• # non merci

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Non merci Adobe. J'ai déjà trop investi dans nos logiciels libres. Je continue à miser sur GIMP, Inkqcape, Scribus, Blender, Krita et tant d'autres, y compris financièrement. Et j'ai l'impression d'en avoir pour mon argent, et pour mon éthique aussi ;) J'espère que nous serons nombreux à répondre ainsi.

    • [^] # Re: non merci

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      et Pitivi !

      Bien d'accord :)

      • [^] # Re: non merci

        Posté par . Évalué à -4.

        Steam ne t'empêche pas de jouer à Xonotic tout comme Adobe ne t'empêchera pas de continuer avec Gimp.

        Sinon, ce n'est pas Adobe qui a initié le sondage sur Linux, le sondage était "Comment améliorer Adobe Premiere?"
        Et il se trouve effectivement qu'un portage sous linux est la requête la plus populaire.

        et Pitivi !

        houlala, c'était presque bien jusqu'à maintenant.
        La page showcase est honteuse et pour le coup, il ne faut pas s'y connaître pour s'en rendre compte.

        À l'heure où tout le monde ne communique que via YouToubeu, des smartphones épris d'ubiquité, comment ce fait-il qu'un NLE libre et fonctionnel n'arrive toujours pas à suciter un enthousiasme à l'aûne de celui de Blender?
        On a des bousins qui crashent, à l'UI des NLE gratuits du début du siècle (bitmap, bitmap).

        Je pense qu'il est trop tard ceci dit, d'autant que des initiatives proprio mais gratuites existent à présent:
        Lightworks et DaVinci Resolve

        • [^] # Re: non merci

          Posté par . Évalué à 5.

          Je pense qu'il est trop tard ceci dit, d'autant que des initiatives proprio mais gratuites existent à présent:
          Lightworks et DaVinci Resolve

          J'en serais pas aussi certain vu que, contrairement à leurs API FlashPlayer et Air qui ont quasiment disparues, les logiciels de création de la suite Adobe sont massivement utilisés par le monde pro et donc par les formations et les étudiants (la boucle s'auto-entretient).
          Si la firme portait sa suite sur Linux, il y aurait fort à parier que la concurrence y serait sérieusement affecté.
          Mais heureusement pour celle-ci, Adobe a déjà du mal à faire du bon multithreading (les perfs Windows de Premiere sur Threadripper sont minables) et ils ont boudé Linux depuis longtemps donc à moins d'être en vraie position de déclin ils ne feront pas cet effort de portage. C'est un peu la même histoire qu'avec les développeurs/éditeurs de jeux vidéos propriétaires.

          • [^] # Re: non merci

            Posté par . Évalué à -2.

            Je pense qu'il est trop tard…

            J'en serais pas aussi certain …

            Je parlais pour le logiciel libre.
            Évidemment, personne n'a dit qu'il y avait de deadline ou que c'était une course mais vous voyez ce que je veux dire, non ?

            • [^] # Re: non merci

              Posté par . Évalué à 3.

              Je parlais pour le logiciel libre.

              D'accord j'avais mal compris. Mais dans ce cas, comme pour les softs de dessin, les gens s'en fichent puisqu'ils ont déjà décidé de faire passer leur OS avant les fonctionnalités de ce logiciel-métier (et je ne pense pas qu'il ait beaucoup de linuxiens utilisant Pro2 ou CS2 avec Wine même si ce dernier est désormais gratuit). Pour quelqu'un qui veut faire du montage même semi-pro il y a déjà des outils libres suffisants.

              • [^] # Re: non merci

                Posté par . Évalué à -1.

                les gens s'en fichent puisqu'ils ont déjà décidé de faire passer leur OS avant les fonctionnalités de ce logiciel-métier (et je ne pense pas qu'il ait beaucoup de linuxiens utilisant Pro2 ou CS2

                C'est surtout que ces logiciels de dessins aient atteint une certaine maturité et avant même ça, faisait déjà le taff.
                Là oú ils pourraient pêcher serait au niveau perf sur de gros fichiers à configuration égale mais avec un peu de methodologie, c'est gérable.

                L'argument pour Photoshop CS n'est plus le CMYK mais le content aware fill, comme quoi, y aura toujours des gens pour râler.

                Pour quelqu'un qui veut faire du montage même semi-pro il y a déjà des outils libres suffisants.

                Pour la video par contre, ça casse assez facilement sans même aller plus loin que retailler une video de vacance (OpenShot et Pitivi du moins). Cette fragilité est vraiment palpable.

                • [^] # Re: non merci

                  Posté par . Évalué à 3.

                  L'argument pour Photoshop CS n'est plus le CMYK mais le content aware fill, comme quoi, y aura toujours des gens pour râler.

                  Pourtant Gimp possède le plugin Resynthesizer depuis 2004… 8 ans avant Toshop.
                  Moi c'était le Lab qui me manquait parfois mais je faisais autrement. Maintenant il est arrivé dans la dernière version.

                  Pour la vidéo c'est pas mon médium donc je n'ai pas testé. Après on est jamais à l'abri d'un crash peu importe le logiciel ou l'OS donc faut sauvegarder mais c'est vrai que ça peut être pénible.

        • [^] # Re: non merci

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          J’ai pas été voir le sondage… J'avoue… Ha, donc c’est pour le montage vidéo ? « ’trop sympa :) »

          Pour ceux qui souhaitent, comme moi, utiliser – Comment dire ? – nos propres outils (« à nous les peuples de la terre »), comme partie d’un bien commun auquel nous pouvons tous contribuer, d’une manière ou d’une autre, que nous sommes par ailleurs libres d’utiliser, d’étudier (code source), de modifier et de redistribuer… Il existe des solutions, à commencer par l’un de nos systèmes GNU.

          Par exemple, j’ai réalisé des montages avec Cinelerra (Cf. par exemple). C’était pas facile et j’imagine que le logiciel à peut-être bien évolué depuis lors… Il semble y avoir plusieurs déclinaisons, CV, GG, HV, mais également un autre projet, de réécriture, Lumiera

          Il y a bien sûr Kdenlive, très utilisés semble-t-il… Je l’ai proposé à mes collègues et ils ont réussi à l’utiliser.

          Blender, oui, de manière professionnel également utilisé… Probablement particulier à prendre en main mais avec de nombreuses possibilité de composition et les outils 3D sous la main bien sûr…

          OpenShot Video Editor qui propose d’ailleurs des titres réalisé par Blender s’il est présent.

          VideoLAN Movie Creator est un projet prometteur s'il peut-être à la même hauteur que VLC mais toujours en projet…

          Des boites à outils tels que MKVToolNix, Avidemux, FFmpeg, GIMP, Krita, Inkscape, Audacity et quelques autres…

          Le projet ZeMarmot avance bien et à toujours besoin de notre aide, financière surtout de sorte à encourager et maintenir en vie les artistes et développeurs (GIMP) qui travaillent… :)

          Bref, on a de quoi se démerder et s’entre-aider « entre nous » bon sang ! « … et fière de l’être ! » « Continuons le … développement ! »

          • [^] # Re: non merci

            Posté par . Évalué à 2.

            bien @Space_e_man , tu viens de perdre tout crédibilité avec Cinelerra, bon t'es pas allé aussi loin en citant Jahshaka mais c'était limite :)

            • OpenShot Video Editor: ça la fout mal quand il crash à l'ajout d'une simple video.
            • VideoLAN Movie Creator: plus une news depuis sa présentation au FOSDEM il y a… 10ans.
            • KDEnlive: Celui-ci par contre, peut effectivement sortir son épingle du jeu.
            • Blender: no comment, ce logiciel est absolument merveilleux mais ce n'est pas un NLE même si utilisable à cette fin.
            • ZeMarmot: Tu n'as pas compris le but du projet, si ?

            Bref, on a de quoi se démerder et s’entre-aider « entre nous » bon sang ! « … et fière de l’être ! » « Continuons le … développement ! »

            Je ne dis pas le contraire mais tu dois garder un peu de sans froid. :)

            Il n'y a jamais eu autant de contenu video dans l'histoire, de matériel abordables et pas un LL pour se démarquer.

            • [^] # Re: non merci

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Pour Cinelerra, ’faut noter que je donne un exemple de montage que j’ai moi-même réalisé avec. Il était déjà utilisable à l’époque, en 2012…

              Cinelerra, Lumiera, VLMC sont des pistes pour les "investisseurs" qui chercheraient un projet de montage vidéo libre (bien commun, tout ça) dans lequel investir … (temps, argent ou autre)

              Un logiciel qui se plante ? particulièrement ? ’faut voir… OpenShot n’est pas le plantage dans fonctionnalités. ’faudrait faire une étude pour savoir s’il doit avoir cette réputation… De toute façon, ’régulièrement sauvegarder son travail… et dans différents fichiers lors de grosses modifications…

              ZeMarmot est un projet d'animation. C’est surtout une bonne manière de participer au développement de GIMP.

              Kdenlive fonctionne déjà très bien. Une réécriture est en cours, la branche 19.04…

              Alors oui, l’approche peut être différente entre le geek qui ne cherchera que la productivité quitte à utiliser des logiciels privateur, sans même connaître la différence, sans pour autant payer la licence, et celui qui cherche d’abord à s’inscrire dans "le bien commun" et n’utiliser que nos logiciels libres quitte à prendre son temps, trouver des astuces, combiner différents logiciels et technique, participer d’une manière ou d’une autre au développement de certains logiciels libres, etc.

              Par exemple (encore), voici un Youtubeur (mais également présent sur PeerTube), pour l'avoir rencontré personnellement, il utilise Kdenlive pour faire ses montages. Il y en a peut-être d’autres ?

