Apache Software Foundation et Oracle : le divorce autour de Java est prononcé

Posté par . Modéré par baud123.
Tags : aucun
36
10
déc.
2010
Java
Restituons le contexte : les inquiétudes des utilisateurs de MySQL soulevées il y a de nombreux mois s'étaient avérées justifiées lorsqu' Oracle annonça une augmentation de ses tarifs de support.

Ce n'était qu'un aperçu de tous les dégâts et déceptions qu'allait causer Oracle auprès du logiciel libre, puisque s'ensuivit l'arrêt du développement ouvert d'OpenSolaris. L'éditeur décida de ne distribuer le code source qu'après la sortie d'une version majeure et de ne plus permettre un développement ouvert continu et permanent. Aujourd'hui existent deux forks de ce système d'exploitation : OpenIndiana et IllumOS.

La série noire continua avec la mésentente des développeurs d'OpenOffice et d'Oracle. S'ensuivit la décision de bon nombre des développeurs d'OpenOffice de quitter le projet et de créer un « fork », LibreOffice, histoire de se libérer de l'emprise d'Oracle sur le logiciel.

Tous ces évènements n'ont pas inquiété Oracle, qui a décidé de continuer sur sa lancée. Cette fois, c'est Java qui est concerné : Oracle a refusé d'accorder une licence suffisamment permissive à la fondation Apache pour qu'elle puisse continuer à implémenter librement les prochaines versions des spécifications de Java. Il faut savoir que l'Apache Software Foundation fait partie du comité exécutif du programme JCP (Java Community Process). Son objectif est de définir le futur du langage Java. Les membres du JCP proposent, commentent et définissent les spécifications techniques via les JSRs (Java Specification Request).

Régulièrement ont lieu des votes des membres du comité exécutif, pour arrêter les spécifications. De plus, la participation au JCP s'effectue selon les termes définis dans un contrat, le Java Specification Participation Agreement (JSPA), dans lequel le détenteur des droits sur Java, Oracle, s'est engagé à fournir une licence d'implémentation aux membres du JCP. Par ailleurs, Sun Microsystems avait fait des promesses allant dans ce sens à la communauté Java.

Ce problème de licence ne date pas d'hier, l'ASF annonce que le JSPA avait commencé à ne plus être respecté en août 2006, par Sun Microsystems. Une lettre ouverte leur avait été adressée à ce sujet à l'époque.

Estimant avoir suffisamment patienté, le 9 novembre 2010, l'ASF profite de l'annonce du renouvellement de sa participation au JCP pour trois ans, pour rappeler à Oracle que l'accord qui lie leurs participations au JCP permet à l'ASF de disposer d'une licence d'implémentation, et de distribution du projet Apache Harmony sous licence Apache. Le problème est que la licence qu'offre Oracle impose des clauses additionnelles qui ne sont pas compatibles avec avec les licences libres comme la licence Apache. L'ASF souligne alors qu'elle avait exercé son droit de vote au sein du JCP à l'encontre de Sun et prévient qu'il en serait de même pour les JSRs de Java 7. En toute logique cette missive se conclut par l'annonce du départ du JCP si le comité exécutif ne lui apporte pas son soutien et n'utilise pas ses votes pour garantir l'ouverture des spécifications de Java.

La balle est alors dans le camp d'Oracle et des membres du comité exécutif du JCP. Et Oracle ne manque pas d'apporter sa réponse une semaine plus tard, par l'intermédiaire de Don Deutsch, Vice President of Standards and architecture. La réponse d'Oracle est alors assez claire : ASF, ne faites pas votre tête de mule, les clauses de notre licence d'implémentation sont suffisantes, il faut positiver et aller de l'avant.

Autant dire que cette réponse n'a pas vraiment de quoi satisfaire l'ASF, et arriva ce qu'il devait arriver.

Lors du vote des spécifications de Java 7 SE, le comité exécutif n'a pas soutenu l'ASF, et a approuvé les JSRs correspondants. Malgré le départ de deux membres individuels du JCP, et la « menace » de l'ASF, le comité a décidé d'accepter les termes de distribution de licences d'Oracle en votant pour les spécifications de Java 7, alors même que bon nombre de ces mêmes membres s'étaient tout de même exprimés pour dire que les restrictions de distribution définies dans Java 7 n'étaient pas souhaitables !

