Ubuntu abandonne Unity, Mir et le mobile !

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nils Ratusznik, Nÿco, Benoît Sibaud, palm123, Lawless et j. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
51
7
avr.
2017
Ubuntu

Le premier avril est déjà passé et pourtant Mark Shuttleworth vient d’annoncer l’abandon de l’environnement de bureau Unity pour les futures versions d’Ubuntu. Sont également abandonnés les efforts de convergence avec les smartphones.

Unity et Mir sont dans un bateau, Unity tombe à l’eau. Qu’est‐ce qui reste ?

Mir ? Non, Mir n’a aucun intérêt sans le reste. « Nous n’avons pas d’autres choix réalistes que celui d’utiliser Wayland, puisqu’Ubuntu bascule sur GNOME. » (Michael Hall, Canonical Community Manager). Alors qu’est‐ce qui reste ? Que reste‐t‐il en effet des nombreuses idées de Mark Shuttleworth et de son projet de changer le monde ?

Si ça sonne comme une intro de philo ou de brèves de comptoir, c’est que la présente dépêche a été rédigée en piochant dans les commentaires échangés sur ce journal de patrickg. Je ne suis donc pas toujours de mon avis !

Unity et Mir

Sommaire

La presse

On dira ce qu’on voudra de Mark Shuttleworth, mais il sait trancher. Rappelez‐vous l’abandon éclair d’Upstart et le ralliement à _systemds dès que Debian a choisi sa voie. Et les annonces du touriste spatial font réagir la presse ! En plus des liens tout là‐haut, on en trouve encore, pour tous les goûts :

Changement d’interface

En résumé, cinq jours avant l’annonce de Mark Shuttleworth (patron d’Ubuntu), Dustin Kirkland (le chef de projet d’Ubuntu) a demandé sur Hacker News ce que les utilisateurs de la prochaine version d’Ubuntu attendaient. Christian Schaller (responsable de l’équipe Red Hat) a juste rappelé en passant que tout ce que les utilisateurs d’Ubuntu attendaient était déjà présent dans GNOME.
Tiré de cet excellent billet de blog.

Quant à Mir, c’est fini aussi, d’après Michael Hall (Canonical Community Manager) [aucun lien ;-), N. D. M] :

« By switching to GNOME, Canonical is also giving up on Mir and moving to the Wayland display server, another contender for replacing the X Window system. Given the separate development paths of Mir and Wayland, “we have no real choice but to use Wayland when Ubuntu switches to GNOME by default”, Hall told Ars. “Using Mir simply isn't an option we have.” »

Ça donnait quoi la convergence (Unity sur tablette) ?

Sur la tablette BQ Aquaris M10, Unity fonctionne plutôt bien : c’est agréable d’avoir un réel Ubuntu qui permet d’utiliser des outils de développement, sans même se prendre la tête avec un simple apt-get install. Leur montage logiciel était assez intéressant :

  • une Ubuntu 15.04 de base avec très peu de logiciels (il faut tenir dans moins de 10 Go à cause du partitionnement) ;
  • les logiciels disponibles dans le magasin Ubuntu au format « click » (snap n’était pas encore sorti et allait être intégré à la place) ;
  • pour les autres logiciels plus standards, utilisation de leur solution « Libertine » comme environnement : un système d’isolation maison (ça ressemble à chroot / Docker) avec des droits restreints, qui permet d’accéder aux périphériques (genre clavier virtuelle/matérielle). Sur cette tablette, Unity est très proche de la version 8, disponible sur bureau depuis la bêta d’Ubuntu 16.10.

Retour à Gnome

En tout cas c’est une excellente nouvelle pour GNOME, car, avec deux ou trois extensions, on peut avoir le look & feel de Unity sous GNOME Shell. Rien n’empêche donc Ubuntu de personnaliser l’apparence du bureau, façon GNOME Classic ou bien même en singeant en partie l’apparence de Unity. Nous ne serons sans doute pas condamnés à un GNOME brut de décoffrage.

Revenir à GNOME sera‐t‐il facile ? Les devs d’Ubuntu devront réapprendre la couche logicielle et Wayland pour faire les choses bien. Depuis qu‘ils sont passés à Unity, les autres distributions ont progressé, par exemple l’intégration de GNOME dans Fedora est nickel aujourd’hui. Cela ne sera pas facile de retrouver ce niveau. Mais, bah, ils ont un an pour mitonner un GNOME aux petits oignons. Vu que cette décision libère la majorité de la main d’œuvre qui bossait sur Unity et que leur intégration actuelle est pourrie, à cause de Unity et des divers correctifs dans la pile GTK / GNOME, le retour à GNOME sera au contraire facile et sain !

Que reste-t-il d’Ubuntu ?

En abandonnant Unity, Ubuntu Desktop perd‐il une part de son identité ? Unity était leur force. Qu’on aime ou pas cette interface, elle se démarque et peut satisfaire des utilisateurs. Pourquoi ne pas continuer à développer Unity en l’adaptant à Wayland ? Certaines personnes de la communauté Ubuntu veulent déjà lancer un fork pour maintenir Unity 8. Marius Gripsgård qui est connu pour son travail sur UBports, une initiative communautaire qui essaie de porter Ubuntu Touch sur le plus grand nombre possible d’appareils, est déterminé à continuer et à chercher à maintenir Unity 8. Il a écrit sur Google+ : « Je ne baisserai pas les bras ! »

Au final, que reste‐t‐il à Ubuntu par rapport à Debian pour le bureau :

  • des publications plus fréquentes (mais c’est contre‐balancé par Flatpack) ;
  • les PPA ;
  • quoi d’autre ?

On peut comprendre que Canonical se recentre sur ce qui lui apporte de l’argent (serveur et cloud), mais leur succès dans ce domaine n’aurait peut‐être pas eu lieu si le bureau ne les avait fait pas connaître.

Il reste à Ubuntu une identité visuelle, une marque relativement connue. D’ailleurs, jusqu’à 2011, Ubuntu utilisait GNOME 2 avant de basculer à Unity ; Canonical a commencé comme un intégrateur apportant aux utilisateurs un bureau GNU/Linux peaufiné, abouti et cohérent. Qu’on aime ou pas Ubuntu, le résultat a été plutôt bon :

  • Ubuntu n’était pas révolutionnaire, mais le soin apporté à la finition et à la qualité générale de la distribution la distinguait nettement ;
  • ce qui a fait la différence, c’est que c’était la première distrib’ facile à essayer (CD autonome), à installer (graphique à partir du CD autonome) et à maintenir (apt-get qui marche tout le temps), car il y avait l’infrastructure derrière ;
  • il y a eu une très bonne communication pour rendre la distrib’ populaire, avec les CD offerts, envoyés par la poste. Ça démocratisait GNU/Linux. Bien sûr, le CD autonome Knoppix existait à l’époque, mais c’était tout de même confidentiel. Il y avait bien SuSE en distribution peaufinée, mais sans CD autonome pour le commun des mortels (c’est arrivé après). Mandrake, quant à elle, était trouée de bogues. Et, à ce moment‐là, Red Hat abandonnait, Fedora a été lancée comme un projet communautaire.

Pourquoi pas XFCE ?

Pourraient‐ils se tourner vers un autre bureau GNU/Linux, fonctionnel et performant : XFCE ? Il est assez beau, après quelques modifications… et peut de surcroît donner une identité à une distribution, voir par exemple ce qu’en a fait GalliumOS (pour coller avec l’esprit Chromebook).

Xfce est composé à 100 % de logiciels du projet. Traditionnellement, les utilitaires manquants ou obsolètes dans le projet Xfce sont piochés dans GNOME (surtout du temps de GNOME 2) ou MATE, ou en autonome (c.‐à‐d. des applications GTK qui ne sont « rattachées » à aucun « bureau GNU/Linux »). C’est le cas dans Xubuntu depuis des années, par exemple.

Fails ?

  • Upstart… échec ;
  • Unity… échec ;
  • Mir… échec ;
  • Snap…

Canonical n’est pas vraiment en réussite pour ce qui est de développer et réussir à imposer ses solutions. Mais c’est probablement parce qu’on a toujours eu l’impression qu’il développait ça pour son propre intérêt avant tout.

Upstart ? On peut voir Upstart comme une étape intermédiaire entre le démon d’initialisation traditionnel et systemd, il a permis de tester des concepts et de voir certains défauts d’architecture pour rendre systemd meilleur. La plupart des distributions l’ont utilisé un jour, contrairement aux autres technologies maison comme Mir ou Unity.

Unity ? Dans la même voie, dire que Unity est un échec est franchement simpliste. Le vrai échec, c’est qu’on ne se pose même plus la question de savoir si ce sera enfin l’année de GNU/Linux sur le bureau. Au moment du passage vers GNOME Shell, ce dernier était totalement inutilisable. Ça clignotait de partout, des grosses icônes moches… Bref, on n’arrivait pas à s’y faire et, pour préserver notre santé mentale de ces animations, il a fallu chercher une alternative. Linus Torvalds a basculé sur Xfce. Pour éviter l’impression d’être en seconde classe, d’autres se sont rabattus sur Ubuntu et Unity, juste parce que le dock était correct. Au final, Unity a permis, le temps de cette migration vers GNOME Shell, de continuer à utiliser GNU/Linux, mais aussi de pouvoir le partager avec d’autres personnes et, rien que pour ça, c’est une réussite.

Mir ? Le souci de Canonical était de se focaliser sur des projets à faible valeur ajoutée pour eux, comme Mir, alors qu’une solution libre en cours de développement existait depuis longtemps et semblait faire consensus, comme Wayland. N’oublions pas que Canonical n’est pas une entreprise très rentable et qu’ils ont peu de ressources humaines et financières par rapport à d’autres comme Red Hat ou OpenSUSE, ils ne peuvent se permettre de gaspiller des ressources à faire ce genre de choses.

C’est pourtant ce qu’ils ont fait depuis dix ans, comme un coup marketing :
Ubuntu a tout fait pour se démarquer de GNU/Linux, dès le début. C’était une des premières distributions à ne pas (ou très discrètement) écrire le mot Linux sur ses pochettes et sur son site. Le but était de dire qu’Ubuntu est l’alternative à macOS et Windows. Pas GNU/Linux, pas Linux, pas la communauté : Ubuntu. Canonical voulait devenir « Linux » aux yeux du grand public et le pari c’était de lancer plein de trucs dans son coin, forçant ensuite les autres à courir derrière eux. De même, ils ont toujours peu collaboré avec les autres ou sur les projet en amont (cf. par exemple, l’article Canonical et Ubuntu au centre d’une polémique — c’est vrai, ça date), même proportionnellement à leurs ressources.

Concluons : c’est la vie des logiciels, ça s’impose et c’est remplacé. Sinon, à ce compte‐là tout logiciel n’ayant pas une durée de vie infinie est un échec.

À ce sujet, qui prend les paris sur l’issue du combat entre Flatpak et Snappy ?

AppImage les mettra‐t‐il tous d’accord (pas exactement pareil, mais le but final est dans la même idée) ?

Le problème de cette solution, c’est qu’il n’y a aucune prise en compte de la sécurité. Il faut le coupler avec un truc comme Firejail et ça devient tout de suite moins simple. AppImage ne semble résoudre que certains problèmes, comme le fait de pouvoir proposer des paquets agnostiques du point de vue de la distribution et qui sont isolés dans un sandbox. Flatpak semble aller au‐delà. Ainsi, dans Flatpak, on a la notion d’environnement d’exécution — runtime — (GNOME, KDE, Freedesktop…), qui permettent de proposer des paquets plus petits (dans le cas de LibreOffice, ça donne 177 Mio pour la version Flatpak et 249 Mio pour l’AppImage). En cas de failles de sécurité dans les bibliothèques de l’environnement d’exécution, il suffit de mettre à jour seulement ce dernier et non l’ensemble des paquets qui en dépendent. Ensuite, niveau sécurité, Flatpak propose la notion de portails qui permettent d’accorder ou non certaines autorisations (accès à certains périphériques, tels que micro ou webcam, à la géolocalisation, au dossier personnel de l’utilisateur…). Autorisations qui peuvent être révoquées à tout moment. C’est à implémenter côté environnement de bureau. GNOME l’a déjà fait, KDE c’est prévu, si ce n’est déjà fait.

D’autre part, Flatpak peut exploiter l’accélération OpenGL des pilotes graphiques. Ça paraît con, mais ça signifie que ce n’était pas le cas par défaut. Qu’en est‐il d’AppImage ?
Enfin, quand on voit tout le travail qu’il y a à faire pour qu’un Flatpak s’intègre bien avec le reste de l’environnement, comme la prise en charge des thèmes utilisateur}, l’utilisation d’iBus, etc., ça va clairement bien plus loin que de pouvoir simplement installer une application.

Un recentrage des activités vers les entreprises ?

En abandonnant Unity, Canonical se recentre certainement vers le segment des entreprises, plus générateur de revenus. Plusieurs projets Canonical ont échoué et, si la distribution reste populaire (pour des raisons parfois discutables), d’autres distributions (Mint) commencent à sortir du bois.
C’est bien qu’Ubuntu abandonne Mir et potentiellement Snappy et d’autres technos maison. Mais, espérons que Canonical ne va pas trop se concentrer sur le cloud et l’Internet des objets (IoT) au détriment du bureau.

Dans le monde des entreprises, Red Hat domine outrageusement le marché, suivi de très loin par SUSE. Un troisième larron ne ferait pas de mal…

Comme Mozilla ?

C’est amusant, ils suivent le même cheminement que Mozilla, mais un an après. Abandon de Firefox OS pour se focaliser sur l’Internet des objets (IoT), qu’ils ont abandonné quelques mois après. Ça ne vous rappelle rien ?

  • on annonce que l’on stoppe les nouveaux matériels au point x ;
  • une dizaine de mois après, le point x, on annonce que l’on réduit les effectifs liés au logiciel, car l’offre matérielle n’a pas fonctionné (en même temps, on l’a stoppé quelques mois avant) ;
  • encore 1 ou 2 mois et on annonce la fin du projet pour se recentrer sur d’autres parties ;
  • enfin, on jette l’eau du bain et le bébé : ça fait plus d’un an que le marché du matériel n’est plus intéressé par nous (en même temps, on lui a dit que l’on stoppait la production de nouveau matériel).