              • [^] # Re: non merci

                Posté par . Évalué à 2.

                Il y en a peut-être d’autres ?

                Electro-bidouilleur et Electronikheart utilisent aussi Kdenlive (et Linux) même si ce dernier fait un montage souvent très simple.

    • [^] # Re: non merci

      Posté par . Évalué à 10.

      Si vous voulez que Linux perce sur le desktop, il faut plus de logiciels, surtout ce genre de logiciels phares considérés comme incontournables par beaucoup de gens, à tort ou à raison.
      Ce n’est pas une énième distribution de plus parmi les centaines existantes qui changera la donne.

      Et ça n’empêche pas de préférer d’autres logiciels. Moi aussi j’utilise Krita.

      • [^] # Re: non merci

        Posté par . Évalué à 10.

        perso, je me fous un peu que Linux perce ou pas sur le desktop, mais je met ça de côté.

        Une solution pour favoriser la migration, c'est que des logiciels proprio soient dispos sous Linux, une autre, c'est que les logiciels de référence soient des logiciels libres et donc aussi disponibles sous Linux. La première solution revient à transformer Linux en OS "normal" où, finalement, que l'os soit libre n'a aucune espèce d'importance. Est-ce que ce serait vraiment un progrès si tous les utilisateurs desktop migraient sous Linux pour utiliser leurs applis proprios ?
        (question rhétorique). Bref, adobe, s'ils veulent publier du logiciel libre sous Linux, c'est cool. S'ils veulent vendre leur soft proprio sous Linux, c'est cool aussi, mais moi, je ne leur demande pas.

        • [^] # Re: non merci

          Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 11/12/18 à 14:34.

          Un autre aspect, peu évoqué ici, est celui des softs Adobe en entreprise. Le milieu de l'animation, par exemple, penche pas mal du côté de Linux : les gros softs métier (Maya/Renderman/Nuke/…) étant déjà portés. Le blocage le plus courant pour une migration complète, c'est la suite Adobe [1]. Certaines boîtes restent sous Windows à cause de ça, d'autres "émulent" (merci Wine), ou gardent des machines (éventuellement virtuelles) juste pour ça. Bref, si Adobe acceptait de porter au moins ses fers de lance (Photoshop/Premiere/After Effects, disons), ça pourrait faire évoluer les choses en bien.

          [1] Le pack Office aussi, mais à la différence d'Adobe ça touche plus rarement les stations des graphistes.

          • [^] # Re: non merci

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Certaines boîtes restent sous Windows à cause de ça, d'autres "émulent" (merci Wine), ou gardent des machines (éventuellement virtuelles) juste pour ça.

            Autre scénario possible : Les utilisateurs qui travaillent sous GNU/Linux ont la flemme de changer de machine ou d’OS et regardent s'il n'est pas possible d’utiliser GIMP, Inkscape, Kdenlive pour ce qu'ils ont à faire dans l'instant… Soit ça le fait et ils découvrent que GIMP n'est finalement pas si mal, qu'il a même ses avantages… Soit ça le fait pas et ils se résignent à changer d'OS. Il se peut aussi qu'ils se disent que sur le long terme ils pourraient engager un programmeur pour corriger quelques bugs ou ajouter quelques fonctionnalités…

            Ce scénario tombe à l'eau dès lors que Adobe débarque sous GNU/Linux avec ses gros sabots tout crotté de non-libre :(

            • [^] # Re: non merci

              Posté par . Évalué à 5.

              Alors désolé, mais je vais sortir ma carte "vraie vie". Une boîte qui utilise des dizaines de licences Adobe (facturées au mois, et tout), si elle pouvait envisager de migrer de Photoshop à Gimp, t'inquiète que ça aurait été fait bien avant d'envisager la migration Linux.

              Les difficultés sont multiples : scripts/plugins/… qui dépendent d'un logiciel spécifique, adéquation à certains formats rendus nécessaires par le reste de l'industrie (formats vidéo pour le montage, p.ex.), formation des recrues, et j'en passe. La présence des softs Adobe sur la plateforme est anecdotique. Si demain, il n'y avait plus aucun moyen de faire tourner Photoshop ailleurs que sous HaikuOS, tu verrais des migrations en masse vers HaikuOS dans le métier.

              • [^] # Re: non merci

                Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 11/12/18 à 19:54.

                Une boîte qui utilise des dizaines de licences Adobe (facturées au mois, et tout) …

                Cette boîte pourrait facilement envisager d’investir dans son "appropriation" (partagée d'un bien commun) d’un logiciel libre en participant à son développement. Là où chaque boîte paye de manière isolée des licences à Adobe, l'ensemble des dons équivalent serait cumulatifs !

                J’ai déjà personnellement fais des dons pour plus de 2 k€ dans le développement de GIMP, et j’ai l'impression d’avoir bien plus d'influence positives sur un bien commun que si j’avais payer 2 k€ de licences Adobe. Au finale, j’ai fais avancer un logiciel que je pourrai continuer à utiliser quoi qu’il arrive… Alors qu’avec des licences d’utilisation Adobe, c’est comme payer un loyer, au final on a rien du tout car le logiciel n'appartient réellement qu’à Adobe et il faut encore et toujours payer pour pouvoir continuer de l’utiliser.

                Soyons nombreux à participer au développement de GIMP et il me semble évident que le bilant sera bien plus intéressant pour tout le monde.

                C’est une question de culture. Bien commun contre bien privé "à louer".

                • [^] # Re: non merci

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 11/12/18 à 20:01.

                  Ça dépend aussi. Pour nombre de professionnels Photoshop propose des fonctionnalités dont ils ont besoin maintenant. Et nombre de ces boîtes sont incompétents au niveau logiciel (donc qui payer et combien pour obtenir la fonction dans combien de temps ?).

                  Les clients d'Adobe ne peuvent pas financer GIMP et laisser les projets en plan avant d'obtenir les fonctions qui manquent.

                  • [^] # Re: non merci

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Pour nombre de professionnels Photoshop propose des fonctionnalités dont ils ont besoin maintenant.

                    Comme on en discutait plus tôt avec gabin, c'est de moins en moins vrai et pour certaines fonctionnalités c'était même l'inverse total.
                    Dans certains cas il y a l'intégration à la suite Adobe qui est à prendre en compte mais dans le cas d'une boite qui bosse uniquement sur de l'image matricielle, le seul intérêt à acheter Photoshop est que les gens arrivent déjà formés au logiciel. Si elle pratique beaucoup le turnover des employés et embauche principalement en CDD c'est un gain rapide, sinon c'est une perte sur le moyen/long terme.

        • [^] # Re: non merci

          Posté par . Évalué à 3.

          Il y a déjà des LL qui sont des références, des succès indéniables, mais ça n’empêche pas certains de préférer des logiciels propriétaires.
          La diversité des logiciels (libres ou non) importe.
          À mon avis, Linux souffre à moindre échelle du même problème qu’a connu Windows Phone: pas assez de choix de logiciels, pas assez de dévs qui prennent la peine de porter leur soft sur la plateforme.

          Mais si on se moque du succès de Linux sur le desktop, effectivement ça n’a pas d’importance.

          transformer Linux en OS "normal" où, finalement, que l'os soit libre n'a aucune espèce d'importance. Est-ce que ce serait vraiment un progrès si tous les utilisateurs desktop migraient sous Linux pour utiliser leurs applis proprios ?

          Oui. Avoir le choix, ça compte, il me semble. En tout cas ça compte pour moi, qui utilise beaucoup de LL, mais pas que ça.

          • [^] # Re: non merci

            Posté par . Évalué à 4.

            pas assez de choix de logiciels

            heu … est-ce que je comprends bien si je reformule "pas assez de choix" en "couverture insuffisante du spectre des besoins logiciels". Parce du choix, il y a en a, c'est même une critique régulièrement faite à l'écosystème Linux/logiciel libre.

            Oui. Avoir le choix, ça compte, il me semble. En tout cas ça compte pour moi, qui utilise beaucoup de LL, mais pas que ça.

            oui, je forçais un peu le trait pour souligner que la présence de Linux sur le desktop, c'est une métrique, mais j'ai du mal à voir ça comme un objectif vraiment pertinent. Dans un monde fictif où tout le monde aurait migré pour utiliser une pile proprio sous Linux, on aurait 100% de Linux sur le desktop, et on serait pas plus avancé.

            • [^] # Re: non merci

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              oui, je forçais un peu le trait pour souligner que la présence de Linux sur le desktop, c'est une métrique, mais j'ai du mal à voir ça comme un objectif vraiment pertinent. Dans un monde fictif où tout le monde aurait migré pour utiliser une pile proprio sous Linux, on aurait 100% de Linux sur le desktop, et on serait pas plus avancé.

              Je vais apporter un peu de concret dans le débat. Avoir plus d'utilisateurs de Linux, même si les nouveaux utilisent du proprio en son sein, sera bénéfique normalement pour tout le monde, même ceux n'ayant que du Logiciel Libre.

              Déjà, car cela incite les éditeurs de logiciels traditionnels, étatiques ou de pilotes à faire un effort pour que Linux soit supporté comme Windows ou macOS. Cela simplifie l'achat de nouveau matos, cela limite le besoin d'un double boot pour quelques fonctions et un utilisateur sera plus simple à migrer de Windows ou amcOS vers Linux s'il retrouve tous ses petits après la migration.

              Et on voit déjà des cas concrets. Les incompatibilités matérielles se font de plus en plus rare sous Linux, il y a 10 ans la gestion de webcam ou de cartes Wifi étaient très pénibles. Et ces améliorations sont dues aussi à des pilotes libres, écrites par les constructeurs eux même car le besoin est là, ayant de nombreux clients sous Linux aujourd'hui.

