Il n'a de libre que le nom

Posté par . Modéré par Amaury.
Tags :
0
5
juil.
2006
Presse
Libération publie dans son édition du 5 juillet un article de Jean-Dominique Giuliani qui y propose un autre point de vue sur les logiciels libres. Cet article s'intitule "Il n'a de libre que le nom" et explique que le développement du libre signerait la mort de l'industrie du logiciel.

À l'heure où le DADVSI est voté, la lecture de cet article permet d'avoir une bonne vision des courants de pensées hostiles au logiciel libre.

NdM : Dans ce contexte, il est amusant de constater que le blog de M. Giuliani utilise des logiciels libres.
NdM2 : Jean-Dominique Giuliani est conseiller auprès de la Commission européenne. Il est président de la fondation Robert Schuman, think tank français majeur consacré à l'Union europénne.
Mise à jour : voir aussi la dépêche consacrée aux réactions. L'auteur prétend que la philosophie du libre est : "un mauvais coup porté à l'accès du plus grand nombre à l'informatique, un contresens dangereux pour l'industrie européenne et française du logiciel, une véritable incitation aux délocalisations des services informatiques hors d'Europe."

Sans citer sa source, M.Giuliani prétend que la vision de Richard Stallman est anti-économique puisque "A la question : «Comment les entreprises développant des logiciels libres peuvent-elles vivre de leurs programmes ?»Il a même commis la déclaration historique suivante : «Cette question ne m'intéresse pas, moi je suis contre la société de marché...»

Stallman est donc présenté comme un dangereux libertaire et même un anti-démocrate qui lutte contre toute société de marché. Stallman a pourtant toujours déclaré : "Il y a une place dans la vie pour le commerce, mais le commerce ne devrait pas être autorisé à dominer la vie de chacun. L'idée originale de la démocratie était de donner au plus grand nombre un moyen de contrôler le pouvoir de la minorité nantie."(http://www.gnu.org/philosophy/luispo-rms-interview.fr.html)

Tout l'article est à l'avenant. Il prétend que l'indépendance vis-à-vis des éditeurs est en fait une dépendance vis-à-vis des sociétés de service, que la gratuité en fait "les logiciels les plus chers de l'histoire.", qu'investir dans les services plutôt que dans la conception des logiciels c'est "favoriser les délocalisations".

Aller plus loin

  • # HuHu

    Posté par . Évalué à 10.

    Stallman est donc présenté comme un dangereux libertaire et même un anti-démocrate qui lutte contre toute société de marché.


    C'est pour ça qu 'on l'aime !
    • [^] # Re: HuHu

      Posté par . Évalué à 10.

      ou pas
      • [^] # Re: HuHu

        Posté par . Évalué à 3.

        J'adore la façon dont anti-démocrate, libertaire et anti-capitaliste sont confondus alors qu'ils n'ont pas grand chose à voir...

        De Stallman on peut a priori dire qu'il est libertaire (politique et non économique). De là à dire qu'il est anti-capitaliste (il s'offusquerait qu'on le confonde avec les communistes (bien qu'à mon avis l'idéologie du logiciel libre ait plus de point commun qu'on ne le pense avec le communisme) )... Quant à anti-démocrate, c'est vraiment une affirmation ridicule et d'imaginer Stallman en opposant à la démocracie est vraiment un exercice difficile pour moi !

        --
        Jedaï
        • [^] # Re: HuHu

          Posté par . Évalué à 1.

          Chose étrange, les états-uniens ont un comportement leur vie sociale que l'ont ne s'etonnerai pas de trouver dans un état communiste (vous êtes priez de ne pas mélanger communisme avec stalinisme, dictatures prétendument socialiste et républiques "démocratiques").
          • [^] # Re: HuHu

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Tu peux développer ?

            pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

            • [^] # Re: HuHu

              Posté par . Évalué à 0.

              Desesperate Housewifes est sur le sujet à peine caricatural.
              • [^] # Re: HuHu

                Posté par . Évalué à -1.

                En quoi ma réponse mérite-t-elle un -1 ?
                • [^] # Re: HuHu

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Au hasard : la personne te demande de développer, et tu répond par un message court et difficilement compréhensible pour qui ne connaît pas Desperate Housewives. En plus, une ½uvre de fiction, c'est pas terrible pour donner un exemple ou une démonstration. Je pense que c'est pour ça que certains t'ont moinsé.

                  Pour le second message : tous les messages demandant "Pourquoi j'ai été moinsé ?" sont moinsés car inutiles.
                  • [^] # Desperate housewifes

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Sur tes conseils avisés, je vais rédigé un poste spécial malcomprenant et fainéants du clavier.

                    Tout d'abord, je te transmets mes remerciements (j'ai même plussé) mais aussi les remerciements des fainéants du clavier (demander de détails est plus compliqué que de cliquer sur "inutile").

                    Desperate Housewifes est une série télévisée retraçant la vie d'une banlieu aisée (classe moyenne) des états-unis au travers des femmes qui y vivent au foyer (c'est à dire qui ne travaille pas). Cette série est actuellement diffusée sur M6 le mardi en première partie de soirée et le mercredi en seconde partie. Pour ceux que le sujet rebuterai, elle est très bien écrite et filmée à regarder.

                    Cette série étant une fiction , la réalité est à peine caricaturale sur les modes de vie, les relations entre les personnes et la vie de la communauté. Je tire cette conclusion de mon expérience personnelle et de témoignages de personnes ayant vécu dans ce genre de banlieux.
                    • [^] # Re: Desperate housewifes

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Ca ne répond pas à ma question qui était « en quoi le comportement social des américains ce rapproche de celui qu'on trouverait dans un état communiste ? ».

                      pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

                      • [^] # Re: Desperate housewifes

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Disons, qu'en France, il existe une forme d'indifférence vis à vis de votre voisinnage, vous faîtes ce que vous voulez, tant que vous respectez cette indifférence mutuelle vous n'avez pas de problèmes. Vous pouvez avoir des relations privilégiées avec certains de vos voisins mais tous les voisins ne sont pas obligé de participer aux ativités de voisinnage. Dans une banlieu pavillonaire chaque jardin est clôturé.

                        Au USA, l'endroit où on vit définit la communauté et les règles (non écrites) afférentes à cette communauté, les obligations vis à vis de cette communauté et il est très difficile de s'en écarter même si vous souhaitez être indifférent à cette communauté, votre participation à la vie commune est obligatoire au risque d'être désigné comme le fauteur de troubles ("non les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux" Georges Brassens). Aucun jardin n'est cloturé, il n'est pas rare que l'espace entre les maisons soit partagé par tous les voisins, donc que la somme des espace privé forme un grand espace commun !

                        Le communisme par un partage des moyens de production nécessite une contribution de chacun à la vie sociale du groupe déjà pour évaluer si les besoins de chacun sont satisfaits et un partage de certains bien privés.

                        ATTENTION, même s'il y partage obligatoire de la vie sociale, partag tacite d'espaces privés, on reste aux USA dans un pays de consommation effrénée (on consome au delà de ses besoins) : les USA ne sont donc pas communistes.
      • [^] # Re: HuHu

        Posté par . Évalué à 9.

        Surtout quand on lui fait dire n'importe quoi.

        Stallman mets simplement ses concepts de liberté devant les prérogatives économiques "c'est pas mon problème débrouillez vous pour trouver votre modèle économique avec ces principes inrenégociables"

        "La première sécurité est la liberté"

  • # Si la connerie se mesurait...

    Posté par . Évalué à 10.

    ... nous aurions trouvé notre nouveau mètre étalon
    • [^] # Re: Si la connerie se mesurait...

      Posté par . Évalué à 10.

      Non la c'est plutot la limite sup que l'on a trouvé ... (enfin j'espère !)
    • [^] # Re: Si la connerie se mesurait...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Mais le mètre suffit-il ?
    • [^] # Re: Si la connerie se mesurait...

      Posté par . Évalué à 1.

      Jean-Dominique GIULLIANI est en train de faire descendre par tout les commentaires à son article sur "LibReration", j'espère pour lui que dans ces collègues de son entourage aucun d'eux n'est intéressé à son poste car il peut dire adieu à son job.
    • [^] # Re: Si la connerie se mesurait...

      Posté par . Évalué à 4.

      Voici ce que j'ai envoyé immédiatement à ce monsieur à la lecture de son article:

      Je vous engage à lire les commentaires concernant votre article sur le
      site de Libération http://www.liberation.fr/opinions/rebonds/191329.FR.php

      Vous avez 50 ans. Je suis un jeune élève ingénieur de 22 ans.

      Vu les prénoms de vos enfants vous m'avez l'air d'être un bon père de
      famille. Je m'en vais vous citer quelque chose que mes grands parents me
      disaient toujours.

      Quand on ne sait pas, on se tait.

      Si vous voulez un de ces jours on s'appelle et je vous explique ce que
      c'est que les logiciels libres. Vous verrez, c'est assez simple à
      comprendre. Même ma mère qui a votre âge mais pas votre niveau d'étude à
      compris.

      Bonsoir,


      J'ai reçu une réponse type me remerciant de ma contribution !

      Coule !
  • # Il n'a de blog que le nom

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il faut arrêter d'appeler un blog n'importe quel site web...
  • # Zut alors!

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Sur le blog de l'auteur...

    "Artiphp 2.0.0 © 2003 est un logiciel libre distribué sous licence GPL."

    Bin zut alors!
    • [^] # Re: Zut alors!

      Posté par . Évalué à 6.

      Sans compter que le serveur tourne sous Apache/1.3.31 (Unix) mod_watch/3.17 PHP/4.3.8 mod_ssl/2.8.19 OpenSSL/0.9.7d
      • [^] # Re: Zut alors!

        Posté par . Évalué à 3.

        Le monsieur n'est pas contre le logiciel libre. Le monsieur dit que le logiciel libre, c'est peut etre pas l'idée la plus rentable pour l'industrie du logiciel.
        • [^] # Re: Zut alors!

          Posté par . Évalué à 10.

          D'un autre côté, l'écologie n'est pas l'idée la plus rentable pour l'industrie en général, et pourtant ils se sont bien adaptés à la demande. Il serait bien que l'industrie du logiciel se prenne en main, et arrête de gueuler contre les vilains consommateurs qui ont des exigeances qui ne collent pas avec leur business model.

          Si (une petite partie) des consommateurs veulent avoir le droit de lire le code source, soit on leur propose un produit avec code source lisible, soit on ne leur vend rien, mais on ne leur reproche pas d'être des sales communistes qui veulent détruire le monde. Et si l'idée se répand trop, soit on s'adapte soit on disparaît. J'ai du mal à comprendre comment ils peuvent agiter la bannière du capitalisme tout en refusant de jouer le jeu de l'offre et de la demande.
          • [^] # Re: Zut alors!

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            "Et si l'idée se répand trop, soit on s'adapte soit on disparaît. J'ai du mal à comprendre comment ils peuvent agiter la bannière du capitalisme tout en refusant de jouer le jeu de l'offre et de la demande."

            >> Ca c'est une idée reçue. Certains libéraux croient au contraire que c'est l'offre qui fait la demande (voir la théorie des débouchées de J-B SAY)... Après, savoir s'il s sont dépassés est un autre problème !
            • [^] # Re: Zut alors!

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Oui, un exemple parfait :
              - Loi DADVSI pour protéger l'industrie des MAJORS du disque pour qu'elles n'aient pas a s'adapter...
        • [^] # Re: Zut alors!

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Par contre pour son porte-monnaie c'est rentable...
        • [^] # Re: Zut alors!

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Le monsieur n'est pas contre le logiciel libre. Le monsieur dit que le logiciel libre, c'est peut etre pas l'idée la plus rentable pour l'industrie du logiciel.

          Moi je pense que tu ferais sans doute mieux de relire l'article.
    • [^] # Re: Zut alors!

      Posté par . Évalué à 2.

      Toujours sur le même blog :

      Vous trouverez ici mon curriculum vitae complet. Ainsi les présentations seront faites et nous pourrons dialoguer.


      Sauf qu'il n'y a pas moyen de laisser de commentaires à ses dossiers.
      Ce monsieur a un sens du dialogue particulier...
  • # Et le pour ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Simple question ? Libération, il ont déjà publié un article pour le libre pour faire la balance ?

    Il n'y a jamais rien sur le libre parce que soit-disant tout le monde s'en tape, ca n'interesse pas le citoyen lambda... mais par contre pour publier un article disant que le libre c'est la mort, c'est tout de suite dans un quotidien national à grand tirage...

    Triste société ...
    • [^] # Re: Et le pour ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Ici en l'occurrence il s'agit des pages Rebonds où tout un chacun (enfin je suppose qu'il faut être un minimum connu) peut donner son opinion.
      Ce n'est pas Libération qui fait un article anti-logiciel libre, il ne faut pas confondre.

      Il ne tient qu'à nous de faire une réponse à cette personne (en utilisant ces mêmes pages Rebonds pourquoi pas) et lui expliquer ce qu'est vraiment le logiciel libre et que logiciel libre et propriétaire peuvent cohabiter, l'important étant le choix et l'utilisation de standards ouverts pour assurer une communication nécessaire.
      • [^] # Re: Et le pour ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        OK, dsl je ne connais pas Libé.

        En effet une réponse serait souhaitable si elle est bien argumentée.
        • [^] # Re: Et le pour ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Je pense que la FSF France pourrai demander un droit de réponse .
          Sinon les interventions des lecteurs sont toujours filtrés pour coller le plus possible à la ligne du journal, n'oublions pas que Libé appartient à M Rotchild ;)
          • [^] # Re: Et le pour ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            C'est vrai que mes 2 messages ne sont jamais apparus.
          • [^] # Re: Et le pour ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Je pense pas qu'il servirait à quoi que ce soit de faire une réponse. Avec cet article, des gens vont s'intéresser aussi à ce qu'est le logiciel libre, vont éventuellement tomber sur d'autres sites ou articles sur le net qui contre-balanceront cet article très trash.

            Bref, Jean-Dominique Giulliani fait parler des logiciels libres et les mets dans la lumière (même s'il en parle mal)... les gens ne sont pas tous stupides au point de lire une seule source d'information et de la prendre pour la parole divine.
        • [^] # Re: Et le pour ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Il n'y a pas que Libération qui fait il y a les mêmes pages dans Le Monde et Le Figaro et sans doute d'autres quotidiens mais je n'ai pas été vérifier.
      • [^] # Re: Et le pour ?

