Olivier Carrère a écrit 732 commentaires

  • [^] # Re: Format source de la doc en reStructuredText :-/

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Première version stable pour WeasyPrint. Évalué à 1. Dernière modification le 28/11/18 à 12:23.

    Merci pour ta réponse, qui m'aide à mieux cerner cette solution !

    Je suis en effet confronté à des demandes de rédacteurs occasionnels qui voudraient faire du single-sourcing sans rien changer à leurs habitudes de travail. Forcément, l'exercice a ses limites, difficiles à faire percevoir…

  • # Format source de la doc en reStructuredText :-/

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Première version stable pour WeasyPrint. Évalué à 0. Dernière modification le 15/11/18 à 14:49.

    Pourquoi la documentation de cette belle solution est-elle en reStructuredText et non en HTML ?

    https://raw.githubusercontent.com/Kozea/WeasyPrint/master/docs/tutorial.rst

    Quelque chose contre la philosophie du "eat your own dogfood" ?

  • [^] # Re: outch

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Réduire les coûts et améliorer la qualité de la documentation avec DITA XML. Évalué à 3.

    Les syntaxes simplifiées sont parfaites pour la prise de notes, mais sont difficiles à réexploiter.

    C'est vrai que le marquage sémantique demande un effort initial plus important, mais il est largement compensé dès qu'il faut partager ou réutiliser du contenu.

  • [^] # Re: outch

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Réduire les coûts et améliorer la qualité de la documentation avec DITA XML. Évalué à 1.

    Je ne connais qu'un éditeur graphique libre : Serna Free.

    http://downloads.syntext.com/serna-free/

    Je l'avais un peu testé pour faire des tableaux complexes, c'est pas mal.

    Au niveau des autres éditeurs, il y a :

    http://www.ditausers.org/tools/desktop_editors/

    et

    http://www.ditausers.org/tools/web_editors/

    XMLmind propose une version gratuite mais non libre : http://www.xmlmind.com/xmleditor/persoedition.html. Je ne la mettrais pas entre toutes les mains, la convivialité est moyenne. Framemaker, propriétaire, est un poids lourd qui cible les rédacteurs techniques.

    Je n'ai pas essayé Eclipse. Dita Open Toolkit ne propose pas de support Eclipse, mais Eclipse Help est l'un des formats cibles de cette chaîne de publication.

    On m'a dit du bien de XMetal côté convivialité, mais c'est du proprio. Cela dit, ça peut être un bon choix pour les publics peu technophiles.

  • [^] # Re: outch

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Réduire les coûts et améliorer la qualité de la documentation avec DITA XML. Évalué à 5.

    Pour mettre juste du gras, tu peux aussi utiliser <b> et </b> !

    Tu indiques ici que le mot Système :

    • est une option de l'interface graphique,
    • fait partie d'une suite d'options qu'il faut sélectionner à la suite l'une de l'autre,
    • est une étape d'une procédure,
    • est utilisé dans le cadre d'une description d'une tâche.

    Et avec le mode nXML sous Emacs, tu entres <, tu appuyes sur Ctrl+Entrée, et la
    liste des balises possibles dans le contexte apparaît. Il ne reste plus qu'à sélectionner la bonne.

  • [^] # Re: DocBook ?

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Comment jouer sa feignasse avec DITA von…, heu, DITA XML. Évalué à -1.

    Il y a également toute une littérature.

    (Voir mon commentaire précédent pour des liens.)

  • [^] # Re: Commencer par le commencement

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Comment jouer sa feignasse avec DITA von…, heu, DITA XML. Évalué à 1.

    En fait, parfois, j'aime bien commencer par la fin, en l'occurrence, de ma connaissance pratique d'un format que j'apprécie. Je croyais que le général était disponible. Grâce à tes remarques, je m'aperçois que non. Ces journaux me permettent de bien peaufiner une future dépêche.

    Donc, pour résumer, DITA XML est un fork de DocBook. DocBook est très bien, mais, comme son nom l'indique, il a pour modèle le livre monolithique. DITA propose un nouveau modèle : celui du document modulaire, comme un jeu de Lego. C'est la différence majeure, tout le reste est secondaire.