Aux yeux de l'ASF, le comité a ainsi refusé d'affirmer son rôle de protecteur de l'ouverture du mécanisme de définition des spécifications Java, de défendre les droits des éditeurs des implémentations et n'a pas protégé et respecté les termes du JSPA, qui lient les membres du JCP.

Ainsi, n'estimant plus le programme JCP comme étant un programme ouvert, l'Apache Software Foundation décide de se retirer de ce programme. Voilà que l'avenir d'Harmony et peut-être de nombreux autres projets Apache semble s'assombrir. Il semble que les libristes n'aient plus grand-chose à attendre d'Oracle qui est sur la bonne voie pour prendre la place de Microsoft ou d'Apple dans le cœur des hateboys.
  • # humm

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Quel gâchis.
    • [^] # Re: humm

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Bof, ça dépend pour qui. Je ne doute pas qu'un certain nombre d'acteurs se réjouissent de la situation. Qui peut bien avoir intérêt à affaiblir quelqu'un des projets auxquels Sun contribuait ?

      - Google emmerdé pour son OS mobile
      - le plugin du format ODF payant pour MS Office (j'imagine le nombre de "clients")
      - OpenOffice.org qui doit se restructurer, qui "change de nom" (super vis à vis des décideurs), 2 produits existants
      ...etc...

      Je ne citerai personne, mais je ne doute pas quelque part sur la planète, "on" se frotte les mains. Ils en rêvaient, Oracle l'a fait.

      Après il faut voir l'aspect positif : un bon coup de pied au cul de temps en temps ne fait jamais de mal. Reste à voir si il n'aura pas été trop fort.
  • # Field of Use

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Voici un lien qui explique bien le problème de license du TCK (kit de test) de Java.
    http://skife.org/java/jcp/2010/12/07/the-tck-trap.html

    Oracle/Sun a ouvert Java en GPLv2 mais a créé un piège a coup de Brevet et de restrictions (pas d'utilisation embarquée) pour verrouiller tout concurrent (ou fork) d'OpenJDK.
    • [^] # Re: Field of Use

      Posté par . Évalué à 3.

      mais ces brevet ne s'applique pas dans tout les pays ? je pensais que par exemple en France nous n'avions toujours pas de brevets logiciels. donc une organisation française pourrais forker openJDK sans problème non ? ou est-ce que j'ai manqué un épisode ?
      • [^] # Re: Field of Use

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        J'ai l'impression que c'est plus une histoire de licence d'utilisation que de brevets. Donc ça s'applique partout (on est hors du cadre des brevets logiciels)
        • [^] # Re: Field of Use

          Posté par . Évalué à 4.

          ok mais dans ce cas pourquoi sur la page de wikipedia il est dit que IcedTea [http://en.wikipedia.org/wiki/IcedTea] est un fork d'openJDK. Dans ce cas je ne saisis toujours pas le problème.
          • [^] # Re: Field of Use

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Grosso modo : OpenJDK est sous GPLv2, du coup tu fork mais tu n'as de licence pour les brevets que tu viole (ni tes potentiels utilisateurs).

            Par contre, si en plus tu passe le TCK, tu as le droit d'utiliser les brevet qui couvrent Java. Par contre la licence de se dernier t'oblige a appliquer une restriction sur le champ d'application (grosso modo : pas d'embarqué, pas de téléphone, de caisse enregistreuses..), mais dans ce cas la tu viole la GPLv2qui empêche d'appliquer des restrictions sur le champ d'utilisation du logiciel.

            Donc t'es niqué, tu peux pas forker ou ré-implémenter Java librement. La preuve le procès d'Oracle contre Google
            • [^] # Re: Field of Use

              Posté par . Évalué à 2.

              Je me demande s'il serait possible de forker, de renommer le langage, de refaire des spécifications, et de se débarrasser des parties couvertes par les brevets. Ça ferait beaucoup de choses à faire mais d'un autre côté, je vois mal comment on va se sortir de ce guêpier (à moins que Google ne rachète Oracle).
            • [^] # Re: Field of Use

              Posté par . Évalué à 2.

              OpenJDK est sous GPLv2, du coup tu fork mais tu n'as de licence pour les brevets que tu viole (ni tes potentiels utilisateurs).

              C'est faux. C'est écrit dans la GPL. Si tu met un logiciel sous GPL et que tu détient des brevets dessus, tu donne automatiquement le droit de ces brevets à tous les travaux dérivés de ton logiciel. Donc, tous les Forks d'OpenJDK son valides et ne violent aucun brevet.

