Journal Pourquoi j'ai installé Fedora et considérations banales d'un débutant

Posté par  . Licence CC By‑SA.
21
28
juil.
2020

Sommaire

Après avoir installé Slackware sur notre Dell Inspiron 1501, j’ai installé Fedora sur notre autre PC portable, un Inspiron 17R N7110. J’ai en effet remarqué qu’avec la bibliothèque de l’université où j’enseigne, j’avais accès à plein de livres électroniques dont Beginning Fedora Desktop. Il eut été dommage de lire ce livre sans le mettre en pratique, non ? Cela m’a permis de confirmer que le style de Kiki Novak (auteur du livre qui m’a incité à installer Slackware sur le 1501) est quand même beaucoup plus agréable à lire que celui de bien d’autres livres informatiques.

Quitter Ubuntu

De manière moins superficielle, il y avait aussi le fait que ce PC ne fonctionnait plus super bien avec Xubuntu. Depuis l’upgrade effectué vers la version 20.04, le PC était devenu assez lent, les installations à partir du « store » ne fonctionnaient plus super bien. Lié ou pas, l’usage des snaps est bien plus intensif sur cette version et pour le moment, je suis assez dubitatif notamment parce que c’est malheureusement une nouvelle fois un cavalier seul de Canonical.

Pourquoi pas autre chose ?

Le monde des distributions Linux est loin de se limiter à Ubuntu et Fedora. Pourquoi alors, si ce n’est le livre, ne pas être parti sur autre chose ?

Vu la question des snaps, j’ai rapidement exclu toutes les distributions construites sur base d’Ubuntu.

Slackware que je connais maintenant un peu c’est rigolo, formateur et plein d’autres choses mais ne me donne pas l’impression que cela soit l’avenir. Garder Slackware sur un ordi qu’on utilise très peu ne me dérange pas mais sur un ordinateur qui sera un peu plus employé, je préfère avoir quelque chose de moins exotique.

Debian ou une dérivée directe de Debian ? Option très sérieusement considérée d’autant plus que l’ordi principal de la maison est sous Debian. J’ai installé LMDE4 pour un peu tester. J’ai par ailleurs pas mal d’intérêt pour MX Linux mais sur le coup je l’ai un peu oubliée. Avoir Debian comme sur l’ordi principal permettrait entre autres de ne pas avoir à apprendre deux gestionnaires de paquets différents.

Finalement, je me suis dit que sur le PC portable, je ne vais a priori pas avoir beaucoup de changements ou de maintenance à effectuer et donc que le coût éventuel d’avoir autre chose sur ce PC portable et le PC principal ne serait pas tellement élevé. Par ailleurs, cela nous offre la possibilité d’installer facilement sur un des ordis de la maison un logiciel qui ne serait empaqueté que pour Fedora et pas pour Debian.

Fedora

L’attrait pour Fedora vient aussi du fait que de mes lectures passées, j’ai une image un peu idéalisée de Fedora comme la distribution des vrais, des développeurs, de Linus Torvalds mais aussi comme la distribution toujours à la pointe.

Par ailleurs, elle fait partie de la constellation RedHat qui a bercé mes années étudiantes vu que nos salles informatiques étaient sous Fedora. Effet madeleine de Proust.

Et puis les dépêches de Renault m’ont aussi donné une image positive de Fedora même si je comprends pas toujours tout.

Quel bureau ?

J’ai débuté Linux avec Xubuntu. Par conséquent, je suis habitué à Xfce qui est aussi le bureau installé sur le PC sous Slackware. J’ai malheureusement le défaut d’être curieux et j’étais intéressé d’un peu découvrir Gnome d’autant plus que selon [certains], c’est Fedora qui offre la meilleure intégration de Gnome.

Au début, j’ai été assez dubitatif si pas plus. Avec deux-trois explications lues à gauche à droite et un peu de temps, je l’ai trouvé pas si mal. Par contre, il y avait par moment des lenteurs incroyables et des presque freezes (en utilsant Xsensors). J’ai donc décidé de retourner à Xfce.

De manière un peu étonnante, l’ordinateur chauffe beaucoup beaucoup beaucoup moins avec Xfce qu’avec Gnome.

Au final, l’un dans l’autre, je me demande si on ne surestime pas parfois l’importance du choix du bureau. Pour les utilisations basiques d’un PC, on a rarement besoin d’avoir accès à plus de 10 logiciels. Peut-être même que les logiciels utilisés régulièrement se comptent sur les doigts d’une main. Tant que l’on sait où l’on trouve (facilement) ces quelques logiciels, le reste à peu d’importance si ce n’est le look. Et pour le look, j’ai l’impression que l’on peut maquiller presque n’importe quel bureau en un autre bureau.

Quels logiciels ?

Tant qu’à se concocter un ordi aux petits oignons, n’évitons pas la question du choix de logiciels. De nouveau pléthore de choix. Par exemple, pour les traitements de texte, j’ai rapidement identifié

Là, sérieusement, je ne me suis pas posé la question. Pas question d’avoir des logiciels différents sur mes différents ordinateurs et cela fait quand même un certain temps que je suis sous Linux, j’ai eu le temps de converger sur une série de logiciels qui me conviennent. Malheureusement, ils ne sont pas tous directement installés avec Fedora Xfce. Séance de dnf remove / dnf install par conséquent nécessaire…

Quel logiciel de visio ?

Traitement spécial pour la visio parce que c’est un des usages principaux du PC concerné. Lequel est le meilleur ? Tous ! Tous parce que le choix de l’application est parfois dicté par nos correspondants et que l’on doit s’y adapter. Par conséquent, j’ai installé des trucs pas tout à fait cool comme Zoom et Teams. Ce qui m’a offert un certainement étonnement. En effet, je m’attendais à devoir chercher et bidouiller pour les installer et en fait non, il y a des trucs tout prêts assez faciles à installer. Je pense que c’est quand même le signe d’une certaine évolution de la place de Linux dans le monde des desktops parce que je ne suis pas sûr qu’il y a quelques années pas si lointaine, cela aurait été une autre histoire.

