O'Reilly France : fermeture définitive

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags :
2
10
mai
2008
Culture
Les éditions O'Reilly ont fermé définitivement.
Nous sommes sincèrement désolés pour le (trop) petit nombre de lecteurs qui appréciait nos ouvrages.


Sur le blog immateriel.fr, Xavier Cazin donne plus de détails (liquidation judiciaire décidée le 6 mai).

Pour avoir eu la chance de travailler avec eux, je peux dire que c'est une véritable catastrophe que des gens aussi compétents et professionnels qu'eux se retrouvent devoir fermer boutique.
Surtout, je m'interroge: si O'Reilly (qui à mon sens pond parmi les meilleurs bouquins d'informatique en français) n'y arrive plus, qui aurait plus de légitimité à y arriver ?

NdM : on notera la réussite d'oreilly.fr avec « une librairie en ligne intégrée à notre site, forte de 400000 pages virtuelles. (...) En matière de vente de contenu numérique, les résultats ont d’ailleurs dépassé [leurs] espérances : plus de 40% du CA net réalisé grâce à [leurs] seuls ouvrages PDF ! Tout ça sans DRM, ni piratage organisé. ». Merci à captflam, à abofrp31, à Paul Ochon, à drfazor, à rpnpif et à tipaul (7 propositions de dépêches en peu de temps, véritable reconnaissance par les communautés du libre de la popularité des ouvrages O'Reilly) pour avoir proposé une dépêche sur le même sujet. L'équipe du site tient à remercier O'Reilly France pour son soutien sous la forme de livres offerts aux meilleurs contributeurs du site, depuis de nombreuses années.
  • # navrant

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    c'est vraiment navrant qu'une maison éditant des livres de grande qualité soit dans l'obligation de fermer boutique. Je garderai précieusement les quelques ouvrages que je possède.
  • # ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Amoureux des livres et surtout de ce qu'ils représentent (des points de vue éducationnel, culturel, ou tout simplement en tant que vecteurs de connaissance), je n'ai qu'une seule chose à dire: "fais chier".

    Quand une maison d'édition ferme, c'est un peu comme si on devenait un peu plus cons chaque jour.

    Merci à O'Reilly France pour leur travail.
  • # Entretien

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Une proposition d'interview a été ouverte sur le sujet par Mouns : https://linuxfr.org/interviews/3.html . N'hésitez pas à poser vos questions.
  • # Commander les anciens numéros ?

    Posté par . Évalué à 5.

    Comme d'autres ici, je possède quelques ouvrages des éditions O'Reilly, mais je ne les possède pas (encore) tous.
    Supposons qu'une de leur éditions m'interesse, savez-vous s'il sera possible de le commander chez un revendeur ?
    • [^] # Re: Commander les anciens numéros ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Oui jusqu'à épuisement des éditions déjà paru mais ça va allé vite.

      Exemple pour la super collection précis & concis : Syntaxe et fondamentaux du langage C (Poche) sur amazon plus que 2 exemplaire (réapprovisionnent en cours) . Réapprovisionnent qui n'aura peut être bientôt plus lieu :(
  • # Déception

    Posté par . Évalué à 7.

    Alors la, je dois dire que je suis vraiment déçu, une telle maison avec des ouvrages de qualité !
    Des livres très "pro"... Je suis vraiment étonné. Au début j'ai cru qu'on était le premier Avril, mais en regardant bien la date non, ce n'est pas une blague...
    Et comme le soulève le posteur, "si O'Reilly n'y arrive plus, qui aurait plus de légitimité à y arriver ?" ...
    • [^] # Re: Déception

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      si O'Reilly n'y arrive plus, qui aurait plus de légitimité à y arriver ?

      Peut-être Eyrolles ?
      Souvent, en cas de faillite, il n'y a personne qui veuille reprendre l'existant. Le plus souvent, le tout est vendu à un concurrent par le syndic de faillite pour le prix d'une bouchée de pain. Si c'était Eyrolles, ce serait à mon avis la meilleure suite que l'on puisse donner à cette triste affaire.
  • # Tristesse

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    C'est toujours un drame quand un éditeur ferme ses portes, cela m'attriste profondément. J'avais toujours plaisir a échanger avec eux lorsque nous nous croisions sur les salons, on refaisait le monde livre et comparions nos éditions. Pour dire vrai, j'espérai simplement au moins faire aussi bien un jour.

    Tous ces livres...
  • # Que la France ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    C'est vraiment dommage, cependant il faut quand même voir que ce n'est que la section France qui ferme, O'Reilly reste actif (je me trompes p-e).
    • [^] # Re: Que la France ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      D'ailleurs, par curiosite... Est-ce que O'Reilly France avait des livres "inedits" ou etait-ce juste des traductions de francais des livres O'Reilly en anglais?

      Si effectivement ce ne sont que des traductions, ca explique peut-etre pourquoi ca ne marchait pas bien. Les informaticiens connaissent bien l'anglais en general et peuvent preferer une version originale a une traduction.
      • [^] # Re: Que la France ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Est-ce que O'Reilly France avait des livres "inedits" ou etait-ce juste des traductions de francais des livres O'Reilly en anglais?


