surveillance:// Entretien avec son auteur Tristan Nitot et 10 livres à gagner

44
27
oct.
2016
Internet

Cela aura échappé à peu d’entre vous, le livre surveillance:// de Tristan Nitot est disponible dans les bonnes librairies francophones et en ligne depuis début octobre. Infatigable évangéliste du libre, du Web ouvert, des standards et maintenant de la vie privée, Tristan est loin de se laisser abattre par la fatalité des mécanismes d’absorption massive et d’analyse poussée de nos données par les plus grandes entreprises. Il prend le taureau par les cornes et a sorti, toutes proportions gardées, une petite bible sur la surveillance numérique et ses impacts.

Livre Surveillance://

Sur le fond, il n’apprendra que peu de choses aux libristes et à un public majoritairement sensibilisé comme ici. Cependant, il y a là un énorme travail que peu d’entre nous auraient été en mesure de faire. surveillance:// est pédagogique, clair, synthétique (≃150 pages), objectif et sourcé. Le livre est découpé en quatre grandes parties :

  • Pourquoi la surveillance, c’est le mal.
  • Concrètement, ça se passe comment cette surveillance ?
  • Bon, comment fait‐on pour échapper à cette surveillance ?
  • Concrètement que faut‐il faire, utiliser ?

Certes, on pourra lui trouver des défauts et discuter certains choix. Voyez‐le plutôt comme un livre qui vous donnera des armes pour les repas de famille sur le sujet. Ou encore un livre à offrir pour prouver que vous n’êtes pas paranoïaque (rappelons‐le, la paranoïa est une sorte de peur de quelque chose qui n’existe pas, alors que la surveillance massive existe).

Et comme Tristan est un gars ultra sympa, comme nous d’ailleurs, il a répondu à quelques‐unes de nos questions. Et on vous offre aussi (enfin, plutôt Tristan), dix exemplaires du bouquin aux meilleurs commentaires de cette dépêche, basés, entre autres, selon le jugement des personnes qui notent (contrairement aux journaux ou dépêches, l’affichage des notes est borné [−10 ; +10] pour les commentaires).

L’entretien et les modalités pour gagner un bouquin dans la suite de la dépêche ! Et, pour les Franciliens qui ne veulent pas attendre et souhaitent leur exemplaire dédicacé, Tristan sera vendredi 28 octobre à 19 h dans la plus libriste des librairies parisiennes, chez À Livr’Ouvert au 171 B boulevard Voltaire, Paris 11e. Dites bonjour à @Bookynette de notre part.

Sommaire

L’entretien

LinuxFr.org : Le titre de ton livre sous‐entend que la surveillance est un protocole. Ton bouquin en est‐il la RFC ?

Tristan Nitot : Non, c’est même le contraire : là où la RFC est aride et descriptive (normal, vu le besoin de précision), j’ai voulu le livre comme étant vivant, pédagogique, intéressant. Mais l’aspect protocolaire est surtout une allusion au fait que c’est comme ça que fonctionne une bonne partie de l’Internet commercial, ce que certains appellent le capitalisme de la surveillance. Et au lieu d’encourager les gens à faire de la surveillance, j’explique comment elle fonctionne et, dans la 3ᵉ partie, je réfléchis aux principes nécessaires à mettre en œuvre pour créer un serveur personnel décentralisé, respectueux de l’utilisateur, à base de logiciels libres, utilisant du chiffrement, que j’ai appelé SIRCUS (Système d’Information Redonnant le Contrôle aux UtilisateurS).

Donc, au final, pourquoi ce livre ? Quel est son objectif ?

L’objectif, c’est de faire prendre conscience à un public que j’espère aussi large que possible des limites et des dangers de ces services en ligne centralisés apparemment gratuits qui collectent toutes nos données pour nous profiler. Ceci, combiné avec la volonté d’agences gouvernementales comme la NSA d’écouter tout le monde tout le temps, mène à moyen terme à une société sous surveillance, étape vers un état policier et une fausse démocratie.

Il faut bien voir que la plupart des gens se sentent dépassés par la technologie : on les met devant l’ordinateur ou le smartphone en disant « tu cliques sur telle icône, et puis là tu tapes ce que tu cherches, tu vas voir, c’est facile ». Et c’est comme ça qu’on voit tellement de gens taper TF1.fr dans la barre de recherche Google : ils font de leur mieux face à un outil qui les dépasse. À côté de ça, le marketing des grands acteurs leur explique que l’informatique et l’Internet, c’est génial et indispensable, et que s’ils ne s’y mettent pas, ils vont être dépassés. Du coup, ça rend presque impossible la pensée critique face à ces outils. J’ai donc voulu expliquer, d’une façon aussi vivante que possible, comment tout cela fonctionne, et où ça peut nous mener si on n’y prend pas garde.

Penses‐tu atteindre cet objectif ?

L’avenir le dira, mais pour l’instant le livre se vend bien, grâce aux geeks qui le recommandent autour d’eux, IRL ou sur Twitter (merci à eux !).

La situation n’est‐elle pas désespérante et désespérée quand on voit l’exemple de Yahoo ? Il sert les données personnelles sur un plateau aux services de renseignement, ça n’a au final qu’un impact marginal sur son image auprès du grand public qui s’en fout.

Oui, c’est désespérant, ou plutôt ça m’énerve vraiment, ce qui me pousse à l’action, justement parce que ça m’indigne ! Je puise dans cette colère une énergie qui me permet de mettre en place des projets qui visent à la fois à informer le public (c’est l’objectif du livre) et d’offrir des solutions alternatives (ce que l’on fait chez Cozy Cloud).

Comment as‐tu sélectionné les solutions proposées en 4e partie ?

Il fallait donc démontrer qu’il y a des choses faciles et rapides à faire pour commencer à reprendre son destin numérique en main. Après, il y a aussi des sections « pour aller plus loin », qui listent des choses plus complexes ou qui vont à l’encontre de nos habitudes, par exemple… arrêter GMail. Quand je dis ça dans une conférence de geeks, je lis l’effroi dans les yeux de l’audience ! Et pourtant, c’est ce qui fait que Google sait à qui nous écrivons, ce que nous disons et fait aussi que nous restons connectés à notre compte Google, ce qui rend le pistage et le profilage encore plus précis.

Les utilises‐tu vraiment toutes au quotidien ?

Non, parce que ça voudrait dire que je suis super compétent sur 5 OS (3 sur PC et 2 sur smartphone), et ça n’est pas le cas. Par contre, j’ai travaillé avec des hackers (non, pas des pirates !) sur ces sujets et j’ai sélectionné leurs suggestions. Et s’il y a des erreurs, c’est de ma faute ! Mais, mon disque est chiffré, j’utilise Firefox avec Flashblock et Ghostery.

Pourquoi avoir choisi un éditeur qui casse ta blague de geek « Un internaute averti en vaut dix10 » ?

Joker : j’adore mon éditeur, il est génial !

Mais, pourquoi pas de WHATEVER-YOU-WANT/Linux, c’est franchement plus simple ?

Ahah ! :-) Je voulais un truc facile pour ne pas décourager le lecteur. Commencer par lui dire « reformate ton disque et installe Linux Mint », c’était trop de responsabilité, un trop grand risque de lui faire perdre ses données et le dégouter de sortir de sa zone de confort informatique, déjà pas bien étendue.

Pourquoi pas une licence libre afin que nous puissions tous t’aider à l’améliorer et tenir à jour cette quatrième partie notamment ?

En fait, ce n’est pas simple. J’ai produit un texte que l’éditeur a retravaillé. Le résultat, c’est un livre papier et un e‐book au format ePub. L’éditeur a fourni un gros travail de relecture, d’édition, de mise en page, de refonte des illustrations, etc. Donc, c’est normal qu’il soit rémunéré. Ils ont été très sympas et ont accepté que mon texte soit publié sur mon blog avant d’être édité, tous les éditeurs n’ont pas les idées aussi larges. :-)

Par ailleurs, leur travail est sous licence Édition Équitable, ce qui autorise le lecteur à faire des copies et à les partager avec ses proches. Le contenu du livre est sous licence CC-BY-NC (Paternité — Non Commercial).

Enfin, l’e‐book est au format ePub et sans DRM (si on l’achète chez l’éditeur, cfeditions.com).

N’es‐tu pas un peu inquiet de te retrouver fiché S (comme surveillance) ? Plus sérieusement, N’as‐tu pas peur de devenir justement l’objet d’une attention, voire surveillance://, plus ciblée de services français ou étrangers ? Tu dois irriter au plus niveau avec ton livre. Ou bien sont‐ils en mode #OSEF de @nitot, les chiens aboient la caravane passe ?

Je suis conscient que mes propos peuvent déranger certains politiques, mais bon, ce n’est pas une raison pour se taire, au contraire : c’est maintenant qu’il faut l’ouvrir pour éviter d’entrer dans un état de surveillance, antichambre de la dictature. Glenn Greenwald, un des journalistes qui a travaillé sur les révélations Snowden dès les premiers jours explique :

« Une société dans laquelle les gens peuvent être surveillés à tout moment est une société qui pousse à la conformité, l’obéissance et la soumission, et c’est pourquoi tous les tyrans recherchent un tel système. » [source]

Photo Tristan Nitot

Comment sensibiliser les citoyens lambdas si, même au plus haut niveau politique, ils s’en cognent ?

Je crois que c’est un problème générationnel : trop peu de politiques ont compris ce que l’Internet et le code peuvent changer dans le monde. Ils ont (presque) tous parié leur carrière sur un parti, donc pas facile de renverser la table : ils perdraient tout ! Heureusement, il y a des exceptions comme la députée Isabelle Attard, mais sa trop grande franchise ne lui permettra sans doute pas d’accéder aux plus hautes fonctions… Ensuite, les politiques en question, au sein des partis, verrouillent les candidats à l’élection présidentielle, ce qui ne favorise pas l’émergence d’une nouvelle approche. C’est pour ça que des initiatives comme LaPrimaire.org sont intéressantes.

Malgré cette détermination politique, l’exégèse amatrice porte de plus en plus ses fruits. Une nouvelle disposition (voir la fameuse #QPCHertz) vient d’être censurée par le Conseil constitutionnel français. Ces victoires sont‐elles importantes ou à la marge finalement ?

C’est trop tôt pour le dire, seule l’histoire le dira. Mais c’est un peu comme le loto : 100 % des gagnants ont tenté leur chance ! Si on n’essaye pas, on ne risque pas d’y arriver.

Nos amis exégètes amateurs (que tu côtoies beaucoup, cf. la préface d’Adrienne Charmet) sont‐ils condamnés à devenirs professionnels ? Cela présage‐t‐il d’autres victoires ?

Je leur souhaite de tout cœur ! Ils font un travail formidable, je leur souhaite le succès. Ils ont aussi le bon sens de choisir leurs batailles, car il ne faut pas s’épuiser tel Don Quichotte avec les moulins à vent.

N’as‐tu pas peur de passer pour un « crypto‐anarchiste subversif » auprès de la famille Michu dans le contexte actuel des attentats, et nos amis exégètes avec ?

C’est un risque, en effet, mais j’ai justement passé beaucoup de temps à sourcer mes informations, à les expliquer avec des anecdotes vérifiables qui les rendent parlantes. C’est ce travail qui pourrait être utile à des libristes quand ils parlent avec leurs proches.

Sinon, recentrons l’entretien, quand as‐tu connu LinuxFr.org ?

Probablement en 2002, quand je travaillais chez AOL/Netscape sur le projet Mozilla. Ces andouilles d’AOL avaient bloqué l’accès au site depuis l’intranet, je devais me connecter de chez moi uniquement ! Dans le même genre, ils m’avaient interdit de parler à la presse, pas pratique pour mon job d’évangéliste… Je me suis dépêché d’enfreindre leurs exigences !

Au‐delà des trolls qui n’existent plus, que trouves‐tu sur LinuxFr.org que tu ne trouverais pas (facilement) ailleurs ?

L’opportunité d’engager la conversation avec les libristes francophones. La réponse est toujours cash, souvent trollesque, mais depuis le temps, j’ai un filtre anti‐troll. :-) Par ailleurs, la collectivité a un niveau de savoir, d’engagement et d’entraide que j’adore ! Au‐delà de l’aspect troll, on a pu compter sur beaucoup de libristes souvent issus de LinuxFr.org du temps où j’étais chez Mozilla, et même maintenant chez Cozy Cloud (on a même fini par embaucher un certain Bruno Michel. ;-)

À trolleur, trolleur et demi, on a trouvé ton livre avec DRM sur Amazon o_O… OMGWTFBBQ ?!

Bah oui, mais bon, c’est pas tellement étonnant de leur part. Pourquoi aller acheter chez Amazon alors qu’il est sans DRM chez l’éditeur, cfeditions.com, pour un prix inférieur ?

Franchement, promouvoir et faire gagner des livres sur LinuxFr.org, es‐tu sûr que ce sera utile au lectorat du site ?

Oui, tout à fait. D’abord, je pense que le format livre permet d’avoir une approche plus complète du problème de la surveillance, de la vie privée et de ce que ça implique pour la société. De nombreux lecteurs de LinuxFr.org ont compris les dangers de la surveillance. Là, avec le livre, je leur donne un argumentaire à diffuser autour d’eux, avec des anecdotes, pour convaincre leurs proches.

Pour finir, que penses‐tu du dernier album de la Danoise Agnès Obel, intitulé Citizen of Glass, sorti ce vendredi 21 octobre ?

J’adore Agnès Obel, particulièrement son titre Riverside ! J’écoute Citizen of Glass en écrivant ceci. Je n’ai pas trouvé d’allusion directe à la surveillance dans les paroles, mais la notion de transparence et de cheval de Troie dans les titres nous ramène à notre sujet, la surveillance et la vie privée !

Bon courage et à bientôt !

Merci !