              Par contre, si tu ne fork pas (comme harmony d'apache), tu n'as pas cette protection sur les brevets, et le TCK ne te donne pas plus de droits. C'est pour celà qu'apache n'est pas contant et se retire.
              • [^] # Re: Field of Use

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Perdu c'est dans la v3 pas la v2
                • [^] # Re: Field of Use

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  De plus Oracle ne va pas passer le JDK en V3, les clauses sur les brevets sont bien trop emmerdante pour leur piège à con.
                • [^] # Re: Field of Use

                  Posté par . Évalué à 5.

                  C'est dans la V2 aussi, mais c'est moins explicite que dans la V3 : Cf la clause 7 :

                  For example, if a patent license would not permit royalty-free redistribution of the Program by all those who receive copies directly or indirectly through you, then the only way you could satisfy both it and this License would be to refrain entirely from distribution of the Program.

                  Donc, en gros, si Oracle distribue en GPLv2, ils donnent implicitement le droit à tous d'utiliser et de forker leur OpenJDK. S'ils attaquent, il n'auront pas d'autre choix que de ne plus distribuer OpenJDK d'après cette clause...
            • [^] # Re: Field of Use

              Posté par . Évalué à 1.

              ok, encore une fois je ne vois pas le problème. Si je fork je n'ai pas la licence pour les brevets que je viole mais ce sont des lois américaines qui ne s'applique qu'aux états-unis. peut-être que Sun/Oracle a fait enregistrer ces brevets auprès de l'OMC (si cela est possible, à vérifier mais admettons) dans ce cas ces brevets sont valables dans tout les pays membres de l'OMC ayant une législation locale reconnaissant ce type de brevet. Maintenant je vis dans un pays ne reconnaissant pas les brevets sur les logiciels, pourquoi dans ce cas je serais soumis a ce problème ? Je suis peut-être con mais......

              après pour le TCK c'est un autre problème. c'est une question de licence d'utilisation mais rien ne m'oblige à le passer.
              • [^] # Re: Field of Use

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Parce que si le brevet a été enregistré, il faut un jugement pour dire qu'il est invalide. Donc avocats, frais d'avocats, experts, frais d'experts... etc. Et là, un individu ou une PME ne jouent pas dans la même cour que les grosses boites internationales.
                • [^] # Re: Field of Use

                  Posté par . Évalué à 1.

                  malgré tout il me reste l'impression dans ces commentaire que tout le monde considère l’existence de ces brevets comme planétaire et que du coup il faut en référer devant la justice de chaque pays pour tirer au claire la question. mais pour moi le problème est purement américain ou du moins ne concerne que les pays ayant des brevets logiciels. en France (par exemple) le parquet ne recevra pas la plainte pour viole de brevet logiciel.

                  J'ai toujours du mal a concevoir pourquoi la législation américaine s’appliquerait en France. y'a-t-il des accords entre la France et les USA pour reconnaître leurs brevets logiciels ? entre les USA et l'Europe peut-être ? à ma connaissance il n'existe rien de tel donc je ne saisi toujours pas le problème.

                  Car en ca de fork il n'y a pas a faire invalider le brevet, tu forkes et c'est a Oracle de porter plainte pour violation. la plainte ne sera pas reçu en France. si il porte plainte au USA le seul risque c'est de voir l’interdiction de ton logiciel sur le sol américain. dans ce cas il ne sert a rien de se battre. si la plainte arrive tu plaides coupable et tu laisses les américains sans fork. Je ne comprends pas pourquoi ce serait à des personnes non concernés par la législation américaine d'en souffrir.
          • [^] # Re: Field of Use

            Posté par . Évalué à 2.

            Ca me semble plus une implémentation qui permet d'utiliser des outils libres pour la builder qu'un fork vu qu'ils ont signé les points de blocage qui posent problèmes et permettent à sun/oracle d'être les maîtres du bouzin:
            On November 5, 2007, Red Hat signed both the Sun Contributor Agreement and the OpenJDK Community TCK License
      • [^] # Re: Field of Use

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Oui, sauf que tu te coupe d'une grosse partie du marché.
      • [^] # Re: Field of Use

        Posté par (page perso) . Évalué à -3.

        donc une organisation française pourrais forker openJDK sans problème non ? ou est-ce que j'ai manqué un épisode

        Tu as loupé l'épisode où la France (et l'Europe) n'est pas le centre du monde informatique (ni du reste par la même occasion), loin de la : réussir ton retour sur investissement en virant 90% (à la louche) de la manne financière, ce n'est pas gagné.
        • [^] # Re: Field of Use

          Posté par . Évalué à 3.

          je me demande comment PCSoft avec WinDEV y arrive. ah si, je sais, ils visent les pigeons.
          • [^] # Re: Field of Use

            Posté par . Évalué à 5.

