Journal [HS] Les bidonvilles aux portes de Paris

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
34
15
mar.
2012

Ave

Depuis quelques temps j'ai noté l'apparition de 2 bidonvilles aux portes de Paris, comme au Caire (3 bidonvilles de plus d'un million d'habitants) ou dans tant d'autres grandes villes.
L'un est à droite de l'autoroute A6, en allant vers la Porte d'Italie, avant la sortie Villejuif. Il y a des cartons et des tôles, et surtout l'odeur âcre de ce qui brûle (plastique, carton…), pour se chauffer évidemment. On le voit surtout quand il y a un embouteillage en arrivant sur Paris, à 100 Km/h, on le remarque évidemment moins.
L'autre est en partant du supermarché Cora de Massy, en prenant la RN20 direction Paris, puis l'embranchement sur Paris.

Je suppose qu'il y en a plein d'autres, je me déplace surtout dans le sud de Paris.

Suis-je le seul choqué par cela ?

  • # À Paris

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    comme au Caire

    Et comme à Paris il y a quelques dizaines d'années, hein.

    • [^] # Re: À Paris

      Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 15/03/12 à 16:19.

      Et c'est même pour cette raison qu'a été lancé les premiers plans de constructions de barres d'immeuble, devenues les «cités». À l'époque c'était une révolution : appartements propres avec sanitaires complets, pour pas cher. (Le problème est que les architectes n'avaient alors pas consulter de sociologues, et n'ont pas prédit la concentration de jeunes au m², population qui part essence a un unique environnement de vie, lorsque les adultes en ont deux. Mais c'est une autre histoire.)

      Il me semble que le bidonville le plus impressionnant ne se situait alors pas à Paris, mais à Beauvais (Oise), en terme d'insalubrité. Bref, les cités, on a la mémoire courte parfois, constituaient de réelles avancées sociales.

      Ça fait bien longtemps que je ne suis pas allé à Paris, mais je pense que la politique n'a pas trop changée : éradiquer tout ce qui est voyant. IE les bidonvilles visibles depuis le périphérique, typiquement, heurtent les yeux du travailleur. Alors, pour remédier au problème, on détruit ceux là, en les laissant se faire ailleurs, hors du champ de vision du bon citoyen.

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        hors du champ de vision du bon citoyen.

        Et du touriste !

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 4.

          À ce détail près que lorsque tu te rends à Paris depuis CDG en prenant le RER tu passes précisément dans cet environnement, touriste ou pas…
          Il y a d'ailleurs un contraste saisissant et écoeurant entre l'arrêt "la Courneuve—Aubervilliers" et l'arrêt suivant "la plaine"…

          Pour le gens qui aiment faire du vélo, je conseille la balade le long du canal de l'Ourcq, en plus d'être une super balade (jusque Meaux), on passe justement au coeur d'habitations de fortune ou des bidonvilles, ça ouvre les yeux…

          http://ridewithgps.com/routes/138383/embed

          - Dans la vie, il faut toujours se fier aux apparences. Quand un homme a un bec de canard, des ailes de canard et des pattes de canards, c’est un canard. C’est vrai aussi pour les petits merdeux.

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par . Évalué à 2.

            une super balade (jusque Meaux),

            Je proteste, c'est aussi (sinon davantage) une super balade au delà de Meaux. Non mais!

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par . Évalué à 2.

              Il est clair que les meaux rendent les ballades moins agréables.

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Oui, j'avais remarqué ça justement.

            En revanche, au-delà de Calye-Souilly ou quelque chose comme ça, ça devient interdit aux cyclistes. Enfin, officiellement, parce que les chemins de hallage en question sont surtout fréquentés par des cyclistes en fraude. :-)

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Mmmh, pour les barres d'immeubles, j'ai envie de dire qu'une fois qu'on a fourni un appartement à quelqu'un, s'il a envie de le bousiller pour ensuite vivre dans la merde, c'est son problème, pas celui de la société. L'ennui c'est que dans un immeuble, il y a plusieurs familles…

        C'est des maisons HLM qu'il faudrait, comme ça les gens pourraient faire ce qu'ils veulent dans leur coin, et ceux qui sont incapables de la tenir en état ou qui se sentent compulsivement obligés de tout défoncer ne feraient de mal qu'à eux-mêmes.

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 7.

          Dès que j'entends parler des « banlieues » je repense à maurice.

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Maintenant il n'y a plus de «banlieues», il y a des «quartiers» (que je hais cette novlangue!).

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              C'est surtout que les banlieues font références à des banlieues parisiennes, des nouvelles villes faites pour accueillir les logements sociaux. Dans d'autres villes, les HLM sont intégrés à la ville et pas tous mis dans des banlieues, il s'agit donc bien simplement de quartiers HLM.

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                Mon commentaire plus haut était là pour souligner que banlieue n'est pas plus adapté que quartier. Cependant, les deux n'ont pas réellement de sens : Versailles n'est pas une banlieue et le quartier latin n'est pas un quartier ? Ça me fait penser au nouveau mot des journalistes totalement vide de sens : régions. Tout ce qui n'est pas à Paris est en régions… à croire qu'il n'y a pas de région parisienne. Et comme d'hab, il y a ce qui si passe à Paris, et dans tout le reste de la France (forcément différent de Paris, mais uniforme sur tout le reste du territoire, ce qu'on appelait province).

