20 ans de LinuxFr.org : entretiens avec les visiteurs (4)

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, Davy Defaud, Xavier Claude et palm123. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa.
21
21
juil.
2018
LinuxFr.org

Le 28 juin 2018, le site LinuxFr.org fêtait ses vingt ans. L’équipe du site a réalisé des entretiens par courriel avec des visiteurs (et contributeurs) réguliers du site. Les réponses sont publiées par lot de cinq répondants, et dans ce nouveau lot (Franck Villaume, Axioplase ıɥs∀, Jiel, Benoît Sibaud et Xavier Claude), les répondants avaient déjà été interviewés pour les treize ans du site.

Les questions de chaque entretien sont les suivantes :

  • Votre utilisation du site, en termes de fréquence ou de méthode de consultation (navigateur, flux RSS, mobile, etc.) a‐t‐elle évolué depuis 2011 ? Votre préférence pour les contenus (dépêches, journaux, sondages, forums, wiki, liens) a‐t‐elle changé ?
  • Que pensez‐vous du nouveau type de contenu « Liens » ?
  • Comment jugez‐vous l’évolution (ou la non‐évolution) du site LinuxFr.org depuis 2011 ?
  • Qu’aimeriez‐vous trouver sur LinuxFr.org qui n’y figure toujours pas ? Quel type de contenu ou de fonctionnalités rêveriez‐vous de voir arriver ?
  • Contribuez‐vous toujours sur les mêmes projets libres qu’en 2011 ? Contribuez‐vous à d’autres projets libres que ceux cités en 2011, et si oui, lesquels ?
  • Encore une fois, vous avez l’opportunité de mettre un coup de projecteur sur un ou plusieurs projets libres (les mêmes qu’en 2011 ou d’autres), lesquels citeriez‐vous ?
  • Vous aviez anticipé en 2011 les évolutions de LinuxFr.org et du Libre pour 2024. Nous sommes à mi‐chemin. À quel point pensez‐vous avoir eu raison ou tort dans votre prévision ? Comment réévalueriez‐vous votre prévision ?
  • Quel serait l’environnement / la configuration de vos rêves ?
  • Autre chose à rajouter ?

Votre utilisation du site, en termes de fréquence ou de méthode de consultation (navigateur, flux RSS, mobile, etc.) a‐t‐elle évolué depuis 2011 ? Votre préférence pour les contenus (dépêches, journaux, sondages, forums, wiki, liens) a‐t‐elle changé ?

Franck Villaume (compte créé en 2000, cf. entretien précédent) : Je reste un vieil utilisateur desktop. Pas de mobile, pas de RSS, pas de trucs funky. Je fais un tour sur la page d’accueil régulièrement et je lis les news et journaux qui me tentent.

Axioplase ıɥs∀ (compte créé en 2003, cf. entretien précédent) : Mon utilisation n’a pas changé énormément. Je pense me connecter un peu moins et surtout poster moins de contenu, mais je reste un visiteur quasi‐quotidien. Je me connecte de mon desktop le matin, direction mon tableau de bord pour voir s’il y a des réponses à un de mes posts, puis les journaux et enfin les dépêches.

Jiel (compte créé en 2003, cf. entretien précédent) : La fréquence de consultation et de commentaires a baissé, car mon temps libre a diminué. La méthode de consultation n’a pas changé et n’a pas évolué : je consulte LinuxFr.org sur mes ordinateurs de bureau, au domicile ou au travail, avec Firefox. Comparé à auparavant, je consulte davantage les journaux et moins les dépêches (c’était l’inverse autrefois), car les dépêches récurrentes m’intéressent moins. Parfois je consulte ou participe aux sondages. Je ne consulte pas les autres contenus.

Benoît Sibaud (compte créé en 2000, directeur de publication et admin, cf. entretien précédent) : Pas de grand changement, toujours de nombreuses visites quotidiennes, sur la quasi totalité des sections du site (modération, rédaction, dépêches, journaux, sondages, suivi, liens et une partie des forums). Notamment pour nettoyer les pourriels et gérer les éventuels débordements, avec une lecture plus ou moins en diagonale. Je contribue peu au code et beaucoup à l’administration système, je réponds aux demandes par courriels et parfois j’écris des contenus (en particulier, chaque quinzaine, un journal résumant de ce qui s’est passé autour du site LinuxFr.org). Sur desktop, navigation au clavier avec la barre d’outils, sur mobile c’est un peu moins pratique à mon goût actuellement.

