Sondage Mon rapport à l'anglais

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
11
21
juil.
2022

Je ne sais pas si tu as remarqué mais la langue angloise est assez utilisé dans notre bas monde.

J'ai toujours eu un problème avec cela mais j’essaie de me soigner et d'oublier qu'ils ont brûlé vive Jeanne. Depuis mon précédent journal avec l'excellent commentaire bienveillant de quelqu'un dont la langue maternelle est l'anglais, ça va un peu mieux pour moi avec la pratique de l'anglais. J'arrive même à écouter des vidéos/tutoriel yewtu.be (how to exit vim in less than two hours) en anglais où je comprends à peu près ce qui s'y dit (surtout quand ce sont des Allemands qui parlent anglais en fait, j'ai encore du mal avec les Texans).

Et toi ça avance ?

Total : 1843 votes

La liste des options proposées est volontairement limitée : tout l’intérêt (ou son absence) de ce type de sondage réside dans le fait de forcer les participants à faire un choix. Les réponses multiples sont interdites pour les mêmes raisons. Il est donc inutile de se plaindre au sujet du faible nombre de réponses proposées ou de l’impossibilité de choisir plusieurs réponses. 76,78 % des personnes sondées estiment que ces sondages sont ineptes.
  • # L’anglais oui mais l’anglicisme ridicule non !

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+22/-1). Dernière modification le 21/07/22 à 19:26.

    “I like to speech English to be understand by peaple whoe don’t speech French.”

    Ça, c’est le genre de chose que je suis capable de dire ou écrire en anglais.

    Dans mon travail, je suis amené à écrire en anglais sur des forums ou sur IRC pour poser des questions ou parfois même pour répondre à mon tour. Et aussi je rencontre physiquement des personnes avec qui parler en anglais est le seul moyen de me faire comprendre. Cela me rends heureux et fière lorsque j’y arrive. En effet, les langues durant mes études n’étaient pas mon fort :(

    Alors par contre, lorsque je parle en français avec mes collègues et que je dois entendre des “switch” (pour « échanger » ou « basculer »), des “dispacher” (pour « répartir ») et autres “deadline” (pour « échéance » ou « date butoir »), cela m’énerve au plus haut point. Mon impression est qu’ils utilisent des mots anglais pour plus de prestance, comme des mots magiques et puissants, qui auraient plus de sens que nos pauvres mots français devenus désuets et insipides :(

    • [^] # Re: L’anglais oui mais l’anglicisme ridicule non !

      Posté par  . Évalué à 4 (+5/-2).

      s/undertand/understood/

      Je suis parfaitement d'accord, et ça se propage maintenant aux noms de projets qui mélangent les deux langues voire passent complètement anglais. C'est d'autant plus ridicule lorsque ça concerne des projets publics où les entreprises/institutions concernées sont forcément française.

    • [^] # Re: L’anglais oui mais l’anglicisme ridicule non !

      Posté par  . Évalué à 5 (+6/-1).

      Oui, je suis bien d'accord mais c'est surtout la marque d'un modèle ultra-capitaliste qui s'impose et auquel on montre son allégeance (je suis allergique au terme néo-libéral ou libéral qui possède normalement un tout autre sens : épris de liberté ou généreux. C'est, outre de l'enfumage, une usurpation de sens manifeste).
      Cela a commencé avec «challenge», mis à toutes les sauces, alors que l'on possède un joli mot parfaitement adapté : gageure.
      Et que dire du ridicule retour en force de «digital» (qui appartient aux doigts) pour «numérique» ! On le trouve désormais partout…

      Il n'y a pourtant pas si longtemps (bon, un bon siècle quand même), c'était le français qui était la langue universelle d'échange. Après, que ce soit maintenant l'anglais, pourquoi pas ; mais cet usage ridicule et insensé de mots anglais dont on farcit le français est vraiment insupportable.

    • [^] # Re: L’anglais oui mais l’anglicisme ridicule non !

      Posté par  . Évalué à 0 (+2/-3).

      Mon impression est qu’ils utilisent des mots anglais pour plus de prestance

      Je pense que c'est surtout le fait que ces termes prennent dans notre français une dimension que la traduction française ne reflète pas exactement. Une signification qui représente un petit sous ensemble de la définition qu'ils ont dans leur langue d'origine.

      C'est beaucoup moins qu'une traduction mot a mot. Et pour des domaines spécifique ça devient beaucoup plus précis. Bref, c'est des concepts.

      Si je "dispach", on comprend tout de suite dans mon domaine que je parle d'un patron de conception. Si je "réparti", je communique tout un tas d'autres significations qu'il faut que je clarifie.

      Mais bon, je travaille avec 80% d’étranger, alors bon.

    • [^] # Re: L’anglais oui mais l’anglicisme ridicule non !

      Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

      Ajoute "challenge" à la liste…

  • # Comment rédiger en anglais ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+12/-1).

    Comme mon anglais n'est pas très bon, j'utilise,cette méthode :

    J'ouvre un traducteur google translate ou DeepL et je rédige en anglais. Si la traduction en français correspond à ce que je voulais dire, je valide, sinon, j'essaie de formuler autrement. Dans le pire des cas, je rédige en français pour me guider et je reviens à la première méthode.

    Cela me permet de communiquer assez correctement.

    • [^] # Re: Comment rédiger en anglais ?

      Posté par  . Évalué à 9 (+6/-0).