        Posté par . Évalué à 8.

        lui expliquer ce qu'est vraiment le logiciel libre et que logiciel libre et propriétaire peuvent cohabiter
        Bien plus que ca...
        - Le libre facon BSD peut devenir du propriétaire.
        - Le Dual licensing permet de proposer des solutions avec développements spécifiques propriétaires.
        - Le libre encourage le dynamisme des solutions propriétaires pseudo-monopolistiques (Sans FireFox, Microsoft n'aurait jamais amélioré son navigateur internet)
        - Le libre sous-tend l'internet libre et sécurise les échanges sur internet, Transpac et compagnie (SSL, TLS...)
        - Le libre fait faire des économies monumentales au public, aux PME et aux grandes entreprises en mettant à leur disposition des outils gratuitement (quoique la liberté n'implique pas nécessairement la gratuité) et dans des conditions de sécurité juridique que ne permettent pas les solutions propriétaires (étude et modification du code, par exemple).
        - Le libre ouvre les formats, brisant ainsi les cloisons érigées par les solutions propriétaires dans un but de rétention de clientèle irrespectueux du consommateur et irrespectueux de la concurrence.
        - Plus de 73% des domaines sur internet utilisent un serveur libre (Apache, source : http://www.securityspace.com/s_survey/data/200606/index.html )
    • [^] # Re: Et le pour ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Simple question ? Libération, il ont déjà publié un article pour le libre pour faire la balance ?

      Effectivement, il n'ont pas écrit un article, mais plusieurs. Une petite recherche, sur Linux puis sur Logiciels libres:

      http://www.liberation.fr/php/pages/pageSearch.php?sortBy=dat(...)

      (petite précision, à l'heure où j'écris, les liens vers les articles ne semble pas fonctionner.)

      Triste société ...
      Tout à fait d'accord, mais pour le coup, on ne peux pas jeter la pierre à Libé, je crois qu'ils ont consacré plus de pages aux logiciels libres qu'à leur détracteurs.
    • [^] # Re: Et le pour ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Libération est justement plutôt bien servi de ce coté avec Florent Latrive, un journaliste de Libé qui s'intéresse de près à toutes ces questions.
  • # Incompétent...

    Posté par . Évalué à -2.

    Le monsieur est diplômé de l’Institut d’études politiques, ce qui prouve sa haute compétence dans le domaine de l'informatique, et en particulier des LL...

    Il faut le dire et le répéter: Science Po est tout sauf une grande école, le niveau de formation de ce truc est d'ailleurs étonnament bas.

    Je ne comprends pas l'enthousiasme que peut susciter ce machin....
    • [^] # Re: Incompétent...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Si tu nous expliquais ce qu'il y a de si nul à Sciences Po, et par rapport à quelle école tu la compares, ça serait gentil. Et que tu précises ce dont tu parles quand tu parles de l'Institut d'études politiques, puisqu'il y en a 9 en France.

      En fait, les IEP (dont Sciences Po) ont une offre de formation qui n'a pas d'équivalent dans d'autres écoles ou à la fac. Les filières qui s'en approchent le plus sont les filières de sciences politiques, mais ça ne débouche pas du tout sur les même mentions de masters et c'est nettement moins pluridisciplinaire.

      L'enseignement dans les IEP est d'ailleurs realise pour 90% par des professeurs des universités (Paris 1 et 2 généralement à l'IEP de Paris) et des maîtres de conférence. La sélection à l'entrée fait que les groupes y sont plus homogènes qu'en fac, d'où un enseignement différent (d'autant que l'enseignement est structuré en cours magistraux puis en conférences de 20 à 25 étudiants). Les 10% restant (ça monte à nettement plus en master pro, évidemment) sont assurés par des gens recrutés pour leur expérience (dans le domaine de la vie de l'entreprise, par exemple, c'est uniquement ce cas).

      L'enthousiasme que peut susciter ce machin est justement l'originalité de son offre de formation, le fait que, pour l'IEP de Paris par exemple (mais c'est aussi le cas à Lille, Lyon) ce soit des spécialistes hyper-reconnus des disciplines qui les enseignent, et évidemment les débouchés.

      Je crois qu'on peut reprocher à Sciences Po beaucoup de choses, mais vu les professeurs qui y enseignent, les partenariats internationaux, et l'avis des étudiants étrangers qu'on peut y voir (issus d'université partenaire, qui peuvent être Yale ou Shangaï), je ne vois pas comment on pourrait affirmer que le niveau est étonamment bas.

      [Je précise que je suis élève à l'IEP Paris. Vous pouvez penser que je dis ça pour me faire mousser, mais je pense vraiment parler sincèrement. J'apprécie beaucoup de choses à Sciences Po, dont le niveau. Il y en a d'autres que j'aime beaucoup moins, comme la pregnance idéologique, l'ambiance carriériste / élitiste de pas mal, la direction, etc.]

      Qui plus est, le monsieur est diplômé de l'IEP dans les années 1970. Tout a changé à Sciences Po depuis (ne serait-ce que le passage en 5 ans qui a fait de Sciences Po une école plutôt qu'une prépa-like). Honnêtement, je suis tenté de classer ton post dans du FUD mal informé anti-Sciences Po.

      Quant à sa qualification pour le sujet : je ne crois pas qu'il faille être informaticien pour s'exprimer sur ce sujet, nécessairement. Ce serait contradictoire : les partisans du logiciel libre veulent en faire un sujet de société, l'exemple d'un idéal de liberté au c½ur d'une nouvelle société de la connaissance partagée : c'est loin d'être un sujet uniquement technique ; les partisans de l'open source veulent créer un nouveau modèle économique pour toute l'industrie de l'informatique : il me semble normal que des économistes et analystes s'intéressent et publient sur le sujet. En l'occurrence, il me paraît assez naturel que le président d'un think tank qui s'intéresse tant à l'un tant à l'autre (et qui a une influence assez considérable) publie dessus. Le problème, c'est qu'il le fait sans analyse, sans sources, avec des citations déformées (le "Ça ne m'intéresse pas" de RMS est bien de lui, le reste de la citation est inventée). Jugeons le sur le texte (qui est nul :-).
      • [^] # Re: Incompétent...

        Posté par . Évalué à 5.

        Je me disais aussi que tes posts étaient étonament pertinents et bien informés pour un lecteur moyen de DLFP sur le fonctionnement de nos institution.
      • [^] # Re: Incompétent...

        Posté par . Évalué à 0.

        J'aimerai que tu me cite des chercheurs de sciences sociales ( c'est à dire en socio, histoire ou éco), ayant apportée une contribution de niveau internationale à ses disciplines, qui soient passés par Science Po.

        Je me suis laissé dire que l'ENS en a quelqu'uns à aligner de son côté...
        • [^] # Re: Incompétent...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Passé par Sciences Po en tant qu'enseignant ou élève, j'imagine. Bon, on va tenter une mini-liste rapidement (train pour les RMLL à prendre) :

          * Gilles Kepel
          * Pierre Georges
          * Raymond Aron
          * Maurice Vaïsse
          * Jean Maynaud
          * Hélène Carrère d'Encausse
          * Louis Chauvel
          * ...

          Au niveau économiste, je ne connais pas assez pour savoir s'ils ont des contributions de niveau international : Fitoussi, Généreux, Angers, ...

          L'ENS, qui est particulièrement axée sur la recherche alors que Sciences Po est traditionnellement axée sur la formation de la haute fonction publique, et aujourd'hui aussi de dirigeants du privé, a forcément plus de chercheurs à aligner. Elle a aussi plus de laboratoires (Sciences Po en a deux : le CEVIPOF (Centre d'études de la vie politique française) et le CERI (Centre d'études des relations internationales)). Le CNE a récemment encensé Sciences Po (voir sur http://www.sciences-po.fr/formation/cne/ son rapport), mais je soupçonne un peu de complaisance (ceci dit, y a des éléments factuels sur les labo dans le rapport).
          • [^] # Re: Incompétent...

            Posté par . Évalué à 4.

            Désolé de troller mais là quand même:

            Raymond Aron est l'exemple le moins bidon du tas, et il n'a pas vraiment été formé par Science Po...

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Aron#.C3.89tudes


            Hélène Carrère d'Encausse n'est pas considéré comme de classe internationale dans le petit monde des spécialistes de l'URSS: elle est même plutôt connue pour avoir dit des énormités. La plus grosse étant d'avoir prevu l'éffondrement de l'URSS pour une raison totalement fausse:
            Elle est connue pour avoir annoncé la fin de l'URSS dans son livre L'Empire éclaté, dès 1978, selon elle à cause de la forte natalité des républiques musulmanes d'Asie centrale. Si l'on se souvient bien, les premieres révoltes ne sont pas partis des régions musulmanes mais bien des pays baltes et des premiers troubles entre Arméniens et Azeris, lié moins à des problèmes démographiques qu'à des questions non réglés depuis la première guerre mondiale
            ...
            source : http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9l%C3%A8ne_Carr%C3%A8re_d(...)

            Louis Chauvel n'est pas encore de classe internationale. Je ne pretends pas qu'il ne le sera pas peut être un jours, mais ce n'est pas un exemple répondant à ma question...

            Donc non pour l'instant je ne suis pas convaincu par la qualité intellectuelle de la formation de Science Po.

            Mais comme tu le dis toi même, ce n'est pas une école menant à la Recherche.
            Elle ne peut donc prétendre à un quelconque magistère sur la vie intellectuelle française.
            • [^] # Re: Incompétent...

              Posté par . Évalué à 7.

              Ami lecteur,
              pas moins de douze procédés d'argumentation fallacieuse se sont cachés dans l'article ci-dessus, sauras-tu aider Souricette à les retrouver ?


              Solution (en ROT13):
              =================
              1) "W'nvzrenv dhr gh zr pvgr qrf purepurhef qr fpvraprf fbpvnyrf..."
              => Cyhevhz vagreebtngvbahz. Ba ar crhg eécbaqer à yn dhrfgvba fnaf cnenvger q'nppbeq nirp ha cevapvcr pnpué (pryhv dh'ba ergebhir ra 11)
              2) " Enlzbaq Neba rfg y'rkrzcyr yr zbvaf ovqba qh gnf..."
              => Ubzzr qr cnvyyr. Ceraqer y'nethzrag yr cyhf snvoyr, ceégraqer dh'vy rfg yr zrvyyrhe rg y'rasbapre..
              3, 4 rg 5) " Uéyèar Pneeèer q'Rapnhffr [..]cyhgôg pbaahr cbhe nibve qvg qrf éabezvgéf. Yn cyhf tebffr égnag q'nibve cerih y'éssbaqerzrag qr y'HEFF cbhe har envfba gbgnyrzrag snhffr."
              => Cbfghyng vaiéevsvnoyr (rk: yr ybhc rg y'ntarnh -> "Rg wr fnvf dhr qr zbv gh zéqvf y'na cnffé"), Nzcyvsvpngvba nohfvir ( rk: vovqrz -> "ibhf, ibf oretref, rg ibf puvraf") rg Frphaqhz dhvq (téaéenyvgé gveér q'ha frhy rkrzcyr).
              6) "...yn sva qr y'HEFF qnaf fba yvier Y'Rzcver épyngé, qèf 1978,.."
              => Nzcuvobybtvr. N-g-ryyr ceéqvg qèf 78, yn sva shgher qr y'HEFF, bh dhr y'HEFF f'rssbaqerenvg ra 78 ?
              7) "fbhepr: uggc://se.jvxvcrqvn.bet"
              => Nethzraghz nq irerphaqvnz. Y'negvpyr cbvagé ar pnhgvbaar nofbyhzrag cnf yn cebcbfvgvba dh'vy rfg prafé fbhgrave.
              8) "Ybhvf Punhiry a'rfg cnf rapber qr pynffr vagreangvbanyr."
              => Snhffr bowrpgvba (cne yn grpuavdhr qr y'Vzcbffvoyr Cresrpgvba). Fv yn eécbafr rfg eryngvirzrag cregvaragr, nhtzragre yr avirnh q'rkvtrapr.
              9) [a'rknzvare dhr gebvf qrf abzf]
              => Bofreingvba féyrpgvir..
              10) "Qbap aba cbhe y'vafgnag wr ar fhvf cnf pbainvaph "
              => Nethzraghz nq vtabenagvnz
              11) "cne yn dhnyvgé vagryyrpghryyr qr yn sbezngvba qr Fpvrapr Cb."
              => ehcgher qr pbeeéyngvba yvér nh fbhf-ragraqh qr yn dhrfgvba cbfér ra 1
              12) " ... pr a'rfg cnf har épbyr zranag à yn Erpurepur. Ryyr ar crhg qbap ceégraqer à ha dhrypbadhr zntvfgèer fhe yn ivr vagryyrpghryyr senaçnvfr "
              => Aba frdhvghe. Vy a'l n cnf qr enccbeg rager yrf ceézvffrf rg yn pbapyhfvba. (rk: vovqrz -> "fv pr a'rfg gbv, p'rfg qbap gba seèer")
          • [^] # Re: Incompétent...

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            ahem....Raymond Aron est un des plus célèbres normaliens (coté littérature car je ne parle même pas des scientifiques). Il était dans la promo de Sartre. Le classer coté Science-po juste parcequ'il y a donné des cours est pour le moins abusif.
            Maintenant on est d'accord sur le fait que la vocation des deux écoles est différente et qu'il est parfaitement normal que Science-po ne produise pas ou peu de chercheurs.
            • [^] # Re: Incompétent...

              Posté par . Évalué à -1.

              merci, tu confirme que une personne de Science Po axe sont argumentation sur de joli mots, et sur le mensonge.

              tous les memes
              • [^] # Re: Incompétent...

                Posté par . Évalué à 1.

                Hum, c'est quand même rapide : n'exagérons rien, je pense que sa liste a été posté un peu à la va vite.

                Mais tout de même: ne formant pas à la recherche, ni PAR la recherche, je me pose des questions sur la valeur des productions intellectuelles de cette école.

                Et donc je m'interroge donc sur la qualité moyenne des experts et consultants pouvant en sortir (Je n'englobe pas la personne avec qui je polémique, qui semble à première vue, sortir du moule que nous critiquons)...
                • [^] # Re: Incompétent...

