Frédéric Lopez a écrit 760 commentaires

  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 1.

    Les logiciels libres n'imposent pas la gratuité...

    Effectivement, je n'avais pas imaginé qu'un fournisseur ose proposer un logiciel libre avec un coût d'acquisition non nul dans le cadre d'un marché de fourniture. Pourquoi pas...

    Enfin dans ce cas, n'importe quel autre fournisseur pourrait fournir le même logiciel un petit peu moins cher et emporter le marché.

    Et conformément au Code des Marchés Publics, si ce logiciel est proposé à moins de 4000 ¤, l'acheteur n'est même pas obligé de passer par un marché public. Quel serait alors l'intérêt de proposer un logiciel libre dans le cadre d'un marché public ?

    Le fait qu'un logiciel soit libre ne présume en rien de son mode de fabrication, de sa marque, ou de son origine... en revanche c'est une caractéristique technique (accès libre au code) et juridique (droit modification et de rediffusion) qui peut entrer de plein droit dans une spécification de besoin ou un cahier des charges (ianal ceci dit).

    Le fait qu'un logiciel soit libre n'est pas une caractéristique technique du produit, c'est une caractéristique de la licence, donc juridique comme tu le dis.

    Et pour la partie technique, on peut effectivement demander que le fournisseur donne accès aux sources pour permettre la maintenance en interne. Mais je ne vois pas ce qui pourrait justifier d'exiger un code source redistribuable (donc sous licence libre) dans le cadre des besoins techniques d'une collectivité.

    Dans l'article présenté dans la dépêche, rien de ce qui est cité ne me semble aller dans ce sens (choix technologiques antérieurs, respect de normes et standards, maîtrise, indépendance, pérennité). Une licence non libre de type Shared Source pourrait aussi bien convenir dans ce cadre...
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 1.

    Ben... faut juste savoir lire et faire l'effort de comprendre le texte de la GPL...

    Je ne t'ai pas attendu pour lire et comprendre la GPL, j'utilise Linux professionnelement et personnellement depuis 10 ans, alors tu peux t'abstenir de ce genre de remarques désagréables. Merci.

    ou à défaut, pour se faire une bonne idée du truc, de lire la licence CECILL conçue pour être une licence valide en droit français et compatible avec la GPL.

    Comme l'explique si justement l'article associé à cette dépêche, il n'y a pas de problème de validité de la GPL en France puisque c'est le contrat entre les parties qui s'applique et qui doit être conforme au droit Français, en l'absence de mentions particulières dans la licence. Cet article vient de confirmer, s'il était besoin, que ce n'était pas la peine de créer une énième licence libre...
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 2.

    C'est au contraire très équitable puisque le but c'est bien de prendre le moins cher, peu importe la manière.

    Le but des marchés publics n'est absolument pas de prendre le moins cher, c'est de prendre le mieux disant dans le respect de l'équité pour les fournisseurs.

    Si le but était de prendre le moins cher, il faudrait complètement réformer le Code des Marchés Publics, parce que dans la pratique ça coûte plus cher de passer par lui.

    Les entreprises ne sont pas idiotes, elles connaissent les seuils à ne pas dépasser pour les marchés et elles connaissent aussi les pratiques de leurs concurrents. Il y a même assez souvent suspicion d'entente entre fournisseurs sur les offres sans que personne ne puisse rien y faire.

    Ce point de vue d'un ancien ministre délégué au budget résume assez bien la situation à mon avis :
    http://www.alain-lambert-blog.org/index.php?2006/08/06/612-n(...)

    D'autre part il n'est pas si certain que la maintenance d'un logiciel libre soit moins chère que celle d'un logiciel propriétaire, je pense même que c'est le contraire, car une boite proprio a déjà une forte expérience de maintenance dans son produit contrairement au libre.

    La part dédiée à la maintenance dans les logiciels propriétaires tourne généralement autour des 15% à + ou - 5%. Ce que je voulais dire dans mon message précédent, c'est que ce montant est largement inférieur au coût d'acquisition du logiciel et que de fait, un logiciel propriétaire ne peut pas être acheté via un marché de service si ce n'est pas un développement spécifique.

    Et dans le cadre d'un marché de service, la disparité de coût entre un développement spécifique et l'utilisation d'un logiciel libre rompt complètement le principe d'équité du CMP.

    Mon but n'est pas de dire qu'il ne faudrait pas favoriser les LL dans le cadre des marchés publics, je me réjouirais que ce soit possible, mais seulement qu'en l'état, ça me semble incompatible avec les principes définis dans le Code des Marchés Publics.
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 1.