                • [^] # Re: À Paris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Mon commentaire plus haut était là pour souligner que banlieue n'est pas plus adapté que quartier. Cependant, les deux n'ont pas réellement de sens : Versailles n'est pas une banlieue et le quartier latin n'est pas un quartier ?

                  L'ennui c'est qu'on n'a pas vraiment de mot. Zones sensibles ? Bas-fonds ?

                  Ça me fait penser au nouveau mot des journalistes totalement vide de sens : régions. Tout ce qui n'est pas à Paris est en régions… à croire qu'il n'y a pas de région parisienne.

                  Ça pour le coup c'est vraiment débile puisqu'il y a un mot pour ça, province, comme tu le fais remarquer.

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par . Évalué à 3.

              bah, on est peut être aussi des vieux cons à parler encore de banlieues ?!?
              Banlieues : lieux où l'on bannit… hum. La réhabilitation passe aussi par la manière dont on désigne ces lieux de vies. Quartiers, c'est finalement pas plus mal.
              Non ?

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par . Évalué à 1.

            Je pense à un autre Maurice et à Magnitogorsk-sur-seine

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 4.

          Les barres HLM sont quand même loin d'être des modèles de longévité en eux même et très mauvais marché à entretenir vu qu'à priori on préfère les détruire que les réhabiliter. Ce qui se passe à l'intérieur de l'appartement finalement se retrouve un moment ou un autre influencé par le contenant et ça démarre un cercle vicieux qui au final nous amène à la situation actuelle (aggravé par tout un tas de facteurs sociaux qu'on connait bien).

          Si aujourd'hui on déplace géographiquement les bidonvilles pour ne pas y confronter la "bonne populace", la construction de toutes ces tours ne faisait que les déplacer dans le temps. Mais je pense que ça partait d'un bon sentiment et que peu de personnes avaient le savoir/pouvoir nécessaire pour signaler cet aspect à l'époque.

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 8.

          Mmmh, pour les barres d'immeubles, j'ai envie de dire qu'une fois qu'on a fourni un appartement à quelqu'un, s'il a envie de le bousiller pour ensuite vivre dans la merde, c'est son problème, pas celui de la société

          Juste une question. Tu es de la droite bien-pensante, ou c'est une tentative de vieux troll moisi?

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je ne sais pas, mais en même temps j'étais en train de parler de trucs tellement détachés de la réalité… Si on pouvait fournir une maison de qualité à chaque personne dans le besoin, ça se saurait, et c'est sûr que ça en réglerait, des problèmes… Pour le moment on fournit des appartements vétustes, ce qui règle sans doute des problèmes mais en crée certainement d'autres. Monde de merde ?

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              En fait ce que tu suggères est (il me semble, je n'ai pas de sources, désolé!) déjà plus ou moins fait, dans le sens ou on crée désormais des "appartements HLM" disséminés plutôt que des immeubles entiers.

              Du coup ces habitants sont en minorité dans leur immeuble, et, n'en déplaise aux bien pensants, il y a des chances que ça se passe mieux.

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par . Évalué à 3.

                En fait ce que tu suggères est (il me semble, je n'ai pas de sources, désolé!) déjà plus ou moins fait, dans le sens ou on crée désormais des "appartements HLM" disséminés plutôt que des immeubles entiers.

                Ça se vérifie ?
                J'entends beaucoup dire ça, en pratique (en tout cas sur rennes ou je cherche à acheter) j'ai l'impression qu'il y a des quartiers d'immeubles, avec des quartier en "accession classique", a coté d'immeuble hlm. Du coup il y a une mixité au niveau du quartier, pas de l'immeuble. Ça peut paraitre anodin, mais il me semble que ça fait une grosse différence

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Si c'est bien comme ça que ça se passe, effectivement c'est idéal, les pauvres ont plus de chance de bien s'intégrer s'ils sont placés dans un environnement normal plutôt que dans un ghetto. Si c'est vraiment disséminé ça ne devrait même pas poser de problème aux habitants déjà présents, ce qui est ennuyeux pour les gens c'est l'introduction d'immeubles entiers, pas d'un habitant de ci de là je pense.

                C'est d'ailleurs comme ça que ça se passait à une époque à Paris, du temps où les appartements de bonne sous les combles étaient à peu près abordables non ? Depuis, avec l'introduction d'ascenseurs sans doute, les appartements situés tout en haut des immeubles ont vu leur prix augmenter et ne sont plus du tout abordables, en tout cas plus comme avant.

                • [^] # Re: À Paris

                  Posté par . Évalué à 4.

                  C'est d'ailleurs comme ça que ça se passait à une époque à Paris, du temps où les appartements de bonne sous les combles étaient à peu près abordables non ? Depuis, avec l'introduction d'ascenseurs sans doute, les appartements situés tout en haut des immeubles ont vu leur prix augmenter et ne sont plus du tout abordables, en tout cas plus comme avant.

