


            [1] Oui, je sais que légalement il n'y a rien à dire, et que quand on crée une société de laquelle on devient un employé, on s'expose à ce genre de mauvaise plaisanterie, mais quand même…

            • [^] # Re: Une bonne distribution ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

              Gaël s'est fait virer de sa propre société (et "voler" son propre bébé)

              bah il s'est remis à la guitare (on attend son disque, vinyle histoire de faire vintage ou le futur format de l'avenir ou de l'à venir :p)
              Mais oui Gaël a mis le projet sur les rails, il a su rebondir avec la e.foundation (ok que 20 ans plus tard :/ suffit de rajouter http:// devant et vous verrez que ça tient la route tout aussi bien que lineageos qui fait le même taf' mais avec les gens de xda /o\ jdçjdr)

              les premières versions de Mageia n'ont pas répondu à mes attentes (je ne me rappelle plus pourquoi) et je suis resté collé à debian

              ne t'inquiète pas, en juin 2010, nous ne nous attendions pas à qu'autant d'utilisateurs nous suivent (oups, l'annonce officielle a été au 19 septembre 2010). Moi qui était un habitué de cooker, quand misc et pterjan ont annoncé qu'il fallait faire une infrastructure pour une nouvelle distro (avec tout l'environnement de build) pour octobre je n'y croyais pas non plus. Bon c'est sorti en janvier 2011, avec l'aide de free et de lost-oasis pour l'hébergement des serveurs, une fois que l'engouement général s'est calmé et depuis cela suit son cours.
              On est à Mageia 8 en 2021 quasi 11 ans après (eh pour le 19 septembre on fait une fête ?!), alors qu'on ne pensait même pas dépasser la 2 :p (bon je reste en cauldron comme neoclust, donc les sorties de version ça m'importe que ponctuellement, je profite du bon boulot au jour le jour :D)


              je vais compléter dans d'autres commentaires, même si je ne suis pas forcément le meilleur intervenant vu que je connais peu de choses de l'intérieur de l'époque et que nous préférons désormais avec Mageia aller de l'avant (ce qui me convient mieux et que neoclust< représente très bien)

        • [^] # Re: Une bonne distribution ?

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0). Dernière modification le 15/09/21 à 18:08.

          A mon point de vue, c'est la simplicité de l'installation qui devrait faire la différence.
          Le choix le plus délicat est, après s'être connecté au site officiel (https://mageia.org) de choisir entre les diverses options proposées (Installation classique, media "Live" Installation Réseau) viendront ensuite les choix (32 bits et 64 bits) suivant l'ancienneté du PC à installer et le mode de téléchargement (BitTorrent et Lien direct).
          Je ne peux pas conseiller une méthode ou une autre, cela est fonction du débit de votre ligne.
          Le fichier étant réceptionné (.iso), il faudra le "graver" sur un CD/DVD ou une clef bootable (attention, certains "graveurs" ne sont pas supportés (Unetbootin par exemple).
          Ensuite, c'est la routine (Comme pour les autres installations)
          -Demander au BIOS de démarrer sur le CD/DVD ou la cle USB.


          • Pour les non anglophone, je vais donner une formation rapide spéciale Mageia : French = Français Next = suivant La leçon est terminée.

          Toute l'installation (après réponse à ces 2 questions) se déroulera en français et, si vous découvrez Mageia Linux pour la première fois, les seules actions seront :
          1) de lire ce qui se passe (si vous en avez envie)
          2) de cliquer sur suivant jusqu’à ce que Mageia vous demande de redémarrer votre ordi.
          @+

          PS1 si vous téléchargez la version "Live", vous aurez la possibilité de tester Mageia sans écrire ou effacer quoi que ce soit sur votre cher Windows. Vous n'aurez bien entendu pas toutes ses possibilités et la performance globale ne devra pas être un critère. Une fois Mageia arrêtée, la clé retirée, vous reviendrez dans votre espace privatif.
          PS2 Si vous arrivez du monde Crosoft, même si je dois me faire frapper (j'assume), choisissez l'interface graphique KDE qui, même si il est jugé par certains trop complexe, peu petformant, … , c'est celui qui vous montrera Mageia Linux avec un petit air de "fenêtre".

    • [^] # Re: Une bonne distribution ?

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 14/09/21 à 23:50.