              Un autre exemple de ce que pourrait apporter Adobe sous Linux par exemple. Actuellement Pixar / Disney utilisent des RHEL pour concevoir leurs films dont pour les postes de dessinateurs. Ils payent Red Hat et Wacom pour que les tablettes graphiques qu'ils utilisent soient pleinement supportées par Linux. Toute la pile graphique ainsi s'améliore pour prendre en charge les fonctions demandées par ces entreprises. Et le code est libre à la fin, d'ailleurs ZeMarmot par exemple en tire profit.

              Nul doute que si Adobe porte des logiciels sous Linux et que certaines entreprises migrent dessus, le support de certaines fonctions dont ils ont besoin d'un point de vue matériel sera payé par ces entreprises. D'ailleurs je crois que Red Hat travaille sur des fonctionnalités d'affichage avancées comme le HDR / HiPi suite aux demandes des clients et le code résultat sera libre et tout le monde pourra en profiter.

              Je pense qu'on aurait tort de rejeter ce genre de choses car ils utilisent des logiciels qu'on aime pas pour diverses raisons. Si par effet de bord cela en fait bénéficier tout le monde. Pourquoi pas.

              • [^] # Re: non merci

                Posté par . Évalué à 3.

                Je pense qu'on aurait tort de rejeter ce genre de choses car ils utilisent des logiciels qu'on aime pas pour diverses raisons. Si par effet de bord cela en fait bénéficier tout le monde. Pourquoi pas.

                Tout à fait. Pourquoi pas. Je rappelle que je ne commente pas dans le vide, mais dans le contexte des commentaires qui ont initiés la conversation.

                Mais pour revenir sur le journal, si on n'a pas besoin de logiciels type ce que fait Adobe, et si on n'a aucune intention de leur en acheter s'ils les portent sous Linux, je pense qu'il ne faut pas demander à Adobe de porter juste parce qu'on pense que ça serait cool que ça soit dispo sous Linux. Et je me demande dans quelle mesure ça ne serait pas contre productif.

              • [^] # Re: non merci

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Actuellement Pixar / Disney utilisent des RHEL pour concevoir leurs films dont pour les postes de dessinateurs. Ils payent Red Hat et Wacom pour que les tablettes graphiques qu'ils utilisent soient pleinement supportées par Linux.

                Argument intéressant, mais il faut garder à l'esprit que Disney n'est pas un éditeur de logiciels. Leur boulot c'est de créer des contenus non libres, et ils utilisent et améliorent des outils libres en faisant cela. Adobe vends des outils propriétaires, et ne va pas lui-même contribuer à des outils, logiciels ou pilotes libres. Tout au plus il fera le minimum pour que son logiciel puisse tourner sous Linux, un peu comme Microsoft fait pour que Linux puisse tourner sur sa plateforme Azure, mais ça n'apporte rien à l'écosystème libre. Et ça reste quand même un marché de niche (graphistes pros sous Linux ?)

                Comme dit dans un autre commentaire ,la métrique "nombre d'utilisateurs sous Linux", ce n'est pas un objectif. Le fait que tout le monde ait un Android dans sa poche ou sur son netbook ARM ne fait pas avancer le libre. D'ailleurs, ça reste toujours la galère d'installer une vraie distribution libre sur ces appareils verrouillés, peut être parce que la majorité de leurs possesseurs n'ont pas conscience que ça pourrait être différent, et n'en expriment donc pas le besoin. Et puis c'est bien pratique Google, quand même.

                Un LUG en Lorraine : https://enunclic-cappel.fr

                • [^] # Re: non merci

                  Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                  Argument intéressant, mais il faut garder à l'esprit que Disney n'est pas un éditeur de logiciels. Leur boulot c'est de créer des contenus non libres, et ils utilisent et améliorent des outils libres en faisant cela. Adobe vends des outils propriétaires, et ne va pas lui-même contribuer à des outils, logiciels ou pilotes libres.

                  Si Adobe propose des solutions sous Linux, nul doute que des entreprises de graphistes iront sous Linux et pourraient payer pour améliorer le support matériel ou logiciel du système.

                  De la même façon que Disney est sous Linux aujourd'hui car des tas d'outils pour faire de la 3D sont disponibles dessus. Il faut donc amorcer la boucle en proposant des logiciels de graphismes utilisés par des pros avant que ces derniers ne s'en servent.

                  Le fait que tout le monde ait un Android dans sa poche ou sur son netbook ARM ne fait pas avancer le libre.

                  Je pense que vous n'avez aucune idée de l'impact d'Android dans l'écosystème actuel.

                  Le fait que les constructeurs de téléphones utilisent Android incite les constructeurs à proposer un support dans le noyau Linux officiel et à l'améliorer. Par exemple Samsung travaille beaucoup sur des systèmes de fichiers pour mémoire flash et pour la bonne gestion de ceux-ci, Google a travaillé sur la pile réseau et la gestion de l'énergie dans Linux, de nombreux bogues généraux ont été découverts et résolu grâce à l'utilisation massive de Linux dans Android. Sans parler des améliorations d'ordre général qui bénéficient même aux PCs ou à d'autres appareils embarqués.

                  D'ailleurs il y a un travail en cours (amorcé depuis longtemps mais qui pourrait enfin aboutir) pour que la branche de travail de Google pour Android soit identique au noyau Linux officiel. Ainsi mutuellement ces deux branches ont permis de progresser sur différents domaines.

                  Bien sûr que ce n'est pas parfait, on en voudrait plus, mais ce n'est pas négligeable. Il est erroné de croire que Android n'a rien apporter à l'écosystème.

                  Et il ne faut pas oublier l'impact d'Android dans l'écosystème Java (composé de nombreux logiciels libres), pour Webkit / Blink pour le rendu Web, etc.

                  • [^] # Re: non merci

                    Posté par . Évalué à -2. Dernière modification le 12/12/18 à 13:06.

                    Google a travaillé sur la pile réseau et la gestion de l'énergie dans Linux

                    Ça se traduit comment ? Enrichissement de l'API ? outils userland?

                    Est-ce qu'on a des trucs équivalents tels que:
                    - OSX app nap guideline
                    - Autre document plus high-level

                    D'ailleurs il y a un travail en cours (amorcé depuis longtemps mais qui pourrait enfin aboutir) pour que la branche de travail de Google pour Android soit identique au noyau Linux officiel. Ainsi mutuellement ces deux branches ont permis de progresser sur différents domaines.

                    Est-ce qu'il y a de la documentation ou une page projet à ce sujet ?

                    J'aimerais savoir comment les échanges se font, si une roadmap existe, etc,…

                    • [^] # Re: non merci

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 12/12/18 à 14:16.

                      Ça se traduit comment ? Enrichissement de l'API ? outils userland?

                      Il y a probablement des outils en espace utilisateur pour le développement Android. Mais ce n'est pas mon propos.

                      C'est plutôt au niveau du noyau que les impacts pour tout le monde sont visibles. En effet, Android utilise Linux mais pas X11 ou Wayland, pas PulseAudio, pas la glibc, pas OpenJDK, pas GTK+ / Qt, pas upower / NetworkManager / Policykit / fprintd, etc. Du coup le noyau est sans doute l'endroit privilégié où les contributions pour Android se répercutent automatiquement chez tout le monde, PC x86 inclus.

                      Donc tu as des pilotes matériels, des systèmes de fichiers, la pile réseau, graphique ou énergétique qui ont reçu des contributions. L'usage systématique de SELinux et des outils de débogues lors du développement comme ftrace ont probablement permis d'améliorer ces domaines là aussi.

                      Et comme Android est utilisé massivement, nul doute que de nombreux chercheurs en sécurité ont découvert des bogues pour essayer de colmater des failles destinées à des téléphones.

                      Enfin, je sais que des contributeurs Android sont impliqués dans l'intégration continue du noyau à travers KernelCI par exemple. Ces tests touchent bien entendu de nombreux sous-systèmes communs à tous les noyaux Linux exécutés.

                      Évaluer les contributions d'Android au noyau est difficile à estimer correctement car Android ça touche de nombreuses entreprises et de nombreux projets et il est difficile de savoir si la contribution de la boîte vient d'un projet lié à Android ou non. Mais étant donné l'ampleur de son déploiement et de ses besoins, nul doute que le chiffre est élevé.

                      Est-ce qu'il y a de la documentation ou une page projet à ce sujet ?
                      J'aimerais savoir comment les échanges se font, si une roadmap existe, etc,…

                      Le noyau Linux ne se développe pas de manière centralisée. Chacun vient avec son correctif sans concertation préalable. Et tous les échanges sur le développement se font à deux endroits :

                      • Les listes de diffusion par courriel ;
                      • Les conférences au sujet du noyau.

                      C'est très décentralisé et le volume d'échange est tel que c'est difficile de s'y retrouver. Très peu de sous-systèmes ont un wiki ou un site Web pour donner un aperçu de l'avancement de leurs travaux.

                      Du coup pour suivre ce qui se passe, le mieux est de lire lwn.net. Leur dernier article sur la question de la fusion du noyau d'Android et le noyau officiel montre quelques domaines de progression pour tout le monde comme par exemple l'ordonnanceur de processus qui peut utiliser les informations liées à l'énergie de la machine pour prendre une meilleure décision. Ou encore l'inclusion du système de fichier SDCardFS.

                  • [^] # Re: non merci

                    Posté par . Évalué à -1.

                    pour que la branche de travail de Google pour Android soit identique au noyau Linux officiel

                    Google-analytic est déjà presque partout, prochaine étape : dans le kernel !

                    🇪🇺

                • [^] # Re: non merci

                  Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 14/12/18 à 09:59.