        Il y avait des livres non pas "inedits" mais "originaux". Il n'y avait pas que des traductions. Par exemple, C en action, qui n'existe qu'en francais. Il y en avait d'autres.

        Le bonjour chez vous,
        Yves
        • [^] # Re: Que la France ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Il y avait des livres non pas "inedits" mais "originaux". Il n'y avait pas que des traductions. Par exemple, C en action, qui n'existe qu'en francais. Il y en avait d'autres.

          Bon bouquin d'ailleurs, qui m'a été bien utile quand j'ai commencé à développer quelques programmes en C, il y a 2 ans, pour un gros client. Je peux remercier l'auteur ;-)

          C'est le genre de livre qui ne m'aurais pas été utile s'il était en anglais. Alors qu'au contraire, par exemple pour une doc Java (que je consulte de temps en temps), je n'ai aucun problème pour travailler avec de l'anglais, vu le niveau du langage.
    • [^] # Re: Que la France ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Dans le blog de Xavier Cazin, il parle de la crise des « subprimes », de la dévaluation du dollar par rapport à l'euro, rendant les investissements de la maison mère difficile.
      Toutefois, tant que la branche allemande demeurera active, je dirais que la crise des « subprimes » a quand même bon dos...
      Elle permet « d'excuser » un plan social un peu facile (on supprime les subventions et la filiale doit se placer en liquidation judiciaire, pratique).
  • # argh

    Posté par . Évalué à 2.

    C'est une bien triste nouvelle d'apprendre qu'un éditeur -quel qu'il soit- doive mettre la clef sous la porte.
    C'est encore plus dommage quand ça concerne une maison d'édition portant sur un domaine aussi précis que l'info.
  • # Et m**** !

    Posté par . Évalué à 3.

    Désolé, mais c'est la réaction que j'ai eu en lisant la dépêche. Et dire que j'avais acheté à l'époque "Le Système Linux - 2ième édition" chez eux.

    Pourquoi la qualité est toujours aussi mal récompensée ?
    • [^] # Re: Et m**** !

      Posté par . Évalué à 3.

      Pourquoi la qualité est toujours aussi mal récompensée ?

      Parce que le prix de la qualite est toujours aussi cher a payer. Et peut-etre aussi parce que - c'est l'ere du temps - ce prix n'est pas reconnu mais denigre (j'en prends a temoin les commentaires de la revue de presse de mai parue ici meme sur linuxfr.org)
  • # leçons

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Je trouve ça tout à fait dommage. J'apprécie la qualité des livres O'Reilly et surtout le symbole qu'ils représentent.

    Je tire personnellement 2 leçons de cet évênement :

    1) Comme beaucoup le savent déjà, la qualité n'est plus du tout un facteur prédominant de vente. Les facteurs importants sont le marketing (l'image que le produit a auprès de l'acheteur) et, dans une moindre mesure, un coût faible. Faire de la qualité n'est pas vendeur.

    2) Les geeks sont une infime minorité et un marché de niche. Auprès des geeks, les livres O'Reilly ont une image de marque extraordinaire. À peu près tout le monde ici dit avoir au moins un ou deux O'Reilly France (moi y compris). Et malgré ça, cela ne permet pas faire vivre une entreprise de 10 personnes.
    • [^] # Re: leçons

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      À peu près tout le monde ici dit avoir au moins un ou deux O'Reilly France (moi y compris).

      Vingt-huit ici au dernier décompte, et encore sans compter les Précis & concis et les ouvrages en anglais.

      <2ème degré>
      Le point positif dans l'histoire c'est que je n'aurai pas besoin de nouvelle étagère.
      </2ème degré>
      • [^] # Re: leçons

        Posté par . Évalué à 4.

        Même moi, non informaticien, un peu geek, et surtout bricoleur, j'en ai au moins 6 ou 7 hors précis et concis.

        C'est une très grande perte, de plus. L'édition est morte ? avec le pognon que je laisse dans la presse (à commencer par Linux mag et MISC) et dans les bouquins, j'avais l'espoir que non. Je me trompais apparemment.

        J'espère que la cessation d'activités de l'entreprise n'entraine pas la disparition des ouvrages : édition francophone exportée, mise à disposition moyennant finance depuis le site us, ou, en désespoir de cause (car ça annule toutes chances de nouvelles traductions) la mise à disposition des PDF via plateforme légale.

        Sur ce, je vais pleurer.
  • # So what ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    No one reads it in French anyway !

    Je trolle un petit peu, certes.

    Je reconnais que la diminution de toute diversité est une perte pour nous tous.

    J'apprécie l'ambiance "café du coin" de Linuxfr, mais pour participer à des communautés plus larges et pour profiter des idées directement auprès de leur producteur, la meilleure langue sur le marché est l'Anglais. Je lève les yeux de mon bureau et sans trop chercher j'apperçois cinq bouquins de chez O'Reilly - tous en Anglais et pour cause : c'est la langue de leur auteur d'origine.