      Et du coup google et deepl sont au courant te toutes tes intéractions en anglais.

    • [^] # Re: Comment rédiger en anglais ?

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      J'ouvre un traducteur google translate ou DeepL et je rédige en anglais.

      En plus de ça je permute les langues pour voir si DeepL aurait rendu différemment en anglais, afin d'avoir une idée de ce qui serait plus naturel de dire.

    • [^] # Re: Comment rédiger en anglais ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

      je suis plus jeune que toi mais encore dans une génération d'ingénieur à qui on n'imposait pas de partir à l'étranger pendant les études, du coup je me débrouille mais sans plus, quand je vois les jeunes maintenant leurs écoles leur imposent au moins une année à l'étranger, ma fille qui est à science po vient de faire 6 mois en Espagne et 6 mois en Islande, elle est maintenant très à l'aise en espagnol et en anglais, c'est vraiment une chance

      https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

  • # C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

    Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0).

    Vu que la population indienne va dépasser la population chinoise sous peu, il va falloir se mettre soit à l'hindi, soit au dialecte anglais pratiqué en Inde.

    • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

      En Inde tous les diplômés parlent anglais, et je n'ai pas d'occasion de parler à la plèbe. De toute façon en dehors du français je n'utilise que l'écrit, alors il doit bien y avoir un traducteur de l'hindi quelque part sur le web.

      Membre de l'april, et vous ? http://www.april.org/adherer

      • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

        Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

        Bon, seule une petite partie de la plèbe parle Hindi, déjà l'Inde est divisée en 2 (entre autres) pour les langues, les langues indo-européennes dans le Nord (dont l'hindi), les langues dravidienne dans le Sud (dont le tamoul par exemple). L'Hindi doit être plus facile pour un Européen, comme c'est proche (avec les langues persanes voisines) des langues européennes, mais ça ne permettra pas de parler avec tout le monde. Le Globish est plus utilisé pour ça je crois. On parlait des Indes avant les Anglais, parce que pleins de royaumes. Ils en ont fait un seul territoire, mais rapidement redivisé avec le Pakistan. J'ai vu plusieurs fois des Indiens du Sud énervés qu'un politicien parle Hindi chez eux. Mais je suis sûr que la situation et encore plus complexe sur place, avec toutes les langues, religions, cultures etc…Surtout avec un 1er ministre hindou intégriste qui fait la chasse aux autres.

        • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+8/-0).

          L'Hindi doit être plus facile pour un Européen, comme c'est proche (avec les langues persanes voisines) des langues européennes

          Oui, mais non. Enfin pas nécessairement.

          J'ai fais du sanskrit (2 ans), du grec ancien (13ans), du latin (5ans), une introduction au hittite, je suis francophone, je parle couramment l'anglais, j'ai pas mal oublié mon allemand et je peux survivre en italien et je baragouine dans divers autres langues indo-européennes.

          Ben, le Sanskrit, qui est effectivement une langue indo-européenne et qui est au hindi, ce que le latin est au français, le sanskrit donc, et là j'extrapole pour le hindi, n'est pas particulièrement facile, d'abord parce que les langues indo-iraniennes ont divergé il y a fort longtemps des langues "européennes".

          S'il y a une forte proximité avec les langues anatoliennes - toutes éteintes, hittite, louvite, etc. - la différence est beaucoup plus marquée avec les langues "européennes", latines, helléniques, et je ne parle même pas des langues plus récentes.

          Évidement, il y a des choses similaires les noms de relation familiales, quelques pronoms, et peut-être peux-tu retrouver une racine de mot, si tu as beaucoup d'imagination.

          Parce que ce même un mot comme Himalaya, qui est transparent pour moi la demeure(ālaya) de neige(hima, voir hiems, hiver en latin, ou chiôn, neige en grec), ne l'est probablement pas pour grand monde.

          L'un des traits majeurs du sanskrit, et par là même de prakrit et donc du hindi, est une assimilation de nombreuses voyelles au "a". Sans parler des mutations consonantiques qui ne sont pas nécessairement les mêmes: sata vs centum, kw -> p vs kw -> qw. Et je ne te parle pas des saṃdhis changent les consonnes finales des mots au contact les uns des autres ou encore de grammaire et de syntaxe.

          Bref, tu auras au mieux une familiarité de surface et pour le reste, ce sera une nouvelle langue à apprendre, avec son système d'écriture. Ça peut être sympa en soit, personnellement, j'apprécie.

          0. Assume good faith 1. Be kind to other people 2. Express yourself 4. Apply rule 0

    • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

      Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0).

      L'anglais parlé par les indiens ne présente pas de piège particulier pour la compréhension.

      • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

        Posté par  . Évalué à 7 (+7/-0).

        À part l'accent

        • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

          ça dépend beaucoup des régions, il y a certains accents que je trouve beaucoup plus simple à comprendre qu'un accent galois ou écossais…

          • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

            Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 29/07/22 à 18:03.

            J'ai eu beaucoup moins de difficultés à comprendre les indiens de Bangalore que les américains de la Nouvelle-Orléans… Je me souviendrai de la caissière au MacDo qui m'a répété 4 fois "Will that be all?" mais avec son accent d'afro-descendante du Sud, tout ce que j'entendais c'était "wadébiol". Et jamais elle n'a pas jugé bon de reformuler ou peut-être juste ralentir le débit. Ptêt qu'elle m'a pris pour un local dur de la feuille. New-York, idem. Incompréhensibles.

            • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

              Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 30/07/22 à 02:20.

              New-York, idem. Incompréhensibles.

              Marrant, j'ai exactement le ressenti inverse avec New-York. J'avais trouvé les gens, probablement habitués à rencontrer pleins d'immigrés de partout dans le monde, assez prévenants avec mon accent pourri et mes difficultés de compréhension, souvent prêts à répéter plus doucement… Ceci dit, je me souviens d'un moment difficile, dans Harlem, à essayer de faire comprendre que je voulais un T-shirt Obama… sans mettre l'accent tonique !

              • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

                Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 30/07/22 à 17:10.

                Ah pour le côté compréhensif, oui. Dans toutes les villes où je suis allé d'ailleurs (la fille du MacDo de New-Orleans c'est un cas particulier, il était tard, soir de Carnaval, elle n'avait plus la patience sûrement). Mais à NYC de prime abord je ne comprenais rien, il fallait une 2e tentative.

      • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        oui ils sont très faciles à comprendre, idem pour les pays du moyen orient

        https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

      • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

        Posté par  . Évalué à 4 (+3/-0).

        C'est surtout qu'ils (indien ou autre non anglophone), du moins ceux que j'ai rencontrés, parlent le globish comme une bonne majorité de communautés à vocation internationale : organisations internationales/multiculturelles, multinationales…
        C'est un sous-produit appauvri de la langue, à vocabulaire minimaliste et termes propres au domaine surreprésentés. Le minimum syndicale pour espérer se comprendre. Cet idiome reste bien éloigné de la langue de Shakespeare…

        Il suffit d'engager une conversation sur des sujets moins techniques, de la poésie par exemple et le globish-speaker devient moins à l'aise :)

      • [^] # Re: C'est «has-been» l'anglois mec, faut se mettre au mandarin

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+3/-0).

        Toi, t'as jamais reçu de courriel avec "Please do the needful and revert to me."

  • # Pour que ça reste un jeu

    Posté par  . Évalué à 9 (+8/-1).

    Je tente d'écrire en anglais, la langue des Anglais.
    Contrairement au globish, c'est une langue imagée, riche, évocatrice, et puis ça fait les pieds aux défenseurs de l'anglais ubiquitaire de se rendre compte qu'ils sont finalement assez mauvais :-)

  • # Pour le jersey, ça va, je peux le récupérer sans problème, c'est pour Guernesey que c'est difficile

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+3/-3).

    Alors je sais pas quoi répondre. Sauf que je peux tricoter en anglois et en espagnol.

    Pour le reste, j'ai écrit des Pratchetteries (avec jeu de mot et tout et tout) ainsi que des patrons de tricot et des tutoriels en anglois. Après, au boulot, je ne me parle pas en anglois. Du coup je crois que je vais mettre que c'est has been et me mettre au mandarin, ou à l'arabe.

    Ou alors, revenir à Jersey.

    « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

  • # Constat au Taff + message

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+4/-0).

    Dans ma boîte franco française à l'origine l'anglais, même dans le service informatique, est venu petit à petit. Lors de mon embauche au début des années 2000, avoir « anglais : scolaire » sur son CV était suffisant.
    Aujourd'hui suite aux rachats et fusions en tout genres toutes les docs non spécifiques France sont en anglais, et il suffit qu'il y ait 1 non francophone dans une réunion pour qu'elle bascule dans la langue de l'anglois…
    Certains séniors souffrent un peu, mais ils ont pu bénéficier de formations. Et nos collègues d'outre-frontière sont plutôt cool et encourageants pour que tous progressent.
    Par contre, messages aux petits jeunes, ou aux parents / grands-parents / oncles / tantes / que sais-je… de petits jeunes : maintenant sur le CV s'il n'y a pas de bon niveau à un test d'anglois genre Bright, à part dans les ateliers, ce n'est même pas la peine d'espérer. Donc j'encourage autant que possible à trouver le moyen d'avoir un bon niveau si la carrière souhaitée est dans un métier tertiaire (direction, gestion, commercial, informatique, conception, recherche et développement, qualité,…). Plus aucun secteur n'est épargné.

    • [^] # Re: Constat au Taff + message

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-2).

      Et un piège à connaitre. Ce n'est pas parce qu'en france et d'autre pays d'europe c'est cool de jurer et d'être grossier y compris dans le domaine du busineaa que c'est pareil dans les pays anglophones. Tout le contraire.

    • [^] # Re: Constat au Taff + message

      Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

      Donc j'encourage autant que possible à trouver le moyen d'avoir un bon niveau si la carrière souhaitée est dans un métier tertiaire (direction, gestion, commercial, informatique, conception, recherche et développement, qualité,…). Plus aucun secteur n'est épargné.

      En général pour ces formations, les étudiants suivent également des formations d'anglais diplômantes, reconnues par le monde de l'entreprise.

      C'est notamment le cas du TOEIC ou du TOEFL.

      Ce n'est pas rare d'ailleurs de voir des offres d'embauche avec "niveau TOEIC minimal exigé de XXX et moins de 2 ans".

      C'est pas le cas dans toutes les écoles mais ça se généralise quand même de plus en plus.

      Et aujourd'hui il est plus aisé de discuter avec des étrangers grâce à Internet. L'occasion se présente plus facilement qu'à l'époque où Internet n'existait pas.