Bouquin

Règles du concours

Voici les quelques règles et principes pour gagner l’un des dix livres en jeu :

  • le concours est ouvert jusqu’au 4 novembre 2016 à 23 h 42, l’heure de nos serveurs faisant foi ;
  • un seul livre (valeur 19 €) par compte sélectionné parmi les meilleurs commentaires de cette dépêche, basé sur le jugement des personnes qui notent ;
  • comptes multiples interdits, conformément aux règles du site ;
  • pas besoin de nous informer de votre participation ;
  • en cas d’égalité, l’équipe de modération choisira par consensus les gagnants parmi les commentaires ayant reçu une note d’au moins 7 ; si aucun consensus ne se dégage, on invoquera /dev/random ;
  • si aucun commentaire n’atteint 7, on refilera les livres à qui on veut… ou pas ;
  • le livre sera attribué à la personne identifiée comme ayant la parenté du commentaire (« Posté par… ») ;
  • en cas de contestation ou tout autre souci, l’équipe de modération tranchera et sera souveraine ; sa décision est finale, aucun appel ne sera possible ;
  • nous n’acceptons pas les commentaires trollesques, ou alors s’il a bien fait rire l’équipe de modération, cela reste à notre entière discrétion ;
  • l’acceptation d’une contribution ne respectant pas les principes ci‐dessus sera laissée au libre choix (souverain et final) de l’équipe de modération.
  • # surveillances://

    Posté par . Évalué à 10 (+17/-0).

    Vous faites ça pour obtenir mon adresse.

    • [^] # Re: surveillances://

      Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+3/-4).

      toi aussi, tout comme moi est fiché S, c'est le lot de tous ceux étant passés à l'assemblée nationale pour DADVSI et LOPPSI.
      Pour CETA, les belges l'ont bien joué contre tafta (le truc dont les textes ne sont pas publiés) en la refusant : l'Europe est dans notre ADN (je reprends des termes marketing efficaces), ce qui démontre bien une volonté collective d'aller de l'avant.

      Les fablabs sont un peu plus efficaces qu'un simple navigateur en terme de promotion concrète (jeunes, adultes, citoyens), win 10 est une mine d'innovation en terme de violation de la vie privée par défaut (opt-out au lieu d'opt-in dans la plupart des cas dans mon entourage).

      Les fablabs apportent des projets concrets (imprimante 3D, écologie, robotique…), l'anti-virus de windows n'a pas la fonctionnalité de base : éradiquer la raison principale, l'os pour installer un Linux sécurisé… c'est dire qu'il est inefficace.,

    • [^] # Théorie du complot

      Posté par . Évalué à 7 (+6/-1).

      Vous faites ça pour obtenir mon adresse.

      C’est pire !
      Du fait que nombre d’individus suspects fréquentent LinuxFr, le site est ciblé par la CIA.
      Elle a menacé les administrateurs du site pour obtenir l’identité des individus les plus suspects (bah oui, l’espionnage électronique, c’est la NSA, la CIA est dans des méthodes plus directes).
      Craignant pour leurs vies, les administrateurs ont donc décidé d’utilisé un appât bien ciblé pour attirer ceux-ci et obtenir leurs noms et adresses.

      En ce qui te concerne, c’est trop tard : tu as posté un commentaire qui a été bien noté (si aucun lecteur ne l’a pertinenté, les administrateurs ont pu monter la note eux-mêmes).
      Si tu acceptes le livre, la CIA aura ton adresse tout de suite et ses agents viendront poser des micros chez toi.
      Si tu refuses, ils sauront que tu as quelque chose à te reprocher et dès qu’ils t’auront trouvé, ils t’embarqueront directement à Guantanamo !

      Une seule solution, fuis !

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

    • [^] # Re: surveillances://

      Posté par . Évalué à 4 (+4/-1).

      J'ai lu plusieurs fois cet article.
      Est-il normal depuis qu'il y ait un van à 25 mètres de chez moi ?
      Avant je n'avais jamais remarqué ce van.
      Il est là depuis plusieurs jours, sans bouger, il n'a pas de vitre.

      EDIT : je venais juste de rédiger ce post, que le van vient de partir.

      C'est pas un peu étrange ?

  • # abonnement

    Posté par . Évalué à 4 (+3/-0).

    l'abonnement sera attribué à la personne identifiée comme ayant la parenté du commentaire (« Posté par … ») ;

    L'abonnement à quoi ?

  • # Now, we wait

    Posté par . Évalué à 1 (+3/-3).

    Trollesque ou pas, j'attends le commentaire de Zenitram :D

    • [^] # Re: Now, we wait

      Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+2/-3).

      comme Zenitram, Tristan nous côtoie régulièrement et c'est quelqu'un qui porte un discours serein et raisonné.
      Je ne voie pas pourquoi Z< serait attendu comme le messie ? ou pBpG ou eingousef ou tout autre, d'ailleurs.

      C'est simplement un entretien avec tnitot que nous apprécions même après son changement de maison ou grâce, j'ai du mal à le qualifier (il parle français on va dire :D et nous a payé de l'Internet à Solutions Linux au CNIT à Paris plusieurs années).

      • [^] # Re: Now, we wait

        Posté par . Évalué à 3 (+4/-3). Dernière modification le 28/10/16 à 14:25.

        Pourrais-tu me donner une précision dans une comparaison qui me tracasse ?

        comme Zenitram, Tristan nous côtoie régulièrement et c'est quelqu'un qui porte un discours serein et raisonné. Veux-tu dire que Tristan, qui porte un discours serein et raisonné, par ailleurs nous côtoie régulièrement, comme Zenitram ? Ou alors aussi que Zenitram porte un discours serein et raisonné, et que d'ailleurs on peut comparer dans ce domaine Tristan Nitot à cet étalon en la matière ?

        • [^] # Re: Now, we wait

          Posté par . Évalué à -10 (+4/-8).

          [hypothèse] que Zenitram porte un discours serein et raisonné (…)

          Tu m'as fait sourire. Parfois, je me dis que si Zenitram n'existait pas, il faudrait l'inventer, mais pas toujours ;) Quoi qu'il en soit, je trouve qu'il a fait des progrès ces dernières années. J'apprécie.

          SamWang, distributeur de bons points.

        • [^] # Re: Now, we wait

          Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-1).

          le « quelqu'un » est Tristan :-) donc 1ère option.

        • [^] # Re: Now, we wait

          Posté par . Évalué à 1 (+3/-2).

          quelqu'un qui porte un discours serein et raisonné

          Serein sans doute pas, car il est plus dans la polémique (constructive), mais Zenitram porte souvent un discours raisonné et avec des vrais arguments.

    • [^] # Re: Now, we wait

      Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

      Tu consultes ce site en mangeant du pop-corn ?

  • # Coquilles

    Posté par . Évalué à 4 (+5/-2).

    Il fallait donc démonter

    => démontrer

    Le livre et sous licence

    => est

    les franciliens / les lecteurs / et cetera

    => francilien•ne•s / lecteur•rice•s / et ceterus•a

    C'est vraiment l'équipe de modération qui a dit pas de trolls pour le concours ? Après on s'étonne que le nombre de dépêches ralentisse et que les journaux deviennent hebdomadaires.

    Cette signature est publié sous licence WTFPL

    • [^] # Re: Coquilles

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      coquilles corrigées, merci

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: Coquilles

      Posté par . Évalué à 5 (+5/-0).

      et ceterus•a

      Pas très inclusif pour les personnes de genre neutre tout ça…

      • [^] # Re: Coquilles

        Posté par . Évalué à 2 (+2/-0).

        Cetera c'est un neutre (comme francilien et lecteur dans le contexte, d'ailleurs, puisque le masculin a rôle de neutre en français). "Et cetera" signifie littéralement "et toutes les autres choses" (neutre pluriel, particularité latine).

        Ce commentaire est libre de droit, vous pouvez le réutiliser comme bon vous semble.

  • # Pas si simple et arguments limites

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+20/-8). Dernière modification le 27/10/16 à 22:21.

    Pourquoi aller acheter chez Amazon alors qu'il est sans DRM chez l'éditeur, cfeditions.com, pour un prix inférieur ?

    Parce que je connais Amazon et ai mes habitudes
    Parce que tout est bien intégré entre la boutique et le Kindle
    Parce que je peux commander en un clic (ils ont déjà mon numéro de CB d'une autre commande, pas C&F que je ne connais pas et que j'oublierai après faute d'offrir tout ce qu'offre l'autre).

    Le problème est bien la : Amazon a une bonne grosse valeur ajoutée quasi immédiate (à la deuxième commande, puis au fur et à mesure on revient toujours à eux car ils ont tout, on ne cherche même plus à comparer le prix, zut j'avais une étude sur le sujet mais ne la retrouve pas la directement), ce n'est pas/plus une question que de prix, alors qu'on voit le problème du DRM que tardivement (quand on veut "déménager" de marque de liseuse).

    Note : toutefois les conneries de géolocalisation et ma flemme de débrancher le VPN fait que l'IP de mon VPN n'étant pas en France, Amazon dit "fuck" donc je suis "obligé" de me replier sur C&F, reste à voir si le site de C&F est suffisamment bien fait pour ne pas me motiver à débrancher mon VPN.

    Note 2 : je plaisante, les DRM ça pue, mais c'est pour donner une idée sur la "masse" qu'on loupe sans comprendre si on pose la question du "pourquoi Amazon".

    Le contenu du livre et sous licence CC-BY-NC

    Ca reste pas libre, le libre c'est les 4 libertés et le NC en enlève pas mal ;-).
    (les USA appliquent la peine de mort que 20 fois par an, c'est mieux que 1000 mais ça ne veut pas dire que la peine de mort est abolie, pareil ici c'est un pas dans la direction mais on n'a quand même pas les 4 libertés).

    Plus sérieusement, c'est quand même foireux de sortir "c'est normal qu'ils soient rémunérés", comme si Tristan n'avait pas été rémunéré alors que Firefox était libre, la on légitime tout non libre avec un "argument" aussi générique. J'attendais mieux comme argument pour un ancien de Mozilla (surtout qui milite contre le logiciel libre en étant si généraliste / passe-partout) que ce que j'entends quasi tout les jours pour dénigrer le logiciel libre.

    Je suis conscient qu'on n'a pas encore trouvé de business model pour le livre libre et que du coup c'est pour le moment la seule forme de rémunération trouvée, mais s'il vous plait faites attention avec vos phrases rapides passe partout génériques applicables partout…

    La réponse est toujours cash, souvent trollesque,

    Fait (désolé si pas assez fort, mais ce n'est quand même pas facile d'attaquer frontalement Tristan, être posé est quand même son métier, alors j'ai dû chercher la petite bête. Au passage bravo à l'intervieweur et l’interviewé pour la dépèche)

    Edit : voila, comme ça je fais même plaisir à yeahman, mais ce n'est pas passé loin j'ai failli ne pas écrire parce que pas grand chose à dire. Mais j'avoue trouver ça rigolo de voir passer mon nom n'importe où comme ça, fou quand même que vous pensiez à moi dans vos fantasmes!

    • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

      Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

      Je suis conscient qu'on n'a pas encore trouvé de business model pour le livre libre

      Le business model existe pour l'édition scientifique libre en tout cas : l'éditeur est rémunéré par l'auteur ou par l'employeur de l'auteur pour faire le travail d'édition (site web pour la soumission, organisation de la relecture par les pairs et du processus éditorial, production du document final, publication et archivage, indexation dans les bases de données). D'aucuns prétendront que la facture est salée pour ce que c'est (et elle l'est réellement), mais au moins on ne peut pas dire qu'ils n'ont pas trouvé de business model.

      Évidemment, ça implique que l'auteur ait une source de financement indépendante pour payer son salaire et les frais de publication. Ceci dit, beaucoup d'auteurs d'ouvrages techniques et scientifiques sont employés par des universités ou des organismes de recherche, par exemple.

    • [^] # Pourquoi acheter ailleurs que chez Amazon (surtout des livres)

      Posté par . Évalué à 10 (+14/-1). Dernière modification le 28/10/16 à 11:54.

      Parce qu’un livre électronique Amazon n’est pas vraiment votre propriété, au mieux une concession susceptible de disparaître d’un jour à l’autre.

      Parce que certains livres papier ne sont pas disponibles chez Amazon (seulement auprès de vendeurs tiers de la plate-forme, à un prix plus élevé pour le neuf que le prix officiel), alors qu’ils le sont sur une autre librairie en ligne (au prix normal).

      Parce qu’on peux recevoir une contrefaçon (notamment pour les clés USB et cartes mémoire), même en achetant bien à Amazon et pas à un vendeur tiers (une arnaque apparemment classique consiste pour les contrefacteurs à acheter un produit à Amazon et en demander le remboursement en renvoyant une contrefaçon… qui est alors remise en stock et vendue à quelqu’un d’autre — là, ce n’est pas de la faute d’Amazon, mais ce n’est pas agréable pour autant, surtout qu’on peut ne s’en apercevoir qu’après l’avoir remplie à un certain niveau, sauf à avoir testé la clé USB aussitôt avec f3).

      Parce qu’Amazon impose des conditions de travail inadmissibles, même dans les bureaux.

      Parce qu’Amazon pratique l’optimisation fiscale.

      Parce qu’Amazon pratique la guerre des brevets.

      Parce que si la concurrence meurt, Amazon sera en position de monopole et pourra imposer toutes ses conditions, quelles qu’elles soient.

      Parce qu’il est contradictoire d’acheter un livre sur la surveillance chez un gros acteur américain qui trace vos habitudes (il suffit de l’utiliser un peu pour vous rendre compte qu’il ne mémorise pas seulement vos commandes passées, mais aussi tous les produits que vous avez juste regardés — d’ailleurs, si vous avez cliqué sur le second lien et si vous aviez des cookies d’Amazon vous identifiant, ils ont sans doute noté votre intérêt pour ce livre…).

      Enfin, comme pour le livre de Tristan Nitot, le public de LinuxFr doit déjà être plus ou moins au courant de tout ça (la plupart des points ont déjà été abordés ici).

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

    • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

      Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

      Je savais bien qu'il allait mettre un commentaire !!

      • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

        Posté par . Évalué à 7 (+6/-0).

        Hello,
        Je n'achète que des livres papiers, parce que je suis un VCCP (Vieux Con Conservateur Psychorigide),
        mais aussi parce que je n'aime pas les DRM (parce que je suis un VCCP).
        J'ai tenté de passer en dehors du circuit Amazon, chez un libraire indépendant.
        Et résultat, pour les livres étrangers, ça prend DU TEMPS !
        Je ne suis pas du genre hyper pressé, mais attendre 2 mois et demi pour un bouquin, c'est long.
        J'avais commandé plusieurs livres d'un coup, ils ont tous été longs à arriver (mais 2 mois et demi c'était le max !).
        Amazon a il me semble des accords de "reprint" leur donnant le droits de réimprimer des bouquins épuisés (il ne s'agit pas d'une nouvelle édition mais d'un reprint).
        Ainsi, à la fin de mes vieux bouquins édités dans les annés 80 ou 90 et épuisés, j'ai commandé chez Amazon un samedi soir et les ai eu mardi matin à mon bureau, entre mes mains.
        Dans les dernières pages du livre, il est écrit :

        Made in the USA
        San Bernardino, CA
        29 November 2015

        En exagérant un peu, je dirai qu'il ont été imprimés une seconde après avoir commandé,
        qu'il ont été expédiés par avion juste après l'impression,
        et qu'à la sortie de l'avion à CDG ou Roissy, ils ont été mis tout de suite dans la camion pour faire les 250km restant.