                  M'en fous je suis un ascète dans mon coin et le 'juste marche' me suffit!

                  Non on ne s'en fout pas du nombre d'utilisateur sous Linux. Peut être pour toi qui reste uniquement dans l'écosystème libre (et encore)

                  • Avoir un grand nombre de personne sous linux permet d'avoir un meilleur support du matos car les constructeurs ne vont pas faire l'impasse sur un gros marché
                  • De même, les éditeur vont aussi considérer le développement de leur soft propriétaire pour qu'ils tournent sous linux.
                  • Cela augmente aussi les chances d'avoir un poste de travail sous Linux.
                  • On pourrait aussi trouver des ordinateurs grand public avec Linux pré installé

                  Désolé, mais j'aime jouer, et nombre de jeux ne sont dispo que sous windows, et depuis que W10, fournit apt-get et les outils avec, je dois dire que je n'ai même pas cherché à installer linux sur mon dernier portable, j'ai plus le temps…

                  Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                  • [^] # Re: non merci

                    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 14/12/18 à 11:20.

                    Vu où tu as posté dans l'arborescence, je ne suis pas sûr, mais je le prends pour moi :)

                    Non on ne s'en fout pas du nombre d'utilisateur sous Linux.

                    je n'ai pas dit que je m'en fous complètement, mais que je m'en fous un peu. Je ne nie pas qu'il y a des avantages à ce que plus de monde utilise Linux. Mais ce n'est pas non plus l'alpha et l'omega. Un des OS les plus déployés dans le monde est un OS libre, c'est MINIX, présent dans le ME de toutes les puces Intel depuis une dizaines d'années. Super …

                    On pourrait aussi trouver des ordinateurs grand public avec Linux pré installés

                    Il y a moins de choix que pour du Windows, mais ça se trouve.

                    Désolé, mais j'aime jouer,

                    moi aussi

                    et nombre de jeux ne sont dispo que sous windows

                    et nombres de (très bons) jeux sont dispos aussi sous Linux. Et avec le travail que valve fait sur proton en ce moment, le choix augmente. Comme tu dis que tu n'as pas le temps, tu ne peux pas jouer à tous les bons jeux. Alors est-ce que c'est si grave de ne pas pouvoir jouer à quelques titres, sachant que ça ne veut pas dire que tu ne peux pas jouer à d'autres bon jeux ? Le seul problème que je vois, c'est si tu joues en multi avec un groupe de potes, et qu'ils choisissent systématiquement des exclus windows. À toi de voir ce à quoi tu accordes le plus de valeur entre Linux et quelques jeux sous Windows.

                    je dois dire que je n'ai même pas cherché à installer linux sur mon dernier portable, j'ai plus le temps…

                    perso quand j'achète du matos (fixe ou portable), je prends un peu de temps pour vérifier la compatibilité. Mais c'est vrai que de temps en temps, il y a un petit truc qui coince (il faut dire je suis sur une Debian quelque part entre du sid et du unstable avec un chouille de devuan, et parfois avec un noyau compilé du git de Linus, alors je cherche un peu :D )

                    • [^] # Re: non merci

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Le seul problème que je vois, c'est si tu joues en multi avec un groupe de potes,

                      Oui et non, skyrim est plutôt solo, Fallout 3,4 aussi, The Secret World, est multi. Et mon Skyrim à plus d'une centaine de mods installés (nouvelles zones (falskaar, forgotten city), gestion du froid/fatigue…, amélioration des villes… The secret world est un mmo avec de vrais énigmes a résoudre soi même (ou aller chercher la soluce sur le net, mais franchement c'est dommage de ne pas chercher à résoudre soi même)

                      Et pourtant je fais parti de ceux qui ont joué a neverwinter night uniquement sous linux, de même pour unreal tournament premier du nom; il y en a d'autre aussi; mais force est de constater que pour jouer a nwn2 il faut un windows, Skyrim aussi. Alors peut être qu'on peut gérer avec wine, mais avec les outils genre modOrganiser + skse + enb, j'ai un peu l'impression de vouloir perdre des semaines pour faire fonctionner le tout. Déjà que lors des mises à jour de fallout 4, faut se farcir la mise à jour de f4se ainsi que des mods en dépendant, si en plus je dois m'assurer que ça passe sous wine…

                      Et oui si j'avais le choix et que c'était simple de faire tourner tous ces trucs sous linux je serai sous linux. Et j'ai parlé de the Witcher 3?

                      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                      • [^] # Re: non merci

                        Posté par . Évalué à 4.

                        ok, on a des profiles de joueurs très différents. Ce ne sont les pas jeux vidéos en général qui te retiennent, mais ces jeux très précis dans lesquels tu t'investis, et que te ne peux pas (ou ne veux pas) remplacer par d'autres jeux.

                        The Secret World

                        c'est vrai que je n'ai pas réussi à le faire tourner. Enfin si, mais à 10 FPS avec des bugs de textures (ou peut-être plutôt de shaders) rigolos, donc pas jouable. Mon dernier essai remonte à quelques années, wine le gère peut-être mieux maintenant.

                        the Witcher 3?

                        ouais, j'étais un peu déçu qu'ils ne fassent pas une version Linux alors qu'ils l'ont fait pour le 2. Après, je triche un peu aussi, je ne joue pas exclusivement sur PC, donc je peux, à l'occasion, jouer à des trucs qui ne sont pas sous Linux.

              • [^] # Re: non merci

                Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 13/12/18 à 00:30.

                Un autre exemple de ce que pourrait apporter Adobe sous Linux par exemple. Actuellement Pixar / Disney utilisent des RHEL pour concevoir leurs films dont pour les postes de dessinateurs. Ils payent Red Hat et Wacom pour que les tablettes graphiques qu'ils utilisent soient pleinement supportées par Linux. Toute la pile graphique ainsi s'améliore pour prendre en charge les fonctions demandées par ces entreprises.

                Ça fait plusieurs fois que tu sors cela sur ce site, donc au bout d'un moment je me pose des questions (surtout que tu as l'air super sûr de toi, comme si c'était une info sûre comme de la roche), car c'est un truc dont j'ai jamais entendu parler, et une recherche sur le web ne retourne rien non plus. Je parle pas du fait que Pixar utilise du linux aussi. C'est connu depuis des années car on a une fois tous les 36 du mois une vidéo de démo de quelqu'un de Pixar avec du Linux, que ce soit celle qui a pas mal fait parler d'elle "dernièrement" (y a quand même 2 ans) en présentant leur pipeline 3D sur une machine Linux (GNOME, mais pas RedHat, apparemment sur une machine System76, vraisemblablement avec Ubuntu ou un dérivé). Un peu plus vieux, y a eu une vidéo marketing où là on voit du RedHat. Etc.

                Mais de là à dire que non pas des mais les postes de dessinateurs sont sous Linux (ça semble impliquer donc tous les postes de dessinateurs?)! Je me dis que ça ne peut qu'être une info interne! Alors est-ce le cas? As-tu travaillé pour Disney ou Pixar et peux-tu nous confirmer que oui à l'intérieur, y a du Linux un peu partout sur les postes des artistes?

                Parce que moi, tout ce que j'en déduis, c'est qu'y a un peu de Linux sur le desktop dans ces boîtes, mais jusqu'à quel point? Aucune idée. Surtout que les seules infos qu'on semble avoir sont des démos techniques.

                Mais surtout ce qui m'a le plus étonné, c'est ton insistance comme quoi ils "payent Red Hat et Wacom pour que les tablettes graphiques qu'ils utilisent soient pleinement supportées par Linux" et "Toute la pile graphique ainsi s'améliore pour prendre en charge les fonctions demandées par ces entreprises". Le fait qu'à une époque, Red Hat n'a pas abandonné le desktop car il avait encore du support avec quelques très grosses boîtes (dont probablement Pixar; s'ils utilisent des OS, c'est le genre de boîtes qui va prendre du support, c'est sûr), oui c'est connu. Mais de là à dire qu'ils payent carrément explicitement pour améliorer les tablettes graphiques et la pile graphique (pas juste un simple support desktop), c'est un pas assez énorme.

                Alors je suis allé me renseigner à la source. J'ai demandé à Carlos Garnacho, un des dévs Red Hat payé pour travailler sur le bureau (depuis de nombreuses années, je le connais depuis que je contribue à GIMP et il faisait déjà cela), un mage de GTK+, des périphériques, de Wayland, développeur principal de la prise en charge des tablettes graphiques dans GNOME, etc. Sa réponse:

                I can just let the imagination fly, sorry

                Alors j'aimerais vraiment savoir d'où sort tes infos si même le responsable principal de la prise en charge des tablettes graphiques chez Red Hat n'a aucune idée de quoi tu parles.

                Note aussi que je pourrais me renseigner auprès des dévs Linux chez Wacom (je suis en contact avec l'un d'entre eux) mais je le connais moins que Carlos et j'ose pas trop l'embêter avec une sorte de rumeur encore infondée. Je préfèrerais que tu références tes sources d'abord, puisque c'est toi qui affirmes cela. :P

                Ne le prends pas mal, j'adorerais que ce soit vrai, mais c'est vraiment une info dont je ne trouve aucune source, et extrapoler une sorte de méga deal d'amélioration du desktop Linux pour le graphisme par certaines des plus grosses productions audiovisuelles (à partir de quelques cas dans des confs ou démos? Autre chose?), cela me paraît gros.

                Surtout que tu prends notre projet (ZeMarmot) à partie comme si on confirmait tes dires (alors qu'il me semble même qu'on avait déjà discuté de cela et qu'au contraire, je te demandais justement où étaient les fameuses corrections nées d'un tel deal avec Pixar/Disney car j'ai jamais rien vu):

                Et le code est libre à la fin, d'ailleurs ZeMarmot par exemple en tire profit.