Xavier Claude (compte créée en 2007, modérateur, cf. entretien précédent) : Au niveau de la fréquence de fréquentation, cela n’a pas beaucoup changé, je passe au moins une fois par jour (hors vacances) sur le site. Au moins pour vérifier qu’il n’y a pas de pourriel ou d’insultes dans les commentaires (mais Benoit est souvent plus rapide que moi). En revanche, je consulte beaucoup plus au travers de mon smartphone ou de ma tablette, même si je préfère un vrai clavier pour écrire un commentaire. Je préfère toujours les journaux et les dépêches, même si je consulte aussi les autres sections.

Que pensez‐vous du nouveau type de contenu « Liens » ?

Franck Villaume : Je ne l’utilise pas.

Axioplase ıɥs∀ : Je ne suis pas contre, mais je ne les consulte pas. J’aimais bien le côté un peu rebelle des journaux bookmarks et la réprimande qui suivait. :)

Jiel : Si je devais utiliser des termes de mercaticien, je dirais que je ne suis pas le public cible.

Benoît Sibaud : Idéalement je préfère avoir une petite description associée à un lien (en partie, car les URL sont rarement explicites, mais aussi pour savoir un peu si le sujet m’intéresse et m’est encore inconnu avant de cliquer). Je l’ai utilisé quelques fois pour diffuser les liens divers que je place habituellement dans la rétrospective de la quinzaine. Je ne suis pas fan du nom (dire en conférence « le mois dernier on a publié 42 liens sur le LinuxFr.org », ce n’est ni super vendeur ni explicite ; par ailleurs, c’est nommé « bookmarks » en base de données, « links » étant les liens des dépêches) et je suis encore mitigé sur la pertinence de cette catégorie de contenus ; c’est probablement l’usage qui va décider de leur avenir. Côté modération, il reste un point à clarifier sur ce que l’on accepte ou non dans cette catégorie (et donc mettre à jour les règles de modération).

Xavier Claude : Je n’étais pas forcément enjoué au début, je trouve qu’une description est nécessaire pour donner envie de cliquer sur un lien (c’est pour ça que j’ai beaucoup de mal à apprécier reddit ou Hacker News). J’avais peur que ça parte un peu dans tous les sens mais, au final, ça se passe bien pour le moment et il y a même certains liens que je suis bien content d’avoir trouvé.

Comment jugez‐vous l’évolution (ou la non‐évolution) du site LinuxFr.org depuis 2011 ?

Franck Villaume : Vive templeet !

Axioplase ıɥs∀ : Je trouve que ça n’a pas trop changé. Certes, on a perdu les messages en quittant templeet, mais c’est pas plus mal. Parfois, la CSS que j’utilise n’est pas parfaite, mais c’est pas grave (ni de la faute de DLFP). Je trouve en revanche que le contenu s’est un peu simplifié. Faut dire que GNU/Linux fin 90 ou début 2000, c’était un peu plus rigolo à installer et les utilisateurs étaient donc plus orientés technique qu’aujourd’hui. Heureusement, on a toujours cet esprit bon enfant, même si je n’ai pas entendu parler de mon Lead Architect J2EE préféré, Pierre Tramo, ni de la cabale depuis longtemps. Certaines traditions se perdent, mais d’autres se font (comme Tap Tempo).

Jiel : Une petite chose qui me déplaît est l’insertion d’images parfois trop grandes dans les dépêches. Cela alourdit la page et la lecture. Quand c’est une capture d’écran, pourquoi pas, mais quand c’est un logo, je trouve cela nuisible. Ceci dit je note que c’est souvent (bien) pire ailleurs.
L’emploi occasionnel de l’écriture dite « inclusive » par certains participants me choque, car si cela part d’une bonne intention, c’est, sans compter les dangers de modifier la langue pour une cause particulière, un non‐sens linguistique et grammatical.
Ce qui me déplaît dans les commentaires, ce sont les attaques ad hominem visant certains contributeurs (dont je ne fais heureusement pas partie). Certains contributeurs qui ont des idées assez tranchées ou clivantes, avec une pensée assez minoritaire, se font parfois attaquer dès leur premier commentaire sans que les gens étudient le fond (du genre : € Ha ha ! Ça c’est bien une remarque de ce crétin de Tartempion ! »). C’est dommage et cela peut les décourager à contribuer, par conséquent entraîner une perte dans la diversité d’opinions voire une sectarisation du site. Ces comportement ont toujours existé, mais j’aimerais que cela évolue positivement.
Toutefois, j’aime vraiment beaucoup que le site reste à la fois un site d’information mais aussi un site où on peut débattre de nombreux sujets. Je trouve qu’il y a fréquemment des débats qui sont d’un assez haut niveau, avec des arguments construits et pertinents, même sur des sujets parfois assez éloignés de l’informatique. J’apprécie aussi le travail de l’équipe de modération qui sait modérer le spam et les insultes, mais qui laisse une grande liberté de ton. J’aime cet espace de débat assez libre, qui permet d’échanger et d’apprendre des autres, ce que l’on ne retrouve pas partout. C’est précieux !