    Pour le code, j'ai completé la page Wikipedia. J'y renvoie également vers mon blog, car ce n'est pas le lieu de publier des tutoriels et j'aurais bien aimé en trouver quand j'ai commencé !

    Des sources pour découvrir le langage :

    DITA Version 1.1 Language Specification
    DITA-sourced documentation

  • [^] # Re: En quoi est-ce inintéressant siouplaît ?

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Comment jouer sa feignasse avec DITA von…, heu, DITA XML. Évalué à -2.

    Merci.

  • [^] # Re: En quoi est-ce inintéressant siouplaît ?

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Comment jouer sa feignasse avec DITA von…, heu, DITA XML. Évalué à 0.

    Alors là, tu me moinsses si tu veux !

    Pour la licence CC-by-NC-SA, le NC se discute, évidemment, surtout pour les didacticiels. C'est une licence que j'applique à mes différents sites. Je vais réfléchir à la modifier, effectivement.

  • [^] # Re: En quoi est-ce inintéressant siouplaît ?

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Comment jouer sa feignasse avec DITA von…, heu, DITA XML. Évalué à 1.

    Ah oui, merci, c'est peut-être ça. Mais ça me paraît difficile d'avoir un retour si je poste les nouveaux tutos en commentaire du journal initial, ou je me trompe ?

    En tout cas, je compte faire une dépêche quand j'aurai fait à peu près tous les tutos auxquels je pense et puis souffler un peu.

    Pour le DITA von… c'est lorsque j'ai commencé à m'intéresser au schéma XML que j'ai appris l'existence de cette charmante personne :-)

  • # En quoi est-ce inintéressant siouplaît ?

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Comment jouer sa feignasse avec DITA von…, heu, DITA XML. Évalué à -2.

    Hé, sérieux, les gensses qui me moinssent peuvent-ils me dire en quoi un tuto sous licence CC pour utiliser un schéma XML n'est pas intéressant ? Je ne plaisante pas, ça m'intéresse, sans ironie aucune.

  • [^] # Re: dita

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Tutoriel : créer du contenu DITA XML avec Emacs et le mode nXML. Évalué à 2.

    C'est vrai, il y a un gros manque, que j'essaie de combler un tout petit peu. C'est surtout au niveau de la personnalisation de la mise en page PDF avec DITA Open Toolkit que ça devient coton. Cela dit, pour avoir également fait du DocBook, qui est mon second format de prédilection, je préfère tout de même DITA, que je trouve plus structurant.

  • [^] # Re: ☑ DocBook

    Posté par (page perso) . En réponse au sondage Mon système de composition de documents préféré est :. Évalué à 2.

    Justement, avec des xinclude, je n'ai pu le faire que directement dans les fichiers de contenu. J'aurais pu me demander comment le faire dans un fichier à part, effectivement, c'est une erreur de ma part. Mais c'est ce que j'aime chez DITA von XML, c'est que ça impose de faire directement comme ça. Ce format est très contraignant (le schéma task par exemple, n'autorise guère la fantaisie). Il a un côté idiot proof qui me convient très bien :-) En fait, il me permet de me consacrer à l'essentiel : le contenu.

  • [^] # Re: ☑ DocBook

    Posté par (page perso) . En réponse au sondage Mon système de composition de documents préféré est :. Évalué à 2.

    Pour mon format préféré (DITA), il y a au moins tout ça.

    Rédacteur technique de père en fils depuis 1830 de profession, j'ai horreur des interfaces graphiques WYSIWYG qui ne font jamais vraiment ce que l'on veut. C'est un peu comme conduire une voiture avec boîte de vitesses automatique. Je reprends les arguments en faveur de DITA postés sur mon journal&nbsp:

    Pour l'utiliser depuis plusieurs années pour faire des documents techniques ou marketing, je vois les avantages suivants à DITA XML :

