atmaniak a écrit 152 commentaires

  • # association

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Des nouvelles de l'APINC?. Évalué à 4.

    12 jours, cela me semble absolument énorme comme downtime.

    Ne pas oublier qu'il s'agit d'une association, que les membres sont tous bénévoles et font en fonction du temps disponible pour chacun.

  • [^] # Re: Let's check some !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal bup, solution de backup viable ?. Évalué à -2.

    John sort de ce corps!

  • [^] # Re: Manquement d'objectivité.

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 2.


    C'est le distributeur qui impose la durée de projection non pas l'exploitant ( effectivement après discussion commerciale j'imagine). Du coup ce modèle fitte bien avec les besoins des multiplexes, mais pas pour les exploitants indépendants. Qui semaine après semaine décide suivant le film de continuer à le projeter, ou bien de le projeter plus tard, etc ... Et apprécie cette liberté de projection

    Je rappelle que toute programmation d'un film dans une salle se fait en fonction d'une discussion commerciale entre le distributeur dudit film et le cinéma (ou son programmateur). Cette discussion porte sur plusieurs points tel que : la durée, le nombre de séance (ahem) mais aussi la répartition des recettes.

    Dans le cas du 35mm, tout cinéma qui disposerait de la copie se retrouve contrainte a ne le jouer uniquement qu'en présence du support physique (la pellicule).
    Il ne faut pas réver, un cinéma ne garde jamais de copie physique d'un film qu'il ne joue plus et ne peux donc pas faire sa programmation "au fil de l'eau", car le distributeur doit maximiser la rotation (changement de cinéma) de chacune des copies pour rentabiliser le cout de celles-ci.

    Dans le cas du numérique, tout cinéma qui disposerait d'une copie numérique et de la clef associée (KDM) peut jouer le film (pendant la période autoriseé sur la KDM).

    Si le film fonctionne bien et qu'un cinéma souhaite poursuivre son exploitation, il suffit simplement de demander une nouvelle KDM au distributeur ... Mais comme les distributeurs font généralement des KDM pour des durées "longues" (c'est chiant de gérer des demandes de renouvellement de clefs) le problème se pose bien moins souvent qu'on ne pourrait le croire.


    Dans ce cas reste-t-on conforme à la spec du DCI ? Je ne pense pas.

    On a pas du lire la même norme, ou tu n'as aucune idée du fonctionnement du cinéma dans le monde. Car bizarrement, dans le monde que je vis tous les jours, la majorité des DCP ne sont pas cryptés, car on l'oublie trop souvent, dans une projection il n'y a pas que le film, mais de nombreux autres DCP en avant-séance (publicités, cartons promos, films annonces, ...) et ces DCP ne sont pas cryptés.
    Après tout, le but d'un film annonce est d'etre diffusé le plus largement possible, pas d'en restreindre la diffusion ...
  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 4.

    Oula, encore un raccourci.

    Alors on va reprendre depuis le début, la stereoscopie ne donne pas mal a la tête, c'est le (mauvais) usage qui en est fait qui donne mal a la tete.

    Tout comme dans la vraie vie cela donnerait mal a la tete de loucher pendant une durée "longue", la stereoscopie mal utilisée force les yeux a faire des mouvements qui ne sont pas habituels ... et qui donnent mal a la tete.

    Loin d'avoir besoin de "logiciels" pour empecher ces phenomenes, ce qu'il faut ce sont de vrais bons techniciens (stéréographe!) dont le metier est d'adapter les moyens de captation au sujet filmé, mais aussi au rendu qui doit en etre fait.
    Et la captation n'est pas le seul problème, il y a aussi le problème du sous-titrage : mettre les sous titres au meme endroit que d'habitude (en bas au centre) devant le plan de l'image va simplement donner mal à la tete. Les placer dans l'axe naturel du regard (ie : l'element important de la scène) permettra par exemple d'éviter ce problème!

    Bref, encore une fois, evitons les raccourcis sur des sujets complexes ...
  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 3.

    C'est tout le soucis de la 3D aujourd'hui. Une 3D postproduite, même en y mettant le budget, restera d'une qualité bien inférieure a une 3D réalisée a la captation par de vrais stéréographes ...
    Par exemple, Warner a eu la bonne idée de ne pas sortir le dernier(avant) Harry Potter en 3D car le résultat n'était pas a la hauteur ... (le dernier-dernier sera en 3D, il a semble t'il meme fallu retourner quelques scènes pour que ce soit finalement crédible ...)

