Inauguration du labo commun INRIA-Microsoft

Posté par  . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Étiquettes : aucune
0
11
jan.
2007
Microsoft
Le laboratoire commun INRIA-Microsoft Research est inauguré aujourd'hui après-midi à Orsay. On notera un entretien intéressant avec Jean-Jacques Lévy, directeur du centre commun de recherche, dans lequel celui-ci précise que l'INRIA a souhaité restreindre les travaux à de la recherche fondamentale.
Par ailleurs, la production éventuelle de logiciels se fera sous licence CeCILL-B, une licence de type BSD, c'est-à-dire libre, mais sans copyleft. Il s'agit de ce point de vue d'une nouvelle rassurante sur les tenants et aboutissants de cette collaboration.

On notera la déclaration suivante de J-J. Lévy : « Il s'agit bien de partenariat. Gilles Kahn a toujours veillé à ce que le contrat qui lierait l'INRIA et Microsoft Research dans une telle structure concerne strictement la recherche fondamentale et stipule que les logiciels mis au point dans ce cadre seront disponibles sous licence libre de type CeCILL B ».

Aller plus loin

  • # Mauvaise langue

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -9.

    Par ailleurs, la production éventuelle de logiciels se fera sous licence CeCILL-B, une licence de type BSD, c'est-à-dire libre, mais sans copyleft.

    Pratique, comme ça Microsoft pourra légalement réutiliser le code dans ses produits.
    • [^] # Re: Mauvaise langue

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Dans la mesure où ils financent, ça me semble la moindre des choses. Je vois plutôt le côté positif : pratique, comme ça la communauté pourra réutiliser le code dans ses produits.
    • [^] # Re: Mauvaise langue

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Oui, comme tout le monde.
    • [^] # Re: Mauvaise langue

      Posté par  . Évalué à 5.

      C'est plutôt l'inverse que je trouve rassurant: savoir que la communauté du Libre pourra réutiliser ces travaux.
      Dans la mesure où c'est un organisme public français qui participe, il me semble évident d'en attendre un retour vers le public.
    • [^] # Re: Mauvaise langue

      Posté par  . Évalué à 9.

      La participation de Microsoft à certain projets communautaires sous BSD n'est pas neuve. Je pense surtout à certaines avancées du compilateur Haskell GHC, qui bénéficient grandement à la communauté du langage.
      GHC sert de terrain d'expérimentation pour certaines techniques qui sont ensuite appliquées principalement à C# (HaskellDB devenant ensuite Linq par exemple). Ça arrange tout le monde, je ne vois pas le problème.
      • [^] # Re: Mauvaise langue

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        Un article sur ce labo dans le Monde d'aujourd'hui : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-854321@5(...)
        • [^] # Re: Mauvaise langue

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

          Dans le dit article :
          Les logiciels conçus seront diffusés en "open source", c'est-à-dire libres de droit.


          Encore un journaliste pressé ... ça en devient désespérant ; un jour, peut être en rêve, un journaliste saura de quoi il parle.

          Adhérer à l'April, ça vous tente ?

          • [^] # Re: Mauvaise langue

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

            Il est peut-être payé par microsoft ?
            Entre cette hypothèse (qui a dit FUD ?) et ne pas avoir travaillé son sujet (qui a dit incompétence ?), je ne sais pas ce qui est le pire.

            Mais honnêtement, je penche pour la 2ème piste (il n'a pas assez travaillé son sujet). N'avez-vous pas remarqué, à chaque fois que des journalistes parlent d'un sujet que vous connaissez très très bien, qu'il y souvent ce genre de petites erreurs et autres approximations / raccourcis / ambiguités ?
            • [^] # Re: Mauvaise langue

              Posté par  . Évalué à 10.

              Ca n'excuse rien. C'est le métier du journaliste de se renseigner. Il y a une limite assez nette entre vulgarisation/simplification et la désinformation.

              Pour savoir ce qu'est l'Open Source, il suffit d'aller sur http://www.opensource.org

              Pour savoir ce qu'est la licence Cecill, il suffit de taper "Cecill b" dans Google et on tombe sur le site de l'INRIA qui explique qu'il s'agit d'une licence de logiciel libre.