    • micro-sémantique : des balises distinguent les options des interfaces graphiques, les commandes en mode terminal, les adresses postales, etc.
    • macro-sémantique : les sections des documents peuvent être de type topic (texte généraliste) ou task (procédure pas à pas), etc., avec une structure appropriée (par exemple, introduction, puis prérequis, puis procédure, puis résultat pour une section de type task)
    • modularité poussée des documents : une bonne pratique consiste à créer un fichier par section,
    • structure de table des matières externe : à l'inverse de à DocBook, où la structure de table des matières se crée par inclusion de références dans les fichiers de contenu, la structure hiérarchique des documents DITA est un fichier à part, ce qui favorise la réutilisation du contenu,
    • texte conditionnel avec le mécanisme des ditaval,
    • single-sourcing : avec la chaîne de publication libre DITA Open Toolkit, il est facile de générer des PDF, du HTML, du JavaHelp, etc., à partir des mêmes fichiers source,
    • de nombreux outils, graphiques ou non, libres ou propriétaires, sont disponibles pour la création, la gestion et la publication de contenu DITA,
    • évidemment, tous les avantages des formats XML, dont la possibilité d'utiliser des scripts et des expressions rationnelles, la gestion des images sous forme de fichier externe, etc.

    Il y a également un concept d'héritage (d'où le darwinien de Darwin Information Typing Architecture), qui garantit une grande évolutivité.

  • [^] # Re: dita

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Tutoriel : créer du contenu DITA XML avec Emacs et le mode nXML. Évalué à 5.

    Pour l'utiliser depuis plusieurs années pour rédiger et gérer des documents techniques ou marketing, je vois les avantages suivants à DITA XML :

    • micro-sémantique : des balises distinguent les options des interfaces graphiques, les commandes en mode terminal, les adresses postales, etc.
    • macro-sémantique : les sections des documents peuvent être de type topic (texte généraliste) ou task (procédure pas à pas), etc., avec une structure appropriée (par exemple, introduction, puis prérequis, puis procédure, puis résultat pour une section de type task),
    • modularité poussée des documents : une bonne pratique consiste à créer un fichier par section,
    • structure de table des matières externe : à l'inverse de à DocBook, où la structure de table des matières se crée par inclusion de références dans les fichiers de contenu, la structure hiérarchique des documents DITA est un fichier à part, ce qui favorise la réutilisation du contenu,
    • texte conditionnel avec le mécanisme des ditaval,
    • single-sourcing : avec la chaîne de publication libre DITA Open Toolkit, il est facile de générer des PDF, du HTML, du JavaHelp, etc., à partir des mêmes fichiers source,
    • de nombreux outils, graphiques ou non, libres ou propriétaires, sont disponibles pour la création, la gestion et la publication de contenu DITA,
    • évidemment, tous les avantages des formats XML, dont la possibilité d'utiliser des scripts et des expressions rationnelles, la gestion des images sous forme de fichiers externes, etc.

    Il y a également un concept d'héritage (d'où le darwinien de Darwin Information Typing Architecture), qui garantit une grande évolutivité.

  • [^] # Re: Par rapport à sphinx ?

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Didacticiel DITA XML : gérer ses projets multilingues. Évalué à 1.

    Oui, on m'a souvent parlé de Sphynx et j'y ai jeté un œil. Mais DITA a été spécialement conçu pour la communication technique. En tant que rédacteur technique, j'apprécie sa "macro-sémantique" (concepts, tâches, référence) et sa "micro-sémantique" (adresse, option, commande, etc.).

  • [^] # Re: Définissez « overkill » en un journal

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Didacticiel DITA XML : gérer ses projets multilingues. Évalué à 1.

    Ohé, heu, c'est mon premier projet GPL (je ne suis pas développeur, après tout) :-)

  • [^] # Re: cherchez l'erreur …

    Posté par (page perso) . En réponse au journal Didacticiels DITA XML et DITA Open Toolkit. Évalué à 1.

    Oui, je ne l'utiliserais pas depuis plusieurs années en production (notamment pour fournir la documentation de NuFirewall) sans outils !

    Côté création, j'ai utilisé le mode nXML de Emacs pour lequel j'ai adapté les schémas RNC (je suis d'ailleurs passé de Vim à Emacs pour ce mode).