        Nous devons avoir des comportements responsables en achetant ailleurs que chez Amazon lorsque possible,
        mais les éditeurs/distributeurs/libraires doivent s'organiser ensembles pour résister.

        NOTE : avant de me faire lyncher sous prétexte que je suis pressé, je répondrai que parfois, quand on a un boulot à faire un 6 semaines, et que cela nécessite de lire des bouquins scientifiques complexes, on n'a pas le temps d'attendre ne serait-ce que deux semaines.

        Je rêve que les chatons génèrent des gros(ses) chat(tes). :-)

        • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

          Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+0/-1).

          mais les éditeurs/distributeurs/libraires doivent s'organiser ensembles pour résister.

          Tout à fait. Je connais un peu le monde de l'édition et la librairie. Beaucoup sont enfermés dans des idées et un fonctionnement dépassés1. Le changement se fera (se fait) sans les acteurs traditionnels.
          Certains ont déjà rompu avec le prix :
          Il y a quelques années, les (petites) éditions Cheyne ont sorti Matin brun de Frank Pavloff en le vendant un euro, très loin des prix habituels de l'édition. On en est à 1,7 millions d'exemplaires vendus (le prix a été augmenté… deux euros!).
          Aujourd'hui, les éditions Lire c'est partir sortent des livres et des CD à quelques centimes d'euro. Oui oui, quelques centimes.

          L'histoire se répête. Gallimard a été lancé au début du XXème  siècle en réaction au Mercure de France qui dominait tout (la fameuse couverture jaune dont parle Blaise Cendrars dans Le Transsibérien « Jaune la fière couleur des romans de la France à l'étranger »).


          1. Par exemple, le circuit du livre c'est : tirage, pub, diffusion forcée, retrait des ventes, vente au pilon ou aux brokers qui en font du livre à prix réduit. Quelques libraires astucieux en achètent pour arrêter les passants. 

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

            Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

            Matin brun ne fait que 11 pages donc le prix d'un ou deux euros est tout à fait comparable à un livre de poche. Comparé à d'autres pays, le prix des livres en France est très élevé. Quand j'habitais en Pologne, j'ai acheté mon dictionnaire français-polonais pour environ 4€ et c'est un pavé avec couverture cartonné. En Chine, on trouve des traductions de livres académiques de 600 pages avec couverture cartonnée pour 2€.

            Cette signature est publié sous licence WTFPL

    • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

      Posté par . Évalué à 7 (+10/-3).

      J'attendais mieux comme argument pour un ancien de Mozilla
      ce n'est quand même pas facile d'attaquer frontalement Tristan

      Tu pointes du doigt le problème. D'accord, Tristan Nitot a fait de bonnes conférences où il parle de standards du web et de logiciel libre ; cependant c'était un peu son boulot, en tant que responsable marketing pour Mozilla Europe.

      Tristan Nitot c'est un gars qui a toujours bossé dans le marketing, il est devenu célèbre grâce à son blog, il a fondé Mozilla Europe pour sauvegarder son emploi perdu à Netscape, il prônait le libre en ayant un système privateur sur son portable. Tristan Nitot a une bonne bouille, il n'est pas idiot, il passe bien dans les médias, il est copain avec quelques stars du libre, mais ça s'arrête là. Aujourd'hui il vend un petit libre sur la surveillance, livre qui n'est pas libre, pourquoi pas. Mais arrêtez d'en faire un grand libriste, sa contribution au libre est carrément modeste, beaucoup de contributeurs de LinuxFR seraient plus célèbres s'ils avaient mis autant d'énergie pour faire leur promotion.

      Vous pouvez moinsser si vous voulez, mais réfléchissez-y.

      • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

        Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+8/-0).

        P*tain, qu'est-ce qu'on doit pas lire comme conneries…

        Je dois le reconnaitre, si j'ai fait tout ça, c'est sûrement pour l'argent. Pour info, j'étais sans salaire pendant 21 mois (juillet 2003 à avril 2005) lors du lancement de Firefox.

        Ma contribution au Libre est bien de l'ordre de la promotion du libre, des standards, de Firefox et de leurs valeurs, c'est vrai, parce que c'est ce que je sais faire, mieux que le développement. Je reste toutefois fier de mon travail, complémentaire de celui des développeurs, car consistant à mettre en valeur leur travail. Je suis de ceux qui pensent qu'un logiciel Libre est d'autant mieux qu'il aide un grand nombre d'utilisateurs.

        Ah, et pour ceux qui continuent à penser que les trois mois de travail investis dans ce livre sont pour le pognon, "l’essentiel de mon avance sur droits d’auteur ira à une association que je soutiens depuis longtemps, la Quadrature du Net". (voir http://standblog.org/blog/post/2016/11/05/Livre-surveillance-premier-bilan ).

        Tout ça ne veut pas dire que je sois 100% "pur" et cohérent : je tape ce commentaire sur mon vieux MacBook Air, et je le reconnais. Mea Culpa.

        --Tristan

        • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

          Posté par (page perso) . Évalué à -1 (+0/-3).

          Ça existe ça, un «vieux Mac Book Air» ?
          C’est le PC portable des fameux «ingénieur junior avec 10 ans d’expérience» que cherchent toutes les boites, probablement :-)

        • [^] # Re: Pas si simple et arguments limites

          Posté par (page perso) . Évalué à 0 (+0/-2). Dernière modification le 09/11/16 à 17:39.

          note : je n'ai rien contre Tristan NITOT (que je ne connais même pas de loin), et ne connais pas spécialement son travail, ses contributions.

          Je ne vois pas de contradictions entre le commentaire d'auroeboreale et ta réponse.
          « qu'est-ce qu'on doit pas lire comme conneries » n'est pas justifié. Ou alors il manque des arguments.

          j'étais sans salaire pendant 21 mois

          Le fait d'être sans salaire, c'est le cas d'une immense majorité de créateurs d'entreprise, et de bien d'autres personnes. Entre autres les gens qui veulent obtenir une bonne position dans une association, un gouvernement, etc.
          Donc pas un argument.

          trois mois de travail investis dans ce livre

          Trois mois à temps plein ? Ou plutôt 15 heures par semaine (soit 180 heures en tout. Chez moi ça fait 3 semaines) ?
          C'est du simple au triple suivant ton volume de travail habituel.
          Je pense plutôt que c'est équivalent à 3 mois (donc étalé sur 6 mois ?), car je vois mal un bouquin torché en 180 heures.

          l’essentiel de mon avance sur droits d’auteur ira à une association

          Si ça se trouve l'avance se monte à 800 €. Dans ma vie j'ai donné bien plus que 800 € au libre en général, et pourtant je ne suis pas un grand libriste.
          Pas un argument non plus.

          Bref « qu'est-ce qu'on doit pas lire comme conneries » n'est pas justifié.

          Le problème n'est pas de savoir si Machin ou Truc sont des supers contributeurs ou pas. Le problème pèse plutôt sur la fondation. Pas mal de monde trouve que Mozilla est devenu une entreprise « normale », qu'elle dépense des sommes importantes dans autre chose que le développement. Donc forcément le « patron » qui est présenté comme le sauveur de l'humanité (je force un peu le trait, on est d'accord), ça les fait réagir.
          Alors peut-être que c'est nécessaire de dépenser des sommes importantes en communication, en bureau en plein Paris. Ou pas. Le résultat est là : il y a un paquet de gens qui trouvent ça très (très) en dehors de ce qu'ils considère comme étant une entité pro-libre.
          Qu'ils aient raison ou pas ne change rien, c'est juste un fait.

  • # Le premier (tout petit) pas

    Posté par . Évalué à 8 (+8/-1).

    J'ai un doute que quiconque sur ce site soit la réelle cible de ce livre. Mais voilà, je fais partie de ceux qui, parfois, tentent d'expliquer que la surveillance automatisée, c'est pas bien. Certains le savent et me disent : « oui, ben c'est comme ça », comme si c'était le progrès et qu'il faut faire avec. Et bien ceux là, ce sont les plus compréhensifs…
    Je mettrais bien ce bouquin dans la main de plein de gens. Même pas dans l'espoir qu'ils prennent en compte ce qu'il raconte, mais pour que, le jour où un vrai problème arrivera, ils ne puissent pas être surpris.

    Donc je résume : c'est sûrement pas avec un livre qu'on fera changer les choses, mais franchement, c'est déjà mille fois mieux que rien du tout. Donc merci.

    Ah, et une autre critique du livre par le fameux Stéphane Bortzmeyer

    • [^] # Re: Le premier (tout petit) pas

      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

      Voyez-le plutôt comme un livre qui vous donnera des armes pour les repas de famille sur le sujet. Où encore un livre à offrir pour prouver que vous n'êtes pas paranoïaque

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: Le premier (tout petit) pas

      Posté par . Évalué à 5 (+4/-1).

      mais pour que, le jour où un vrai problème arrivera, ils ne puissent pas être surpris.

      C'est un raisonnement de témoin de Jéovah. Tu penses avoir une obligation morale de moyens, et pas d'obligation de résultats. Si tu ne crois pas que ça va t'emmener au paradis, pourquoi est-ce que tu t'em… à ne pas convaincre les gens? C'est juste pour faire la conversation?

      Au passage, peut-être que ce que ces gens essayent de te dire, c'est qu'ils n'ont rien à faire des lamentations autour d'un problème tant qu'on n'a pas de solutions pragmatiques à leur proposer.

      • [^] # Re: Le premier (tout petit) pas

        Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

        Raisonnement de témoin de Jéhovah, ça va un peu loin, mais bon, je vois l'idée.

        Oui, je pense avoir une obligation morale de moyens. Et heureusement que je ne me mets pas la pression pour une obligation de résultats : c'est le rôle d'un activiste. Ils sont importants, je les respecte. Mais je ne suis pas un activiste, pour différentes raisons. Finalement, je pense qu'avoir une obligation de moyens, c'est déjà mieux que rien du tout. Je n'essaye pas de parler de ce sujet à tout bout de champ; quand la situation se présente, j'en parle, avec des arguments. C'est une sorte de sensibilisation à un sujet que beaucoup de gens voudraient qu'on ignore.

        Ensuite, considérer que les gens n'ont rien à faire des lamentations, c'est un peu les prendre pour des idiots. Parfois, amener un sujet avec les bons arguments permet de faire connaître un problème. Comme tous ces reportages « choc » à la télévision. Certains seront marqués plus ou moins longtemps. Beaucoup ne feront rien sans solution pragmatique. Mais dès qu'un once de solution apparaîtra, certains n'hésiteront pas à l'utiliser.

    • [^] # Re: Le premier (tout petit) pas

      Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

      J’aime beaucoup la conclusion :

      Déclaration de conflit d'intérêts : j'ai reçu un exemplaire gratuit de ce livre, mais il n'était pas accompagné d'une bouteille de vin, donc j'écris cet article à jeun et en toute objectivité.

      C’est vrai que la graisse à patte se perd… même si la graisse est de moi.

  • # Flashblock

    Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

    j'utilise Firefox avec Flashblock

    Parce que ne pas installer Flashplayer ou le désactiver n'est pas suffisant pour Firefox ? Quelque chose m'échappe.

    • [^] # Re: Flashblock

      Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

      Dans le livre, Tristan explique qu'il ne bloque que la publicité Flash. CQFD. C'est un choix.

      • [^] # Re: Flashblock

        Posté par . Évalué à 2 (+2/-0).

        Aujourd'hui flash on en a de moins en moins besoin de toutes les façons. Youtube et Google convertissent beaucoup de contenu Flash à la volée et bientôt flash sera bloqué par défaut dans Chrome.

    • [^] # Re: Flashblock

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      En tant que visiteur d'un site on peut avoir besoin de Flash, hein… Comme l'explique Tristan Nitot il s'agit d'être efficace en étant pédagogue. Tandis qu'il y a peu de distance entre « enlève Flash!» et « enlève Windows!».

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

  • # Flicage

    Posté par . Évalué à 3 (+4/-1).

    Je suis curieux de voir ce que donne « flicage » (le nom initial) une fois passé par les fourches caudines la relecture bienveillante de l’éditeur.

    En tout cas, dans les conférences de développeurs libres ― supposément mieux informés sur le sujet que la moyenne ― l’idée ne semble pas avoir gagné les cœurs. Sans vouloir extrapoler, convaincre le quidam de quitter le modèle du tout-gratuit-qui-fonctionne-et-que-tout-le-monde-utilise et de cesser de confondre la simplicité (qu’il recherche légitimement) avec la facilité (à laquelle il cède) demandera encore beaucoup d’efforts.

    • [^] # Re: Flicage

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+4/-1).

      convaincre le quidam de quitter le modèle du tout-gratuit-qui-fonctionne-et-que-tout-le-monde-utilise et de cesser de confondre la simplicité (qu’il recherche légitimement) avec la facilité (à laquelle il cède) demandera encore beaucoup d’efforts.

      C'est vrai. Mais ça ne me fait pas peur. Faire ce livre m'a demandé beaucoup d'effort, et je le fais, parce que je pense que c'est utile. Faire Firefox (ou plutôt Mozilla Europe), en son temps, c'était beaucoup d'effort, mais ça méritait d'être fait. Et contre toute attente, ça a fonctionné. Il faut à la fois savoir s'investir dans des choses qui le méritent et savoir choisir ses combats.

      --Tristan

      • [^] # Re: Flicage

        Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

        Loin de moi l’idée que l’entreprise serait vaine mais, à l’instar des pratiques alimentaires, elle se limitera probablement pour un long moment à un premier cercle — dont je suis — avant de se diffuser plus largement.

        Le succès de Firefox a pu être relativement rapide car mis à part les marque-pages et certaines applications d’entreprise, il n’y avait pas grand chose qui justifiait l’accoutumance à un navigateur. Les services en ligne sont d’une autre nature et exercent une emprise autrement plus forte.

    • [^] # Re: Flicage

      Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

      convaincre le quidam de quitter le modèle du tout-gratuit-qui-fonctionne-et-que-tout-le-monde-utilise et de cesser de confondre la simplicité (qu’il recherche légitimement) avec la facilité (à laquelle il cède)

      Ah, cet argument m'étonne. Quelle serait cette « simplicité » auquel le quidam n'aurait pas accès lors de son utilisation des gros services que tout le monde connaît ? Et comment peux-tu considérer que les gens recherchent la simplicité, d'ailleurs ?