            Ca, et caresser sa clientèle dans le sens du poil : des couvertures aguicheuses, avec de jolies femmes (l'acheteur moyen est un homme) sapées comme dans les années 80 (l'acheteur moyen n'est plus tout jeune).
          • [^] # Re: Field of Use

            Posté par . Évalué à 2.

            Qu'ils arrivent à faire quoi ?
        • [^] # Re: Field of Use

          Posté par . Évalué à 0.

          Retour sur investissement pour un fork libre ??? J'ai encore dû louper un épisode...
          • [^] # Re: Field of Use

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            très rares sont ceux qui développent pour de l'amour et de l'eau fraîche. Maintenant, si l'un d'entre vous pense qu'il peut faire un fork franco-français, hors américains, qu'il n'hésite pas à prouver son affirmation par des actes. En attendant, oui, même les développeurs de logiciels libres sont payés, et les entreprises qui payent le font pour un retour sur investissement, pas pour le fun (c'est la différence entre Linux et Hurd par exemple : l'un répond à un besoin industriel, l'autre et "fait" - entre guillemets car vu son état d'avancement... - par des gens qui ne pensent pas retour sur investissement)
            • [^] # Re: Field of Use

              Posté par . Évalué à 2.

              <ma vie>
              Je développe moi des logiciels et j'ai une petite idée de ce qu'est un retour sur investissement, et des modèles économiques du libre.
              </ma vie>

              Mais je ne vois pas quel retour sur investissement on pourrait attendre du fork d'un langage de développement. Un tel fork ne pourrait donc qu'être soit un mouvement stratégique d'un acteur important, soit un choix de principe d'une "communauté" importante. Quant au caractère franco-français, rien ,'empêche une organisation d'être basée en France et de distribuer à l'international. Par ailleurs d'autres pays ignorent encore les brevets logiciels, à commencer par, excusez du peu, la Chine (bon, ok ils ignorent aussi les droits d'auteur...)
              • [^] # Re: Field of Use

                Posté par . Évalué à 3.

                en même temps eux ils ignorent les droits de tout le monde.
            • [^] # Re: Field of Use

              Posté par . Évalué à 2.

              ... Surtout vu la "clientelle" de Java et le taf qu'il y a derriere.

              Forker java, c'est pas vraiment un truc de particulier qui ferait ça pour le fun ou autre sur son temps libre.
      • [^] # Re: Field of Use

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Mouhahahah, tu connais la différence entre la théorie et la pratique? D'accord, pour autant que je sache personne n'a encore gagné un procès pour violation de brevet logiciel en France ni en Europe, mais vu le nombre de brevets logiciels qui ont été attribués aussi bien en France qu'en Europe, les gros acteurs peuvent quand même bloquer les autres avec.

        Je rappelle qu'il n'est pas nécessaire pour un gros acteur de gagner son procès pour gagner tout court: il suffit d'avoir une justification pour attaquer et de faire traîner les choses en longueur suffisamment longtemps pour que le petit n'ai plus les moyens de financer sa défense. Et malheureusement, les brevets existants donnent une justification pour attaquer...
        • [^] # Re: Field of Use

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          tu connais la différence entre la théorie et la pratique?

          ouais ; en théorie il n'y en a pas c'est en pratique qu'il y en a une
  • # Et le piège se referme

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bah voilà, fallait s'y attendre.

    Malgré les efforts consentis par Sun, Java n'a jamais été clairement libre. La bordée de brevets et autres bricoles juridiques pour se protéger de M$ auront eut raison de l'ouverture de Java.
  • # Mwai

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    >Il semble que les libristes n'aient plus grand-chose à attendre d'Oracle
    >qui est sur la bonne voie pour prendre la place de Microsoft ou d'Apple
    >dans le cœur des hateboys.

    Hmm, Apple que je sache contribue à de nombreux projets libre de manière plutot propre (ou j'ai loupé un épisode)...