              Pour savoir ce qu'est un logiciel libre, des recherches élémentaires permettent d'arriver sur le site de la FSF qui explique que le copyleft s'il est le "contraire" du copyright n'en est certainnement pas l'absence.

              On ne peut pas demander à un journaliste d'être pointu sur tous les sujets. Mais le minimum est d'exiger qu'il se pose des questions sur les termes qu'il ne comprend pas, se renseigne puis rapporte une information traitée et pertinente.

              Si les journalistes du très décrié gratuit 20minutes y arrivent très bien dans leur page High-tech (qui publie souvent des articles sur des logiciels libres), qu'attendent les journalistes des "grands" journaux ?

              BeOS le faisait il y a 20 ans !

              • [^] # Re: Mauvaise langue

                Posté par  . Évalué à 2.

                Mode Hypothèse à la con

                J'en sais rien, et je voudrais pas trouver des excuses à la con, mais peut être que "logiciel libre" est pas assez populaire comme expression pour le mettre dans un article grand public, et qu'il pouvait/voulait pas rajouter une ou deux phrase pour expliquer ce qu'était un ll (limitation de taille de l'article ? je sais pas comment ça marche). Et qu'il s'est autorisé l'approximation.

                Fin mode
                • [^] # Re: Mauvaise langue

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                  Dans ce cas, il aurait très bien put dire :
                  Les logiciels conçus seront diffusés en "open source", et dans ce cas libres de droit.
                  Ça aurait été court et relativement correct. Malheureusement, Le Monde n'est pas un blog/wiki donc on ne peut pas directement faire remonter l'info de façon publique, et montrer qu'Annie Kahn devrait s'offrir (rayer la mention inutile) un cerveau/du temps/des vacances/un relecteur/Tribune Libre (réédité par inLibroVeritas pour 20 ¤) ...

                  Adhérer à l'April, ça vous tente ?

                  • [^] # Re: Mauvaise langue

                    Posté par  . Évalué à 3.

                    Je vois pas la nuance avec la phrase originale, ça dit la même chose en moins clair : il est ou l'autre cas ? et l'ambiguité libre vs libre de droit est pas levée ...
                    • [^] # Re: Mauvaise langue

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                      Bah, c'est simple ;-) : le logiciel est open-source, ce qui correspond à un minimum de libertés définies par l'OSI (en gros, au moins "simplement copylefté", voir http://www.opensource.org/docs/definition.php ), mais dans ce cas précis, la cecil-b est proche d'une license de libre de droit. C'est pour ça que je remplace l'implication "donc" par la précision "et".
                      L'idée était de faire une phrase juste, proche de l'original, et courte, histoire de montrer que le journaleux ne s'est vraiment pas cassé la tête.

                      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

                  • [^] # Re: Mauvaise langue

                    Posté par  . Évalué à 1.

                    J'ai une autre suggestion plus réaliste à vous faire. Si vous me préveniez directement quand j'écris une erreur, cela m'éviterait de la réitérer.
                    Je ne peux écrire "open-source" dans Le Monde car nous nous efforçons de ne pas utiliser d'anglicisme. Quand nous le faisons, les militants de la francophonie réagissent également vivement. Merci donc de me dire qu'elle pourrait être une juste formulation sans anglicisme et compréhensible par le grand public.
            • [^] # Re: Mauvaise langue

              Posté par  . Évalué à 4.

              Mais honnêtement, je penche pour la 2ème piste (il n'a pas assez travaillé son sujet). N'avez-vous pas remarqué, à chaque fois que des journalistes parlent d'un sujet que vous connaissez très très bien, qu'il y souvent ce genre de petites erreurs et autres approximations / raccourcis / ambiguités ?
              Ce qui ne rassure pas sur les sujets où nous sommes profanes... c'est que sa degouterait de certains journaux.