      La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

  • # informatique en anglais, les films en VO, tous le reste en français

    Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

    Pour ma part, je pense l'informatique en termes anglais principalement car l’écrasante majorité de la connaissance est disponible en anglais? J'effectue aussi mes recherches web en anglais. Du coup, j'écris en anglais, même pour des projets perso.

    Pour tous les autres domaines de connaissance, je pense, je cherche et j'écris en français.

    Pour les films et les livres, j'aime bien la VO même si les doublages / traductions en français sont souvent très bien réalisées.

  • # La langue française ne me plaît pas

    Posté par  . Évalué à -6 (+3/-9).

    [Avis subjectif]
    Malgré mon nom niveau de natif en français je suis pour l'anglisisme à 100%. Je pense à un monde meilleur si tout le monde parle la même langue (et l'anglais c'est plus simple que le mandarin pour moi)

    Je comprends que certains vont criéer à la suppression de la langue française. C'est vrai quelques part mais j'espère que la transition nationale de français à anglais aura lieu d'ici 80 ans.

    Amiralgaby#1847

    • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

      Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

      Et l'esperanto alors ?

      • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

        Posté par  . Évalué à -3 (+0/-3).

        L'esperanto viendrait à changer complètement la langues de plusieurs millions d'individu. J'en conviens que c'est une langue de choix puisque c'est son but mais elle a le désavantage de demandé aux anglophones (et les personnes ayant appris l'anglais durant la scolarité) à s'adapter à cette langue.

        Que ce soit l'une ou l'autre, selon moi, c'est un plus :)

        PS: je n'ai pas appris l'espéranto évidemment

        Amiralgaby#1847

        • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

          Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0).

          On demande bien aux personnes ayant appris une autre seconde langue de s'adapter à l'anglais …mais ça, ça te choque pas.
          Que les français soient forcés à l'anglais, mais pas l'inverse, te semble tellement aller de soi que tu ne peux que balayer d'un revers de main l'idée que tout le monde doive faire un effort (plus faible) vers quelque chose de plus neutre. On n'est pas sorti de l'auberge.

          “It is seldom that liberty of any kind is lost all at once.” ― David Hume

          • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

            Posté par  . Évalué à 1 (+1/-0).

            Que les français soient forcés à l'anglais, mais pas l'inverse, te semble tellement aller de soi
            Je me suis mal exprimé, là le mot "forcés" est pris littéralement comme étant une obligation, j'imaginais plus un choix bénéfique pour tous (je connais les désavantages aussi, j'avais lancé le sujet pour donner mon opinion sans parler des défauts).

            Oui je reconnais qu'il n'y aurait pas d'égalité en termes d'effort entre francophone et anglophone. La neutralité n'est pas le but recherché, c'est limité les efforts au niveau mondial.

            Le sujet que j'ai lancé n'en vaut pas la peine, on le sait.

            On n'est pas sorti de l'auberge.
            +1

            Amiralgaby#1847

            • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

              Posté par  . Évalué à 2 (+2/-1).

              La neutralité n'est pas le but recherché, c'est limité les efforts au niveau mondial.

              Si votre but est de limiter l'effort d'apprentissage d'une langue au niveau mondial, ce n'est certainement pas l'anglais qu'il faut promouvoir comme langue de communication internationale…

    • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

      Posté par  . Évalué à 3 (+4/-4).

      L'anglais est une langue incroyablement pauvre, bourrée d’exception, certains mots s'écrivent pareil et se prononcent différemment, d'autre s'écrivent différemment mais se prononcent pareil, leur gestion des temps… bref non.

      Et pourquoi l'anglais? Dans 80 ans la langue dominante sera le mandarin, autant ne pas changer deux fois.

      Les anglais sont sorti d'eux même de l'Europe, l'anglais est vraiment en minorité, on pourrait très bien passer au Français ou à l'allemand; voir à l'espéranto pour éviter la domination d'un état sur les autres. Car oui, un native speaker sera généralement avantagé par rapport à un non natif.

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

        Posté par  . Évalué à -1 (+0/-1).

        L'anglais est une langue incroyablement pauvre, bourrée d’exception, certains mots s'écrivent pareil et se prononcent différemment, d'autre s'écrivent différemment mais se prononcent pareil, leur gestion des temps… bref non.
        Je ne ferais pas une liste des défauts de la langue française (je parle pas de l'histoire de la langue mais bien la grammaire et l'orthographe).

        Et pourquoi l'anglais? Dans 80 ans la langue dominante sera le mandarin, autant ne pas changer deux fois.
        Parce que je sais parler,écrire peut-être même un peu chanter en anglais ;)
        Libre à chacun effectivement de choisir le mandarin ou pas… il va en falloir du temps, ce n'est pas une envie de faire disparaître le français mais de trouver un standard. (je ferais bien une RFC moi x)

        Les anglais sont sorti d'eux même de l'Europe, l'anglais est vraiment en minorité, on pourrait très bien passer au Français ou à l'allemand; voir à l'espéranto pour éviter la domination d'un état sur les autres.
        Après on sait que c'est utopiste de vouloir une seule langue commune… Je crois plus en l'Anglais que l'Espéranto car on a déjà des bases solides.

        Vive la France ! Vive la France bilingue (un peu plus anglophone chaque jour :) !

        Ah oui et vive Linux aussi

        Amiralgaby#1847

      • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+4/-1). Dernière modification le 02/08/22 à 20:54.