En passant, Teams (et peut-être Zoom) est quand même une sacrée crasse avec ce comportement de simplement disparaitre et non de vraiment s’arrêter quand on clique sur la croix de la fenêtre.

Pourquoi Linux ne perce pas sur les PC personnels ?

Aujourd’hui, fonctionnellement, je ne vois pas ce qui obligerait à rester sous Windows (si ce n’est sans doute les jeux, et encore). Pas mal de facteurs expliquent sans doute la non-percée de Linux dans les chaumières, mais il me semble assez évident que la variété n’aide pas forcément toujours. Surtout celle concernant les gestionnaires de paquets (oui, oui, je sais, pleins d’enjeux techniques là-derrière mais comme utilisateur lambda osef). Comprendre la différence entre les différents gestionnaires de paquets n’est pas évident quand on vient de Windows ou de Mac. Même comprendre que Linux peut-être différent de Linux n’est pas si trivial.

Flatpack résoudra le problème ? Peut-être, espérons le même si c’est pas toujours sans mal et que l’on peut toujours sur Canonical pour jouer collectif.

Mes nexts steps

Vu que dans les livres électroniques auxquels j’ai accès, il y a aussi Beginning Rust From Novice to Professional, je me demande si je ne vais pas mettre au Rust :-)

De manière, plus réaliste, j’ai acheté aujourd’hui le premier tome de Administration Linux par la pratique de mon auteur fétiche du moment. C’est basé sur CentOS et OpenSUSE donc… J’en profite pour confirmer à Ysabeau que c’est la même recette de lasagne.

Sinon, si je me libère des livres et que je continue cette exploration des distributions finalement assez inutile (et un peu beaucoup contradictoire avec mon souhait d’être un utilisateur lambda qui ne se pose pas de questions), à court terme, je me pencherais bien sur MX Linux, et à plus long terme, je m’intéresserais bien à NixOS dont la gestion des paquets m’interpelle.

  • # Bienvenue et merci

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+8/-1).

    Et puis les dépêches de Renault m’ont aussi donné une image positive de Fedora même si je comprend pas toujours tout.

    Ah merci, cela fait plaisir de le lire car c'est ce que je souhaite obtenir comme résultat. :)

    Dommage que tu ne comprennes pas tout à mes écrits, si jamais tu as des points plus précis dans ce qui te gène : style, vocabulaire, sujets abordés, etc. il ne faut pas hésiter de le dire que j'essaye d'améliorer cela.

    Bienvenue parmi nous, n'hésite pas à rejoindre la communauté francophone si tu souhaites ou si tu as des questions.

    • [^] # Re: Bienvenue et merci

      Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

      Dommage que tu ne comprennes pas tout à mes écrits, si jamais tu as des points plus précis dans ce qui te gène : style, vocabulaire, sujets abordés, etc. il ne faut pas hésiter de le dire que j'essaye d'améliorer cela.

      Dommage ? Non, non, c'est plutôt normal.

      Je connais pas grand chose en informatique alors quand tu expliques des trucs techniques cela passe parfois un peu au-dessus de mon niveau de compréhension.

      Surtout, ne pas s'adapter à mon niveau technique sans quoi LinuxFR perdrait de son intérêt. Cela ne me gène pas du tout de ne pas tout comprendre.

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Bienvenue et merci

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

        Cela ne me gène pas du tout de ne pas tout comprendre.

        Et c'est bien dommage. Comme je dis "en informatique rien n'est compliqué, mais la difficulté est dans la foule de petites choses simples à savoir".

        Bref, n'hésite pas à relever un point particulier la prochaine fois, un sujet qui t'attire plus que les autres, et on tentera d'expliquer plus en détail, c'est un excellent exercice de rédaction.

        En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

        • [^] # Re: Bienvenue et merci

          Posté par  . Évalué à 7 (+6/-0).

          Cela ne me gène pas du tout de ne pas tout comprendre.

          Et c'est bien dommage. Comme je dis "en informatique rien n'est compliqué, mais la difficulté est dans la foule de petites choses simples à savoir".

          Merde alors, on doit tous tout comprendre sur ce qui est publié sur LinuxFR ? Ben, on n'est pas sorti de l'auberge !

          Quand j'écris que cela ne me gène pas du tout de ne pas tout comprendre, il faut juste entendre que je connais plus ou moins mon niveau et que je sais que LinuxFR est éclectique dans ses contributions y compris en termes de niveau; je trouve donc normal et sain que je ne comprenne pas tout directement dans ce que je lis sur le site.

          Il ne faut pas penser que cela signifie que je me complais dans mon ignorance ou que je n'ose pas poser de questions. Un peu Perceval mais pas trop.

          Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

          • [^] # Re: Bienvenue et merci

            Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 29/07/20 à 12:11.

            Il ne faut pas penser que cela signifie que je me complais dans mon ignorance ou que je n'ose pas poser de questions

            C'est ce que j'avais cru comprendre. On est d'accord alors :)

            En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

    • [^] # Re: Bienvenue et merci

      Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

      n'hésite pas à rejoindre la communauté francophone si tu souhaites ou si tu as des questions.

      Et malgré les retours pas super délicats comme le mien peut l'être, aussi (oui, j'en avais conscience quand je l'écrivais).

  • # Je suis débutant et j'utilise slackware...

    Posté par  . Évalué à 3 (+4/-3). Dernière modification le 29/07/20 à 02:04.

    … vraiment?

    Non, déjà, la, ça commence a faire sourire, ou pleurer, c'est selon… qui t'as donc conseillé d'utiliser Slackware alors que tu es débutant?
    C'est sûr, c'est «simple» au niveau système, mais justement, c'est simple pour les mainteneurs et autres power users, c'est le but!