                  Pas besoin d'ascenseur pour que les prix flambent à Paris !

                  • [^] # Re: À Paris

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Surtout que généralement l'ascenceur s'arrête au dernier étage « normal ».

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par . Évalué à 6.

            En même temps, c'est la droite qui a construit les HLM et fait disparaitre les bidonvilles (Chaban Delmas, qui a été récompensé par les français en n'étant pas au second tour des élections, ça ne vous rappelle rien? Ca ne paye pas d'être un homme politique efficace, en France, il vaut mieux y être un politicien efficace).

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Il faut peut-être aussi se poser la question du pourquoi ils cassent tout. Un peu comme les SDF qui ne veulent pas aller dans les abris de nuit pas parce qu'ils aiment avoir froid mais parce que leur chien n'est pas accepter, il y a souvent de la violence, ils ne peuvent pas boire comme ils veulent…

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par . Évalué à 10.

            parce que leur chien n'est pas accepter, il y a souvent de la violence, ils ne peuvent pas boire comme ils veulent

            Et si ça n'était pas ça, ça serait parce qu'il y a plein de clébards et de pochetrons, et qu'on ne les laisse pas être violents comme ils veulent.

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Un peu comme les SDF qui ne veulent pas aller dans les abris de nuit pas parce qu'ils aiment avoir froid mais parce que leur chien n'est pas accepter,

            Ou parce que la rue est souvent plus salubre ?

            ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Mmmh, pour les barres d'immeubles, j'ai envie de dire qu'une fois qu'on a fourni un appartement à quelqu'un, s'il a envie de le bousiller pour ensuite vivre dans la merde, c'est son problème, pas celui de la société. L'ennui c'est que dans un immeuble, il y a plusieurs familles…
          
          

          Ça pue tellement la droite égoïste et irréaliste de bas étages qu'il ne vaut mieux pas répondre.

          C'est des maisons HLM qu'il faudrait, comme ça les gens pourraient faire ce qu'ils veulent dans leur coin, et ceux qui sont incapables de la tenir en état ou qui se sentent compulsivement obligés de tout défoncer ne feraient de mal qu'à eux-mêmes.
          
          
          1. Avec quel espace ?
            La France est loin de manquer d'espace mais ça reste un territoire relativement petit avec une densité de population assez élevée (112 hab/km²).
            Sans compter toute la place prise par l'agriculture et les industries (pour le dernier point en ce moment ça s'allège, ceci-dit), j'aimerais bien voir où vous comptez construire ces quartiers pavillonnaires bon marché.

          2. Je vis actuellement aux États-Unis, dans la banlieue de Los Angeles. C'est beaucoup moins la zone que downtown ici (Long Beach), mais il y a quand-même des quartiers "populaires". Ici les barres n'existent pas, tout le monde a sa maison. Il y a bien des lotissements avec des appartements mais c'est vraiment très loin de ce que l'on a en France (et c'est plutôt dans les quartiers aisés).
            Et pourtant, dans ces quartiers, c'est vraiment la merde. Bien sûr, les maisons sont moins bien entretenues: pas de sous pour le faire. Les gens sont parqués dans les mêmes lieux communs (écoles, administration, magasins) et n'en sortent pas beaucoup. Et ils ne sont surtout pas admis dans les quartiers riches (et encore moins dans les gated communities), la police veille au grain, faut pas déconner …

          Bref, votre solution des pavillons n'est pas forcément plus un progrès social que ne le sont les barres HLM.

          Et le petit laius bourré de stéréotypes condescendant ne sont le reflet que d'une généralisation mal placée qui tend limite à la xénophobie.
          Merci de garder ça pour les scrutins.

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par . Évalué à 7.

            La France est loin de manquer d'espace mais ça reste un territoire relativement petit avec une densité de population assez élevée (112 hab/km²).
            Sans compter toute la place prise par l'agriculture et les industries (pour le dernier point en ce moment ça s'allège, ceci-dit), j'aimerais bien voir où vous comptez construire ces quartiers pavillonnaires bon marché.

            À titre de comparaison, l'Allemagne fait 82 M d'habitants, et nous 66 M, soit un rapport de 1,25 en leur faveur. En revanche l'Allemagne fait 360 000 km2 et la France (métropolitaine seulement) 550 000 km2, soit un rapport de 1,5 en notre faveur.

            Alors je ne pense pas vraiment qu'on puisse dire que la France est trop peuplée. Étrangers, accourez !

            Sinon, la densité moyenne en Allemagne est de 230 hab/km2 et la nôtre de 115 hab/km2, soit un rapport du simple au double. Pourquoi ? Parce qu'en France on a pour des raisons historiques et administratives tout concentré à Paris. La région parisienne concentre 12 M d'habitants dans un rayon de 30-40 km2. Soit environ 1/5 de la France.