    Contrairement à ce que racontent d'autres participants à ce débat, la liquidation judiciaire de O'Reilly France ne démontre à mon avis absolument pas le mépris du marché pour la qualité : c'est juste la reconnaissance que dans nos métier globalisés il y a une langue de communication efficace qui permet de toucher à peu près tout le monde, et qu'il est naturel que le marché converge dessus. Quitte à apprendre des concepts, autant le faire dans une langue qui permet de communiquer avec d'autres personnes que ses voisins.

    Le marché Francophone n'est donc pas bien grand sur ce segment spécialisé. O'Reilly vivra, mais ce sera une entreprise globale.
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      N'empeche j'etait bien content vers 14-15 ans de trouver des bons livres comme ceux de O'Reilly en Français, pas toujours simple de comprendre certain mécanismes quand c'est écrit en Anglais avec le niveau de langue qu'on nous inculque au collège.
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Euh... avec le niveau de français des collégiens actuels, de toute façon, même écrit en français, ce n'est pas simple non plus ;-)
        • [^] # Re: So what ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Ah de mon temps, c'était pas la même chose mon bon monsieur!

          PS: c'est modéré à 10 une remarque pareil???

          PPS: dès qu'on fait remarque qu'une modération est 'surprenante' le message est en général modéré très négativement, donc adieu monde cruel!
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Certes, être bilingue c'est bien, mais ce n'est pas forcément le cas de tout le monde... Personnellement, j'arrive plutôt bien à lire un livre en anglais, mais si je peux me le procurer en français, j'ai la garantie que je comprendrai les concepts qui y sont abordés... A moins que je ne sois idiot, ce qui n'est pas totalement impossible, bien entendu...

      Par ailleurs, dans le contexte d'internationalisation où nous vivons depuis maintenant quelques années, il reste des catégories de gens qui n'ont pas l'utilité de communiquer en anglais (fournisseurs et clients uniquement à l'échelle de l'hexagone + DOM-ROM).

      Hé puis quoi ? elle n'est pas belle, notre langue ? N'est-ce pas favoriser la culture (et les échanges culturels par extension) que de proposer un ouvrage dans plusieurs langues ? Dans un autre registre, est-ce que les BD telles qu'Astérix (à ne pas confondre avec un certain IPBX libre, hein) se seraient aussi bien diffusées à travers le monde si elles étaient restées en langue francophone ? Tout ça pour ne pas prendre le risque que toute la subtilité des dialogues et des références historiques ou culturelles ne soient altérées ? A un moment, je pense qu'il faut trouver un compromis. Quant aux éditions françaises d'O'Reilly, elles ont parfaitement su adapter les ouvrages anglophones pendant toutes ces années, puisque nous sommes aujourd'hui unanimes pour dire qu'ils étaient d'excellente qualité.

      Un autre point à souligner également, c'est le fait que les ouvrages anglophones se trouvent moins facilement dans la librairie à côté de chez soi. Personnellement, j'adore feuilleter longuement les bouquins dans le rayon informatique, avant de porter mon choix sur un ou deux. Ne risquons-nous pas d'avoir un peu plus de mal à nous procurer ces éditions-là à l'avenir ?
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Si tu es fier du français et que tu veux favoriser la culture, la voie O'Reilly n'était de toute façon pas la bonne puisque ce sont des livres traduits de l'anglais. Il existe d'autre maisons d'éditions françaises qui produisaient des livres écrits par des Français de qualité.

        Se féliciter du fait qu'un livre identique existe dans plusieurs langages...bof. ça n'a d'intérêt que pour l'égo de son auteur.
        • [^] # Re: So what ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Que l'éditeur soit français ne veut rien dire sur la langue originale de l'oeuvre. La branche française de O'Reilly éditait également des libres comme "C en action" qui n'existait qu'en français. Et les autres éditeurs font également beaucoup de traductions de livres initialement publiés en anglais. La profusion d'auteurs sur le sujet en langue anglaise expliquant le déficit d'oeuvres en langue française.
          • [^] # Re: So what ?

            Posté par . Évalué à 2.

            non l'un n'empêche pas l'autre, mais il y'a quand même plus de livres dont l'auteur est français/francophone sur Eyrolles que sur Oreilly FR par exemple.
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par . Évalué à 10.

      Je suis d'accord avec toi que l'anglais est la langue de référence. Mais de là à parler de langue de communication efficace, faut pas pousser. J'entends sans cesse que l'anglais est le moyen d'échange international, et donc qu'il faudrait que tout soit en anglais !

      Je suis français et ma langue maternelle est le français. Je me débrouille bien en anglais, mais quand j'ai besoin de comprendre _exactement_ ce qui est dit, quand j'ai besoin d'apprendre _efficacement_, je préfère le français (d'où l'importance d'une bonne traduction). De plus, tout le monde ne maîtrise pas l'anglais suffisamment pour s'instruire dans cette langue et cela peut provoquer une barrière pour certains dans l'acquisition de connaissances en informatique.