    Après, on peut les détesté pour le reste, mais niveau gestion de la communauté, je trouve que cela se passe plutot pas mal ( webkit, cups, llvm, ...)
    • [^] # Re: Mwai

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Après, on peut les détesté pour le reste, mais niveau gestion de la communauté, je trouve que cela se passe plutot pas mal ( webkit, cups, llvm, ...)

      Dans les exemples que tu cite, ils ne gèrent et sont à l'origine que de webkit, et les débuts n'étaient pas rose.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Mwai

        Posté par . Évalué à 10.

        Et encore, c'était un fork à la base. Ils n'ont libéré que parce qu'ils n'en ont pas eu le choix.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Mwai

        Posté par . Évalué à 1.

        D'ailleurs à ce propos, des nouvelles de Webkit2 en dehors de Windows et Mac ?
        Cette version majeure a été annoncée début avril mais seulement sur les deux systèmes pré-cités.

        Je n'ai pas l'impression qu'il existe, du moins officiellement, une version pour les autres OS. Je me trompe ? Est-ce que ça sent le sapin pour la suite .. ?
        • [^] # Re: Mwai

          Posté par . Évalué à 2.

          WebKit2 n'est pas une version majeure de WebKit, mais une API plus haut niveau qui utilise WebKit derrière. D'autant plus que vu sa description, la version MacOS X doit pas être bien compliquée à porter, c'est majoritairement de l'IPC.
    • [^] # Re: Mwai

      Posté par . Évalué à 1.

      Je te rassure c'était une boutade. Il n'y a que des gens malhonnêtes qui refusent de voir ce qu'ont apporté MS & Apple à l'industrie, et dans une moindre mesure au LL.
      • [^] # Re: Mwai

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Par contre Oracle, on cherche encore...



        Putain mais si y'avaient pas des crétins pour penser que plus la licence est chère mieux ce doit être, y'aurait peut-être pas un parc de db oracle aussi immense et peut-être pas autant de cash dans cette boite...
        (toutes mes excuses à ceux qui déploient et administre de la db oracle)
        • [^] # Re: Mwai

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          btrfs
          • [^] # Re: Mwai

            Posté par . Évalué à 3.

            Et ocfs. Mais ce n'est pas un cadeau.
          • [^] # Re: Mwai

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Ah non hein ! Ils vont pas pourrir ça aussi quand même. Ce fs a l'air merveilleux (sans ironie) et j'attends avec impatience qu'il soit suffisamment stable pour le mettre en production à la place de reiser, donc j'espère qu'ils ne vont pas saper ce projet comme ils l'ont fait pour les autres.

            Il est sous GPL il me semble, donc en théorie, ça devrait le protéger un peu, mais est-ce que ce sera suffisant ?

            There is no spoon...

            • [^] # Re: Mwai

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              C'est Oracle dès le début, btrfs. Ils l'ont conçu comme un concurrent de ZFS. Bon, maintenant ZFS c'est aussi à eux, ceci dit.
              • [^] # Re: Mwai

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                C'est juste.

                Mais du coup, j'ai du mal à voir leur intérêt à initier et gérer un projet libre comme btrfs, quand parallèlement on les voit saper d'autres projets comme Java, MySQL et OOo... Encore que dans le cas de MySQL, ça peut se comprendre dans la mesure où il est susceptible de concurrencer leur SGBD.

                Pour le reste, ça me paraît assez contradictoire.

                There is no spoon...

                • [^] # Re: Mwai

                  Posté par . Évalué à 3.

                  J'ai pas suivi le dev de btrfs mais:
                  - Oracle n'a (avait) pas de système d'exploitation.
                  - Oracle vends ses produits à des clients sous linux.
                  - Oracle a l'air devoir besoin d'un système de fichier qui répond plus à ses besoins.
                  - Oracle, comme la plupart des entreprises contribuant, ne le fait pas pour l'amour de l'art mais par ce qu'ils ont du juger que ca leur coûterait moins cher de faire ca en mainstream plutôt que comme produit à eux. Ca peut être pour des raisons de cout de dev, de maintenance, de support de quelque chose non intégré ou autre.

                  Maintenant qu'ils ont Solaris, on verra bien. Les idées qu'ils ont en tete.
      • [^] # Re: Mwai

        Posté par . Évalué à 9.

        Il n'y a que des gens malhonnêtes qui refusent de voir ce qu'ont apporté MS & Apple à l'industrie, et dans une moindre mesure au LL.