    Ensuite, tu parles de Debian, puis de logiciels propriétaires ( "Par conséquent, j’ai installé des trucs pas tout à fait cool comme Zoom et Teams." ) hors, sans vouloir te vexer, Debian c'est aussi une philosophie: on accepte d'en «baver» pour installer des logiciels propriétaires, mais par défaut, on sait qu'on peut modifier la totalité du système. Accessoirement, Debian, c'est, disons, l'équivalent libre de RHEL.
    Non, ok, plutôt CentOS vu que c'est gratuit. De ce que j'en sais, et surtout cite:

    RHEL is available only through a paid subscription service or for development use in a non-production environment[24] – which provides access to software updates and varying levels of technical support. The product is largely composed of software packages distributed under free software licenses and the source code for these packages is made public by Red Hat.

    CentOS developers use Red Hat's source code to create a final product very similar to RHEL. Red Hat's branding and logos are changed because Red Hat does not allow them to be redistributed.[25] CentOS is available free of charge. Technical support is primarily provided by the community via official mailing lists, web forums, and chat rooms.

    The project is affiliated with Red Hat but aspires to be more public, open, and inclusive. While Red Hat employs most of the CentOS head developers, the CentOS project itself relies on donations from users and organizational sponsors.[10]

    Je n'ai pas l'impression que les logiciels non-libres soient pas activés par défaut.

    Ici encore, ce (Debian, mais ça marche aussi pour RHEL et CentOS je parie) n'est pas une distro faite pour les débutants (bien que, ce soit d'un niveau de facilité à utiliser tout autre que Slackware).
    Tout comme je doute que RHEL ou CentOS le soient.

    Si tu trouves ton bonheur dans Fedora, vraiment, c'est cool. Mais ne te trompes pas de raison:

    Fedora, c'est en effet une distribution qui, à ma connaissance cible les utilisateurs de bureau, et est une sorte de démo technique de RedHat.

    Rien de mal à ça, par contre, tu sembles parler de problèmes de lenteurs suite à mise à jour? Peut-être que tu auras les mêmes… ah, non, exact:

    De manière un peu étonnante, l’ordinateur chauffe beaucoup beaucoup beaucoup moins avec Xfce qu’avec Gnome.

    Oui, Xfce est un environnement de bureau léger (encore que, je le trouve lourd moi, mais bon).
    Ce n'est donc pas étonnant qu'il fasse moins chauffer que Gnome, c'est même sa marque de fabrique (moins d'usage des ressources).

    Pas mal de facteurs expliquent sans doute la non-percée de Linux dans les chaumières mais il me semble assez évident que la variété n’aide pas forcément toujours.

    Personnellement, si je n'avais eu qu'Ubuntu, je serais reparti sous win XP derechef. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait, à l'époque: à quoi bon passer d'un système que je maîtrisais (si si, je maîtrisais, mon install ressemblais vraiment pas à une install classique, entre les services custo, les softs virés, les dossiers "systèmes" déplacés, je pense avoir le droit de le dire. Était-ce intelligent, ça, par contre… sauf sur un point: la majeure partie remplaçable du système était composée de logiciels libres, y compris des rôles fournis par explorer.exe!) pour passer à un système que je ne maîtrisais pas et me donnais l'impression de vouloir m'enfermer dans les usages normaux?
    J'étais déjà dev, j'avais déjà testé Debian dont, à l'époque (potato en unstable me semble) l'installation finissais sur un simple shell (et j'avais beau connaître MSDOS, je ne pouvais pas deviner les commandes pour faire quoique ce soit)…
    Bref, il m'a fallu attendre un peu que Debian mûrisse, je n'avais, après tout, pas accès au net moi-même (un camarade de lycée m'avait filé les CDs, j'étais en internat et chez les parents c'était 56K, 30H/mois max).

    Surtout celle concernant les gestionnaires de paquets (oui, oui, je sais, pleins d’enjeux techniques là derrière mais comme utilisateur lambda osef). Comprendre la différence entre les différents gestionnaires de paquets n’est pas évident quand on vient de Windows ou de Mac. Même comprendre que Linux peut-être différent de Linux n’est pas si trivial.

    Et en vrai, on s'en tape. Je n'ai jamais utilisé dpkg ou apt pour quelque usage d'utilisateur de base que ce soit, j'ai toujours dans ces cas la préféré aptitude, parce que non, la ligne de commande ça marche pas pour explorer un système qui contiens des dizaines (je ne pense pas qu'il y en ait plusieurs centaines?) de milliers de paquets.

    Flatpack résoudra le problème ? Peut-être, espérons le même si c’est pas toujours sans mal et que l’on peut toujours sur Canonical pour jouer collectif.

    Amusant. J'ai testé cet aprem, pour installer le dernier widelands.
    C'est pas demain la veille que je ferais confiance a un outil qui fait clignoter mon terminal, façon stroboscope (enfin, la partie qu'il était censé mettre à jour pour indiquer l'évolution. Et, oui, c'est la 1ère fois que je vois ça dans un setup normal).
    Au-delà de ça, la documentation est bien foireuse. Certes, je pourrais contribuer, faire des bugs reports et autres, mais à ce train la, je préfère contribuer au logiciel directement, parce que le gestionnaire de paquets, comme tu le dis si bien: osef.

    Oh, mais attend, tu parles de Canonical pour jouer plus collectif que RedHat?
    RedHat, derrière ce fameux RPM justement, invente flatpack.
    Debian avait déjà DPKG: 1994. Contre 1997 pour RPM.

    Certes, tu as le point de vue d'un utilisateur normal, et certes, mon post est un appeau a trolls, mais vraiment, les points que tu avances me semblent assez mal jaugés.
    Ce n'est pas contre toi ni Fedora, comme tout le monde ici je pense (sauf peut-être les Archers? :P) je me moque bien de la distribution que tu utilises, mais pitié… pas de "Ma distro c'est la meilleure pour être sur le bureau", ni de "la diversité c'est pas bien".