      • [^] # Re: Flicage

        Posté par . Évalué à 0 (+0/-0).

        Quelle serait cette « simplicité » [à laquelle] le quidam n'aurait pas accès lors de son utilisation des gros services que tout le monde connaît ?

        Le quidam y a accès, mais en cédant à la facilité de ne pas lire, de ne pas comprendre ou d’accepter sans réserve les conditions d’utilisation auxquelles il consent. Le sens que j’ai donné aux mots implique que l’un (la facilité) contient l’autre (la simplicité) et le surcharge par des contraintes non-techniques. Il s’agit de faire comprendre que de tierces solutions existent qui ne comportent pas ces contraintes mais d’autres qui réclameraient certes un effort supplémentaire (technique, financier ou autre) mais permettaient un choix plus cohérent.

        Et comment peux-tu considérer que les gens recherchent la simplicité, d'ailleurs ?

        En plus de l’avoir constaté moi-même en maintes occasions, mon petit doigt me l’a soufflé.

  • # Ne toucher pas à mon commentaire ...

    Posté par . Évalué à -3 (+8/-12).

    … ni plussage, ni moinssage !

    LinuxFR vous surveille -> Ils vont changer le X de "Il vous reste X avis" de votre compte.

    Un jour j'ai plussé innocemment un commentaire -> badabam, ils m'ont sucré un avis et en plus comme je voulais vérifier qu'il y avait bien un truc louche autour des notes sur commentaires j'ai voulu moinser ce que j'avais plusser [Comme cela on pouvait pas vraiment savoir ce que je pensais réellement], figurez vous que je ne pouvais plus rien faire ! nada, muselage. Ils avaient déjà découverts que je devais être un élément perturbateur et ils m'ont interdit de revenir sur ce que j'avais déjà fait!

    Bref, ne faites rien. Ils ont déjà vos pseudos, vos IP, votre version de SE et de Navigateur.
    Ils connaissent vos moments de "moulage" les plus intenses. Ne vous faites pas enlever vos avis !
    C'est la dernière chose qui vous reste

  • # Et Facebook ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+14/-0).

    Avons-nous des solutions contre Facebook ?
    Facebook propose des outils publicitaires et marketing dont le ciblage est d'une précision et d'une efficacité effrayante.

    Voici un exemple pour en illustrer quelques aspects :
    Je vends des livres de cuisine professionnels — les livres d'Alain Ducasse. Une campagne publicitaire sur Facebook va, pour quelques euros dépensés, m'en rapporter plusieurs milliers en peu de temps.
    Grâce à Facebook, ma campagne va s'adresser d'abord aux étudiants en cuisine ou en pâtisserie du niveau Bac pro ou BTS, qui sont motivés et qui prévoient une carrière dans la gastronomie. Ces livres étant chers, il leur faut des parents aisés, prêts à dépenser pour leurs rejetons.
    Noël approchant je m'adresse aussi aux amateurs gastronomes très expérimentés, je définis des profils très ciblés :
    1. La fine cuisinière équipée chez La Cornue, Lacanche ou Godin, vivant dans une campagne préservée de tradition gourmande (et aux contours géographiques bien délimités), à 10 ou 25 km d'une petite ville, propriétaire d'une belle demeure et qui paie NNNNN impôts par an. Cette femme a au moins 3 enfants.
    2. Une cadre supérieure qui veut l'offrir à son mari. Ils vivent à l'étranger autour du Pacifique, mais voyagent assez peu. Les pays cibles sont connus pour leurs paysages de carte-postale et leur haut niveau technologique. Ils mangent de temps à autre chez des chefs étoilés. Il est passionné de cuisine, il goûte à tout.
    3. Un homme qui voyage beaucoup, mais pas avec n'importe quelle compagnie, etc.

    Vous saisissez ? si on peut être aussi précis, c'est parce que Facebook a toutes ces informations, Facebook dispose d'une énorme quantité d'informations qualitatives sur tout le monde. Et le plus dingue? ma campagne va lui en apporter encore plus.
    En vrai, la campagne ne se limite pas à cette petite pub : Facebook propose des outils de conversion (pour convertir en vente un intérêt pour ma pub), de retargeting (pour re-capturer quelqu'un peu intéressé), des outils pour déterminer à quels instants ma vidéo publicitaire va faire son effet sur tel ou tel profil client. Et en vrai, tous ces outils vont encore alimenter la machine Facebook tout en dopant l'efficacité de ma campagne.
    Tout ça, pour quelques euros.

    Donc, pour vendre, Facebook est une machine de guerre. À la fin des années 90 j'ai joué un peu avec le marketing viral que je trouvais assez dangereux par son influence sur le comportement. Ce n'était rien. Facebook quant à lui ne touche pas à votre vie, il se contente d'accumuler les données qualitatives. Sa précision me permet de rigoler devant Google Adwords (par exemple), car l'audience que Facebook amène est à 70% (au moins) celle qui va m'acheter quelque chose. Et le plus fort ? c'est qu'ils sont tous contents : acheteurs ou pas, ils sont ravis d'avoir visité une boutique en plein dans leur passion!

    À ma connaissance, le marketing viral a perdu de son efficacité parce qu'on apprend à se méfier des leaders d'opinion, parce que l'école nous enseigne à recouper l'information, etc. Mais comment contrer Facebook ? Le monde du Libre s'émeut de son hégémonie et tente de promouvoir d'autres réseaux sociaux, mais…
    … avons-nous bien compris, nous gens du libre, pourquoi Facebook intéresse autant les investisseurs et en tirons-nous correctement les conséquences ?
    Nos clones de réseaux sociaux ne peuvent pas lutter en ne s'occupant que de l'hégémonie du réseau, l'arme est mal dirigée… tandis que celle de Facebook est teeeeeellement bien puisqu'elle permet aux abonnés de « se procurer » ce qu'ils aiment.

    À ce point là je n'ai rien à proposer. Je m'inquiète, tout en utilisant Facebook pour mon petit commerce. L'hégémonie ? mmmmoui… par contre la puissance marketing, aïe! aïe! aïe!

    "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: Et Facebook ?

      Posté par . Évalué à -2 (+1/-4).

      Diaspora* ? ou Framasphere ?

      • [^] # Re: Et Facebook ?

        Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

        Y convertir tes amis, ce n’est déjà pas facile (sauf si tu n’as pas d’amis et qu’en plus ils ne sont pas sur FaceBook — du coup, ça exclut clairement les « amis FaceBook »).

        Mais si c’est comme ZeroHeure pour tenir un commerce, il faut bien s’installer dans les rues où les gens passent, même si elles sont remplies de caméras de surveillance (et si les caméras permettent de repérer les clients, ça ne nuit sûrement pas)…

        Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

    • [^] # Re: Et Facebook ?

      Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

      propriétaire d'une belle demeure et qui paie NNNNN impôts par an. Cette femme a au moins 3 enfants.

      C'est avéré ce genre d'informations collectée par Facebook.

      Que Facebook sache combien j'ai d'enfants, OK. Mais combien je paye d'impôts ou devine mon niveau de revenu. Je suis extrèment septique.

      Tu as des sources dessus??

      • [^] # Re: Et Facebook ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+6/-1).

        Je suis extrèment septique

        J'hésite pour la correction de cette phrase. Voulais-tu dire

        1. Je suis un excrément septique
        2. Je suis extrêmement sceptique

        Cela permettra de mieux comprendre ton propos ;-)

        • [^] # Re: Et Facebook ?

          Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

          Désolé le c est resté sur mon clavier.

          Je suis extrêmement sceptique

      • [^] # Re: Et Facebook ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Attention j'ai décrit ma cible mais ce n'est pas en ces termes là que ça se passe sur Facebook.
        La localisation géographique (extrêmement précise), la langue, la nationalité ne posent pas de problème. Pour le reste il faut traduire ma description en centres d'intérêts, en comportements et en catégories.
        Je ne peux pas expliquer en quelques lignes, ça occuppe pas mal de monde actuellement et de bon gros pavés sortent sur le sujet. Voici une brêve intro par Facebook soi-même : https://www.facebook.com/business/products/ads/ad-targeting (les catégories de partenaires sont très puissantes).

        Et note bien que ça ne se limite pas à la pub sur Facebook. Facebook commercialise Atlas qui est une régie publicitaire proposant du marketing à la personne (ultra-ciblé, donc) partout en ligne.

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: Et Facebook ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+2/-0).

      Merci pour ton commentaire, je n'y avais jamais pensé de ce point de vue là.

      Pourtant, c'est la fonction principale de Facebook. Et effectivement, les alternatives se focalisent sur les utilisateurs qui vendent leur vie privée, mais pas sur ceux qui l'achètent. Du moins, je n'en ai pas connaissance.

      C'est dommage, car il y a sûrement un moyen de concilier vie privée et publicité ciblée. Le challenge est de taille par contre.

  • # Linux ?

    Posté par . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 28/10/16 à 01:15.

    Commencer par lui dire « reformate ton disque et installe Linux Mint », c'était trop de responsabilité, un trop grand risque de lui faire perdre ses données et le dégouter de sortir de sa zone de confort informatique, déjà pas bien étendue
    (…)
    c'est maintenant qu'il faut l'ouvrir pour éviter d'entrer dans un état de surveillance, antichambre de la dictature

    Il y a plein de choses (simples et moins simples) pour échapper à la surveillance "publicitaire" un peu partout sur le web (mouchards, GAFA…). Par contre, échapper à la surveillance des états (notamment US) me semble plus difficile sans passer 1°/ sous un OS auditable et de confiance (donc libre), 2°/ avec du matériel de confiance (certaines cartes ARM ou un laptop avec Libreboot sont davantage de confiance que les derniers ordi qui ne bootent pas sans le Management Engine…), 3°/ avoir un OS minoritaire en parts de marché et sérieux sur les MAJ de sécurité signifie aussi être moins vulnérable aux malwares (qui peuvent aussi provenir des états)

    Bref, je pense que Linux fait aussi partie de la solution…

    • [^] # Re: Linux ?

      Posté par . Évalué à 7 (+5/-0).

      Par contre, échapper à la surveillance des états (notamment US) me semble plus difficile

      Échapper à la "surveillance" de ton propre État (quand il s'agit d'un état de droit, que la surveillance est contrôlée par un juge dans le cadre d'une procédure conforme à la constitution, etc) pose en plus des questions de légitimité (ce n'est pas une liberté fondammentale que d'échapper à une enquête de police).

      • [^] # Re: Linux ?

        Posté par . Évalué à 1 (+0/-1). Dernière modification le 28/10/16 à 11:41.

        …mais les US ne sont pas mon propre état (la Chine non plus).
        Par ailleurs, je n'ai parlé nulle part d'échapper aux enquêtes de police, mais j'ai simplement dit que migrer sous Linux et sur du hardware de confiance permet d'éviter des choses plus sournoises (et sans contrôle d'un juge) telles que backdoors/malwares dans ton OS ou dans ton hardware !

        Mais du reste il y a une vraie opposition entre tes propos ("état de droit") et ceux de T.Nitot ("état de surveillance, antichambre de la dictature")…

  • # Merci

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+9/-0).

    Merci DLFP pour la petite interview et merci Tristan Nirot pour le concours.

    Je suis également intéressé par le sujet de la surveillance, seulement j'ai du mal à sensibiliser mon entourage avec ça. Le fameux argument du "Je n'ai rien à cacher" ressort inlassablement. Je leur rétorque de me confier les identifiants de leur boîte mail puisqu'ils n'ont rien à cacher et jusqu'à aujourd'hui personne ne me les à encore donner. Pourtant ça ne les fait pas plus prendre conscience des enjeux concernant la vie privée…

    Qu'utilisez vous comme arguments pour tenter de convaincre vos proches ou bien même des inconnus ? Avez-vous des analogies simples permettant d'aider ces personnes à comprendre ce qu'est la surveillance et pourquoi nous avons tous quelque chose à cacher ?

    Merci par avance pour vos réponses.

    La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas sentis la différence.

    • [^] # Re: Merci

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+15/-0).

      Dans ce type de cas, je te conseille deux ou trois choses :

      • Les exemples concrets donnés par Tristan dans son bouquin sont très parlant et convaincants. Mais ce n'est pas forcément ce qui va emporter le morceau avec une assemblée vraiment indifférente ;
      • Demande leur d'imaginer ce qui se passerait avec un extrême au pouvoir qui aurait dans les mains des possibilités de surveillance illimités. Il n'aurait toujours rien à cacher ?
      • J'ai trouvé le parallèle donné par E.Snowden vraiment efficace dans ce genre de situation. Je cite:

      « […] help them think for a moment about what they're saying. Arguing that you don't care about the right to privacy because you have nothing to hide is no different than saying you don't care about free speech because you have nothing to say. » (Source : AMA avec Snowden sur Reddit]

      Ce qui peut se traduire rapidement par

      « […] aidez les à réfléchir 5 minutes à ce qu'ils viennent de dire. Prétendre que votre droit à une sphère privée n'est pas important parce que vous n'avez rien à cacher, n'est rien d'autre que de dire que la liberté d'expression n'est pas essentielle, car vous n'avez rien à dire. »

      • [^] # Re: Merci

        Posté par . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 28/10/16 à 10:58.

        Ce qui peut se traduire rapidement par

        « […] aidez les à réfléchir 5 minutes à ce qu'ils viennent de dire. Prétendre que votre droit à une sphère privée n'est pas important parce que vous n'avez rien à cacher, n'est rien d'autre que de dire que la liberté d'expression n'est pas essentielle, car vous n'avez rien à dire. »

        Magnifique phrase que je ne connaissais pas … merci au passage pour la découverte.

        Sinon quand je regarde autour de moi : les utilisateurs de Smartphone Facebook Snap et autres plaisanteries …
        sont essentiellement des ados, avec un age plus ou moins avancé, et les notions de vie privée, liberté d'expression ne restent pas longtemps dans ces cervelles juvéniles.
        Chassées par le buzz d'une star quelconque ou d'une pub de la super coque qu'il me faut tout de suite …
        Et je dirais même bien souvent le fait de se voir proposer des pubs ciblées et presque vu comme une reconnaissance.