    Il y a un film que j'adore citer en exemple, c'est Street Dance 3D : film anglais a petit budget (dont le scénario tient sur un postit) tourné en 3D avec une réalisation/montage pour de la 3D : le résultat (visuel uniquement, je vous rappelle qu'il n'y a pas d'histoire!) est très agréable a regarder et de nouveaux mouvements de caméras font une apparition (ce qui n'était pas possible avant, a cause notamment de la limite des 24 images / secondes).
  • [^] # Re: Idée saugrenue

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 1.

    Malgré le "je -> []", je me permet ici de mettre quelques liens permettant de mieux comprendre comment se passe la projection cinématographique.

    En argentique, on a donc un "projecteur" (1) souvent couplé avec des plateaux, dont le but est de faire défiler une pellicule (de 35mm) (2)

    Pour simplifier, la pellicule est traversée par la lumière issue de la "Lanterne" (3), grossie par un système optique et reflechie sur l'écran

    Pour le numérique on a en fait un premier découpage :
    - 1 serveur qui va stocker et jouer le contenu
    - 1 projecteur qui va projeter une image sur l'écran.
    (meme si les connaisseurs souligneront qu'il existe maintenant des projecteurs avec IMB integré ... je prefere quand meme séparer les roles!)

    Pour les projecteurs deux technologies s'affrontent : le DLP -Texas Instrument- et le SXRD -Sony-.

    Le SXRD a l'avantage d'etre deja disponible en 4K, le DPL n'étant actuellement commercialisé qu'en 2K (6), cependant les matrices SXRD n'acceptent pas de lampes aussi puissantes que le DLP ce qui limite la taille des écrans sur lesquels ils sont utilisés, perdant ainsi le gain de résolution qu'elles auraient pu apporter ...

    (et oui, l'augmentation de la résolution est surtout visible par le commun des mortels quand on augmente la surface sur laquelle l'image est visible !)

    1/ http://www.projectionniste.net/projecteur-cinema-35mm.htm
    2/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm
    3/ http://www.projectionniste.net/lanterne.htm
    4/ http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_Light_Processing
    5/ http://en.wikipedia.org/wiki/Silicon_X-tal_Reflective_Displa(...)
    6/ http://en.wikipedia.org/wiki/2K_resolution

    Bonnes lectures :)
  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 3.


    A mon avis, il ne faut pas limité le débat entre le libre et le cinéma numérique à une vision microscopique/technique ( savoir quel outil libre on utilise ou pas). Il faut aussi l'étendre à une vision macroscopique. A l'heure actuelle pour les exploitants de salles cela veux dire payer un matériel numérique 2 à 3 fois plus cher que l'ancien, ayant une durée de vie 3 fois inférieure ( 10 ans au lieu de 30). Tout cela au final pour la même qualité d'image ( hormis l'épiphénomène de la 3d).
    Du coup la transition vers le numérique dans le cinéma amène un surplus de contrainte, à l'inverse de transition numérique dans d'autres domaines ( photo par exemple).


    Le problème dans l'histoire est que l'on tente de comparer des choux et des carottes. Et c'est vraiment une betise.

    On a d'un coté une technologie vieilissante, la pellicule, qui malgré ses qualitées averées a plusieurs défauts tel qu'un vieillissement très rapide dans des conditions d'exploitation tradiotionnelle, un cout de transport non négligeable et une unicité du support.
    Du coté du numérique on a une technologie qui permet de garantir une qualité de projection homogène, de la première a la dernière diffusion, un cout de transport réduit (un simple disque dur) et une multiplicité qui permet aux cinémas de multiplier les programmations.

    La 3D, qu'elle soit un effet de mode ou un réel avenir pour le cinéma, représente aussi un plus non négligeable : qui continuerait a payer pour aller au cinéma voir un film plein de rayures en 2D alors qu'il pourrait regarder un film d'une qualité toujours "parfaite" chez soit en 3D ?