    La distro la plus vieille encore en activité, c'est Slackware. Il me semble qu'ensuite c'est Debian.
    Si "la diversité c'est pas bien" ou si "il faut jouer collectif" alors Fedora n'aurais jamais dû naître. JAMAIS.
    La diversité, c'est la force des distro, ce qui fait que toi, débutant, tu peux y trouver ton bonheur, mais aussi ce que moi, avec mes usages chiants, je peux aussi trouver mon bonheur.
    La diversité, c'est ce qui fait que la distro dont tu es si content, existe.

    [edit]
    Pour enfoncer le clou sur le troll du gestionnaire de paquet user-space… perso je préfère appimage, ça juste marche partout, et contrairement a ce que disent les médisants, il est possible d'en faire qui se mettent a jour toute seules.
    Point de vue utilisateur, ça reste à mon avis le plus simple. Après les binaires statiques, mis à jour à la main, certes.

    PS: c'est un journal a garder pour les trolldi ça…

    • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

      Posté par  . Évalué à 6 (+5/-0).

      Non, déjà, la, ça commence a faire sourire, ou pleurer, c'est selon… qui t'as donc conseillé d'utiliser Slackware alors que tu es débutant?
      C'est sûr, c'est «simple» au niveau système, mais justement, c'est simple pour les mainteneurs et autres power users, c'est le but!

      Je t'invite à lire cet excellent journal pour comprendre pourquoi j'ai installé Slackware.

      Sinon, ma toute première distribution Linux installée par moi-même a été Xubuntu, plus cohérent avec le fait d'être débutant, non ?

      Ensuite, tu parles de Debian, puis de logiciels propriétaires ( "Par conséquent, j’ai installé des trucs pas tout à fait cool comme Zoom et Teams." ) hors, sans vouloir te vexer, Debian c'est aussi une philosophie: on accepte d'en «baver» pour installer des logiciels propriétaires, mais par défaut, on sait qu'on peut modifier la totalité du système. Accessoirement, Debian, c'est, disons, l'équivalent libre de RHEL.

      Pas tout suivi dans ce que tu écris mais mon point c'est que cela a été incroyablement simple d'installer Zoom et Teams. Les éditeurs de ces applications ont fait l'effort de proposer des trucs faciles à installer sur les distributions Linux. Cet effort de ces éditeurs me semble être le signe que quelque chose à changé dans la position de Linux. Je pense qu'il n'y a pas si longtemps, ces éditeurs n'auraient pas fait ces efforts.

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

        Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

        Je crois surtout que les technos web, javascript, nodejs et electron sont passé par là et que l'idée derrière c'est avant tout de faciliter en premier lieu la création d'appli cross-platform pour windows et mac. Pour linux à mon humble avis c'est un peu plus un effet de bord et parce que beaucoup de developpeurs nodejs utilisent un pc sous linux pour développer et que du coup créer un package pour linux ne leur coûte pas grand chose, apporte un plus marketing qui ne coûte que du stockage et leur permet de tester l'appli en même temps.

        Mais en même temps, electron c'est affreux en terme d'usage mémoire et ces applis peuvent très bien tourner dans l'onglet d'un navigateur. Du coup l'intérêt est faible.

        • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

          Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0).

          Mais en même temps, electron c'est affreux en terme d'usage mémoire et ces applis peuvent très bien tourner dans l'onglet d'un navigateur. Du coup l'intérêt est faible.

          Souvent, il manque un détail ou l'autre qui améliore grandement l'expérience utilisateur. Par exemple, vscode peut accéder aux fichiers du disque, une appli de musique pourrait réagir aux boutons play/pause (voire à une notif de pause suite à un appel par exemple).

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

            une appli de musique pourrait réagir aux boutons play/pause (voire à une notif de pause suite à un appel par exemple).

            Vivaldi le gère déjà sous Windows et Linux, par exemple avec Subsonic/Airsonic ou Youtube. Il me semble que Firefox peut le gérer, et probablement d’autres navigateurs.

            La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

            • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

              Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

              Vivaldi le gère déjà sous Windows et Linux, par exemple avec Subsonic/Airsonic ou Youtube

              Vraiment? Avec quel DE? Je suis curieux de connaître comment ça marche sous le capot (chez moi, ça marche pas, mais je pense que c'est normal, quand on choisit d'avoir un système hors normes, faut pas s'étonner que les softs soient pas très bien intégrés).

              • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+1/-0).

                En tout cas avec dbus cela se fait très facilement.

                C'est d'ailleurs comme cela qu'un lecteur de musique sous Linux réagit aux commandes systèmes type play / pause.

                • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

                  Posté par  . Évalué à 1 (+0/-1).

                  C'est d'ailleurs comme cela qu'un lecteur de musique sous Linux réagit aux commandes systèmes type play / pause.

                  Ben… oui et non.

                  Oui, parce que je suis sûr qu'il en existe qui utilisent ça.
                  Non, parce que perso j'utilise mpd, et ce dernier ne réagit pas au clavier :) a la place de ça, il prend ses commandes sur un socket, avec, certes, un protocole spécifique (mais en vrai, même avec dbus, il faut implémenter un protocole, puisque qu'il faut bien définir les messages écoutés et comment y répondre, non?), que causent de nombreux clients.
                  J'ai nommé mpd et sa clique. Comme il existe un client en ligne de commande, il suffit de bind des raccourcis clavier aux commandes en question et le tour est joué.
                  LE point négatif, et j'en suis conscient, c'est qu'il faut accepter de faire la config initiale. Dans mon cas, jusqu'ici, je mets les bindings au niveau du gestionnaire de fenêtres, mais je me demande s'il ne me serais pas possible de faire ça directement au niveau d'acpid, ce qui serait plus pertinent (accessible via mes TTYs) et aussi plus portable (non spécifique à un WM, ni même à X11).

                  D'un autre côté, ce travail a forcément dû être fait pour les gros DEs, donc… faire faire ou faire soi-même, lorsqu'il existe possiblement des solutions déjà existantes qui seraient plus portables, sont-ce les bonnes choses à faire?
                  Faut que je creuse. Je connais encore trop mal certains sujets comme acpi et udev je le crains.

            • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

              Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0).

              Du coup, c'est quelle commande qui est envoyé aux site web ? C'est valable pour tous ou seulement ceux qui émettent de la musique ? Cela demande une permission ou n'importe quel site peut écouter que je met en pause ma musique ?

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

      Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

      Fedora, c'est en effet une distribution qui, à ma connaissance cible les utilisateurs de bureau, et est une sorte de démo technique de RedHat.

      Alors là je plussoie, et je suis pourtant quelqu'un qui n'installe plus que Fedora. Le support est de plus en plus pauvre sur Fedora quand il reste correct sur les RHEL et autres CentOS. Fedora devient de plus en plus une vitrine qu'une réelle alternative (et le mot pourrait être faible) aux "mastodontes" comme Ubuntu. À mon grand regret.

      • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-1).

        Le support est de plus en plus pauvre sur Fedora quand il reste correct sur les RHEL et autres CentOS.

        Le support de qui ou de quoi ? Car je ne vois pas ce que tu veux dire.

        Fedora devient de plus en plus une vitrine qu'une réelle alternative (et le mot pourrait être faible) aux "mastodontes" comme Ubuntu.

        Et que trouves-tu que Ubuntu a mais pas Fedora ? Pour comprendre ta logique car je ne vois pas à quels éléments tu fais référence.

    • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

      Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

      Ce n'est pas contre toi ni Fedora, comme tout le monde ici je pense (sauf peut-être les Archers? :P) je me moque bien de la distribution que tu utilises, mais pitié… pas de "Ma distro c'est la meilleure pour être sur le bureau", ni de "la diversité c'est pas bien".

      Moi j'aime bien connaître les distros utilisées par les autres et les raisons de leur choix.

      Je crois que je n'ai pas écrit, ni explicitement ni implicitement, "Ma distro c'est la meilleure pour être sur le bureau". Je ne sais même pas laquelle est ma distro vu que j'en utilise 3.

      Par contre, j'ai peut-être laissé entendre quelque chose de similaire à "la diversité c'est pas bien". Pas de manière aussi carrée, mais clairement la diversité n'est pas évidente à appréhender ni à gérer quand l'on découvre Linux.
      Concernant la diversité des logiciels, nice, il faut apprendre à ne pas vouloir goûter à tout le buffet et le jour où on a un besoin ultra-spécifique, on a plus de chance de trouver chaussure à son pied.
      Concernant la manière d'installer les logiciels, c'est plus discutable. Quand tu arrives et que tu piges que dalle, cela te fait chier que ces zouaves de fedora et de debian et de … ont chacun leur manière de faire parce que toi tu voulais le logiciel A et le logiciel B sur ton ordi et manque de pot pour le logiciel A c'est dispo sous fedora et le logiciel B c'est sous dispo chez debian.
      La frustration est d'autant plus grande que tu comprends pas pourquoi cette différence. Je commence à être un vieux débutant vu que j'ai migré sur Linux en décembre 2018 mais c'est seulement maintenant que je commence à comprendre le comment du pourquoi de cette histoire. Je reste parfois ennuyé par le bazar mais je comprends maintenant pourquoi ce n'est pas si facile.

      Concernant Snap et Flatpack, au départ, j'étais plus que réservé. En partie parce que je ne comprenais pas tout.
      Il me semble que cela sera moins gênant d'avoir plusieurs systèmes en parallèle. En effet, ce ne sera pas hyper efficace mais de ce que je comprends il n'y a quasiment aucune contre-indication à avoir les deux sur un même ordinateur. L'un ne devrait pas cassé ce que l'autre à fait. Le seul point négatif c'est qu'entre eux, il n'y aura pas de gestion des éléments communs => le disque dur sera parfois inutilement chargé.
      En fait, je ne serais pas étonné que dans un futur pas si lointain l'une de ces options prennent le pas sur les autres en espérant que ce sera la meilleure.

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

        Posté par  . Évalué à 1 (+0/-1).

        mais clairement la diversité n'est pas évidente à appréhender ni à gérer quand l'on découvre Linux

        Tu pars du principe qu'il n'y a pas de diversité sous Windows ou qu'elle est plus facile a appréhender?

        quand l'on découvre Linux

        C'est ça le foutu problème. On ne découvre pas linux, on découvre qu'il existe de nombreux systèmes d'exploitation basés sur noyau, et on les mets tous dans le même sac, alors que bon, le noyau, c'est encore moins important que l'init du point de vue utilisateur!

        Debian, Ubuntu, Fedora, Slackware, etc, ce sont des systèmes d'exploitation complets. Certains sont très proches entre eux, d'autres non, parce qu'historiquement certains sont des "forks" des autres (Ubuntu de Debian, Mint d'Ubuntu, par exemple, ou CentOS de RHEL, fedora je ne sais pas si on peut considérer ça comme un fork de RHEL? Ou l'inverse?), du coup on les considère plus ou moins comme une famille, mais au final les mettre toutes sous une seule étiquette "[GNU/]Linux" c'est pas vraiment pertinent.
        Ne serait-ce que parce que, par exemple, Debian a eu des versions officielles qui n'étaient pas basées sur le noyau linux.

        Oui, je crois que rien que ce dernier point montre a quel point c'est pas super pertinent. On pourrais aussi évoquer le fait que dans «les *Buntus», le simple fait de changer le nom du DE par défaut (et probablement quelques patches avec) justifie de changer le nom de l'OS, et vu que, justement, ces systèmes ciblent les débutants, je trouve cette politique pertinente.

        Au final, la raison pour laquelle un débutant est confus, c'est plus parce qu'il veut considérer que les distributions linux sont ou doivent être presque pareilles.

        Concernant la manière d'installer les logiciels, c'est plus discutable. Quand tu arrives et que tu piges que dalle, cela te fait chier que ces zouaves de fedora et de debian et de … ont chacun leur manière de faire parce que toi tu voulais le logiciel A et le logiciel B sur ton ordi et manque de pot pour le logiciel A c'est dispo sous fedora et le logiciel B c'est sous dispo chez debian.