        Et c'est ce qui m'inquiète le plus …

        Toujours est il que en plus de la perte de notion d'espace privée, l'esprit critique se dilue de plus en plus et va peut être finir par disparaître.
        De plus en plus de personnes ne font qu'approuver des choix : de vêtements, chaussures, maquillages, jeux … insufflés insidieusement par leur smartphone et/ou les médias.

        Alors quand il s'agit d'insuffler des comportements, des modes des pratiques … cela peut devenir dangereux

        Il y a plus de 30 ans un prof nous avait fait étudier en classe (de 3ème je crois) un texte qui en substance disait :

        "donnez moi carte blanche et avec les médias (TV, Radio, journaux …) je peu rendre la France anti sémite en un mois"

        Qu'en est il maintenant ? avec la puissance de feu de nos médias actuels ? et avec les données qu'ils possèdent ?

        Né avant Internet, que deviendrons ceux né avec ?

        Sur ce joyeux Halloween :) ou Toussaint comme vous voulez

        PS: j'ai acheté le livre … aussi je me retire de la compétition

      • [^] # Re: Merci

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-0). Dernière modification le 28/10/16 à 16:36.

        Merci Florent Zara pour ces conseils. J'apprécie la citation de Snowden que je ne connaissais pas, elle est lourde de sens. Je me ferai un plaisir de la réutiliser.

        La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas sentis la différence.

    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 28/10/16 à 09:19.

      Comme toi je demande des infos personnelles qu'évidemment mon interlocuteur ne me donne finalement pas.

      Mais cette méthode a une limite : "je ne veux pas te la donner parce que je ne te fais pas confiance, par contre j'ai confiance en mon gouvernement". En effet, la surveillance de masse par Facebook, les gens sont déjà à peu près convaincu de ses limites, de ses dérives et de ses dangers. Mais pour ce qui est de la surveillance du gouvernement, le spectre du terrorisme fait que les gens continuent de penser que la surveillance est bénéfique.

      Ce que je dis alors c'est que certes aujourd'hui on a un gouvernement globalement honnête dans lequel on peut avoir quelque confiance, sans aucun doute. Mais un fichier est un fichier. On ne le détruit pas comme ça, et quel sera le gouvernement demain ?
      De plus qui nous dit que ces fichiers sont à l’abri des indiscrétions ? Qu'ils sont bien sécurisés ? Qu'ils sont strictement sans aucune erreur ?

      Et quand quelqu'un dit "je n'ai rien à me reprocher", je lui répond qu'on se fiche de ce qu'il se reproche, c'est pas lui qui juge, c'est le détenteur du fichier qui juge. Et le détenteur du fichier, ça change, ça passe les époques, les modes, l'opinion publique qui change etc.

      Mais c'est pas facile tout ça, je pense principalement parce qu'on (moi le premier) n'a pas vraiment conscience du contenu de cette surveillance : que sait-on sur nous ?

      • [^] # Re: Merci

        Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

        J'ai l'impression que dans ce que tu appelles "surveillance", il y a deux aspects : l'aspect surveillance légale, passée au crible de la constitution, dans le cadre de procédures (normalement) très encadrées, et l'aspect surveillance à l'arrache par des services plus ou moins louches.

        Si quand tu portes plainte contre quelqu'un l'affaire se termine systématiquement par un non-lieu parce que le gars protège ses informations de telle manière que les services de police et la justice ne peuvent pas y avoir accès, ça pose aussi un gros problème en termes d'état de droit.

    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

      Je pense que la plupart des gens sont convaincus de l'existence de la surveillance, mais qu'ils sont fatalistes, pour eux c'est quelque chose d'inévitable. Et pour vivre avec quelque chose d'inévitable, le plus simple est de l'oublier.
      De plus, même s'ils sont convaincus de l'existence de la surveillance, ils ne l'éprouvent pas physiquement dans leur vie quotidienne. Pas de regard scrutateur derrière une fenêtre, pas de remarque du voisin, anodine mais qui montre qu'il sait tout des gens qui viennent nous voir, pas de visite du secrétaire du parti demandant pourquoi on n'est pas venu à la dernière réunion de section, pas de confession obligatoire avant d'aller communier, etc.
      Tout ça fait que la surveillance sur le net est très abstraite et que pour la plupart des gens il est difficile de se sentir vraiment concerné.

      • [^] # Re: Merci

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Sans oublier ceux qui sont convaincus que c'est une bonne chose.
        Malgré tout, beaucoup de gens sont réellement persuadés que la surveillance actuelle leur apporte plus de bienfaits que de méfaits.

    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à -8 (+2/-2).

      Salut à toi,

      Pour sensibiliser ton entourage à la surveillance et dépasser le "Je n'ai rien à cacher", je te propose de visionner une conférence de Julien Vaubourg justement titrée « Je n'ai rien à cacher » qui est très didactique à mon goût, très bien construite et concise.

      Le conférencier se présente comme docteur en informatique, président de l'association Lorraine Data Network (LDN - un FAI/hébergeur participatif membre de FFDN) qui défend un Internet libre neutre et décentralisé, en particulier en Lorraine ; il s'est inspiré de contributions exposées sur un Framapad titré rien-a-cacher ; la conférence a été donnée le 17 avril 2014 dans le cadre de la Journée ISN-EPI (Loria) ; durée : 22'40" ; vidéo au format MP4 ; résolution : 640x360.

      Tu trouveras la vidéo sur cette page de la radio associative Libre@Toi*. En regardant le code source de la page, je trouve le lien direct vers la vidéo : le voici.

      Pour référence : sur le site, il est proposé une série de 4 articles (à cette date) intitulés « Liberté, égalité, surveillés ». La page précitée est le 4e article de cette série. Voici la liste exhaustive des liens vers ces articles : [01], [02], [03], [04]. Voici la page de la rubrique Surveiller et punir qui référence ces articles ainsi qu'un cinquième, à cette date (cette page est accessible depuis le menu horizontal du bandeau supérieur du site : choix « Les outils et solutions » puis « Surveiller et punir »).

      SamWang, surveillant habilité à punir.

      • [^] # Re: Merci

        Posté par . Évalué à -9 (+1/-2).

        Je viens de ré-écouter cette conférence, pour me rafraichir la mémoire. Il faut admettre que les quelques coupures son (à la louche peut-être 30 secondes en cumulé sur l'ensemble de la conférence) sont pour une part très frustrantes, étant donné la pertinence du propos par ailleurs. D'un autre côté, il y a assez de contenu pour obtenir l'essentiel des informations transmises. Idéalement, l'auteur ou des contributeurs présents à cette conférence pourraient compléter les trous ;) C'est peut-être déjà fait ailleurs sur la toile…

        Sinon, un petit message à celui qui s'obstine à cliquer sur "inutile" systématiquement pour dévaloriser mes commentaires : 1) je ne suis pas éligible à l'obtention du livre pour des raisons diverses et 2) si tu es frustré de la pertinence de la critique du sionisme que j'ai exposée sur Linuxfr et que tu cultives le "ni pardon, ni oubli", tu devrais plutôt essayer de me faire gagner le livre pour que je transmette mon adresse postale à l'association Linuxfr pour ensuite demander à Ulcan de pirater ce qu'il faut pour récupérer l'information et faire ce qu'il te plait. Non ? Pour le reste, oublis tout espoir de me faire fuir et observe le respect naturel que je suscite chez toute personne sensée, comme on en trouve un certain nombre par ici.

        SamWang, surveillant habilité à punir ;)

        • [^] # Re: Merci

          Posté par (page perso) . Évalué à 0 (+0/-1).

          Merci pour la conférence, je m'en vais la regarder de suite. Et merci pour les divers liens.

          La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas sentis la différence.

    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à 10 (+12/-0).

      Je leur rétorque de me confier les identifiants de leur boîte mail puisqu'ils n'ont rien à cacher et jusqu'à aujourd'hui personne ne me les à encore donner.

      Personnellement, je trouve que le raisonnement par l’absurde fonctionne plutôt bien en mathématique. Mais ça marche beaucoup moins bien dans le cas de la vie privée. La principale raison est que le problème n’est pas binaire. Pour pousser le raisonnement de ton interlocuteur dans l’absurde, tu as forcément supposé le pire… Et l’improbable (donc sentiment de foutage de gueule).
      Est-ce que Facebook va cafter à madame si tu la trompes ? Non.
      Est-ce que Amazon va utiliser ta CB pour faire des achats ? Non.
      Est-ce que la NSA va annoncer que tu ramènes des croissants Lundi en utilisant ton adresse Yahoo ? Non.
      Est-ce tu as été trainé en justice après avoir partagé un contenu sous copyright sur Youtube ? Non.
      Au final, ton interlocuteur se referme et tu perds tout ton crédit.

      En l’état, les gens ont des choses à cacher uniquement si ça peut leur porter préjudice directement.

      • [^] # Re: Merci

        Posté par . Évalué à 2 (+2/-2).

        Est-ce que Facebook va cafter à madame si tu la trompes ? Non.

        Effectivement. Mais est-ce que Madame pourrait te soupçonner de faire certaines activités dans son dos, en voyant les pubs qui apparaissent quand tu es sur Facebook (et qui n'apparaissent pas sur son compte à elle) ? Déjà que tu as eu du mal à lui faire comprendre que la jeune Gwendoline dans la popup en bas à droite qui prétendait habiter ton bled et vouloir chatter avec toi n'existait pas…

      • [^] # Re: Merci

        Posté par . Évalué à 7 (+6/-0).

        C'est aussi à mes yeux une des grandes faiblesses de ce type discours : l'illustration par des cas limites ou hypothétiques d'une part, et de l'autre le manque d'exemples concrets, quotidiens et ordinaires.

        Mais Florent Zara écrivait un peu plus haut que les «exemples concrets donnés par Tristan dans son bouquin sont très parlant et convaincants». Je pensais d'abord les demander, mais j'ai finalement acheté l'ebook.

        Alors voici les exemples concrets (et seulement ceux-là) que j'ai relevé dans la première partie, «Souriez, vous êtes surveillés !».

        1. Le «Celebgate» : diffusion illégale de photos de nu de célébrités, stockées sur des serveurs de Apple.
        2. Utilisation par l'ING de certaines données bancaires de ses clients (achats et lieux d'achat) à des fins publicitaires, révélée en mars 2014.
        3. Uber : affichage sur grand écran des trajets des véhicules, et parfois aussi des noms des célébrités utilisant leurs services.
        4. Utilisation d'un podomètre, dans un procès, pour prouver une diminution de l'activité de la plaignante suite à un accident.
        5. Dénonciation à la police, par Google, d'un utilisateur de Gmail ayant envoyé une photographie pédopornographique par mail.
        6. Harcèlement organisé par un ingénieur de Google ayant illégalement accédé aux données privées d'utilisateurs mineurs.
        7. Expérience sur les effets du filtrage des contenus, menée par des chercheurs sur un panel de 700k utilisateurs de Facebook. Constitution de deux groupes : l'un soumis à des contenus positifs, l'autre à des contenus négatifs. Effets observés : messages plus positifs des utilisateurs du premier groupe.
        8. On estimerait qu'une expérience menée par Facebook, demandant à ses utilisateurs de répondre à la question «Un réseau social peut-il pousser les gens à voter ?», aurait amené 340k utilisateurs à voter, qui ne l'auraient pas fait sans cela.
        9. Anecdote rapportée par un data scientist : un père, qui s'était plaint à un supermarché que sa fille recevait par la poste des publicités de vêtements pour bébé et de berceaux, avait découvert par la suite qu'elle était enceinte. Le lien semble avoir été fait par l'utilisation de la carte de paiement ou de la carte de fidélité.
        10. Étude menée par Facebook sur les messages de certains utilisateurs, montrant que l'on pouvait, de la quantité et de la qualité de certains messages échangés par certains membres, déduire à peu près le moment où ils avaient commencé une relation amoureuse.

        Il me semble que ces cas illustrent plutôt deux problèmes qui, sans être totalement orthogonaux à celui de la surveillance, lui sont tout de même bien distincts : celui des responsabilités légales et professionnelles des acteurs collectant et traitant des données privées, et celui des effets et des usages du profilage que permet le big data.

        La suite de l'ouvrage m'apportera peut-être les exemples demandés, mais pour l'avoir survolé, je n'y crois pas trop.

      • [^] # Re: Merci

        Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

        Est-ce que la police peut jeter l'opprobre sur toi parce que tu as snapchatté imprudemnent ? Oui

    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à 5 (+3/-0). Dernière modification le 28/10/16 à 20:52.

      Bonsoir,

      J'essaie d'expliquer d'abord le contexte économique et politique de la surveillance, afin que l'interlocuteur n'ai pas une vision réduite de celle-ci. La principale surveillance s'opère par des boites privées américaines, c'est un fait à se remémorer, tout le temps. Puis les intérêts, donc le pourquoi de cette surveillance, afin là encore de ne pas perdre le fil conducteur et de permettre à mon interlocuteur de se faire son propre avis, "consentant et éclairé".

      Bref, c'est long, et c'est un chemin semé d'embuches.
      Bien plus long et compliqué à parcourir que ce discours de libertarien américain criant au scandale sur la surveillance étatique, alors qu'il baisse son pantalon devant la surveillance économique. Facebook, Google, Microsoft, sont les principaux acteurs, et le font pour des objectifs mercantiles sans aucun soucis de l'humain derrière le chiffre. Pas de juges, pas de contre pouvoir, pas de démocratie, ils sont tranquilles. Avec en alliés ces gens beuglant contre la surveillance d'état et participant à la destruction de celui-ci.

      Enfin j'expose clairement ma confiance envers un système judiciaire et ma défiance envers un système dirigé par le seul argent.

      Voilà, mes deux cents.

      « Une société dans laquelle les gens peuvent être surveillés à tout moment est une société qui pousse à la conformité, l’obéissance et la soumission, et c’est pourquoi tous les tyrans recherchent un tel système. »

      Ce bijou vaut aussi, et avant tout, pour les acteurs économiques. Bien plus que pour la puissance publique servant les intérêts communs.

    • [^] # Rien à cacher ?

      Posté par . Évalué à 3 (+3/-0).

      Voici une réponse que j'ai déjà utilisée avec un effet notable :

      • Tu n'as pas envie que tes enfants sachent ce que tu fais avec ta femme/ton mari (sous entendu le soir sous la couette)
      • Tu n'as pas envie que tes amis sachent ce que tu ne fais pas avec ta femme/ton mari (même sous-entendu)

      Je penses que ça marche pas mal, car on touche à un sujet partiellement tabou, et que ça insiste sur le besoin de cloisonner la diffusion de l'information.

