Frédéric Lopez a écrit 760 commentaires

  • [^] # Re: Pour qui ?

    Posté par . En réponse à la dépêche AMD/ATI va libérer ses pilotes. Évalué à 9.

    mais les moteurs peuvent en général être passés en OpenGL facilement

    Cette affirmation me paraît bien péremptoire, surtout pour quelqu'un qui connaît OGRE.

    Reste qu'il n'y a encore aucun équivalent libre à DirectX qui soit suffisemment sérieux pour ses fonctionnalités supplémentaires : le support joystick, la gestion directe de la souris (pas en mouse grab, une vraie interface qui prend les souris haute résolution).

    OIS (Open Input System) : http://sourceforge.net/projects/wgois/

    Je suis surpris que tu ne la cites pas, c'est la librairie utilisée par défaut par OGRE depuis la version 1.4 pour la gestion des périphériques d'entrée.

    Et le premier qui me répond SDL, je suis au regret de l'informer que c'est hélas insuffisant et un peu mort comme projet

    SDL est tout sauf mort, y a qu'à lire l'interview récente de Ryan "icculus" Gordon sur LinuxGames : http://www.linuxgames.com/?dataloc=articles/icculus/

    C'est le mec derrière le portage de Unreal Tournament 2003, America's Army, Descent 3, Serious Sam et Google Earth sous Linux, bref, un mec qui sait « un peu » de quoi il parle.

    Morceaux choisis :

    SDL is moving towards the new 1.3 API

    It's already the defacto standard for game development on Linux, and the next version more or less removes all the current limitations.

    I don't see it going away. Very few game titles, commercial or open source, use anything but SDL on Linux, and I don't see this changing for a long time.

    Everything will be using it [OpenGL] sooner than later, even things that don't know they are, much like how Quartz turned out on the Mac. Even SDL hides OpenGL behind the basic 2D video interfaces in the next major version.

    Attendez-vous à voir de plus en plus de jeux écrits en C# ces prochaines années.

    Euh, t'en connais beaucoup des jeux écrits en C# ? Des vrais hein, pas des freewares/sharewares écrits dans un garage. Parce qu'on disait la même chose de Java il y a quelques années, et on attend toujours...
  • [^] # Re: Pour qui ?

    Posté par . En réponse à la dépêche AMD/ATI va libérer ses pilotes. Évalué à 10.

    Vous pouvez continuer à moinsser pasBill pasGates et à le contredire sans arrêt, mais ça ne changera rien au fait qu'il a parfaitement raison.

    C'est pourtant simple à vérifier, il suffit d'aller sur le site d'OpenGL et de lire la news qui fait la une depuis un mois : Windows Vista and OpenGL-the Facts.

    http://www.opengl.org/pipeline/article/vol003_9/
  • [^] # Re: Pour qui ?

    Posté par . En réponse à la dépêche AMD/ATI va libérer ses pilotes. Évalué à 7.

    Id software qui abandonne l'openGL, ça veux dire plus aucun jeux quake et autre pour linux a terme...

    id Software n'abandonne pas OpenGL et le Unreal Engine 3 supporte Linux, ça a déjà été dit plus bas...

    D'autre part l'openGL enterré, je parle de ce qui est arrivé avec vista et leur blocage en version 1.4 de l'openGL.

    OpenGL and Windows Vista™ : http://www.opengl.org/pipeline/article/vol003_7/
    Just like Windows XP, Windows Vista does not contain an OpenGL ICD "in the box." End users will need to install drivers from OEMs or video hardware manufacturers in order to access native hardware-accelerated OpenGL.

    Windows Vista and OpenGL-the Facts : http://www.opengl.org/pipeline/article/vol003_9/
    1. Windows Vista fully supports hardware accelerated OpenGL;
    2. OpenGL applications can benefit from Windows Vista's improved graphics resource management;
    3. OpenGL performance on Windows Vista is extremely competitive with the performance on Windows XP.
  • [^] # Re: Roadmap 2.44...

    Posté par . En réponse à la dépêche Blender 2.44 déjà disponible. Évalué à 3.

    Qu'est ce donc 'object-to-object normal baking' ?

    Visuellement, ça donne à peu près ça :
    http://image.com.com/gamespot/images/2003/news/02/18/fa_scre(...)

    Sinon, l'appellation n'est pas de moi, c'est ce qui est écrit sur la roadmap de Blender. Ça s'appelle le polyBUMP chez Crytek (Far Cry) ou le distributed computing normal map generation chez Epic (Unreal Engine 3). Voir : http://www.unrealtechnology.com/html/technology/ue30.shtml

    Je trouve l'appelation trouvée par les développeurs de Blender un peu plus explicite.
  • [^] # Re: Pour qui ?

    Posté par . En réponse à la dépêche AMD/ATI va libérer ses pilotes. Évalué à 0.

    Dernier point, ils nous ont en plus enterré l'openGL grâce au maintient du monopole, ce qui veux dire pas de jeux pour linux avant des années

    OpenGL a été enterré ? Comment, par qui ? Et pourquoi il n'y aura pas de jeux Linux avant des années ?
  • [^] # Re: Blender vs Maya, 3Ds Max

    Posté par . En réponse à la dépêche Blender 2.44 déjà disponible. Évalué à 7.