Canonical (plus de 700 employés) est un petit acteur quand on y pense, il ne peut pas rivaliser avec Red Hat (10 250 employés en 2016) ou OpenSUSE en termes de capacité de développement. Maintenir autant de technologies concurrentes ne leur apportait rien et devait coûter cher financièrement et humainement. C’est bien de se montrer plus raisonnable, mais comment croire en leur capacité de faire de l’IoT, car c’est vraiment un autre secteur d’activité qu’il ne maîtrise pas.

Les gens de Canonical disent qu’ils ont déjà des clients pour ça et ça se rapproche peut‐être des plans de Canonical pour le déploiement de services. Il y avait des « charms », qui représentent des services déployables facilement sur des machines via une interface centrale : ça pourrait concerner les conteneurs, mais peut‐être aussi les objets connectés, dans l’idée d’une maison avec plein de bidules contrôlables de manière centralisée, par exemple ?

Se concentrer sur le cloud est plus raisonnable, mais leur réputation reste liée au bureau. Est‐ce que la mayonnaise prendra ? Difficile à dire.

Visions

Enfin, pour ceux intéressés par les « visions » du fondateur d’Ubuntu, Numerama avait fait une très bonne interview de Mark Shuttleworth au dernier MWC. L’interview m’avait laissé une impression assez étrange, j’en avais gardé une idée du style : d’une part, il a des visions de création de nouvelles technologies qui diffèrent avec les décisions prises par la communauté et, ensuite, il est chagriné de voir que la communauté ne l’a pas suivi ?

  • # Un autre excellent blog a ce sujet

    Posté par . Évalué à 4 (+4/-0).

    Ubuntu rejoins the GNOME fold: A look at the ramifications of this large, and undoubtedly difficult, decision

    https://www.collabora.com/news-and-blog/blog/2017/04/05/ubuntu-rejoins-the-gnome-fold/

    (trouvé sur https://www.reddit.com/r/linux/)

  • # Bonne nouvelle ?

    Posté par . Évalué à 8 (+7/-0).

    c’est peut être une bonne nouvelle ?

    Les développeurs Vont-ils concentrer leur effort sur Wayland ?

    Ça me semble logique pour accélérer le développement de Wayland, mais je peux aussi me tromper.

    Merci aux personnes qui mon aidé a trouvé des solutions pour essayer d’écrire sans faute d’orthographe.

    • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

      Posté par . Évalué à 6 (+5/-0).

      Les développeurs Vont-ils concentrer leur effort sur Wayland ?

      À priori, ce ne sera malheureusement pas le cas (on parle d'une grosse baisse d'effectif chez Canonical).

      • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

        Posté par . Évalué à 3 (+8/-5).

        Beau gâchis.. quand on pense à l'énergie qu'ont dépensé les dev de Wayland pour justifier répondre aux trolls lancé par Mir.

        • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

          Posté par . Évalué à 8 (+8/-1).

          quand on pense à l'énergie qu'ont dépensé les dev de Wayland pour justifier répondre aux trolls lancé par Mir.

          C'est mon plus gros regret sur Mir. Qu'on puisse ne pas accepter Wayland comme le choix de l'avenir et qu'on parte sur autre chose, ça ne me pose zéro problème. C'est les boules puantes jetées sur Wayland dont je me serais bien passé.

          • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

            Posté par . Évalué à 10 (+19/-2).

            Mir a été très néfaste (bien plus que ce que ma retenu naturelle a laissé dire dans le précédant message, grassement moinsé) :
            - Développement en secret avant le jour de l'annonce (super! impossible de juger le travail)
            - Le jour de l'annonce, dire n'importe quoi sur Wayland, donner des faits tronqués
            - pomper les ressources de Wayland qui se compte sur les doigts d'UNE main
            - Grosse com pour détourner les fabricants de driver (de CG) de Wayland
            - Grosse com pour détourner les développeur de desktop de Wayland (alors que Mir était ensuite annoncé comme lié à Unity…)
            - Perte de temps colossale pour les dev de Wayland pour rétablir le bon sens commun (qui manque de temps déjà suffisamment)
            - Perte de temps pour les développeurs de desktop

            Tout a été fait pour rendre Mir incontournable. Si Mir avait gagné, ce qui était impossible vue le niveau de l'argumentaire anti-Wayland, fait par des PR et pas des dev, Gnome et KDE aurait beaucoup souffert. Wayland permet à KWin de continuer à exister, Mir impose Unity… Et LE dev principale de Kwin est beaucoup plus compétent que les (ex)dev d'Unity et Mir réuni.

            • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

              Posté par . Évalué à 10 (+13/-1).

              Faut se détendre un peu les gars. Vous êtes juste entrain de découvrir le monde du développement en mode bazars. Du FUD on en trouve pleins les commentaires de LinuxFr sur presque tout ce qui touche à linux. PulseAudio, Systemd, Xorg, KDE, Gnome Shell, NetworkManager, Theora et autres formats vidéos, sur Wayland,… C'est assez ridicule de voir du coup ici même des gens se plaindre que d'autres le font. Commençons peut être par relire ce que l'on voit ici-même avant d'essayer de donner des leçon à droite à gauche.

              Le développement de Mir n'a pas était parfait, sa mise en place non plus, mais c'est la vie. Ça arrive, faut arrêter de croire que c'est la fin du monde et de jouer sur le pathos (la souffrance de tout un tas de projet - surtout que tu parle plus de souffrance potentiel qu'autre chose -). C'est la vie le fud et les erreurs de communication c'est la vie d'un projet libre. Croire que c'est la fin du monde par exemple c'est ridicule. Il faut savoir faire la part des choses et ça permet aussi de remettre en question d'approfondir certains points. Par exemple ici sur linuxfr on a vraiment commencé à parler de chose pointues sur wayland à partir du moment où Mir est apparu.

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+4/-0).

                Dans certaines communautés, on essaye de mettre en avant un truc simple "don't be a dick". En version plus polie : sois pas bégueule, ni trolleur, ni malpoli, mais bienveillant, honnête, sincère.
                Je n'ai pas suivi le détail des "discussions" wayland/mir, mais peut-être qu'il a manqué un code de conduite…

            • [^] # Re: Bonne nouvelle ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+4/-1).

              T'en fait des caisses mais y'avait juste un conflit entre les devs de Mir et de Wayland sur un point d'architecture…

              Et Mir n'allait pas tuer Wayland vu qu'ils utilisent le même driver (celui du noyau).

  • # Une concentration sur le mobile ?

    Posté par . Évalué à 2 (+3/-1).

    Ils pourraient aussi quitter le desktop et se concentrer sur le mobile…S'il y a besoin d'un peu de libre, c'est bien par là…

    (Bon, c'est une idée balancée comme ça sur ce qui me ferait plaisir, rien d'autre)

    • [^] # Re: Une concentration sur le mobile ?

      Posté par . Évalué à 1 (+0/-0).

      Sinon il y a Jolla… (ok, Sailfish n'est pas libre, mais Mir, libhybris, etc… le sont)

      • [^] # Re: Une concentration sur le mobile ?

        Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

        Je devrais me renseigner plus assidûment…Je pensais qu'il s'agissait d'un projet "à venir". Bref, merci, je vais voir. :)

      • [^] # Re: Une concentration sur le mobile ?

        Posté par . Évalué à 1 (+1/-0).

        Plus simple que tout énumérer : "Sur Sailfish, tout est libre sauf l'IHM".

        Accessoirement c'est Wayland qui est utilisé, donc on a pas obligatoirement besoin de Mir sur les téléphones.

        • [^] # Re: Une concentration sur le mobile ?

          Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

          Un peu rapide quand même; l'IHM est de plus en plus libre, ce qui ne l'est pas, c'est les appli "system" comme les SMS, les Contact, la liste d'appel…
          Mais c'est en train de changer, depuis les accords avec les russes et les asiatiques, une des conditions est d'avoir un systeme libre, donc, ça risque de le devenir de plus en plus… reste un autre points non libre: dalvik (pour executer des applications android), mais la, ça ne dépend pas d'eux… a suivre…

          • [^] # Re: Une concentration sur le mobile ?

            Posté par . Évalué à 4 (+1/-0).

            Dalvik est non libre??
            Je croyais que c'est l'émulateur qui permet de faire tourner Dalvik qui était non libérable car fourni par un tiers?

            (mais peut-être que je me vautre royalement)

  • # Snappy ?

    Posté par . Évalué à 5 (+5/-1).

    Je n'ai pas compris le sens du commentaire sur Snappy… Au final, tu n'y parles que de AppImage et FlatPack. Snappy se rapproche beaucoup plus de FlatPack, donc quid de la comparaison ? Un autre truc me chiffonne : les technos développées par Canonical sont spés, mais celle développées par Redhat, c'est bien c'est standard. C'est pas pour troller, mais je trouve ce discours récurrent, et je me demande d'où il vient.

    • [^] # Re: Snappy ?

      Posté par . Évalué à 10 (+21/-0).

      Un autre truc me chiffonne : les technos développées par Canonical sont spés, mais celle développées par Redhat, c'est bien c'est standard.

      C'est un problème d'approche.

      Quand tu contribues à un projet crée par Canonical, on te demande de signer un CLA qui donne à Canonical le droit de changer la licence de tes contributions (et donc de les rendre propriétaires). Quand tu contribues à un projet crée par Red Hat, on ne t'impose pas ça.

      Pour moi, c'est l'ouverture aux contributions externes qui fait que les technos RH l'emportent à chaque fois sur les technos Canonical et la CLA en est un facteur essentiel.

    • [^] # Re: Snappy ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+5/-1). Dernière modification le 07/04/17 à 20:16.

      Une citation venant de la FAQ de Flatpak :

      Flatpak is designed to run inside a desktop session and relies on certain session services, such as a dbus session bus and a systemd --user instance. This makes Flatpak not a good match for a server.

      Alors que Snap est universel.
      Tu peux packager un noyau dans un paquet Snap. Ubuntu Core est d'ailleurs un système basé entièrement et exclusivement sur les Snaps, ce qui serait donc impossible à faire avec Flatpak car il n'a pas été conçu pour ça.

      Snap est au cœur de la stratégie IoT de Canonical. Et Mark ayant annoncé un renforcement de l'investissement dans l'IoT…

    • [^] # Re: Snappy ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+15/-1).

      J'ajouterais aussi un truc par rapport à Emmanuel.
      Red Hat réinvente rarement la roue. Red Hat a investi dans Upstart par exemple.

      Snappy a été annoncé alors que Flatpack l'avait été bien avant, de même pour Mir alors que Wayland était déjà en cours. C'est je trouve maladroit en plus d'être risqué pour eux.

      D'ailleurs en le voit aujourd'hui, après des années, Canonical abandonne car ils étaient seuls dessus et qu'ils ne pouvaient faire ce boulot titanesque ainsi. Ils doivent réussir à faire adhérer la communauté dans leurs développements. Et ce n'est pas en agissant ainsi que cela prendra. N'oublions pas que c'est Mark qui a annoncé que tous les projets libres devaient synchroniser leurs sorties sur celles d'Ubuntu… Ce n'est pas comme cela que tu attires les communautés à ta cause.

      Après je trouve dommage l'abandon d'Unity qui selon moi avait une plus valu même si ce n'était pas mon interface favoris, c'était intéressant et certains étaient très satisfaits. Mais faire un deuxième serveur d'affichage en plus très similaire à Wayland… c'est moins pertinent.

      • [^] # Re: Snappy ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+0/-1).

        J'ai rien vérifié mais pour moi Snappy a été annoncé bien avant flatpak, ce qui n'était pas clair, c'est quand est ce que ce serait utilisé pour le desktop.

        • [^] # Re: Snappy ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 9 (+10/-3).

          Pas du tout.
          Il ne faut pas oublié qu'avant 2016, Flatpak se nommait xdg-app qui était plus confidentiel mais existait déjà.

          La chronologie des évènements est la suivante. Lennart, et d'autres personnes, planchent sur le concept des applications conteneurisées pour le bureau durant l'année 2014. On peut y voir des études des problèmes et solutions potentielles par là : http://0pointer.net/blog/revisiting-how-we-put-together-linux-systems.html par exemple.

          Décembre 2014, xdg-app est né au sein de Freedesktop.org et les premiers commits sont là : https://github.com/flatpak/flatpak/commit/a640cd365bd21743165adedb00bd9fac981687b2

          Canonical annonce le concept des Snaps en décembre 2014 : https://lwn.net/Articles/630660/

          Donc d'un côté il y a eu un développement ouvert dès le départ, sous l'égide d'un projet qui a pour but la collaboration entre les différents environnements de bureaux (et distributions) pour plancher sur un problème général (pas que Ubuntu est intéressé par ce genre de solutions).

          De l'autre, un développement fait dans l'ombre, révélé à la fin et contributions sous CLA. Révélé au moment où tout le monde planchait sur une solution alternative d'ailleurs.

          Si Canonical voulait fédérer les foules, sachant que toutes les distributions sont concernées par cette problématique ils auraient dû ouvrir leur processus dès le début. Je pense qu'ils ont fait ça pour être sûr de conserver l'architecture qu'ils ont envisagé et avoir un terrain d'avance sur les autres distributions.

          C'est un comportement que je trouve problématique, même s'ils sont dans leur droit, qu'ils ne s'étonnent pas après que leurs technologies peinent à percer.

          • [^] # Re: Snappy ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+19/-1). Dernière modification le 10/04/17 à 14:49.

            Lennart, et d'autres personnes, […]

            Alors je sais bien que certains aiment bien mettre Lennart Poettering en responsable (avec connotation positive ici, négative ailleurs) de tout ce qui se passe dans le monde Linux, mais non… Flatpak c'est absolument pas Lennart qui est derrière. Alors il y a probablement participé, ou bien il a discuté sur le sujet (je ne sais pas le détail), comme l'indique son post, que tu as donné.
            Mais la personne derrière Flatpak, c'est Alexander Larrson. S'il y a une seule personne à citer derrière Flatpak, c'est lui quand même. Il a créé Flatpak et a encore plus de la moitié des commits (1626 sur 2509 à l'heure d'écriture, Lennart en a… 0! Je pense que Lennart a quasi rien à voir avec Flatpak hormis qu'ils en ont peut-être discuté à l'étape de conception, après tout ils sont de la même entreprise). Avant Flatpak, il avait déjà créé Glick (sortie en 2007!) puis Glick2 en 2011. On peut lire sur son blog ses posts taggués "glick" de 2007 à 2013.
            Glick comme Glick2 étaient déjà des "application bundle" systems, en gros ce sont les prédécesseurs directs de Flatpak dans une même démarche logicielle où il a cherché et essayé probablement diverses implémentations au fil des années. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a été persistent sur ce sujet, et qu'il y croyait vraisemblablement suffisamment pour ne pas abandonner pendant 6 ou 7 ans quand personne ne s'intéressait encore beaucoup à ses premiers essais. J'ai moi-même entendu parler de Glick2 y a quelques années et me souviens même avoir essayé de contacter Alexander au sujet de ce logiciel (donc bien avant Flatpak ou xdg-app) car je m'étais intéressé au sujet et ça me semblait un bon départ.
            Depuis, bien entendu, son travail est bien plus reconnu, il a reçu un prix annuel de GNOME lors du GUADEC 2016, etc.