        Un trombone qui parle et des OS plébiscités (genre Vista et ME) pour MS et un téléphone dont il es impossible de changer la batterie, la carte SD, de faire du copier coller ou d'envoyer des MMS pour apple ?
        • [^] # Re: Mwai

          Posté par . Évalué à -3.

          Alors que linux est tellement parfait et n'a aucun défaut. Merci pour la demie-mesure.
        • [^] # Re: Mwai

          Posté par . Évalué à -2.

          Pour le copier-coller et les MMS, faut revoir ta copie, ça va faire quelque temps que c'est supporté chez Apple :)

          Mais ceci dit, la phrase que tu cites a quand même un fond de vérité. Même si tu n'es pas d'accord avec leur comportement actuel, ils ont permis le développement de l'informatique personnelle à une grande vitesse.

          Ce qu'ils sont devenus maintenant, c'est une autre histoire. Mais positivons: ça devrait donner de bonnes raisons aux utilisateurs de chercher des alternatives, et donc d'augmenter la part d'utilisateurs de système libre dans le total.

          Ah, on me dit dans l'oreillette que les gens sont des moutons, et que tant qu'il n'y aura pas de pub massive faite sur Linux, ils n'iront pas regarder si l'herbe est plus verte ailleurs ;)
          • [^] # Re: Mwai

            Posté par . Évalué à 10.

            Pour le copier-coller et les MMS, faut revoir ta copie, ça va faire quelque temps que c'est supporté chez Apple :)

            Non, je n'ai aucune copie à revoir. Ce que je dis est exact. Le fait que ça ne soit plus vrai n'implique pas que ça n'ait jamais existé.

            Or quand ils ont sorti leur iPhone, ça n'existait pas alors que ça se faisait partout ailleurs. Alors quand on prétend que cette entreprise dont le business model est basé sur le fait de faire retourner ses pigeons clients à l'âge de pierre, je me gausse.


            Mais ceci dit, la phrase que tu cites a quand même un fond de vérité. Bof.

            Si tu veux vendre, tu n'as pas cinquante solutions. Tu peux choisir une (ou plusieurs) des propositions suivantes :
            * Tu innoves.
            * Tu enferme les utilisateurs.
            * Obliger les gens à tout racheter (ce qui, comme le point du dessus peut être atteint en mettant à mal l'interopérabilité).
            * Tu crée une secte d'allumés qui gobent tout.
            * Tu vends moins cher.
            * Tu vends plus cher (à mettre en parallèle avec le poins sur la secte) pour que des fashions victimes puissent vider leur compte en banque dans l'espoir de frustrer leurs voisins en leur montrant qu'ils n'ont pas les mêmes valeurs (bande de pauvres).

            Apple utilise toutes ces techniques (sauf une, saura tu retrouver laquelle ?).

            Apple comme Microsoft apportent quelques innovations, plus ou moins comme n'importe quelle autre boite aurait fait à leur place. Ce n'est pas un critère pour encenser ces boites.

            Et le bilan innovation / (éthique + transparence + concurrence libre + inteopérabilité + ouverture + progrès + ...) ne pèse pas bien lourd.
    • [^] # Re: Mwai

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      En plus je vois pas pourquoi on déteste tant MS vu ce qu'ils annoncent : http://auweb10.20minutes-blogs.fr/archive/2010/12/09/julien-(...)
      • [^] # Re: Mwai

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        "Jolie manipulation de masse et pub deguisee. MS arrive bien trop tard sur un marche deja mature et sature, avec un Linux/Android qui a clairement le vent en poupe..."

        L0L

        * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

    • [^] # Re: Mwai

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      À noter également le vote de Google contre la JSR 336 (Java SE 7) avec un commentaire qui commence de cette façon : While we support the technical content of this JSR, Google is voting no because of its licensing terms.

      http://jcp.org/en/jsr/results?id=5111
      • [^] # Re: Mwai

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est cool de leur part mais franchement on en est arrivé bien bas à devoir se féliciter que Google aide un peu le libre.

        J'ai l'impression que l'informatique est de plus en plus centraliser sur 4 ou 5 grosses boitent qui se demandent uniquement comment bouffer les autres et chacunes de ses entreprises est très dangereuse pour ces utilisateurs.

        Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

  • # Merci

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Merci pour l'info détaillée
    Je note qu'Oracle prend des coups propres mais aussi des coups qui étaient amorcés du temps de Sun (Java, OpenOffice). On peut dire qu'Oracle est pire Sun sans pour autant qualifier Sun d'oie blanche au final
    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à 3.

      En tout cas Oracle est super fort pour doubler aussi vite Google, a ce rythme, ils vont finir par dépasser Microsoft.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Merci

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Encore faut-il qu'ils ajoutent 100Md$ de capitalisation pour cela...y'a encore de la marge...

        (oracle : $ 147,067,987,220
        google: $ 145,783,456,000
        MS : $ 234,338,594,360 ............
        )

        c'est dommage y'a un an google et microsoft se portaient pas trop mal, alors qu'oracle...ça aurait été l'occasion de se saisir de ce vautour :D
  • # grrr

    Posté par . Évalué à 10.

    ­Ô racle ! Ô désespoir...
  • # Aller, je me lance :

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Java, ça pue, c'est pas libre !

    ... AAAh, ça fait du bien... ça faisait tellement longtemps !
  • # Continuons d'apprendre le français...

    Posté par . Évalué à 6.

    "pour les JSRs"
    En français, on ne met jamais de 's' final pour marquer le pluriel des acronymes et des sigles.
  • # Pardon d'être aussi terre à terre

    Posté par . Évalué à 2.

    Il est certes extrêmement regrettable qu'Oracle agisse de la sorte mais quelqu'un pourrait-t-il m'expliquer quelles seront les conséquences pour les projets que portent Apache ?
    Je pense notamment à :
    _ Apache Tomcat
    _ Apache Cassandra
    _ Apache Hadoop
    _ Apache commons
    etc ... etc...
    Pitié ne me dites pas qu'ils vont disparaître ou être lâchés par Apache.
    Merci de vos précisions
  • # Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

    Posté par . Évalué à -1.

    Cette affaire est un cas d'école qui montre bien les risques encourus par la communauté quand un logiciel libre est entièrement contrôlé par une organisation à but lucratif. L'économie est amorale, elle fait peu cas de l'étique et de la justice, les buts premier et ultime resterons de faire des bénéfices, toujours plus.

    Il me semble que ce coup de pied au cul est une formidable occasion, surtout pour ASF, de créer quelque chose, à partir de zéro ou pas, sans refaire les mêmes erreurs que Java et surtout de créer en totale liberté.

    Je ne suis expert ni en développement ni en plate-formes informatiques, je développe peu et rarement pour les autres, mais je suis de plus en plus séduit par ce langage facile à utiliser et bien documenté qu'est Python. Je pense qu'on pourrait essayer d'en faire pas uniquement un langage mais carrément une plate-forme entière concurrente de Java, améliorer ses performances et son extensibilité pour en faire un produit industriel à part entière aussi crédible que Java.

    Il y a déjà la Python Software Foundation, mais ASF gagnerait à collaborer étroitement avec PSF. De plus, vu le nombre croissant d'aficionados de Python et l'excellente réputation de ASF, je suis sûr qu'un tel rapprochement aurait beaucoup de succès.
    • [^] # Re: Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

      Posté par . Évalué à 6.

      Mon langage il est trop trop bien. Même mieux que le tiens !

      Le truc de Java par rapport à tout les autres langages que je connais c'est qu'il a un niveau d'industrialisation immense. Il y a des milliers d'entreprises qui travaillent pour ou avec Java. C'est pas le genre de chose qui changent comme ça. Le seul langage autant utilisé c'est peut être PHP. Alors oui c'est pas des langages qui font rêver, mais c'est ceux là qui sont utilisés en énorme majorité.

      De plus les développeurs Java c'est des gens qui ont tendance à aimer leur typage fort et statique qui permet par exemple d'avoir des outils pour gérer la qualité logiciel le plus tôt possible. Ce n'est pas un jugement que je fais c'est une constatation.

      Je connais mal python il est possible de le compiler en une sorte de byte code ? Parce que les entreprises qui utilisent Java font pas forcément de logiciel libre.

      Tout ça pour dire que le "yaka" pour qu'un langage remplace Java il est juste démesuré, il faudrait des moyens et un temps conséquent, quelque soit la qualité initial du langage.

      Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

      • [^] # Re: Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je suis d'accord avec toi.