              Le pire, c'est que ce n'est pas sur des points hyper-technique que viennent les raccourcis et approximations ... on trouve des incompetens de partout.
              • [^] # Re: Mauvaise langue

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                Dans le cas du journalisme, je trouve le niveau d'incompétence assez élevé. A chaque fois que je vois des articles sur des sujets que je connais dans la presse généraliste, je trouve des choses à redire, et pas des moindres.
                Je suis convaincu que c'est le cas dans tous les domaines, pas seulement dans les domaines techniques. Exemple : je ne suis pas du tout économiste, mais j'ai quelques notions à propos de la gestion d'entreprise ; à chaque fois qu'un journaliste parle d'une entreprise, il cite et utilise le chiffre d'affaire. Tout le monde est capable de comprendre que le CA d'une entreprise ne reflète en rien la santé, la dynamique ou l'efficacité d'une entreprise (alors que d'autre indicateurs, par exemple l'EBE sont beaucoup plus pertinents !) ... mais bon, les journalistes s'en foutent, ils ne cherchent pas à décrypter l'info, ils veulent seulement vendre du papier.

                Bref, question information, on n'est jamais mieux servi que par soit même, il faut profiter de la pluralité, recouper et critiquer les informations. Ce qui me trouble un peu, c'est que j'ai l'impression que ce comportement est en perte de vitesse ...

                PS : je ne sais pas si on peut tout de même mettre les JTs dans la catégorie informations/presse, bien que des journalistes y travaillent ...

                Adhérer à l'April, ça vous tente ?

                • [^] # Re: Mauvaise langue

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Il y a quelques mois mon patron m'a fait parvenir un magasine électronique genre éditorial de chez Bull. Il y avait un article d'un gars bien placé dans cet entreprise (genre je ne sors pas sans ma cravate j'aurais l'air moins crédible quand je raconte des flaave kul) et membre bien placé également de l'OSDL (en plus) qui entretenait exactement le même genre d'amalgame entre LL/Open source. Ennervant le mec... Domage que je ne peux pas vous donner un lien, j'ai perdu l'article en question.

                  Ce n'est pas pour défendre les journalistes mais vous voyez où je veux en venir...

                  J'ai un peu réagi et depuis, je crois que mon boss va relire les articles qu'il m'envoie concernant les logiciels libre et/ou l'open source :)))
          • [^] # Re: Mauvaise langue

            Posté par  . Évalué à 9.

            le pire c'est quand tu vois dans une offre de stage :
            vous aurez à faire < machin>
            [...]
            Vous utiliserez du code libre de droit (gpl, freebsd) afin de faire une boite noire.
            [...]
            L'ensemble du cahier des charges devra être validé pour se prononcer sur la réussite du stage.

            ...
            Et qu'ils proposent déja < machin> comme un produit fini à leurs clients.
            • [^] # Re: Mauvaise langue

              Posté par  . Évalué à 3.

              Tu les as dénoncé sur http://gpl-violations.org ou t'as juste essayé de leur expliquer ?
              • [^] # Re: Mauvaise langue

                Posté par  . Évalué à 2.

                De plus, il me semble qu'il est illégal de vendre le travail d'un stagiaire.

                En tous cas, dans mon cas l'entreprise ne pouvait pas vendre mon travail, au vu de la convention de stage.
                • [^] # Re: Mauvaise langue

                  Posté par  . Évalué à 3.

                  Tu les as dénoncé sur http://gpl-violations.org ou t'as juste essayé de leur expliquer ?
                  Ni l'un ni l'autre.
                  C'est une boite qui à la cote avec un de mes profs (c'est comme ca que j'ai eu l'offre), et j'ai pas envie de me faire mal voir pendant mes études ;)
                  Puis meme si je leurs explique , je doute qu'il essayient d'écouter, vu la grande estime qu'ils ont pour leurs stagiaires ;)
                  Mais il est clair qu'une fois mes études terminé, je constate que cette boite contredis la gpl, j'hésiterais pas ;)


                  De plus, il me semble qu'il est illégal de vendre le travail d'un stagiaire.
                  plus simple, j'ai pas postulé au stage :d
                  Je pense qu'on ne peut de toute facon pas demandé à un stagiaire des comptes, sauf fautes graves. Ca ressemble plus à un cdd déguisé qu'a autre chose la.
      • [^] # Re: Mauvaise langue

        Posté par  . Évalué à 3.

        De plus, pour GHC, au moins un des devs bosse chez MS Research (http://research.microsoft.com/~simonpj )
  • # Elle date de quand?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Elle ne daterait pas de 2000 la licence CeCILL B?
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    CeCILL B 2000

    ==> [] j'suis deja dehors
  • # Rassurant

    Posté par  . Évalué à 2.

