Virevoltantes valses de licences libres et non libres dans les bases de données

Posté par  (site Web personnel) . Édité par ymz, patrick_g et Ysabeau. Modéré par Xavier Claude. Licence CC By‑SA.
53
3
fév.
2021
Justice

Sur les cinq dernières années, nous avons assisté un ballet impressionnant de changements de licences dans les « bases de données » (au sens large ici) libres (SQL ou NoSQL) : on parle ici de MariaDB (base relationnelle), Elasticsearch (moteur de recherche)/Kibana (visualisation de données), MongoDB (base orientée documents), Redis (base clé valeur), Confluent (gestion d’événements), CockroachDB (SQL distribué), Graylog (gestion de journaux système), et j’en oublie peut-être.

La trame

Les entreprises qui éditent ces bases se voient attaquées dans leur modèle (double licence libre et payante, open core, service, etc.). Selon ces entreprises, d’autres acteurs leur taillent des croupières, leur piquent leur chiffre d’affaires, se placent en intermédiaires captant la valeur, souvent avec une approche « base de données à la demande » de type opérateur d’infrastructure de cloud (mais ça pourrait aussi être un simple intégrateur de solution), et le tout sans contribuer.

Et souvent la solution retenue pour stopper ce qui est perçu comme une dérive est un changement de licence, vers une licence non-libre, respectant généralement les critères suivant :

  • le code est visible / disponible (on part quand même d’une solution libre/open source, si le code n’était pas visible le changement serait brutal)
  • « ça change rien pour toi utilisateur final » (soit tu ne payais pas et c’est encore le cas, soit tu payais déjà (pour le service, le support, etc.) et ça va continuer identiquement)
  • il est interdit de faire du « à la demande » sans publier le code qui te permet de le faire.

Journal Elastic fait fermer les dépôts SearchGuard sur GitHub

24
20
sept.
2019

Elastic, l’entreprise derrière Elasticsearch, Logstash et Kibana, fait fermer les dépôts GitHub de SearchGuard, une extension de sécurité pour Elasticsearch sous le motif d’avoir copié le code propriétaire de X-Pack (rendu publique il y a quelques mois).

Floragunn, l’entreprise derrière SearchGuard, s’est défendu sur son blog d’avoir enfreint les droits d’Elastic.

Le dernier paragraphe de l’annonce d’Elastic est particulièrement croustillant (l’emphase est de moi) :

All Search Guard users are a part of the Elastic community, and it is (…)