        A mon sens, le grand projet ambitieux du coté du libre est le couple Perl6 / Parrot. Derrière, il y a comme objectif de mettre toute l'infrastructure du CPAN sur Perl6 (CPAN6), sachant que tout cela n'est pas lié qu'à Perl, Parrot a toujours été développé et ouvert sur tous les langages de script (la machine Parrot a été conçu pour les langages dynamiques).

        C'est dommage que les autres langages de script ne misent pas plus sur Parrot afin d'arriver à avoir un écosystème développé et conçu par et pour le libre, de manière communautaire et sans grande entreprise ayant le rôle de pilote.
        • [^] # Re: Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

          Posté par . Évalué à 3.

          Il n'est pas inimaginable de voir un interpréteur python pour parrot mais il y a déjà beaucoup d'interpréteurs python. ruby ça pourrait lui faire du bien :)

          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

        • [^] # Re: Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est dommage que les autres langages de script ne misent pas plus sur Parrot afin d'arriver à avoir un écosystème développé et conçu par et pour le libre, de manière communautaire et sans grande entreprise ayant le rôle de pilote.

          Pilote de quoi ? Il n'est pas évident que Parrot soit en avance en quoi que ce soit.
          Et puis, je ne sais pas comment c'est aujourd'hui, mais il y a quelques années la doc était quasi-inexistante. Ça ne met pas en confiance, pour tout redévelopper depuis zéro sur une base Parrot...
      • [^] # Re: Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

        Posté par . Évalué à 1.

        Le truc de Java par rapport à tout les autres langages que je connais c'est qu'il a un niveau d'industrialisation immense. Il y a des milliers d'entreprises qui travaillent pour ou avec Java. C'est pas le genre de chose qui changent comme ça. Le seul langage autant utilisé c'est peut être PHP.

        Ah, et PHP est "industrialisé" peut-être ?

        De plus les développeurs Java c'est des gens qui ont tendance à aimer leur typage fort et statique qui permet par exemple d'avoir des outils pour gérer la qualité logiciel le plus tôt possible. Ce n'est pas un jugement que je fais c'est une constatation.

        Vu que ce sont des pisseurs de code pour la plupart, ils aiment ce qu'on leur a appris à aimer... ni plus ni moins. Il y a 30 ans, ils auraient aimé le Cobol ; d'autres aimeront le PHP ou le SQL pour des raisons similaires.

        Je connais mal python il est possible de le compiler en une sorte de byte code ?

        Oui, c'est même fait par défaut sans que tu ne demandes rien.
        • [^] # Re: Une bonne occasion pour la communauté d'innover autrement

          Posté par . Évalué à 2.

          PHP est historique, c'est de là que viens son haut niveau de pénétration dans les entreprises.

          Je trouve triste ton avis sur les développeurs Java. C'est comme dire que ce qui utilisent des langages fonctionnels sont des chercheurs et ceux qui utilisent des langages de scripts des script kiddy etc... Libre à toi de choisir de mettre tout ou parti des gens dans des boites.
          (Au cas où, moi ce que j'ai dis c'est que l'un des intérêts de Java c'est le typage statique et donc que les développeurs Java ont tendance à apprécier cela)

          Pour la compilation de python je ne parlais pas d'une compilation JIT en mémoire mais d'avoir des (ou mieux un) fichier binaire exécutable sur une vm python.

          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

  • # futur

    Posté par . Évalué à -4.

    Moi je vais vous dire c'est quoi le futur:
    il y aura 2 types de personnes.
    1/ les moutons
    2/ les autres

    1/ le moutons seront ceux qui consomment sans se poser de questions, ils n'auronts aucun controle sur ce qu'ils auront achete. d'ailleur ils auront le dernier pc super cloudcomputer avec impossibiliter de faire autre chose que cliquer sur ce qu'on leur demande de cliquer.
    2/ les autres (je compte en faire parti) eux auront un pc moin sophisitque pour pouvoir avoir les libertes qu'ils avaient avant. continueront a programmer en C ou ASM et si sa pause probleme de licence creer leur car oui ayant pas le dernier cloudcomputer ils pouronts coder a l'ancienne.
    mais etant peu nombreux ca ne fera aucun mal au super compagnies qui controleron (deja) le monde informatique.

    sur ceux je n'ai jamais aime java et je me sens bien d'avoir apris ce language pour convertir les code que je lis en c++. Je souhaite sa mort comme je souhaite celle d'un cafard qui aurait eux la mauvaise idee de passer sur mon morceau de bri deposer sur la table de temps de servire un verre de vin pour l'accompagner.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.