  • # Les vraies verrues du 21eme ce sont les Smartphones et les bidules connectés

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+9/-0). Dernière modification le 28/10/16 à 10:41.

    A quel palier estime-t-on que la surveillance devient problématique, ou dans l'autre sens à quel niveau estime-t-on que l'anonymat est suffisant ?

    Si l'on veut aller dans ce sens le couple, OS + Logiciel Libre + VPN + essayer de se passer au mieux des outils Google, n'est que le niveau 0.

    Ne plus utiliser les réseaux sociaux, c'est simple, ne plus utiliser d'adresse Gmail, c'est simple également, se passer d'Amazon également.
    Faire le menage de son "e-profil" (Lorsque l'on tape son Nom+Prenom dans Google, ça peut réclamer une bonne dose d'effort et de temps en fonction du niveau d'infection …)

    Avoir des DNS propre, un fournisseur VPN (propre) ou vous n'est pas logué ça existe réellement ?
    Un service de messagerie propre, propre ça veut dire quoi au juste ? Faut bien que ça se posé quelque part physiquement dans une salle …

    A un moment vous mettez tout de même vos informations personnelles, ne serait-ce que pour l'aspect facturation, dans leur base sur une machine physique hébergée quelque part dans un datacenter sous contrôle d'une entité.

    Données stockée dans des Serveur Dell/HPE, avec des CPU Intel passant par des Routeur Cisco/Brocade (Remplit de backdoor NSA, Snowden l'a revelé), peu d'entreprises hormis celles touchant les secteurs stratégiques/défense s'amusent à flasher les firmwares usine pour mettre des firmwares maison à la sortie du carton … Bon Courage donc …

    Donc la solution serait de s'auto-hébergée entièrement, mais avec du matos 100% open-source ce qui niveau compatibilité va sentir bon les nuits sur les forums de geek à compiler du noyo et ester des drivers betas tout ça … Quelque chose d'accessible à l'utilisateur de mytf1.fr c'est évidement.

    Bon ça y est j'ai passé tous mes congés d'hivers à établir mon plan d'action sur mon ordinateur de bureau, j'ai ma brique Internet et tout, c'est plus propre, ouf ..

    Ha zut j'avais oublié de couper le GPS de mon Android dans la poche et ma montre poignet m'indique que je n'ai pas fait assez de sport cet hiver … dommage … bon j'vais aller retirer 20 balles avec ma CB mon boulanger ne prenant pas encore les BitCoins, il fait du bon pain mais l'aspect sécurité ça le dépasse. Y en a un p'tête un qui prend ça en charge dans ma région attends je vais regarder sur mon smartphone j'vais demander à Goo… ha le con :)

  • # Why you no host?

    Posté par (page perso) . Évalué à -1 (+1/-3).

    • [^] # Re: Why you no host?

      Posté par (page perso) . Évalué à -2 (+4/-8).

      1/ Les gens se foutent de ta gueule si tu leur balances ça comme ça de manière générique (car bon ils n'ont aucune envie de perdre de la connectivité si ils sont en voyage et que la machine ou la box ADSL décide de planter) vu que la façon de présenter est très accès "à la maison". Faudra un jour arrêter ce genre de "conseil" foireux qui fait prendre les défenseurs de la vie privée (par exemple) pour des guignols incapables de comprendre la problématique de l'hébergement (tu acceptes peut-être les problèmes liés à ton conseil, ça ne veut pas dire que les autres l'acceptent).

      2/ Tu n'as peut-être pas suivi où le monsieur travaille en ce moment… (et la communication de sa boite est bien plus pertinente, en ne parlant pas de "maison" dès la première page, ce n'est qu'une possibilité d'hébergement proposée parmi d'autres).

  • # Le meilleur commentaire !

    Posté par . Évalué à -6 (+1/-7). Dernière modification le 28/10/16 à 11:41.

    Ceci est le meilleur commentaire.

    Actions à mener, la 7 vous surprendra !

    1) faire un +1 sur le commentaire
    2) inviter vos amis à en faire de même.
    3) La 3
    4) Obi Wan Kenobi
    7) C'est tout…
    8) Surpris hein ;)

    Merci ! Et des bisous ( :* ) pour le livre !

  • # un commentaire intelligent ?

    Posté par . Évalué à -2 (+0/-2).

    Pour mon résumé, il faut comprendre les aboutissants des outils qui sont mis à notre disposition, et des pléiades d'informations contextuelles que nous laissons tel des trainées de comètes dans le ciel de nos horizons numériques.

    Faire le lien avec :
    "Si c'est gratuit c'est toi le produit."

    Pour sortir de cette enclave de cette moisson d'information.

    • [^] # Re: un commentaire intelligent ?

      Posté par . Évalué à -2 (+0/-2).

      la solution, couper le téléphone …OK
      Filtrer internet … OK
      couper la Box …

      bip bip bip
      Il n'y a plus d'abonner au numéro que vous avez demandé ….

    • [^] # Re: un commentaire intelligent ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+2/-0).

      "Si c'est gratuit c'est toi le produit."

      Donc si tu reçois ce livre gratuitement, c'est toi le produit ? ;-)

      • [^] # Re: un commentaire intelligent ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Clairement oui, vu que la personne participe à un concours qui a pour but de valoriser linuxfr et/ou de faire du buzz et/ou de faire passer l'auteur pour un mec bien et/ou etc. Et surtout, tout un tas d'autres personnes participent également à ce concours.

        Après, que ça fonctionne ou pas, c'est une autre histoire.
        Par exemple j'imagine que l'immense majorité des contributeurs du présent journal n'en ont strictement rien à carrer. Si je prends mon exemple, je n'ai même pas lu en quoi consiste le concours en question tellement je m'en cogne (ça doit tenir en 2 lignes, c'est dire). D'autres vont faire un peu attention à l'affaire, et d'autres vont carrément participer activement.

  • # Solution : mixer cozy cloud & lima ?

    Posté par . Évalué à 2 (+2/-1).

    Je viens de découvrir hier Lima qui a l'air d'un boîtier intéressant et simple d'utilisation.
    Si on pouvait installer cozy cloud sur ce genre de boîtier, on pourrait avoir une solution intéressante, non ?

  • # Il me le faut ^^

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

    Bonjour,

    Je passe pour un hurluberlu avec mon beaglebone + Sogo (bientôt Cozy Cloud ?) hébergé chez moi afin de me dé-google-iser, sans parler de l'utilisation assidue des applications frama*. J'ai conscience du problème mais n'ai pas les arguments pour évangéliser mon entourage, mes clients … ce livre me paraît être la solution.

    à bon entendeur ;-)

  • # Je vais faire confiance à /dev/random

    Posté par . Évalué à 0 (+2/-2).

    A défaut d'avoir quelque chose d'intelligent à dire, je vais faire confiance au générateur de nombres (pseudo)aléatoires et en espérant ainsi profiter d'une probabilité (pseudo)égalitaire de pouvoir me cultiver pendant les vacances de Noel.

    Datalove à tous
    :wq

  • # comme tout le monde fait son faux cul...

    Posté par (page perso) . Évalué à -1 (+1/-4). Dernière modification le 28/10/16 à 14:49.

    Bah moi je suis intéressé par un exemplaire gratuit. J'ai rien à dire de plus, le sujet m'intéresse d'autant plus que tout le monde s'équipe d'un smartphone… même mes enfants… ça animera nos mornes discussions familiales. (ça changera du "je peux pas jouer à mettre un titre tout nouveau de jeu ici mais pourquuuuooooiiii ??? saynul linusse." )

    Donc… chez lecteur, merci de bien vouloir me plussoyer.

    -> []

  • # Peut être pas la bonne approche ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+14/-0).

    Je n'ai pas lu le bouquin en dehors des extraits du Standblog, si cela se trouve je vais dire une grosse connerie.

    Mais je ne suis pas convaincu que la méthode de tout chiffrer et d'essayer d'être moins facilement surveillé soit la plus efficace.
    Je suis d'accord que cela reste quelque chose de nécessaire, à un certain degré, mais être sur la défensif sur le sujet permet au mieux de reculer l'inévitable de la surveillance généralisée si rien n'est fait en amont. Car je suis convaincu que ce problème ne peut être résolu que de manière politique et non techniquement. C'est pas terrible de vivre dans un monde où tu dois avoir peur de ton gouvernement ou d'une entreprise privée. De la même façon que ce n'est pas terrible à devoir sortir dehors armé pour se sentir en sécurité.

    La solution ultime est de faire en sorte que les communications en clair ne soient pas considérées comme lues par défaut. Il faut donc redonner à la justice sa capacité de contrôle indépendante du bien fondé des collectes divers et variés. Il faut également soutenir les lois qui permettent de limiter les capacités des entreprises à traiter les données personnelles n'importe comment. Soutenir également toute mesure en faveur de la neutralité du Net ou pouvant permettre l'émergence de services nationaux ou continentaux de qualité pour diluer la concentration des informations personnelles.

    En faisant cela politiquement, on revient à une situation qu'on pourrait juger de normal : on vit sans protections particulières car il n'y en aurait pas besoin. Un monde qui serait ainsi plus stable car non basé sur la méfiance.

    Nitot a sans doute exprimé des éléments politiques, ou pouvant aboutir à des résultats politiques au niveau de la population. Mais de la communication qui en a été faite, c'est très / trop axé sur la protection que sur le changement qui rendrait ces protections caduques, au moins partiellement. Pour aller plus loin, il faut aussi expliquer que les mesures participant à cette surveillance sont inutiles. En effet, beaucoup de gens sont prêts à sacrifier de la vie privée pour éviter des attentats et autres et du coup ils acceptent ces mesures liberticides sans broncher ou en se contentant à côté d'une légère protection.

    Il faut mettre en avant que ces mesures sont en plus d'être nuisibles, elles sont inefficaces. Le risque zéro n'existe pas, et n'existera hélas jamais. Et ce n'est pas en votant des mesures d'exceptions plus nombreuses que les gens auront ce qu'ils veulent. Il faut casser cette dynamique, expliquer à ces gens que ce qu'ils souhaitent est inatteignable et que ces mesures sont bien plus nuisibles envers des personnes lambdas qu'envers des gens qui menacent réellement la société (car ces gens là savent contourner la surveillance suffisamment longtemps).

    Après, chaque chose en son temps, il faudra des dizaines d'années pour inverser la tendance durablement je pense, car cela nécessite un long apprentissage sur la nécessité de la vie privée d'une part, mais aussi de l'inefficacité de ces mesures d'autres part. Pour qu'ensuite, enfin, la population rejette ces mesures et réclame même une suppression de nombre d'entre elles. Et cette éducation demande du temps, on a pu le voir avec Snowden qui malgré ses révélations fracassantes et bien relayées, la population ne s'est toujours pas emparée du sujet. Au contraire même.

    • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

      Posté par . Évalué à -1 (+1/-2).

      Mais je ne suis pas convaincu que la méthode de tout chiffrer et d'essayer d'être moins facilement surveillé soit la plus efficace.

      Ça dépend si on parle court ou long terme :
      - à court terme, la meilleure méthode c'est chiffrage/protection en attendant les mesures politiques
      - à long terme, la meilleure méthode c'est chiffrage/protection… en attendant les mesures politiques

      ah merde c'est pareil en fait ! haha

      C'est beau de rêver. Je rêve aussi, hein, mais le monde des bisounours est encore loin.

      • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+6/-0).

        Je ne pense pas que cela soit un monde de bisounours, je pense que c'est surtout la seule chose à viser à terme.
        On en doit pas vivre dans un État, ou une société, qui agit ainsi. Ce n'est souhaitable pour personne. Et s'armer numériquement ainsi sans chercher de solution au delà, c'est le meilleur moyen que le problème perdure.

        De la même façon que je ne sors pas armé dehors, que j'ai une peur légitime ou pas pour ma vie. On ne devrait pas à agir ainsi. Ici c'est pareil mais dans l'espace numérique, on n'a pas à adopter des comportements pour se protéger de quelque chose dont normalement on ne devrait pas avoir à se protéger. Même si, en l'état actuel des choses, il faut le faire, temporairement. Mais cela ne doit pas être une vision à long terme.

        De toute façon il faut être pédagogique, si on publie des aides pour protéger le citoyen normal, cela signifie de manière évidente que les criminels peuvent le faire voire le font depuis longtemps. Il faut donc montrer par là l'incohérence des mesures sécuritaires : la répression ne parvient pas à lutter contre les moyens de contournements de la surveillance. Donc la surveillance est inutile et ne concerne finalement que ceux dont la surveillance est à priori une arme inutile (car appliquée à des citoyens qui ne sont pas la cible annoncée des dites lois).

        Il faut inculquer cela à la population, qu'elle comprenne les enjeux pas que pour eux mêmes mais pour la société entière. Pour ensuite régler le problème politiquement, à terme.
        Si tu considères qu'il n'y a rien à faire, que cela ne changera jamais, alors on peut déjà considérer qu'on a perdu. Personnellement je ne pense pas que tout soit déjà fichu, et ce sans mener une révolution sanglante à côté. Faut communiquer, encore et encore. Bizarrement même les grandes compagnies, qu'on critique beaucoup, défendent nombre de mesures qui sont en faveur de la fin de cette surveillance généralisée. Comme Apple et Google avec le chiffrement, Google pour la neutralité du net, etc. Cela laisse largement une possibilité d'une amélioration sur ce terrain.

        • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

          Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

          Tout chiffrer n'est pas complétement la solution, parce que ls service secrets corrompent les certificats, cassent les algorithmes avant que cela soit public, ont des super calculateurs. Oui, cela ne fait pas tout, mais chiffrer, c'est une fuire en avant, une course à l'armement. Il faut aussi lutter politiquement pour que la surveillance généralisée soit interdite et décentraliser pour la rendre très compliquée (chiffrement ou pas).

    • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

      Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

      Intéressant, moi plus je pense à ce sujet plus je pense que le chiffrement (et particulièrement GnuPG est la solution).

      En effet, je suis à fond pour un internet décentralisé mais je vois bien qu'en pratique il y a aussi besoin de redondance (car mon PC est souvent éteint et que ma connections n'est pas forcément la bonne) et qu'il est plus facile d'avoir de contenus statiques (moins de maintenance, hébergement moins cher, peer to peer). La magie de OpenPGP/GnuPG c'est de me permettre de partager sans que l'hébergeur ai accès a mon contenu.

      Bref personnellement je pense qu'une grosse avancée serait de réussir un effort pédagogique autour des outils GnuPG, et d'autres concept pour simplifier son utilisation.