Benoît Sibaud : Idéalement, éternel insatisfait et fournisseur d’idées, j’aimerais bien plein de nouvelles fonctionnalités sur le site (plus social ? plus décentralisé ? un challenge ? et plein d’autres choses encore), des services en plus, etc, etc. En pratique, il y a plus d’idées et de demandes que de gens pour les réaliser dans des journées limitées à 24 h. Bref ça avance aussi vite que possible en l’état et il ne reste qu’à trouver des contributeurs pour accélérer l’arrivée de nouveautés. Tu veux faire du RoR ? Rejoins‐nous. Tu veux faire de l’adminsys ? Rejoins‐nous. Tu as envie de refondre le design (merci à toi mjourdan), revoir la charte graphique, ajouter un nouveau logo (merci à vous Ayo, Jehan, devnewton, et mes excuses aux oubliés), etc. Fais‐toi plaisir. Tu voudrais une dépêche sur un sujet ? Contribue à la coécrire. LinuxFr.org n’est que le résultat du taf de l’ensemble des contributeurs (et tout est libre).

Xavier Claude : Je trouve que le site se porte toujours bien. Évidemment, il y a des améliorations possibles (le suivi n’est pas vide). Je pense que le plus gros problème est le manque de contributeurs (et je fais partie des absents, j’aimerais contribuer plus au niveau des contenus) et malheureusement, j’ai l’impression que ce nombre a baissé depuis 2011. Mais c’est peut‐être lié aussi à une maturité du Libre qui fait qu’il n’y a pas forcément beaucoup de nouveautés à raconter (par exemple, je ne suis pas sûr que beaucoup de monde utilise une option récente d’OpenSSH).

Qu’aimeriez‐vous trouver sur LinuxFr.org qui n’y figure toujours pas ? Quel type de contenu ou de fonctionnalités rêveriez‐vous de voir arriver ?

Franck Villaume : On pourrait imaginer une tribune où des moules pourraient discuter logiciels libres.

Axioplase ıɥs∀ : Bonne question. Un système de suivi pour être au courant quand une moule poste un nouveau contenu ? Ça pourrait être ajouté au tableau de bord, ou être une nouvelle section. Sinon, je trouve que LinuxFr.org fait ce qu’il faut, ni vraiment plus, ni vraiment moins, et c’est pas plus mal ainsi.

Jiel : Je souhaite que LinuxFr.org change peu en termes de type de contenu. En effet, j’aime les dépêches et les journaux et je trouve que c’est là où le site est le meilleur. Trop de contenu ou de fonctionnalités rendrait le site moins attractif. Ce qu’il manque, sur le site comme dans la communauté du logiciel libre en général, ce sont les jeunes. C’est à dire, des lycéens et des étudiants. La communauté vieillit et cela se voit ici aussi : je me souviens du temps où les vieux du site étaient trentenaires.

Benoît Sibaud : J’aimerais y voir la relève qui nous dira : « C’est sympa les machins qui vous avez faits… à votre époque… malaise… En fait, on voudrait faire ça, ça et ça. Et d’ailleurs, on a commencé. » Bref, j’aimerais y voir plus d’élèves en collège/lycée ou d’étudiants (ou les équivalents dans les diverses zones francophones). Côté nouveau contenu, j’avais évoqué en avril dernier, suite à une discussion avec Jehan, que je recherchais un équivalent de GéGé, Geektionnerd Generator (basé sur du PNG) mais qui serait basé sur du vectoriel, pour créer rapidement un dessin pour commenter l’actu ou pour illustrer une dépêche.

Xavier Claude : Je ne me suis pas encore lassé des types de contenu existants.

Contribuez‐vous toujours sur les mêmes projets libres qu’en 2011 ? Contribuez‐vous à d’autres projets libres que ceux cités en 2011, et si oui, lesquels ?