        L'anglais est une langue incroyablement pauvre, bourrée d’exception, certains mots s'écrivent pareil et se prononcent différemment, d'autre s'écrivent différemment mais se prononcent pareil, leur gestion des temps… bref non.

        On peut dire la même chose de pas mal de langues, à commencer par le français, qui comporte bien plus d'exceptions, et surtout que certaines idiosyncrasies rendent carrément impropre à la communication courante, forçant carrément ses locuteurs eux-mêmes à tordre leur propre langue au-delà du reconnaissable pour tout simplement comprendre entre eux.

        • Formes pronominales
        • Voyelles composées et nasales (in, an/en, on)
        • Liaisons
        • Accents
        • Expressions reliquaires
        • Absence de vrai genre neutre
        • Participe présent buggé
        • Etc.

        Si tu demandes "pleut-il ?" à quelqu'un qui se tient pres de la fenêtre, il va te demander de répéter jusqu'à ce que tu lui hurles "est-ce qu'il pleut ?" une forme sémantiquement contestable et surtout très inélégante, mais à l'architecture sonore (fréquences, arrêts, etc.) lisible, compréhensible. Standard.

        La voiture elle est dehors. Une amende de cent zeuros. L'usage, les formes familières et les bricolages sont si courants qu'il semble carrément incongru de parler un français académique, ou tout simplement correct. Mes exemples sont nazes, mais tu vois l'idée, écoute-toi juste parler

        Ah, pour la diplomatie (surtout épistolaire) et les lettres d'amour, les particularismes et les circonvolutions de la langue peuvent faire merveille (à l'inverse, une telle usine à gaz requiert un diplôme en rocket science, dit autrement c'est non seulement super dur à apprendre, mais aussi très difficile à parler correctement, ainsi du proverbial violon qui "ne supporte pas la médiocrité" et non, en linguistique appliquée c'est pas une feature, c'est un bug) ; mais pour se hurler des instructions courtes sur le pont d'un navire en perdition, c'est franchement sub-optimal.

        La modularité de l'anglais permet de préfixer, voire de fabriquer un verbe avec n'importe quoi, le suffixe permet de fabriquer des phrases très évocatrices (dance the blues away) en très peu de mots. Cherche pas, c'est une killer friture, just shut up.

        À l'inverse, le système pronominal impose des boursouflures regrettables, as in "je vais me laver les mains" au lieu d'un simple "je vais laver mes mains" étrangement réprouvé par de tacites et donc illisibles conventions.

        Dans la phrase "c'est la chambre de Karen" le mot important est Karen, et la plupart des langues estiment donc pertinent de le faire survenir le plus tôt possible dans la phrase ; le français a fait le choix inverse, ça se défend mais ça s'attaque aussi ; note que ça pose aussi de sérieux problèmes de rythme, demande aux paroliers et aux dialoguistes.

        On pourrait continuer longtemps cette descente en flèche de notre langue bien aimée (bin oui) tout juste à peine plus développée que ta condamnation franchement pas très honnête (vaut mieux lire un français se plaindre des exceptions de l'anglais qu'être aveugle lol) de l'anglais.

        De toute façon pour être vraiment pertinent il faudrait des stats, et là j'ai la flemme.

        Prend-le facile, et garde-le vrai ;)

        • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

          Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

          On peut dire la même chose de pas mal de langues, à commencer par le français, qui comporte bien plus d'exceptions, et surtout que certaines idiosyncrasies rendent carrément impropre à la communication courante, forçant carrément ses locuteurs eux-mêmes à tordre leur propre langue au-delà du reconnaissable pour tout simplement comprendre entre eux.

          Petite rectification : les exceptions ne se valent pas… Du coup, à supposer que tu les ai compté, tu ne peux pas t'en prévaloir pour ton affirmation. Il se trouve que le français a ses exceptions qui ne sont pas les mêmes qu'en anglais, mais l'anglais n'en est pas exempte et souffre que cela soit dénoncé contrairement à la propagande.

          Si tu demandes "pleut-il ?" à quelqu'un qui se tient pres de la fenêtre, il va te demander de répéter jusqu'à ce que tu lui hurles "est-ce qu'il pleut ?" une forme sémantiquement contestable et surtout très inélégante, mais à l'architecture sonore (fréquences, arrêts, etc.) lisible, compréhensible.

          Non… La forme élégante de ce genre d'interrogation sur un sujet tierce (A demande quelque chose à B au sujet d'une action de C) est bien « Est-ce que C-fait-quelque-chose » La forme « pleut-il ? » n'est ici pas équivalente (que je demande « Est-ce que yPhil commente ? » ou que je demande « YPhil commente-t-il ? » sont quasiment similaires) parce-que le « il » n'est pas une personne (d'ailleurs tu aurais du dire « pleut-elle ? » puisque le mot est féminin et non masculin) et que ce n'est pas une action transitive directe (en fait c'est la forme « il pleut » elle-même qui est déjà faussée de base) mais un phénomène météorologique. C'est bien plus logique que ça n'y parait, mais une logique française (chaque langue ayant sa façon de penser) héritée du latin…

          À l'inverse, le système pronominal impose des boursouflures regrettables, as in "je vais me laver les mains" au lieu d'un simple "je vais laver mes mains" étrangement réprouvé par de tacites et donc illisibles conventions.