    Le libre n'est pas une caractéristique technique, c'est une caractéristique de la licence, pas du produit.

    C'est typiquement ce qui est indiqué par « faire mention d'un mode ou procédé de fabrication particulier ou d'une provenance ou origine déterminée ».

    Ça n'a donc normalement rien à faire dans des spécifications techniques.
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 2.

    Cette notion n'existe pas dans le Code des Marchés Publics. L'acquisition d'un logiciel se fait via un marché de fourniture, un développement spécifique se fait via un marché de service.
    Les marchés publics de services sont des marchés publics autres que les marchés publics de travaux ou de fournitures portant sur la prestation de services visés à l'annexe II.

    Un marché public ayant pour objet à la fois des produits et des services visés à l'annexe II est considéré comme un «marché public de services» lorsque la valeur des services en question dépasse celle des produits incorporés dans le marché.

    Un marché public ayant pour objet des services visés à l'annexe II et ne comportant des activités visées à l'annexe I qu'à titre accessoire par rapport à l'objet principal du marché est considéré comme un marché public de services.

    http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entr(...)
  • # Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à -1.

    L'article dit qu'on peut exiger des logiciels libres dans un marché public lorsque c'est justifié, mais dans le code des marchés publics 2006¹ il est dit :
    Les spécifications techniques ne peuvent pas faire mention d'un mode ou procédé de fabrication particulier ou d'une provenance ou origine déterminée, ni faire référence à une marque, à un brevet ou à un type, dès lors qu'une telle mention ou référence aurait pour effet de favoriser ou d'éliminer certains opérateurs économiques ou certains produits.

    Ça me paraît quand même un peu contradictoire...

    Sans compter qu'il est également dit qu'on ne peut pas lancer un marché public concernant l'acquisition d'un logiciel libre, puisque les contrats sont conclus uniquement à titre onéreux. Comment pourrait-on alors exiger un logiciel libre ?

    En passant par un marché de service plutôt qu'un marché de fourniture ?

    Mais dans ce cas, ça écarte de fait les logiciels propriétaires puisque leur coût est généralement beaucoup plus élevé que celui des prestations associées, et que dès lors on ne peut pas les faire passer par des marchés de service. Ça me semble être en totale contradiction avec le principe d'équité du code des marchés publics.

    ¹ http://www.marche-public.fr/CMP-2006/Specifications-techniqu(...)
  • [^] # Re: "Chez Microsoft, ça sort quand c'est pas prêt"

    Posté par . En réponse à la dépêche Comparatif Vista / Linux pour les performances des jeux. Évalué à 2.

    Effectivement, tu as raison.

    Bon, comme j'aime pas avoir tort, il existait malgré tout des systèmes de fichiers journalisés avant l'apparition de NTFS (JFS en 1990, VxFS en 1991, AdvFS avant 1993), donc ce n'est ni une innovation des logiciels libres, ni une innovation de Microsoft.

    Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_file_systems
  • [^] # Re: "Chez Microsoft, ça sort quand c'est pas prêt"

    Posté par . En réponse à la dépêche Comparatif Vista / Linux pour les performances des jeux. Évalué à 3.

    Je demande qu'à te croire, tu as des sources vérifiables ?
  • [^] # Re: "Chez Microsoft, ça sort quand c'est pas prêt"

    Posté par . En réponse à la dépêche Comparatif Vista / Linux pour les performances des jeux. Évalué à 4.

    Mis à part ça, je vous rappelle que NTFS est un système de fichiers journalisé et qu'il est apparu en 1993. Alors pour les vraies innovations qui viennent du logiciel libre, ce n'est pas forcément faux, mais ce n'est pas non plus une généralité.

    Quitte à choisir un exemple, autant qu'il soit exact. NTFS est effectivement sorti en 1993, mais la fonctionnalité de journaling (Change Journal) n'est apparue qu'à la sortie de Windows 2000, le 17 février 2000.

    ReiserFS et ext3 sont apparus dans des versions stables respectivement les 14 octobre et 6 novembre 1999 et ont été intégrés au noyau en 2001 (2.4.1 et 2.4.16 resp.).

    Sources :
    http://www.microsoft.com/msj/0999/journal/journal.aspx
    http://en.wikipedia.org/wiki/Windows_2000
    http://lwn.net/1999/1111/kernel.php3
  • [^] # Re: vérif bidon

    Posté par . En réponse au message pilotes nvidia proprio Ça freeze :-(. Évalué à 2.