                Donc c'est dur de pas réagir parce qu'aux dernières nouvelles, je confirme pas et j'ai vraiment pas l'impression qu'on "tire profit" de quoi que ce soit de ces boîtes pour notre travail. Tu es la seule personne que j'ai jamais lu qui donne une telle info.
                Ensuite si tu as une source sûre qui va bien au delà de ce que saurait Carlos, je suis preneur. Je serais heureux de me tromper. :-D

                Parce qu'à ce jour, pour l'amélioration du desktop Linux, de la prise en charge des tablettes sur notre OS, ou de Wayland (et autres projets de la pile graphique), j'ai l'impression que même un projet comme ZeMarmot (avec moi comme seul dév pour l'instant, donc c'est pas gros!) fait plus que Disney/Pixar (note: Pixar publie quelques logiciels en libre, de son pipeline — d'ailleurs les diverses vidéos que j'ai citées sont en général autour de ces logiciels. Mais ce n'est pas l'amélioration des tablettes graphiques ou de la pile graphique dont tu parles quand tu affirmes qu'ils ont un contrat avec Red Hat, ce dont même les principaux concernés ne semblent pas au courant), c'est dire!

                Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

                • [^] # Re: non merci

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 13/12/18 à 09:17.

                  Je connais des développeurs RH impliqués dans la couche input du système et dont le travail est effectivement de s'assurer que les tablettes Wacom sont bien intégrées et de résoudre les éventuels soucis rencontrés par ce genre de clients.

                  Je ne dis pas après qu'ils travaillent à plein temps grâce à ce genre de clients ou de problématiques (les input c'est aussi les touchpad, les claviers, les empreintes digitaux, les accéléromètres, les capteurs divers et variés, etc.). Mais très clairement ça en apporte des gains mesurables.

                  Et je n'ai nullement dis que Pixar finançait à lui seul une grosse vague d'améliorations du bureau GNOME (ou Linux en général) mais que des changements étaient liés à leurs besoins que le support qu'ils paient permet de financer. Il y a une différence d'échelle je pense importante entre ce que j'ai dis et ce que tu en retires. De la même façon que Microsoft ou Apple peuvent faire des correctifs ou quelques fonctions suivant la demande de certains clients, mais qu'ils ne vont pas mettre une armée de développeurs pour ça non plus.

                  Ce dont je parle n'a rien d'extraordinaire. Et ce n'est pas déconnant qu'un développeur ne soit pas au courant de cela. Tu sais des entreprises qui ont des RHEL avec support, il y en a des tas, et chacun peuvent remonter des problèmes spécifiques que Red Hat va essayer de satisfaire. Ce n'est pas pour autant qu'on va dire au développeur ou mettre sur le site Web "Pixar a aidé sur ce point" car finalement c'est un contrat qu'ils ont avec RH comme les autres avec des problèmes un peu particuliers. Je n'ai nullement mentionné un partenariat plus renforcé que cela. J'ai juste pointé que Pixar était un client, comme d'autres ils paient RH et que RH grâce à ces sous répond (ou essaye tout du moins) à leurs besoins.

                  Mais cela est très générique, on pourrait parler de comment les grosses structures qui ont des besoin de haute disponibilité élevées ont permis de mettre en place la mise à jour (partiel) du noyau sans le redémarrer. RHEL et Suse sur ce point ne font que de répondre à des demandes de clients qui payent le support et qui ont exprimé ce besoin important.

                  Ce dont je veux mettre en exergue c'est que la relation client / éditeur comme celui que je viens de décrire, mais qui existe ailleurs, nul doute que Canonical et Suse par exemple en ont de leur côté, permet d'être profitable à tout le monde si l'éditeur publie le code source du travail à la fin. Et qu'il faut essayer d'encourager la présence d'entreprises dans l'écosystème pour financer tout ou partie ce genre de choses.

                  Il ne faut pas croire que les éditeurs commerciaux de LL comme Red Hat, Suse, Canonical ou même Collabora font des correctifs pour la beauté du geste au gré de leurs envies. Une bonne part de ces correctifs sont financés d'une façon ou d'une autre par des clients qui ont exprimé (ou non) un besoin spécifique et qu'ils tentent de satisfaire au mieux. Il ne semble pas très courant qu'un client paye une fonctionnalité complète toute seule (ce serait probablement trop cher).

                  • [^] # Re: non merci

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 13/12/18 à 11:04.

                    Ok. Donc tu parlais juste de support desktop très standard. C'est quand même très différent de dire qu'ils "payent Red Hat et Wacom pour que les tablettes graphiques qu'ils utilisent soient pleinement supportées par Linux". Tu comprendras que j'ai été induit en erreur et que ça sonne un peu comme un contrat spécifique pour l'amélioration de la prise en charge des tablettes graphiques. ;-)

                    Un petit commentaire tout de même sur:

                    Et ce n'est pas déconnant qu'un développeur ne soit pas au courant de cela.

                    Je parlais pas d'un développeur lambda sur un sujet quelconque sans rapport (Red Hat a 12000+ employés d'après Wikipédia, on peut imaginer quelques milliers de dévs dans le tas donc bien sûr chacun ne connaît pas tout sur tout). Carlos est non seulement le dév principal de tout ce qui touche les périphériques d'entrée (et les tablettes graphiques en particulier pour notre sujet), mais surtout le mainteneur des divers modules desktop du sujet et celui qui va faire une énorme partie des patchs relatifs aux périphériques d'entrée sur les autres modules du coin (genre mutter, GTK+, etc.). Je t'assure que si Pixar avait fait la moindre demande concernant le support des tablettes dans les années passées, il le saurait. Ça lui serait pas caché par la hiérarchie (c'est pas comme ça qu'une entreprise marche!).
                    C'est bien simple, tout ce qui touche les périphériques d'entrée dans le bureau passe par lui (que ce soit en code, en revue, ou en moins en commentaire, on va souvent lui demander son avis).

                    Enfin bon, en conclusion donc, Pixar a probablement juste un support desktop quelconque. Ensuite bien sûr, que c'est eux, ainsi que tout autre client qui permet de payer les salaires des divers développeurs, mais ça reste très différent de ce que sous-entendent tes commentaires. Je peux t'assurer que ces dévs sur divers sujets critiques se sentent souvent un peu seul et dépassés par la quantité de travail dont ils ont la responsabilité quasi seul et qu'avoir un client en plus ne change rien pour eux, hormis si ça implique avoir aussi de nouveaux collègues pour l'aider sur le sujet. :-/

                    Il ne faut pas croire que les éditeurs commerciaux de LL comme Red Hat, Suse, Canonical ou même Collabora font des correctifs pour la beauté du geste au gré de leurs envies.

                    Eux c'est leur business. Ça oui, eux apportent des choses car ils bossent directement dans la création de bureaux libres. C'est l'apport des autres boîtes (tel Disney) dont je doute, et ce même s'ils payent du support à ces boîtes du Libre. Ces grosses boîtes du libre vont travailler mais sur tous les sujets pour avoir un bureau globalement ok/pas trop cassé. Ils ne se concentrent pas sur un sujet et on trouve en général une seule personne qui va bosser sur plein de sujets à la fois (et parfois même pas officiellement dans son contrat de travail; on sait juste qu'il aime faire ça dans son temps vide, donc ça arrange la boîte).

                    En tant que professionnel du graphisme, nous avons bien plus d'espoir à moyen terme dans notre propre financement pour arriver à engager des dévs supplémentaires pour bosser sur le bureau, les tablettes, etc. que sur une entreprise comme Red Hat pour aller là où on aimerait que ça aille (un bureau vraiment qualifié pour le travail graphique, vidéo et artistique en général). Et considéré l'état du dit financement (pas terrible!), c'est dire à quel niveau je considère l'apport des grosses productions dont tu parles pour le bureau libre.
                    Tiens, encore hier, Alexandre Prokoudine (le journaliste qui tient LibreGraphicsWorld.org) se lamentait de l'état de la gestion des couleurs complète (full screen color management (FSCM)) et le fait qu'y a 7 ans, on disait que c'était en cours (cf. interview de Richard Hughes, aussi employé Red Hat, et celui qui maintient tout ce qui touche à la gestion des couleurs; la différence avec Carlos, c'est que Richard n'est pas employé pour le desktop spécifiquement, mais fait ça en projet à côté, si j'ai bien compris la dernière fois que je l'ai rencontré — mais c'était y a quelques années; donc c'est encore moins efficace), or depuis y a rien eu! Vide quasi intersidéral!

                    La vérité, c'est que si on veut que ça avance, faut prendre les choses en main soi-même et pas se voiler la face en mettant des espoirs sur certains grands groupes qui en vrai s'en fichent un peu (ça arrive que certaines de ces grosses boîtes tierces fassent évoluer les choses dans le bon sens, mais c'est malheureusement plus l'exception que la règle). C'est mon rêve si on arrive à faire avancer notre studio associatif de pouvoir engager plein d'autres dévs (de même que des artistes, car notre studio aussi est une production et on utilise du Libre à 100%, et on contribue code et design aux logiciels libres, et pas en rumeur ou on-dit, mais vraiment, officiellement et assumé :P).

                    Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

                    • [^] # Re: non merci

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Ok. Donc tu parlais juste de support desktop très standard. C'est quand même très différent de dire qu'ils "payent Red Hat et Wacom pour que les tablettes graphiques qu'ils utilisent soient pleinement supportées par Linux". Tu comprendras que j'ai été induit en erreur et que ça sonne un peu comme un contrat spécifique pour l'amélioration de la prise en charge des tablettes graphiques. ;-)

                      Désolé si ce n'était pas clair, j'en parle ainsi car cela permet de visualiser un peu comment ça fonctionne dernière en ayant un exemple très visible et parlant.

