Franck Hanot a écrit 57 commentaires

  • [^] # Re: Bois 1.0

    Posté par . En réponse à la dépêche Gamine : raaaAAHHHH Eleonie !. Évalué à 10.

    Une nièce, on s'en occupe de temps en temps. Une fille, c'est 24/24.
  • # Tux Paint?

    Posté par . En réponse à la dépêche Gamine : raaaAAHHHH Eleonie !. Évalué à 1.

    Mon fils a beaucoup joué avec Tux Paint que je trouve assez proche.
  • [^] # Re: que du bon, sauf une petite chose

    Posté par . En réponse à la dépêche Tentative de téléchargement légal de film, une histoire banale. Évalué à 1.

    Je soutiens que le fait de dire qu'un vidéo projecteur et un HC est un équipement banal va choquer beaucoup de monde (et nuire à l'argumentation), même si c'est peut-etre moins vrai qu'il n'y parait (tout de même, le revenu médian des français est de 15000¤/an)

    Ok pour le "temps perdu". Le fait est que si tout les fournisseurs utilisaient des formats ouverts on ne se poserait même pas la question de l'installation. J'ai bon?
  • [^] # Re: C'est une expérience vécue ou une fiction ?

    Posté par . En réponse à la dépêche Tentative de téléchargement légal de film, une histoire banale. Évalué à 0.

    Le fait est que dans l'état actuel des choses, il faut voir la VOD de la même façon que la location de vidéo au distributeur du coin. Amha la plupart des gens se fichent de ne pas pouvoir acquerir le film ou d'être contraint d'utiliser XP et WMP (puisqu'ils les ont déjà).

    Finalement je doute que beaucoup de monde se retrouve dans ce récit.
    Si j'ai raison, le problème n'est pas présenté par le bon biais.
    Si j'ai tort, peu importe qu'il n'ait pas été vécu tel quel (ce que je pense).
  • # que du bon, sauf une petite chose

    Posté par . En réponse à la dépêche Tentative de téléchargement légal de film, une histoire banale. Évalué à 0.

    L'exemple est bon et effectivement peu marginal (à part peut-etre le vidéo-projecteur, HD de surcroit).
    Je ferais juste la remarque suivante : télécharger un logiciel dont on ne se servira plus n'est pas gènant. Au pire c'est juste un peu de place disque utilisée. D'ailleurs, si cet outil avait été libre, aurais-tu fait la remarque?
  • # "cela confirme la maturité du logiciel libre"

    Posté par . En réponse à la dépêche 01 Informatique : Spécial Libre, un modèle approuvé. Évalué à -1.

    Tout n'est pas mature dans le logiciel libre.
  • # Cher Mr Giuliani

    Posté par . En réponse à la dépêche Il n'a de libre que le nom. Évalué à 7.

    Il a du recevoir ça de ma part :

    "Bonjour,

    Votre article "il n'a de libre que le nom" dans le Libé du 5 Juillet m'a fait sursauter. J'aimerais reprendre quelques phrases de cet article, en essayant de ne pas les sortir du contexte.

    "Enfourchant la thématique à la mode de la gratuité communautaire, il [le mythe libertaire des logiciels à code ouvert] lance un message à tous : l'informatique ne doit pas s'insérer dans l'économie, c'est une liberté de plus et rien d'autre". Certains réveurs pensent peut-être cela. Je ne crois pas que ce soit le sentiment général dans la communauté du libre ou chez les utilisateurs. J'en veux pour preuve le nombre croissant des sociétés spécialisées dans le service autour du logiciel libre et les standards ouverts. Ces sociétés participent à l'économie du pays.

    "L'ouverture des codes informatiques peut être utile à la recherche, et le travail communautaire peut parfois contribuer à certains progrès technologiques". Plus prosaïquement, elle peut également permettre à une société de ne pas avoir pieds et poings liés à un fournisseur. Travaillant en SSII, je ne pense pas, loin de là, que la relation client-fournisseur ne se base jamais sur la confiance mais je trouve bon d'avoir la possibilité d'être maître de sa solution. Cela présente l'avantage de réagir plus vite et plus précisément en cas de problème ou d'évolution. Par ailleurs, un code visible par une communauté plus large augmente la probabilité qu'un bogue soit découvert, en toute transparence.

    "mais peut-on durablement [...] se mettre en marge du droit de la propriété intellectuelle ?" Qui dit logiciel libre ne dit pas absence de licence. Pour ne prendre qu'un exemple, la licence GPL et ses dérivées, largement utilisées, sont certes différentes, mais comme les autres elles respectent le droit d'auteur.