            Ce qui donne que des régions entières sont à peu près désertiques. Si vous ne savez pas où mettre les maisons de ces pauvres qui n'ont rien à faire, envoyez les relancer l'agriculture dans le Larzac et le Centre en général, où il n'y a pas grand chose, et construisez leur de charmantes fermettes là-bas. À moins que vous aimiez le contact en centre-ville.

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par . Évalué à 9.

              C'est très con, on va pas commencer à loger les pauvres sinon les loyers vont baisser.

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par . Évalué à 3.

                Je comprends pas pourquoi on te moinsse. C'est très vrai qu'il est rationnel lorsqu'on est un politique qui a aussi les petits intérêts de ses copains en vue que l'on ne cherche pas à loger tout le monde. Imaginez que la France construise 1000 nouvelles barres d'ici 2 ans, de meilleure qualité que les anciennes, et proches des centres-villes. Dans beaucoup d'endroits, le prix du m2 va chuter.

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 17/03/12 à 03:35.

                toutafé, et cela vaut aussi pour les HLM, un exemple à Puteaux :
                http://www.monputeaux.com/2012/03/proces-elus-ump-en-hlm.html
                La droite libérale et moderne en action, c'est beau, on dirait du Zola. Pourquoi loger des pauvres en HLM, c'est pas fait pour ça, voyons, cher ami !

                (vous croyez que ce type de post optimize mes chances d'increase mon relationnel business ? j'ai oublié d'acheter du cirage neuf ?)

                Résumé de l'affaire :

                (…)ai reçu ce matin au courrier une nouvelle assignation en justice : 19 élus UMP de Puteaux m'attaquent au motif que j'ai révélé qu'ils étaient ou avaient été logés en HLM à Puteaux. Ils invoquent l'article 9 du code civil. Autrement dit, ils me reprochent d'avoir violé leur vie privée en révélant qu'ils profitaient d'un logement social. L'un de ces élus est haut fonctionnaire et gagne 8.000 euros par mois. Un autre est directeur financier. D'autres sont dirigeants ou patrons d'entreprises…

                Et le mec en question est un dangereux révolutionnaire, couteau entre les dents, et tout… Il est élu MoDem.

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              D'ailleurs dans cette campagne électorale, personne ne parle de déplacer les ministères en province. L'agriculture à Aurillac, la justice à Vesoul, je pense que ça fonctionnerait comme aujourd'hui, le fax le téléphone et Internet vont jusque là…
              De toutes les manières, ca va pas beaucoup dépeupler Paris, tant qu'on lui laisse sa Tour Eiffel, son Louvre et Montmartre, les cars de touristes continueront.
              Et ca redonnerait un peu de vie à des coins perdus.
              Est-ce que des millions de personnes qui attendent le RER B (incident technique, grève surprise, RER supprimé…) ou sont bloqués dans des embouteillages ne nuisent pas à la productivité de la France, pour prendre des arguments d'économistes ?

              If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par . Évalué à 6.

                Au contraire, on construit le nouveau Pentagone français en plein cœur de Paris, au lieu de faire des logements. Et tant pis pour les militaires qui n'arriveront pas à se loger, le ministre sera à moins d'une demi heure de ses généraux. Les politiques aiment beaucoup trop Paris pour déménager.

                • [^] # Re: À Paris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                  On pourrait mettre tout les ministres dans un bâtiment à Paris et les ministère dans le reste de la France, il y a des chances pour que ça améliore le fonctionnent des administrations en plus.

                  « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                  • [^] # Re: À Paris

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    À mesure que je deviens vieux, je m'en aperçois mieux j'ai le cerveau qui flanche. Soyons sérieux disons le mot, c'est même plus un cerveau c'est comme de la sauce blanche! Voilà des mois et des années que j'essaie d'augmenter la portée de ma bombe; et je ne me suis pas rendu compte que la seule chose qui compte c'est l'endroit où c'qu'elle tombe!

                    Y-a quelqu'chose qui cloche là d'dans. J'y retourne immédiatement.

                    (B. Vian)

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par . Évalué à 1.

                L'industrie à Toulouse
                ;-)

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par . Évalué à 2.

              dans un rayon de 30-40 km2. Soit environ 1/5 de la France.

              Juste comme ça : les rayons ne sont pas en km2 et la superficie de l'Île de France ne fait pas 1/5 de la France (parce que sinon, ~20% de la population dans ~20% de la surface, il n'y a rien de choquant).

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                la superficie de l'Île de France ne fait pas 1/5 de la France

                C'est parce que tu recopies la mauvaise partie de la citation :

                La région parisienne concentre 12 M d'habitants […] Soit environ 1/5 de la France.

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Envoyer les pauvres en Creuse, ça a déjà été fait :
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Enfants_de_la_Creuse

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par . Évalué à 8.