        Oui, vu que ce sont des systèmes d'exploitation différents, il est vrai que c'est illogique. Ou pas.
        Quand un logiciel n'est pas empaqueté et mis à disposition comme tu veux sur ton OS, les solutions ont toujours été les mêmes:

        • aller sur le web pour trouver une version adaptée à ton OS;
        • utiliser un multi-boot;
        • utiliser une VM;
        • demander au fournisseur de le compiler pour ton OS;
        • si possible, utiliser les sources pour le compiler soi-même;

        Et ça, c'est encore plus vrai pour windows que pour les distributions linux, justement. Justement, dans les distributions linux, il y a des milliers de logiciels dans un catalogue centralisé, contrairement à windows ou macOS (ça a peut-être changé depuis, ça).

        La ou ça deviens embêtant, au final, c'est pour les développeurs qui doivent faire les binaires. Et encore… je n'ai jamais eu recours à alien mais je me dis que si un dev se contente de link en statique ou utilise un langage de script (python, perl, par exemple. Pas de problèmes d'ABI au moins) le paquet ne devrais pas être trop incompatible.

        La frustration est d'autant plus grande que tu comprends pas pourquoi cette différence.

        Ça, c'est parce que tu es curieux et que tu veux comprendre. C'est de la frustration saine.
        Je doute par contre que ça soit applicable à la plupart des utilisateurs, qui veulent que ça «juste marche».
        Dans ce cas, voire mon point plus haut, au sujet des méthodes qui sont les mêmes sur les OS propriétaires quand le logiciel n'est pas dispo directement via le catalogue système.
        Et je pense que dans bien des cas, justement, nos distros sont sur ce point bien moins frustrantes que, par exemple, Windows.
        Je me souviens très bien de «telecharger.com» et ses malwares par exemple. J'ai du en nettoyer des machines sous windows, promis… et je pense que c'était plus frustrant pour les utilisateurs d'avoir tous les 6 mois leur machine en rade parce que windows, justement, n'a pas de catalogue d'applications (ou n'avait pas, si ça a changé).

        En fait, je ne serais pas étonné que dans un futur pas si lointain l'une de ces options prennent le pas sur les autres en espérant que ce sera la meilleure.

        Je n'en serais pas étonné non plus. Et tu as oublié appimage dans ta liste, ainsi que les solutions traditionnelles qui utilisent des «launchers» ou intègrent eux-même un soft de MàJ.

        • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

          Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

          mais clairement la diversité n'est pas évidente à appréhender ni à gérer quand l'on découvre Linux

          Tu pars du principe qu'il n'y a pas de diversité sous Windows ou qu'elle est plus facile a appréhender?

          Qu'il y a moins de diversité. Je ne me suis jamais poser une question similaire à savoir si j'allais utiliser GNOME, KDE, Xfce, Budgie, MATE, Cinamon ou autre chose encore.

          C'est ça le foutu problème. On ne découvre pas linux, on découvre qu'il existe de nombreux systèmes d'exploitation basés sur noyau, et on les mets tous dans le même sac, alors que bon, le noyau, c'est encore moins important que l'init du point de vue utilisateur!

          Bon sujet de dissertation pour un trolldi : Deux distributions Linux différentes sont-elle deux OS différents ?

          Sans doute difficile de dire que NixOS et Ubuntu sont un seul et même OS.
          Sans doute difficile de dire que DFLinux et Debian sont deux OS différents.

          Concernant la manière d'installer les logiciels, c'est plus discutable. Quand tu arrives et que tu piges que dalle, cela te fait chier que ces zouaves de fedora et de debian et de … ont chacun leur manière de faire parce que toi tu voulais le logiciel A et le logiciel B sur ton ordi et manque de pot pour le logiciel A c'est dispo sous fedora et le logiciel B c'est sous dispo chez debian.

          Oui, vu que ce sont des systèmes d'exploitation différents, il est vrai que c'est illogique. Ou pas.

          Une fois que l'on considère deux distributions de Linux comme des OS distincts, c'est logique mais le newB n'a sans doute pas (encore) compris que ce sont des OS distincts.

          La frustration est d'autant plus grande que tu comprends pas pourquoi cette différence.

          Ça, c'est parce que tu es curieux et que tu veux comprendre. C'est de la frustration saine.

          Ah non ! Le newB, il a installé Linux et il a trouvé le programme qu'il voulait dans une version pour Linux et bordel une nouvelle fois son ordi lui donne des messages d'erreurs dont il comprend surtout que cela ne marche pas. C'est quoi cette merde de Linux ? (selon le caractère et l'éducation du dit newbie la réaction peut être plus ou moins virulente et exprimée de manière plus ou moins châtiée).

          Quand un logiciel n'est pas empaqueté et mis à disposition comme tu veux sur ton OS, les solutions ont toujours été les mêmes:

          • aller sur le web pour trouver une version adaptée à ton OS;
          • utiliser un multi-boot;
          • utiliser une VM;
          • demander au fournisseur de le compiler pour ton OS;
          • si possible, utiliser les sources pour le compiler soi-même;

          Euh non, quand je trouvais pas un truc sur Windows, je trouvais cela dommage mais je n'imaginais par faire l'une ou l'autre de ces cabrioles à part la première. Éventuellement aussi demander au fournisseur de prévoir une version pour Windows.

          parce que windows, justement, n'a pas de catalogue d'applications (ou n'avait pas, si ça a changé).

          Tout à fait. Et je me dis que si un jour, j'installe une version de Linux chez quelqu'un pas très versée en ni intéressée par ce qu'il y a sous le capot; je lui dirai un truc du genre : pour ajouter des programmes tu regardes dans le catalogue (et pas ailleurs). Pas top pour l'émancipation informatique de la personne mais peut-être plus sage au départ.

          En fait, je ne serais pas étonné que dans un futur pas si lointain l'une de ces options prennent le pas sur les autres en espérant que ce sera la meilleure.