            Donc non, s'il vous plaît, si vous devez citer une seule personne comme à l'origine de Flatpak, c'est Alexander Larsson. Et quand on creuse un peu, on se rend compte que Flatpak/XDG-app est né bien avant, sous diverses formes, pas même juste en idée, mais même avec du code sous un autre nom mais de ce même auteur.

            Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

            • [^] # Re: Snappy ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+2/-3).

              C'est bien de préciser les choses.
              Honnêtement, ce n'était pas l'important dans mon message, c'est juste que je me souviens de ces articles et de ces discussions où il prenait part c'est tout. Cela montrait quand même qu'à cette époque la problématique était prise au sérieux au sens large à ce moment là par beaucoup de personnes dont des personnes connues et pas que par des petits gus dans leur coin.

              C'est juste pour illustrer que Canonical aurait pu soit discuter en amont et participer à cet échange avant de s'y lancer et d'annoncer quand ils peuvent présenter un truc utilisable, ou prévenir à ce moment là qu'ils avaient quelque chose dans les tuyaux et expliquer ce qu'ils ont fait pour voir si c'était une bonne voie et y contribuer ou remettre en cause leur conception.

              Ils ne pouvaient pas dire "on pensait que personnes ne serait intéressé".

          • [^] # Re: Snappy ?

            Posté par . Évalué à 8 (+7/-2).

            Donc d'un côté il y a eu un développement ouvert dès le départ, sous l'égide d'un projet qui a pour but la collaboration entre les différents environnements de bureaux (et distributions) pour plancher sur un problème général (pas que Ubuntu est intéressé par ce genre de solutions).

            De l'autre, un développement fait dans l'ombre, révélé à la fin et contributions sous CLA. Révélé au moment où tout le monde planchait sur une solution alternative d'ailleurs.

            Tu n'a pas l'impression d'être un chouia manichéen ? Regarde le passif que se traîne freedesktop, qui est souvent taxé pour être centré sur gnome et très fortement influencé par RedHat et revient nous expliquer que « développement ouvert dès le départ, sous l'égide d'un projet qui a pour but la collaboration entre les différents environnements de bureaux (et distributions) ». Des contributeurs Debian commencent à avoir de l'influence là bas, mais ça a mis des années.

            Il faudrait voir 2 choses :

            • ce n'est pas parce qu'on dit qu'on est œcuménique que l'on l'est réellement. La LSB est centrée RedHat, freedesktop le reste aussi sur beaucoup de choses ;
            • il est facile d'arriver après coup avec ses rêves d'enfant et d'affirmer qu'il est évident que c'est mieux de faire de communautaire pur souche. Des projets communautaires plantés il y en a à la pèle, des projets sortit d'une boite qui cartonne je peux t'en lister des brouettes. Arriver avec la bouche en cœur et ses idées toutes faites n'est pas très intéressant AMHA

            Et la dernière chose : mais qu'est-ce qu'on s'en fout ! Qu'il y a des centaines de projets concurrent n'est pas un problème. Relisez la cathédrale et le bazar. Tu ne peux pas dire qu'il est normal d'avoir des centaines de distributions et montrer du doigts une boite qui fait quelques projets dans son coin. Des projets qui ont la même finalité que snapp ou AppImage, il y en a pleins. Ceux qui sont basés sur LXC, docker ou Xen (ou openVZ) glic, klick,… Il y a un existant énorme, c'est pas grave c'est comme ça que le libre a toujours fonctionner.

            Quant à la CLA, tu ne semble pas avoir compris que la dichotomie entre avec ou sans CLA n'est pas aussi simple et qu'il y a des projets qui ont énormément soufferts (pour reprendre le ton qu'on peut retrouver à droite à gauche par ici) de ne pas avoir peu changer de licence ou d'avoir dû réécrire des pans entiers pour pouvoir changer de licence. Franchement mon avis sur les CLA n'est pas très clair.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Snappy ?

              Posté par . Évalué à 3 (+2/-1).

              Je suis assez d'accord avec toi et je tiens a faire remarquer que avant flatpack, avant snap et avant glick il y avait Klick (je crois que c'etait le nom)… cela permettait d'installer en un seul clic des applis sous KDE! Mais bon KDE et freedesktop c'est une vieille histoire d'amour!

            • [^] # Re: Snappy ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+9/-3).

              Tu te trompes sur mes attentions, j'ai bien précisé que Canonical fait ce qu'ils veulent, c'est leur droit. C'est le jeu.

              Mais :

              • Étant donné comment ils ont abordé le dossier de certains de leurs projets (notamment Mir), ils ne peuvent être étonnés que la communauté ne les suit pas ;
              • Étant donné leurs ressources financières et humaines, je me pose la question sur la viabilité pour eux de faire cavalier seul systématiquement sur ce genre de projets.

              Et quand on voit Mark qui pleure car la communauté est sclérosée sur certains sujets, on peut se demander s'il a bien compris le problème de leurs approches.

          • [^] # Re: Snappy ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-1).

            Oui, enfin de toute façon, Snappy et Flatpak n'ont pas grand chose à voir vu que le second ne concerne que le desktop… Et d'un point de vu technique, Snappy semble vraiment meilleur. Pour gérer un paquet flatpak, je trouve ça encore plus chiant que de gérer un .deb et .rpm pour la même application.

            • [^] # Re: Snappy ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+0/-1).

              T'as des exemples concrets ? La documentation Flatpak ne donne pas l'impression que ce soit particulièrement compliqué (même si je reconnais n'avoir créé ni l'un ni l'autre). Je la trouve même bien plus clair, moins fouillis et moins éparpillée que celle de Snaps, qui renvoi par exemple vers des billets de blog pour certaines parties, comme la création d'interfaces.

  • # CD Gratuits

    Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

    ce qui a fait la différence, c’est que c’était la première distrib’ facile à essayer (CD autonome), à installer (graphique à partir du CD autonome) et à maintenir (apt-get qui marche tout le temps), car il y avait l’infrastructure derrière ;

    Je me rappelle aussi qu'on pouvait commander un CD gratuitement, je dois en avoir quelques uns dans mes cartons, ce sera peut-être collector un jour !

    • [^] # Re: CD Gratuits

      Posté par . Évalué à 10 (+15/-1).

      Et je pense que les CD gratuits et l'intégration de pilotes et logiciels privateurs populaires ont eu bien plus d'influence qu'une hypothétique simplicité de maintenance, point sur lequel ubuntu n'a jamais été meilleur que les autres, les gestionnaires de paquets existaient bien avant ubuntu…

      Membre de l'april, et vous ? http://www.april.org/adherer

      • [^] # Re: CD Gratuits

        Posté par . Évalué à 2 (+4/-4).

        La simplicite d'installation etait la et la simplicite de update (ie maintenance) aussi. Le truc c'est avant ubuntu tu avais debian (chiant a installer) et RH qui cassait de facon systematique lors d'un update.

        Il y avait Suse aussi mais avec d'autre probleme.
        La situation etait pas si belle que cela a l'epoque.

        • [^] # Re: CD Gratuits

          Posté par (page perso) . Évalué à -2 (+3/-7).

          Le truc c'est avant ubuntu tu avais debian (chiant a installer)

          Qu'est-ce qui était plus chiant sur Debian ? Quand j'ai essayé les premières Ubuntu, je n'ai vraiment pas compris l'intérêt. Il faut dire que j'utilisais déjà à l'époque le nouvel installeur de Debian (celui qu'utilisait Ubuntu, en fait !).

          • [^] # Re: CD Gratuits

            Posté par . Évalué à 3 (+4/-3).

            Il faut dire que j'utilisais déjà à l'époque le nouvel installeur de Debian (celui qu'utilisait Ubuntu, en fait !).

            L'installation depuis le liveCD et totalement grahique n'existait pas sous debian. Je ne parle pas de l'installation serveur mais de l'installation desktop.

            • [^] # Re: CD Gratuits

              Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+4/-2).

              Il me semble que c'est arrivé plus tard, et ça existait déjà sur Mandriva.

              • [^] # Re: CD Gratuits

                Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+3/-1).

                N'oublions pas Libranet, une dérivée commerciale de Debian, et qui fonctionnait rudement bien. Je l'avais testée pour Linux Pratique en 2002 (ou 2003), et ça m'a tellement plu que je l'ai gardée quelque temps. Malheureusement cette distribution s'est éteinte avant l'heure avec son fondateur Jon Danzig.

                Dyslexics have more fnu.

                • [^] # Re: CD Gratuits

                  Posté par . Évalué à 0 (+5/-7).

                  Il y a eu plein de bonnes distributions fondées sur debian, non exhaustive : corel Linux, knoppix, Ubuntu…
                  Celle qui a le plus réussi ce fut Ubuntu grâce à un marketing assez agressif.

                  • [^] # Re: CD Gratuits

                    Posté par . Évalué à -4 (+2/-8).

                    Je suis assez impressionne par la non comprehension de 3 personnes…

                    Le message est poli, non agressif et parle de ubuntu (sujet du journal) mais il est considere par 3 personnes comme etant "non pertinnent". C'est assez fort surtout qu'ils n'argumentent pas.

                    Je m'en moque totalement mais je trouve ca amusant.

                  • [^] # Re: CD Gratuits

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+4/-3).

                    Non, ce qui a fait le succès de Ubuntu c'est que ça fonctionnait… Pas d'outils d'administration qui cassent tout, juste un distrib simple à utiliser… Faut quand même pas oublier que les quelques outils d'administration (update-manager & co) sont arrivés par Ubuntu.

                    En fait, c'est la première distribution que je pouvais installer en laissant les clés à l'utilisateur sans avoir peur qu'il casse tout. Mandrake avait 2 semaines d’espérance de vie si tu laissais le passe d'administration à l'utilisateur.

                    • [^] # Re: CD Gratuits

                      Posté par . Évalué à 3 (+4/-3).

                      Oui, c'est à peu près ça. Avant Ubuntu, tu avais un choix exclusif entre l'utilisabilité (Mandrake, par exemple) et la qualité (Debian, par exemple). Ubuntu a réussi à marier les deux et à proposer une distrib utilisable pour le commun des mortels qui ne soit pas un nid à bugs. Ce n'était pas révolutionnaire pour un sou, juste du très bon boulot.

                      • [^] # Re: CD Gratuits

                        Posté par . Évalué à 1 (+1/-2).

                        Ce n'était pas révolutionnaire pour un sou, juste du très bon boulot.

                        On peut dire ca de beaucoup de chose comme le iphone par exemple.

  • # Et Compiz dans tout ça ?

    Posté par . Évalué à 10 (+10/-0).

    Qu'induit l'abandon de Unity en ce qui concerne le développement de Compiz ?

    J'avais l'impression - peut-être fausse - que Compiz n'était désormais maintenu que grâce à son apport dans Unity. Mais parallèlement, il pouvait être encore trouver une utilité pour agrémenter d'autres environnements de bureau comme XFCE ou MATE. Si UNITY est enterré, quid de Compiz ? Que représentait la contribution de Canonical à Compiz ?

    • [^] # Re: Et Compiz dans tout ça ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+3/-1).

      Canonical employait le dev principal de Compiz Fusion mais je crois que c'était déjà fini car:
      - Unity 8 n'était pas basé sur Compiz
      - Compiz ne fonctionne que sous Xorg

  • # Flatpak ❤

    Posté par . Évalué à 1 (+2/-1).

    À ce sujet, qui prend les paris sur l’issue du combat entre Flatpak et Snappy ?
    AppImage les mettra‐t‐il tous d’accord (pas exactement pareil, mais le but final est dans la même idée) ?

    J’espère vraiment pour Flatpak, c'est comme Snappy en mieux !
    L'idée d'avoir un Runtime Environment et son Developpers Kit associé est excellente, la distribution par repo un peu moins vu la finalité de la chose, mais au moins ça permettra de garder les applications à jour.

    Quand à AppImage, L'intention est bonne mais c'est un développeur qui sait pas trop où il va, des scripts bash buggés et beaucoup de tâtonnement.

    • [^] # Re: Flatpak ❤

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

      Par rapport à ce qui semble t'inquiéter, de ce que j'ai compris, la notion de dépôt est transparente pour l'utilisateur. Il se contente de télécharger son fichier sur le site de l'application puis de l'exécuter, ce qui va l'installer et configurer le dépôt dans la foulée pour d'éventuelles futures mises à jour. Il n'y a rien à configurer soit-même manuellement, comme on pouvait le faire avec des PPA et autres dépôts tiers.

      Sinon, en tant que développeur, si tu n'aimes pas le principe du dépôt, semblerai qu'on puisse créer un simple fichier flatpak, mais on perd les mises à jour automatiques.

      • [^] # Re: Flatpak ❤

        Posté par . Évalué à 2 (+2/-0).

        Je n'ai pas de problèmes avec les dépôts, Flatpak fait les choses bien, mais on s'est quand même drôlement égarés du concept de base : Klik.

        Faire les choses bien les rends plus complexes, flatpak à besoin d'un logiciel sur l’hôte pour lancer les images, ce logiciel peut s'assurer que l'hôte est compatible et correctement configuré contrairement aux AppImage qui marchent partout sauf là où elles ne marchent pas.

  • # Devinette

    Posté par . Évalué à 10 (+22/-5).

    Unity et Mir sont dans un bateau, Unity tombe à l’eau. Qu’est‐ce qui reste ?

    KDE

    Ce commentaire inutile a pour but de vous remettre tous dans le droit chemin!

    • [^] # Re: Devinette

      Posté par . Évalué à -3 (+8/-11). Dernière modification le 08/04/17 à 06:43.

      Les plus remontés contre les Mir and co sont les développeurs de KDE.