    "Y a-t-il vraiment un avenir pour une «alterinformatique libertaire» où le travail de création serait gratuit ?" IBM semble penser que oui et cela lui réussit. Notez qu'elle ne défend pas le "tout libre".

    "Remettre en cause [Le principe de la propriété intellectuelle] est suicidaire dans un contexte de compétition mondiale accrue." Il n'est pas question de libérer les logiciels qui ne le sont pas mais de laisser la place à un nouveau modèle économique. A l'autre extrême, je vous engage à vous intéresser aux excès des brevets logiciels.

    Vous citez R. Stallman. Je vous engage à interviewer le patron d'une SSLL ou un expert en formats ouverts. Comme les autres, ils doivent assurer leur résultat jour après jour. Et y arrivent. La communauté ne se réduit pas à des "papes".

    "C'est ainsi que le ministère des Finances français vient de signer avec fierté le plus gros contrat au monde de maintenance informatique sur logiciels ouverts, pour un montant de 39 millions d'euros. Ce qui fait de ces «logiciels gratuits» les logiciels les plus chers de l'histoire ". Peut-etre s'agit-il également de maintenir le parc d'application le plus important de l'histoire. Dans ce cas, je demande à connaitre le coût par poste ou par application, cela me semble une variable plus indicative.

    "Privilégier le service sur la création, c'est comme choisir de construire des stations services et ignorer l'industrie automobile." L'un n'existe pas sans l'autre.

    Cordialement,
    "
  • # Communautarisme(s)

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie d'Authentic 0.5. Évalué à -1.

    Il est beaucoup question de sécurité et de droit dans les commentaires mais le phénomène de "communautarisation" croissante dans nos sociétés latines - influencées par la tradition anglo-saxonne - n'est pas abordé.
    Un outil tel qu'Authentic (et les autres) peut permettre à une entreprise garantir le secret professionnel, à un individu de s'assurer que ses libertés individuelles ne seront pas baffouées, mais c'est également un formidable moyen de créer de manière efficace une communauté d'intérêt communautaire, contre l'intérêt collectif.
    Bien entendu, il n'est pas question d'interdire un outil tel qu'Authentic mais je souhaiterais que ce débat soit aussi ouvert que les formats qu'Authentic utilise.
  • # Pas assez de programmation appliquée

    Posté par . En réponse à la dépêche Revue de Presse - Octobre 2005. Évalué à 1.

    Je ne trouve pas mon compte dans les publications spécifiques du libre en terme de programmation appliquée.
    A part GNU/Linux magazine qui parle des web services, c'est le néant. Le reste, ce sont des cours sur les langages ou de l'outillage pour l'administration système, des tests d'outils ou de l'admin.
    En fait, je verrais bien un magazine supplémentaire pour figurer dans cette revue de presse : Programmez Magazine. Ce n'est pas un magazine parlant exclusivement des outils libres ou des formats ouverts mais je lui trouve une certaine impartialité raffraîchissante...
    Et surtout, il aborde tous les aspects de la programmation, dans des articles très bien écrits.
  • [^] # Re: Oracle est loin

    Posté par . En réponse à la dépêche MySQL 5.0 : Release Candidate 1. Évalué à 2.

    Jusqu'à la 3.23 mySql ne gérait pas l'intégrité référencielle des données. Et pourtant il a su trouver un public qui trouvait là un outil de recherche simple et *très* rapide.
    C'est vrai aussi que ça a donné de mauvaises habitudes.
  • [^] # Re: Oracle est loin

    Posté par . En réponse à la dépêche MySQL 5.0 : Release Candidate 1. Évalué à 3.

    Quand tu récupères une base mise en oeuvre en utilisant cette particularité et que tu dois la maintenir, c'est noël en avance...

    Oui, comme pour tout développement spécifique.
    Si on utilise un système proposé par défaut (myIsam, innodb etc.), c'est sans soucis.
    Cette fonctionnalité apporte un plus qui n'est pas forcément synonyme de complexité en terme d'administration. Cela permet simplement d'etre plus pointu en conception.
  • [^] # Re: Oracle est loin

    Posté par . En réponse à la dépêche MySQL 5.0 : Release Candidate 1. Évalué à 0.

    Le choix du type de table est une très bonne chose.
    Ca permet de privilégier soit les performances, soit l'intégrité des données.
    Mieux, de par la modularité de mySql, on peut créer soi-même et plugger son propre système de stockage.
  • [^] # Re: Oracle est loin

    Posté par . En réponse à la dépêche MySQL 5.0 : Release Candidate 1. Évalué à 1.