    Tu peux toujours essayer d'installer les drivers nVidia avec le script qu'ils fournissent plutôt qu'avec le paquet Suse. Normalement il fait le ménage correctement s'il y a des traces de Mesa quelque part.
  • [^] # Re: un autre disque de sauvetage

    Posté par . En réponse à la dépêche SystemRescueCD 0.3.1. Évalué à 3.

    On dirait que PING est à nouveau maintenu donc, chouette :). C'est vraiment un outil très pratique, merci.
  • [^] # Re: Ni choqué ni dérangé...

    Posté par . En réponse à la dépêche Revue de presse : Janvier 2007. Évalué à 5.

    Euh, debootstrap me ça veut pas dire ça chez moi, ça veut dire installe moi un système avec précaution dans un répertoire à part sans mettre en danger le reste de ma distribution et sans utiliser l'artillerie lourde (dpkg et apt). Faut pas confondre avec rm -fr / non plus...

    Voir : http://packages.debian.org/stable/admin/debootstrap
  • [^] # Re: ATI et NVIDIA ne sont pas innocents...

    Posté par . En réponse à la dépêche Analyse du coût de la protection de contenu de Windows Vista. Évalué à 3.

    Il existe une extension pour gérer les geometry shaders pour la dernière carte nVidia (EXT_geometry_shader4 supporté par les GeForce 8). J'ai lu qu'ATI et nVidia travaillaient sur une extension commune mais elle n'est pas encore intégrée à la norme OpenGL.
  • [^] # Re: Utilisation des applications sans 'installation'

    Posté par . En réponse à la dépêche Amélioration en vue pour l'installation de logiciel sur GNU/Linux.. Évalué à 2.

    Oui, il est évidemment libre et toujours maintenu. C'est icculus (http://icculus.org/ ) qui s'en charge, ils gèrent de nombreux autres projets libres et prennent également en charge le portage de jeux commerciaux.

    Voir : http://icculus.org/loki_setup/

    Comme je l'ai déjà dit, cette application est déjà utilisée par Google, nVidia, id Software, Epic, etc.
  • [^] # Re: Content de voir que ce projet abouti

    Posté par . En réponse à la dépêche Projet Open Graphics : 1ère étape terminée. Évalué à 6.

    « REnouveau runs OpenGL tests and monitors changes in the video card registers. In order to use REnouveau you must also be using a recent NVIDIA closed-source display driver. Using REnouveau is considered "clean-room" reverse engineering and is not in violation of NVIDIA's license. »

    Source : http://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=614&a(...)

    C'est du reverse engineering sur le pilote propriétaire, même s'ils considèrent que c'est du « clean-room reverse engineering » et que ça n'enfreint pas la licence de nVidia.

    Et effectivement, ils n'ont aucune connaissance du code du driver propriétaire, même pas par désassemblage mais ça reste du reverse engineering.
  • [^] # Re: Utilisation des applications sans 'installation'

    Posté par . En réponse à la dépêche Amélioration en vue pour l'installation de logiciel sur GNU/Linux.. Évalué à 2.

    Mais parfois, j'ai besoin d'avoir une version récente ou particulière d'une application et là notre méthode de distribution de logiciel n'offre pas cette flexibilité (ou si mais au experts).

    Dans ce cas, utilise Loki Setup, c'est exactement fait pour ça. Il y a un installeur graphique simple à utiliser, ça ne pourrit pas le système, ça supporte les patches, les mises à jour et la désinstallation et ça s'intègre avec les environnements Gnome et KDE. Qu'est ce qu'il te faut de plus ?
  • [^] # Re: performances

    Posté par . En réponse à la dépêche Projet Open Graphics : 1ère étape terminée. Évalué à 2.

    la dernière fois que j'ai testé ma mx400 ne le faisait pas pas plus que ma mx200 on a pas dis 30 fps en 640*480, on a dis en 1280*1024 hein.

    30 FPS en 640x480, ma TNT2 faisait déjà beaucoup mieux, alors une GeForce 2...

    Voir : http://www.tomshardware.com/2002/04/18/vga_charts_i/page4.ht(...)

    Quake 3 - 1024x768 - 32 bits :
    GeForce 2 Ultra : 135.5 FPS
    GF2 MX 400 32MB : 59.5 FPS
    TNT 2 : 22.7 FPS
  • [^] # Re: Content de voir que ce projet abouti

    Posté par . En réponse à la dépêche Projet Open Graphics : 1ère étape terminée. Évalué à 3.