                      Le propos par ailleurs n'est pas ce cas spécifique, qui est un exemple parmi d'autres. Je voulais juste montrer qu'avec plus de pros sous Linux, même s'ils utilisent du proprio, peuvent aider à financer des dev dans le milieu pour résoudre des problèmes ou ajouter des fonctionnalité. Et qu'à la fin du coup tout le monde en tire bénéfice.

                      Du coup si Photoshop porte ses solutions sous Linux, il se peut que certaines boîtes suivent ce cheminement. Du coup cracher sur cette possibilité de la part d'Adobe me semble délicat à soutenir.

                      C'est l'apport des autres boîtes (tel Disney) dont je doute, et ce même s'ils payent du support à ces boîtes du Libre.

                      Je pense qu'il ne faut pas essayer de jouer à qui contribue le plus ou de la meilleure façon mais au contraire valoriser tout apport dans l'écosystème. Oui dans ce cas, Pixar et Disney ne sont pas des libristes convaincus (qui le croirait ?) mais leur argent avec le contrat de support permet de payer des développeurs qui font des améliorations bénéfiques pour tout le monde. On peut regretter qu'ils n'en font pas plus, mais je pense qu'il est important de souligner que c'est comme ça que les grosses boîtes du LL tournent. Et il ne faut pas négliger leurs contributions, RH ça peut être 5% du noyau Linux, 33% de GNOME en entier, etc. Donc tout acteur qui les finance paye en partie ces changements.

                      Si demain RH perdait tous ses clients bureautiques ou mêmes clients tout court, il est peu probable que les contributions soient maintenues à cette hauteur, en particulier pour la partie bureau.

                      En tant que professionnel du graphisme, nous avons bien plus d'espoir à moyen terme dans notre propre financement pour arriver à engager des dévs supplémentaires pour bosser sur le bureau, les tablettes, etc. que sur une entreprise comme Red Hat pour aller là où on aimerait que ça aille (un bureau vraiment qualifié pour le travail graphique, vidéo et artistique en général).

                      Je ne dis pas que la solution passer par RH ou autre entreprise du genre est la perfection. Le LL c'est une agrégation de besoins individuelles mises en commun. Si tu veux en effet obtenir le résultat que tu veux, il vaut mieux le faire soi même d'une façon ou d'une autre.

                      Je ne dirais jamais le contraire.

                      • [^] # Re: non merci

                        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                        Je pense qu'il ne faut pas essayer de jouer à qui contribue le plus ou de la meilleure façon mais au contraire valoriser tout apport dans l'écosystème.

                        je rejoins un peu Jehan dans sa demande de précision, car pour prendre un exemple que je connais avec le pilote eagle-usb (pour les modems USB ADSL Fast 800), les « grosses boîtes » ont fait àmha le minimum syndical ou n'ont pas mis en avant leur capacité à contribuer :

                        • j'avais la chance que le fournisseur de la puce avait un pilote sous licence GPL (donc merci ADI qui fait aussi du libre par ailleurs)
                        • le product owner chez Sagem avait vu que nous avions un pilote opérationnel et maintenu pour le kernel 2.6 alors que ADI ne lui fournissait rien de mieux (ça devait pas être au contrat initial que ça gère plus loin que kernel-2.4.x, j'en sais rien, j'ai pas creusé…). Résultat : ils ont demandé le Fast 800 E3 avec notre code, mais sans exigence de licence spécifique, ni des documentations. Bon, ils nous ont envoyé par UPS des modems pour tester (ça c'était bien)
                        • le module eagle-usb avait un gros copier/coller pour le E3 (sans doute un stagiaire de passage…) alors qu'il aurait été possible de libifier, bref, ~20000 lignes de code
                        • un développeur OpenBSD est passé par là pour porter le pilote en ~2000 lignes de code (merci Damien _o/)
                        • une réadaptation du pilote OpenBSD pour le faire rentrer dans le noyau Linux a été effectuée, puis soumise sur la LKML, Andrew Morton -mm l'a fait passer (merci _o/)
                        • le DSPcode pour le Fast 800 E4 a été fourni en binaire sous licence BSD (ça permet de clarifier la possibilité de redistribution…), les juristes de Sagem n'ont pas bossé sur le passé (pfff ça coûtait combien de plus…)
                        • de la doc' a été fournie par mail personnel et non sur la ML publique, mais démerdenzizieche pour la comprendre et avoir les écarts avec ce qui est réellement implémenté… avec un bas de page copyright sans licence claire et redistribution interdite par défaut
                        • alors oui, Sagem a répondu aux mails, fait son possible dans leur logique « tant mieux si ça fonctionne », répondu aux questions précises demandées, mais sans approche contributive de mon point de vue, ni Free ni France Telecom n'ont pesé de leur poids pour appuyer la démarche (hormis publier les pilotes sur leur site, ce qui est déjà bien)

                        Donc bon, étant des deux côtés :

                        • utilisateur bénéficiant de la diffusion de produits, par chance parfois un peu plus libres, je reconnais les apports avec leurs limites
                        • ancien participant à la maintenance d'un pilote Linux, le fait de demander et expliquer pourquoi nous avions un souci à être serein pour redistribuer le pilote était un peu reloud… un peu plus d'implication du fabricant aurait aidé pour ne pas avoir à prêcher l'évident :/

                        J'ai pour cela parfois du mal à dire sans vergogne que l'aide de certaines entreprises a été déterminante :p (oui, ils auraient pu ne rien faire, mais bon ils auraient pu être professionnels et le faire d'eux-mêmes, je ne suis pas juriste, ni marketeux, ni acheteur, ni optimiseur de coûts, ni payé pour faire leur taf' :p)

                        Bon, j'espère que tu ne le prends pas mal ;-) Mais tout comme Jehan, je tenais à nuancer ton propos, par rapport aux attentes effectives que nous serions en droit d'attendre dans le libre pour reconnaître une réelle contribution (ok pour la participation, moi aussi j'ai marqué un but quand j'ai payé mon billet au stade de France hein… bravo l'équipe, mais déjà ma participation c'était 50 € / 50000 personnes :p)

                        GKH avait un site où il proposait de développer les pilotes en libre si on lui fournit les docs', faudra que je le retrouve…

                        Je me retrouve dans ta conclusion : à chacun d'apporter ce qu'il peut, mais bon, ce serait bien de vraiment pouvoir mettre en avant certaines entreprises.
                        Pour la mienne, c'est foutu, je prends des congés pour le POSS, je prends des congés pour le Fosdem (c'est 1 ou 2 jours à chaque fois, chaque année).

            • [^] # Re: non merci

              Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 11/12/18 à 16:18.

              couverture insuffisante du spectre des besoins logiciels

              Oui, c’est ça. L’existence de Wine en atteste : il y a un besoin de portage de logiciels tiers.

              Dans un monde fictif où tout le monde aurait migré pour utiliser une pile proprio sous Linux, on aurait 100% de Linux sur le desktop, et on serait pas plus avancé.

              Vision pessimiste et plutôt puriste. On aurait pourtant avancé. On ne passe pas du 100% proprio à 100% libre en général. Il y a un continuum. Et on est en plein dedans. Il y a 20 ans, les LL étaient rares et non reconnus.
              Aujourd’hui, la menace, c’est plus la centralisation des services que le logiciel propriétaire. Se retrancher derrière une ligne plus difficile à conquérir, c’est peut-être d’ailleurs le seul moyen pour le proprio de maintenir son pré carré…

              • [^] # Re: non merci

                Posté par . Évalué à 7.

                C'est clair que je m'exprime pas clairement :)

                Je parle de l'erreur qui consisterait à se focaliser sur la présence de Linux sur le desktop juste pour avoir Linux sur le desktop. On sait où ça mène, vu que c'est ce qui se passe sur mobile avec Android. Certes c'est mieux d'avoir Android que rien, mais bon. Et donc, si on n'arrête de se focaliser sur Linux pour Linux, et qu'on regarde la façon dont les utilisateurs peuvent prendre le contrôle de leurs outils, je préfère du logiciel libre sous Windows à du logiciel proprio sous Linux, en tout cas, à court/moyen terme pour les couches logicielles les plus proches de l'utilisateur (et hop, je reviens sur le sujet du journal). À la réflexion, je ne pouvais pas laisser de côté la question du critère "Linux sur le desktop" (comme je l'ai fait dans mon premier commentaire) si je veux un peu expliquer mon point de vue sur le portage éventuel des logiciels d'Adobe sur Linux.

                Maintenant, Renault présente un point de vue intéressant sur la question juste au dessus qui montre qu'effectivement, pousser Linux sur le desktop, ce n'est pas si hors sujet que ce que j'ai pu écrire.

              • [^] # Re: non merci

                Posté par . Évalué à 3.

                Oui, c’est ça. L’existence de Wine en atteste : il y a un besoin de portage de logiciels tiers.

                Si on met de côté la partie jeux c'est quand même de moins en moins vrai.

                Pour utiliser linux depuis 1996 je me rend compte que wine était un package que quasi tout le monde installait il y'a 22 ans alors que maintenant c'est plutôt une exception et je ne me rappelle plus quand j'ai pu l'utiliser pour la dernière fois. Il y'à 8 ? 10 ans peut-être ?