      Un article que je trouve intéressant, datant de 2015 résume les maux qu'à causé Ubuntu aux logiciels libres concernant les projets de cette distribution. La partie 'Popularity vs Community' est savoureuse.

      http://mobile.datamation.com/open-source/why-cant-ubuntu-play-well-with-others.html

      Perso je ne supporte pas Ubuntu pour plusieurs raisons :
      - oui, Ubuntu à ramener plein d'utilisateurs, sauf qu'ils sont tous reparti en se disant que Linux n'est pas pour eux. La croissance d'Ubuntu c'est fait au détriment d'autres distributions plus innovantes et collaboratives.
      - pendant bien trop longtemps, les blogs de KDE on été pollué par Kubuntu, distribution la pire pour KDE, les utilisateurs de Kubuntu se sont dit KDE c'est de la me.. à cause de cette distribution.
      - Ubuntu sait comment faire croître sa popularité, très bien, mais c'est systématique ment au détriment des autres.
      - je ne parle pas d'upstart, Mir et Launchpad. Il y avait bien mieux ailleurs et bien avant.

      Bref, Ubuntu est la distribution qui profite le moins à Linux, ses développements n'ont jamais été repris ailleurs. Je pense que la popularité d'Ubuntu est plus un dangers qu'autre chose. C'est une bonne chose d'abandonner ces projets qui n'apportent strictement rien.

      • [^] # Re: Devinette

        Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

        Kubuntu est pas trop mal maintenant, il fut une époque c'était la version fournie de Plasma la plus stable que j'ai pu trouver (concernant les distributions grand public). Je ne connais pas la situation actuelle mais aux prémices de Plasma j'étais bien content de l'utiliser.

        Si il y avait pas eu Ubuntu rien ne dit qu'il y aurait eu un autre acteur de poids fédérant une partie des novices.

      • [^] # Re: Devinette

        Posté par . Évalué à 0 (+1/-1).

        C'est oublier un peu vite que maintenant Ubuntu sert de base à Neon…

        Pour avoir testé plusieurs distribution KDE, c'est celle que je trouve la plus aboutie actuellement.

        • [^] # Re: Devinette

          Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+0/-1).

          Bonjour.

          Qu'est-ce que ça veut dire mieux aboutie ? Je jongle entre les bureaux, tantôt GNOME, tantôt KDE, et je suis justement en ce moment dans ma période KDE…

          Pour l'avoir utilisé sous Fedora et maintenant sous Manjaro, dans les deux cas je ne vois pas de problème / bug / dysfonctionnement, en tout cas pour l'usage que j'en fais…

      • [^] # Re: Devinette

        Posté par . Évalué à 10 (+13/-1). Dernière modification le 08/04/17 à 10:54.

        oui, Ubuntu a ramené plein d'utilisateurs, sauf qu'ils sont tous repartis en se disant que Linux n'est pas pour eux.

        Mon expérience personnelle est complètement différente mais elle se limite à une douzaine de personnes (venant de Windows et qui sont restées sur Ubuntu). Tu as des sources étayant cette surprenante affirmation ?

        • [^] # Re: Devinette

          Posté par . Évalué à 3 (+3/-2).

          Oui mes parents (80+) sont sur Unity depuis des annees et ils n'ont jamais redemande un retour sous windows…

      • [^] # Re: Devinette

        Posté par . Évalué à 3 (+5/-3).

        oui, Ubuntu à ramener plein d'utilisateurs, sauf qu'ils sont tous reparti en se disant que Linux n'est pas pour eux. La croissance d'Ubuntu c'est fait au détriment d'autres distributions plus innovantes et collaboratives.

        Si je suis sur GNU/Linux, c'est grâce a Ubuntu (et Kali Linux basé sur … Ubuntu) :)
        À l'époque à force de lire des trolls sur LinuxFR j'avais voulu tester Debian et …. pas de drivers pré-installé pour ma machine (et pas d'infos sur une quelconque installation graphique), sans compter d'avoir passé une demi heure devant la page de téléchargement de Debian à me demander "je dois télécharger quelle image?".

        D'ailleurs quand j'installe un GNU/Linux pour un nouveau venu, c'est toujours un dérivé d'Ubuntu. (pour le moment, Voyager OS)

        • [^] # Re: Devinette

          Posté par . Évalué à -6 (+1/-7).

          tout le monde a commencé par une distribution et tend à rester sur son premier choix, et c'est très bien. Les distributions sont quand même toutes stables et s'installent toutes à peu près aussi bien les unes que les autres, même cette monstruosité qu'est Kubuntu (et Kali, désolé)…

          Nous, nous installons des Debian, Fedora, et Mageia (la 6). Pourquoi ce choix :
          - KDE (maintenant Plasma) doit être bien intégré à la distribution, sans passé par des dérivés
          - aussi Gnome, mais nous voulons le vrai Gnome
          - je ne veux pas de développement spécifique par dessus les desktop, quitte à avoir une config par défaut moche
          - LxQt aussi
          - SystemD sans chichi
          - (je souhaiterai avoir DNF dans Debian, mais bon)

          je ne connais pas les dérivés d'Ubuntu (enfin si, Kali j'ai tenu 30 secondes :/ et Kubuntu, comme tout le monde), je me doute bien qu'Ubuntu est stable et bien fini, et que c'est un bon candidat pour faire des dérivés.

          Mais ça ne justifie pas la surmédiatisation de ce "produit". Les gendarmes, les députés, sont sur Ubuntu (avec grand fracas, il reste plus qu'un député qui utilise Linux aujourd'hui). Sur planetKDE, malgré le dédain envers KDE des dev de Unity et Ubuntu, une grosse moitié des blogs à une époque était consacré à des dérivés d'Ubuntu, qui n'ont jamais codé quoi que ce soit pour KDE…

          C'est extrêmement rageant. il y a vraiment eux un avant et un après Ubuntu pour KDE. Ubuntu à vraiment nivelé par le bas le contenu de PlanetKDE dont j'étais friand. Tu prends Jonathan Riddel, il a été employé par Ubuntu pour faire l’évangéliste… Avant d'être remercié. Contribution à KDE? ZÉRO…

          Autant j'en ai rien à faire de la réussite d'Ubuntu et de ses dérivés, autant les nombreux évangélistes d'Ubuntu, Linuxien d'un soir pour la majorité (ou vraiment peu expérimenté, genre, ceux qui ont installé Linux pour les députés, je ne vais pas leur faire de pub, mais ils ont bien pris un marché pour la pub, pas pour le bien de qui que ce soit d'autres), ont tendance à me les briser grave.

          Si tu me demande ce que je pense des dérivés d'Ubuntu, encore désolé, le peu que j'ai essayé, basé sur KDE, ne m'ont pas convaincu du tout. Je pense sincèrement que ça ne sert à rien, d'autant plus si ils sont basé sur KDE/Plasma… Il vaut mieux utiliser son temps à aider les projets en amont, et donc toutes les distributions.

          Et malheureusement, c'est vrai, c'est plus facile de faire une distribution KDE/Plasma, à partir d'une distribution ne disposant pas de KDE/Plasma à la base (il y a pas de conflit) … et c'est un peu un drame, pour les distributions qui contribuent vraiment à KDE. Dommage.

          • [^] # Re: Devinette

            Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+5/-1).

            Que tu n'apprécie pas Kubuntu est une chose, mais sache que son intégration est faite par des bénévoles mais également par l'entreprise Blue Systems qui est, que je sache, un gros contributeur au développement de KDE dans son ensemble.
            Rendre Canonical et/ou Ubuntu dans son ensemble responsable d'une situation qui ne te plaît pas me semble complètement hors de propos.

            Je te propose donc d'en revenir aux fondamentaux du logiciel libre : rapporter des bugs et proposer des patchs si tu n'es pas content. Et respecter ceux qui ont au moins le mérite d'essayer de faire quelque chose.

            • [^] # Re: Devinette

              Posté par . Évalué à 1 (+2/-1).

              Que tu n'apprécie pas Kubuntu est une chose, mais sache que son intégration est faite par des bénévoles mais également par l'entreprise Blue Systems qui est, que je sache, un gros contributeur au développement de KDE dans son ensemble.

              je n'ai pas suivi la chose de près mais je crois que blue systems ne s'occupe plus du développement de kubuntu, que c'est revenu dans le giron de la communauté.

              wikipedia
              Kubuntu was sponsored by Canonical Ltd. until 2012, and then directly by Blue Systems. Now employees of Blue Systems contribute upstream, to KDE and Debian, and Kubuntu development is led by community contributors. During the changeover, Kubuntu retained the use of Ubuntu project servers and existing developers.

              Blue systems, c'est netrunner et KDE neon (page des projets supportés)

              Sinon personnellement, j'utilise kubuntu depuis la 10.04 et j'en suis satisfait.

          • [^] # Re: Devinette

            Posté par . Évalué à 8 (+7/-1). Dernière modification le 09/04/17 à 12:04.

            Si tu me demande ce que je pense des dérivés d'Ubuntu, encore désolé, le peu que j'ai essayé, basé sur KDE, ne m'ont pas convaincu du tout. Je pense sincèrement que ça ne sert à rien, d'autant plus si ils sont basé sur KDE/Plasma

            Ne chie pas sur Xubuntu et Lubuntu STP. Ce sont d'excellentes distributions, entièrement maintenues par des bénévoles.

            Surtout Xubuntu, qui a pendant des années comblé magnifiquement les manques du projet Xfce et dont les contributeurs ont contribué (et continuent de contribuer) au projet Xfce. Lequel a (et a toujours eu) bien besoin de contributions.

            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

            • [^] # Re: Devinette

              Posté par . Évalué à -5 (+1/-6).

              je ne mets pas xfce (Gtk) et Plasma dans le même panier, si les contributeurs de Xubuntu ont contribué à Xfce, c'est bien, mais on peut dire la même chose de toutes les autres distributions, non?

              Qu'apporte Xubuntu, par rapport aux paquets XFce de Debian, Fedora ou Mageia ?

              Ces distributions me paraissent bien plus ouverte qu'Ubuntu! Elles incluent déjà ce desktop et tous les autres… Ubuntu ne voulait qu'être "Unity centric" (sans Wayland, sans Xorg), en gros, c'est le pire choix pour le long terme pour les desktops alternatifs…

              Honnêtement, VRAIMENT, je ne comprends pas ce choix.. parce qu'il n'intègre pas directement xfce, Ubuntu devient la distribution promu par XFCE, il n'intègre pas XFCE, mais ils sont premier dans google quand on tape XFCE (Ubuntu, pas Xfce.org, encore moins XUbuntu ..)… Tu trouves ça juste pour Xfce (et pour les contributeurs d'XUbuntu)?

              Toutes les distributions sont plus ou moins faites par des bénévoles, le problème des distributions dérivées d'Ubuntu, c'est qu'elles promeuvent plus Ubuntu que le projet de base (En tout cas pour KDE c'est flagrant).

              Comme je le dis dans mon précédant message, Ubuntu favorise les dérivés, car ils n'incluent pas tous les desktop disponibles, et malgré les tensions entre Unity et KDE/plasma, Ubuntu est devenu la distribution de base de pas mal de distributions KDE. Malheureusement, ces distributions sont des impasses, car elles ne survivraient pas à Mir/Unity8… Et la roadmap Ubuntu est pas calée sur celle de KDE.

              Le truc le plus flagrant, une distribution totalement inutilisable au quotidien, comme KDE Neon, qui se retrouve number one des distributions linux quand tu tapes "kde distribution" dans Google! La F.A.Q. de Neon, une sorte de Kubuntu bis, "Ubuntu est la meilleure des distribution"…
              https://neon.kde.org/faq

              Même si j'utilise ma distro depuis 15 ans, j'irais JAMAIS dire que c'est la meilleure et la plus stable, même si je ne rencontre aucun problème de stabilité, si on est éduqué, c'est Linux qui est stable… Et je dirais pas ça d'Ubuntu, 16.04 aussi LTS qu'elle soit.

              un truc rigolo, tu tapes KDE dans Google, tu tombes sur une page Ubuntu comme première page dédiée à une distribution. Il n'y a pas que des bénévoles derrière ces résultats, où alors ils investissent bien mal leur temps!

              • [^] # Re: Devinette

                Posté par . Évalué à 0 (+2/-2). Dernière modification le 09/04/17 à 18:17.

                Malheureusement, ces distributions sont des impasses, car elles ne survivraient pas à Mir/Unity8…

                Ou ils switcheront sur une version basée sur Debian s'ils le jugent nécessaire :)

                un truc rigolo, tu tapes KDE dans Google, tu tombes sur une page Ubuntu comme première page dédiée à une distribution. Il n'y a pas que des bénévoles derrière ces résultats, où alors ils investissent bien mal leur temps!

                Je n'ai RIEN en page une consacré à ubuntu (et pourtant google sait que j'ai fais la recherche depuis une ubuntu via client=ubuntu dans l'URL)
                Screenshot
                La première occurrence de ubuntu apparaît sur la 2ème page 7eme résultat.

                mais ils sont premier dans google quand on tape XFCE (Ubuntu, pas Xfce.org, encore moins XUbuntu ..)

                Chez moi dans l'ordre j'ai (pour la page 1)

              • [^] # Re: Devinette

                Posté par . Évalué à 5 (+4/-1).

                Le truc le plus flagrant, une distribution totalement inutilisable au quotidien, comme KDE Neon, qui se retrouve number one des distributions linux quand tu tapes "kde distribution" dans Google!

                Je n'ai aucun avis sur la guerre des distributions, mais je tiens à préciser que kde neon marche très bien sur mes deux machines (fixe et portable) professionnelles. Pourquoi la considères-tu comme « totalement inutilisable au quotidien » ?

                La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

                • [^] # Re: Devinette

                  Posté par . Évalué à -2 (+1/-3).

                  Je n'ai pas pu l'installer sur l'un de mes PC (je crois que le problème venait de l'USB 3), comme je voulais impérativement tester, j'ai pu l'installer ailleurs (finalement c'est quand même une ubuntu), Plasma n'était pas trop utilisable, le Wifi ne fonctionnait pas, et il manquait Kate je crois. ça devait être il y a 4 à 5 mois, je n'ai pas réussi à relancer Plasma après une update.

                  Kscreen ne fonctionnait pas. Network manager KO … c'était VRAIMENT inutilisable.