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Arf, en gros, tu pars de préjugés sur des gens que tu connais pas bien, et quand comme par hasard tu trouves un contre exemple tu sors "Y'en aaa des Biennnns ... "

                  Pourtant, lui qui est formé par le moule en question, il a pas trop l'air de clâmer sa différence. Les critiques qu'il a évoqué c'est sur le cariérisme, la compétition entre membre, etc (d'après mon préjugé à moi, inhérent à toute grande école ;) ) et pas sur la valeur de la formation elle même.
                  • [^] # Re: Incompétent...

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Ben justement j'en connais, et jusqu'a présent j'ai pas été convaincu tant par leurs qualités humaines qu'intellectuelles.

                    Pour l'instant ceux que j'ai rencontré était surtout très habile pour aligner les lieux communs...

                    Ca la fout mal quand même quand je me suis apercu, que bien qu'étant physicien, je connaissait beaucoup mieux l'oeuvre de P.Bourdieu, R. Boudon et A. O Hirschmann, ou J.M Keynes que certains de ces types!!

                    Mais bon, pas la peine d'insister, là c'est plus du troll qu'autre chose.

                    Désolé pour avoir pourri le thread.
                • [^] # Re: Incompétent...

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Donc si on te suit bien tout ce qui n'est pas l'ENS c'est de la m... ? Tous les étudiants n'ayant pas eu des profs "internationalement connus" sont des gros nuls ?

                  Si sciences-po était tant de la m... que ça, on n'en parlerait même pas, ses étudiants (qu'elle aurait du mal à recruter) auraient du mal à se caser, etc.

                  Et même si t'avais raison dans ta généralisation abusive, c'est comme partout, l'investissement personnel de l'étudiant compte au moins autant que la qualité de sa formation.
                  • [^] # Re: Incompétent...

                    Posté par . Évalué à 0.

                    Donc si on te suit bien tout ce qui n'est pas l'ENS c'est de la m... ? Tous les étudiants n'ayant pas eu des profs "internationalement connus" sont des gros nuls ?


                    J'ai pas dis ça: j'ai suggéré au plus qu'une école ne formant pas par la recherche me paraissait douteuse...

                    Si sciences-po était tant de la m... que ça, on n'en parlerait même pas, ses étudiants (qu'elle aurait du mal à recruter) auraient du mal à se caser, etc.


                    Argument non recevable: nombres de formations professionnalisées casent leur promos sans problèmes . Est ce que cela les autorise à intervenir à tort et à travers dans les débats intellectuels en France et a dire des aneries ?

                    Et même si t'avais raison dans ta généralisation abusive, c'est comme partout, l'investissement personnel de l'étudiant compte au moins autant que la qualité de sa formation.


                    Argument en partie recevable: il ne faut cependant pas négliger la valeur des enseignants dans une formation.

                    Un bon cours est à la fois une bonne synthèse des connaissances à un instant donnée mais aussi une invitation à aller au delà...
        • [^] # Re: Incompétent...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Peut-être que contrairement à Siences-Po, l'ENS a vocation a former des chercheurs... T'es-tu posé la question ?
          • [^] # Re: Incompétent...

            Posté par . Évalué à -1.

            Bien sur que si...

            Et c'est pour cela que je pose innocemment la question: je n'arrive pas à comprendre l'importance disproportionnée, eut egard à la formation qu'elle prodigue, qu'à cette école sur la vie intellectuelle française.

            Enfin merde, ENS, powa quoi!!

            [Je précise que je ne suis pas Normalien, mais j'ai une tendresse coupable pour cette école, que je n'ai même pas présentée...]
    • [^] # Re: Incompétent...

      Posté par . Évalué à 10.

      <troll de compet>
      Les étudiants de la rue d'Ulm, dont il faut dire que la modestie est légendaire, ont surnommé l'IEP "science pipo"...
      </troll de compet>
      • [^] # Re: Incompétent...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        En fait, l'expression est largement utilisée par les élèves de Sciences Po eux-mêmes. :-) Personnellement, je la surnomme pipo tout court, c'est le surnom affectueux. Et faut bien avouer que c'est une sacrée tendance à Sciences Po : après tout, la majorité des élèves finissent consultants ;-)

        Ceci dit, ça m'empêche pas de bien aimer mon école. C'est comme un animal, on finit par s'attacher :-P
        • [^] # Re: Incompétent...

          Posté par . Évalué à 3.

          Ca change assez peu de mon école d'ingé en info (IIE, concours centrale-supélec), où les trois quarts des cours étaient appelés cours de pipo, et où on considérait que la majeure partie de ce que l'on devait savoir faire pour obtenir le diplôme c'était pipoter.
          On peut y arriver aussi en ne faisant que ça, mais il faut y mettre du coeur dans le pipo, sinon on peut être cynique, pipoter cyniquement, et avoir quelques compétences pour compenser, c'est assez mal vu, mais ça passe quand même.

          Comme quoi en politique comme en informatique, nous sommes cernés par les péruviens... Euh, enfin je veux dire, "le pipo est la règle", bien sûr...


          Yth, pipormaticien diplômé.
      • [^] # Re: Incompétent...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Les étudiants de la rue d'Ulm, dont il faut dire que la modestie est légendaire

        Nous sommes les meilleurs, pourquoi ne pas le dire ?
        • [^] # Re: Incompétent...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Parce que ca n'est pas forcement vrai et que tu aurais du mal a prouver le contraire ? :)
          • [^] # Re: Incompétent...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            >> Parce que ca n'est pas forcement vrai et que tu aurais du mal a prouver le contraire

            t'a regardé la liste des médailles fields de mathématiques attribués à des français ?

            Schwartz (ENS)
            Serre (ENS)
            Thom (ENS)
            Grothendieck (pas un normalien mais doctorat à l'ENS sous la direction de Schwartz)
            Connes (ENS)
            Lions (ENS)
            Yoccoz (ENS)
            Lafforgue (ENS)

            Donc sur nos 8 médailles fields (la distinction mathématique la plus prestigieuse du monde) on compte 7 normaliens....
            • [^] # Re: Incompétent...

              Posté par . Évalué à 5.

              Et nous à Paris 6 on a les médailles des cancéreux
            • [^] # Re: Incompétent...

              Posté par . Évalué à 6.

              L'ENS, l'école de l'excellence mathématique. C'est fou comme en France les maths comptent beaucoup plus que le reste (c'est pas un reproche, c'est un constat).
              • [^] # Re: Incompétent...

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Hum, je te suggère d'aller lire http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_normale_sup%C3%A9rie(...) et les articles associés. L'excellence de l'ENS, c'est dans tous les domaines. Vu la sélectivité, ce n'est pas étonnant. Ceci dit, je suis la preuve vivante (avec d'autres) qu'on peut être normalien d'ulm et avoir une carrière scientifique ordinaire.
                • [^] # Re: Incompétent...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Pas la peine d'attaquer, je sais ce que c'est l'ENS (décidement y'a beaucoup d'élèves qui fréquentent ce site). Sinon je pense vraiment ce que j'ai dit, l'enseignement supérieur (surtout "grandes écoles") est particulierement orienté vers les mathématiques, je connais aucune autre école où les personnes étudiant la bio font autant de maths.

                  Après c'est censé être un atout de la recherche française (même si j'aurais préféré en subir moins).
                  • [^] # Re: Incompétent...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Les grandes écoles sont dans une écrasante majorité des écoles d'ingénieur et il est donc normal qu'on y fasse des mathématiques. Les ENS ne sont pas des écoles d'ingénieur et tout le pan littéraire de celles-ci ne comprend aucune formation mathématique, ni avant l'entrée, ni dans les écoles. Or, la notoriété des ENS vient au moins autant de leur littéraires que de leur scientifiques...
                • [^] # Re: Incompétent...

                  Posté par . Évalué à 9.

                  Pas de quoi pavoiser vous n'avez même pas d'égyptologue.
                • [^] # Re: Incompétent...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Je suppose que c'est surtout à cause de Bourbaki qu'on associe ENS et mathématiques, non ?
                  • [^] # Re: Incompétent...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Oui mais pas uniquement...y'a Galois quand même (et bien d'autres).
                    • [^] # Re: Incompétent...

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Il ne me semble pas que Galois ait été à l'ENS. Il avait passé le concours de l'Écolde Polytechnique mais n'a pas été reçu, à cause d'un fameux oral.
                      • [^] # Re: Incompétent...

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Et du coup il est allé à l'ENS... mais bon c'est pas l'ENS qui l'a rendu bon mathématicien, il l'était déjà :)
            • [^] # Re: Incompétent...

              Posté par . Évalué à 2.

              Parce que c'est un critère ?
    • [^] # Re: Incompétent...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Je ne vois pas en quoi être passé par telle ou telle école il a trente ans peut donner une idée sur les compétences actuelles de quelqu'un dans tel ou tel sujet.
      • [^] # Re: Incompétent...

        Posté par . Évalué à 1.

        La n'est pas le propos, toutes les personnes qui sont passés par le supérieur aime troller sur la qualité des autres écoles. L'intérêt des telles remarques est tous a fait secondaire.

        P.S. Oui je sais on est pas encore vendredi
        • [^] # Re: Incompétent...

          Posté par . Évalué à 1.

          P.S. Oui je sais on est pas encore vendredi

          Mais c'est les vacances pour certains ;)
    • [^] # Re: Incompétent...

      Posté par . Évalué à 1.

      De toute façon, rien ne vaut Paris 6 :-)
      • [^] # Re: Incompétent...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        bah, après ton commentaire disant que vous avez le record de cancéreux, je sais pas si rien ne vaut Paris6. De toute façon, Paris ça pu><
  • # lapin compris...

    Posté par . Évalué à -9.

    ... ce que ça vient faire ici. On sait très bien qu'il y a des courants hostiles au LL et plus généralement à ce qui ne se conformerait pas à l'idée que certains ont du droit d'auteur ou de la protection de ce qui a été élaboré (peu importe le nom), bref, rien de nouveau... et je ne vois pas ce que cette dépêche vient faire ici. DLFP n'a pas vocation à relayer les fud et autres merdes du genre.

    Rien à ajouter, point final.

    PS : Et je pourrais aussi critiquer Libération qui, selon moi, s'enfonce de plus en plus dans la médiocrité mais bon, je ne tire pas sur les ambulances. Bre là aussi, point final.
    • [^] # Re: lapin compris...

      Posté par . Évalué à 10.

      Eh ben... si même les articles parlant de logiciels libres ont droit à leur "ça n'a rien à faire ici", on est pas rendu.
      • [^] # Re: lapin compris...

        Posté par . Évalué à 3.

        Eh ben... si tous les articles s'opposant aux logiciels libres n'ont pas droit à leur "ça n'a rien à faire ici", on n'a pas fini de lire des conneries sur dlfp.

        Quelle que soit l'étiquette du bonhomme, c'est surement quelqu'un de très compétent mais là il vomit comme beaucoup de gens tès compétents le font.
    • [^] # Re: lapin compris...

      Posté par . Évalué à 10.

      Je vois trois bonnes raisons pour publier une news sur cet article :

      1- c'est une attaque en règle contre les logiciels libres. Linuxfr parlant de Linux _qui est libre_ et des logiciels libres d'une manière générale, je pense qu'une news sur cet article a sa place ici.

      2- l'article est publié dans un grand quotidien généraliste, lu par des personnes qui ne connaissent pas le marché du logiciel. L'importance de l'article n'en est que plus grande.

      3- L'auteur est conseiller auprès de la Commission Européenne, son opinion, si elle n'est pas contredite par des personnes favorables aux logiciels libres, risque donc de passer telle quelle dans les instances européennes. Il faut au moins montrer qu'il y a débat et que ce que dit M. Guilliano n'est qu'un avis.
      • [^] # Re: lapin compris...

        Posté par . Évalué à 3.

        1- Pourquoi ça se démarque des fud qu'on a déjà vue ? Parce que l'auteur semble sérieux ? Son discours ne l'est pas, le contenu est nul.

        2- C'est probablement la meilleure raison que tu donnes. DAns ce cas, au lieu de se plaindre faites tout pour un droit de réponse mais bon de toute façon des articles attaquant ouvertement il y en a beaucoup, sur tous les sujets. Ce sera plus gênant à mon avis si Libé se met à le faire plus souvent. Dans ce cas, c'est Libé (ou dumoins ce qu'il en reste) qui est responsable.

        3- C'est son avis oui maius si on doit lutter contre tous les avis de ce genre, on n'a pas fini. Concernant l'étiquette de ce monsieur, je me suis déjà exprimé dans mon précédent post.

        De toute façon, t'as ton idée sur la question, moi la mienne. En une phrase : je ne vois pas l'intérêt de relayer ce torrent de conneries. Si ça devient une habitude à Libé oui mais sinon pas d'intérêt.
        • [^] # Re: lapin compris...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          De toute façon, t'as ton idée sur la question, moi la mienne. En une phrase : je ne vois pas l'intérêt de relayer ce torrent de conneries. Si ça devient une habitude à Libé oui mais sinon pas d'intérêt.

          Pour ne pas que ça devienne une habitude ? :)
  • # reflexion éparse

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Lorsque je lis de tel propos, je me pose juste une seule question :

    Est-ce qu'il le pense vraiment ?

    Est-ce qu'il fait semblant de le penser pour lutter contre l'idéologie du libre ?

    Dans le cas ou il le pense vraiment, je crois que nous sommes gouvernés par des handicapés intellectuels qui flottent dans une idiocratie auto-suffisante.

    Comment penser qu' "investir dans les services plutôt que dans la conception des logiciels c'est "favoriser les délocalisations". alors que par nature, les services impliquent une proximité, alors que la conception d'un logiciel se fait IRL à l'étranger (us-inde) ?
    Comment faire la séparation entre les SSII qui font du service sur du proprio et les SSLL qui font du services sur du libre ?
    Comment refuser même la notion de service alors que c'est le secteur en expansion et le seul qui tire la croissance actuellement ?

    Ensuite, il y a l'hypothèse qu'il ne le croit pas vraiment et qu'il s'amuse à disserter sur des concepts abstraits en prenant un thèse plutôt qu'une autre, comme exercice de style, ou pour faire parler de lui (et cela marche), exercice oh combien adoré de nos science-po Ena ou le discours se suffit en lui même et n'a pas besoin d'être porteur d'une idée pour exister.

    Enfin la possibilité la plus probable est que nous sommes en face d'un intrigant qui, voyant les sommes d'argent en circulation et des bénéfices probables, fait un comming-out fracassant pour attirer dans son sillage (telle les grosses mouches vertes) une cohorte de personnages ambigüs tout disposé à l'aider financièrement dans sa lutte pour la défense des vrais valeur du logiciel non-libre, pour le former lors de séminaires aux caraibes aux avantages des solutions propriétaires ou l'informer lors de diner dans les grands restaurants de notre Europe des évolutions majeurs dans le mode du logiciel.