    Tu veux dire un driver libre pour toutes les cartes NVidia, développé à partir des specs de ces carte... j'ai comme un doute (mais, ça m'intéresserait... pour celle qui est dans ma machine).

    Comme indiqué dans l'article, oui, ils veulent faire un driver pour toutes les cartes nVidia, de la NV03 (Riva 128) à la G80 (GeForce 8800 GTX) en passant par les QUADROs et le SLI et en supportant les architectures 64 bits, x86 et PPC.

    Pas à partir des specs par contre, vu qu'elles ne sont pas disponibles, mais en faisant du reverse-engineering sur le pilote propriétaire.

    Ils s'attendent évidemment à ce que le driver aient des performances nettement inférieures au driver propriétaire, mais il devrait être suffisant pour un usage « desktop ».

    Pour l'instant le driver 2D semble à peu près stable et ils arrivent à afficher des triangles sur les cartes NV40+ (GeForce 6200/6600/6800). Plutôt encourageant...

    mais y'a quand même comme un grand écart entre le support libre du hardware fermé de NVidia et le projet Open Graphics de hardware documenté.

    Il y a un grand écart encore plus grand entre les performances annoncées par ce nouveau GPU et celui des cartes nVidia. Tout dépend de ce que l'on recherche...
  • [^] # Re: Utilisation des applications sans 'installation'

    Posté par . En réponse à la dépêche Amélioration en vue pour l'installation de logiciel sur GNU/Linux.. Évalué à 4.

    Si tu prèfères, pourquoi les utilisateurs windows de Logiciel Libre sont mieux lotis que ceux qui sont sur GNU/Linux. Ils ont la version qu'ils désirent quand ils le désire,

    Ils l'ont parce qu'il n'y a pas de système de gestion de paquets sous Windows comme il en existe sous Linux. Dans Windows tout est installé n'importe où et n'importe comment, sans aucune cohérence, sans respect des autres logiciels installés et sans centralisation du code commun. Les systèmes de paquets sous Linux permettent d'unifier l'installation des logiciels, de garantir qu'il n'y aura pas de conflits entre les applications et de mutualiser l'utilisation de code commun.

    Si tu veux que tes utilisateurs puissent installer ton logiciel sous Linux de la même façon que sous Windows, utilise un outil adapté, comme les Loki tools. C'est ce que font les éditeurs qui distribuent des logiciels propriétaires sous Linux (id Software, Epic, nVidia, Google, etc.).

    Le système actuel n'est pas satisfaisant, ni pour les développeurs, ni pour les utilisateurs.

    Le système n'est pas satisfaisant pour toi, c'est une chose, mais ne généralise pas. Moi il me convient très bien en l'état et ça a l'air d'être le cas pour pas mal de gens ici si on lit les commentaires.
  • [^] # Re: ATI et NVIDIA ne sont pas innocents...

    Posté par . En réponse à la dépêche Analyse du coût de la protection de contenu de Windows Vista. Évalué à 2.

    parallax mapping: Je parlais de la capacité à le faire en 3d temps réel en OpenGL

    Effectivement le moteur de jeu de Blender le supporte, mais ce moteur est très limité par rapport aux librairies dédiées. Ça peut être pratique pour faire rapidement des petits jeux ou applications 3D interactives, mais pour des projets un poil plus ambitieux, autant utiliser quelque chose de plus adapté (OGRE 3D par exemple).

    Cela dit, avec les nouveaux développements en cours, Blender ne sera bientôt plus très loin des autres solutions pour la création de contenu 3D.

    Un package universel qui serait compatible avec les système de packetages spécifique de chaque distrib serait pas mal.

    À moins que les distributions ne fournissent exactement les mêmes versions de librairies, découpées exactement de la même manière, je vois pas comment ça pourrait être possible. Et dans ce cas ça voudrait dire qu'il n'y a plus besoin des différentes distributions existantes puisqu'elles auraient exactement la même structure.

    Pour des applications ponctuelles avec peu de dépendances et ne nécessitant pas de mises à jour fréquentes, je trouve qu'utiliser les Loki tools est plutôt bien adapté. Je ne vois pas ce qui te pose problème.
  • [^] # Re: Content de voir que ce projet abouti

    Posté par . En réponse à la dépêche Projet Open Graphics : 1ère étape terminée. Évalué à 5.

