guitou a écrit 32 commentaires

  • # partition saturée

    Posté par  . En réponse au message Linux mint 19.3 - probleme mot de passe utilisateur. Évalué à 2 (+1/-0).

    Hello.
    Y'a 2 moyens de saturer une partition: l'espace disque, mais aussi les inodes… à vérifier, donc (commande "df -i" par exemple)

    ++
    Gi)

  • [^] # Re: pas besoin de ssh

    Posté par  . En réponse au journal Faciliter la configuration d'un ordinateur portable (ou fixe) sous Debian GNU/Linux 10 (Suite). Évalué à 1 (+1/-1).

    Pour la gestion d'une seule machine en local, le ssh peut en en effet sembler un peu beaucoup too much, mais pour avoir eu le loisir de jouer un peu avec ansible, j'ai pu constater que la connexion n'est pas toujours évidente et qu'un mode de connexion harmonisé aux différents hôtes est pratiquement indispensable pour un fonctionnement normal d'ansible (sans quoi la délégation peut avoir des ratés, notamment). Donc, à mon sens, que ce soit pour gérer plusieurs machines ou garder la possibilité de séparer le contrôleur ansible, la connexion ssh n'est pas dénuée d'intérêt (et réserver la notion de "local" aux opérations propres au contrôleur ansible).

    ++
    Gi)

  • # S'agissant d'automatiser une installation

    Posté par  . En réponse au message Script - Automatiser la réponse à des questions.. Évalué à 2 (+1/-0).

    Perso, je me tournerais vers ansible ou puppet

    ++
    Gi)

  • [^] # Re: glusterfs

    Posté par  . En réponse au message NFS symétrique. Évalué à 1 (+0/-0).

    Addendum.

    Glusterfs pourrait le faire pour des serveurs, mais…
    Pour des machines perso, j'opterais probablement pour une synchro via un Drive quelconque.

    ++
    Gi)

  • # glusterfs

    Posté par  . En réponse au message NFS symétrique. Évalué à 1 (+0/-0).

    Bjr.
    Glusterfs devrait te permettre de faire cela.

    ++
    Gi)

  • # Securité

    Posté par  . En réponse au message Synaptic sous Wayland. Évalué à 4 (+3/-0).

    Y'a bien quand même un petit souci avec l'alias: la désactivation ne se passe que si synaptic se termine sans erreur.

    ++
    Gi)

  • # La notation numérique, c'est nul ?..

    Posté par  . En réponse au lien Chmod Calculator. Évalué à 2 (+1/-0).

    … mais pratiquement indispensable !

    Si l'on considère les permissions pour le seul usage de chmod en ligne de commande, en effet l'on est en droit de s'interroger sur l'intérêt de la notation numérique. Cependant, je ne peux que confirmer son utilité pour des scripts:
    - c'est toujours plus clair d'utiliser une commande install avec les options qui vont bien, plutôt qu'une séquence cp/chown/chmod
    - la conversion de et vers un umask s'en trouve grandement simplifiée aussi

    Et je suppose que les cas d'usage sont bien plus nombreux.

    Petit apparté sur le cas d'ansible: sauf erreur, pour les modules relatifs fichiers, les permissions sont numériques, mais rien n'empèche une évolution future vers le support de notation 'rwxr-x---' (ou la création d'un filtre maison), sinon peut-être que beaucoup considèrent comme moi que l'exercice intellectuel de conversion devient suffisamment vite un automatisme pour ne pas en ressentir le besoin.

    ++
    Gi)

  • [^] # Re: Ça me rappelle une blague

    Posté par  . En réponse au journal Le merge de toute une vie. Évalué à 2.

  • # Aucun lien, fils unique

    Posté par  . En réponse au message sync dans linux. Évalué à 5. Dernière modification le 31/03/20 à 15:17.

    Plus prosaïquement, c'est plutôt rsync, je crois, sur lequel tu devrais te renseigner.
    Tu devrais pouvoir trouver des tas de tutoriels et autres exemples sur le net, qui t'aideront sans doute mieux à comprendre que toute explication de ma part.

    sync: force écriture sur disque des fichiers modifiés en mémoire
    rsync: copie locale ou distante de fichiers

    ++
    Gi)

  • [^] # Re: nginx aussi

    Posté par  . En réponse au message Reverse proxy dynamique. Évalué à 1.

    Tu devrais pouvoir utiliser des directives location:

    location ~ maregexpXXX {
    return 301 http://cdn.xxx;
    }
    location ~ maregexpYYY {
    return 301 http://cdn.yyy;
    }
    location / {
    proxy_pass http://moules.info;
    }

    ++
    Gi)

  • # nginx aussi

    Posté par  . En réponse au message Reverse proxy dynamique. Évalué à 1.

    Cela pourrait répondre à tes besoins…
    Et si tu prévois d'héberger ta partie "cdn" sur le même serveur, il présenterait alors l'avantage de gérer le tout avec un seul et même service.