Franck Villaume : Je me suis recentré sur un seul projet (FusionForge) et suis devenu mainteneur principal. La route est longue, mais je m’amuse toujours autant.

Axioplase ıɥs∀ : Non. Grosso modo, plus depuis que je gagne ma vie à coder. La plupart des logiciels libres que j’utilise font ce que je souhaite, et je n’ai pas spécialement envie de recréer une énième alternative à un produit qui marche bien. J’envoie bien un rapport de bogue de temps en temps, mais même ça, c’est rare… En revanche, au taf, je continue de créer des outils à tout‐va, mais vu qu’ils concernent principalement des outils propriétaires, je n’en fais pas des logiciels libres.

Jiel : Je contribue toujours à Léa-Linux. Indirectement, je fais fréquemment des rapports de bogues ou de vulnérabilités, de temps en temps des suggestions d’amélioration. J’initie assez souvent des personnes de mon cercle de connaissance à GNU/Linux (à leur demande) et je les aide à progresser, ce qui est aussi une forme de contribution. Au sens plus large de « projet libre », je contribue à Wikipédia et Commons.

Benoît Sibaud : Ma contribution principale reste LinuxFr.org, même s’il m’arrive évidemment de signaler ou corriger des bogues ailleurs.

Xavier Claude : Je ne participe à aucun projet en ce moment (par manque de temps et de motivation).

Encore une fois, vous avez l’opportunité de mettre un coup de projecteur sur un ou plusieurs projets libres (les mêmes qu’en 2011 ou d’autres), lesquels citeriez‐vous ?

Franck Villaume : La forge originale à laquelle je contribue toujours : FusionForge et qui recherche toujours des contributeurs.

Axioplase ıɥs∀ : Hum… Je dirais sockeye parce que c’est cool, ça marche bien et que c’est le genre de logiciel libre avec des contributions de grosses boîtes auxquelles on ne pense pas toujours quand on parle de libre. Aussi, les BSD, parce qu’il n’y a pas que GNU/Linux dans la vie :D. Ah, et puis nvim, qui je pense a mis un coup de pression à vim pour rattraper son retard, par exemple avec les connexions asynchrones.

Jiel : Gramps est selon moi de loin le meilleur logiciel de généalogie, logiciels privateurs inclus. Kdenlive permet de faire des montages vidéo en quelques clics. XMMS pour la musique et Geeqie pour les images, parce qu’ils sont simples et efficaces. MPlayer reste pour moi le meilleur lecteur vidéo. Freenet et Tor qui permettent de rester dans l’esprit initial d’Internet. Gimp est archi connu mais archi utile, tout en restant simple d’utilisation. Kubernetes, car c’est élégant et puissant. OpenStack, peu élégant, un peu usine à gaz mais terriblement puissant. Terraform parce que j’aime l’automatisation. tmux pour regarder plein de terminaux en même temps ou lancer une tâche en arrière‐plan. 0 A.D., car c’est la preuve que l’on peut faire un jeu libre avec des graphismes de qualité. Léa-Linux pour aider les gens à apprivoiser leur système d’exploitation.

Benoît Sibaud : J’utilise quotidiennement OpenSSH pour des sessions chiffrées, Debian, Ubuntu et CentOS comme distributions GNU/Linux, Ansible pour l’automatisation, jq pour le JSON, ZNC comme proxy IRC, Firefox comme brouteur Web, hexchat comme client IRC, mutt ou Thunderbird comme clients de courriel, VLC ou mpv comme lecteurs multimédia, LXC ou Docker pour les conteneurs, F-Droid pour les applis mobiles, OpenStack pour l’infrastructure par API, pass comme gestionnaire de mots de passe, Mattermost pour le travail en équipe, GitLab Core comme forge logicielle… et probablement bien d’autres. Sans parler de Wikipédia comme encyclopédie, OpenStreetMap comme carte, LinuxFr.org… J’aime lire les dépêches 0 A.D. sans y avoir jamais joué. Open Path View me semble un très chouette projet (vu aux RMLL 2018). OpenFoodFacts est aussi un projet important. Bref un mélange de projets que j’utilise déjà, que je trouve beaux, intéressants, innovants, etc., ou que je devrais me décider à utiliser (type Replicant ou Libreboot, par exemple).