          Rien ne t'interdit de dire « je vais laver mes mains » si tes mains sont détachables et que tu vas les laver comme tu laverais ton assiette ou ta chemise. La forme pronominale n'est réservée qu'aux personnes normales pour indiquer que le sujet est bien l'objet de l'action qui a une certaine réflexivité.
          Pareillement, « je vais me laver les dents » indique que ce sont mes dents et que je fais l'action sur ma personne un peu comme je le ferais sur une autre personne (par exemple « je vais lui laver les dents » en parlant d'une personne dépendante). Par contre, « je vais laver mes dents » est la seule forme applicable quand tu parles de ton dentier que tu prends le soin de retire de ta bouche avant lavage.

          “It is seldom that liberty of any kind is lost all at once.” ― David Hume

          • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0 (+1/-3). Dernière modification le 05/08/22 à 22:37.

            Ah oui et aussi (j'en oublie tout le temps, le sujet m’exaspère)

            • Pluriels inaudibles (? unique, je connais tout simplement pas d'autre langue qui commet cette erreur élémentaire c'est DINGUE tu réfléchis à ça des fois ou..?) ;
            • Et plein d'autres auxquels toi et moi on pense régulièrement (généralement en regardant un documentaire en anglais) en se disant "tiens, comment je dirai ça en français ? Hum.) ;
            • Si tu insistes je vais te faire une liste .

            Tu abondes dans mon sens dans tes deux points

            1 - On ne peut pas réellement demander en français convenable si la pluie tombe si on veut se faire comprendre
            2 - Cette spécificité (si tu lavais les mains de qq1 d'autre, ou ton dentier tralala) est strictement inutile et s'en prévaloir sans en voir la futilité nocive est une partie du problème. C'est débile. Réfléchis à ça, et regarde le monde entier s'en carrer le fion.

            Défendre le français c'est (peut-être, faut voir, ça devient fatigant) très bien, je le fais tout le temps mais pour ça il faut des armes efficaces ; la diffamation (oui) et l'ignorance sont, c'est notoire, des lames émoussées qui font se gausser un ennemi préparé.

            Défendre sa langue ; voir, spécifier et documenter ses lacunes, ne pas se laisser dicter des éléments de langages par le four à micro-ondes.

            Et la faire réellement évoluer.

            Te montreras-tu digne de la mission ?

            • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 09/08/22 à 15:39.

              Défendre c'est (peut-être, faut voir, ça devient fatigant) très bien, je le fais tout le temps mais pour ça il faut des armes efficaces ; la diffamation (oui) et l'ignorance sont, c'est notoire, des lames émoussées qui font se gausser un ennemi préparé.

              C'est la culture véhiculée par la langue qui est intéressante, ainsi que les moyens utilisés pour le faire parce qu'il est légitime de défendre sa culture pour qu'elle existe.

              Défendre sa langue en tant qu'outil véhiculaire n'a par contre que peu de sens. De ce point de vue, les langues sont arbitraires. On utilise celle qui est la plus efficace dans un contexte donné. C'est le sens même de lingua franca.

              Défendre sa langue contre une autre parce qu'elle a des caractéristiques fonctionnelles particulières et des outils spécifiques pour exprimer de façon efficace des concepts, des abstractions, etc. Éventuellement.
              Mais bon, c'est un peu défendre la zoologie contre la physique quantique pour savoir laquelle de ces disciplines est supérieure, parce qu'elle exprime mieux les objets qu'elle étudie.
              C'est la question posée qui a peu de sens.

              Défendre sa langue parce qu'elle est partie de sa culture et permet de l'exposer en acte, là, ça devient intéressant.

              0. Assume good faith 1. Be kind to other people 2. Express yourself 4. Apply rule 0

      • [^] # Re: La langue française ne me plaît pas

        Posté par  . Évalué à 4 (+1/-0).

        L'anglais est une langue incroyablement pauvre, bourrée d’exception, certains mots s'écrivent pareil et se prononcent différemment, d'autre s'écrivent différemment mais se prononcent pareil, leur gestion des temps… bref non.

        https://invidious.fdn.fr/watch?v=t2Hxd3Emg4E

        Merci beau cul.

  • # Le plus fatiguant c'est de mélanger deux langues

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

    Sur mon projet actuel, les spécifications ainsi que le code sont en anglais. On utilise des anglicismes pour les mots technique à l'oral, parce qu'on a défini ces mots en anglais et on peut les utiliser avec un sens très précis. C'est parfois même un avantage: pour les mots anglais utilisés ainsi, on peut les détacher assez facilement de leur sens original et les utiliser uniquement dans le sens qu'on leur a donné dans le contexte du projet. Le vocabulaire qu'on peut utiliser s'en trouve ainsi enrichi puisqu'on peut, au besoin, piocher dans le lexique de deux langues différentes.

    Par contre sur un projet précédent, les spécifications était en français, mais le code et les commentaires en anglais. Du coup, c'était deux fois plus de travail. Pour chaque concept il fallait trouver deux noms, un en français pour la spec, un en anglais pour le code. En essayant d'éviter les "faux amis", mots qui se ressemblent dans les deux langues mais dont le sens peut en fait être différent (parfois beaucoup, et parfois de façon beaucoup plus subtile).

    Bref, le plus simple c'est de travailler dans une seule langue à la fois, et peu importe laquelle.