    Il est aussi possible qu'il est directeur d'une "boite de merde", qui ne marche que par relationnel car son objet est d'un intéret plus que limité et qui avec ses prises de positions grotesques permet un buzz destiné à se faire connaitre, dans les remous créés, il sortirait de toute façon, pour lui, quelque chose de bon.

    il est rigolo de trouver son papier dans le libération et non dans le figaro.
    • [^] # Re: reflexion éparse

      Posté par . Évalué à 3.

      > il est rigolo de trouver son papier dans le libération et non dans le figaro.

      ben le figaro, ils avaient publié la tribune Carayon-Rocard http://www.lefigaro.fr/debats/20060623.FIG000000159_l_encoda(...) et j'ai pas l'impression qu'ils aillent dans le même sens.
      • [^] # Re: reflexion éparse

        Posté par . Évalué à 10.

        Ca confirme ce que je pensais: il vaut mieux souvent lire Le Figaro, un Vrai journal de Droite, qu'un Faux journal de Gauche...

        L'Honneteté est toujours préférable au mensonge.
        • [^] # Re: reflexion éparse

          Posté par . Évalué à 10.

          Ou un vrai journal de gauche qui d'ailleurs diffuse toutes ses articles avec 24 heure de retard et donne un accés libre à ses archives .
          www.humanite.fr
          • [^] # Commentaire supprimé

            Posté par . Évalué à -3.

            Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

            • [^] # Commentaire supprimé

              Posté par . Évalué à -1.

              Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

              • [^] # Re: reflexion éparse

                Posté par . Évalué à 0.

                Etreme gauche == Communiste + anrachistes

                Les anarchistes n'ont pas d'affiliations politiques.
                • [^] # Commentaire supprimé

                  Posté par . Évalué à -2.

                  Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                  • [^] # Re: reflexion éparse

                    Posté par . Évalué à -1.

                    Je crains que tu ne maîtrise pas vraiment le dommaine dont tu parles.

                    Besancenot est effectivement membre d'un parti politique, la Ligue Communiste Révolutionaire.
                    Mais il représente un mouvement qui est bien éloigné de l'anarchisme (tu trouvera un indice dans le nom du parti).

                    Il ne faut pas confondre anarchisme (en gros, abolition de l'état) et communisme (en gros, état dirigé par le prolétariat propriétaire de tout)
                    Le seul rapport qu'on peut trouver c'est qu'il existe des mouvements révolutionaires dans ces deux idéologies. (la droite révolutionaire, c'est plus rare, je te l'accorde ...)
                    • [^] # Commentaire supprimé

                      Posté par . Évalué à -1.

                      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                      • [^] # Re: reflexion éparse

                        Posté par . Évalué à -1.

                        détruire les outils de travail et les machines, ce qui est normal dans la logique de l'anarchisme

                        Alors, effectivement, soit je n'ai rien compris, soit tu fais encore erreur.

                        Moi, je croyais que l'anarchisme prônait la responsabilité personnelle, entre autre avec la possession de l'outil de travail par les travailleurs (Cf expériences dans ce sens de Proudhon)
                        Est-ce que ça marche, j'en sais rien, mais c'est assez éloigné de l'image de l'anarchisme que tu évoques.

                        Je connais mal le syndicat SUD, mais j'imagine que si ils ont détruit du matériel, c'est plus le côté révolutionaire du truc qui prime que le côté idéologique profond.
                        On détruit pour faire chier le patron, pour lui faire perdre des sous, enfin pour faire changer les choses brusquement (la révolution quoi).
                        Et comme je le dis dans le message précédent, des révolutionaires, il y en a aussi bien chez les communistes que chez les anarchistes.

                        Pour moi, détruire du matériel de manière idéologique, pour détruire le matériel, c'est ce qu'on appelle du nihilisme ...
                        Un bon exemple de nihiliste est le personnage du russe dans Germinal de Zola.
                        Et là, normalement, tu me répond au prochain commentaire tout fier, parce que dans son bouquin, Zola parle bien d'anarchiste, pas de nihiliste ...
                        Sauf qu'il utilise le mot anarchiste comme d'autres utilisaient le mot bolchevique, pour le côté péjoratif du mot, sans faire une grande attention au contenu, surtout qu'à son époque, les frontière entre tous ces mouvements étaient flou (socialisme, communisme, anarchisme, nihilisme, etc ...)

                        Les mouvements qui se réclament anarchistes n'ont a priori rien a voir avec la manière dont tu les décrits.
                        Il ne faut pas confondre révolutionaire et anarchiste.
                        • [^] # Commentaire supprimé

                          Posté par . Évalué à 0.

                          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                          • [^] # Re: reflexion éparse

                            Posté par . Évalué à -1.

                            En fait, si tu regardes bien, je n'ai pas dit que les anarchistes ne se classaient pas à l'extrème gauche.
                            J'ai simplement dit que Besancenot n'était pas anarchiste ...
                            Tu dois faire l'amalgame avec la personne précédente qui a bien dit ça.
    • [^] # Re: reflexion éparse

      Posté par . Évalué à 5.

      il est rigolo de trouver son papier dans le libération et non dans le figaro.

      Pourquoi, tu penses que la pensée unique a contaminé à tel point la gauche qu'elle serait incapable d'avoir des débats ?

      Les écrivains vous diront qu'il n'y a rien de mieux qu'une polémique dans les médias pour lancer un bouquin. Idem ici aussi, l'auteur nous tend une perche en or massif pour médiatiser un peu plus les logiciels libres. Il ne manque plus qu'une plume agile se dévoue pour lui répondre.
      • [^] # Re: reflexion éparse

        Posté par . Évalué à 3.

        Une petite plume "collective" ce serait sympa non !
        (je dis par rapport à la communauté tout ça !!!)
    • [^] # Re: reflexion éparse

      Posté par . Évalué à 4.

      Il est assez probable qu'il le pense vraiment au terme d'un raisonnement "bien de chez nous". Pas la peine d'essayer de le retracer mais y'a quand meme un contexte :

      L'innovation ne doit sortir que de gros "bidules", la preuve, pour faire un concurrent de Google vous croyez que :
      [ ] on va aider une les thesards brillants a lancer leurs idées
      [ ] on va filer un max de frics aux habituels industriels habitues des contrats "industrie et defense"

      Suivant le meme raisonnement, les logiciels libres favorisent les petites boites, et genent le developpement de plus grosses.

      Si l'ideal c'est SAP (plus grosse boite europeenne de logiciel a ma connaissance), le libre ca n'est pas l'ideal, pas plus pour faire vivre un Bull et employer des dizaines de millier de personnes dans une seule boite.
      Comme on est en France, le "bon", c'est forcement gros, centralisé appuyé sur l'état, du petit, décentralisé, autonome .... berk

      Moi j'ai plutot le sentiment que la grande force de l'informatique c'est de donner la possibilite a des petites structures la possibilite d'innover radicalement (en info mais dans tous les domaine ou l'ordinateur aide : studios musicaux, biologie, chimie, ingenieuries diverses ....).

      Mais bon je dois lire trop de SF.....

      Rahhh lala, j'avais pourtant pris la résolution de pas nourrir les trolls cette année.
  • # Pfiou

    Posté par . Évalué à 0.

    Mais qu'est ce qu'on en a a foutre de l'industrie du logiciel ?
    elle n'a plus aucun avenir !
    on le voit avec les logiciel style nero & cie.

    par contre les developpements spécifiques fait par les SSII eux ont de l'avenir, comme ce que fait canonical pour ibm avec ubuntu & cie ;)
  • # Nouvelle License

    Posté par . Évalué à 10.

    Il faudrait peut-être modifier la GPL pour que les gens qui sont contre ne puissent pas utiliser le logiciel.

    Ca ferait tout de suite moins de contestation du libre sur le web.
  • # Suffit de sauter des paragraphes

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Moi j'ai vu "tout travail mérite salaire" à la fin de son article de merde, ça m'a suffit et j'ai fermé la page.
    En général, c'est à ça qu'on les reconnaît. :-)
  • # Libération...

    Posté par . Évalué à 10.

    Libération, il n'a de libération que le nom. ;-p

    Désolé, j'ai pas pu m'empécher. ;-)

    a+, je sort [->].
  • # Idéologie

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Ce qui me surprend, c'est la mauvaise foi(e|s) idéologique de l'auteur.

    Les logiciels libres il est contre, parcequ'il est contre les changement dans l'éconnomie de la propriété intellectuelle. Le reste de l'article n'est que blabla.

    Mis à part peut-être le passage sur la démocratie qui est instructif ...
  • # brevet logiciel : le retour de la revanche ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Je pense qu'il faut également relever dans l'article le passage ou ce monsieur parle de protéger de manière urgente les logiciels.

    hmmmm... ça hume bon le brevet ça.

    un article pas très subtile, mais qui effectivement dénote un certain état d'esprit.

    ceci dit, contrairement à d'autres je pense qu'il est plutôt bien d'avoir toutes sortes d'avis dans un journal... sinon c'est la sclérose assurée ! et puis, comme ça il y a des réactions ;-)
    • [^] # Re: brevet logiciel : le retour de la revanche ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Je suis totalement d'accord avec cette analyse.

      D'ailleurs l'auteur de l'article ne plaide pas en faveur des logiciels propriétaires ; il démonte purement et simplement les arguments en faveurs du libre. Ce n'est pas une opinion constructive sur l'industrie du logiciel c'est une descente en règle.
      • [^] # en fait moi l'économie du libre je m'en fou un peu

        Posté par . Évalué à 0.

        En fait moi l'économie du libre je m'en fou un peu.
        Tout ce qui m'interesse c'est de pouvoir utiliser des logiciels gratuits et qui le resteront, que je peux modifier si je veux en tant que particulier et dont les modifs pourront être bien accueillies (ou pas).
        Qui seront adaptables sur a peu près n'importe quel architecture.
        Que le libre soit vu comme du bricolage du dimanche ça me dérange pas plus que ça, on peut bricoler des trucs sympas dans sa baraque :D
        • [^] # Re: en fait moi l'économie du libre je m'en fou un peu

          Posté par . Évalué à 2.

          Oui, mais la perception du libre par ces messieurs tout en haut influe sur les lois qui nous touchent tout en bas (brevets, DADVSI...)

          Par exemple, aujourd'hui si tu en as l'envie (et les compétences) tu as le droit de concevoir dans ton garage un super système de fichiers distribué P2P avec pour idée de rendre inutile le stockage centralisé très onéreux (SANs, RAID...). Demain tu n'auras peut-être plus le droit de faire ça...
          • [^] # Re: en fait moi l'économie du libre je m'en fou un peu

            Posté par . Évalué à -1.

            Bah pour moi les lois davsi ont plus pour but de pouvoir poursuivre des réseau qui mettent durement en péril le droit d'auteur quand c'est le cas, et pas forcément de tuer le p2p dans l'oeuf.
            • [^] # Re: en fait moi l'économie du libre je m'en fou un peu

              Posté par . Évalué à 2.

              Le but est une chose, le dommage collatéral en est une autre.

              Et un juge applique la loi, point barre. Ce qui compte c'est ce que le législateur a écrit et non ce qu'il a potentiellement voulu dire...
              • [^] # Re: en fait moi l'économie du libre je m'en fou un peu

                Posté par . Évalué à 0.

                Je trouve que ce qui est écrit l'est dans le but de laisser libre cours à l'interprétation ... de la force politique au pouvoir.
                Donc, dur de dire qu'elle cadenasse à jamais certains trucs autour du libre.
                En fait la lois tel qu'elle est écrite semble donner un cadre ainsi que des moyens d'actions contre des logiciels pour lesquels ils ne serait pas possible d'attaquer une entité commerciale qui ferait sa promotion.
                Je suis d'accord qu'il y a des dommages collatéraux potentiels bien sur, et je profite allègrement du p2p :p, mais ce genre de loi sont elles évitables ?
                Je suis évidement bien content qu'il y ai des paragraphes sur l'interopérabilité.
      • [^] # Re: brevet logiciel : le retour de la revanche ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        il démonte purement et simplement les arguments en faveurs du libre.


        Juste une précision qui a son importance : il attaque le libre.. mais les raisonnements sont faux et relèvent plus du sophisme que de la démonstration... pour nombre d'affirmations il ne s'est même pas donné la peine d'un semblant de justification... donc pas de quoi démonter quoi que ce soit amha.

        Par contre il pourrait être intéressant peut être de "décortiquer" en détail le texte pour mettre en valeur les erreurs de raisonnement.
  • # Simple question

    Posté par . Évalué à 2.

    Ce monsieur est-il vendu ou acheté? ;-)
    • [^] # Re: Simple question

      Posté par . Évalué à 2.

      Tout dépend du point de vue...
      Quand tu achètes un objet à un vendeur, par exemple, cet objet est-il vendu ou acheté ?
      Bon, quoiqu'il en soit je suis d'accord, c'est probablement une affaire de pognon, si j'ai bien compris le sous-entendu ;)
  • # Réponse rapide aux arguments fallacieux de ce Monsieur

    Posté par . Évalué à 10.

    En quelques lignes l'analyse de son article :

    Les 4 premiers paragraphes ne présentent pas d'arguments. Sur un ton sarcastique, le journaliste expose son point de vue et sur un mode qui entame sévèrement sa crédibilité.

    Le journaliste affirme tout d'abord que le principe de propriété intellectuelle doit être garanti dans notre société. Je lui répondrai que le libre n'est pas un courant qui milite pour supprimer ce droit mais qui se pose en alternative avec un modèle économique qui fonctionne, basé sur les services associés.

    Le journaliste attaque ensuite l'angle économique arguant que le libre détruit toute industrie logicielle européenne. Je lui demanderai alors quelle est cette industrie du logiciel européenne majeure qu'il faut défendre à tout prix ? Je ne vois comme cible première des solutions libres qu'un mastodonte américain. Sur l'aspect préférence nationale/européenne, j'ajouterai que le libre propose des solutions qui rendent les administrations indépendantes des entreprises commerciales américaines.