Xavier Claude : Dans les classiques : Debian et OpenBSD. Dans les hypes : GitLab, même si le tout est un peu lourd, ils offrent une interface très agréable et productive. Dans ceux que je n’utilise pas mais que j’aimerais voir progresser : Redox, un système d’exploitation écrit en Rust, où même les coreutils sont écrits en Rust, je pense que ça pourra amener des bons outils même si le système d’exploitation en tant tel ne prend pas (ce que je ne leur souhaite pas, bien sûr). Du côté des jeux : CorsixTH, une réimplémentation libre de Theme Hospital, je leur souhaite autant de succès qu’OpenTTD.

Vous aviez anticipé en 2011 les évolutions de LinuxFr.org et du Libre pour 2024. Nous sommes à mi‐chemin. À quel point pensez‐vous avoir eu raison ou tort dans votre prévision ? Comment réévalueriez‐vous votre prévision ?

Franck Villaume : Mais qu’est devenue la tribune ? Et on est toujours en AGPL v3… Bref, tout faux.

Axioplase ıɥs∀ : Je crois que j’ai pas trop mal prédit : [GNU/]Linux est moins barbu et plus grand public, même s’il est parfois un peu déguisé, comme avec Android. Il y a une alternative libre pour la plupart des offres propriétaires nécessaires au desktop. En revanche, ce que je trouve intéressant, c’est l’évolution d’Internet et des notions de vie privée, avec des gamins de 12 ans qui sont des stars sur les médias sociaux. La notion d’identité et de droit me paraît chamboulée. Il sera intéressant de voir ce que cette génération fera dans dix ans quand ça sera elle qui développera les logiciels.

Jiel : J’imaginais un nouveau moteur pour LinuxFr.org, c’est chose faite, notamment grâce au travail de Bruno. J’avais prévu des environnements libres toujours plus fiables et ergonomiques, pour le coup, je crois que la réalité a largement dépassé mes prévisions, même si c’est toujours perfectible. En revanche, j’avais prévu quelques bonnes victoires pour la communauté et j’avoue que je suis plutôt dubitatif. Si on est à mi‐chemin, c’est que cela va peut‐être venir.
Pour le futur, je pense que LinuxFr.org va se maintenir plus ou moins tel qu’il est aujourd’hui. En tout cas, c’est un souhait. On peut aussi raisonnablement penser que la plupart des tendances qui se développent actuellement vont continuer de prendre de l’importance : développement massif du cloud (privé ou public, pour les serveurs ou juste la bureautique) ; multiplication des objets connectés et de l’intelligence artificielle qui s’invitera partout, avec sans doute des IA capables de réaliser seules des tâches complexes et critiques telles que des opérations médicales (cependant, je pense qu’il faudra attendre vraiment longtemps pour faire comprendre à une IA les subtilités du langage ou de la pensée humaine) ; délocalisation massive des emplois d’informaticiens vers des pays peu favorables en termes de qualité de vie et de travail. IPv6 va peut‐être se généraliser, mais très doucement. Les cryptomonnaies vont rentrer dans le moule (les principales seront régulées par des autorités, comme pour la monnaie traditionnelle), la monnaie physique, pièces et billets, va progressivement disparaître. HURD sera encore en début de développement. S’il n’y a pas de sursaut des citoyens, le traçage de leurs faits et gestes grâce à la technologie va s’amplifier. En 2024, je ne sais pas, mais je pense que l’entreprise informatique la plus puissante et la plus innovante dans dix ans ne sera ni Microsoft, ni Google, ni Apple.

Benoît Sibaud : Le monde n’est ni devenu ultra‐sécuritaire ni orwellien, hein ? Sinon, le monde « sera ce que nous, vous, moi, en ferons », je suis d’accord avec mon ancien moi.

Xavier Claude : Au final, je n’étais pas trop mauvais dans mes prédictions. Le Libre s’impose un peu partout pour l’amélioration des méthodes de développements. Ce que je n’avais pas prédit mais qui découle de cela, c’est que seul le cœur est libre et il y a encore très souvent une surcouche propriétaire. Malheureusement, le traçage des gens va augmenter, parce que cela apporte une amélioration nette du confort. Au vu du RGPD, on peut peut‐être avoir un peu d’espoir qu’il y ait certains garde‐fous.

Quel serait l’environnement / la configuration de vos rêves ?

Franck Villaume : Que mon Vaio Z tienne encore longtemps et donc que les logiciels libres que j’utilise fassent une cure d’amaigrissement. Firefox est gros et gras. LibreOffice n’est pas connu pour sa légèreté.