  • # Almost fluent

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

    Bon je triche un peu. Je me suis expatrié en Irlande et bosse pour des boites américaines, donc anglais obligatoire, même pour acheter du pain (Oane baguette plize!).

    Et effectivement, l’enseignement de l’anglais est plutôt pitoyable en France. J’ai grave galéré au début.
    Encore aujourd’hui, j’ai un accent pourri que personne comprend quand j’utilise des mots que j’ai appris à l’école. Par contre, avec des mots ou expression apprise sur place, pas d’accent ! Je parle presque bien !

    Dans tous les cas, regardez tous vos films et séries en VO, ça aide beaucoup pour entraîner l’oreille.

    • [^] # Re: Almost fluent

      Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

      Même expérience que toi sur l'enseignement.
      Je ne parlais pas un seul bout d'anglais avant ma deuxième année de prépa où a eu un enseignant Anglais. Enfin des discussion, des débats, des films, des lectures. Ensuite j'ai progressé avec la série Freinds (ça rajeunit pas) en V.O. Après l'avoir vu en V.O., impossible de la voir en VF : y a un énorme travail de recomposition plus les voix qui changes, c'est trop perturbent. Ensuite, obligé pour le boulot. Utile en voyage. Et toujours de films en VO (sous titre en V.O. si trop dur à l'oreille).

    • [^] # Re: Almost fluent

      Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

      Un gros problème de l'apprentissage et de la pratique de l'anglais en France :

      • Si tu fais de ton mieux pour ne pas avoir d'accent, on va te dire que tu te la pètes
      • Si tu as ton accent français, on va te dire que ton anglais est pourri et se moquer de toi

      Mais pour autant, ces personnes qui te disent ça, elles parlent pas un mot d'anglais.

      • [^] # Re: Almost fluent

        Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

        Effectivement, je remarque à l'étranger que l'anglais et les français ça fait deux ;-)

        • [^] # Re: Almost fluent

          Posté par  . Évalué à 3 (+3/-0).

          Oui enfin les Anglais ne sont pas très tolérants. J'ai vu essayer d'expliquer une route à un anglais qui l'avait demandé. et limite il me reprenait ou se moquait de moi dès que j'accrochais un mot.

          Bon faut pas généraliser, et nous ne sommes sans doute pas plus tolérants. Mais la différence est que les Anglais ont tendance à penser que le monde entier parle anglais, sauf que nous les Français on le parle pas ou mal….

        • [^] # Re: Almost fluent

          Posté par  . Évalué à 0 (+0/-0).

          Apprendre une nouvelle langue, surtout quand tu arrives à un certain âge, ça doit devenir assez compliqué.
          Beaucoup font des efforts, de gros efforts, et on ne peut pas leur reprocher d'avoir un anglais imparfait.
          On vit dans un pays qui ne fait pas grand chose, si ce n'est rien, pour faire en sorte que chacun apprenne l'anglais une fois sorti du cursus scolaire malheureusement

  • # Famille anglaise

    Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

    Ma tante s’est mariée à un anglais il y a 40 ans, j’ai un oncle et deux cousins géniaux à qui je parle anglais comme je peux et qui me répondent en français comme ils peuvent :)

    Du coup j’ai mis "autre" parce que même si je ne suis pas vraiment bilingue, j’ai eu la chance depuis que je suis tout petit de voir l’anglais comme un moyen de parler avec de la famille proche et même chose vaut pour mes cousins.

    Ya pas que l’école et le boulot pour les langues étrangères !!

  • # Pas le choix.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

    J'habite en Amérique depuis dix ans. Ces imbéciles n'ont toujours pas appris le français, donc j'en suis réduit à parler anglais avec mes collègues, mes voisins, la boulangère, etc.

  • # Le taff ça change tout

    Posté par  . Évalué à 5 (+5/-1).

    J'étais très mauvais en anglais ne l'ayant appris qu'à l'école française. Ce qui m'a sauvé c'est que depuis 3 ans je suis dans une équipe de recherche internationale. Dans mon équipe je croise des américains, indiens, chinois, allemands, italiens, espagnols, anglais, grecs, portugais, roumains. À la machine à café on rajoute une quinzaine de nationalités, et en conférence vidéo encore 5 ou 6 différents. Ba au début j'ai beaucoup souffert (pendant 6 mois), je rentrais épuisé de ma journée de travail, pi on s'y fait et un jour on ne s'en rend plus compte.
    Ce qui était très bénéfique c'est que ce mélange de nationalité fait que les gens sont très gentils et compréhensifs sur beaucoup de points (et pas que la langue, mais aussi culturel par exemple).

    J'ai toujours du mal avec l'histoire d'apprendre l'anglais avec la VO. Je suis un grand cinéphile international, je regarde des films d'une centaine de pays / langues différents. Et je n'ai pas appris toutes ces langues grâce à ça. Les gens qui apprennent l'anglais via les films et séries depuis 20 ans n'ont juste aucune diversité culturelle… Je trouve ça triste…

  • # Hello sir

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

    Can you kindly do the needfull to put a concrete correction:

    Non par principe et je veux récupérer Jersey et Guernesey. :
    vs
    Non par principe et je veux récupérer Pondichery. :

    Blaque à part, l'anglais est tellement vaste comme langue , les indiens anglophone ne parlent pas du tout la même langue que les Irlandais

  • # Une autre réponse…

    Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

    J'ai habité aux États-Unis pendant 7 ans. Techniquement, je suis bilingue avec un accent français (reconnaissable par ceux qui habitent sur les côtes ou dans les milieux universitaires, là où plein d'étrangers travaillent, mais sinon j'ai juste « un accent »).