      Il y a pas mal de choses que je n'ai pas eu le temps d'approfondir comme l'architecture de SFLVault ou Keyringer, le net distribué de zeronet (j'ai testé rapidement et c'est vraiment cool), le partage sure avec syncany ou des concepts nouveaux comme keybase filesystem

      • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

        En effet, je suis à fond pour un internet décentralisé mais je vois bien qu'en pratique il y a aussi besoin de redondance (car mon PC est souvent éteint et que ma connections n'est pas forcément la bonne) et qu'il est plus facile d'avoir de contenus statiques (moins de maintenance, hébergement moins cher, peer to peer). La magie de OpenPGP/GnuPG c'est de me permettre de partager sans que l'hébergeur ai accès a mon contenu.

        Personne n'a dit, et sûrement pas moi, que le chiffrement était inutile. Notamment pour le cas d'usage que tu cites qui en a naturellement besoin. Mais pas tant pour la surveillance généralisée par ailleurs (car à priori la plupart des données que tu héberges chez toi sont à priori publics) mais pour la confidentialité des données sensibles type mot de passe surtout pour les hébergeurs ou particuliers externes plus que l'État.

        Bref personnellement je pense qu'une grosse avancée serait de réussir un effort pédagogique autour des outils GnuPG, et d'autres concept pour simplifier son utilisation.

        Même si on peut simplifier l'usage du chiffrement idéal, on va rester sur des mécanismes par essence complexe. Nous savons très bien que la sécurité, en posant des verrous dans l'usage d'un produit, va induire une complexification du dit produit à l'utilisation. C'est très difficilement d'introduire du chiffrement sans que cela ait un impact dans l'utilisabilité du logiciel.

        Du coup, pour que le chiffrement soit vraiment efficace, il faudra que l'utilisateur accepte de comprendre un peu plus comment sa machine fonctionne et ce n'est pas gagné.

        • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

          Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

          Du coup, pour que le chiffrement soit vraiment efficace, il faudra que l'utilisateur accepte de comprendre un peu plus comment sa machine fonctionne et ce n'est pas gagné.

          On est d'accord, je parle notamment de faire un effort pédagogique pour accompagner les utilisateurs dans l'utilisation de GnuPG. Mais des outils bien pensées peuvent également rendre la vie plus simple.

          • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

            Je trouve que ça résume bien le principe frein : si on trouve une solution pour que ce soit quasi-transparent pour l'utilisateur, alors le chiffrement et l'authentification se généraliserons.
            Mais vu que c'est « organiquement » pas tout à fait simple, je doute qu'on trouve. Donc éducation. Ça prend 2 générations, tout simplement.

    • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

      Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

      Le chiffrement massif (TLS Obligatoire pour HTTP/2 par exemple) a pour but rendre la surveillance massive économiquement insupportable. Et je pense que Tristan Nitot cherche ce but.

      Être surveiller parce que je fais l'objet d'une enquête de police, oui. Car à priori je vais rentrer dans une procédure judiciaire où le juge est garant de mon intérêt. Si je deviens accusé, il me donnera même la possibilité de démontrer où le procureur a tord (je suis innocent par défaut, il faut qu'il prouve que je suis coupable).

      La surveillance de masse qui alimente/rait à une justice administrative (où j'ai parfois le ressenti que l'on est coupable par défaut et que l'on doit démontrer que l'on est innocent) est dangereuse pour la démocratie. Si on te refuse un boulot tu dois savoir les raisons surtout si parce que le fichier de police est erronée ou bien que tu as homonyme terroristes sur Fessedebouc.

      "Une société où tu dois sortir en armure pour te sentir en sécurité est inquiétante" (reproduction de mémoire d'un intervant? Bayart, Nitot?)

      • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

        Le chiffrement massif (TLS Obligatoire pour HTTP/2 par exemple) a pour but rendre la surveillance massive économiquement insupportable. Et je pense que Tristan Nitot cherche ce but.

        Je comprends le principe, mais c'est une fuite en avant.
        Si tu cherches à rendre la surveillance non efficace, sans chercher à résoudre le problème politique, tu vas forcément assister à la réalisation d'un état totalitaire car l'armement va aller crescendo que ce soit dans les ressources allouées à la surveillance comme dans l'arsenal législatif. Et ce n'est pas bon.

        D'autant plus que le tout chiffrement n'est pas invulnérable, beaucoup trop de systèmes utilisent des clés ou algorithmes vérolés ou dépassés. Les agences d'espionnage ont un arsenal d'exploits pour contourner ce genre de limitations ou peuvent même limiter la puissance des algorithmes ou programmes notamment en étant présent lors de la normalisation ou en sabotant le système de certificats.

        Pour finir, le chiffrement protège souvent les données en eux même, le message, mais rarement les métadonnées qui sont souvent autant voire plus intéressantes que les données elles mêmes. Donc cela reste insuffisant pour une protection totale.

        Être surveiller parce que je fais l'objet d'une enquête de police, oui. Car à priori je vais rentrer dans une procédure judiciaire où le juge est garant de mon intérêt. Si je deviens accusé, il me donnera même la possibilité de démontrer où le procureur a tord (je suis innocent par défaut, il faut qu'il prouve que je suis coupable).

        Tout à fait, et c'est là où je veux en venir, si le tout chiffrement est une réponse partielle au problème, elle n'est pas totale ni à long terme. La réelle solution est le retour du plein état de droit, en supprimant toutes les exceptions législatives à un procès et une enquête équitable.

        "Une société où tu dois sortir en armure pour te sentir en sécurité est inquiétante" (reproduction de mémoire d'un intervant? Bayart, Nitot?)

        C'est benjamin Bayart qui utilise régulièrement cette analogie. Et il précise toujours qu'il ne croit pas lui non plus au tout chiffrement comme une solution au problème, il ne croit qu'en une solution politique à terme également.

        • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+0/-1).

          En lisant ton texte, on comprends :
          - le chiffrement n'est pas la solution
          - il existe une seule solution
          - la solution est politique

          Je doute vraiment que ce soit ta pensée :-)

          • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

            Je doute vraiment que ce soit ta pensée :-)

            Et pourtant, ce n'est pas si loin.
            Ce n'est pas que le chiffrement ne soit pas la solution et la politique le soit. Le chiffrement est une solution temporaire, voire définitive selon le contexte.

            En effet, si tu as peur de l'État, le tout chiffrement n'est pas une solution. Car cela exclu la question des métadonnées pourtant essentielle dans la question pour le gouvernement. Puis cela oublie que l'État a des moyens importants pour contourner certains mécanismes de chiffrement et que la répression en dehors du cercle numérique ne pourra aller que croissant avec cette réponse.

            Le chiffrement est cependant une solution adaptée à certain problème, comme une certaine décentralisation de l'hébergement, la confidentialité de certaines données vis à vis d'un citoyen extérieur à l'échange ou d'une entreprise. Pour tout cela, le chiffrement est une réponse suffisante et adaptée.

            Mais contre l'État, j'en doute, ni même contre les grandes entreprises du net comme les GAFAM qui eux peuvent avoir des moyens similaires aux États, qui possèdent la collection de données et veulent les monétiser à un certain degré. Pour lutter contre les dérives de ces entités, la réponse ne peut être que politique. C'est avec une réponse politique qu'on peut rétablir un équilibre des 3 pouvoirs pour limiter les effets nocifs d'une surveillance étatique. C'est grâce aussi à la politique qu'on peut voir émerger des champions européens du net pour contrebalancer ceux basés aux USA avec l'idéologie et le cadre juridique qui les accompagnent. C'est grâce à la politique qu'on peut instituer des lois favorables à la protection des consommateurs au détriment des entreprises. Avec du chiffrement, tu ne peux rien faire de tout cela, ou de manière marginale. En tout cas je n'ai pas trouvé de réponse probante à ces questions sur l'impact du chiffrement sur ces questions.

            • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

              Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

              Mais contre l'État, j'en doute, ni même contre les grandes entreprises du net comme les GAFAM qui eux peuvent avoir des moyens similaires aux États

              Il y a bien un moyen que les GAFAM ne possèdent pas et qui reste la prérogative des États : celui de définir le droit (pouvoir législatif), de rendre la justice selon le droit (pouvoir judiciaire) et d'exécuter les sentences juridiques via son bras armé (pouvoir exécutif). C'est là le domaine (et le seul) qui doit relever du monopole de l'État et sur lequel se fonde sa souveraineté. Raison pour laquelle, la réponse du chiffrement face aux États n'est qu'un pis aller — révélateur d'un recul ou d'une absence de l'état de droit — et la seule réponse qui vaille est politique c'est-à-dire juridique et non technique.

              Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

              • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

                Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

                Tout à fait, cependant j'aimerais rappeler que – comme le dit Lessig — « code is law » (« le code fait loi »), et que si l'État ne s'approprie pas le code, il ne pourra pas faire la loi dans le monde numérique. C'est pour dire qu'en plus de la volonté politique nécessaire pour faire respecter les principes du respect de la vie privée, il faudra que l'État réclame l'ouverture du code, et (selon moi) oblige à la libération des logiciels essentiels au fonctionnement de notre démocratie. Jusqu'où ? Le code des prestataires de services, le code des routeurs de l'Internet, le code des machines utilisées par les citoyens ? Bonne question, mais le logiciel libre est forcément la bonne réponse. Et ça tombe bien, on est sur LinuxFr !

    • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

      Posté par . Évalué à 0 (+0/-0).

      Sur le fond et dans l'absolu, je pense que tu as raison. Mais ce raisonnement n'est valable qu'à l'échelle d'une nation.

      Les internets étant par essence mondiaux, il est complètement utopique de croire qu'une même loi pourra s'appliquer uniformément.

      Ton analogie avec les armes en est un exemple. Il te semble normal en tant que français de ne pas porter d'arme à la ceinture pour te sentir protégé. Va en parler avec un texan…

      • [^] # Re: Peut être pas la bonne approche ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

        Je pense que justement, nous devons nous inquiéter et nous comporter que vis à vis du pays où nous vivons. Il est illusoire de croire que quoique tu fasses te met à l'abri de tous les pays du monde vois-tu.

        Car si je ne suis pas ravi de la surveillance américaine qui concerne le monde entier, les USA ne vont pas me faire un procès ou m'envoyer à Guantanamo si je suis en France. Et je ne suis pas très concerné par la bonne santé de la société et de la démocratie américaine (qui est selon moi un problème américain, après tout je n'ai pas de droits et les connaissances aux USA pour y changer quoique ce soit).

        Par contre, les services de renseignement français, et la société française (voire européenne), j'y suis concerné, j'y ai des droits et j'y ai des pouvoirs aussi pour y effectuer certains changements. Donc je vais chercher à me protéger et à changer ces institutions ou ces lois. Le fait que Internet soit mondial ne change rien, cela incite par contre à favoriser l'émergence de champions locaux pour que le droit français et européens s'y appliquent pleinement. Et j'ai bien plus peur de notre gouvernement que celui des USA car son pouvoir de nuisance sur ma vie et ma société y est plus grande.

        Car de toute façon, de par ce que je soutiens, défends ou je fais, il y a probablement pas mal de pays dans le monde où il pourrait s'il le voulait m'arrêter de manière totalement arbitraire. des pays du genre au Moyen-Orient, la Corée du Nord, certaines autres dictatures africaines et j'en passe. Et je en cherche pas à me protéger d'eux et je pense que pas grand monde ici ne se soucis que ses propos ne soient pas une injure envers certains dirigeants de pays que j’ai mentionné précédemment car on sait bien qu'en France on ne risque rien pour cela. Par contre tu éviteras peut être de te rendre dans ces pays pour y éviter des problèmes.

        Ton analogie avec les armes en est un exemple. Il te semble normal en tant que français de ne pas porter d'arme à la ceinture pour te sentir protégé. Va en parler avec un texan…

        Qui justement montre que de s'armer numériquement n'est qu'une fuite en avant. Malgré les armes très répandues dans la population américaines, cela conduit à un taux d'homicide par arme à feu particulièrement élevé (donc plutôt que d'établir une sécurité, cela conduit à une insécurité) et cela ne protège absolument pas la population des bavures policières ou des agressions gouvernementales type surveillance généralisée.

        Donc faire du chiffrement généralisé, c'est pareil, c'est une solution à court terme, mais pas la solution définitive à ce problème. Ce qui est mon ce que je défends.

  • # Trop vrai

    Posté par (page perso) . Évalué à 9 (+7/-1). Dernière modification le 28/10/16 à 16:55.

    Je pense que c'est un livre pertinent pour un public non sensibilisé. On y apprend par exemple que Tristan ■■■■■ avec ■■■■■■■■ mais aussi qu'il ■■■■■ un peu tout de même sur ■■■■■■■■■■. chut

    • [^] # Re: Trop vrai

      Posté par . Évalué à 1 (+1/-1).

      On pourra avoir les statistiques quand même ? Anonymisées, cela va de soi !

      • [^] # Re: Trop vrai

        Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+3/-0).

        Hyperlien ?utilisateur_pensant_a_surveiller

        • 36 hits de 36 IP différentes avec cette page
        • 91 hits de 6 IP différentes ayant cette page en referer

        Hyperlien /utilisateur_lisant_a_surveiller

        • 37 hits de 32 IP différentes avec cette page
        • 36 hits de 17 IP différentes ayant cette page en referer

        Hyperlien opinion.linuxfr.org

        • pas d'IP associée à ce sous-domaine, donc je ne peux pas répondre

        Image favicon.png?dissident

        • 4 IP différentes sont tombées en 404 (requêtes GET //linuxfr.org/favicon.png?dissident et GET ///linuxfr.org/favicon.png?dissident, avec les User-Agent okhttp/2.3.0 (deux fois), Evolution/3.22; Evolution-RSS/0.3.95 et Mozilla/5.0 (Windows NT 10.0; Win64; x64; rv:49.0) Gecko/20100101 Firefox/49.0)
        • 2968 hits par 2076 IP différentes
  • # Bon, comment fait-on pour échapper à cette surveillance ?

    Posté par . Évalué à -1 (+1/-4). Dernière modification le 28/10/16 à 21:24.

    En rendant tout public.
    Tout, pas seulement nos certitudes, nos choix, nos bonheurs, nos difficultés, nos questions mais aussi nos états d'âmes, nos contradictions, nos avis du moment qui peuvent changer, ce que nous pensons vraiment, à tel instant puis à tel autre après avoir écouté et s'être enrichis de l'avis des autres, nos revenus, nos feuilles d'impôts, nos désirs, bref ce que nous sommes. Tout.