    Côté publication, j'ai utilisé DITA Open Toolkit pour générer des versions PDF, HTML et CHM. Ce premier tutoriel porte d'ailleurs sur la mise en place initiale de cette chaîne de publication. Je compte en faire d'autres sur la personnalisation de la mise en page des PDF, sur la gestion des projets multilingues, sur l'automatisation de la génération d'aide compilée CHM sous GNU/Linux, etc.

    Et il y a beaucoup d'autres outils, graphiques ou non, libres ou propriétaires.

  • [^] # Re: En direct/live sur Solutions Linux

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche NuFirewall, le pare-feu libre sans prise de tête. Évalué à 4.

    s/documentaliste/rédacteur technique/ :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Documentaliste

    :)
  • [^] # Re: C'est moi...

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Un T9 sur votre clavier 105 touches. Évalué à 3.

    Pour le moment il faut le compiler soi-même, même si je l'ai envoyé au créateur de l'application, qui l'inclura peut-être dans le package.

    Il suffit de mettre les termes de la liste de mots entre guillemets doubles et de faire :


    M-x predictive-create-dict RET my-dict RET my-dir/predictive/my-dict RET RET

    en indiquant la liste de mots au prompt File to populate from.

    L'avantage, c'est que tu peux déjà ajouter tes propres mots et indiquer ta propre pondération. J'ai par exemple ajouté l'entrée cliquez avec la valeur 40, car je tape beaucoup plus fréquemment ce mot que climatérique...

    Un bon tuto : http://klibb.com/cgi-bin/wiki.pl/Emacs_Blog_2007-01-20
  • [^] # Re: Rien à voir

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Un T9 sur votre clavier 105 touches. Évalué à 3.

    Comme quoi la Sorbonne n'a pas changé ;) :

    http://www.champfleury.org/litterature_francaise/siecle16/et(...)
  • [^] # Re: Et dans un éditeur de texte

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Un T9 sur votre clavier 105 touches. Évalué à 1.

    C'est sûr que c'est un peu dommage que ça soit restreint à un seul (vrai) éditeur de texte, mais il semble que c'était le cas d'ispell à ses débuts... Tous les espoirs sont donc permis.
  • [^] # Re: Le traitement de texte, une hérésie ?

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Un éditeur XML Wysiwyg passe au libre. Évalué à 2.

    Je ne crois pas que ça vienne seulement des interfaces. Il faut un système idiot proof. Si un document doit être modifié par mettons 10 personnes, il y en aura toujours une qui voudra créer un titre en augmentant la taille de la police ou qui créera une liste numérotée en mettant les numéros à la mano.

    Je ne dis pas que même avec la meilleure DTD du monde cela ne pourra pas se produire (DocBook et Dita ne sont pas 100% sémantiques et ont une notion d'italique ou de gras, par exemple, et il sera toujours possible de numéroter une liste manuellement), mais cela limite énormément les dégâts. Ces dégâts peuvent facilement être réparés par un script pour la plupart. Réparer de l'odt, c'est déjà plus complexe...
  • # Non, je n'ai pas tout dit !

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Un éditeur XML Wysiwyg passe au libre. Évalué à 3.

    Mais c'est pas drôle si on dit tout d'un coup :-)

    L'interview du COO de syntext est très intéressante, notamment parce qu'il cite la crise comme facteur majeur de sa décision de libérer le code:

    La crise financière mondiale, qui a fortement touché le marché informatique (avec un chiffre d'affaires en baisse de 50 à 60 %), nous a amené à envisager une approche très différente de notre activité.

    (The world financial crisis situation, which the IT market has clearly felt (with a revenue drop of 50%-60%), has made us think that we have to approach very differently our business.)


    Est-ce que dans un monde que les plus pessimistes disent en train de s'effondrer, le libre offrirait un modèle alternatif crédible?

    À verser en tout cas au dossier Impact de la crise sur le logiciel libre.
  • [^] # Re: Prudence avec l'emploie du mot WYSIWYG

    Posté par (page perso) . En réponse à la dépêche Un éditeur XML Wysiwyg passe au libre. Évalué à 3.

    Le vrai acronyme est wysiwym http://fr.wikipedia.org/wiki/What_You_See_Is_What_You_Mean mais personne ne le comprend...