    Je voudrais revenir aussi sur la durée de vie du matériel, on parle aujourd'hui d'une dizaine d'année pour le numérique, contre une trentaine d'année pour l'argentique. La encore attention, personne n'a le retour nécessaire sur ce type de matériel, et les fabricants sont capables de proposer des garanties de 10 ans.
    Personne ne dit que certains équipements ne tiendront pas au dela ... (comme dans l'informatique finalement).
    Pour l'argentique, on parle de 30 ans. Mais il faut voir ce que cela implique, des vieux projecteurs de 30 ans dont aucune pièce n'a été changée et qui ont été utilisés en exploitation normale n'existent pas. Et l'entretien a minima pose de nombreux soucis : vieillissement prématuré de la pellicule, son qui saute, défilement saccadé et lumière non uniforme a l'écran...

    Attention, je ne dis pas ici que je suis pour le numérique, contre le 35mm, j'essaye juste d'évoquer des faits, basés sur mon vécu.

    Je ne vais pas rentrer non plus dans le débat sur l'économie, trop complexe et trop sujets a polémiques ... (oui, le cinéma est archi subventionné, oui vous pouvez aujourd'hui en vous débrouillant bien vous faire rembourser LARGEMENT plus que le cout de passage au numérique pour votre cinéma!)

    Concernant la demande d'itw, pas de soucis, n'hésite pas a me contacter si tu as la moindre question : pseudo @ gmail.com
  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 1.


    P.S.: je n'ai pas trouvé de traduction des normes de la SMPTE sur le site de la CST

    Et non, malheureusement seule la norme DCI est traduite. La CST, meme si elle est en discussion avec le SMTPE n'en traduit par les spécifications. Mais au moins elle apporte son grain de sel dans l'histoire !
  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 2.

    Pour avoir accès a un projecteur numérique, tu peux soit t'arranger avec le cinéma du coin, soit demander gentillement a quelqu'un ayant accès a ce type de projecteur <- moi par exemple.
  • [^] # Re: Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 7.

  • # Mais c'est déjà libre ma bonne dame !

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Pour un cinéma numérique durable et open source. Évalué à 10.


    Je bosse dans le milieu, je n'avais pas envie de m'exprimer, mais lire tant de conneries commence a me gonfler


    Pas la peine de hurler au loup alors que tout est déjà libre ...

    On a d'un coté, une organisation, DCI, qui établit les normes du cinéma numérique "coté salle", avec une jolie doc libre, une jolie procédure de test qui contient des bons morceaux de codes libres.

    La norme DCI s'appuye sur plusieurs normes SMPTE, qui ne sont pas libres mais payantes mais ont l'avantage d'etre utilisée largement dans le milieu depuis des dizaines d'années. Et ces normes retenues dans le cadre de la norme DCI sont systèmatiquement orientée dans le sens du libre (openjpeg2000, openssl, wav...).

    Pour générer un DCP (Digital Cinema Package, l'équivalent des bobines 35 montées!), il existe de nombreux outils libres, tel que opencinematools ou bien encore en utilisant un couteau suisse.

    Par contre, aujourd'hui, on ne trouve pas de lecteur libre capable de lire ces fameux DCP et il faut malheureusement passer par des outils propriétaires pour cela. Magie, ces outils propriétaires (de marque Doremi, Dolby, GDC, ...) sont tous basés sur du gnu/linux.


    Les raleurs raleront (hihi) sur les problèmes apportés par le cryptage réalisé sur le contenu, qui n'a a mon sens rien de choquant car :
    * Il permet au propriétaire (producteur, distributeur) de disposer d'une clef master du film
    * Il permet au propriétaire de générer des clefs pour les personnes devant travailler sur la/les version/s non cryptée du contenu.
    * Il permet au distributeur de donner le droit a un exploitant de jouer le film dans une salle définie pour une période définie.

    Alors avant de jeter la pierre sur ces prétendues normes non libres, tenues par les américains (je vous rappelle que la CST en france traduit ces normes, mais les adaptes également aux spécificités du marché français, en terme de format d'image par exemple), je vous invite a jeter votre regard partisan, les préjugés politiques, et a juste admirer l'esprit d'ouverture qui transpire dans chacune des étapes de la conception de ces normes !
  • # Comment aider ce projet

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche Mandriva Linux et après ? Mageia !. Évalué à 10.

    Une petite question rapide : comment aider ce projet ?