                Même pour des appareils spécifiques pour lesquels on sortait un dual boot windows, wine ou je ne sais quoi pour continuer à les utiliser ce n'est plus le cas depuis la démocratisation des smartphones. Exemple bête : ta montre GPS n'est pas supportée sous linux ? Pouf tu synchronises tes runs/rides via ton smartphone. Alors certe le logiciel derrière n'est souvent pas libre, repose sur un service en ligne mais dans tous les cas c'est plus pratique que d'installer wine et un client lourd pas plus libre compilé pour windows.

                Dans le milieu pro les consoles d'admins des différentes technologies (stockage, virtualization, ilos) tendent de moins en moins à utiliser des conneries spécifiques en flash, java, avec de l'activeX et passent pour la plupart à du pur html5. Tu peux bosser sur un linux, windows ou mac sans que ça fasse de grande différence.

        • [^] # Re: non merci

          Posté par . Évalué à 4.

          perso, je me fous un peu que Linux perce ou pas sur le desktop, mais je met ça de côté.

          Et bien pas moi. Le jour où Linux perce sur le desktop, fini le Windows crasseux imposé au boulot, et ça, ça me changera ma vie :)

          En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

          • [^] # Re: non merci

            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 14/12/18 à 09:01.

            Le jour où Linux perce sur le desktop, fini le Windows crasseux imposé au boulot, et ça, ça me changera ma vie :)

            ok, ben retiens pas ta respiration hein :)

            imposé au boulot

            mauvais boulot, changer boulot. Ça sonne un peu trollesque (et j'admets, ça l'est un peu), mais c'est possible de trouver des environnements de travail où on peut bosser avec un poste sous Linux. Si ça ne fait pas partie de tes critères discriminants pour accepter un emploi, c'est un peu ton choix.

            • [^] # Re: non merci

              Posté par . Évalué à 2.

              je suis d'accord, mais ça ne change en rien le fait que ça me changerait la vie.

              je te cite dans un autre commentaire :

              Je rappelle que je ne commente pas dans le vide, mais dans le contexte des commentaires qui ont initiés la conversation.

              En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

  • # Et le RGPD c'est du poulet

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 10/12/18 à 23:50.

    Et bien sûr, pour répondre au sondage, il faut accepter de recevoir de la publicité, on n'a pas le choix.

  • # Would be nice

    Posté par . Évalué à -10.

    Les logiciels Adobe sous Linux : ce serait carrément génial ! Plus besoin de les pirater pour les faire tourner sous une machine virtuelle…

    Ne me dites pas que vous ne le faites pas ?

    Et cela n'empêche pas de développer et utiliser des logiciels libres. Je pirate Lightroom (car il n'a pas d'équivalent sous Linux), mais pour mes besoins Gimp me suffit, donc je ne pirate pas Photoshop…

    • [^] # Re: Would be nice

      Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 11/12/18 à 09:23.

      Je pirate Lightroom (car il n'a pas d'équivalent sous Linux), mais pour mes besoins Gimp me suffit, donc je ne pirate pas Photoshop…

      Il aurait été plus juste de dire :

      Je pirate Lightroom car les équivalents Linux existent mais ne me conviennent pas autant que Lightroom, alors que je ne pirate pas Photoshop car Gimp me suffit.

      NB. Il ne s'agit pas ici de lancer une discussion sur les mérites comparés des différents logiciels impliqués, il s'agit juste de rectifier une contre-vérité : il y a des équivalents* à Lightroom sous Linux (Darktable, Rawtherapy, Digikam principalement).

      * au sens "on peut faire les mêmes choses", sans préjuger de la façon plus ou moins facile de les faire selon le logiciel.

      Par ailleurs, au delà du fait que pirater c'est pas bien, pirater un logiciel dont certaines sorties sont propriétaires est assez risqué. En effet, si les tags IPTC ou XMP créés avec Lightroom sont portables d'un logiciel à un autre, les historiques de développement raw eux ne le sont pas => ils seront complètement perdus si un jour on ne peut plus pirater le logiciel. Or un photographe qui développe ses raw accepte rarement de bon cœur de les perdre (et si c'est un pro, c'est difficilement envisageable).

    • [^] # Re: Would be nice

      Posté par . Évalué à 4.

      DarkTable ? RawTherapee ?
      De plus, comme cela a été évoqué, DaVinci Resolve est dispo sous GNU/Linux et son frère Fusion aussi.

    • [^] # Re: Would be nice

      Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 11/12/18 à 10:41.

      Essaie le logiciel libre Darktable : https://darktable.fr
      Tous les photographes qui m'en parlent ne regrettent pas le changement.

      • [^] # Re: Would be nice

        Posté par . Évalué à 7.

        J'utilise Darktable qui est probablement aussi puissant (voire plus) pour le développement raw que Lightroom selon pas mal d'avis "d'experts" ayant pris la peine d'essayer les deux. On n'est pas obligé de les croire mais ça incite à penser que ça vaut la peine de vérifier.

        En revanche, pour le catalogage et la gestion des tag xmp, il n'y a pas photo : Lightroom dépasse largement Darktable. Mais il y a alors Digikam* qui est un concurrent honorable de Lightroom dans ce domaine.

        * Il s'est débarrassé d'une grande partie de ses lourdes dépendances à KDE qui faisait fuir ceux qui étaient sous Gnome ou XFCE.

        • [^] # Re: Would be nice

          Posté par . Évalué à -5.

          En revanche, pour le catalogage et la gestion des tag xmp, il n'y a pas photo : Lightroom dépasse largement Darktable. Mais il y a alors Digikam* qui est un concurrent honorable de Lightroom dans ce domaine.

          "qui est une alternative honorable à "

        • [^] # Re: Would be nice

          Posté par . Évalué à 1.

          Désolé, mais je connais un peu le sujet : d'une part Rawtherapee et Digikam ne sont pas des équivalents à Lightroom, d'autre part darktable est loin derrière Lightroom en ce qui concerne l'ergonomie, la facilité d'utilisation et la récupération des hautes lumières…

          Cela dit, j'ai vu récemment que des utilisateurs de darktable se plaignent de ses défauts et on peut espérer une embellie pour l'année prochaine…

          • [^] # Re: Would be nice

            Posté par . Évalué à 8.

            Désolé, mais je connais un peu le sujet : Rawtherapee et Digikam ne sont pas des équivalents à Lightroom

            C'est dit avec beaucoup d'assurance mais un "argument d'autorité" sans qu'on sache qui est cette autorité, c'est assez peu convainquant. De plus, on trouve plein d'articles de photographes professionnels qui comparent les deux. J'imagine mal qu'ils s'amusent à comparer des choux et des carottes.

            d'autre part darktable est loin derrière Lightroom en ce qui concerne l'ergonomie, la facilité d'utilisation

            Ergonomie et facilité d'utilisation sont pour moi des points peu pertinents à prendre en compte lorsqu'on parle d'équivalence car ils sont subjectifs. Ils sont d'autant plus subjectifs qu'il s'agit ici de logiciels malgré tout complexes ce qui induit une courbe d'apprentissage assez grande et parfois rebutante quand on est habitué à un autre logiciel.

            L'exemple typique est Gimp dont l'ergonomie différente de celle de Photoshop provoque souvent un rejet de la part d'utilisateurs habitués à Photoshop après seulement quelques minutes d'essai (alors que le chemin inverse leur ferait sans doute le même effet).

            darktable est loin derrière Lightroom en ce qui concerne la récupération des hautes lumières…

            Je ne m'aventurerais pas à comparer la récupération des lumières dans Darktable avec celle dans Lightroom mais quand bien même tu aurais raison, je pourrais alors citer les modes de sélection supérieurs de Darktable et ainsi de suite…

            Le seul point qui me paraît indubitablement supérieur dans Lightroom, c'est le catalogage.

            • [^] # Re: Would be nice

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Tu écris:

              d'autre part darktable est loin derrière Lightroom en ce qui concerne l'ergonomie, la facilité d'utilisation

              Ergonomie et facilité d'utilisation sont pour moi des points peu pertinents à prendre en compte > lorsqu'on parle d'équivalence car ils sont subjectifs. Ils sont d'autant plus subjectifs qu'il
              s'agit ici de logiciels malgré tout complexes ce qui induit une courbe d'apprentissage assez > grande et parfois rebutante quand on est habitué à un autre logiciel.

              L'exemple typique est Gimp dont l'ergonomie différente de celle de Photoshop provoque souvent
              un rejet de la part d'utilisateurs habitués à Photoshop après seulement quelques minutes
              d'essai (alors que le chemin inverse leur ferait sans doute le même effet).

              Je ne suis pas d'accord: c'est tout à fait pertinent ici puisque Darktable a fait le choix de "cloner" l'interface de Lightroom.
              L'ergonmie se veut donc équivalente, et pourtant, celle de Darktable reste moins bonne.

              • [^] # Re: Would be nice

                Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 12/12/18 à 13:56.

                Je ne suis pas d'accord: c'est tout à fait pertinent ici puisque Darktable a fait le choix de "cloner" l'interface de Lightroom.
                L'ergonmie se veut donc équivalente

                Y a-t-il une source à ces dires? Parce que pour avoir traîné avec divers dévs Darktable (lors de Libre Graphics Meeting), ils utilisent tous Linux, pour autant que j'ai pu voir. D'ailleurs il est connu de longue date (et ça c'est bien sourcé) que pendant des années, il n'y avait pas de version Windows tout simplement car aucun développeur n'utilisait cet OS et n'était donc intéressé par porter et maintenir le code pour Windows (on peut remonter à 2011 pour un post officiel qui explique tout cela). Il a donc fallu attendre mi-2017 pour enfin avoir un contributeur pour Windows.
                Bon ensuite y a macOS, mais là aussi, les dévs de Darktable ne se bousculent pas au portillon, même si le port existe.