            [à propos du choix de ne pas avoir donné de maisons plutôt que des apparts aux gens] Avec quel espace ?a

            D'après Franck Lepage (dans son spectacle Inculture 2), l'État avait l'opportunité de construire des maisons individuelles ou bien les immeubles que nous avons maintenant au même prix. Selon lui, les architectes qui ont produit lesdits immeubles avaient dans la tête d'établir une sorte d'immense communauté où tout le monde vivrait ensemble, tout ça. Et ensuite d'ajouter « et ensuite, les architectes sont rentrés dans leurs maisons individuelles. »

          • [^] # Re: À Paris

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            La France est loin de manquer d'espace mais ça reste un territoire relativement petit avec une densité de population assez élevée (112 hab/km²).
            Sans compter toute la place prise par l'agriculture et les industries (pour le dernier point en ce moment ça s'allège, ceci-dit), j'aimerais bien voir où vous comptez construire ces quartiers pavillonnaires bon marché.

            Et si on arrêtait avec cette stupide centralisation jacobine? Il y a plein de villes moyennes en Province où il y a des logements vides en abondance. Le problème c'est qu'il n'y a pas d'emplois car tout est concentré à Paris où les gens s'entassent et où les loyers sont délirants. C'est totalement crétin.

            Quel candidat aura le courage de proposer de taxer les entreprises sévèrement sur le coût locatif de leurs bureaux ? Qu'elles comprennent enfin qu'il n'est pas forcément dans leur intérêt de construire une tour de plus à la Défense ?

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Qu'elles comprennent enfin qu'il n'est pas forcément dans leur intérêt de construire une tour de plus à la Défense ?

              Ou pire, de déménager tout d'un coup du Val d'Europe vers une tour nouvellement construite à la Défense. Et hop, 500 personnes de plus dans le RER A tous les matins et tous les soirs ! Parce que les employés n'ont pas le loisir de déménager comme ça, eux…

              Quel candidat aura le courage de proposer de taxer les entreprises sévèrement sur le coût locatif de leurs bureaux ?

              Je ne suis pas sûr que ce soit efficace : si elles sont prêtes à payer des loyers prohibitifs, taxer ces loyers revient simplement pour elles à avoir un loyer un peu plus cher…

            • [^] # Re: À Paris

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Et mieux, quand est ce que les gens vont démissionner en masse pour protester contre les bureaux à la défense ?

              • [^] # Re: À Paris

                Posté par . Évalué à 4.

                Quand la menace du chômage ne pèsera plus ?

                • [^] # Re: À Paris

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  J'ai eu le loisir de dire non à 3 proposition de postes avant de trouver mon job actuel. Donc je veux bien croire que le chomage frappe du monde, mais je ne pense pas que ça soit le cas dans le domaine de l'informatique à Paris autour des systémes Linux. Ensuite, si on veux aussi un taf bien payé, qui nous plait, et bien situé, ç'est en effet plus dur.

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par . Évalué à 10.

        la concentration de jeunes au m², population qui part essence

        Pas vraiment. C'est plutôt le style tibétain, de s'immoler par le feu.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 10.

          Pis ça commence a vraiment être un sport de riche !

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 3.

          Depuis le printemps arabe, il y a eu diffusion de cette technique de contestation. Je crois même qu'un afghan s'est immolé aujourd'hui. Si j'ai bonne mémoire, à peu près au même moment que le suicide de Baregovoy, un chomeur s'était immolé pour protester (mais pas de printemps français pour autant).

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par . Évalué à 10.

        (Le problème est que les architectes n'avaient alors pas consulter de sociologues, et n'ont pas prédit la concentration de jeunes au m², population qui part essence a un unique environnement de vie, lorsque les adultes en ont deux. Mais c'est une autre histoire.)

        Ce n'est pas vrai, les architectes avaient tout prévu. Des espaces de rencontres et de vie au milieu des bâtiments, des jardins sur le toit, des lieux de distraction un peu partout autour. Puis les cols blancs sont arrivés et ont viré tout ce qui leur semblait inutile, c'est-à-dire tout sauf les appartements, avec le résultat que l'on connaît.

        Il y a une vidéo qui traîne qui raconte bien cette triste histoire.

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 15/03/12 à 23:11.

        À l'époque c'était une révolution : appartements propres avec sanitaires complets, pour pas cher. (Le problème est que les architectes n'avaient alors pas consulter de sociologues,

        Au vu d'un documentaire d'il y a quelques mois, le premier besoin était de loger, non pas des personnes habitant dans des bidonvilles, mais de remédier à de très graves crises de logement (famille de cinq vivant dans une seule pièce, le père devant rester debout tant que les enfants n'étaient pas couchés, etc.).

        Les tous premiers étaient très bien pensés : couloirs larges, places, de quoi favoriser une existence sociale, de « quartier ». On appelaient cela les « grands ensembles ».

        Un nouveau marché s'est ouvert, qui a attiré, et donc forcément, le soucis du chiffre l'emporte sur la qualité. Les grands ensembles sont devenu un lieu d'ennui, de renfermement social et source de délinquance (les « jeunes », « blousons noirs »). Un fait divers, la mort du patron d'un bistro suite à une altercation avec une « bande de jeunes » a illustré la situation.

        De quelle époque s'agit-il ? Juste après la seconde guerre mondiale, pour des immigrés de l'intérieur (exode rural). Ce n'est que par la suite qu'on les as utilisés pour loger les populations étrangères, celles des bidonvilles, en perpétuant évidemment le problème social que ces grands ensembles généraient…

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 2.