                  Le problème de KDE Neon (et de Kubuntu), c'est le prosélytisme envers Ubuntu, c'est tout. Certains membres de KDE (j'ai arrêté depuis longtemps de suivre les blogs de KDE, à cause de Kubuntu), gonfle vraiment à propos d'Ubuntu, et l'information intéressante est noyer. Faire du prosélytisme pro-Ubuntu au sein même de KDE.org, alors qu'Ubuntu ne supporte en rien KDE, et ne l'intégrera jamais, c'est quand même balaise!

                  • [^] # Re: Devinette

                    Posté par . Évalué à 3 (+2/-1).

                    Est-ce que tu n'aurais pas essayé la « Developer Edition Git-Unstable », « Featuring pre-release KDE software built the same day from new feature branches ». Ça expliquerait bien tes déboires.

                    Moi j'utilise la pépère édition, aka « User Edition », « Featuring the latest officially released KDE software on a stable base. Ideal for everyday users » et ça fait très bien le job.

                    La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

                    • [^] # Re: Devinette

                      Posté par . Évalué à -3 (+2/-5).

                      Je n'utiliserai jamais une distribution basée sur Ubuntu, pour tester KDE (je l'ai fait une fois, car quand on lis 20 blogs différents pro KDE Neon, on fini par le faire). Ce n'est pas une question de qualité, mais de respect pour les développeurs de KDE et de cohérence. Je trouve qu'il y a un coté maso dans la démarche de promouvoir Ubuntu (puisque KDE Neon est une Ubuntu, directement intégrée à KDE.org). Ma distribution et d'autres, très stable, marche super bien avec Plasma 5. Chacun sa vie, on peut également installer, compiler Plasma si on veut…

                      La plupart des développeurs KDE n'accordent aucune importance à la distribution qu'ils utilisent. KDE devrait en faire de même. Plutôt que de promouvoir un snapshot de Plasma sur Ubuntu, avec KDE Neon, ils devraient donner des instructions simplifiées pour builder KDE et augmenter le nombre de contributeurs développeurs.

                      Le fait qu'aujourd'hui Ubuntu soit la première distribution listée lorsqu'on tape KDE sur Google est vraiment injustifié. Et cela, on le doit à Kubuntu, puis à KDE Neon. Si je demande à quelqu'un d'installer KDE, on va m'installer Ubuntu? C'est quand même un comble!

                      Il y a un mystère entre la position de certains développeurs importants de KDE envers Ubuntu, comme le dev de KWin https://plus.google.com/+MartinGr%C3%A4%C3%9Flin)
                      et la position officiel de KDE, mais ça fait des années que ça dure, et je vois que les choses ne font que se poursuivre…

                      • [^] # Re: Devinette

                        Posté par . Évalué à 4 (+3/-1).

                        Et donc, l'unique fois où tu as utilisé Neon, tu as sans doute testé la distribution non stable. Ça me semble être la meilleure explication à tes déboires. Le reste ne m'intéresse pas, je voulais juste comprendre pourquoi ubuntu Neon avait si mal fonctionnée lors de tes essais, contrairement à mon expérience.

                        La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

                        • [^] # Re: Devinette

                          Posté par . Évalué à -10 (+0/-13).

                          ok, super ta vie!

                          moi c'est ta distrib qui ne m'interesse pas, stable ou pas.

                          • [^] # Re: Devinette

                            Posté par . Évalué à 7 (+6/-1).

                            Ma vie ça va, c'est pas moi qui ne sait pas faire la différence entre une release stable et une release expérimentale et qui vient glapir que ça marche pas :-)
                            Parfois, la porte de sortie honorable c'est juste d'écrire : « En effet, j'ai du merder dans mon test, mon avis sur cette distro est peut être un peu trop tranché. »
                            Cordialement :p

                            La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

                      • [^] # Re: Devinette

                        Posté par . Évalué à 5 (+4/-1). Dernière modification le 10/04/17 à 13:41.

                        Le fait qu'aujourd'hui Ubuntu soit la première distribution listée lorsqu'on tape KDE sur Google est vraiment injustifié.

                        La première distribution listée est Fedora (si on compte un lien vers https://spins.fedoraproject.org/fr/kde/ comme une distribution listée…) . Le reste, c'est kde.org ou des documentations sur KDE.

                        Pour Xfce, on a xfce.org en premier, et ensuite des liens vers des documentations du project Xfce, des acticles sur LinuxFR, etc…

                        Et quand bien même, par exemple pour Xfce, ce serait un lien vers le site de Xubuntu dans les premiers résultats, ce ne serait pas du tout injuste pour les développeurs de Xfce.
                        Xubuntu a toujours été une excellente vitrine pour Xfce, et a toujours su faire augmenter le nombre d'utilisateurs comblés par Xfce, et de contributeurs à Xfce.

                        Très franchement, tu mérites des baffes avec ta croisade anti-Ubuntu ridicule et tout à fait injuste !

                        Tu as testé une version pré-alpha d'une distribution basée sur KDE et Ubuntu, et tu décides que puisque tu as eu une mauvaise expérience, dès que c'est marqué ubuntu c'est de la merde.

                        T'as pas autre chose à faire dans ta vie que de cracher sur des projets maintenus par des bénévoles, qui font très bien leur boulot et sur lequel tu ne connais rien ?

                        Ubuntu est une bonne distribution, son succès est amplement mérité. Deal with it !

                        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                • [^] # Re: Devinette

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-1).

                  Même si j'utilise principalement CentOS et Slackware sur toutes mes machines, il m'arrive de temps en temps de tester des distribs qui me paraissent intéressantes. Pour ne pas me limiter aux machines virtuelles, j'ai trois machines "bac à sable" dans mon bureau, des Dell Optiplex, un modèle très répandu qu'on rencontre un peu partout dans les administrations. J'ai à peu près tout installé sur ces machines, de Slackware à CentOS en passant par tous les *buntu et même FreeBSD. Y'a que KDE Neon (LTS) qui gèle au démarrage du disque d'installation.

                  Dyslexics have more fnu.

          • [^] # Re: Devinette

            Posté par . Évalué à -2 (+1/-3).

            je ne connais pas les dérivés d'Ubuntu (enfin si, Kali j'ai tenu 30 secondes :/ et Kubuntu, comme tout le monde),

            Tu peux utiliser KaliLinux avec les autres bureaux : https://www.kali.org/downloads/
            Étonnamment je ne suis pas fan de Kubuntu mais par contre KaliLinux c'est presque toujours avec KDE pour moi :)
            J'adorais Gnome2 (avec ubuntu 10.xx), depuis sa "mort" je suis sous XFCE :)
            Mais pour être honnête avec toi, je ne vois pas trop la différence entre Debian et Ubuntu (Ubuntu étant un dérivé de Debian j'ai toujours pensé que ça se limitait à l'ajout de pilotes/drivers et la pré-installation de quelques logiciels (la logithèque surtout))

            Mais ça ne justifie pas la surmédiatisation de ce "produit".

            C'est la solution grand publique la plus populaire, avec Raspbian sur RPI. On ne peut pas en vouloir aux gens d'en parler.
            Par exemple les tutos que je rédiges sont testé sur Xubuntu, Raspbian et parfois Ubuntu-Gnome. Pour toi sans doute je participe à cette sur-médiatisation alors que je ne fais que partager du savoir :)
            Par contre oui il est primordiale que quelqu'un qui recherche sur un moteur de recherche "installer syncthing sur debian" puisse tomber sur les tutos "installer syncthing sur ubuntu" car la méthodologie sera la même dans 99% des cas.

            PS: tant qu'on y est, quelqu'un aurait une idée de la date de sortie du prochain Xubuntu (et Voyager OS)? :)

          • [^] # Re: Devinette

            Posté par . Évalué à 10 (+9/-1).

            C'est extrêmement rageant. il y a vraiment eux un avant et un après Ubuntu pour KDE.

            Arrête de trouver des excuses et des boucs émissaires : KDE ne doit son échec qu'à lui-même : KDE4 a été une belle merde lorsqu'il est sorti : plein d'outis sont devenus inutilisables, des fonctionnalités ont disparues, et le seul moyen parfois de le faire refonctioner était de supprimer son .config pour avoir quelque chose d'utilisable à nouveau. Ubuntu n'y est pour rien du tout, ça a été la même chose sur d'autres distributions. D'ailleurs, il y a eu le même style de problème pour Gnome3.

            • [^] # Re: Devinette

              Posté par . Évalué à 4 (+3/-1).

              Et rebelote avec Plasma : crashs, traductions manquantes, instabilité, impossibilité de se connecter.

              C'est pourtant génial KDE, mais le problème c'est les travaux.

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

              • [^] # Re: Devinette

                Posté par . Évalué à 0 (+0/-2). Dernière modification le 10/04/17 à 22:26.

                Le vrai probleme de KDE c'est pourquoi ils font en sorte qu'il soit impossible d'avoir deux versions installe ensemble sur la meme machine. C'est ca le vrai probleme car si tu pouvais te servir de ta session stable et aller sur celle en dev pour tester et faire des bugs reports cela ne poserait pas (trop) de probleme que cela soit instable.

                Je me sers tout les jours de KDE5 et je n'ai aucun crash par contre je n'ai QUE kde, je n'ai pas installe Gnome-shell (j'ai remarque que cela introduisait un beau merdier sinon).

                Le truc que je n'aime pas du tout c'est la disparition des bureaux virtuels et la gnomification. C'est chiant mais j'ai reussi a trouver une configuration qui me va a peu pres. Le nouveau dock Latte est tres bien a propos.

                • [^] # Re: Devinette

                  Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+5/-1).

                  Ah? Moi j'ai installé KDE5 et j'ai vu que c'était toujours le même bordel, on dirait une chambre d'ado… Et la stabilité n'est pas là, en moins de 5 minutes, j'ai droit à une gros crash d'une application par ci, du bureau par là… C'était comme ça déjà avec KDE4 (moins sur la fin).

                  Bref, c'est dommage mais je pense que KDE manque surtout de moyen par rapport à GNOME, en particulier d'utilisateurs capables de remonter des bugs et de gens pour les corriger. J'ai plein de bug sur le bugzilla de KDE qui n'ont jamais eu un seul commentaire.

                  Je vois bien avec GNOME, la 3.24 est à peine sortie que dès que je trouve un bug, il est déjà rapporté/corrigé sur le bugzilla. Et donc du coup quand il sera intégré aux distribs, la 3.24.1 sera sortie avec les correctifs.

      • [^] # Re: Devinette

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-1).

        Ubuntu à ramener plein d'utilisateurs, sauf qu'ils sont tous reparti en se disant que Linux n'est pas pour eux. La croissance d'Ubuntu c'est fait au détriment d'autres distributions plus innovantes et collaboratives.

        Pas moi. Je suis venu a Gnome et Linux grâce a Ubuntu, j'ai découvert XFCE avec Xubuntu et, au bout de quelques années, je suis passe a Debian. Sérieusement, je ne serais surement pas la ou je suis maintenant sans le "marketing" "Linux pour tout le monde" de Ubuntu, idem pour mes parent chez qui j'ai installe des version LTS sans jamais aucun soucis (sauf de la part de leurs collègues/potes qui pleurent de ne pouvoir faire installer a mes parent leurs logiciels inutiles, qui ont tous un équivalent Linux). Reste Office avec ses formats fermés mais dont il est difficile de se passer quand tous ses amis/collègues sont dessus. C'est pas la faute a Linux cela dit.

      • [^] # Re: Devinette

        Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

        • oui, Ubuntu à ramener plein d'utilisateurs, sauf qu'ils sont tous reparti en se disant que Linux n'est pas pour eux. La croissance d'Ubuntu c'est fait au détriment d'autres distributions plus innovantes et collaboratives.

        Celle-là c'est la meilleure de l'année : si KDE avait réussi sa transition vers KDE4 sans nous pondre une m… sans nom, je l'utiliserais encore.

        Mais avoir un truc comme Nepomulk qui gratte ton disque pendant des heures (sur un portable, merci pour l'autonomie) ou des régressions de fonctionnalités dans les outils qu'ils ont développés pour KDE4, ben non, merci, je suis allé voir ailleurs.

        • [^] # Re: Devinette

          Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

          Ou encore Akonadi qui n'a jamais vraiment fonctionné et de l'avis même de quelques dev KDE, c'est un outils beaucoup trop compliqué pour les moyens investis dedans.

          Et la différence est là, je suis passé à GNOME pour le 3.12 et je n'ai jamais effacé la conf depuis… A l'époque de KDE4, je passais mon temps à supprimer mon .kde4.

  • # Mir pas si abandonné que ça

    Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+7/-0).

    Sur G+, Mark a répondu à quelques question et a entre autre déclaré :

    we have lots of IoT projects using Mir as a compositor so that code continues to receive investment. I agree, it's a very fast, clean and powerful graphics composition engine, and smart people love it for that.

    Je serai curieux de connaître les projets en question, mais ça veux bien dire que Mir n'est pas abandonné. Même si j'imagine que son développement va maintenant être plus centré sur l'embarqué que sur le desktop.

    Source : https://plus.google.com/+MarkShuttleworthCanonical/posts/7LYubpaHUHH

    • [^] # Re: Mir pas si abandonné que ça

      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-2).

      La dépèche le précise : Mozilla a parlé d'IoT pour tuer plus doucement.
      Et IoT seul c'est un sacré pari pour être rentable, donc on peut douter.
      Bref : tu peux considérer qu'il y a de l'espoir, mais d'autres y voient juste une mort non dite.

  • # Shuttleworth à propos de Mir

    Posté par . Évalué à 7 (+5/-0).

    Pour alimenter un peu le troll, quelques déclarations de Shuttleworth au sujet de Mir :

    The whole Mir hate-fest boggled my mind - it's free software that does something invisible really well. It became a political topic as irrational as climate change or gun control, where being on one side or the other was a sign of tribal allegiance. We have a problem in the community when people choose to hate free software instead of loving that someone cares enough to take their life's work and make it freely available.

    I came to be disgusted with the hate on Mir. Really, it changed my opinion of the free software community.

    I used to think that it was a privilege to serve people who also loved the idea of service, but now I think many members of the free software community are just deeply anti-social types who love to hate on whatever is mainstream. When Windows was mainstream they hated on it. Rationally, Windows does many things well and deserves respect for those. And when Canonical went mainstream, it became the focus of irrational hatred too. The very same muppets would write about how terrible it was that IOS/Android had no competition and then how terrible it was that Canonical was investing in (free software!) compositing and convergence. Fuck that shit.