          Je n'en serais pas étonné non plus. Et tu as oublié appimage dans ta liste, ainsi que les solutions traditionnelles qui utilisent des «launchers» ou intègrent eux-même un soft de MàJ.

          Deuxième dissertation pour un trolldi : si une (et une seule) solution type flatpack s'impose globalement pour l'installation des logiciels, que restera-t-il comme différences substantielles entre les différentes distributions ?


          Désolé pour le placement de produit dans ce post. C'est venu comme cela en relisant. C'est quand même une initiative sympathique même si je crains que remplacer la carte de banque y coûte relativement cher. Tu ne comprends rien à ce disclaimer : tu n'as pas détecté le placement de produit et/ou tu n'as pas lu récemment de journaux sur LinuxFR

          Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

          • [^] # Re: Je suis débutant et j'utilise slackware...

            Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

            Bon sujet de dissertation pour un trolldi : Deux distributions Linux différentes sont-elle deux OS différents ?

            Le problème est ici la définition de l'OS, de "système d'exploitation". Dans ma définition à moi, la plupart du temps, oui.
            Parce que je considère les mécanismes d'installations et les ABI des libs importantes comme étant partie d'un OS et de ses specs.

            Une fois que l'on considère deux distributions de Linux comme des OS distincts, c'est logique mais le newB n'a sans doute pas (encore) compris que ce sont des OS distincts.

            Bien d'accord avec ce point, mais le problème n'est lié ni au newbie (qui n'étais pas un terme péjoratif dans le milieu ou j'ai appris l'info, y'a 15+ ans, il ne l'est que dans les milieux bourrés de "gamer" et de lamers) ni aux distro linux.
            Le problème est lié au fait que les gens qui veulent se rendre intéressants parlent de "linux" sans comprendre ce dont il s'agit. C'est la le grand problème.

            D'ailleurs, les gens que je connais ne font pas la "confusion" linux = android, et pourtant…

            Euh non, quand je trouvais pas un truc sur Windows, je trouvais cela dommage mais je n'imaginais par faire l'une ou l'autre de ces cabrioles à part la première.

            Tu n'as vraiment jamais installé un truc depuis un site tiers? Difficile a croire, désolé. Mais possible, en soit.
            Oh, j'oubliais de lister les CDs rom achetés dans le commerce dans ma liste…

            Tout à fait. Et je me dis que si un jour, j'installe une version de Linux chez quelqu'un pas très versée en ni intéressée par ce qu'il y a sous le capot; je lui dirai un truc du genre : pour ajouter des programmes tu regardes dans le catalogue (et pas ailleurs). Pas top pour l'émancipation informatique de la personne mais peut-être plus sage au départ.

            Ça sera un PC qu'il n'y a pas besoin de déverminer tous les 6 mois. Et avec bien plus de logiciels que sous windows, qui ne sert juste à rien sans logiciels supplémentaires.

            Deuxième dissertation pour un trolldi : si une (et une seule) solution type flatpack s'impose globalement pour l'installation des logiciels, que restera-t-il comme différences substantielles entre les différentes distributions ?

            Les mêmes qu'aujourd'hui, puisque flatpack, par nature, ne peux pas remplacer le système de paquets natifs, a moins que je ne me trompe complètement.
            Son objectif est, d'ailleurs, de le compléter, afin d'avoir un système qui ait la base fiable des distro "traditionnelles" orientées version, tout en ayant la modernité caractéristiques des rolling releases.

            Peut-être que je me trompe du tout au tout: il me reste moi aussi une longue route à faire, mais au moins la voie est libre :)

  • # quitter ubuntu

    Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

    Lié ou pas, l’usage des snaps est bien plus intensif sur cette version

    Pour avoir fait tourner des versions traditionnelles et des versions snap de logiciels sur une Debian, j'ai constaté que l'empreinte mémoire et le temps de lancement étaient significativement différents et pas en faveur de snap. Peut-être que ça peut expliquer ton soucis sur ce vieil ordi.

    Vu la question des snaps, j’ai rapidement exclu toutes les distributions construites sur base d’Ubuntu.

    C'est dommage parce que Linux Mint n'utilise justement pas les snaps.
    Puis en parlant du bureau, Mate est aussi léger (voire peut-être davantage) que Xfce et de mon expérience il est très facile de basculer de l'un à l'autre.

    Sans aller jusqu'une Debian pur jus (même si en vrai la marche n'est pas insurmontable pour quelqu'un qui commence à se débrouiller, c'est ce que j'ai fait après trois-quatre mois sur Xubuntu), tu aurais pu aussi essayer des distributions dérivées comme DFLinux ou Emmabuntüs qui sont pensées pour des novices. À part deux-trois petites choses à paramétrer post-install c'est fonctionnel au premier redémarrage.

    Avec ces distribs tu aurais ainsi pu réutiliser quelques notions de l'organisation avec une base dpkg et apt. Et comme l'a dit freem, aptitude est un outil graphique à la fois puissant et rapide à prendre en main, à essayer si un jour tu retentes une base Debian/Ubuntu.

    Bref, c'est tout à ton honneur de vouloir explorer la constellation de distrib Linux mais pour l'utilisateur lambda que tu voulais être il y avait des voies moins abruptes que celle de changer drastiquement de galaxie.

    • [^] # Re: quitter ubuntu

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      Vu la question des snaps, j’ai rapidement exclu toutes les distributions construites sur base d’Ubuntu.

      C'est dommage parce que Linux Mint n'utilise justement pas les snaps.

      Je sais bien que Linux Mint n'utilise pas les snaps mais 1) vu mon indécision chronique cela me permet d'éliminer un paquet de distributions qui me font de l'oeuil 2) à voir combien de temps il n'utilise pas les snaps, ne pas prendre de distribution basée sur ubuntu me permet de ne pas (ou en tout cas moins) me poser la question. Par ailleurs, j'ai un peu testé Linux Mint mais dans son édition Debian.