    Du coup je pense en français et en anglais, en fonction du type d'activité que je pratique. Je bosse dans un labo public, ce qui fait que nous avons régulièrement des doctorants ou des post-docs qui ne savent pas encore parler français, et du coup il m'arrive de parler anglais régulièrement pour le boulot. Je bosse aussi avec les US et la Chine ⇒ anglais obligatoire. :-)

    Donc voilà, techniquement, «  Je pense en anglais pour certaines tâches et j'ai besoin de chercher certains mots en français, et inversement. »

  • # Une autre réponse - différence entre lecture ecriture

    Posté par  . Évalué à 2 (+3/-1).

    Bonjour,

    En fait bizarrement je lis l'anglais, avec parfois un peu d'aide d'un traducteur quand je ne suis pas sûr de moi.
    Mais rédiger est une toute autre histoire, je ne me sens pas à l'aise du tout. Comme plus haut j'utilise translate en écrivant en anglais, et en regardant la traduction française, Du coup je reformule pas mal.

    De même, écouter selon les accents et la vitesse ça va. Mais se faire comprendre… quand on a pas l'accent ou le rythme des mots… bah c'est la deche

  • # Dommage pour la finesse de la pensée

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+6/-0). Dernière modification le 29/07/22 à 11:08.

    Je suis obligé de parler anglais dans le cadre de mon travail, je m'en sors à peu près.
    L'anglais, le vrai anglais et pas le globish, est une très belle langue, assez difficile et illogique finalement.
    Cette façon terrible d'utiliser des verbes très génériques, puis d'en modifier le sens par des petits mots qui ne nous semblent pas logique, surtout, c'est le plus piégeux. Pass away, pass down, pass through, pass out, pass by, write up, write in, etc… ce qui peut faire des centaines de combinaisons et de sens différents.
    Beaucoup de Français que j'entends, et qui croient bien parler, utilisent en fait d'autres verbes plus directement descriptifs, ou des périphrases, pour ne pas trop s'emberlificoter avec des tournures qu'ils ne maîtriseraient pas. Et avec des "You know…" ou des "I was like…" dans toutes les phrases, pour faire genre, en fonction de la mode du moment.
    Je sais, le meilleur moyen c'est d'apprendre des phrases toute faites. Les séries et les films en VO aident bien, pour ça.

    L'allemand aussi est une langue des petits mots, mais je trouve que leur utilisation, et la façon dont ils nuancent le verbe principal, est plus logique.

    Ce qui me frustre le plus, dans le cadre de mon travail, c'est de ne pas pouvoir parler finement. J'aime les sous-entendus, les mots précis, les nuances, les différences entre l'ironie, l'humour, le sarcasme. Quand je raconte un souvenir de vacances, je me retrouve à dire des phrases genre "les chiens couraient dans la montagne, on a eu peur" (je pense que mon interlocuteur doit comprendre "à l'intérieur de la montagne", ou "par-dessus la montagne", mais bon…), alors que je voudrais dire "Les chiens de bergers divaguaient sur les pâturages pour protéger leurs troupeaux, on n'était pas très rassurés". Finalement, run, afraid et mountain, ça fait bien partie des 500 mots nécessaires à l'utilisation quotidienne… Tant pis pour divaguer, pâturage et troupeaux.
    Je trouve que ça nuit aux amitiés, au final. On reste très superficiel, un langage purement utilitaire.

    • [^] # Re: Dommage pour la finesse de la pensée

      Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

      The famous phrasal tags… they're like salt'n peper for english.
      Mon prof au lycée y a consacré plusieurs heures à ces petits mots qui modifient les verbes génériques, et en fait c'est ça qui permet de parler plus ou moins finement.

      “It is seldom that liberty of any kind is lost all at once.” ― David Hume

  • # Pourrissement et enrichissement d'une langue

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+1/-0).

    Le français doit sa richesse aux importations diverses et (a)variées qu'il a subi pendant des siècles. Mais ce n'est pas tout, il faut ajouter des néologismes, dont certains sont venus de l'argot ou même du verlan !
    L'anglais a subi des évolutions et ajouts comparables. De plus, l'écriture de l'anglais est souvent assez loin de la prononciation. J'avais une cousine qui me disait : "En anglais, on écrit caoutchouc et on prononce élastique".
    Les expressions idiomatiques sont nombreuses, ce qui ajoute encore d'autres difficultés.
    Avec le temps, les langues évoluent en devenant de plus en plus complexes.

    Le globish n'est peut-être pas du bon anglais, mais il correspond à un besoin de communication. Les Anglais n'ont qu'à l'apprendre ! Et puis, comme ils nous ont quittés avec leur Brexit, il n'y a aucune raison d'utiliser leur langue telle qu'ils la parlent.

    Est-ce qu'un autre langue ferait mieux l'affaire ? L'espéranto voudrait avoir cette vocation. Son intérêt est d'être très régulière avec une écriture phonétique.
    Il y a d'autres langues qui ont ces caractéristiques, ce sont le basque et l'allemand.
    J'aimerais bien que l'Europe se mette au basque. C'est une langue sans masculin/féminin, avec trois participes : passé, présent et futur. Logique et intéressant, non ?

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.