    ++
    Gi)

  • # Base Intel mais...

    Posté par  . En réponse au message Un ordinateur portable . Évalué à 1.

    Perso, je me suis fait qq mois auparavant une conf aux petits oignons sur base de Clevo, j'en suis plutôt content, même si c'est pas de l'AMD.

  • [^] # Re: Mises à jour

    Posté par  . En réponse au message Aide logiciels. Évalué à 1.

    Hello.

    Pour le taux d'utilisation des partitions sous Linux, tu as la commande df (et l'option -h notamment). Mais dans ton cas, c'est plutôt la RAM qui est en cause (commande free pour connaître l'utilisation de la mémoire).
    A défaut de rajouter de la RAM, tu peux utiliser une partition ou un fichier d'échange (swap).

    ++
    Gi)

  • # open/read

    Posté par  . En réponse au message Question boucle. Évalué à 4.

    En mode grinçant, je tendrais à dire que je ne comprends pas ce que tu ne comprends pas :p

    Plus sérieusement, je pense qu'il te faudrait intégrer le fonctionnement des méthodes open et read…
    Le principe est assez simple en fait: la fonction open te donne accès au contenu par le biais d'un curseur (un pointeur indiquant une position dans le fichier, positionné par défaut au début du contenu). La fonction read te renvoit un certains nombre de caractères lus (max. 100 dans ton cas) et déplace le curseur d'autant, éwala!

    ++
    Gi)

  • # Gentoo

    Posté par  . En réponse au message Je cherche une distribution linux rolling release pas trop difficile à utiliser. Évalué à 0.

    Désolé, je me doute bien que cela ne correspond pas vraiment aux attentes, mais j'ai pas pu me retenir… de fait elle est facile à utiliser !
    Par contre, en effet, s'agissant de l'installer, force m'est de reconnaître que c'est une toute autre affaire ^
    Au delà du pied de nez et de la polémique que je n'espère pas provoquer, c'est une option à garder en tête, même s'il vaut mieux faire ses premières armes sur une distro plus abordable.

    ++
    Gi)

  • # liens symboliques vs hard

    Posté par  . En réponse au message création liens symboliques impossible. Évalué à 2. Dernière modification le 27/12/19 à 14:45.

    Bonjour à tous, et joyeux (lendemain de) Noël accessoirement.
    Me sentant d'humeur à faire mon ch… aujourd'hui je vais apporter mon grain de sel à l'eau de ce moulin (gné ?).

    Un fichier, c'est un inode et une entrée dans la table d'allocation pour en préciser le chemin (entre autres…).
    Un hardlink, c'est une entrée supplémentaire dans la table pointant vers un inode (bref, un chemin alternatif vers le même inode).
    Un softlink est un fichier spécial (et donc aussi une entrée dans la table d'allocation) indiquant une redirection vers un autre fichier (et plutôt même, de fait, un chemin de fichier).

    Les implications:
    Les hardlinks sont limités à un même filesystem, et peu importe d'indiquer un chemin absolu ou relatif, au final c'est l'inode qui fait autorité.
    Les softlinks peuvent pointer vers un autre filesystem, par contre il incombe à l'utilisateur de s'assurer du maintien du fichier ciblé.

    Petit exercice pratique pour illustrer le propos:

    mkdir testdir
    cd testdir
    touch fichier
    ln fichier lienhard
    ln -s fichier liensoft
        # joujou avec ls et options -l et -i notamment pour constater que fichier et lienhard partagent le même inode
    rm fichier
        # re-joujou avec ls pour constater que notre symlink est cassé et que le fichier, bien qu'absent sous ce nom, est toujours accessible via le hardlink créé auparavant

    The détail qui tue et que mon pauvre petit neurone souvent poussif a mis fort longtemps à intégrer (d'où mon inclination à le mettre ici en exergue): dans le cas d'un lien hard, si l'on indique un chemin relatif, la référence est le répertoire courant alors que pour un lien soft, c'est l'emplacement du lien. Illustration:

        # on est toujours dans testdir
    touch fichier # si on ne recrée pas le fichier précédemment effacé, l'exemple n'est plus valable
    mkdir subdir
    ln fichier subdir/poettering # petite touche d'humour glacé et sophisiqué dont le sens m'échappe tout autant qu'à vous, mais toujours est-il que ça marche
    ln -s fichier subdir/autreliensoft # oops, broken link
    ln -s ../fichier subdir/autreliensoft # cette fois c'est la bonne (à moins qu'il ne faille user aussi de l'option -f puisque le lien existe déjà, tout cassé soit-il, j'avoue ne pas faire le test en direct moi-même... mea culpa, mea gross culpa !)

    Amicalement,
    ++
    Gi)

  • [^] # Re: Pfff ces informaticiens!

    Posté par  . En réponse au journal Blagues Friday. Évalué à 1.