    Si j'ai bien compris, actuellement il n'y a que des anciennes cartes ATI et les chipsets Intel pour portables qui ont des drivers 3d libres de manière stable. Ça fait peu.

    Grâce au projet nouveau (http://nouveau.freedesktop.org/ ), on pourrait bien avoir un driver libre pour les cartes nVidia dans pas trop longtemps, ils visent l'automne 2007 pour avoir un driver utilisable (http://nouveau.freedesktop.org/wiki/NouveauCompanion_10 ).

    Voir aussi l'article « Nouveau: A First Look » :
    http://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=614&a(...)
  • [^] # Re: ATI et NVIDIA ne sont pas innocents...

    Posté par . En réponse à la dépêche Analyse du coût de la protection de contenu de Windows Vista. Évalué à 8.

    OpenGL est complétement dépassé niveau fonctionnalité par rapport à Direct3D

    Soit tu ne connais rien en 3D, soit tu as des informations que personne d'autre n'a, tu peux étayer tes affirmations ?
  • [^] # Re: ATI et NVIDIA ne sont pas innocents...

    Posté par . En réponse à la dépêche Analyse du coût de la protection de contenu de Windows Vista. Évalué à 2.

    Meme sous Blender on peut faire du parallax mapping, je vois pas ce qui retient de faire de beaux jeux ici et maintenant.

    Blender ne sait faire du normal mapping que depuis assez peu de temps, il ne gère pas encore le tangent space d'ailleurs (indispensable pour les modèles animés) et je ne suis pas sûr qu'il gère réellement le parallax mapping.

    Voir : http://www.blender3d.org/cms/Normal_Mapping.491.0.html

    Et puis il manque quelque chose d'essentiel pour pouvoir faire du normal mapping avec Blender, c'est le support multi UV pour les textures. Ça vient tout juste de faire son apparition dans la version 2.43 RC1 sortie il y a quelques jours, va falloir attendre un peu avant que ce soit utilisable.

    Il manque encore d'autres choses pour créer du contenu pour les jeux vidéos, notamment le support des lightmaps, c'est dans la 2.43 RC1 aussi mais c'est pas encore au niveau de ce qu'on trouve ailleurs, notamment pour la création auto des UV.

    Le problème de la distribution du jeu sous une forme compatible entre toutes les distribs et la jungle des versions de librairies me semble un problème plus important pour les éditeurs de jeu qui ne veulent pas assumer un support technique trop important (et je les comprends).

    Il y a pas mal de jeux commerciaux qui sont déjà sortis sous Linux, ils utilisent quasiment tous Loki Setup et je n'ai jamais vu de plaintes à ce sujet. Tu as des liens qui indiqueraient que ça leur pose un problème ?

    Le problème de la jungle des versions de librairies n'en est pas un puisqu'ils fournissent tous des librairies statiques packagées dans leurs installeurs.
  • [^] # Re: Clonage et Windows XP

    Posté par . En réponse à la dépêche SystemRescueCD 0.3.1. Évalué à 4.

    Sysprep ça sert quand tu veux déployer plusieurs machines avec le même CD, mais personnaliser ensuite chaque machine après le ghost. Voir : http://en.wikipedia.org/wiki/Sysprep

    La sauvegarde du BIOS, c'est pour s'assurer que chaque machine à déployer sera configurée de la même manière, par exemple pour mettre automatiquement un mot de passe par défaut identique sur toutes les machines.
  • [^] # Re: Clonage et Windows XP

    Posté par . En réponse à la dépêche SystemRescueCD 0.3.1. Évalué à 4.

    Oui, tu peux le faire en utilisant le live CD PING (http://ping.windowsdream.com/ ) qui inclut partimage, cmospwd (pour sauver le BIOS) et une petite interface texte pour ghoster simplement. On n'a rencontré aucun problème de « protection de XP » avec, peut-être que tu n'avais pas fait de sysprep. J'avais essayé SysRescueCD avant mais il était beaucoup moins pratique pour ce qu'on avait à faire.

    Le problème c'est que PING n'est plus maintenu et que la version du noyau qu'il propose est trop ancienne pour certains matériels (cartes réseaux et disques SATA récents). Je l'ai re-masterisé avec RIP (cité plus haut), mais il n'est plus maintenu lui non plus.

    Concernant les problèmes avec MS Windows, on n'en a rencontré que deux de bloquants, les disques SATA pour lesquels il faut modifier le mode d'accès dans le BIOS (mode combination ou compatible) et Windows Media Player 11 qui empêche de booter la machine. Suffit de pas l'installer...