    Lu sur https://phoronix.com/scan.php?page=news_item&px=Shuttleworth-More-G-Comments

    • [^] # Re: Shuttleworth à propos de Mir

      Posté par . Évalué à 9 (+7/-0).

      Il a dû tomber sur LinuxFR…

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

    • [^] # Re: Shuttleworth à propos de Mir

      Posté par . Évalué à 5 (+4/-1).

      Mouais, le mec prétend découvrir comment ça marche seulement maintenant… Ça fait quand même un peu aigri, non? Son business model tombe à l'eau (ou est même inexistant), et ses grandes volontés de commander l'évolution du Desktop sous Linux se sont heurtées à un mur (bien compréhensible). Du coup, c'est de la faute des autres s'il a foiré… Carrément facile.

      J'ai l'impression que de toutes manières ça gueule toujours avant. Et ça n'est pas un problème : avant, il n'y a pas de logiciel, c'est juste de la tchatche. Montre le code, montre un truc qui marche, bien conçu, qui plait aux utilisateurs, qui évolue, qui est portable, et ça va gentiment percoler dans l'ensemble des distributions. Le logiciel loibre a toujours fonctionné sur la base d'un processus vaguement Darwinien, avec beaucoup d'énergie, de sueur, de larmes, de temps et de pognon «gâchés» sur des projets qui ne décollent pas. Mais ça veut dire que quand ça décolle, alors c'est un progrès réel. Évidemment, il y a toujours des grincheux qui prétendent que «c'était mieux avant», mais au final, ça avance, y compris sur des domaines où on ne pensait pas que ça puisse réellement avancer (par exemple pour systemd).

      Du coup, c'est compliqué de prétendre que «les autres» sont responsables des échecs : les échecs ne sont dûs qu'à des logiciels trop buggés, trop vaporware, trop complexes, pas assez convainquants pour percoler dans la communauté. J'utilise Ubuntu et Unity depuis des années, et ça n'est pas grâce à Unity. C'est trop buggué et trop problématique en termes de performances pour être crédible—pourtant, théoriquement, c'est pas mal pensé et je pourrais adhérer au principe, mais l'implémentation n'est pas convaincante. Or, dans «logiciel libre», il y a quand même «logiciel». On peut mettre autant d'argent et de communication qu'on souhaite, si le logiciel n'est pas bon, alors ça ne peut pas marcher.

      • [^] # Re: Shuttleworth à propos de Mir

        Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-0). Dernière modification le 10/04/17 à 13:34.

        Mark répondait sur un point précis. Il a dit par ailleurs qu'il avait aussi sa part de responsabilité. Il a aussi mis en cause la frilosité des constructeurs de téléphones, qui critiquent beaucoup Android mais qui ne veulent pas prendre le moindre risque en donnant sa chance a un autre système.
        Parce que de ce point de vu la, avoir le meilleur logiciel du monde soutenu par la communauté restera un gouffre financier s'il n'y a pas de support de la part des fabricants de hardware.

        • [^] # Re: Shuttleworth à propos de Mir

          Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

          le meilleur logiciel du monde soutenu par la communauté restera un gouffre financier s'il n'y a pas de support de la part des fabricants de hardware.

          Ça n'est pas forcément vrai ; Linux est-il un gouffre financier? Firefox (le navigateur, pas l'OS) est-il un gouffre financier?

          C'est seulement vrai pour une fenêtre spécifique : un OS intégré (du kernel au desktop). Et encore, est-ce qu'il est raisonnable pour une entreprise de ne vivre que d'un OS? Le marché change, Windows se casse la figure, et il ne va bientôt plus rester que des modèles où l'OS lui-même n'a pas de valeur intrinsèque.

          Alors oui, les fabricants sont frileux, mais est-ce que la frilosité n'est-elle pas une constante dans l'économie actuelle? On n'entend que ça, que l'économie va mal parce que les banques sont frileuses, que l'industrie va mal parce que les investisseurs sont frileux… Ça a l'air d'être un phénomène majeur, peut-être que simplement la complexité du monde actuel fait en sorte que la prise de risque n'est de manière générale pas rentable? Comment peut-on inciter une boîte à faire quelque chose qui, a priori, n'est pas rentable?

          Mais bon, j'ai l'impression que ça n'était pas ça qu'il disait dans la citation proposée. Il semblait critiquer l'attitude de la communauté vis-à-vis de son pari perdu d'être moteur sur un certain nombre de défis à surmonter dans la communauté du libre. Il a plusieurs fois pris la décision de la jouer en solo, et il n'a pas réussi à convaincre. Trop d'ambition, mauvaise com, mauvais produits, je n'en sais trop rien. La seule chose que j'ai testée, utilisée, et critiquée en tant qu'utilisateur "Monsieur tout le monde", c'est Unity. Et je continue à recommander Ubuntu parce que c'est facile à installer et à mettre à jour, mais je précise toujours que l'interface est un peu pourrie et bugguée, et difficile à configuer. Ça, ça n'est pas de la faute des autre ; que compiz prenne parfois 80% d'un processeur pendant des dizaines de secondes, on ne peut quand même pas dire que c'est de la faute de truc, machin, des constructeurs, ou de la communauté. Je dois évidemment sous-estimer la complexité de coller une barre avec des icônes et de faire en sorte que les applications s'ouvrent quand on clique dessus, mais en tant qu'utilisateur je ne suis pas franchement convaincu par la puissance et la compétence des équipes de développement qui se consacrent à plein temps à Unity (ou alors ils ne sont pas assez nombreux, ou la tâche est trop complexe, mais bon, ça ne donne pas complètement confiance…).

          En plus, honnêtement, si Shuttleworth vient vous expliquer qu'il sait comment faire du pognon avec Ubuntu, il y a de quoi regarder à deux fois, non? :-)

          • [^] # Re: Shuttleworth à propos de Mir

            Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+2/-0).

            Tu pars un peu loin je trouve.
            Les plateformes ARM ne sont pas standardisées comme nos PCs, ce qui veut dire que pour chaque modèle il faut faire un travail de portage. Ça coute donc mécaniquement beaucoup plus cher de développer quelque chose dans ce monde. Et rien ne peut vraiment être fait sans les constructeurs.

  • # Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

    Posté par . Évalué à 5 (+5/-1).

    je trouvais que la seule vrai valeur ajoutée d'Ubuntu dans le mobile était leur idée de convergence. Assez proche de ce que fait microsoft avec Windows 10 dans l'idée, mais Microsoft n'est plus, loin s'en faut un acteur majeur dans le mobile.

    Seulement, voilà, Samsung sort DEX. En gros, un dock pour faire d'un samsung un PC (ben oui, avec des processeurs octocoeur et 4 G de Ram, ce serait bête de se priver non ?)

    http://www.zdnet.fr/actualites/samsung-galaxy-s8-dex-l-experience-pc-plutot-convaincante-39850706.htm

    Du coup, le seul point ou Ubuntu pouvait penser avoir un peu d'avance devient caduque. La porte, déjà étroite par laquelle ils espéraient sans doute se faufiler dans le monde du mobile se referme.

    Ça risque de devenir compliqué pour le logiciel libre. Pas sur que dans 10 ans, les utilisateurs aient encore des PC… et sur les "mobiles devices", le logiciel libre souffre quand même pas mal.

    • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

      Posté par . Évalué à 7 (+5/-0).

      Ça risque de devenir compliqué pour le logiciel libre. Pas sur que dans 10 ans, les utilisateurs aient encore des PC

      On disait ça déjà il y a 10 ans.

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

        Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

        et on disait la même chose de l'email il y a 20 ans.

        • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

          Posté par . Évalué à 1 (+4/-4). Dernière modification le 10/04/17 à 23:45.

          et on disait la même chose de l'email il y a 20 ans.

          Bonsoir

          Pour ce que je peux constater de l'utilisation du courriel chez les jeunes, le courriel est quasiment mort. Dans les lycées, les élèves de 18 ans lorsqu'ils doivent faire une inscription sont souvent obligés de se créer une adresse de courriel. Ils en ont eu vaguement une à une époque mais on oublié le mot de passe voire l'identifiant.

          Ils n'utilisent plus de courriel et trouvent ça "ringard". Ils ont des applis de messagerie instantanées, snapchat et whatsapp en tête (messenger de facebook étant déjà pour la "génération" précédente) reliés au carnet d'adresse de leur mobile… Ils identifient leurs contacts à partir du numéro de téléphone essentiellement, la notion d'adresse de courriel ne veut plus rien dire pour eux.

          Le courriel existe encore professionnellement, où il reste indispensable, mais pour les particuliers jeunes, il est en train de rejoindre ICQ au musée.

          Bien entendu, je parle d'un point de vue statistique (oui, je sais, certains parmi vous sont jeunes et utilisent beaucoup le courriel)

          Hors usage professionnel, c'est en extrême perte de vitesse. Dans un lycée, les élèves en section de BTS avouent à leur enseignant qu'au mieux, ils consultent les courriels une fois par semaine. Une fois par semaine ? Une fois par semaine !

          Les usages sont bien en train de changer à toute vitesse. Ce n'était pas encore le cas il y a 5 ou 6 ans !

          Et certains jeunes adultes n'ont plus d'ordinateur chez eux. Un téléphone grand écran, éventuellement une tablette, ça leur suffit. Ils lisent dessus les pages web des sites à partir des réseaux sociaux principalement, regardent youtube, passent leur commande sur amazon ou le bon coin, ont accès à blablacar, çà leur va bien …

          • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

            Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

            regardent youtube, passent leur commande sur amazon ou le bon coin, ont accès à blablacar, çà leur va bien …

            S'ils ont un compte Amazon, ils recoivent des mails de leur commandes de la part de Amazon, et ont dû fournir une adresse mail pour s'inscrire.

            Dommage. :)

            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

            • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

              Posté par . Évalué à 1 (+2/-2).

              C'est pas faux.

              Je mettrais un bémol néanmoins, pas dans le but de me rattraper au branche. Récemment, une jeune fille du haut de ses 18 ans ne me parlait pas de son compte mail. Elle parlait de son compte google (ou android) et elle ne disait pas mail, elle dit "message".

              Elle ne savait pas qu'elle pouvait les lire hors du téléphone… dans un navigateur … voire même un logiciel de courriel (elle n'en a jamais installé sur son ordinateur et refuse d'en mettre un … ça sert à rien d'après elle)

              Son ordinateur ne lui sert qu'à une chose : produire ses rapports de stage de lycée pro et voire les films. Mais elle a bien dit que dès qu'elle serait chez elle, les films ce serait sur la télé (à partir du téléphone pour le stockage) et les rapports de stage … fini !

              Cette vague qui arrive a un comportement qui est … étonnant.

              • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+7/-2).

                Je trouve qu'il y a plusieurs problèmes dans tes messages en général.

                Tu parles toujours du comportement des adolescents pour prédire le futur, mais un adolescent ça évolue avec les contraintes de la vie. Sinon je peux te dire que dans 10 ans les banques n'existeront plus, les impôts non plus (un ado n'en paye pas), les voitures non plus (ils n'ont pas le permis), plus de travail (bah oui, ils ne travaillent pas encore)… Ce n'est pas parce que l'ado se comporte ainsi aujourd'hui que ce sera pareil dans 10 ans quand il aura un boulot, une famille et des loisirs différents.

                Ensuite tu oublies le passé, les ados n'ont jamais été très friands des courriels. Il y a 10 ans tu utilisais MSN comme aujourd'hui tu utilises Facebook, Twitter et autres. Pourtant les courriels n'ont pas disparus et sont très populaires une fois adulte (pour contacter l'administration ou le travail c'est de plus en plus requis). Je ne note pas d'une réelle évolution sur ce plan. Juste un changement de nom de l'outil.

                • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                  Posté par . Évalué à 4 (+5/-2).

                  Tu parles toujours du comportement des adolescents pour prédire le futur, mais un adolescent ça évolue avec les contraintes de la vie. Sinon je peux te dire que dans 10 ans les banques n'existeront plus, les impôts non plus (un ado n'en paye pas), les voitures non plus (ils n'ont pas le permis), plus de travail (bah oui, ils ne travaillent pas encore)… Ce n'est pas parce que l'ado se comporte ainsi aujourd'hui que ce sera pareil dans 10 ans quand il aura un boulot, une famille et des loisirs différents.

                  Ai je vraiment l'air stupide à ce point ? Cela fait 25 ans que je travaille avec des adolescents et que je les vois devenir adulte après. Avoir plusieurs décennies d'expérience avec à la fois les adolescents et leur rapport à l'informatique me semblait de nature à pouvoir proposer un retour sur la situation qui se profile.

                  Les lycées sont des lieux où l'on a vu émerger les générations Y et Z chers aux managers 10 ans avant qu'il ne les découvrent et ne se rendent compte de l'ampleur du phénomène. On y voit aussi des grandes mutations sur les usages du numériques en ce moment, certaines étant profondes, d'autres très graves, mais je ne rentrerais pas dans les détails.

                  J'aurais aimé contribuer à une meilleure perception du phénomène et je regrette de ne pas avoir su trouver les mots pour vous les transmettre. Je vous souhaite une bonne fin de journée

                  • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+3/-3).

                    Cela fait 25 ans que je travaille avec des adolescents et que je les vois devenir adulte après. Avoir plusieurs décennies d'expérience avec à la fois les adolescents et leur rapport à l'informatique me semblait de nature à pouvoir proposer un retour sur la situation qui se profile.

                    Sauf que l'évolution des générations c'est un métier, et malgré tout ce que tu décris je doute que tu sois le plus à même de définir l'évolution des usages.

                    Car bon, être prof, cela ne te permet pas d'avoir assez de données sur ce qui se passe à la maison avant / après la scolarité avec suffisamment de précision. Ou alors tu fliques tes élèves mais j'en doute.

                    D'autant plus que tu as fait une grande erreur d'analyse, pour avoir été lycéen il y a moins de 10 ans, je peux t'assurer que le courriel n'a jamais été populaire chez les élèves. Ce n'est donc pas spécifique à la génération actuelle. Les élèves ne juraient que par MSN ou les SMS ou certains sites Web (pas Facebook à l'époque)…

                    Bref, oui, je remets en cause ton analyse. Je ne dis pas que ce que tu vois est inintéressant, mais cela ne te rend pas omniscient.

                    • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                      Posté par . Évalué à 7 (+7/-1).

                      Rebonjour Renault

                      Je n'ai jamais prétendu être ominiscient. Juste avoir une compétence et une expérience sur le domaine de l'adolescence.