    Effectivement avec Leslie Lamport, c'est pas pour innover sur (Open) Office ...
    • [^] # Re: Rassurant

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Effectivement avec Leslie Lamport, c'est pas pour innover sur (Open) Office ...

      Oui, exactement. Je trouve dommage que personne ne se rende compte qu'il s'agit d'une association entre Microsoft RESEARCH et l'INRIA, pas entre Microsoft et l'INRIA. Microsoft Research a en gros le même statut que FT R&D: l'objectif n'est pas de produire des logiciels microsoft, mais de produire des résultats de recherche, le plus souvent sous la forme de publications (et MSR joue très bien le jeu de ce côté là, je ne pense pas que ses employés sont empêchés de publier vu le volume de publis venant de MSR).

      Il est très rare que ces résultats soient sous la forme de logiciels utilisables par tout un chacun. Le plus souvent, dans le meilleur des cas, c'est des prototypes, pas vraiment d'une qualité merveilleuse (normal, c'est pas ce qu'on leur demande). A part scilab et mldonkey, il n'y a pas beaucoup de logiciels produits par l'INRIA et connus en dehors du monde académique. (encore que pour mldonkey, je ne crois pas que ce soit clairement affiché)

      En fait, la création de ce labo commun est plutot positive : ca montre que l'INRIA a une place suffisamment importante dans la recherche en informatique pour s'attirer des financements de boites américaines.
      • [^] # Re: Rassurant

        Posté par  . Évalué à 9.

        > Le plus souvent, dans le meilleur des cas, c'est des prototypes, pas vraiment d'une qualité merveilleuse

        Voilà donc leur point commun entre Microsoft et Microsoft Research...
      • [^] # Re: Rassurant

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        Lucas, Il y a quand même d'autres logiciels opensources fait par l'INRIA que Scilab et mldonkey ... Par exemple, une partie des applications de Objectweb.
        • [^] # INRIA et LL

          Posté par  . Évalué à 3.

          mldonkey n'est effectivement pas "officiellement" un logiciel de l'INRIA, meme s'il y a ete developpe. L'INRIA developpe de tres nombreux logiciels libres, dont Objective-Caml, que tout le monde ici devrait utiliser au moins une fois pour un projet, juste pour se rendre compte de sa qualite...

          D'un point de vue scientifique, cette collaboration est une bonne chose, Ce qui est plus genant, c'est les aspects economiques et politiques de la chose. Cette collaboration, comme celle qui se profile entre Microsoft et Polytechnique, offre aux chercheurs un financement a court terme, ce qui important (sinon, les chercheurs tendent a se transformer en demarcheurs pour financer leurs travaux, et n'ont plus le temps de bosser !). Mais d'un autre cote', quel est l'interet pour l'industrie francaise de cette union ? C'est la schizophrenie de l'etat: on essaie de sauver ce qui reste de l'industrie informatique francaise, et d'un autre cote', on fait entrer le loup dans la bergerie, qui va ramener a Redmont les resultats de nos recherches et les etudiants de nos grandes ecoles qui nous ont coutes si chers... tout ca pour qques millions d'euros, meme pas un centieme du cout des sous-marins que l'armee vient de s'offrir...

          En plus, a un moment ou Microsoft pese de tout son poids (lobbying...) sur des lois importantes (brevets, dadvsi, drm,...), l'INRIA se retrouve pieds et mains liees par un accord qui va l'empecher de s'exprimer officiellement sur des questions pourtant fondamentales, et sur lesquelles ses chercheurs sont sans doute les plus qualifies pour s'exprimer techniquement...
  • # Quid des brevets

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

    Microsoft va t-il bréveter aux états-unis ce qui sortira de ce laboratoire en son nom propre ?

    Je ne trouve aucun indice dans les déclarations de tels ou tels (j'imagine qu'ils sont extrêmement prudent...)

    « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

  • # Perles du sites...

    Posté par  . Évalué à 2.