Axioplase ıɥs∀ : D’un point de vue ergonomie et matériel, je pense qu’on est suffisamment bien aujourd’hui avec les principaux systèmes d’exploitation et logiciels, même s’ils pourraient être plus légers et rapides. J’aimerais une meilleure intégration de la voix (reconnaissance et synthèse vocale) et du physique (braille, langue des signes). Et je crois que je veux une offre écologique. On consomme et pollue toujours pas mal et le vieux matériel n’est pas tellement réutilisable. Suis‐je en train de devenir un vieux con ?

Jiel : Techniquement j’aimerais bien pouvoir disposer de batteries ayant une longue durée de vie, de l’ordre d’une dizaine de jours, pour les appareils mobiles. J’aimerais aussi une technologie qui permette de déployer rapidement du réseau dans toutes les pièces de son domicile (les câbles ne sont pas pratiques à installer), en ayant un bon débit et sans perdre en sécurité (les défauts du Wi‐Fi ou du CPL). J’aimerais aussi que la plupart des objets électroniques puissent être assemblés comme des briques de Lego, en pouvant ajouter une brique caméra ou enlever une brique haut‐parleur, par exemple. J’aimerais aussi que nos appareils informatiques consomment moins, pour l’écologie. Surtout, j’aimerais que le matériel autorisé à la vente respecte certaines normes environnementales mais surtout sociales. Les conditions d’extraction de minerais et de travail pour produire les téléphones et les ordinateurs que nous utilisons sont déplorables, en particulier en Afrique. Je suis prêt à payer plus cher pour cela.
Toutefois, je ne veux pas d’une cage dorée. La configuration de mes rêves n’aurait de sens que si je pouvais l’installer dans un environnement sain et neutre, c’est‐à‐dire sans être espionné, tracé ou censuré par des états et des entreprises. Or, cette situation s’aggrave rapidement. Le contrôle que l’on reprochait il y a quinze ans à des pays comme l’Iran est aujourd’hui en France, dans l’indifférence quasi générale.

Benoît Sibaud : Je veux encore et toujours du 100 % logiciel libre, du matériel ouvert, bidouillable et vraiment documenté. En revanche, je me contrefiche de la course à la puissance et de ne pas avoir le dernier machin à la mode. Et réutiliser du matériel sera toujours plus écologique que de se ruer sur le nouveau bidule (j’ai des stocks de vieilles machines fonctionnelles…).

Xavier Claude : J’aimerais plus de libre du côté des lecteurs e‐book et des périphériques tactiles (tablettes et smartphones). Ma configuration de rêve me permet de passer du smartphone, à la tablette, au portable, en finissant par le lecteur e‐book et en passant par le desktop de manière transparente. Même si je ne fais pas les mêmes choses dessus, elles sont toutes souvent liées. Par exemple, je lis mes flux RSS sur mon smartphone et puis je veux un article un peu plus long sur mon lecteur e‐book ou je veux écrire un commentaire pour un journal sur mon desktop.

Autre chose à rajouter ?

Franck Villaume : C01NC01N WILL SAVE YOUR SOUL!!!

Axioplase ıɥs∀ : Pour quelques bitcoins, je refais toutes mes réponses en vous encensant ! Business à part, continuons a mélanger le sérieux et le léger, et à célébrer les contributeurs. Et voyons aussi si l’on ne peut pas avoir un peu de participation de la part d’entreprises aussi. Ça serait bien si les boîtes venaient annoncer leurs logiciels libres sur LinuxFr.org (dans une nouvelle rubrique).

Jiel : Merci à l’équipe de LinuxFr.org, d’abord ceux qui font de la maintenance, du code, les modérateurs et le groupe de l’espace de rédaction. Ce travail ne se voit pas toujours, mais je sais qu’il est imposant. Merci à tous les contributeurs qui postent des nouvelles et des commentaires rendant ce site intéressant. Merci aussi à toi qui lit en entier ces entretiens, j’espère que ce n’était pas trop pénible.
Une petite réflexion pour la route : c’est en amenant nos concitoyens à s’instruire et à exercer leur esprit critique que l’on assurera la pérennité des combats éthiques tels que le logiciel libre.

Benoît Sibaud : Putain vingt ans ! En route pour les quarante‐deux !

Xavier Claude : On fête les vingt ans ? Mais l’entretien des treize ans, c’était la semaine dernière !

Aller plus loin

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.