      Mon profil n'est pas significatif car geek et travaillant en tant qu'adminsys Unix. Cependant, je crois qu'il y a deux grandes catégories d'usagers lambda :

      • les gens pour qui j'ai installé un poste sous Linux et qui sert juste de genre de kiosque Internet, et qui ne font qu'utiliser le poste comme leurs tablettes ou leur smartphone : on se connecte sur certains portails gafam, on lit ses courriels, et on s'occupe de son administration en ligne, sans plus (on ne s'occupe même pas des mises à jour et on n'a pas besoin d'installer quoi que ce soit ni connecter un autre périphérique…)
      • les gens qui vont installer et maintenir leur distribution et qui n'ont pas l'informatique comme métier ni passion ou hobbit, l'ordinateur reste juste un outil pratique.

      Pour cette dernière catégorie, une distribution devra être

      • simple à installer (chemin ouvert par Mandriva et repris par Ubuntu en plus du Live pour tester pour assoir sa popularité)
      • utilisable exclusivement en mode graphique (ce qui n'était pas le cas pendant longtemps avec les autres distributions), y compris pour son administration (ce qui n'est pas le cas d'une distribution Arch par exemple) et sa configuration (et là encore Mandriva a été pionnier avec son MCC, principe de panneau de contrôle progressivement repris par d'autres)
      • adossé à un support (habituellement les gens utilisaient la distribution installée par un pote ou un membre de la famille qu'on appelait pour toute assistance, mais quand on se prend entièrement en main comme je l'ai indiqué, alors la communauté prend tout son sens et son poids)

      Sur ce dernier point, Ubuntu a pu décoller grâce aux install-party puis à la mise en place du forum francophone en ce qui nous concerne. Si ce n'est l'effet boule de neige qui perdure, je pense que cette distribution aurait lentement sombré comme en témoigne ses schismes (qui se souvient de la naissance de Mint ?) Il se trouve que la communauté Mageia, tout en étant essentiellement en ligne, procure la chaleur et l'esprit d'appartenance chaleureuse que je n'ai vu nulle autre part ailleurs. Il est normal que ce point revienne souvent, et il est compréhensible aussi que ce soit difficile à comprendre quand on n'y est pas…

      • [^] # Re: Une bonne distribution ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-1).

        j'ai voulu installer un LAMP sous ubuntu (sur mon pordi portable)… pouah la galère… peut-être parce que je connais pas bien les raccourcis…

        Je suis sous M* depuis … pouah… j'en sais rien… 2003 ? et du coup, je sais que pour installer des piles de logiciels comme ça, y'a des paquets "task"…
        Sur mon fixe j'ai donc fait un
        urpmi task-lamp
        et c'était fini… 10s.
        Sous ubuntu… j'y suis encore.. ;)

        • [^] # Re: Une bonne distribution ?

          Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

          Sous Ubuntu :

          sudo tasksel install lamp-server

          Bon OK je viens tout juste de découvrir ça (je n'utilise pas Ubuntu…) et ça m'a l'air pas très sec :

          A disadvantage of using this approach is that the application files are not placed in the file system in a standard way, which can cause confusion as to where the application is installed.

          OK mais du coup ils sont installés où ces paquets !? Je n'ai pas encore fouillé. Et aussi :

          Il ne faut jamais utiliser tasksel pour désinstaller des paquets. Il supprime les paquets nécessaires au reste du système sans se poser de question.

          Mais il semblerait que le principe des 'tasks' de Mageia existe bien sous Ubuntu.

          • [^] # Re: Une bonne distribution ?

            Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

            Regarde bien son exemple : ce n'est pas un principe de tasks mais un méta-paquet ou une méta-sélection orienté tâches… Il me semble que c'est un peu la notion de groups de RHEL/CentOS https://access.redhat.com/documentation/fr-fr/red_hat_enterprise_linux/7/html/system_administrators_guide/sec-working_with_package_groups
            Quand tu lances tasksel sans argument, ça permet de comprendre que c'est surtout pour les tâches d'installation du système https://doc.ubuntu-fr.org/tasksel

            • [^] # Re: Une bonne distribution ?

              Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

              un méta-paquet ou une méta-sélection orienté tâches…

              Heu… J'ai l'impression que c'est exactement ce que fait taskel, c'est même écrit sur le lien que tu pointes : «permettant ainsi à l'utilisateur d'installer très facilement l'ensemble des paquets nécessaires à une tâche particulière. Cela fonctionne de manière similaire aux méta-paquets.»

              • [^] # Re: Une bonne distribution ?

                Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

                Oui, le même lien précise, juste avant le passage que tu cites : « une application d'installation de logiciels faisant partie intégrante de l'installeur Debian. » C'est pour cela qu'il ne faut pas l'utiliser pour désinstaller…
                Les méta-paquets par contre sont enregistrés par apt qui sait les installer et les désinstaller proprement, et ça ressemble plus à l'exemple pour Mageia. (à noter qu'il est parfois possible d'installer une tâche avec le gestionnaire de paquets et la désinstallation se passe bien mieux dans ce cas)

      • [^] # Re: Une bonne distribution ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Il se trouve que la communauté Mageia, tout en étant essentiellement en ligne, procure la chaleur et l'esprit d'appartenance chaleureuse que je n'ai vu nulle autre part ailleurs.

        c'est exactement ce que je craignais au lancement, tu mets en avant pas mal de points forts et ça a été un lancement qui a perduré :

        • des utilisateurs se sont impliqués pour envoyer des améliorations pertinentes, ce qui était possible auparavant dans Mandriva mais avec des accointances, Mageia a permis de rompre cette barrière et à tout un chacun d'être contributeur :-) (spourtant pas dur, même pas besoin d'envoyer un patch, tu justifies ta remarque, c'est fait dans la minute, plus si c'est compliqué)
        • mageia linux on-line (MLO) en France a été dans les premiers avec blogdrake en Espagne, aujourd'hui c'est https://forums.mageia.org/en/viewforum.php?f=20 de l'ordre de 10 forums pour chacun (pour les italiens, yen a déjà 2 pas besoin d'en créer un supplémentaire, mais c'est une blague interne pour connaître celui qui a été éliminé à raison au passage à Mageia :p)
        • si vous parlez russe, polonais ou chinois, n'hésitez pas à participer ! Ou à monter votre propre forum dans la langue de préférence (c'est du boulot, et nous c'est plutôt le français et l'anglais à privilégier pour échanger avec les développeurs sur les ML publiques)

        Sur ce dernier point, Ubuntu a pu décoller grâce aux install-party puis à la mise en place du forum francophone

        bin, pour avoir participé aux premier-samedi.org (ouais si ya pas de lieu, c'est que c'est à Paris :/) pour Mandriva puis Mageia, j'ai rencontré pas mal d'ubuntristes :-) (bah ubuntu au début c'était surtout « j'ai pas réussi à installer Debian »). J'ai été attristé pour ubuntu-fr.org de comprendre les soucis de marque, du manque de soutien de l'entreprise (euh, bin, ils ont leur taf' qui leur rapporte…), rha le financement de l'asso n'apporte pas de nouveaux admins (bin un truc utilisateur, ya peu d'admins)…
        Bienvenue dans le club :/ Pour autant, côté Mageia des gens comme Marja< qui est en Hollande (ou en Nederland, je ne sais jamais quel pays c'est) s'est toujours efforcée de parler français ou anglais selon la situation en tant qu'utilisatrice et gérer ce que pouvaient faire les admins, je ne doute pas que neoclust< s'adaptera de même vu qu'il habite la capitale de la Bretagne à ce que je sache :-) (si Misc< t'embête, tu me l'envoies :p)

        Mais oui, Mageia a bénéficié d'initiatives tant en France (Bretagne, Toulouse, Lyon, Paris via les différents forums) qu'à l'international (LinuxTag, Fosdem…) et n'est pas qu'une distribution française, mais bien communautaire et représentative de ses utilisateurs souhaitant que ça « juste marche » (eh mais ça n'a pas de jambes ! ouais, ok, ça fonctionne :D)

  • # php (suite)

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+0/-0).

    Il n'y a pas que nextcloud dans la vie. Pour ma part j'héberge des cms sous spip, et des wiki sous mediawiki. Aucun des 2 ne supporte php 8, ce qui pose des problèmes de sécurité. Une soluition (installation via un tar) est proposée par un utilisateur sur le forum de mageia : https://forums.mageia.org/en/viewtopic.php?t=14038, mais ce n'est pas totalement propre.
    A titre de comparaison, la dernière ubuntu (2104) fournit php 7, pour rester compatible avec le maximum d'applications.

    • [^] # Re: php (suite)

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 15/09/21 à 13:33.

      Comme le fait remarquer Nicolas, il faut des gens pour ça. Ubuntu a plus de gens.

      « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

    • [^] # Re: php (suite)

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 17/09/21 à 23:23.

      Aucun des 2 ne supporte php 8, ce qui pose des problèmes de sécurité

      ah, mais dès lors que tu trouves des gens compétents, qu'ils préfèrent Debian, Gentoo, Arch, Ubuntu, Mageia ou toute autre distribution, ils sont les bienvenus \o/

      oui, côté Mageia on a des Debianeux et des Gentristes qui contribuent et en plus on s'entend bien :-) (bon on a aussi des Archistes mais nous on ne le dit pas :p)

      note d'information : l'équipe sécurité requière un peu plus de monde (1 personne pour plus de 30000 paquets dans plein de langages, ça ne semble pas raisonnable :p)

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.