    Sur le volet financier, M. Giulliani avance que le libre coûte plus cher car il nécessite des contrats de service pour adapter les solutions aux besoins du client. Ce n'est selon moi pas la caractéristique du modèle libre puisqu'on retrouve souvent dans les entreprises de tels contrats de service ou de maintenance associés à des solutions propriétaires (l'exemple de SAP est probablement l'un des plus parlants). Le libre n'emprisonne donc pas plus un client avec un fournisseur de services. Par ailleurs, le libre permet aussi une maîtrise totale de la solution de la part du client.

    Enfin, le journaliste termine en beauté par le volet sécurité en afirmant que les communautés du monde libre n'ont pas les moyens d'assurer un niveau de sécurité et de fiabilité suffisant pour leurs produits. De façon très pragmatique, je constate des solutions libres orientées sécurité dont le modèle fonctionne parfaitement d'un point de vue technique (OpenBSD). De plus, les communautés libres sont souvent très réactives face aux failles 0-day (l'exemple de la fondation Mozilla face à IE est parlant). Est-il encore utile de préciser la part de marché des serveurs webs Apache en production pour justifier de la fiabilité des solutions libres ?
    • [^] # Re: Réponse rapide aux arguments fallacieux de ce Monsieur

      Posté par . Évalué à 8.

      J'ai l'impression de me répéter mais ce n'est pas grave, ce monsieur n'est pas un journaliste c'est d'ailleurs indiqué "président de la fondation Robert-Schuman, membre du Conseil consultatif de l'Internet.". Ensuite ce sont les pages opinions du journal ça ne reflète pas le point de vue du journal en lui-même.
      • [^] # Re: Réponse rapide aux arguments fallacieux de ce Monsieur

        Posté par . Évalué à 3.

        ce monsieur n'est pas un journaliste c'est d'ailleurs indiqué "président de la fondation Robert-Schuman, membre du Conseil consultatif de l'Internet.". Ensuite ce sont les pages opinions du journal [...]


        Cet article de Libération montre que la philosophie des logiciels libres n'a pas été bien comprise. Les diverses erreurs, non sens, ilogismes cités par ce Monsieur indiquent clairement un manque d'investiguation sur le sujet, de culture (historique) du monde Internet et même de compréhension du marché des services informatiques (SSII, éditeur de logiciel, etc.).

        Je n'avais jamais entendu parlé de ce Conseil consultatif de l'Internet. Après lecture de l'article Wikipedia, je constate, hélas, qu'il s'agit d'une "bouffonnerie politique" (bien que les objectifs de départ étaient très louables).

        Conseil consultatif de l'Internet sur Wikipedia:
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_Consultatif_de_l'intern(...)

        Il faut simplement retenir, à mon humble avis, que la communication des logiciels libres n'est pas encore adéquate et nécessite peut être des réajustements. Trop souvent logiciel libre est associé à gratuité ou à amateurisme, me semble t il.

        Ce Monsieur a tout fait le droit de ne pas choisir un logiciel libre pour ses besoins personnels, mais ne peut dénigrer ainsi les logiciels libres et promouvoir les choix de logiciels "fermés" sans réelle argumentation (d'autant plus lorsqu'il s'agit de solutions pour un service public).
        • [^] # Re: Réponse rapide aux arguments fallacieux de ce Monsieur

          Posté par . Évalué à 3.

          tu sais, les gens qui profitent d'une haute position honorifique ou prestigieuse pour réciter n'importe quel papier qu'on leur tend moyennant finances ou autres menus avantages, ça existe. sans même vraiment lire ce papier, hein, ils s'en foutent. faut bien manger, qu'ils disent.
    • [^] # Re: Réponse rapide aux arguments fallacieux de ce Monsieur

      Posté par . Évalué à 2.

      Est-il encore utile de préciser la part de marché des serveurs webs Apache en production pour justifier de la fiabilité des solutions libres ?
      > 73% des domaines
      http://www.securityspace.com/s_survey/data/200606/index.html
    • [^] # Re: Réponse rapide aux arguments fallacieux de ce Monsieur

      Posté par . Évalué à 1.

      Les articles de la rubrique "Rebonds" ne sont pas nécessairement écrit par des journalistes.

      Cet article est écrit par un idéologue mal comprenant de l'informatique qui n'est surtout pas journaliste.
  • # Source

    Posté par . Évalué à 4.

    Sans citer sa source, M.Giuliani prétend que la vision de Richard Stallman est anti-économique puisque "A la question : «Comment les entreprises développant des logiciels libres peuvent-elles vivre de leurs programmes ?»Il a même commis la déclaration historique suivante : «Cette question ne m'intéresse pas, moi je suis contre la société de marché...»

    Source : http://www.01net.com/article/167864.html
    Source qui a été reprise sur linuxfr ! ( http://linuxfr.org/2001/11/21/6027.html )

    De plus, il y'a certaines remarques interressantes dans l'article en question :
    - la question de la "liberté". Par exemple certains sur ce site ( et ailleurs ) considèrent que la licence GPL est moins libre que la licence BSD par exemple. Certains logiciels s'autoproclament logiciels libres. C'est porteur et d'un point de vue marketing c'est bien trouvé, mais parler de "logiciel sous licence GPL" serait plus exact : le logiciel libre selon la FSF n'est pas un logiciel libre de droit et il impose le respect d'une licence avec des clauses contraignantes ( que ces clauses soient justifiées ou pas est un autre débat. Il s'agit juste de souligner le coté discutable du terme "libre" ).
    - la question de la transformation d'un cout clair en une offre commerciale plus complexe. Vous avez peut-etre déjà souscris à un abonnement ADSL. Chez certains opérateurs, c'est l'enfer pour savoir combien ça va couter ( frais de dossier, promos gratuite les premiers mois, frais de location du modem, frais de resiliation etc ). Pour le logiciel jusqu'à présent, c'etait dans bien des cas plutot clair. Tu payais, tu avais le truc. Ce que dénonce l'auteur c'est que certains logiciels libres sont complexifie leur modele economique et qu'on a des cas sympathiques où le logiciel est gratuit mais ininstalable sans doc ( payante la doc ) ou sans support ( payant le support ). De plus tu payes de la maintenance. Bref la société qui vend du logiciel libre a interet à voir l'utilisateur devenir une vache à lait à abonnements récurrents ( faut bien vivre ). La remarque de l'auteur sur le cout de l'equipement du ministere des finances est pertinente. 39 millions d'euros de contrat de maintenance. Il sera effectivement interessant de voir si ce cout est renouvellable tout les ans et quel est le benefice financier pour le contribuable par rapport à une solution propriétaire.
    - l'article n'est pas contre les libertés du logiciel libre mais à mon sens plus un questionnement sur la répercussion d'une informatique entierement libre sur *l'industrie* de l'informatique. Le logiciel libre n'a pas trop besoin d'entreprises ( juste de bénévoles ). Les informaticiens qui veulent vivre de l'informatique ont besoin d'un minimum *d'industrie*.

    Bref, j'utilise plutot ce genre d'article pour dresser des points de vigilance. C'est pas toujours une mauvaise chose de lire des points de vue opposés.
    • [^] # Re: Source

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      les coûts complexes que tu identifies s'appliquent très bien aussi au logiciel propriétaire :
      - licence en fonction du nombre de CPU ou du nombre d'utilisateurs déclarés voire nombre de connexions
      - licence par "siège" (poste client utilisateur) ou par nombre d'accès concurrent maximum (jetons)
      - coût au nombre d'instances (environnement, bases, ...)
      - coût de paramétrage / installation
      - coût de support / maintenance (par appel ou forfait annuel avec 5 demandes maximum sur incident) ou de correction d'anomalie (la non tenue à la charge est généralement hors scope si un dimensionnement grâce à benchmark n'a pas été effectué)
      - coût d'évolution (forfaitisé pour changement de paramétrage, sur devis pour développement...)

      comme quoi, dans le libre comme dans le propriétaire, il y a du vrai boulot... et des coûts plus ou moins vrais en rapport. Au moins avec du libre tu ne t'enfermes pas avec un seul prestataire (ce qui n'est pas forcément le cas non plus avec du propriétaire pour une techno répandue...).

      Bref, ça m'intéresserait aussi cette déclinaison du contrat de maintenance et notamment les reversions (rapports de tests/bugs, patchs, source de fonctionnalités supplémentaires, ...) effectivement réalisées sur les projets en amont utilisés.
    • [^] # Re: Source

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Concernant la GPL et la notion de liberté, je ne dirait qu'un truc.

      "La liberté s'arrête là ou commence celles des autres."

      Ce serait comme dire, que la France n'est pas un pays de liberté car on m'interdit de sequestrer mon voisin.

      Ben la GPL c'est pareil, elle interdit de séquestrer ses "clients".
  • # Ou va libération?

    Posté par . Évalué à -2.

    Un journal de Gauche dirigé par un aristocrate "Edouard de Rothschild" mourra certainement avant que LL tue l'industrie du logiciel.

    Tiens ça me fait penser au café chez Le Monde ...

    J'aurais préférez une pleine page de pub pour M$, que de rémunérer ce crétin. À moins que le Canard trouve une photo de lui et Edouard entre une nièce ...
    • [^] # Re: Ou va libération?

      Posté par . Évalué à 5.

      Tu peux m'expliquer en quoi la pensée unique et l'absence de débat serait une valeur de gauche ?

      J'ai l'impression que de plus en plus de gens ne supportent plus de lire une opinion contraire à la leur, c'est inquiétant. J'y vois l'influence d'internet ou il devient extrêmement simple de s'aggréger en de multiples communautés très homogènes. (Au passage c'est l'intérêt des journaux hors sujet sur linuxfr : réunis vers ce site par une sensibilité homogène en faveur des logiciels libres, nous avons des sensibilités différentes sur les sujets hors sujet, donc des débats intéressants là dessus).

      Le meilleur exemple en date, puisque tu parles de libération, c'est l'édito du 30 mai 2005 de Serge July. Je suis assez d'accord avec ce qu'en dit Jean Quatremer :
      Serge est un Européen convaincu, comme on n’en fait plus, un homme né à la fin de la Seconde guerre mondiale et qui sait ce que l’absence d’Europe nous a coûté. Beaucoup d’entre vous lui ont reproché la violence de son éditorial du 30 mai 2005 au lendemain du référendum sur la Constitution européenne. J’ai trouvé le procès injuste car Libération n’a jamais été un robinet d’eau tiède : ce journal a fait sa place en défendant des points de vue minoritaires (le « oui » est minoritaire, faut-il le rappeler ?), souvent avec emportement et passion, ce que j’ai toujours aimé. Il est assez curieux que ceux qui n’ont pas de mots assez durs contre la langue de bois dominante lui ait reproché son absence de précaution… La liberté de la presse, c’est aussi cela : déplaire au risque de perdre des lecteurs. Et Serge fait partie de ceux qui incarnent cette liberté.

      http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2006/06/au_re(...)
    • [^] # Re: Ou va libération?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      >> Un journal de Gauche dirigé par un aristocrate "Edouard de Rothschild"

      L'aristocratie n'existe plus en france. Ta remarque est donc historiquement fausse. Edouard de Rothschild est un citoyen comme toi et moi.

      Classer les gens uniquement en fonction de leur nom est complètement stupide. Tu hérite ton nom de tes parents et tu n'est donc pas responsable de celui-ci. En outre ce nom ne révèle rien de ta personalité, de tes goûts, de tes aptitudes ou de tes défauts.
      • [^] # Re: Ou va libération?

        Posté par . Évalué à -1.

        C'est marrant, parce que je vois mal "Edouard de Rothschild" regarder le match de foot ce soir avec un bière à la main et des chips dans l'autre, entouré de copains hurlant des remarques à la finesse contestable sur la pilosité excessive des génitrices des joueurs portugais. Alors que "Rober Bidochon", si.

        Je suis d'accord pour dire qu'un nom avec un "de" ne veut rien dire. Par contre, contrairement à ce que tu as l'air de penser, l'aristocratie existe encore dans la tête de ceux qui appartiennent à ces familles "prestigieuses", et qui font en général bien attention à qui ils introduisent dans leur famille et à leur "réputation".
        • [^] # Re: Ou va libération?

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          > C'est marrant, parce que je vois mal "Edouard de Rothschild" regarder le match de
          > foot ce soir avec un bière à la main et des chips dans l'autre, entouré de copains
          > hurlant des remarques à la finesse contestable sur la pilosité excessive des
          > génitrices des joueurs portugais. Alors que "Rober Bidochon", si.

          Et Chirac aussi !
        • [^] # Re: Ou va libération?

          Posté par . Évalué à 5.

          Je me vois mal "regarder le match de foot ce soir avec un bière à la main et des chips dans l'autre, entouré de copains hurlant des remarques à la finesse contestable sur la pilosité excessive des génitrices des joueurs portugais." Ca veut dire que je suis un arictocrate ? Merde alors, on me l'avait pas dit ça...
      • [^] # Re: Ou va libération?

        Posté par . Évalué à 1.

        L'aristocratie n'existe plus en France
        Sort de ta planète Linux. Les souverainistes comme ils s'appellent: De Villiers et autre.

        Edouard de Rothschild est un citoyen comme toi et moi.
        Et il fait cuire des saucisses à la fête de l'huma?

        Tu hérite ton nom de tes parents et tu n'est donc pas responsable de celui-ci.
        Avec un nom pareil à Saint Denis, tu est bon pour faire partis des meubles de la basilique.

        Dassault a le Figaro, Rothschild a voulu Libération. Le personnel de Libération n'en voulait pas trop il me semble. Mais dans les hautes sphères de LinuxFr ...
        • [^] # Re: Ou va libération?

          Posté par . Évalué à 0.

          Sort de ta planète Linux. Les souverainistes comme ils s'appellent: De Villiers et autre.
          Ne mélangeons pas tout : les souverainiste en Europe défendent, à tort ou à raison, la notion de souveraineté des nations face aux pouvoirs supranationaux des institutions européennes. Ils ne militent pas pour le rétablissement de la monarchie et des aristocrates.
        • [^] # Re: Ou va libération?

          Posté par . Évalué à 1.

          Avec un nom pareil à Saint Denis, tu est bon pour faire partis des meubles de la basilique.
          Houla ! ça m'avait échappé. Je te signale que la famille de Rotschild est - d'origine, sinon de confession, ça je ne sais pas et je m'en fiche - juive, et qu'à ce titre elle ne risque de faire partie d'aucune institution fondée par la religion catholique. Va raconter aux énergumènes qui manifestent en scandant des Europe, Nation, Révolution ou des Montjoie Saint Denis qu'il faut qu'ils accueillent les Rotschild en leur sein, je t'apporterai des oranges à l'hôpital.
          • [^] # Re: Ou va libération?