          Fatigue + flemme + nuit + ordi poussif = fautes. Dizoli.

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 0.

          [MODE HS]
          merci pour ce poste intelligent qui va à l'encontre de la logique actuel qui consiste à désigner une corrélation comme étant une cause. Le genre de logique qui mène à des théorie erronée comme "l'immigration mène à l'augmentation de la délinquance" ou bien "les noirs et les arabes sont potentiellement des criminels, ils n'y a qu'a regarder la population des prisons".
          [/MODE HS]

          Sinon l'augmentation des bidonvilles et du nombre de clochard semble être un phénomène courant dans les capitales des pays "riches" européens à Bruxelles par exemple le nombre de clochard a fortement augmenté ces dernières années, la population de la ville aussi.

          Je ne suis pas pour les bidonvilles mais je suis content de voir que les villes ne meurent pas et j'espère que ça créera de nouvelles dynamique.

        • [^] # Re: À Paris

          Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 17/03/12 à 04:18.

          sont devenu un lieu (…) de renfermement social

          À mon sens c'est le coeur du problème. Sans faire un long texte, mais simplement un résumé lapidaire : la destruction de l'espace public.

          qq mots, quant même :
          Dans le terme «social» ici, je vois plus la définition pure, et met de côté volontairement tout sous-entendu de «classes», qui sont, à mon sens, des pseudo-explications. Ou plus exactement il ne s'agit pas de causes mais de facteurs parallèles et supplémentaires. Aujourd'hui, au mieux, l'espace public se résume a quelques commerces. C'est navrant. Et l'on retrouve la même problématique sur les grands ensembles de maisons individuelles (oui, parfois en hlm, ça existe), ainsi que sur les «résidences», très à la mode dans le sud de la France.

          Connaissant plutôt bien les banlieues sud de Paris, très bien les banlieues des hauteurs de Rouen, et un peu celles de Toulouse, je fais le même constat partout : l'absence flagrante d'espace public et de lieu de vie commune.Je rejoins totalement le post de "dyno partouseur de drouate", plus haut, et l'applique aussi sur de plus petites proportions : celle du quartier, dans le sens noble du terme. La spécialisation géographique est un véritable fléau social.

          Il est, assez simplement, destructeur, de laisser des zones entières sans aucun espace de vie commune. Ils ont toujours existé (que cela soit les églises, les places, les kiosques et lieux de bals), et cela, dans toute les cultures autour du globe. Mais nous, homo citus europeanus aurions décidés des les annihiler totalement car «pas rentables» peut être ? "Une cité dortoir leur suffira, ils iront se divertir au multiplex, voyons !"

          Si la vie sociale est concentrée, alors nous laissons se créer des zones entières de mort sociale. Et cela, y compris pour les beaux quartiers. La pauvreté n'entraînant là dedans qu'une impossibilité d'échapper à un espace de mort sociale, mais n'est, in finé, pas une cause réelle. C'est difficile à supporter pour des adultes, ayant pourtant souvent deux espaces de vies distincts et des besoins sociaux déjà remplis pour la plupart, alors imaginons pour les enfants, de plus soumis à une surpopulation de leur classes d'âge en comparaison des autres.

          Les mafieux le comprennent : c'est en général la première chose qu'ils détruisent lorsqu'ils veulent mettre un quartier sous leur coupe : destruction de l'espace public (commerçants, lieux de vies, espace pour gosses). /mode niais : Pourquoi le politique ne le "comprends" pas et laisse faire la construction des espaces de vies de demain sous l'angle unique de la rentabilité au m² pour le promoteur ?

    • [^] # Re: À Paris

      Posté par . Évalué à 4.

      Oui c'est ce que j'allais dire. Paris était ceinturée de ce qu'on appelle la Zone dès la fin du 19ème, et les "gros" bidonvilles ont disparus au milieu des années 70. Par contre, les micro-bidonvilles ont toujours perduré.

      Maintenant savoir si la dynamique actuelle est au grossissement ou à la stagnation, aucune idée, il n'y a pas trop de données sur le sujet.

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 15/03/12 à 16:28.

        Haaa «la ceinture rouge» : à l'Est de Paris, constituée de rangées de petites maisons individuelles, avec petits jardins, destinées aux «pauvres» n'ayant pas les moyens d'avoir plus grand ou à Paris intra-muros. Et dire qu'aujourd'hui celui pouvant s'acheter cela n'est plus du tout, mais alors vraiment plus, la classe populaire. Il se situe même dans les tranches supérieures des classes moyennes. Et pourtant cette évolution ne semble pas aller au même rythme que celle du nombre …
        Immobilier ?

      • [^] # Re: À Paris

        Posté par . Évalué à 3.

        Il n'y a pas que les bidonvilles, les quartiers populaires de paris aussi ont été vidé de leurs habitants petit à petit. On rénove donc on expulse quand c'est insalubre ou alors les loyers augmentent quand c'est propre, mais petit à petit les plus pauvres se retrouvent en banlieue. On refait le même processus en banlieue et on repousse les plus pauvres de plus en plus loin.