    Nous apprendrons à être plus tolérants envers les autres, car finalement nous ne sommes pas si différents, et souvent ce que nous cachons n'est rien d'autre que l'expression d'une pudeur lointaine ancrée dans l'inconscient collectif, et n'as pas d'intérêt à être caché pas plus qu'à être mis en valeur. Nous apprendrons que l'autre n'est pas différent, et finalement nous apprendrons à nous connaitre.

    Le danger, il est réel, est que le faux semblant ne soit pas une étape mais un masque qui perdure, par le poids d'une pression sociale et/ou économique nous empêchant de mettre sur un canal public de communication ce que nous sommes vraiment, pour simplement laisser la place à ce que nous croyons être : ce que d'autres veulent de nous.
    Mais qui n'affronte pas le danger n'évolue pas.

    Libérer le code source social.
    hop, mes 2 cents, vous pouvez moinsser.

    • [^] # Re: Bon, comment fait-on pour échapper à cette surveillance ?

      Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

      En rendant tout public.
      Tout, pas seulement nos certitudes, nos choix, nos bonheurs, nos difficultés, nos questions mais aussi nos états d'âmes, nos contradictions, nos avis du moment qui peuvent changer, ce que nous pensons vraiment, à tel instant puis à tel autre après avoir écouté et s'être enrichis de l'avis des autres, nos revenus, nos feuilles d'impôts, nos désirs, bref ce que nous sommes. Tout.

      Je ne sais pas si ce serait une bonne chose.
      Mais en tous cas ce n'est pas possible. Nous n'avons pas assez d'une vie pour vivre et publier ce que nous avons vécu.

  • # je ne suis pas parano

    Posté par . Évalué à 0 (+1/-1).

    ce livre doit être superbe, pourvue que la cia, nsa,… ne sois pas liés à ce concours….

  • # Surveillances://creationmonetaireasymetrique.info

    Posté par (page perso) . Évalué à -1 (+2/-4).

  • # Ce serait pour offrir

    Posté par . Évalué à 0 (+2/-4).

    Perso j'ai rien à dire d'intelligent sinon "bravo". J'ai bien l'intention d'acheter le bouquin, par contre ce serait cool d'en recevoir un autre pour le faire circuler autour de moi :)

  • # Ghostery : ah ah, c’est allo win !

    Posté par (page perso) . Évalué à -1 (+2/-4).

    • [^] # Re: Ghostery : ah ah, c’est allo win !

      Posté par . Évalué à 0 (+1/-0).

      Bonjour.

      Pourquoi ne pas utiliser Disconnect qui est sous licence GNU/GPL?

      • [^] # Jeu de mots ! comme disait Maître Capello

        Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

        Je pense que c’était plus un jeu de mots sur le titre (ghost / Haloween) qu’une critique…

        Sinon, au niveau des extensions, j’ai pour ma part réduit la voilure pour gagner de la mémoire et du temps au démarrage (un navigateur, c’est mieux quand il bouge encore un peu et qu’éventuellement, on peut aussi lancer d’autres logiciels en même temps…).
        Adblock Plus et Ghostery, les deux plus gourmandes, en ont fait les frais au profit de uBlock Origin (avec entre autres la liste de Disconnect), sachant que j’ai aussi par ailleurs Noscript et Seft Destructing Cookies ou CookieKeeper.

        Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

        • [^] # Re: Jeu de mots ! comme disait Maître Capello

          Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+2/-0).

          Je pense que c’était plus un jeu de mots sur le titre (ghost / Haloween) qu’une critique…

          C’était plus une critique du fait d’utiliser un logiciel privateur alors qu’il y a des alternatives meilleurs tel Privacy Badger.
          Ça m’a fait bizarre de voir un logiciel non-libre qui espionne sur une interview pour un livre qui parle de surveillance://.
          Après, je conçois qu’aujourd’hui c’est qu’Halloween, et qu’il y a un an j’enfilais encore ce déguisement de fantôme.

          J’en ai également profité pour faire un jeu de mots avec “Non mais allô quoi” et…

          Allez, bonne fête d’Hallowee:D

          • [^] # Privacy badger et Ghostery

            Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

            C’était plus une critique du fait d’utiliser un logiciel privateur alors qu’il y a des alternatives meilleurs tel Privacy Badger.

            L’utilises-tu ? Son mécanisme n’empêche-t-il pas de fonctionner les sites qui utilisent un content delivery network ou qui dépendent fonctionnellement d’api.google.com ou d’un autre truc du genre ? (Ce n’est pas que je trouve ça bien, mais des fois, on a besoin d’accéder à un site, même s’il est complètement pourri.)

            Ça m’a fait bizarre de voir un logiciel non-libre qui espionne sur une interview pour un livre qui parle de surveillance://.

            Effectivement, c’est bon à savoir.

            J’en ai également profité pour faire un jeu de mots avec “Non mais allô quoi” et…

            Amusant, mais ça brouillait un peu le message principal.

            Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Nitot,

    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+5/-3).

    C'est Triste tan avis sur la surveillance…

    Hum, voila. --------------------->[]

    • [^] # Re: Nitot,

      Posté par . Évalué à 1 (+3/-3).

      Foutu pour foutu, autant le tirer par les cheveux à fond la caisse :

      Des commentaires comme ça, j'en ai fait le tri c'tantôt. Et si tu nies, tôt ou tard, tu verras que le rot, bin il n'y a que lui qui s'y fie, l'hippie, n'est-ce pas ? À moins que l'abbé ne dicte sa foi…

      • [^] # Re: Nitot,

        Posté par . Évalué à 2 (+1/-1).

        C'est vrai que tu es là un champion de la surveillance/collection d'information.
        Réussir à caser tous ces prénoms….
        En tout cas, je pense qu'il va prendre peur et il va réécrire un nouveau bouquin du coup!

  • # Autre entretien par Qwant.

    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

    Si ça peut intéresser, il y a également cet entretien ici:
    https://blog.qwant.com/tristan-nitot-sort-le-livre-surveillance/

    Je me demande si Qwant est cité dans le bouquin ou si il brosse juste un peu le poil de l'interviewer le temps de l'entretien.

    • [^] # Re: Autre entretien par Qwant.

      Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-1).

      Qwant est cité dans le livre. Plus généralement, Qwant est un moteur de recherche qui se veut respectueux de la vie privée, il y a des anciens de Mozilla chez Qwant, ça n'est pas un hasard si Tristan Nitot a fait un entretien avec eux : ce sont juste des personnes qui partagent une même vision, un même soucis d'offrir des solutions pour profiter d'Internet sans souffrir de la surveillance généralisée.

  • # Prix unique et ISBN

    Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+2/-0). Dernière modification le 31/10/16 à 11:17.

    À trolleur, trolleur et demi, on a trouvé ton livre avec DRM sur Amazon o_O… OMGWTFBBQ ?

    Bah oui, mais bon, c'est pas tellement étonnant de leur part. Pourquoi aller acheter chez Amazon alors qu'il est sans DRM chez l'éditeur, cfeditions.com, pour un prix inférieur ?

    Je viens de vérifier, et c'est effectivement le cas. Ce livre numérique est disponible pour :

    Je ne comprends pas comment cette situation est possible, étant donné que la loi impose un prix unique pour chaque livre, avec une autorisation de remise de 5% maximum (or ici, le prix public semble être de 9,49 €, ce qui, avec application d'une telle remise, autorise la pratique d'un prix supérieur ou égal à 9,006 €, et ne devrait donc pas permettre le prix de 9,00 € pratiqué par l'éditeur).

    Concernant les DRM, ils ne sont manifestement pas demandés par l'éditeur puisqu'il n'y en a pas chez 7switch. Il me semble qu'Amazon en applique souvent lorsque l'éditeur souhaiterait un simple tatouage, parce qu'ils sont trop incompétents ou malveillants pour implémenter un tel système. En revanche, je ne comprends pas pourquoi la Fnac en utilise ici.

    Par ailleurs, le libre numérique porte le même ISBN chez l'éditeur, à la Fnac et chez 7switch, ce qui est tout à fait normal. En revanche, Amazon n'indique pas d'ISBN, ce qui me semble anormal. D'après ce que j'ai trouvé, un ISBN doit obligatoirement figurer sur tous les bouquins soumis au dépôt légal, ce qui est certainement le cas de celui-ci. J'ignore en revanche s'il est obligatoire de mentionner l'ISBN pour un vente en ligne.

    • [^] # Re: Prix unique et ISBN

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

      Je ne comprends pas comment cette situation est possible, étant donné que la loi impose un prix unique pour chaque livre, avec une autorisation de remise de 5% maximum (or ici, le prix public semble être de 9,49 €, ce qui, avec application d'une telle remise, autorise la pratique d'un prix supérieur ou égal à 9,006 €, et ne devrait donc pas permettre le prix de 9,00 € pratiqué par l'éditeur).

      Hum, honnêtement pour le prix, pas dit que tu aies raison. Le prix public conseillé est peut être 9,50€, comme tu peux remiser à 5% maximum (mais sans minimum), la plupart des vendeurs appliquent un prix psychologique à 9,49€.
      Cela serait cohérent avec le prix à 9,00€ de l'éditeur au lieu de 8,99€ qui témoigne de la non volonté d'appliquer un prix psychologique à ses produits (donc 9,50€ de base).

      La remise tient compte ou pas de la TVA dans la loi ? Car cela change pas mal de choses dans le calcul en fait. En tout cas je pense que l'éditeur est dans les clous.

      D'après ce que j'ai trouvé, un ISBN doit obligatoirement figurer sur tous les bouquins soumis au dépôt légal, ce qui est certainement le cas de celui-ci. J'ignore en revanche s'il est obligatoire de mentionner l'ISBN pour un vente en ligne.

      Ça doit figurer sur le bouquin, oui, mais qu'en est-il quand tu n'as pas le bouquin sous les yeux ? ce n'est pas clair.
      En tout cas comme tu recevrais le livre chez toi, avec l'ISBN dessus, ça devrait correspondre. S'il n'y en a pas ou qu'il y a tromperie, tu pourras le retourner sans frais. Donc je ne vois pas de soucis de ce côté (de la même façon que sur la plupart des sites de vente en ligne, tu n'as pas la mention de toutes les normes obligatoires type CE, NF ou d'autres autorités de certification ; pourtant affichés sur les produits vendus).

      • [^] # Re: Prix unique et ISBN

        Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

        le prix public semble être de 9,49 €, ce qui, avec application d'une telle remise, autorise la pratique d'un prix supérieur ou égal à 9,006

        Même si cela ne change pas la conclusion, 9,49 × 0,95 = 9,0155.

        9,00€ de l'éditeur au lieu de 8,99€ qui témoigne de la non volonté d'appliquer un prix psychologique à ses produits (donc 9,50€ de base).

        Je ne comprends pas comment avec un prix supérieur, on peut obtenir un prix minimum inférieur… Personnellement j’obtiens 9,5 × 0,95 = 9,025.

    • [^] # Re: Prix unique et ISBN

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      Je ne comprends pas comment cette situation est possible

      Amazon précise en-dessous du prix Le prix Kindle a été fixé par l'éditeur.

      Amazon n'indique pas d'ISBN, ce qui me semble anormal.

      Les fiches Amazon sont remplies par les vendeurs de livres. Quand le vendeur est Amazon, Amazon prend la fiche de Décitre.

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

  • # JetPack

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-1).

    J'en profite pour demander, pourquoi linuxfr.org fait appel à jetpack ?
    La requête est bloquée par Request Policy Discontinued, mais je m'interroge.
    Alors ok ça permet aux admin Linuxfr d'avoir des statistiques, mais du fait
    que beaucoup de sites webs utilisent ce plugin, ça permet à un
    site (très centralisé) de savoir qui visite quoi et quand.
    Quand pensez-vous ?

    • [^] # Re: JetPack

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

      eh ?
      d'où sors-tu ça ?

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: JetPack

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+14/-0).

      J'en profite pour demander, pourquoi linuxfr.org fait appel à jetpack ?

      Pour autant que je sache LinuxFr.org ne fait pas appel à jetpack. Et vu que je suis le principal développeur du site, je pense que je serais au courant si c'était le cas. Et, au cas où ma mémoire me ferait défaut, j'ai fait une recherche sur jetpack dans tout le code source de LinuxFr.org, ça n'a rien donné.

      La requête est bloquée par Request Policy Discontinued, mais je m'interroge.

      Jetpack a servi par le passé pour faire des extensions à Firefox, mais ça fait quelques années que c'est déprécié. Est-ce que ce ne serait pas une vieille extension firefox qui ferait ces requêtes ? Ça expliquerait le "Request Policy Discontinued".

      Alors ok ça permet aux admin Linuxfr d'avoir des statistiques

      Nos statistiques web sont publiques : https://linuxfr.org/webalizer/. Elles sont construites à partir des logs du serveur web (nginx).

      mais du fait que beaucoup de sites webs utilisent ce plugin

      De quel plugin parle-t-on ?

      Quand pensez-vous ?

      Personnellement, j'essaye de penser un peu tous les jours. Le matin au réveil, c'est difficile, en début d'après-midi, en phase de digestion, aussi.

      • [^] # Re: JetPack

        Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

        Hello !

        "De quel plugin parle-t-on"

        Je parlais de Jetpack.

        Je suis rassuré de savoir que LinuxFR ne l'utilise pas.

        • [^] # Re: JetPack

          Posté par . Évalué à 2 (+1/-0).

          C'est donc probablement un de mes Add-ons qui tente d'établir une telle connexion.
          Désolé…

  • # Surveillance, éducation, utilisation

    Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

    Nous ne sommes pas tous égaux face aux nouvelles technologies et même les plus guéri sont sans doute loin de s'imaginer ce qui est possible de faire en matière de surveillance.

    Je pense néanmoins que la médiation est une bonne chose, dénoncer les abus également, et éduquer à utiliser d'autres outils que ceux des grands groupes aussi.

    Cela ne suffira pas… si comme nous le voyons l’État se permet de faire des base de donnée avec l'ensemble de la population, (avec les risques de piratage que cela comporte en plus) ce serait la porte ouverte à beaucoup de chose. Il semble maintenant évident que nos revendications doivent passer par des luttes sur tout les terrains. Informatique, juridique, éducatif etc…

  • # Trump

    Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

    Il est possible que les gens/gouvernement finissent par comprendre assez vite avec Trump au pouvoir au U.S.A. Si en retour on moins de surveillance google analytic sur les sites du gouvernement et que nos concitoyens commence à se rendre compte du problème ce sera un gros plus, non ?

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.