      Si l'on recherche des documentations de références en anglais, on a les RFC, les normes et standards. Tout y est. Toutes les autres documentations, livres, articles sont là pour expliquer et rendre plus accessible les notions techniques. La traduction est un de ces moyens.

      Donc tant mieux si O'Reilly continue d'éditer des livres aussi bons, mais si la fermeture de la maison d'édition française signifie l'arrêt des traductions en français, je pense que c'est une très grosse perte pour les francophones.
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        [quote]mais quand j'ai besoin de comprendre _exactement_ ce qui est dit, quand j'ai besoin d'apprendre _efficacement_, je préfère le français (d'où l'importance d'une bonne traduction).[/quote]

        J'ai lu de superbes bouquins sur les design patterns. En Anglais et en Français. Avec un niveau d'Anglais très nettement au dessus de la moyenne (sauf à l'oral, mais bon, c'est pas ma faute, c'est la faute à l'éducation nationale;) mes conclusions sont :

        1. La subtilité de certains 'design pattern' est largement plus accessible lorsqu'elle est traduite par un expert.
        2. Les traductions Anglais->Français sont systématique et absolues, ce qui nuit à la communication par la suite (traduire tous les noms des D.P. et n'y avoir accès via le sommaire qu'en Français, désolé, mais je trouve que c'est une grosse connerie).

        Conclusion ? Vive les D.P. !!!
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par . Évalué à 6.

      pour profiter des idées directement auprès de leur producteur, la meilleure langue sur le marché est l'Anglais

      Avec des raisonnement comme ça tous les texte de l'union européenne serait en anglais et tu te féliciterait de cette convergence aux conséquences économiques favorables en regrettant la perte de diversité.

      Le langage structure en partie la pensé et tant que tous le monde n'aura pas la même langue maternelle et la même culture, les traducteur resteront indispensable et a plus forte raison dans les milieux ou la langue sert l'explication de concepts complexes.
      Certes il est intéressant de se nourrir des idées à la source (publication scientifique toujours en Anglais), mais a moins d'avoir été élevé avec la même langue et dans le même pays que l'auteur tu passera forcement à coté d'une partie de la réflexion, ce qu'un bon traducteur est capable de limiter.

      Il y a un marché francais pour l'édtion francaise d'ouvrage informatique car il faudrait être aveugle pour ne pas remarqué les rayons complet de bouquin informatique jusque dans les grandes surface (d'ailleurs je me demande qui ça peut intéresser ?) et la liquidation judiciaire de O'Reilly France ne démontre à mon avis absolument pas le mépris du marché pour la qualité au profit du marketing et du tarif de l'ouvrage.
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par . Évalué à 2.

        "d'ailleurs je me demande qui ça peut intéresser ?"
        Vu que c'est en grande partie des livres pour windows et office, voilà ce qui se passe :
        Le n00b windowsien - "Je vais pas me faire chier à lire un livre sur Windows ! Je veux juste utiliser Windows et Office sans lire de manuels !"
        Le linuxien - "J'ai rien a faire de livres sur Windows"
        Il reste donc plus grand monde .
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Pour répondre au troll (faites excuse à l'avance si je marche dedans) :

      Tout d'abord, selon moi, la langue de communication internationale n'est pas l'anglais mais l'américain. Que par une coincidence qui m'esbaubit moi-même cette langue soit aussi parlée par nos voisins rosbifs d'outre-manche, cela est purement contingent. L'américain est la langue de rayonnement culturel (qu'on me permette un souriard :-/ ici) et surtout économique de la première puissance du monde, nos amis les États-Unis.

      Par des lois phénoménologiques que j'ai du mal à saisir, plus une langue est parlée, plus elle est parlée (un mélange de percolation et d'équation différentielle rétroactive positive, si vous préférez), d'où la proéminence de l'anglo-américain sur le devant de la scène internationale.

      Mon pamphlet sera court.

      D'une, l'anglo-américain est véhiculaire d'une culture et d'un système économique qui m'est personnellement insoutenable (mondialisation et tout le tintouin). Ce n'est peut-être pas le meilleur endroit pour clamer ça, mais la profusion de journaux économiques américains entre les mains de non-américains m'inquiète au plus haut point. Pire, parfois ça me fout hors de moi. Regardez-moi ces tocards de candidats à l'inverstiture présidentielle étatsunienne. On n'en est qu'à des pré-élections et on en parle depuis maintenant des mois. Personnellement, je m'en tamponne le coquillard du duel entre la vieille peau et le faul-cul contre l'homme-frite, et pourtant, on me saoûle avec partout où je pose mon regard. Comparez avec nos voisins européens : Qui a jamais entendu parler des élections espagnoles, italiennes, etc. ? Pfouit, passée à la trappe de l'actualité.