    En voulant me rendre sur la version française, j'ai eu droit à une erreur 404 et je me suis rendu compte que le serveur était un Apache 2.2 tournant sur une Mandriva 2007.0

    Apache/2.2.3 (Mandriva Linux/PREFORK-1mdv2007.0)

    D'autre part, sur la page de contact, en bas, il y a un lien sur... Google Maps ! Alors que MS a un service identique.

    Le moins qu'on puisse dire, c'est que MS(R) n'a alloué personne pour la maintenance du site web du labo...
    • [^] # Re: Perles du sites...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

      j'ai une question vraiment très conne, mais en quoi le fait que ça tourne sous mandriva est une perle ?
      Quand je vois le nombre d'hébergement qui sont sous fedora je ne saisi pas trop la différence...
      • [^] # Re: Perles du sites...

        Posté par  . Évalué à 1.

        c'est pas parce que certains hébergement font pas mieux (par non connaissance peut etre) que ceux qui sont censé être des 'cadors' en informatique (pas en administration je te l'accorde) n'ont visiblement pas un admin dispo pour mettre en place leur infrastructure.

        Remarque, le site web de microsoft tourne déja sous linux (les serveurs de cache ;)) , donc microsoft research pourquoi pas :D
  • # Et les brevets ?

    Posté par  . Évalué à 5.

    Bon d'accord les logiciels seront mis en CeCILL mais quid des concepts ? Ils ne seront pas brevetés par la suite ?

    La question peut avoir l'air naïve et la réponse évidente, mais quand on a en mémoire le brevet sur double-click, brevet sur le schéma XML (XSD) d'OpenXML, brevet sur les algo de gif... On est méfiant.

    D'ailleurs, je n'ai rien trouvé sur cette sujet-là
  • # L'argent plus fort que les cerveaux

    Posté par  . Évalué à 4.

    Je suis peut-être paranoïaque mais je garde en mémoire un épisode de la lutte de la commission européenne pour les brevets logiciels : Une brêve visite de M Gates au Danemark pays jusqu'alors défavorable à ce projet et qui a cessé de s'y oposer pour éviter la délocalisation de l'éditeur danois Navision propriété de Microsoft.
    (lire http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39207(...)

    On pourrait parler dans ce cas de soudoiement préventif !

    La chose ne risque-t-elle de se reproduire en France quand les intérets de Microsoft seront réellement menacés ?
    • [^] # Re: L'argent plus fort que les cerveaux

      Posté par  . Évalué à 1.

      L'argent versé par Navision à l'état Danois ne se compare pas avec une dizaine de chercheurs
      financés par Microsoft.

      D'ailleurs les sites économiques ne relayent pas l'information. Le grand publique et les actionnaires s'en contrebalancent. Les dirigeants de Microsoft veulent peut être tout simplement avoir un pied dans l'informatique sérieuse au cas où le ludique flancherait. C'est de la veille technologique. C'est bien dommage que les fondateurs de Google ne soient pas passé par le bureau de Bill Gate ...
    • [^] # Re: L'argent plus fort que les cerveaux

      Posté par  . Évalué à 3.

      Moi ca me fait bien rire ce genre d'aneries.

      Combien cela couterait a MS de demenager ces 800 emplois ?

      On parle de 800 personnes qualifiees qui ont developpe le produit, le connaissent par coeur, ont des relations commerciales avec les clients, ... les remplacer serait extremement difficile.
      Demenager cela couterait largement plus que ce que MS y gagnerait en retour, bref c'est totalement impensable, et si Gates s'etait amuse a lancer une menace aussi stupide on lui aurait ri au nez. C'est juste une histoire de journaliste qui n'a aucun fondement logique.
      • [^] # Re: L'argent plus fort que les cerveaux

        Posté par  . Évalué à 1.

        les remplacer serait extremement difficile.
        Va dire ca aux entreprises qui délocalisent leurs centre de recherche

        Ps : Je ne cherche pas à te répondre, et il est donc inutile que tu me réponde.
      • [^] # Re: L'argent plus fort que les cerveaux

        Posté par  . Évalué à 6.

        N'empèche, pas de démentis officiel,
        n'empèche le Danemark a changé d'avis.

        Probablement à cause d'une visite inopinée de la vierge qui lui a fait prendre conscience de l'innanité de sa demande.

        C'est dinge le taux d'opiomane chez les journaliste qui disent du mal de microsoft.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.