    Je suis d'accord avec ça, si mySql est simple à administrer, c'est du fait de la simpllicifté de son architecture, et de cette "relative « pauvreté »".
    Néanmoins, je trouve que mySql a su évoluer fonctionnellement tout en gardant cet atout de la simplicité d'administration. De ce point de vue, il faudra bien surveiller l'implémentation des procédures stockées (d'ailleurs sont-elles réellement stockées? S'exécutent-elles dans le noyau ou dans un process indépendant?)
    A propos de pgsql, j'aurais du la fermer, je ne l'ai jamais mis en oeuvre dans un cadre industriel ;o)
  • # Oracle est loin

    Posté par . En réponse à la dépêche MySQL 5.0 : Release Candidate 1. Évalué à 9.

    Bonjour,

    De mon point de vue, les nouvelles capacités de mySql (triggers, vue et proc. stoc.) lui permettent seulement d'accéder au cercle des sgdbr dignes de ce nom.
    Jusqu'à présent, l'absence de ces fonctions lui interdisait l'accès au marché pourtant énorme de l'informatique de gestion, domaine historiquement délaissé par le logiciel libre (heureusement, ça change).
    Pour "se hisser à la hauteur d'Oracle" - sans parler d'OAS - il y aurait encore énormément de chemin à parcourir mais peu importe, l'intérêt de mySql réside dans sa simplicité d'administration, à l'*opposé* d'Oracle, db2, pgSql et consort.
  • [^] # Re: compatibilité

    Posté par . En réponse à la dépêche Des nouvelles de MusicBrainz. Évalué à 2.

    Je ne connais pas exactement le statut de freedb mais cette base a été créée en réaction à la "fermeture" de cddb, j'en déduis que les données sont libres de droits. Je pense donc que MusicBrainz peut s'alimenter à partir de cette base.
    Mais il reste que le "plus" de MusicBrainz est la validation et ça fait donc une sacré base à valider...
    Peut-être est-il possible de mettre en place une procédure plus directe et simplifiée dédiée à l'import des données depuis freedb. Peut-etre est-ce déjà fait d'ailleurs parce que 3.3 millions de titre ce n'est pas rien.
  • # Choisir un cycle de dev

    Posté par . En réponse à la dépêche Démarche qualité et Logiciel Libre. Évalué à 5.

    Oy,

    Cette news a le mérite de poser le problème et j'en remercie son auteur.
    Premièrement, la problématique est différente selon qu'on développe un logiciel ou un progiciel car les contraintes sont bien différentes.
    Or, la carte de visite du logiciel libre et/ou de Linux, ce sont des projets logiciels (Apache, mySql (!), Mozilla, etc...). La pire des erreurs serait de les comparer le cycle de développement des logiciels avec celui des progiciels. On ne développe pas une appli bancaire spécifique comme on développe un navigateur. Le progiciel est développé avec des ressources déterminées selon le budget, il est à usage unique, spécifique, pas forcément évolutif, et le déploiement se fait en lien direct avec l'équipe de réalisation. Pour le logiciel c'est tout l'inverse.

    Deuxièmement, parlant de logiciel, le milieu du libre fait peut-etre les frais d'une liberté, celle de ne pas avoir de contrainte subie. Si Mozilla répond à IE en terme de fiabilité, respect des standards, rapidité, ouverture, etc., c'est par la seule motivation de leurs auteurs et non pas parce qu'un objectif commercial a été défini. Du coup, un cycle de développement n'est mis en place que si les développeurs le veulent bien. C'est une erreur.
    Personne ne doit faire l'économie du choix d'un cycle de développement, quel qu'il soit (XP, RAD, V, W, cascade, étoile, spirale (ça c'était le passage "j'en connais des choses")).
    La question n'est pas de savoir s'il faut en choisir un, mais lequel choisir. Et il est vrai que le seul choix d'un bug tracker n'est pas suffisant.
    Au passage, l'XP (qui ne s'applique qu'aux progiciels) est un remâchage marketing de méthodes éprouvées. Son seul mérite est de faire oublier le RAD (Rapid Application Développement) qui foutaient dans la mouise les développeurs dont les CdP pensaient que c'était le moyen de développer des applications plus rapidement (alors que ça incite seulement à se donner les moyen de définir rapidement les spécifications en lien avec le client et donc de perdre un minimum de temps, nuance)
  • # Dommage que...

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de Nvu 0.50. Évalué à 3.