      Deuxièmement, de fait c'est subjectif, l'anglais est une langue de merde. Elle n'est relativement facile pour les francophones que parce qu'on les a envahis en 1066, sinon ça ressemblerait plus à une mixture de néerlandais et de danois qu'autre chose. Mais en fait, c'est du bousin : orthographe plus incohérente que le français (ce qui n'est pas peu dire), vocabulaire sabir à mi-chemin entre la romanophonie et les dialectes germaniques, prononciation ignoble (quasiment aucune voyelle non-diphtonguée + spirantes halakon™), héritages casuels vaseux et autres joyeusetés. Bref, une langue qu'un individu lambda n'apprendrait pas s'il n'était contraint et forcé.

      Je reconnais qu'on peut faire de telles critiques au français, mais la différence, c'est que le français est ma langue maternelle et que je ne l'impose à personne.

      Par ailleurs, je ne me sens pas suffisament en forme pour lever un troll sur l'espéranto et autres langues véhiculaires construites à posteriori, mais ça me démange (hum).

      Pour conclure, la suprématie de l'anglo-américain touche de toute façon à sa fin. Les ÉU sont un pays en décadence (ça vaut pour la France). Suffit de voir comme une célèbre dictature peuplée de Chinois est là, tranquillement en train de prêter des sous à des pays ma foi fort développés et d'accumuler du pécule en attendant de nous imposer leurs conditions. À mon avis, le mandarin est une langue d'avenir (disons, dans ~30 ans). Il y a aussi potentiellement le hindī (mais j'en veux beaucoup moins à l'Inde, d'abord).

      À bon entendeur !
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Comme souligné ci-dessus, l'anglais est trés bon pour les documentations spécialisées, mais pour exposer des vues de l'esprit, des concepts un tantinet pointus, rien ne remplace une langue maternelle.

        Comme beaucoup de gens, je lis l'anglais régulièrement, il n'empêche, c'est plus reposant pour moi d'aborder des nouvelles connaissances en français. C'est même finalement la raison pour laquelle j'achète et je lis des livres "techniques": le confort.

        Mais ton raisonnement se tient, malgré tout. Et je préfère voir O'Reilly prospérer en anglais que mourir en se diversifiant sur toutes les langues. A vrai dire qu'il affiche une insolente santé dans toutes les langues m'irait trés bien aussi ;)
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        >>> l'anglais est une langue de merde

        >>> le mandarin est une langue d'avenir

        Tu va perdre méchamment au change question facilité d'apprentissage.
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par . Évalué à 6.

        Tollistry
        -->
        To make a mess and fuck all the rest, we say, we say
        So what? so what?
        <---

        Hum, une langue de merde ... mais qui reste la plus facile à assimiler, car Mr Guillaume le Conquérant n'a réussit qu'a faire renter des termes latins dans le domaine juridique et scientifique, pour la grammaire ce fût un echec, et tant mieux ... ce n'est pas grace à un vocabulaire simple mais à une grammaire simple qu'une langue se fait passe partout, moi j'aime bien l'anglais, c'est idéal pour la vie de tout les jours, une structure phrase "plan-plan" on sait où est le sujet et prédicat d'un seul coup d'oreille.

        Ensuite dire que la sructure de l'anglais véhicule le turbo-capitalisme, s'en offusquer pour ensuite dire que le Mandarin est un langue d'avenir ça tient de la farce ! Le système chinois est l'apogée du capitalisme :
        masses laborieuses esclaves dans un état totalitaire qui sert de police à une super économie de marché.

        Hé Perthmâd, mélanger langue, économie, et culture c'est faire du Sabir idéologique !

        Pour ce qui est du Sabir je suis prêt à m'en accomoder, car elle est bien là, cette langue d'avenir. Les langues et les cultures sont poreuses. Je m'en apperçoit souvent :
        Ma femme est Allemande, La femme de mon meiluer ami est Néerlandaise son beau-frère est Canadien. et au bout de quelques bouteilles de vin nos conversations feraient fuir les puristes linguistiques, mais on se comprend finalement.

        C'est vrai c'est totalement "décadent" tout comme notre vieille Europe, Où va-t-on Perthmâd ? Où va-t-on ?
        Nous seront bientôt écrasés linguistiquement par les Sino-Indo-Compétitifs !

        Très Gruselich, isn't it ?

        ( ps: désolé pour les fautes d'orthographe, mais l'orthofraphe fançais m' a toujours fait gerber !)
        • [^] # Re: So what ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Les poncifs ont la vie dure.
          L'anglais est une langue très difficile à parler! Peut être une des plus difficiles!
          comme disait Churchill, c'est la langue la plus facile à mal parler, et donc à mal comprendre. Le faible prix du "ticket d'entrée" vers la langue anglaise se paye d'ailleurs au prix fort. La faiblesse des règles grammaticales anglaises (l'anglais,c'est facile!! Parlons tous globish...) entraine beaucoup d'ambiguités dans la compréhension, qui explique la faible progression des non natifs dans cette langue apres plusieurs années d'apprentissage.
          A l'inverse, des langues beaucoup plus structurée,avec des régles claires, deviennent de plus en plus facile avec le temps d'apprentissage malgré un "ticket d'entrée" un peu plus élevé.