                Avec tous ces faits, cela me semble très très étonnant de lire que Darktable est officiellement développé comme un clone de Lightroom (aux dernières nouvelles, ce logiciel n'existe pas sous Linux!). Ensuite je ne suis pas chaque projet dans ses détails. Donc y a-t-il une source qui prouve cette affirmation?

                Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

                • [^] # Re: Would be nice

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Clairement les UI sont radicalement différentes, pour l’une des applications les triangles pour replier les panneaux sont toujours blancs, alors que dans l’autre ils sont gris jusqu’a ce qu’on passe le curseur au-dessus.
                  Titre de l'image
                  Ligthroom
                  Darktable

                  Depending on the time of day, the French go either way.

              • [^] # Re: Would be nice

                Posté par . Évalué à 2.

                Je n'avais pas remarqué que l'interface de Darktable était un clone de celle de Lightroom. Si tu le dis…
                Ma remarque reste néanmoins valable : l'évaluation d'une ergonomie comporte une large part de subjectivité et cette évaluation est aussi liée à la maîtrise que l'on a du logiciel. Moi, je trouve l'ergonomie excellente mais il m'a effectivement fallu un peu de temps et surtout visionner des tutoriels sur youtube. Peut-être qu'effectivement l’interface de Darktable est moins immédiatement assimilable que celle de Lightroom mais l'essentiel est la très grande efficacité qui en résulte une fois qu'on a acquis la maîtrise du logiciel.

                • [^] # Re: Would be nice

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  l’interface de Darktable est moins immédiatement assimilable que celle de Lightroom

                  vu que c'est censé être un clone, j'ai comme un doute : j'ai l'impression que tu as donné sa chance à Lightroom, là où pour Darktable tu as tout de suite arrêté d'essayer de rentrer dedans et de comprendre, voire de documenter ce qui fonctionne bien.

                  J'ai le même souci avec des adhérents à notre Fablab qui quittent immédiatement FreeCad ou LibreCad pour se précipiter sur un Catia ou un Solidworks ou un Fusion (à la provenance douteuse, outre l'OS défaillant utilisé… dont la fonction principale est de faire tourner un anti-virus et produire des écrans bleus).

                  mais j'ai peut-être interprété moi-même ton commentaire qui prône que Darktable est supérieur à Lightroom :p pourrais-tu mettre en avant des avantages et quelques écueils à éviter ou dépasser ?

                  • [^] # Re: Would be nice

                    Posté par . Évalué à 3.

                    j'ai l'impression que tu as donné sa chance à Lightroom, là où pour Darktable tu as tout de suite arrêté d'essayer de rentrer dedans et de comprendre, voire de documenter ce qui fonctionne bien.

                    C'est à moi que tu réponds ???

                    Je n'utilise que Darktable !

            • [^] # Re: Would be nice

              Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 12/12/18 à 20:18.

              Passant quelques jours chaque année à ré-évaluer Darktable depuis la 0.8 dans l'espoir de pouvoir dégager Adobe, si je peux me permettre.

              Ergonomie et facilité d'utilisation sont pour moi des points peu pertinents à prendre en compte lorsqu'on parle d'équivalence car ils sont subjectifs.

              La productivité est le nerf de la guerre. Le développement et la retouche sont des activités extrêmement chronophages. Le pro facture là ou l'amateur s'amuse mais dans les deux cas l'UX et la rapidité d'exécution une fois l'outil pris en main sont cruciaux. C'est juste impensable de mettre ces critères de côté.

              Techniquement Darktable est plutôt bon. On peut l'utiliser pour faire des choses très bien et il a bon nombre de fonctionnalités de développement dont ne dispose pas Lightroom.

              Le problème c'est que la question est généralement "comment j'arrive le plus rapidement possible au rendu que je souhaite". Et là Darktable s'écroule. Il faut beaucoup plus de temps et de bidouilles pour arriver à un rendu similaire. Ca ne vient pas d'un biais d'XP sur les outils puisque si tu cherches à reproduire ton résultat final le plus rapidement possible tu as toujours beaucoup plus de manips. Lightroom continue de progresser sur ces points, il ne devient significativement meilleur en qualité d'image ou fonctionnalités mais obtenir le résultat souhaité devient petit à petit plus en plus facile et rapide.

              Lightroom est bourré de défauts, a des performances exécrables et des fonctionalités limités mais pour moi ça reste mineur par rapport à l'UX et au surcoût d'édition de Darktable. Le DAM fini d'enterrer Darktable.

              Et pour moi CaptureOne est encore bien meilleur que Lightroom sur ces critères…

              En caricaturant, je trouve que Darktable à plus un goût démonstration technologique avec 70 plugins ayant chacun 43 options de configurations que l'on peut combiner à l'infini. Préférer la démonstration technologique plutôt que se focaliser à accompagner et simplifier une tâche me semble un piège classique. D'un point de vu dev c'est sur que c'est plus rigolo.

              • [^] # Re: Would be nice

                Posté par . Évalué à 2.

                Le problème c'est que la question est généralement "comment j'arrive le plus rapidement possible au rendu que je souhaite". Et là Darktable s'écroule.

                Ton avis est respectable mais on trouve aussi des avis différents de photographes professionnels, y compris sur la productivité. J'imagine qu'il y a différentes façons de travailler, différents niveaux de maîtrise du logiciel, différentes attentes quant au résultat final, etc…, autant de pistes pour expliquer ces différences d'appréciation.

                Cela relativise en tous cas ton "là Darktable s'écroule".

                En ce qui me concerne (je ne suis pas un pro), le vrai critère de choix initial a été la disponibilité sous Linux (je me suis lassé de devoir passer par Virtualbox). Coté DAM, le logiciel que j'aurais aimé voir porté sous Linux n'est pas Lightroom mais iMatch, à coté duquel Lightroom fait pâle figure, tout comme Digikam (sans parler de Darktable dont ce n'est de toutes façons pas l'ambition première).

        • [^] # Re: Would be nice

          Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 12/12/18 à 12:28.

          Perso, j'avais beaucoup testé Darktable il y a environ 2/3 ans et ça restait franchement en retrait par rapport à Lightroom:

          • Traitement RAW moins bon (j'ai un Nikon D90)

          • Fonctionnalités de traitement moins bonnes (rendu plus grossier, difficulté d'arriver à un résultat propre).

          En gros, pour avoir quelque chose de potable, il me fallait 2 ou 3 fois moins de temps sous Lightroom que sous Darktable.
          (et je ne parle même pas des plantages)

          Après, j'imagine que le logiciel a été amélioré en 3 ans.
          Une chose m'étonne cependant: je vois difficilement comment Darktable pourrait être meilleur que Lightroom sur le traitement des RAWS: j'imagine que Adobe, dans le cadre du développement de Lightroom, doit avoir des NDA & co avec tout les fabricants de capteur leur permettant d'exploiter pleinement le RAW là ou Darktable s'appuie plus (j'imagine) sur la rétro-ingenieurie pour développer son //de-raw-tiseur// …

          • [^] # Re: Would be nice

            Posté par . Évalué à 1.

            je vois difficilement comment Darktable pourrait être meilleur que Lightroom sur le traitement des RAWS.

            Ce que tu appelles "traitement des raw" comprends en réalité deux parties bien distinctes :
            - le dématriçage : transformation de l'image raw "type matrice de Bayer" en une image comportant une valeur pour chaque composante RGB sur chaque pixel (ce qui n'est pas le cas dans l'image raw)
            - les outils de développement à proprement parler : balance des blancs, courbe de tonalité, correction d'exposition, traitement des couleurs, etc…

            Il n'y a aucun mystère particulier sur l'image raw et ce n'est pas vraiment au stade du dématriçage que le "développement" de la photo se joue. Le fichier raw peut contenir des informations propriétaires et non documentées mais il s'agit essentiellement de la configuration utilisée par l'appareil photo lors de la prise de vue pour convertir le raw en jpeg. A moins de vouloir obtenir le même résultat que le jpeg boîtier (quel intérêt ?), elles ne sont pas très utiles. En fait, le travail de retro-ingénierie nécessaire est surtout relatif aux corrections qu'il faut appliquer aux objectifs (les grands éditeurs comme Adobe, DxO, etc… ont sûrement les informations directement).

            En ce qui concerne le développement lui-même (ce qu'il y après le dématriçage), il n'y a à mon avis aucune raison liée à d'éventuelles informations qu'aurait Adobe et pas Darktable qui pourrait handicaper ce dernier.

            PS. Oui, Darktable a bien sûr beaucoup évolué en deux ou trois ans. Ensuite, il faut être conscient qu'il n'applique par défaut aucun traitement excepté une balance des blancs et une courbe de niveau (qui est effectivement une retro-ingénierie et donc une approximation de celle appliquée par le boîtier pour produire ses jpeg) => par rapport à un logiciel qui fait des réglages par défaut dits "intelligents", il faut peut-être plus de temps si on est débutant sur le logiciel ou, plus généralement, dans le domaine du développement.

    • [^] # Re: Would be nice

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Ne me dites pas que vous ne le faites pas ?

      Ben non.

      Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

  • # Photo

    Posté par . Évalué à 2.

    Avec Digikam, il faut installer kipi-plugins et kde-l10n-fr pour que ça fonctionne bien.
    Pour la photo, il y a aussi en libre :
    http://qtpfsgui.sourceforge.net/?page_id=2
    http://hugin.sourceforge.net

  • # Réponse du Principal Product Manager

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Patrick Palmer (Principal Product Manager, Adobe DVA) a posté une réponse suite au flot de votes et de commentaires. Adobe va ré-examiner la situation de Linux.

    Réponse de Patrick Palmer

  • # À lire, au sujet des logiciels de montage vidéo

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.