    Nvu gagne en maturité
    Actuellement j'utilise Amaya. Nvu est plus ergonomique mais j'ai l'impression qu'il génère un code plus proche de celui de Dw que d'Amaya, même s'il y a du mieux. De plus, il ne gère manifestement pas le http put et webdav.
    Ca ferme la porte à ceux qui utilisent le xhtml comme outil de publication collaboratif.
  • [^] # Re: Ligne éditoriale ?

    Posté par . En réponse à la dépêche Une pré-version de Firefox 1.0PR vient de sortir. Évalué à -3.

    Sauf que Postgresql est un projet bien plus gros que firefox. C'est d'ailleurs assez ingrat : développer et mettre au point une fonction mineure d'un sgbdr prend plus de temps et de neurones que le développement d'un petit paquet de petites fonctions de surface (car c'est le cas ici) d'un browser. Amha, ce serait une bonne raison pour mettre au même niveau de traitement une beta2 de pgSql et une pré-RC de firefox, c'est-à-dire de ne pas parler de cette pré-RC ;o)
    C'est vrai que les browsers sont + utilisés que les sgbdr (comme les voitures personnelles le sont + que les véhicules industriels) et la loi du marché est telle que la pub n'est faite que pour la masse.
    Serait-ce un piège?
  • [^] # Re: Flash oui, mais surtout Tables

    Posté par . En réponse à la dépêche Résultats du concours Zopeur.org. Évalué à 1.

    Les css telles qu'elles sont supportées actuellement par les principaux navigateurs ne permettent pas d'obtenir un résultat tabulaire satisfaisant.
    Même Zen Garden s'y casse les dents.
    Pour moi, c'est la seule "dérogation" acceptable à la non-utilisation des css.
  • [^] # Re: C'est scandaleux !

    Posté par . En réponse à la dépêche Résultats du concours Zopeur.org. Évalué à -2.

    >On peut noter toutefois que ce site fait mention des standards (CSS),
    >décrit Internet Explorer comme un navigateur "buggé et obsolète"

    Ce qui est faux.
    Moins standard sans doute mais ie6 est franchement correct.
  • [^] # Re: est ce le seul du genre

    Posté par . En réponse à la dépêche Glom : une interface pour PostgreSQL. Évalué à 1.

    J'avais pas vu que Kexi permettait maintenant de générer formulaires et rapports.
    Je suis curieux de voir comment il exploite l'intégrité référentielle pour la génération des rapports et formulaires hierarchiques (par exemple les sous-formulaires, la grande force d'Access et sans doute d'autres) ainsi et les champs de "description" (par exemple une compo alimentée par une table et qui renseigne automatiquement une table liée).
    En tout cas c'est sur la bonne voie, enfin.
    Je retire ce que j'ai dit.

    Je n'ai pas pu trouver quel était le moteur sgbdr de Kexi. Il a l'air built-in, ce qui est une bonne chose pour les bases bureautiques, meme complexes.
  • [^] # Re: est ce le seul du genre

    Posté par . En réponse à la dépêche Glom : une interface pour PostgreSQL. Évalué à -1.

    En libre, rien de vraiment simple n'existe.
  • [^] # Re: Kesako ?

    Posté par . En réponse à la dépêche Glom : une interface pour PostgreSQL. Évalué à 3.

    > Est-ce un outil comme DB Designer de FabForce ?

    Si j'en crois la référence à FMp, c'est sensé être un outil de reporting de constitution de formulaires plus qu'un outil de modélisation et de manipulation (qui pullulent).
    Si déjà il arrivait (de ce point de vue là seulement) au niveau d'Access ce serait un grand pas pour les sgbdr libres. Mais on en est loin.
  • # 11 millions?

    Posté par . En réponse à la dépêche Réaction de l'Europe au projet Echelon. Évalué à 1.

    Pour contrer Echelon, meme 11 milliards ne sont pas suffisant....
  • # SmartGalleries

    Posté par . En réponse à la dépêche Organiser ses photos numériques. Évalué à 2.

    J'ai écrit un outil de gallerie à base de XML.
    Plusieurs agencements sont disponibles via des XSLT différents.
    Tout le reste est géré via des CSS (formes et couleurs dissociées).
    Les pages générées sont statiques.
    Des scripts shell (ou dos) pilotent ImageMagick pour le calcul des vignettes et xsltproc ou xalan-C pour les transformations.
    Un scrict minimum de js a été utilisé pour les petites carences de css et html.
    Il me reste une partie importante à développer : la possibilité de sélectionner visuellement les photos à publier (techno non encore fixée) pour générer le XML source.

    Dès que c'est présentable, je le mets qq part sous GPL.
    http://fky.clacbec.net/smartGalleries.html(...)
    http://fky.clacbec.net/photos_film_1.html(...)