    En communiquant dessus, je suppose que c'est une première étape, mais pour la suite, qu'est ce qui est nécessaire ? De l'argent ? Des serveurs ? Des boulots pour les ex-employés Edge-It ?
  • # Mince, j'ai oublié

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Demain, osez la serviette !. Évalué à 4.

    Dans mon inutile journal, j'ai oublié de vous préciser ceci :


    En 2010, rendez-vous est pris le mardi 25 Mai à 19h devant le Centre Georges Pompidou Beaubourg à Paris pour un nouveau Jour de la Serviette. Vous pourrez interpréter vos passages préférés de H2G2 ou issus d'autres oeuvres cultes de l'humour anglais seuls et avec vos amis, et regarder les autres participants en buvant une bonne tasse de thé. Cette soirée bénéficiera de la présence de deux invités de marque : un cachalot et un pot de pétunia.

    Plus d'infos:
    http://www.voyageurgalactique.com/index.php?p=journee-de-la-(...)
  • [^] # Re: Pourquoi ?

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal La quadrature du net en difficulté. Évalué à 3.

    Pour te rassurer, tu peux voir que l'APRIL soutient LQDN :
    http://www.laquadrature.net/fr/april-0
  • # preums

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au message Vends Serveur IBM X345 50 euros. Évalué à 1.

    Je suis dans le 77, et cela pourrais m'interesser.
  • [^] # Re: Quelqu'un peut-il donner des nouvelles?

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal [HADOPI] Jeunesse Leve Toi. Évalué à 3.

    Petit compte-rendu rapide pour ceux que cela interesserait :

    Nous nous sommes rendus hier soir, aux environs de 18h30 devant l'assemblée nationale. Nous n'etions malheureusement pas très nombreux, 150 personnes me semble un chiffre réaliste, mais je peux me tromper.

    Après un quizaine de minutes, quelques policiers et leurs camarades des renseignements ont pris en charge les choses afin de nous contenir sur une petite place.

    Une des personnes travaillant pour le député Lionel Tardi est alors venu parmi nous afin de distribuer des petits cartons d'invitations nous permettant de venir assister aux votes lors de la séance de 21h30.

    C'est donc dans la joie et la bonne humeur que nous sommes retrouvés, une trentaine de personnes, comprenant quelques geeks, beaucoup d'amoureux du logiciel libre, des defenseurs de nos libertés, et quelques blogueurs.

    Pour résumer la séance, c'est un peu un melange de troll de très haut niveau, de joute verbale amusées, et un joli point Godwin pour madame la ministre.
    D'ailleurs, un bon résumé est disponible chez Numerama.
  • [^] # Re: "[HADOPI] ce soir 18h, rassemblement des 4 gusses au fond du garage

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal [HADOPI] Jeunesse Leve Toi. Évalué à 1.

    Grace aux gentils admins, c'est corrigé.
  • [^] # Re: Le million

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Voyages-sncf veut devenir le Google du rail.. Évalué à -4.

    Et voila. Au revoir le million.
  • [^] # Re: Le million

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Voyages-sncf veut devenir le Google du rail.. Évalué à -7.

    Par contre ce serait sympa d'eviter de polluer DLFP pour juste un jeu "à la con"
  • [^] # Re: Le million

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Voyages-sncf veut devenir le Google du rail.. Évalué à -6.

    raté :)
  • [^] # Re: Il apprend vite le jeune

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal SFR, Neuf et Linux. Évalué à 10.

    A demain <3
  • [^] # Re: Pas crédible

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal C'est le jour pour s'informer (un peu) ... et en parler (beaucoup).. Évalué à -3.

    Arrete de troller, mon petit choupinou à la banane!
  • [^] # Re: Matt Dillon : quelqu'un de vraiment polyvalent

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse à la dépêche La version 2.0 de DragonFlyBSD est disponible. Évalué à -5.

    Surement de pas grand chose.

    Mais bisous lasher.
  • [^] # Re: mydns ?

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au journal Faille sérieuse dans le protocole DNS. Évalué à 0.

    mydns(-ng) ne fait pas office de serveur DNS recursif, et confie la gestion de cela au daemon de ton choix (via la directive recursive = ).
  • [^] # Re: Vous seriez vous trompé d'adresse

    Posté par  (site Web personnel) . En réponse au message Bloquer la remise des mails en local pour un utilisateur avec Exim4 ?. Évalué à 0.

    Monte un moteur de recherche humain