                      J'entends ton propos. Pour éclairer la situation, tu as en traversant le lycée côtoyé entre 20 et 50 élèves de façons assidu, que tu connaissais bien. Un enseignant aura chaque année entre 150 et 200 nouveaux élèves et aura vu sur la même durée (il y en a qu'il retrouve d'une année sur l'autre) environ 400 élèves.

                      Il ne faut pas croire que la perception des enseignants s'arrêtent à la porte du lycée. Pour plusieurs raisons. Lorsque les enseignants font leur travail correctement, les élèves parlent. Ils disent beaucoup parfois. Ils parlent aussi aux autres élèves et il y a toujours plusieurs enseignants parmi la centaine d'un lycée qui ont des enfants lycéens et qui décrivent les choses vues par leurs enfants qui souvent sont prolixes.

                      Il y a les parents, le personnel d'infirmerie, l'assistante sociale. Et toutes ces personnes se parlent. L'un des sujets principaux de discussion, c'est souvent l'évolution des adolescents, la modification d'une génération à une autre avec la tentative d'anticipation nécessaire pour modifier la façon d'enseigner dans le cadre très contraint qui est imposé. Tu serais très étonné de découvrir tout ce que les enseignants savent sur les élèves.

                      Beaucoup d'enseignants se forment en psychologie de l'adolescent, de plus en plus en neuroscience de nos jours. Un enseignant qui fait son travail (et c'est le cas d'une majorité) ne fait pas que donner un cours puis c'est tout, comme l'imaginent la plupart des élèves et beaucoup de parents. C'est un métier à temps plein, qui nécessite une formation permanente.

                      Tu me prêtes une grande erreur d'analyse au sujet de l'informatique d'il y a 10 ans. J'y ai à l'époque connu beaucoup d'élèves en lycée avec lesquels je travaillait au quotidien. Le courriel n'était pas leur moyen privilégié de communication, mais quasiment tous consultaient quotidiennement le courriel. On pouvait en tant qu'enseignant utiliser le courriel comme moyen pour contacter les élèves de façon relativement fiable.

                      Ce rapport aujourd'hui est complétement différent.

                      Tu ne remets pas en cause juste mon analyse. Tu remets aussi en cause tout le réseau avec lequel je travaille en te basant sur ta seule expérience personnelle.

                      Un dernier point. Tu as raison, l'étude de l'évolution des générations est effectivement un métier. Les premiers consommateurs de ressources sur le sujet sont justement les enseignants. Ils sont aussi des sources importantes pour les professionnels du domaine. Tout cela est un travail sur de l'humain qui est la partie la plus complexe mais aussi la plus passionnante du métier d'enseignant.

                      Je te souhaite une bonne fin de journée

            • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

              Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

              Ils reçoivent aussi des notifications push dans l''appli amazon ;-)
              Perso j'ignore le spam Amazon et je me sert que de l'appli. Et j'ai pas loin de 40 ans.
              Je rejoins pas mal le commentaire au dessus. Le mail chez moi est mort en dehors du boulot. Je passe à l'aise une semaine sans consulter ma boite.

              Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

          • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

            Mwai, et ils sortent du lycée, commence à utiliser vraiment un ordinateur et finissent par en avoir un à eux.

            Franchement, des étudiants avec une tablette, j'ai vu ça y'a 3 ans et ça n'a pas pris parce que quand tu te sers d'un ordinateur pour créer du contenu, ben une tablette ne fait pas l'affaire (sauf la surface vu que c'est aussi un Windows classique).

            • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

              Posté par . Évalué à 1 (+3/-3).

              Les étudiants, c'est loin d'être la totalité de la population d'une part. D'autre part, pour la production de contenu, ils vont effectivement utiliser un ordinateur.

              Oui mais … beaucoup de gens qui font peu ou pas d'étude vont ensuite dans la vraie vie ne plus produire du tout de contenu chez eux. S'ils ont un courrier à taper, ils le feront sur un ordi au boulot, voire des fois sur google docs…

              Maintenant, je ne prétends pas avoir la vérité sur ce qui se passera dans 10 ans. Je note que le comportement des élèves au lycée avec l'informatique n'a plus rien à voir avec ce qu'il était il y a 5 ans. Et il va encore beaucoup changer

              On a dans les lycées la première vague de lycéens tous équipés de smartphone (à plus de 90% dans des lycées moyens urbains, avec classes sociales très mélangées). Mais arrive cette année le début de la vague de jeunes qui ont eu le smartphone dès le collège ! Et là, ils ont pris des habitudes qui pourraient en faire halluciner plus d'un.

              • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-2).

                Oui mais … beaucoup de gens qui font peu ou pas d'étude vont ensuite dans la vraie vie ne plus produire du tout de contenu chez eux. S'ils ont un courrier à taper, ils le feront sur un ordi au boulot, voire des fois sur google docs…

                L'ouvrier moyen n'a pas un ordinateur au travail pour rédiger son courrier.
                Et Google Docs c'est un logiciel, pas le matériel sous-jacent. Et malgré les efforts fait pour rédiger sur téléphone, très peu font du contenu sérieux dessus car ce n'est pas agréable notamment pour les longs textes.

                On a dans les lycées la première vague de lycéens tous équipés de smartphone (à plus de 90% dans des lycées moyens urbains, avec classes sociales très mélangées). Mais arrive cette année le début de la vague de jeunes qui ont eu le smartphone dès le collège ! Et là, ils ont pris des habitudes qui pourraient en faire halluciner plus d'un.

                Mais quand tes jeunes seront plus vieux, ils auront des activités à faire qui demanderont un ordinateur du moins partiellement. La plupart en utilisent chez eux, moins qu'avant, mais ils ont besoin de cet outil encore. Et jusqu'à présent on n'a pas une véritable preuve que l'ordinateur personnel va disparaître.

      • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

        Posté par . Évalué à 3 (+5/-3).

        Bonsoir

        Je ne crois pas avoir lu pareil chose il y a dix ans. Il y a dix ans sortait le premier iPhone, avec toutes ses limitations. Les commentateurs sérieux n'imaginaient pas à l'époque qu'en moins de 10 ans les mobiles auraient atteint la puissance d'un ordinateur de bureau.

        Et c'est bien ce qui se passe aujourd'hui pourtant. On trouve dans le commerce des ordinateurs de bureau premier prix avec du dual core et 4 Go de Ram, les téléphone haut de gamme comme le S8 affichent 8 coeurs, plus un processeur graphique supplémentaire dédié, 4Go de Ram et un écran 4K ! On est à des niveau de performance tout à fait comparable à des postes fixes bas de gamme.

        C'était inenvisageable il y a 10 ans.

        L'usage des mobiles par les jeunes est en train de modifier la vision de l'informatique.

        Les personnes de mon age (les vieux quoi) n'abandonneront pas le PC dont ils aiment trop la versatilité, et le confort aussi. Mais les jeunes arrivent à faire quasiment tout ce dont ils ont besoin avec leur mobile. Dis autrement, le mobile leur suffit. Certains étudiants n'achètent déjà plus d'ordi. Une tablette et un clavier bluetooth et hop! Je vois déjà dans des lycées des élèves qui récupèrent les photos des ordis sur leurs smartphones pour les retraiter dans les logiciels de leur téléphone qu'ils ont l'habitude d'utiliser, pour ensuite les transférer de nouveau sur le PC !

        Bref, le jeune génération a des usages qui sont totalement différents.

        Au niveau professionnel, pour produire, les PC se vendront encore longtemps. Mais pour les particuliers ?

        Prédire l'avenir est toujours délicat. Mais on peut voir des tendances lourdes chez les jeunes.

        • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

          Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

          La réalité, c'est que l'équipement en ordinateurs personnels est passé de 23% en 1998 à 80% en 2015 (*). Alors oui, ça a baissé d'un ou deux points ces dernières années, mais c'est une baisse dérisoire par rapport à l'augmentation massive des 20 années qui ont précédé.

          Pour prédire l'avenir, il n'est pas idiot de regarder la tendance actuelle, mais il faut savoir prendre un minimum de recul au lieu de surinterpréter les mini-variations du moment.

          (*) Source : http://www.zdnet.fr/actualites/france-l-ordinateur-pousse-hors-des-foyers-par-les-smartphones-et-les-tablettes-39828882.htm

        • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

          Posté par . Évalué à 7 (+5/-0). Dernière modification le 11/04/17 à 08:19.

          Mais les jeunes arrivent à faire quasiment tout ce dont ils ont besoin avec leur mobile.

          C'est bizarre, je suis pas si vieux (32 ans) et moi et les gens (y compris les plus jeunes) autour de moi ont tous des ordis. À cause d'applications et d'usages impossibles sur smartphone.

          Comme quoi…

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

          • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

            Posté par . Évalué à 2 (+3/-2).

            Lorsque je parle de jeune, je parle de la tranche 15-20 en fait (bon, je devrais peut être dire les ados, ou les très jeunes)

            C'est vrai que jeune, c'est comme le nord, la définition est très variable d'une personne à une autre…

            32 ans, tu n'as pas grandi avec un smartphone dans ton cartable et ça change tout.

          • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

            Posté par . Évalué à 4 (+6/-3).

            Bonjour

            Tu parles d'applications impossibles sur smartphones et je ne peux qu'adhérer à ta vision. Mais mon propos n'était pas les smartphones d'aujourd'hui. Il y a 10 ans, les smartphones n'existaient tout simplement pas (2007, premier iphone). Aujourd'hui, ils représentent la majorité des consultations sur le web.

            Les écrans de 2007 avaient une définition de 320x480 pour 3,5" de diagonale. Aujourd'hui, on a des écrans 4K en 6,2" !

            Et ce n'est que le début. C'est surtout cela dont je parlais.

            Le smartphone de 2017 ne remplace pas pour tous les usages un PC. Mais la plupart des fabriquant cherchent un moyen de le supprimer. Continuum, convergence, dex, continuité, on veut gommer les frontières. Reconnaissance de l'écriture, des gestes. Branchement sur les télés en HDMI, ou par airplay. Ces moyens de faire converger les usages débutent et il est difficile de prédire laquelle de ces technologies va sortir vainqueur. Complémentarité ou rupture ?

            La puissance est devenue suffisante au niveau des périphériques mobiles pour que dores et déjà pour qu'ils supplantent l'ordinateur. Il faut trouver le bon moyen pour les coupler à un écran de bonne taille, un clavier , un stockage décent (généralisation du cloud ? C'est mal, nous le savons sur linuxfr mais tant de personnes trouvent ça si pratique). Les outils commencent déjà à apparaître. Ils commencent à être convaincant en tant que Proof of concept. Pas encore pour le grand public.

            Aujourd'hui, avec un peu de bidouille, un téléphone s'affiche sur la télé et prend un clavier bluetooth. Il bascule le son sur la chaine en bluetooth. Le DEX de samsung vise clairement à remplacer les PC. l'IPAD pro avec son stylet et les claviers associés se veut clairement un outil de production et pas seulement de consultation.

            Il y a déjà eu des expériences, pas encore concluantes, de téléphones intégrant des pico-projecteurs pour avoir un écran confortable (comme par exemple celui de lenovo en 2015

            Je suis d'accord avec toi, le smartphone de 2017 ne remplace pas le PC. Mais celui de 2027 ? Les claviers infrarouges, les picoprojecteurs sont encore balbutiants. Mais ils sont clairement un domaine très actifs chez les fabriquants de smartphone (mais aussi de PC : LENOVO et ASUS sont à fond sur le créneau des hybrides)

            Là ou je suis très inquiet, c'est le retard du libre sur les plateformes mobiles. Sans compter le verrouillage généralisé de ces outils au niveau matériel.

            Voilà le sens de mon propos.

            En espérant avoir clarifié ma pensée, je te souhaite une bonne journée

            • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+4/-0).

              D'abord le smartphone date pas de 2007, y'en avait avant, les gens riches autour de moi avaient des machins sous windows CE avec stylet, c'était gros et buggué mais ça existait. Apple a rendu le concept glamour et l'a très bien marketé (comme la reprise des tablet PC qui existaient depuis longtemps) mais ça existait avant et il y avait même déjà des gens qui les utilisaient (je l'ai vu de mes yeux !).

              Sinon Nokia faisait déjà des téléphones qui se connectent en HDMI, avec clavier et souris bluetooth, et branchement de trucs USB en OTG, il y a plus de 7 ans. Depuis on a eu Windows Continuum, Ubuntu Phone etc. Aucune de ces solutions n'a fonctionné. Et je pense pas que Samsung fera mieux.

              Si tu as déjà essayé un Android avec un clavier bluetooth et un grand écran tu comprendra pourquoi : c'est de la merde, pas mal d'applis se lancent dans le mauvais sens et tu peux pas rotater ta télé, certaines plantent, le clavier est mal reconnu et la moitié des touches ne marchent pas (la gestion des dispositions clavier dans Android c'est à chier), il n'y a aucun raccourci clavier quasiment (tu peux même pas unlocker l'écran sans passer par le tactile !), pire elles disparaissent au fur et à mesure des versions d'Android, certaines applis ne reconnaissent pas les clics souris, ou la molette, et la plupart ne sont pas adaptées à un grand écran niveau design. Bref c'est rigolo sur le papier mais à utiliser comme vrai bureau, si tu tiens une journée avec je t'offre le champomy.

              Les solutions Nokia et Microsoft étaient bien meilleures, mais n'ont pas pris non plus, à mon avis c'est juste que c'est un marché de niche très réduit à la base. Tout comme le portable avec la base qui reste connectée à l'écran/clavier/souris au souris et qu'il faut juste poser en arrivant au bureau : c'est super cool, ça existe depuis longtemps, mais c'est un marché de niche.

              Et c'est pas ça qui va nous permettre de deviner si ces usages vont se généraliser, comme l'usage de la tablette a pu le devenir pendant un temps, ou comme le smartphone qui est là pour rester.

              Et pareil que toi, dans tout ça rien de libre :(

              « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

        • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

          Mouais, ce discours revient très souvent mais jusque là il ne me semble pas concret dans les pays développés (je ne parle pas des pays pauvres ou en développement qui ont des contraintes très différentes).

          Je ne connais personne qui a une tablette ou un smartphone pour tout faire. Toujours un ordinateur à la maison qui est utilisé pour jouer ou travailler.

          La tablette et le téléphone c'est surtout pour le divertissement sur le canapé ou dehors. Le gens utilisent l'ordinateur pour le reste.