            Posté par . Évalué à 1.

            Je me demande où tu vois un rapport direct entre les institutions "fondées par la religion catholique" et les allumés qui défilent en scandant des slogans douteux.... par définition une institution religieuse s'occupe généralement plus de la confession de ses membres que de leur origine.

            Même du temps de l'inquisition on évitait ce genre de travers il parait ;)
            • [^] # Re: Ou va libération?

              Posté par . Évalué à 1.

              Je répondais à celui qui confond souverainisme et royalisme et qui pense qu'être riche et issu d'une famille au patronyme célèbre suffit pour être admis partout. La monarchie française prétendait que le souverain tirait son pouvoir directement de Dieu, Dieu étant celui de la variété catholique romaine. Les Juifs sont en Europe historiquement plutôt issus, voire en partie fondateurs, de la bourgeoisie. Je pense que tu connais le mépris qu'avaient les aristocrates pour la bourgeoisie sous l'ancien régime.

              De plus on rencontre beaucoup d'excités du côté de ceux qui veulent rétablir l'ancien régime. Ce n'est pas de ma faute, c'est de la leur. Et je ne crois pas que l'on trouve beaucoup de philosémites parmi eux.

              En somme, répondant à des énormités qui ne valent pas des commentaires de grande amplitude, je me suis senti autorisé à caricaturer.
            • [^] # Re: Ou va libération?

              Posté par . Évalué à 1.

              Même du temps de l'inquisition on évitait ce genre de travers il parait ;)
              Oui, sous l'inquisition, on était d'une délicatesse exquise. Ne pas oublier le smiley ;)
  • # Bah ....

    Posté par . Évalué à 10.

    Des articles de ce genre il va falloir s'habituer à en lire de nombreux dans les mois à venir.

    C'est l'objectif de l'AFDEL (Association française des éditeurs de logiciels) par exemple, et dont certains membres savent mieux vendre de la licence que du service.

    Il y a aussi des éditeurs très énervés dans le milieu du marché (longtemps poule aux oeufs d'or) des administrations, et qui sont affolés par cette histoire de "mutualisation des développements" (quelle horreur !).

    Il vaudrait mieux pour eux qu'ils commencent par revoir leur modèle économique ...

    En même temps, ca n'a rien de surprenant tout cela. C'est qu'ils commencent avec un tel retard qui me choque ! Vivendi fait mieux que ca :)
  • # début d'une attaque en règle

    Posté par . Évalué à 3.

    Vu le think tank auquel participe ce monsieur, ça fleure bon le début d'une attaque en règle. Pensons donc à:
    - retour des brevtes logiciels (son argumentaire sur la propriété intellectuelle pue les brevets à 300km).
    - DADVSI va pas tarder à etre publiée et réévaluée au niveau européen.
    - bientot la campagne électorale, périodee pendant laquelle les activistes libristes (libertaire, libéraux libristes ne pas confondre les trois) ont l'habitude de donner un peu de la voix au moins en questionnant les candidats.

    Sur le plan de l'argumentation, c'est le retour du libriste=communiste (sauf que là c'est libertaire) que je ne sais plus qui avait sorti, et du sécurité="vrais éditeur" qui prouve l'incompétence du monsieur en la matière.

    Quelqu'un connaitrait des sources fiables sur le cette question ne m'intéresse pas, moi je suis contre la société de marché.. de RMS et le contrat du ministère des finances?
  • # Une belle illustration

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Voilà une belle illustration de l'ignorance économique de nos politiciens franchouillards.
    Plutôt que de chercher à protéger injustement l'industrie du logiciel classique, il ferait mieux de lire la Pétition des fabricants de chandelles [1].
    [1] http://bastiat.org/fr/petition.html

    DLFP >> PCInpact > Numerama >> LinuxFr.org

  • # Il est marrant ce mec.

    Posté par . Évalué à -2.

    Il est marrant ce mec.

    Il critique le libre et utilise le libre.
    Son CV est puant d'orgueil... mais sa version anglaise à mourrir de rire et truffée de fautes.

    Qu'il rentre chez lui.
    • [^] # Re: Il est marrant ce mec.

      Posté par . Évalué à -10.

      ça devient sâoulant d'être moinssé pour un oui ou pour un non.
      Le système de modération c'est vraiment n'importe quoi ici et absolument pas basé sur la véridicité des dires.
      On vient bien toutes les limites d'un système anarchisant.
      • [^] # Re: Il est marrant ce mec.

        Posté par . Évalué à 3.

        L'Anarchie c'est Bien (c) (r) tm !
        Hasta la Revolucion !
        L'Anarchie n'a de limites que celles de la bonne volonté des individus qui la composent.
        (Ce à quoi on pourrait aisément rétorquer que ça laisse peu de marge de manoeuvre à cette pauvre anarchie. Mais c'est une réplique facile jeunes gens, j'attend mieux !)


        Yth, ceci était un message à caractère informatif.


        PS : t'as pas assez la classe pour réussir à être désobligeant, désagréable ET à être plussé dans le même temps... Tout un art mon vieux, tout un art...
    • [^] # Re: Il est marrant ce mec.

      Posté par . Évalué à -6.

      <Mode troll>
      Faudrait fusiller tous les extremistes.....

      ou pas.

      </ Mode troll>
  • # En plus meme PHP et Apache

    Posté par . Évalué à -1.

    mcuculie@xizor ~$ GET -e http://www.jd-giuliani.org/
    Cache-Control: no-store, no-cache, must-revalidate, post-check=0, pre-check=0
    Connection: close
    Date: Wed, 05 Jul 2006 13:07:17 GMT
    Pragma: no-cache
    ETag: "jrc-98aec62cc0e426742244b5b297baca9e"
    Server: Apache/1.3.31 (Unix) mod_watch/3.17 PHP/4.3.8 mod_ssl/2.8.19 OpenSSL/0.9.7d
    Content-Type: text/html
    Content-Type: text/html; charset=iso-8859-1
    Expires: Thu, 19 Nov 1981 08:52:00 GMT
    Client-Date: Wed, 05 Jul 2006 13:07:17 GMT
    Client-Response-Num: 1
    Client-Transfer-Encoding: chunked
    Content-Style-Type: text/CSS
    Link: <../templates/jdg.css>; rel="stylesheet"; title="style"; type="text/CSS"
    Set-Cookie: PHPSESSID=e4568f49bf4d356b04060448784603a0; path=/
    Title: www.jd-giuliani.org le site web de Jean Dominique Giuliani
    X-Meta-Description: Retrouvez sur ce site toutes les prises de position de Jean Dominique Giuliani
    X-Powered-By: PHP/4.3.8
  • # Etudions la question...

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    1) Oui, le logiciel libre risque a terme de diminuer sensiblement le chiffre d'affaires de l'industrie du logiciel propriétaire.

    Qu'est-ce que ça veut dire? Ca veut dire que au lieu de redévelopper pour la millième fois le même logiciel, les gens vont commencer à réutiliser les mêmes logiciels (libres). Du coup, la demande en développements logiciels va considérablement se tasser.

    Cela dit, la question est: est-ce positif ou négatif pour la communauté? Evidemment positif, puisqu'on évite la duplication inutile de l'effort et qu'on peut affecter les ressources à d'autres tâches. Et c'est là que le monsieur se trompe.

    C'est pas parce que l'économie de marché fonctionne relativement bien (optimum de Paretto, tout ça tout ça) dans les marchés où les biens ne sont pas duplicables à l'infini, que ce système s'applique partout sans modifications.

    Je commence à en avoir marre d'entendre les même contresens à longueur de journée, qui plus est venant des "élites" qui nous gouvernent.
  • # Cher Mr Giuliani

    Posté par . Évalué à 7.

    Il a du recevoir ça de ma part :

    "Bonjour,

    Votre article "il n'a de libre que le nom" dans le Libé du 5 Juillet m'a fait sursauter. J'aimerais reprendre quelques phrases de cet article, en essayant de ne pas les sortir du contexte.

    "Enfourchant la thématique à la mode de la gratuité communautaire, il [le mythe libertaire des logiciels à code ouvert] lance un message à tous : l'informatique ne doit pas s'insérer dans l'économie, c'est une liberté de plus et rien d'autre". Certains réveurs pensent peut-être cela. Je ne crois pas que ce soit le sentiment général dans la communauté du libre ou chez les utilisateurs. J'en veux pour preuve le nombre croissant des sociétés spécialisées dans le service autour du logiciel libre et les standards ouverts. Ces sociétés participent à l'économie du pays.

    "L'ouverture des codes informatiques peut être utile à la recherche, et le travail communautaire peut parfois contribuer à certains progrès technologiques". Plus prosaïquement, elle peut également permettre à une société de ne pas avoir pieds et poings liés à un fournisseur. Travaillant en SSII, je ne pense pas, loin de là, que la relation client-fournisseur ne se base jamais sur la confiance mais je trouve bon d'avoir la possibilité d'être maître de sa solution. Cela présente l'avantage de réagir plus vite et plus précisément en cas de problème ou d'évolution. Par ailleurs, un code visible par une communauté plus large augmente la probabilité qu'un bogue soit découvert, en toute transparence.

    "mais peut-on durablement [...] se mettre en marge du droit de la propriété intellectuelle ?" Qui dit logiciel libre ne dit pas absence de licence. Pour ne prendre qu'un exemple, la licence GPL et ses dérivées, largement utilisées, sont certes différentes, mais comme les autres elles respectent le droit d'auteur.

    "Y a-t-il vraiment un avenir pour une «alterinformatique libertaire» où le travail de création serait gratuit ?" IBM semble penser que oui et cela lui réussit. Notez qu'elle ne défend pas le "tout libre".

    "Remettre en cause [Le principe de la propriété intellectuelle] est suicidaire dans un contexte de compétition mondiale accrue." Il n'est pas question de libérer les logiciels qui ne le sont pas mais de laisser la place à un nouveau modèle économique. A l'autre extrême, je vous engage à vous intéresser aux excès des brevets logiciels.

    Vous citez R. Stallman. Je vous engage à interviewer le patron d'une SSLL ou un expert en formats ouverts. Comme les autres, ils doivent assurer leur résultat jour après jour. Et y arrivent. La communauté ne se réduit pas à des "papes".

    "C'est ainsi que le ministère des Finances français vient de signer avec fierté le plus gros contrat au monde de maintenance informatique sur logiciels ouverts, pour un montant de 39 millions d'euros. Ce qui fait de ces «logiciels gratuits» les logiciels les plus chers de l'histoire ". Peut-etre s'agit-il également de maintenir le parc d'application le plus important de l'histoire. Dans ce cas, je demande à connaitre le coût par poste ou par application, cela me semble une variable plus indicative.

    "Privilégier le service sur la création, c'est comme choisir de construire des stations services et ignorer l'industrie automobile." L'un n'existe pas sans l'autre.

    Cordialement,
    "
    • [^] # Re: Cher Mr Giuliani

      Posté par . Évalué à 4.

      De bons points dans ta lettre.

      Il serait également intéressant de savoir ce qu'il propose :.
      - ça sent le retour des brevets logiciels,
      - l'utilisation de DADVSI pour mettre des bâtons dans les roues des utilisateurs du libre (par exemple : les administrations françaises, riches et mal outillées juridiquement dans bien des cas) ; sans parler des développeurs, hébergeurs, FAI...

      Mais au-delà, quel modèle a-t-il en tête ?

      Veut-il réformer le droit des licenses pour interdire celles qui permettrent la duplication gratuite des oeuvres ? Ou obliger toute personne mettant gratuitement une oeuvre à disposition à abandonner par ce geste tout droit sur la dite oeuvre ? Pourraient-ils faire valider ça par les juges, aux différents niveaux ? Peuvent-ils amender les lois dans ce sens sans être en contravention avec les conventions internationnales ? Ca fleure bon l'attaque sur la GPL... et ça plairait à Vivendi pour sûr !

      Les bénévoles du Libre et les professionnels qui gagnent leur argent avec sont respectueux des lois existantes, ils sont partie prenante de l'économie de marché, même s'ils empiètent parfois sur les bénéfices de certains. Qu'y a-t-il de mal là-dedans ?

      Ses arguments me font penser à ceux qui ne supportent pas d'être concurencés par des organisations sans but lucratif, qui se plaignent d'être défavorisés par rapport à des compétiteurs non-obligés de faire des bénéfices. On a vu des banques, par exemple, demander à ce que l'Ecureuil soit obligé de faire des bénéfices (de mémoire) parce que sinon "ils étaient défavorisés" (les pauvres choux). Aux Etats-Unis, la proposition qui postule que "seul le libéralisme économique est efficace" est si ancrée (et si bien propagé pour le plus grand profit des "gros"), qu'il devient inconcevable pour beaucoup qu'une organisation non-basée sur la compétition d'entreprises puisse être efficace socialement et économiquement. Le corolaire : tout ce qui ne gagne pas d'argent est mauvais.

      Ce Monsieur est un zélateur de ce type de propositions frelatées.

      Il pense peut être pouvoir interdire aux citoyens de programmer dans leur garage et de partager leurs résulats... Il va peut être aussi nous sortir des études pas-orientées-du-tout "prouvant" que les administrations sont perdantes avec le libre, et tenter d'infléchir les décisions du gouvernement dans ce sens, pour en bânir Linux et consors. Ca marche dans nombre de grandes entreprises, pourquoi pas aux Finances ?

      Quelqu'un sait-il par qui il est payé ? Qui sont les sponsors de son Think Tank ? Aux US, on sait en gros : les lobbyistes de K street sont à 90% financés par les super-riches et pour eux-mêmes. Et ce "Conseil consultatif de l'Internet", combien y touche-t-on, depuis 2 ans, pour la réunion qu'il a tenue ?

      Débat de la semaine prochaine : Suffrage censitaire et fromages de la République : quels enjeux pour l'emploi des jeunes ?
  • # Libération...

    Posté par (page perso) . Évalué à -3.

    ...n'aurait de libéré que le nom ?
    • [^] # Re: Libération...

      Posté par . Évalué à 2.