      Sans aller jusqu'une Debian pur jus (même si en vrai la marche n'est pas insurmontable pour quelqu'un qui commence à se débrouiller, c'est ce que j'ai fait après trois-quatre mois sur Xubuntu), tu aurais pu aussi essayer des distributions dérivées comme DFLinux ou Emmabuntüs qui sont pensées pour des novices. À part deux-trois petites choses à paramétrer post-install c'est fonctionnel au premier redémarrage.

      Je regarde avec intérêt DFLinux et Emmabuntüs. En même temps, je crois qu'aujourd'hui, je n'aurais pas vraiment d'appréhension à installer une Debian pur jus.

      Bref, c'est tout à ton honneur de vouloir explorer la constellation de distrib Linux mais pour l'utilisateur lambda que tu voulais être il y avait des voies moins abruptes que celle de changer drastiquement de galaxie.

      Je crois que le problème, c'est que j'ai plusieurs moi. L'un voulant rester utilisateur lambda et puis un ou des autres curieux et souhaitant comprendre.

      Par ailleurs, Fedora en utilisateur lambda, cela le fait très bien. Et c'est une partie du problème, c'est qu'il y a pas mal de distribution très facile à installer mais une fois que l'on veut un truc un tantinet différent, on est confronté aux différences.

      Par exemple, pour Teams et Zoom, on trouve les logiciels facilement sur internet avec quelques instructions facile à suivre mais c'est à ce moment là qu'un pur débutant découvre que Linux n'est pas forcément égal à Linux.

      Dans le cas de Teams et Zoom cela va encore parce qu'il y a des trucs pour toutes les distributions, donc en étant pas trop débiles, tout le monde peut se débrouiller. Mais si on prend un truc un peu moins développé, il y aura peut-être que Debian ou que Fedora qui sera supporté. Va t'en comprendre comme noob pourquoi le .rpm ne s'installe pas chez toi sur ta Debian ou Ubuntu.

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

  • # Electro oxidation

    Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

    Vu que dans les livres électroniques auxquels j’ai accès, il y a aussi Beginning Rust From Novice to Professional, je me demande si je ne vais pas mettre au Rust

    Je suis un peu déçu, j'ai vu que le support de rust pour le fameux esp8266 est encore assez balbutiant… Ça aurait était un bon candidat pour s'y mettre.

  • # Attention à Zoom

    Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

    le choix de l’application est parfois dictée par nos correspondants et que l’on doit s’y adapter. Par conséquent, j’ai installé des trucs pas tout à fait cool comme Zoom et Teams.

    Je comprends bien, mais Zoom a un historique de sécurité très chargé, pas seulement en termes de confidentialité comme d’autres solutions de vidéoconférence, mais aussi en termes de sécurité même de la machine hôte, avec d’assez nombreuses failles qui permettaient directement a un pirate lambda de compromettre la machine d’un utilisateur de Zoom.

    Alors peut-être ont‐ils maintenant enfin corrigé toutes les failles (enfin au moins suffisamment pour atteindre un niveau de sécurité comparable aux autres solutions)… ou peut-être pas.

    Le plus prudent (comme l’a dit Confucius, « l'expérience est une lanterne accrochée dans le dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru », mais il faut bien s’en contenter) reste d’éviter Zoom, ou de lui dédier une machine (recycler son ancien PC), avec un disque dur vierge ou entièrement effacé (shred), ou à défaut une machine virtuelle (moins sûr : les solutions de virtualisation aussi ont des failles, notamment à cause des failles des processeurs…).

    Frаnсе : 30312, Allеmаgnе : 9183. Масrоn : 21129.

    • [^] # Re: Attention à Zoom

      Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

      Oui, je devrais me rerenseigner sur ce qu'il en est de leur niveau de sécurité aujourd'hui. En général, on propose Jitsi mais parfois… et il faut reconnaître qu'en expérience utilisateur, Zoom c'est vraiment bien.

      La bonne chose, c'est que l'ordi est principalement destiné à la visio et à mater des films sur internet. Peut-être aussi aller sur internet, boite mail… Donc s'il arrive un truc à l'ordi, cela ne devrait pas être trop grave. En tout cas, il ne devrait pas y avoir de perte de contenus importants.

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Attention à Zoom

        Posté par  . Évalué à 8 (+6/-0).

        La boite mail c'est souvent la porte d'entrée à tous tes comptes en dehors d'un éventuel second facteur d'authentification et tu peux souvent y trouver tout plein d'informations utiles pour faire de l'ingénierie sociale et faire tomber toutes les autres barrière.

        C'est justement un des trucs qu'il faut protéger le plus.

        • [^] # Re: Attention à Zoom

          Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

          La boite mail c'est souvent la porte d'entrée à tous tes comptes en dehors d'un éventuel second facteur d'authentification et tu peux souvent y trouver tout plein d'informations utiles pour faire de l'ingénierie sociale et faire tomber toutes les autres barrière.

          C'est justement un des trucs qu'il faut protéger le plus.

          C'est pas faux !

          Bon, je sais pas si je vais arriver à imposer la rigueur de ne pas aller sur les mails sur cet ordi ou bien de bannir complètement Zoom (à moins qu'ils n'aient résolu leur soucis de sécurité).

          Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

  • # Séance de dng remove / dng install

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

    Tu voulais dire dnf remove / dnf install, je pense…

    • [^] # Re: Séance de dng remove / dng install

      Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

      En effet, avec dnf cela fonctionne mieux :-) mais j'essaie encore régulièrement et sans succès dng (mal mémorisé au départ la commande et depuis lors, je n'arrive pas à complètement effacer l'erreur de mon cerveau).

      Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Séance de dng remove / dng install

        Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

        Bon, ce n'est pas encore l'heure du troisième gestionnaire de paquets pour Red-hat, alors. J'ai testé aussi dans le doute, sans résultats digne d’intérêt…

        Du coup, je me suis permis de corriger des fois que ça provoque quelque chose de catastrophique chez un autre écervelé…

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.