          Les gens achètent leur première tablette ou le renouvelle fréquemment car l'évolution du secteur est encore forte, alors qu'un ordinateur aujourd'hui tient facilement 5-7 ans sans être changé. C'est plus délicat pour les nouveaux appareils. D'où la baisse des ventes des PC et l'augmentation de celle des tablettes / smartphones. Mais ils stagneront aussi, et le budget économisé là dessus ira ailleurs dont sur le renouvellement des ordinateurs.

        • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

          Perso ça fait des mois que j'ai pas vu de tablette, on en a une au boulot pour tester les sites mais j'ai vu personne en utiliser dans le monde réel. Dans les magasins il n'y en a même quasiment plus ici, on est loin de l'étalage de tablettes des années précédentes, là c'est un peu le désert…

          « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

          • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

            Posté par . Évalué à 0 (+2/-3).

            Je ne parierai pas sur les tablettes non plus. Bien plus sur les smartphones. C'est fou les usages que les jeunes ont de leur smartphone.
            Je crois que les stats montrent que la fréquentation des sites web par les périphériques mobile fait plus de 50% des consultations dans google analytics.

            J'aime beaucoup un des graphiques de cette analyse :

            http://www.smartinsights.com/mobile-marketing/mobile-marketing-analytics/mobile-marketing-statistics/

            Usage suivant l'horaire

            Celui qui donne la consultation des sites web par type de périphérique en fonction de l'horaire. En gros, au boulot, les gens utilisent les PC, mais chez eux, c'est bien plus téléphone le matin, tablette le soir…

            Et chez les plus jeunes, c'est téléphone et téléphone!

            Beaucoup de commentateurs ici sont influencés par le domaine dans lequel ils travaillent. Oui, dans les boites informatiques, les gens ont des PC chez eux. Mais je vois de plus en plus de familles chez les jeunes lycéens qui ont un ancien ordinateur que les jeunes n'utilisent plus. Le smartphone leur suffit. Sauf bien sur quand il faut produire du contenu… mais là, on va arriver sur un autre débat. Ils en produisent de moins en moins en dehors d'un cadre contraint.

            • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

              Posté par . Évalué à 3 (+2/-1).

              Beaucoup de commentateurs ici sont influencés par le domaine dans lequel ils travaillent.

              Euh, non… ?

              Dans l'entourage que je citais, très peu d'entre eux travaillent dans le domaine informatique).

              Le fait reste que pour énormément d'usages (écriture de documents, production de contenu, navigation Web confortable, …), le smartphone est juste nul.

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

              • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                Posté par . Évalué à 2 (+2/-1).

                Justement, je parlais des usages.

                Qui a dit que la majorités des utilisateurs produisait des contenus ou écrivaient des documents ? La quantité de jeunes qui ne sont plus que consommateurs de l'informatique est assez impressionnante. Ce qui est d'ailleurs assez inquiétant quelque part.

                L'essentiel du contenu produit par un jeune de 15 ans, c'est sa story snapchat.

                Quand à la navigation web confortable, un site qui n'est pas optimisé pour les mobiles perd juste énormément de trafic et beaucoup de sites sont développés en "mobile first". Voire pire, à la mode minitel, font des applications (vous avez dit facebook ?)

                • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                  Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

                  Quand à la navigation web confortable, un site qui n'est pas optimisé pour les mobiles perd juste énormément de trafic et beaucoup de sites sont développés en "mobile first". Voire pire, à la mode minitel, font des applications (vous avez dit facebook ?)

                  Un site Web responsive c'est bien. Le même site Web sur un ordinateur, c'est mieux.

                  "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

            • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

              Je crois que les stats montrent que la fréquentation des sites web par les périphériques mobile fait plus de 50% des consultations dans google analytics.

              Prendre des chiffres avec des pincettes.
              Déjà cela ne concerne que la consultation du Web (ce qui est bien loin d'être le seul usage d'un ordinateur) et beaucoup de pays ont un taux d'usage du téléphone très élevé sans ordinateur à côté, faute de moyens.

              Tout cela biaise un peu la pertinence et l'usage réels des outils numériques aujourd'hui.

              Et chez les plus jeunes, c'est téléphone et téléphone!

              Dans tes chiffres je n'ai pas trouvé de critères par âge, d'où tu détiens le savoir que les jeunes n'utilisent donc que le téléphone ?
              Ne pas oublier que la plupart des jeunes vont à l'école aussi et ne peuvent guère utiliser autre chose quand ils y sont (ce qui représente une bonne part de leur temps, notamment en journée la semaine).

              Oui, dans les boites informatiques, les gens ont des PC chez eux. Mais je vois de plus en plus de familles chez les jeunes lycéens qui ont un ancien ordinateur que les jeunes n'utilisent plus. Le smartphone leur suffit. Sauf bien sur quand il faut produire du contenu… mais là, on va arriver sur un autre débat. Ils en produisent de moins en moins en dehors d'un cadre contraint.

              La question était de savoir si l'ordinateur va disparaître.
              Les jeunes ne sont pas les seuls utilisateurs des outils numériques, et ont des contraintes différentes des autres ce qui rend l'usage d'alternatives au smartphone moins courant pour eux que pour ceux qui travaillent (ou qui ont un passe temps ayant besoin d'un ordinateur).

              Se baser sur leur usage de ces appareils ne me paraît pas pertinent pour dégager une tendance. D'autant plus que dans mon entourage (loin d'être des passionnés de l'ordinateur) utilisent régulièrement l'ordinateur pour les devoirs ou certaines activités comme le jeu vidéo. Peut être moins qu'avant, mais je ne les vois pas rédiger leur exposé sur leur téléphone. Ils en utiliseront un.

              • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                Posté par . Évalué à 5 (+6/-2).

                Bonjour Renault

                Pour replacer le contexte, j'enseigne en lycée et je vois le comportement des élèves au quotidien. J'en parle aussi régulièrement avec eux, lors d'intervention sur les addictions au numérique, avec des discussions aussi informelles sur leurs usages.

                J'en parle avec leurs parents lors des rencontres avec eux, plusieurs fois par an.

                J'ai la chance d'être sur deux établissement urbains aux populations allant du très pauvre au assez aisé, ce qui donne un très large panel de la population.

                Du coup, j'ai la chance d'avoir une vision des usages sur un panel de population large et varié chez les jeune d'age lycéen. C'est pour cela que je me permets de donner un avis sur cette tranche d'age que beaucoup ne voient que par le biais de ses propres enfants.

                Note bien que je n'ai jamais dit que l'ordinateur allait disparaitre. Je suppute seulement qu'il va de plus en plus être cantonné au domaine professionnel, là où sera produit le contenu, mais qu'il pourrait par contre disparaître de nombreux foyers. Oui, les lycéens utilisent toujours les ordis pour faire des exposés, il n'y a pas d'alternative. Mais feront ils des exposés/rapports/TPE/etc.. quand ils seront dans ce que beaucoup de lycéens appellent "la vraie vie" ?

                La maturité des périphériques mobiles et de l'écosystème autour devient suffisante pour les personnes qui ne produisent pas de contenu orienté texte ou donnée.

                • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                  Posté par . Évalué à 4 (+5/-1).

                  Bonjour à vous deux, Renault, Swirly,

                  J'ai suivi avec intérêt votre discussion. Swirly nous fait part de son expérience de prof de lycée et de son observation du comportement des ados/pré-adultes vis à vis des "écrans". Je la trouve très pertinente. Idem concernant cette génération z' qui arrive du collège et qui ne connaît que le smartphone. Je vous fais part de mes propres observations (qui valent ce qu'elles valent…)

                  Il y a quelques semaines, j'ai participé à une réunion dans une instance de l'éduc nat. Le sujet était de réfléchir à la politique numérique au sein des collèges. Objectif Full tablette pour tous les enfants, terminé l'ordinateur en classe, fini la calculette. Mais le plus instructif pour moi a été de constater que j'étais le seul à utiliser un portable…tous les autres intervenants utilisaient une tablette pour prendre des notes et travailler. Petite précision, il n'y a pas d'éditeur "libre" parmi les trois OS retenus dans le cadre de référence.

                  Actuellement, je suis une étude dans le cadre d'un projet européen qui a pour sujet la place des écrans chez les enfants de 6 à 12 ans. Si Swirly trouve déjà décoiffant les usages qu'ont les collégiens qu'il voit arriver au Lycée, je vous garantis que ce qui est observé va lui faire perdre le reste de ses cheveux.

                  Quel est le rapport avec Ubuntu et l'abandon de la "convergence des médias". Le même que firefoxOS pour Mozilla : une tentative pour continuer à exister alors que leur marché traditionnel disparaît même dans un cadre professionnel.

                  • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

                    Ça m'étonne pas que l'éducation nationale mise sur les tablettes qui sont en train de crever, vu comme ils se sont mis au PC avec 15 ans de retard, et encore dans mon lycée on était encore en windows 3.11 à l'époque de vista…

                    Donc bon vu le décalage permanent entre la réalité technologique et l'éducation nationale je suis pas sûr qu'il faut prendre ça comme exemple…

                    Ici en NZ au lycée c'est Windows obligatoire, Chromebook et tablettes interdits. Si t'es trop pauvre t'aura ptet la chance de vivre dans une ville qui propose un crédit à taux zéro pour acheter ton ordi (uniquement chez le vendeur local, hein, pas question de commander à pas cher sur amazon), sinon c'est dans ta pomme de pauvre, t'avais qu'à être riche.

                    Entre ça et dépenser le budget de l'éducation nationale dans des machines/tablettes déjà désuettes qui servent à rien alors qu'on a déjà pas de thunes pour chauffer les salles de classe ou repeindre les murs… Pas sûr que je préfère une option à l'autre.

                    « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

      • [^] # Re: Est ce pour ça qu'Ubuntu abandonne le mobile ?

        Posté par . Évalué à 3 (+0/-0).

        Tout dépend de ce qu'on appelle un PC.
        Un Chromebook n'a rien à voir avec un PC tel qu'on le définissait il y a 10ans.

        Si demain j'ai un appareil convergent tel que proposé par Ubuntu, j'ai un PC ou pas?

        Les PC sont encore largement utilisés parce qu'on accepte d'en changer la définition avec l'évolution des technos.

        Et la question mérite d'être posée: Linux est prêt pour les changements à venir?

  • # Sur phoronix ca balance grave.

    Posté par . Évalué à 1 (+3/-4).

    KDE contributor here. My post here is personal, does not represent the KDE community or my employer, etc…

    I personally think Canonical probably made the right decision.

    Gnome is a simpler experience. The primary goal of Ubuntu Desktop is to make computing easy, and Gnome is generally harder to screw up. I hate the workflow, other environments do it better, but once the basics are understood there's not too many intimidating things going on, and Gnome is a generally healthy project at the core of GTK with less chance of significant issues.

    Gnome is generally doing a good job providing a suite of applications which I think users would enjoy. Weather, Maps, Calculators, Photos, simple stuff. It's all there. All those apps are simple. They do not require users reconfigure the desktop, or lock/unlock things. With KDE applications we often have more capable offerings, but precious few of our apps can really be called suitable for beginners.

    It has fewer apparent bugs. Maybe this is 40% me only using Gnome on HTPCs so I simply don't encounter them, but the simplicity of the system certainly puts a ceiling on their issues. Gnome is also focused on polishing their apps, so the bugs they do have aren't going to be as apparent.

    Now… I'll also catch-22 this whole "things are less buggy" moment and say what's on my mind every day; GTK today simply plays poorly with most non-Gnome environments, to an extent they are directly responsible for crippling other DEs when it comes to the use of GTK applications. I only say Gnome is more suitable because the developers to an extent (in my very personal opinion not to be construed as fact) have used anticompetitive practices. Outside of Gnome and Pantheon the menus are broken, CSDs are broken, often the styling is broken… They have systematically broken desktop compatibility on several levels, and some of the developers in the camp stated outright they really couldn't care less and even rejected patches which fix things.

    So, while Plasma as a desktop is better, there's a word to be said for keeping the same applications. If core Gnome apps were reliable on Plasma I'd recommend full-stop to use Plasma as the environment and Gnome applications for user familiarity. I wouldn't recommend to Ubuntu that they switch to KDE applications, because it would catch users off-guard. But, you simply cannot rely on GTK applications in Plasma because of the mess they cause, so… y'know… EEE. :/

    Now, me, personally as an experienced user? I wouldn't use Gnome on my daily desktop if they paid me to do it. But here's the thing; I look at Ubuntu as the "gateway drug" of Linux, where users get a taste of a simple and competent system, then branch out to greener pastures when they are comfortable. If Ubuntu uses Gnome, that's fine, because I think in the long run Gnome is a fantastic gateway into Linux too - it's where I started - and some will stick with it, others will migrate. To me, it really doesn't change much, Canonical is offloading an unnecessary burden and sticking pretty close to their family of applications.

    • [^] # Moi aussi je peux le faire.

      Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+2/-3).

      Old KDE contributor here. My post here is personal, does not represent the KDE community or my employer, etc…

      I now code with GNOME and KDE SUCKS!

      • [^] # Re: Moi aussi je peux le faire.

        Posté par . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 13/04/17 à 09:19.

        One word: Stockholm :D

        PS: tiens ton truc pour le menu dans les decorations a ete remis sur plasma5. Juste pour info.
        PPS: KDE ne sucks pas mais il y a des trucs CHIANTS (en aprticulier la gnomification avec les activites).

      • [^] # Re: Moi aussi je peux le faire.

        Posté par . Évalué à 2 (+1/-1).

        Argument percutant.

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

  • # Une autre alternative libre pour le mobile ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+1/-0).

    Qu'est-ce qu'il reste comme téléphones libres du coup ?

  • # Bonne nouvelle

    Posté par (page perso) . Évalué à -2 (+0/-2).

    Perso j'avais abandonné Ubuntu à cause d'Unity (et les pub d'Amazon), c'était stupide de passer de Gnome vers Unity.

  • # Un simple besoin de rentabilité ?

    Posté par . Évalué à -3 (+3/-1).

    Peut-être que Canonical ne peut fonctionner à fonds perdus et a besoin, pour ses investisseurs, de devenir rentable rapidement ? L'abandon d'Unity, du mobile et autres éléments s'accompagnent d'une baisse des effectifs. Je pense que Canonical a besoin de dégraisser pour trouver le chemin de la rentabilité.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.