      Bon aprés cette journée passé à troller ici et sur le site du canard en question , libé desire apporter une précision sur leur "journaliste" :

      Quelques précisions
      La publication du texte de Jean-Dominique GIULLIANI dans les colonnes du journal et sur le site provoque de très nombreuses réactions. Jean-Dominique GIULLIANI n'est pas journaliste à Libération et les écrits publiés dans les pages Rebonds ne reflètent pas pas forcément les idées de la rédaction. Une petite précision s'impose: les pages «Rebonds» visent justement à susciter et entretenir, sans préjugés, les débats qui traversent notre monde. La parole y est libre, comme le journal. Nous vous rappellons qu'il est possible d'adresser des textes à rebonds @ liberation.fr.

      Sinon aprés quelques recherches sur l'auteur , je trouve amusant d'ajouter que ce monsieur à publié un livre intitulé « Marchands d’influence, les lobbies en France » ( Le Seuil, Paris ,1991 ).
      Apparement il est bien au courant du marché du lobbying, oserais-je lui demander pour qui et pour combien a-t-il été écrire un tel papier criant de méconnaissance sur le sujet.

      Sinon un nmap des chaumieres donne sa bécane hebergeant son blogue sous i686-pc-linux-gnu , son serveur de mail sous Sendmail 8.13.4/8.13.4 ...
      • [^] # Re: Libération...

        Posté par . Évalué à 3.

        Sinon un nmap des chaumieres donne sa bécane hebergeant son blogue sous i686-pc-linux-gnu , son serveur de mail sous Sendmail 8.13.4/8.13.4 ...


        Entre DADVSI et la LCEN, ton compte est bon, sale pirate !
        • [^] # Re: Libération...

          Posté par . Évalué à 1.

          Et zut ! :D manque plus qu'une plainte pour diffamation et mon compte est bon :)
  • # Non article

    Posté par . Évalué à 1.

    Une non nouvelle, on se rend rapidement compte que
    1. l'auteur ne maîtrise pas le sujet
    2. essaie de faire peur (délocalisation)
    3. On devine trop facilement ou il veut en venir
    Par ailleurs, la sécurité informatique est devenue un enjeu considérable dans nos sociétés. Nous avons besoin de produits bien définis, connus, garantis, qui engagent la responsabilité d'acteurs économiques stables.



    Bref moinsser libération pour cet article qui n'en a que le nom (bon ok c'était aussi facile que tentant :-) )

    Au passage, je souligne "membre du Conseil consultatif de l'Internet", super
    • [^] # ça me déprime...

      Posté par . Évalué à 2.

      Et après on va dire, que les français n'ont pas confiance dans leur élite... Mais on reste au nivaux du "tremblez braves gens", du " faites nous confiance"... et de l'amalgame douteux . J'avais déjà des doutes après les débats de l'assemblée, mais après tout ce ne sont que des députés, mais là, "président de la fondation Robert-Schuman, membre du Conseil consultatif de l'Internet" ( ça veut pas dire grand chose, mais ça vous pose son bonhomme ) et dire autant de conneries...

      La seule chose qui m'ai fait rire c'est les écrits du monsieur :
      « Marchands d' influence », les lobbies en France, Le Seuil ( Paris, 1991). Ça, pas de doute, il connaît, c'est sont métier!
  • # Rerere

    Posté par . Évalué à 1.

    Je ne sais pas si vous êtes au courant mais libération n'a de libération que le nom comme l'article...
    • [^] # Re: Rerere

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      oops je t'ai moinsé, désolé, c'était très drôle mais j'ai percuté un quart de seconde trop tard...

      Toutes mes excuses!
  • # Réponse de l'auteur sur le site de libé

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    http://www.liberation.fr/php/pages/pageReactionsList.php?rub(...)
    (Je préfére ne rien citer, plutôt que d'extraire une portion du texte)


    Libération dans un autre commentaire à ajouter ceci

    La publication du texte de Jean-Dominique GIULLIANI dans les colonnes du journal et sur le site provoque de très nombreuses réactions. Une petite précision s'impose: les pages «Rebonds» visent justement à susciter et entretenir, sans préjugés, les débats qui traversent notre monde. Nous vous rappellons qu'il est possible d'adresser des textes à rebonds@liberation.fr
    • [^] # Re: Réponse de l'auteur sur le site de libé

      Posté par . Évalué à 5.

      Les logiciels libres ne sont ni libres, ni gratuits, ils sont ouverts. - Les logiciels open source présentent beaucoup d’intérêt. J’en utilise un moi-même. Ils sont utiles à la recherche. - Ils ne peuvent s’insérer dans l’économie mondiale que s’ils acceptent à un moment la notion de propriété intellectuelle. - Ce n’est qu’à cette condition que l’Europe pourra créer une industrie du logiciel qui génère des revenus, crée des emplois et rivalise avec les plus grands mondiaux.

      Il persiste et signe dans son ignorance. Résultat : du verbiage incohérent et faux, bravo Mr Giuliani !
  • # Fondation R.Schuman (j'aime pasRSchumann, mais au - c'est 1 musicien)

    Posté par . Évalué à -5.

    Fondation R Schuman?

    C'est le très saint et vénéré démocrate qui a voté comme un seul homme les pleins pouvoirs à Pétain; il est mort de vieillesse sans avoir été tondu...
  • # Un malcomprenant de l'informatique

    Posté par . Évalué à 4.

    Ce monsieur n'a rien compris à l'informatique pour preuve la conclusion sur le logiciel le plus cher du monde.

    L'erreur est de croire que le logiciel c'est uniquement des trucs comme windows, word et cie. On achète, on installe ça marche. Malheureusement, en dehors de ces applications classiques, le besoin de chaque utilisateur est foncièrement différents et donc pour certaines catégories d'application comme l'informatisation des processus d'une administration le coût ne réside pas essentiellement dans les logiciels et dans les matériels mais dans l'adaptation aux besoins de l'administration et aussi énorme que ce coût puisse parraître il représente peu de chose à coté du coût pour le faire fonctionner tout les jours en particulier pour que l'administration dans son entier (du ministre au sans grade) utilise et fasse fonctionner ce logiciel, un coût qui est rarement présenté (2 à 3 fois le coût d'acquisition).

    A moins que ce monsieur est tout compris à l'informatique et n'agite un énorme épouvantail pour effrayer ceux qui n'ont rien compris à l'informatique dont à l'écrasante majorité des élus nationaux de l'UMP (cf DADVSI).
  • # Arrêtez de tirer sur Libé...

    Posté par . Évalué à 1.

    L'article a été publié dans la rubrique Opinions du journal. Et s'agissant d'une opinion, aussi détestable soit-elle, pourquoi n'y aurait-elle pas sa place ?

    Maintenant, on me répondra que la rédaction choisie quand même ce qu'elle publie, certes. Mais il y a quand même une grosse différence d'implication entre le contenu de ce genre de rubrique (qui contient le courrier des lecteurs) et les pages "normales".

    Et puis c'est maaaaaal de tirer sur les blessés...
  • # Réponse

    Posté par . Évalué à 4.

    J'ai voulu répondre à "l'individu", mais le forum n'est ouvert que le jour même, je profite toutefois de Linuxfr.org pour placer cette réponse...


    Réponse à M. GIULIANI :

    Cette "article" n'est qu'une compilation de propos ineptes, basés sur des conceptions erronées. De toute évidence l'auteur, M. GIULIANI, n'a aucune compétence et aucune connaissance dans le domaine du logiciel libre et de l'informatique en général.

    Monsieur,
    Lorsque que vous affirmez que le propos du logiciel libre est un "mauvais coup porté à l'accès du plus grand nombre à l'informatique", vous avez tout faux et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, qu'est ce que l'informatique? Si l'on considère que l'on peut réduire l'informatique à des activités bureautiques telles que par exemple le traitement de texte, la navigation sur internet, la lecture de mails, alors il est possible que l'accès aux codes sources n'est pas utile pour que le "plus grand nombre" ait accès à l'informatique. Mais l'informatique ce n'est pas cela. C'est au contraire, programmer des logiciels qui contrôlent les "mécanismes" complexes que sont les ordinateurs pour une utilité personnelle ou collective. La possibilité d'étudier les codes sources, de les modifier afin de les adapter à ses besoins est donc indispensable pour permettre le véritable "accès du plus grand nombre à l'informatique".

    Vous critiquez dans votre second paragraphe l'ouverture des codes (sources) et le travail communautaire qui se met "en marge du droit de la propriété intellectuelle". Apparemment, vous n'avez pas connaissance du vieux débat qui a secoué les pionniers de l'informatique et qui visait à définir si la recherche dans le domaine du logiciel informatique est une science ou une technique. Il est aujourd'hui et depuis longtemps, globalement admis que l'informatique est une science (on dit notamment études universitaires en Sciences Informatiques). Or les sciences sont depuis bien longtemps en "marge du droit de la propriété intellectuelle". Lorsque l'on écrit un programme informatique, on n'invente pas des solutions comme vous semblez le penser. Au contraire, on DÉCOUVRE une façon d'ordonner une suite d'instructions et de routines. L'auteur de cette découverte peut en toute légitimité attendre de la reconnaissance, voir même un bénéfice de cette découverte. Mais il n'a aucun droit de propriété sur elle !

    Toujours dans le second paragraphe, vous posez la question "La liberté se réduit-elle à la gratuité?". C'est là une question philosophique particulièrement intéressante, mais complêtement HORS SUJET. Les logiciels libres ne sont pas définis comme étant forcément gratuits : "...Un programme est un logiciel libre si les utilisateurs ont toutes ces libertés. Ainsi, vous êtes libre de redistribuer des copies, avec ou sans modification, gratuitement ou NON...", (sources : http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html). Lorsque que l'on prétend écrire un article, il est préférable de se documenter. Le simple fait d'aller sur le site http://www.gnu.org vous aurait même suffit; dixit "Free as in Freedom".

    Vous évoquez ensuite l'homme qui est à l'origine du logiciel libre : Richard M. Stallman, et non pas R. Stallman. Lorsque l'on cite quelqu'un il faut veiller à citer son nom correctement. Je passe la manipulation de ses propos en les présentant partiellement et hors contexte, car c'est tellement fréquent dans les propos de certains individus.

    Vient un peu plus bas dans le texte, l'étonnante phrase : "L'expérience prouve que ces dépenses donnent lieu à de multiples rallonges [financières]". Si l'on se base sur vos propos les dirigeants d'un grand nombre d'entreprises (et pas seulement en France) seraient complètement stupides puisque le nombre d'entre eux qui migre vers les logiciels libres est en croissance constante et sans conséquence désastreuse, financièrement s'entend, à déplorer pour le moment. En réalité, l'expérience (la vraie) prouve même que l'utilisation des logiciels libres permet d'énormes économies car l'architecture du logiciel (la partie la plus difficile à programmer -- pour ceux qui ont peu de connaissances informatiques) y est déjà présente, il ne reste plus qu'à modifier (si on le souhaite) ce qui l'entoure pour rendre le programme plus adapté à nos besoins. On pourra prendre l'exemple du Ministère de la Défense français.

    Un peu plus bas, vous poursuivez par "...C'est ainsi que le ministère des Finances français vient de signer avec fierté le plus gros contrat au monde de maintenance informatique sur logiciels ouverts, pour un montant de 39 millions d'euros. Ce qui fait de ces «logiciels gratuits» les logiciels les plus chers de l'histoire !...". De toute évidence, soi vous ne savez pas lire les textes pourtant fort bien rédigés du site http://www.gnu.org et disponible (entre autres) en français, ou bien vous êtes fort malhonnête. UN LOGICIEL LIBRE N'EST PAS FORCEMENT UN LOGICIEL GRATUIT comme dit précédemment.

    Au septième paragraphe, la phrase "Poussé par les multinationales du service informatique, grandes consommatrices de crédits de maintenance et de développement..." est "amusante" car par la suite vous allez déplorer le fait que selon vous les logiciels libres ruinent les petites et moyennes entreprises du développement informatique, or vous nous prouvez ici que c'est exactement le contraire. Les clients ne possèdant pas de structures pouvant dévélopper leurs systèmes informatiques ont besoin d'entreprises leur bâtissant des solutions adaptées à leurs besoins et ce, en se basant sur des logiciels libres. Voila de quoi dynamiser les petites et moyennes entreprises françaises et européennes, car comme vous le dites "déplacer des usines de conception d'un logiciel est très difficile". En réalité, c'est surtout dangereux pour les entreprises et les pays eux-mêmes, car cela constitue de l'exportation de savoir scientifique.

    En fin de texte, vous abordez le sujet de la sécurité informatique et vous dites dans l'une des rares phrases non-erronée de "l'article" : "...la sécurité informatique est devenue un enjeu considérable dans nos sociétés. Nous avons besoin de produits bien définis, connus, garantis...". Enfin presque "non-erronée" puisque vous concluez par "...qui engagent la responsabilité d'acteurs économiques stables". Il est tout à fait vrai que la sécurité informatique est un point très important, pourtant les systèmes (logiciels ou autres) les plus performants, permettant d'accéder à une certaine sécurité, sont en grande majorité sous licence libre (je dis libre, et pas uniquement open-source). Prenons l'exemple des systèmes d'exploitation; il est connu de la majorité des experts que GNU/Linux (qui est libre) est beaucoup plus sécurisé que son concurrent propriétaire le plus répandu : Microsoft Windows (vous pouvez trouver des sources très facilement sur internet). On peut même parler de OpenBSD qui est admis comme étant l'un des systèmes d'exploitation les plus sécurisés, or il est lui aussi libre. Voici donc des preuves que la présence d'acteurs économiques stables n'est pas indispensable à la création de systèmes apportant la sécurité à leurs utilisateurs. On peut également remarquer la mention "Ce logiciel a été sécurisé par phpSecure" en bas de votre page d'accueil, votre site a donc été sécurisé par un logiciel libre. D'ailleurs il tourne avec des logiciels libres (Apache, MySQL,PHP,OpenSSL), je dis bien LIBRE et pas seulement open-source.

    Pour conclure, je dirais que je suis ~en accord~ avec vous sur un seul point: une société ne devrait pas être "ultralibertaire". Car il est, comme on peut le constater, fort dangereux de donner le libre accès à des médias pour des textes issus d'individus n'ayant aucune compétence dans le sujet qu'ils abordent.

    Catzillator
    • [^] # Re: Réponse

      Posté par . Évalué à 1.

      Ton article est interessant et documenté: tu devrais l'envoyer à la rédaction à l'adresse suivante:
      http://www.liberation.fr/services/service_nous/index.FR.php?(...)