    • [^] # Re: À Paris

      Posté par . Évalué à 10.

      Avant même le Caire ? C'est donc bien pré-Caire…

    • [^] # Re: À Paris

      Posté par . Évalué à 1.

      Je propose de faire comme pour les enfants au Brésil…

      Dixit Didier Super.

  • # promesse à venir

    Posté par . Évalué à 7.

    C'est en prévision de la campagne électorale de 2017, pour varier un peu les promesses :
    « Je veux si je suis élu, président de la République, que d'ici 2 ans plus personne ne soit obligé de dormir dans un bidonville. ».

    Mettre ça dans la bouche d'un candidat qu'on aime pas.

  • # "Camps de roms"

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    2 bidonvilles? il y en a beaucoup plus, beaucoup trop. Ce n'est pas nouveau, mais maintenant, au JT de TF1 les bidonvilles on appelle ça des "camps de roms". Il y a aussi les regroupement de SDF, avec des tentes et autres habitations de fortunes (c'est le début d'un bidonville…) mais c'est moins la mode (sauf en hiver) de parler des SDF que de parler des "Roms" qu'on va expulser…

    La misère est de plus en présente, visible quand on veut la voir, et ce ne sont pas des candidats qui ne pensent qu'à leurs avenirs politiques, qui feront des promesses encore et encore sans les tenir, que ça changera…

  • # Seine Saint Denis

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Ici, en Seine Saint Denis, les bidonvilles font partie du paysage et on ne les compte plus. On en voit encore plus lorsque l'on s'écarte des grands axes. Rien qu'à Aubervilliers, j'en vois trois ou quatre.

    Au delà du fait que cela existe, ce qui me choque c'est que l'on en parle quasiment pas. Je suppose que pour la majeure partie de la population les bidonvilles n'existent que dans les pays pauvres ou dans notre passé.

    • [^] # Re: Seine Saint Denis

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      La Seine-St Denis, j'y ai bossé, proche du Stade de France (galère quand Mylène Farmer ou Serge Lama répète le vendredi, on ne s'entend plus bosser !), c'est bizarre, plein de boites (Dell, Dow, BNP, Agence française du Sang, Sncf, Mgen…), pas un troquet, pas un marchand de journaux, rien. Plus loin, le canal, et la cité des Francs-Moisins.

      Alors, oui, ils ont fait venir des entreprises, mais ça manque du reste.

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

      • [^] # Re: Seine Saint Denis

        Posté par . Évalué à 2.

        Tiens, ça me fait penser à un article du diplô de ce mois-ci : http://www.monde-diplomatique.fr/2012/03/BREVILLE/47494

        • [^] # Re: Seine Saint Denis

          Posté par . Évalué à 1.

          J'ai lu l'article du diplo. C'est plutôt juste pour le côté : toutes les cravates sortent du RER à la même station. Quant au fait qu'on vivrait dans des bunkers et qu'on serait quasiment escortés jusqu'au RER, c'est largement exagéré. On va parfois déjeuner au paradise sushi, décrit dans l'article comme un restau vide (c'est faux) car les gens, ayant peur de sortir, se font livrer.

      • [^] # Re: Seine Saint Denis

        Posté par . Évalué à 6.

        proche du Stade de France (galère quand Mylène Farmer ou Serge Lama répète le vendredi, on ne s'entend plus bosser !)

        cherche pas plus loin l'explication. Il n'y de toute façon aucune vie de quartier possible autour du stade de France, du coup, il n'y a que des surfaces commerciales ou de bureaux à proximité. Si tu penses que le quartier du Stade de France est représentatif de la Seine Saint Denis, dis toi que c'est autant que le quartier de la Défense est représentatif de Puteaux.

  • # Tu es choqué ? agit !

    Posté par . Évalué à 1.

    Si les bidonvilles de choquent, alors n'hésite surtout pas à agir. Par exemple en votant avec conscience, en s'investissant dans les collectifs anti-précaire, en s'investissant auprès des élus locaux, en essayant de promouvoir un mode de vie plus respectueux pour tous, etc.

    Évidemment, comme tout, il faut du temps, de l'envie, etc. Mais il me semble que l'attitude « je suis choqué donc j'agit, je m'investit » est un peu plus constructive que l'attitude « je suis choqué donc je ne fait rien fait un journal sur linuxfr »

    • [^] # Re: Tu es choqué ? agit !

      Posté par . Évalué à 10.

      Si les bidonvilles de choquent, alors n'hésite surtout pas à agir. Par exemple en votant avec conscience, en s'investissant dans les collectifs anti-précaire, en s'investissant auprès des élus locaux, en essayant de promouvoir un mode de vie plus respectueux pour tous,

      en hébergeant une famille à la rue ou un sans abri chez soi …

      • [^] # Re: Tu es choqué ? agit !

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Dans plusieurs villes (Paris, Lyon…) il y a l'association Lazare qui monte des colocs avec des SDF (et non SDF) si ça vous intéresse !