    Bah, je sais que le sujet est litigieux, mais, à considérer que 1 est divisible par 1 et par lui-même…

  • # Pfff ces informaticiens!

    Posté par  . En réponse au journal Blagues Friday. Évalué à 4.

    Un mathématicien, un physicien et un informaticien s'interrogent: tous les nombres impairs sont ils premiers?
    Le mathématicien: - 1 vrai, 3 vrai, 5 vrai, 7 vrai, 9 faux, c'est donc absolument faux.
    Le physicien: - 1 vrai, 3 vrai, 5 vrai, 7 vrai, 9 faux, 11 vrai, 13 vrai, 15 faux, 17 vrai, 19 vrai, c'est donc plutôt globalement vrai.
    L'informaticien: - 1 vrai, 3 vrai, 5 vrai, 7 vrai, 9 faux, 9 faux, 9 faux, 9 faux, 9 faux…

  • [^] # Re: docker

    Posté par  . En réponse au message Une machine virtuelle légère avec python3.7. Évalué à 3. Dernière modification le 12/11/19 à 14:28.

    Bjr.

    Docker fonctionne en tant que service. Par contre le lancement d'une image docker (voire d'une commande spécifique dans une image docker) est l'affaire d'une commande (typiquement 'docker run …' ou 'docker exec …').

    ++
    Gi)

  • # en bash

    Posté par  . En réponse au message fichier de sortie sans l'extension du fichier source. Évalué à 2. Dernière modification le 12/11/19 à 19:17.

    Bjr.

    Ta subsitution à base de % est très bien, tu pourrais toutefois t'épargner la boucle for, avec une affectation de variable directement dans ta commande:

    dst={} && cwebp -q 82 -mt {} -o "${dst%.*}.webp"

    Voire, tu pourrais aussi remplacer tes -print0 et xargs par un -exec.

    ++
    Gi)

  • # sort

    Posté par  . En réponse au message Outil en ligne de commande pour comparer des versions de logiciels. Évalué à 1.

    La commande sort dispose d'une option -V, --version-sort à cette fin.
    Ayant eu à me poser la même question, j'etais tombé sur ce lien: https://stackoverflow.com/questions/16989598/bash-comparing-version-numbers/24067243#24067243
    Avec la fonction qui va plutôt bien:
    function version_gt() { test "(printf '%s\n' "@" | sort -V | head -n 1)" != "$1"; }

    ++
    Gi)

  • # Re: De l'intérêt...

    Posté par  . En réponse au message De l'interêt de Memcached - Redis. Évalué à 3.

    Hello.

    Pour memcached, c'est indépendant du code PHP:
    PHP est un langage interprété et le lancement d'un script génère la transcription du code PHP en un code "intermédiaire" qui est éxécuté.
    Ce sont ces fichiers intermédiaires que memcached met en cache, permettant ainsi une éxécution en moyenne plus rapide.
    Donc sur un machine de dev, où le code changera très souvent, c'est sans intérêt (voire pénalisant selon la configuration du cache), mais sur un serveur de prod, c'est très utile en effet.

    Pour redis, c'est plutôt à utiliser en remplacement/complément d'une DB classique: remplacement si tes seuls besoins peuvent se réduire à des couples clé/valeur, mais seulement en complément sinon (autrement dit, dès que tu as des relations entre des tables, autant bénéficier des fonctionnalités SQL).
    Typiquement, tu peux gérer tes sessions avec une base redis, pour un accès plus rapide, une distribution plus transparente, et le reste de tes données avec un SGBDR classique mariadb+galera par exemple).

    ++
    Gi)

  • # Pour ce que j'en sais...

    Posté par  . En réponse au message probleme avec le fonctionnement d'un thread. Évalué à -2.

    Au risque de dire une sottise, je crois que cela fonctionne comme pour le fork, les variables déclarées avant le fork()/pthread_create() sont connues de tous.

    ++
    Gi)

  • # voire un set -x

    Posté par  . En réponse au message comportement étrange de curl dans un script.. Évalué à 3.

    …dans ton script pour t'assurer de la commande curl que tu generes

  • # une possibilite

    Posté par  . En réponse au message j'ai supprimé par erreur xserver-xorg (apt-get remove xserver-xorg). Évalué à 1.

    Bonjour.
    Si ton bootloader est Grub, tu peux editer la commande de demarrage pour ajouter l'option single (pas sur que ca marche avec systemd, auquel cas tu peux aussi essayer de mettre init=/bin/bash). Une fois en ligne de commande, tu devrais pouvoir monter les partitions necessaires puis lancer ton "apt-get install xserver-xorg".
    Sinon, utilise un SystemRescueCD ou autre pour ensuite faire un chroot dans ton systeme et installer le paquet.
    Dans les 2 cas, tu devrais ensuite pouvoir redemarrer normalement.

    ++
    Gi)