          L'anglais reste aussi bien difficile à parler pour un francophone, car la prononciation est une vraie horreur, avec quasiment pas de règles. La meilleure etant sans doute une immersion dans un pays anglo saxon pour parler correctement. George Bernard Show avait d'ailleurs milité en son temps pour une réforme de la phonétique/orthographe anglaise tellement c est mal fichu!
          Il ya en outre, 10 fois plus de phonèmes en anglais qu'en français.
          L'anglais est une langue ambigüe, imprecise mais aussi très idiomatique. Tout ceci est lié a son histoire, langue germanique teintée de latin...
          Si l'anglais s'est imposé c'est uniquement grace aux lobby anglo saxon depuis l'apres guerre. Cela n'a rien de pragmatique ni de très efficace.

          Je n'ai pas non plus envie de partir dans un troll sur l'espéranto (dont je ne comprends pas un mot) mais on peut peut-etre simplement s'interroger sur l'intérêt du tout anglais qui tourne depuis quelques années au fanatisme (anglais imposé entre français dans certaines boutiques voire dans la fonction publique entre fonctionnaires français, chute spectaculaire de l'apprentissage de l'allemand en alsace, ou du neerlandais en Flandres : on marche sur la tête!).

          Je ne parlerais même pas de la perte de diversité culturelle et linguistique qui font bien ricaner 90% de la population...
          Je me permets d'ajouter, du point de vue personnel, que je lis tous les jours de l'anglais au boulot (plus rien en français dans mon domaine,même quand cela a été écrit par des français), je le parle quand je communique mes travaux, je le relis dans les docs techniques, je le vois partout dans les pubs, quand j'ouvre la radio. Alors des fois c'est vrai, j'ai un peu honte, mais ca me fait du bien de lire un bouquin en français ou d'entendre une chanson dans ma langue maternelle.
          Et tant pis si je passe pour un ringard...

          Quant à la remarque de Perthmâd sur le lien entre culture, économie et langue, il me semble evident.
          Imposer sa langue dans un secteur économique c'est asseoir sa position et s'assurer une place privilégiée dans ce secteur.
          Une citation :

          « Il y va de l’intérêt économique et politique des États-Unis de veiller à ce que, si le monde adopte une langue commune, ce soit l’anglais et que, s’il s’oriente vers des normes communes en matière de communication, de sécurité et de qualité, ces normes soient américaines et que, si ses différentes parties sont reliées par la télévision, la radio et la musique, les programmes soient américains ; et que, si s’élaborent des valeurs communes, ce soient des valeurs dans lesquelles les américains se reconnaissent. » -- David Rothkopf, directeur général du cabinet de consultants Kissinger Associates, dans son livre Praise of Cultural Imperialism (Éloge de l’Impérialisme culturel), 1997.
      • [^] # Re: So what ?

        Posté par . Évalué à 2.

        ":D" pour le style. Par rapport à tes propos :


        *** Héritages casuels vaseux ***


        Là, il faudra m'expliquer. Tu fais allusion au génitif saxon ?

        Sinon cette nouvelle est mauvaise. Et je ne peux même pas me plaindre, je n'en ai jamais acheté, faute d'indécision. :(
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par . Évalué à 2.

      No one reads it in French anyway !

      Il y avait de très bons bouquins O'Reilly _écrits_ (et non traduits) en Français. Je repense notamment, dans ceux que j'ai chez moi, à un bouquin sur Caml ou à l'excellent "Fontes et codages".

      J'espère - sans trop y croire - que de tels ouvrages pourront encore voir le jour sans la branche française...
    • [^] # Re: So what ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Le français est parlé dans le monde par plus de 200 millions de personnes. Il est compris par quelques centaines de millions d'autres. Parmi ces personnes, il y a un certain nombre d'informaticiens. Et même si ça fait cool de parler anglais, on comprend toujours plus facilement dans sa langue maternelle. Le français est donc forcément une langue de communication efficace pour l'informatique.
  • # Et bing

    Posté par . Évalué à 4.

    Comme tous, je trouve cela bien dommage.

    Par contre, je n'étais pas sur une autre planète les 2 dernières années, mais il me semble que ça arrive comme ça, sans crier gare, j'ai loupé un épisode ?

    Comment ce fait-il qu'on ai pas eu d'infos avant ?
  • # Edition électronique ??

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    J'ai vu à plusieurs reprises cette histoire 'édition numérique des livres. Quelqu'un peut en idre plus ? Est-ce que c'est le fameux "programme safari" ? Comment ça marche ? Peut-on y retrouver tous les livres ?

    Merci
  • # vraiment dommage

    Posté par . Évalué à 3.

    J'utilisais beaucoup ces ouvrages....

    Quand j'avais de sous via les bibliothèques....

    Là je venais d'en acheter 3 en pdf....

    Non seulement c'tait moins cher mais surtout ça évitait de remplir les armoirs....

    J'ai trouvé ces versions pdf très pratiques.... du beau boulot, les pdf sont générés avec l'adresse mail de l'acheteur sur chaque page... marrant.