      Il y a peu de chance qu'il passe, vu le fonctionnement des pages Rebonds qui semble plus tenir du Copinage, mais bon, sait on jamais...

      J'ai posté d'ailleurs plusieurs fois en commentaires l'adresse de http://www.gnu.org: impossible d'avoir un commentaire la dessus.
    • [^] # Re: Réponse

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      C'est vrai que cet article est affligeant. Il commence par brosser le lecteur dans le sens du poil afin d'endormir sa conscience...
      par exemple :
      L'ouverture des codes informatiques peut être utile à la recherche et le travail communautaire peut parfois contribuer à certains progrès technologiques

      Puis le masque tombe... Au rang des phrases m'ont fait bondir :
      Un programmeur qui invente des solutions a le droit d'être rémunéré en conséquence par la commercialisation de son invention. Il n'est pas obligé de les partager.
      Soit je suis naïf, soit je n'ai pas compris la critique. Je n'ai jamais connu de developpeur qui ai été obligé de donner son code source, du moins pas ceux qui n'étaient pas en situation d'abus de monopole.
      elle reporte la dépense sur les services nécessaires au «bidouillage» des logiciels «ouverts».
      C'est donc cela qui differencie le bidouillage du developpement! Un bidouillage est nécessairement basé sur des logiciels libres alors qu'un developpement, un vrai, est nécessairement basé sur un système d'exploitation proprietaire, dont le siège social se situe de préférence à Redmond. Dire que je croyais, naïvement encore une fois, que la compétence des équipes faisait la qualité d'un projet!

      Préférer les services, c'est aussi favoriser les délocalisations.
      L'abus me parait caracterisé. Le sous-entendu est le suivant : "avec les logiciels propriétaires je depense moins dans les services". De qui se moque-t-on? Il suffit de se rapprocher d'un directeur fincancier d'un grand groupe et d'éplucher avec lui les couts liés à l'informatique...

      L'activité de création des logiciels est fondée sur la recherche
      Avant de parler de recherche, il faudrait deja la financer (au moins en France).

      L'activité des services informatiques peut être réalisée n'importe où
      "Bonjour Mr, c'est le service informatique à New Daily. Nous passons dans deux semaines pour changer votre disque dur. Merci de patienter.".

      «déplacer des usines de conception d'un logiciel est très difficile»
      Mais c'est hallucinant de lire des choses pareilles! A coire que ce Mr n'a jamais entendu parlé des developpements en Russie, en Inde, etc. pilotés depuis les pays plus riches.

      Pour ma part, je considère plus le logiciel libre comme l'image virtuelle de la phrase célère qui caracterise l'humanité.
      Nous sommes des nains juchés sur les épaules d'un géant.
      Le logiciel libre a pour vocation a devenir le socle de l'informatique du futur. Des exemples? l'implemetation du potocole TCP/IP des OS libre *BSD dont on a retrouvé des bouts dans les OS de Redmond...

      Est-ce qu'on fond, le vrai liberalisme appliqué à informatique cela ne serait pas de pouvoir choisir son prestataire de service en toute liberté et d'en changer à loisir? Et pour cela il n'y a que les logiciels libres...
      • [^] # Re: Réponse

        Posté par . Évalué à 3.

        Parmis les erreurs fondamentales de ce texte est d'affirmer que le libre est financé par le service.

        Il y a des quantités de modèles économiques utilisés. Il y en a trois qui se sont particulièrement imposés :

        1/ Les licences de logiciels libres avec des briques propriétaires, lesquelles sont ouverte à des dates ultérieures (MySQL AB, SunMS Start/OpenOffice, RH, Novell/SuSE .... )
        2/ La vente de matériel accompagnée de logiciels libres (Serveurs, téléphones portables ... )
        3/ Le financement d'associations comme "laboratoires" et l'utilisation des production de ces laboratoires pour des offres industrielles (Mozilla, Wikipedia, Fedora ... )

        Quant à la sécurité, on comprarera:
        - Internet explorer à Mozilla Fx
        - OpenBSD à Windows
        - Apache à IIS
        - ssh à ....
        ......
        • [^] # Re: Réponse

          Posté par . Évalué à 1.

          OpenBSD à Windows

          Pourquoi OpenBSD et pas Linux ?

          Apache à IIS

          J'adorerai voir une comparaison entre les dernieres versions de ces 2 softs
          • [^] # Re: Réponse

            Posté par . Évalué à 1.

            Pourquoi par rapport à OpenBSD... Pourquoi pas ?
            Plus sérieusement, OpenBSD est une référence en matière de sécurité. Même si linux est sûr, il n'est pas la référence en la matière.


            Quant à Apache / IIS, il me semble que ce sont les nombreuses failles de sécurité et le manque de fiabilité général de IIS qui ont favorisé l'essort de Apache à ses débuts.
            • [^] # Re: Réponse

              Posté par . Évalué à 2.

              Pourquoi par rapport à OpenBSD... Pourquoi pas ?

              Ben parce que c'est un peu facile de prendre OpenBSD pour comparer la securite, Linux pour la scalabilite, ... et les comparer tous a un seul et meme soft. OpenBSD a surement des avantages dans certaines categories, et des defauts dans d'autres, Linux aussi, ... Pour comparer 2 OS, on ne peut pas se limiter a regarder une seule facette, sinon je te sors un OS qui ne fait rien du tout et qui est 100% sur.

              Quant à Apache / IIS, il me semble que ce sont les nombreuses failles de sécurité et le manque de fiabilité général de IIS qui ont favorisé l'essort de Apache à ses débuts.

              A ses debuts oui, mais qu'en est-il aujourd'hui ?
              • [^] # Re: Réponse

                Posté par . Évalué à 2.

                Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'on ne parle que d'un aspect du système mais en l'occurence, le reproche qui fait est que l'open source est incapable de se méler de sécurité.

                Ma réponse est que ceci est faux, puisque les implémentations de systèmes sécurisés de référence sont libre.

                On pourrait également parler de Kerberos 5, de ssh, de ssl, d'openpgp, de SELinux ...
              • [^] # Re: Réponse

                Posté par . Évalué à 2.

                «sinon je te sors un OS qui ne fait rien du tout et qui est 100% sur.»

                Ah non, OpenBSD ça a déjà été sorti
  • # extrêmiste

    Posté par . Évalué à 2.

    on a l'impression d'entendre des discours de jusqu'au boutiste. Stallman qui a sa propre vision des choses qui n'est certainement pas partagé par l'ensemble des utilisateurs du libre et Giulliani qui regroupe tout le monde derrière les propos de Stallman. Bref, aucun équilibre, aucune objectivité constructive.

    Pour ma part, je suis convaincu que les deux modèle peuvent exister et même interagir ensemble.
  • # soldat

    Posté par . Évalué à -1.

    il faut solder libé ? je suis déjà dehors bien entendu
    je sais je sais c'est par là
    oui oui j'ai compris
  • # Quand j'ai lu ça sur le site de Libération...

    Posté par . Évalué à 1.

    Ça m'a confirmé dans l' idée qu'il fallait créer un prix pout toutes ces têtes pensantes ou penchantes si on est auvergnat mais néanmoins doté du sens el 'humour...

    http://andresalaun.free.fr

    Ceci n'est qu'un avant projet car il faudra sans doute un solide serveur pour une compétation si courue...
  • # Responsabilité éditoriale

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Beaucoup de gens ici semble croire en la bonne foi de ce gulliani et semble dédouaner Libération du contenu de cette article.

    Rien n'est plus faux.

    Gulliani ne fait pas preuve ici d'ignorance, bien au contraire il montre bien avoir compris les différents enjeux des logiciels libres et prend bien soin de les démonter avec des arguments volontairements biaisés voire scandaleusement mensongers. Il a manifestement des interets partisans a répandre ce genre de propos

    Quant à Libération, billets d'humeur ou pas, journaliste ou pas, tribune ouverte ou pas, Ce genre d'article s'inscrit malgré tout dans une politique éditorial, par une relecture avant publication et engage la responsabilité juridique du journal.
    Cette article occupe 1 page entière du journal et lorsque Libération dit que cette article n'engage pas leur responsabilité, rien n'est plus faux car ils ont fait le choix volontaire de le publier.

    Il y a tout de même du vrai dans cette article, et personne ne l'a souligné :
    "La réalité commerciale de l'industrie du «logiciel à code ouvert» est simple : au lieu de dépenses d'équipement en logiciels prévisibles, permettant l'amortissement maîtrisé d'investissements importants, elle reporte la dépense sur les services nécessaires au «bidouillage» des logiciels «ouverts». "

    Ben oui, mince, comment voulez-vous faire un plan d'amortissement en 3 ans sur le téléchargement gratuit en ligne d'une solution logiciel. Mince alors, vous vous rendez pas compte des milliers de comptable qui vont se retrouver au chomage a cause de vous !!
    Ensuite vous vous rendez compte, ces logiciels téléchargé gratuitement sur Internet, sont adaptable aux besoins des clients, et cette adaptation à des besoins particuliers et uniques à chaque société est payant. C'est tout proprement scandaleux !

    Sinon j'adore "«déplacer des usines de conception d'un logiciel est très difficile»" en contradiction avec la réalité des faits et avec les dires de toutes les plus grands chefs d'entreprises du milieu (MS, Oracle, Apple...) qui s'accorde à dire qu'un programmeur, avec un PC, dans son garage peut créer un logiciel qui peut mettre à mal leur industrie. D'ailleurs, c'est bien ainsi que MS, Apple, Google ont commencé. Et plus généralement, c'est bien ainsi que naissent tous les logiciels.

    Vous noterez que l'auteur, dans cette article n'utilise pas les guillements pour citer les paroles d'une tierce personne, mais uniquement dans le but de se distancier de ses plus grosses conneries. C'est marrant ;o)
  • # Et ça le gêne pourtant pas de se servir d'un logiciel libre (GPL)

    Posté par . Évalué à 0.

    Artiphp 2.0.0 © 2003 est un logiciel libre distribué sous licence GPL.
    Ce logiciel a été sécurisé par phpSecure
    Conception graphique & Hébergement xxxxxxxxx

    C'est ce qu'on peu lire au bas de son site.
  • # Droits de réponse

    Posté par . Évalué à 2.

    Tout d'abord, Daniel Glazmann répond à plusieurs points, de façon nuancée et surprenante parfois :
    Ah, d'abord il parle ici de "code ouvert". Donc d'Open-Source et pas de libre. Ensuite, je suis content d'apprendre que Nvu est du bidouillage de logiciels déjà existants. Je crois là que Giulliani a péché par colère, et aurait mieux fait de se documenter sérieusement avant d'écrire. Remarquez ce n'est pas dramatique, moi aussi j'écris avec mes tripes. Mais pas dans Libération !

    http://www.glazman.org/weblog/dotclear/index.php?2006/07/06/(...)

    Tristan Nitot, lui, n'hésite pas à dénoncer la mauvaise foi et l'incompétence de Giuliani, avec un article bien argumenté :
    Bref, la tribune en question est un troll de haute qualité. Rondement mené, et à grande échelle. Monsieur Giuliani, en publiant un tel torchon, vous êtes passé pour un crétin ou un escroc. Dans tous les cas, votre réputation vient de prendre un coup dont elle aura bien du mal à se remettre...

    http://standblog.org/blog/2006/07/10/93114852-reponse-a-la-t(...)
    • [^] # Re: Grain de sel synthétique

      Posté par . Évalué à 1.

      Bonjour,

      Je viens seulement de lire l'article en question, et certains commentaires.
      Effectivement l'article est affligeant, et dans le contexte actuel le monsieur aurait dû demander à accompagner les "majors" à l'assemblée nationale pour appuyer leur lobbying honteux et anti démocratique.

      Je voulais rebondir sur quelques commentaires ...
      1) A propos des "grandes écoles" et de Sciences Pô en particulier.
      Ce sont sûrement des écoles d'excellence et donc élitiste. Le problème est que l'élite n'est pas nécessairement sélectionnée sur des critères objectifs d'intelligence et d'inventivité, et que cette sélection elle même est extrêmement formatrice au sens de "faire rentrer dans le moule". Et la suite ne fait que confirmer cela. J'ai la nette impression qu'on y apprend à argumenter et à construire des raisonnements, certes brillament, mais pour étayer une pensée dominante (mal dit, mais j'ai seulement fait une fac scientifique, désolé).
      Résultat, tout le monde finit par penser pareil à la sortie.
      Rare sont les vrais inventeurs iconoclastes et originaux qui en sortent. Il y a sûrement des contrexemples bien sûr. Et il faut sans doute mettre l'ENS à part.

      2) Indépendance de la presse
      Quand la presse appartient à des financiers de haut vol (vous prenez ça au sens propre ou figuré comme vous voulez), ou/et à des hommes politiques ou/et à des industriels de l'armement, elle ne peut pas être libre.
      Libé ou l'Huma échappait plus ou moins à la règle ... c'est terminé.
      Et je trouve cela très grave

      En ce sens, l'internet permet au citoyen de reprendre la parole et c'est sans doute cela qui fait peur à certain.


      3)[Troll]
      Pour interdire l'usage des logiciels libres aux opposants mal pensants,
      Il suffit de leur implanter une nano puce dans le cerveau.
      [/Troll]

      4) Un contre exemple aux dires du Monsieur
      Internet n'est-il pas un bel exemple de logiciel (système) librement utilisé par des sociétés de "services" (FAI ...etc) qui en vivent très commercialement ?
      Evidemment, comme dit plus haut, l'usage d'internet peut en gêner certains ...
      [retroll]
      Il faut vite interdire WikiPédia ou le faire contrôler par le ministère de l'intérieur
      [/retroll]

      5) Si Mr Giuliani croit vraiment à ce qu'il dit, il faut vite qu'il dise haut et fort que l'état Français va droit dans le mur et que ce gouvernement est composé de dangereux libertaires ou/et schizophrènes ...
      Parce que quand même, je doute que la gendarmerie ou le ministère des finances soient composés de dangereux crypto anarcho-libertaires.
      Et pourtant, ils poussent bien à l'utilisation des logiciels libres, non ?

      Ou alors, c'est pire que tout.
      Faudrait-il imaginer que certains souhaitent garder les logiciels libres pour une "élite" (je veux dire les puissants, dirigeants ... systèmes politiques ...) et imposent l'utilisation de logiciels propriétaires chers mal foutu et truffés de trous de sécurité (permettant le contrôle à distance) à la "populace" ??

      C'est évidemment une extrapolation de politique fiction, non ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.