        Ne logeant pas chez moi, je suis toujours obligé de faire avec des pincettes, comme cet hiver où j'ai du héberger un gars qui dormait dans la neige, je n'ai pu le faire que trois nuits (les nuits les plus froides, mais sur un hiver c'est court)… S'il y avait une structure similaire dans ma ville ce me serait plus simple, on m'a contacté récemment pour monter une coloc à Toulon, mais je ne sais pas encore si ça va se faire…

        J'ai une amie qu'est dans une autre assoce qui poursuit un but similaire (Valgiros, à Paris), et il y en a certainement d'autre encore…

        Bref, faire de la politique (= s'occuper des affaires publiques, de la vie de la cité, faire des civilités), ce n'est pas que voter pour un beau parleur ou faire de la rhétorique (ce qui est assez anecdotique).

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: Tu es choqué ? agis !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je ne suis pas député, maire, sénateur, président du conseil général/régional, alors ça sera un peu plus compliqué que pour pas mal d'autres personnes.

      A mon modeste niveau, en parler est un début.

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

      • [^] # Re: Tu es choqué ? agis !

        Posté par . Évalué à 8.

        Je ne suis pas député, maire, sénateur, président du conseil général/régional, alors ça sera un peu plus compliqué que pour pas mal d'autres personnes.

        C'est exactement le point où je voulais en venir : on se repose trop souvent sur ceux qui sont élus et qui ont le pouvoir, du coup les citoyens (moi le premier…) ne s'investissent plus dans rien, et c'est très grave pour une démocratie saine.

        On pourrait appliquer ta phrase au logiciel libre (je ne suis pas DSI pour imposer Linux, à quoi bon…), aux FAI locaux (on ne fait pas partie des communautés urbaines, à quoi bon…) et plein d'autres domaines.

        Mais je reste persuadé que sans implication directe des gens, globalement la situation n'évoluera pas des masses. Par contre le jour où une majorité de gens auront des réflexes collectifs un peu plus poussés, la donne pourrait changer.

        • [^] # Re: Tu es choqué ? agis !

          Posté par . Évalué à 4.

          Oui, mais si on en vient à faire le boulot des politiques à leur place (autrement dit, que nos délégués, nos professionnels en gestion de la cité ne sont pas efficaces), ça devient inutile de les payer et de respecter leurs lois. Autant leur sortir le balais qu'ils ont dans le cul, leur mettre dans les mains et leur demander de balayer la rue pour faire un truc utile, pendant que nous on s'occupe de gérer correctement la collectivité.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: Tu es choqué ? agis !

            Posté par . Évalué à 3.

            En même temps c'est des problèmes qui se gèrent à l'échelon national et à l'échelon d'une ville, c'est gros.

            Donc l'implication citoyenne c'est bien mais ça passera quand même dans bien des cas par une délégation, le problème de choisir les délégué ne disparaîtrait pas facilement pour autant.

      • [^] # Re: Tu es choqué ? agis !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        A mon modeste niveau, en parler est un début.

        Je suis d'accord. Diffuser une information, c'est aussi agir. Agir seul, ou mettre au courant des centaines de gens dont certains vont agir aussi, les deux choses sont utiles.

    • [^] # Re: Tu es choqué ? agit !

      Posté par . Évalué à 3.

      c'est difficile d'agir quand on est en état de choc.

    • [^] # Re: Tu es choqué ? agit !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Sinon, tu peux aussi foutre le feu en chantant des chansons du FN ou de l'UMP, les médias vont pouvoir diaboliser le premier ou la deuxième.

  • # Tu débarques ou quoi ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 15/03/12 à 18:29.

    Ça fait plus de 10 ans qu'ils sont apparus en région parisienne.
    En 2006 mon cousin photographe a réalisé un reportage sur ce sujet:
    Bidonvilles sur Seine

  • # Odeurs

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    et surtout l'odeur âcre de ce qui brûle (plastique, carton…), pour se chauffer évidemment

    c'est surtout pour récupérer le métal, souvent le cuivre des fils électriques.

    Y a pas que les "roms" qui le font.

    Vu le prix du cuivre, c'est toujours très intéressant.

  • # déjà dit

    Posté par . Évalué à 7.

    Les bidonvilles, quand il y en a un, ca va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes.

  • # Entre Ivry et Vitry sur Seine

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Ce début de semaine j'étais en formation à Vitry s/Seine et en prenant le RER B j'ai vu quelques habitations de bric et de broc entre Ivry et Vitry et j'avoue que ça m'a marqué.

  • # St-Quentin-en-Yvelines

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Pareil, depuis quelques mois je peux observer chaque jour l'évolution d'un micro-bidonville depuis mon RER C, à l'entrée de St-Quentin-en-Yvelines :
    http://maps.google.fr/maps?q=48.79227,2.053219

    Au début, ce n'était qu'une tente donc ça faisait un peu SDF isolé. Puis c'est devenu plusieurs cabanons de fortune, et là ça commence vraiment à faire bidonville.

    Je n'en n'avais encore jamais vu réellement en France (je ne sillonne pas toutes les routes du pays…), du coup ça m'a fait un choc aussi.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.