    Question quelqu'un sait si oreilly.com pourra reprendre la diffusion des versions numériques depuis son site (in french of course ???)

    J'avais repéré leurs éditions (genre guide tout numérique mais pas essayé ...)

    bref ça va manquer espérons qu'ils soient rapidement racheté... et remis en ligne
  • # Rachat des droits d'auteurs ...

    Posté par . Évalué à 6.

    Bonjour,

    Et si nous nous réunissions tous pour racheter les droits d'auteur de ces merveilleux livre et de les mettre à disposition sur Framabook ?

    Nous pourrions nous réunir, et que Framasoft réunisse l'argent pour racheter les droits d'auteur.

    Si nous réunissons plus d'argent qu'il n'en faut, nous pourrions même envisager de laisser ce pécule à Framasoft afin qu'il puisse payer des auteurs pour continuer l'effort de rédaction.

    @+
    • [^] # Re: Rachat des droits d'auteurs ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      L'idée est séduisante sur le papier mais je pense qu'il va falloir aligner les planches à billets :)
      • [^] # Re: Rachat des droits d'auteurs ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        On a réussi pour Blender, pourquoi pas pour O'Reilly France ?

        Régis, tu nous fais un site où on pourrait donner des promesses de dons ?

        Alex.
        • [^] # Re: Rachat des droits d'auteurs ...

          Posté par . Évalué à 3.

          A combien cela se chiffrerait ?
        • [^] # Re: Rachat des droits d'auteurs ...

          Posté par . Évalué à 2.

          Alors apparement cela va être difficile car même si ont arrive à racheter les droits d'exploitation commerciale de tout ou partie des ouvrages d'oreilly france il faudrais ensuite négocier avec chaque auteur de modifier le contrat qui le liait à O'Reilly pour qu'il accepte que son œuvre passe sous licence libre.

          Donc apparement assez difficile, mais pas impossible. Il faut que notre communauté reflechisse à différente option.

          Nous pourrions racheter les droits d'exploitation commerciale et monter une scop avec les acteurs du monde libre afin de poursuivre leurs travail.

          Et au fur et à mesure contacter les auteurs et s'arranger qu'au bout de X ventes que les livres passent sous une license libre.

          Bref à réflechir je vais monter cet nuit un site ou ont va pouvoir jetter nos idées pour savoir ce que nous pouvons faire.
          • [^] # Re: Rachat des droits d'auteurs ...

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            L'idée est complexe mais séduisante et merci d'avoir pensé à nous (je suis l'un des animateurs du projet Framabook).

            Xavier Cazin conclue ainsi son billet : "Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des suites de l’affaire, en particulier si, comme nous l’espérons pour nos lecteurs, une autre maison d’édition se portait candidate pour diffuser à nouveau les titres du catalogue O’Reilly, sur support papier comme en numérique."

            Je pense que pour le moment la principale préoccupation de Xavier et son équipe (10 membres) c'est très prosaïquement de retrouver du boulot. Parce qu'il y a les titres et les auteurs mais il y a aussi et surtout le personnel aujourd'hui dans la difficulté.

            Framabook, InLibroVeritas et la communauté peuvent effectivement envisager un montage pour reprendre l'activité et "libérer" les titres collectivement ou individuellement en accord avec les auteurs, mais il me semble peu crédible d'arriver à également faire vivre l'équipe actuelle.

            Ce n'est, je crois, qu'à partir du moment où malheureusement aucune maison d'édition ne se porte acquéreur (et acquéreur en bloc) que nous pourrons agir pour que le catalogue actuel ne soit pas perdu et poursuivre son développement.

            Bonne chance en tout cas pour l'avenir de l'équipe, merci pour tout le travail accompli jusqu'ici, et courage pour la suite.

            PS : Je précise que le choix de la licence libre pour les framabooks n'est pas un choix de principe. Il ne s'agit pas de prôner la "libération" de toute littérature. Il s'agit juste d'un parti-pris et d'un pari. Notre parti-pris c'est que lorsqu'un livre traite d'informatique libre il nous semble plus pertinent de le placer sous une licence similaire à celles des logiciels libres car cela facilite non seulement la diffusion mais également les futures modifications très fréquentes pour ce type d'ouvrage. Et le pari c'est que cela n'est pas un frein à la réussite économique du "livre papier".
          • [^] # Re: Rachat des droits d'auteurs ...

            Posté par . Évalué à 3.

            On peut aussi utiliser une stratégie commerciale chère à Microsoft en récupérant les contrats et, sans les renégocier, dire qu'on vend uniquement le support et que le contenu (sur lequel il y a les droits d'auteur) n'est pas vendu mais donné. Comme ça, les pourcentage reversés sont calculés sur 0, donc ça ne coûte rien :-)

            --------->[]
  • # C'est domage mais ...

    Posté par . Évalué à 5.

    Leurs livres étaient pas toujours facile à avoir en VF au Québec. Mon dernier livre O'Reilly (SQL Cookbook) a du être acheté en anglais, car la VF n'était pas distribué au pays ... J'aurais du l'importer moi même via amazon.fr (ou autre site) et payer près de 2x le prix de la VO pour l'avoir (fais d'envoi, douanes, taxes ...).

    C'est un peu con de se limiter au marché francophone européen, surtout lorsqu'on vise déjà un marché très limité de geeks ...
    • [^] # Re: C'est domage mais ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      D'un côté, voilà l'interet de la dématérialisation. Les PDF sont disponibles partout !

      Par contre de l'autre rien ne vaudra pour moi un bon tas de papier : mes O'reilly je les lisais jusque sur la plage en été :)
      • [^] # Re: C'est domage mais ...

        Posté par . Évalué à 1.

        Tu ne me feras jamais acheter un livre en format PDF. Un livre, pour moi, c'est au format papier.

        Le PDF, ce n'est pas pratique pour lire en déplacement et c'est pas aussi confortable à lire qu'un bon vieux livre.

        En plus, il n'y a souvent même pas d'intérêt économique à acheter un livre électronique versus le livre papier, la différence de prix étant très minime.
        • [^] # Re: C'est domage mais ...

          Posté par . Évalué à 3.

          J'ai fait l'acquisition de 2 bouquins (Catalyst & MediaWiki Administrators’ Tutorial Guide) chez Packts Publishing : http://www.packtpub.com/

          Et je trouve que le bundle book + ebook est génial.

          J'ai une bonne vingtaine si ce n'est plus de livre de chez oreilly mais comme je baroude souvent, résultat des courses je n'ai pas accès à ma bibliothèque et ça je le regrette amèrement quand j'ai besoin d'une infos, ou d'un aide mémoire qui ce trouve dans un bouquin que je possède mais qui est à plusieurs milliers de kilometres de la ou je suis.

          Franchement je pense qu'ont devrais proposer systématiquement un pdf avec l'autorisation de le reproduire pour ces besoins personnels (Ce que packt ne permet pas sans toucher à leurs drm).

          Idéalement il faut encourager des initiatives comme framabook (http://www.framabook.org/ ) afin qu'ont est des œuvres libres et qu'ont puisse soit faire imprimer chez l'éditeur (Je viens de commander le bouquin sur spip) soit au besoin imprimer soit même ce qu'ont à besoin.

          Pour finir je ne pense pas qu'un pdf concurence l'édition papier mais c'est une complémentarité qui va devenir de plus en plus indispensable dans l'avenir.
          • [^] # Re: C'est domage mais ...

            Posté par . Évalué à 5.

            Je suis aussi un afficionados du papier c'est beaucoup plus agréable. Mais le PDF permet le Ctrl + F et ça c'est parfois très pratique.

            Le bundle est donc selon moi une très bonne idée.
            • [^] # Re: C'est domage mais ...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Avec les smartphones actuels un geek moyen a en général sur lui un stockage d'un ou deux giga, et un lecteur de PDF.

              Secundo, je voulais souligner par rapport au message initial que le paradoxe "nous parlons la même langue, mais nous vivons loin : nous n'avons pas accès à vos livre" est en partie résolu justement grâce à la dématérialisation. Ce n'est pas parfait, mais étant un amoureux du Québec je sais à quel point par exemple pour les québécois c'est important. Ca leur permet de ne pas être étouffés par la culture étasunienne et de pouvoir lire en français, ne serait-ce que des PDF... Nous en France nous avons le choix : eux ne l'ont pas toujours.
  • # Et maintenant ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je pense qu'on va être quelques-uns à se ruer sur leurs derniers livres avant qu'ils ne disparaissent des librairies… Qui récupérera le prix de ces livres ?
    • [^] # Re: Et maintenant ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      D'ailleurs, c'est bête, leur fermeture m'a fait acheter d'un coup plus de livres que je n'en avait jamais achetés chez eux, mais ça ne leur servira plus à rien, maintenant.

      S'ils avaient annoncés leurs difficultés, est-ce que ça n'aurait pas accéléré leurs ventes ?
      • [^] # Re: Et maintenant ?

        Posté par . Évalué à 4.

        D'ailleurs, c'est bête, leur fermeture m'a fait acheter d'un coup plus de livres que je n'en avait jamais achetés chez eux, mais ça ne leur servira plus à rien, maintenant.

        Si, comme c'est une liquidation, ça servira à l'administrateur judiciaire à payer les créanciers et en priorité les salaires. Donc s'il reste des salaires à payer, c'est une bonne action.
  • # pffff

    Posté par . Évalué à 1.

    A croire que seule la mediocrité survie dans ce monde.
  • # C'est une bien triste nouvelle

    Posté par . Évalué à 3.

    Lorsque j'avais besoin d'un logiciel ou d'une technique particulière, après avoir lu la documentation j'allais directement sur http://www.oreilly.fr/ histoire de prendre un bouquin pour comprendre un peu mieux où j'allais et par où commencer. Je n'aurais plus de livres en français avec un bestiaire digne des cartes écolières dessus. Sincèrement je suis triste de cette fermeture et je m'associe à la peine de l'équipe qui a du prendre cette douloureuse décision.

    "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.