    Tout dépend de ce que l'on recherche, mais il en reste encore quelques-unes :
    http://wiki.cgsociety.org/index.php/Comparison_of_3d_tools

    Ce tableau n'est pas forcément exact ni très complet, mais ça donne une bonne approche pour les fonctionnalités les plus courantes dans les modeleurs 3D.
  • # Roadmap 2.44...

    Posté par . En réponse à la dépêche Blender 2.44 déjà disponible. Évalué à 2.

    Au regard des fonctionnalités attendues dans Blender 2.50, et de celles obtenues pour la 2.43, personne n'attendait grand chose d'exceptionnel de la part de Blender 2.44. Pour notre grand plaisir, ces gens se trompaient ! ;-)

    Euh, la roadmap¹ pour la 2.44 était quand même très alléchante et vu le travail fait sur la 2.43, je me disais qu'ils allaient peut-être réussir à tout intégrer, notamment le object-to-object normal baking.

    À mon avis c'est l'un des derniers points qui manque pour faire de Blender une solution complète de création de contenu pour les jeux video concurrentielle avec les logiciels propriétaires.

    Il n'en reste pas moins qu'ils ont encore fait un excellent boulot pour cette release, mais maintenant il va falloir attendre plus de 6 mois (octobre/novembre au mieux¹) avant la sortie de la 2.50...

    ¹ http://www.blender.org/development/current-projects/changes-(...)
  • [^] # Re: Usabilité de Blender

    Posté par . En réponse à la dépêche Blender 2.44 déjà disponible. Évalué à 3.

    Perso j'ai fais du mapping sur WorldCraft (half-life) sans trop de problémes, et je n'ai du tout retrouver mes repéres sur blender... dommage...

    Hammer (anciennement WorldCraft) est un éditeur de scènes BSP, ça n'a pas grand chose à voir avec un modeleur 3D comme Blender. Logique que tu ne retrouves pas tes repères, ce serait la même chose avec la plupart des modeleurs 3D.
  • [^] # Re: Des binaires ?!

    Posté par . En réponse à la dépêche Des jeux pour GNU/Linux. Évalué à 1.

    J'ai du mal à te suivre, dans ton premier message tu disais que tu avais réussi à compiler OGRE et maintenant tu dis que non.

    En attendant, les paquets pour OIS et FreeImage sont arrivés dans Debian, ça peut aider à compiler OGRE plus facilement en attendant qu'il soit disponible en paquet.
  • # Munin

    Posté par . En réponse au message monitoring pour serveur dedie / web. Évalué à 2.

  • [^] # Re: Des binaires ?!

    Posté par . En réponse à la dépêche Des jeux pour GNU/Linux. Évalué à 3.

    J'essaye de compiler le truc sous Debian, il faut Ogre, qui n'est pas packagé sous Debian, je vais sur le site de Ogre, il y a des binaires... pour windows, mac osx etc, et rien pour linux.

    Une ancienne version de OGRE est disponible pour Debian (1.0.6), la dernière version est en cours de packaging (1.4).

    > Version 1.4.1 is availble of libogre at http://www.ogre3d.org/
    > Please could you package that?

    We're working on it. libois and libfreeimage should enter debian shortly
    and ogre will follow.


    http://bugs.debian.org/cgi-bin/bugreport.cgi?bug=423331
  • # Mes bookmarks sur le sujet...

    Posté par . En réponse au message Vision par ordianteur : API. Évalué à 3.

    VXL (C++) : http://vxl.sourceforge.net/
    OpenCV (C++) : http://www.intel.com/technology/computing/opencv/index.htm
    Animal (C) : http://sourceforge.net/projects/animal
    Gandalf (C) : http://gandalf-library.sourceforge.net/
    LTI-Lib (C++) : http://ltilib.sourceforge.net/doc/homepage/index.shtml
    RAVL (C++) : http://ravl.sourceforge.net/

    Pour le tracking de zones, il y a pas mal d'algorithmes de détection qui donnent de bons résultats. Voir :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Feature_detection

    Cette page présente des algorithmes spécialisés selon le type de zone à détecter (blobs, coins/points, lignes, etc.). Dans ton cas, si les zones sont de petite taille (proche du point), la détection de points/coins serait adaptée, sinon s'orienter vers la détection de blobs (assez similaire néanmoins, mais je ne sais pas si c'est aussi rapide et répétable).

    Désolé par contre, c'est tout en anglais...

    Le détecteur Harris est sans doute le plus connu et l'un des plus réputés (répétable, stable aux changements de luminosité, rotation, échelle dans certaines de ses évolutions), il est implémenté dans la plupart des librairies de vision par ordinateur. Dans les très bons, il y a aussi SIFT (utilisé par autostich par exemple) et Susan.

    Sinon, l'algorithme FAST (http://svr-www.eng.cam.ac.uk/~er258/work/fast.html ) est très simple à mettre en oeuvre et est à ma connaissance le seul qui permette de faire du vrai temps-réel (7 ms par frame NTSC sur un PC standard), mais il travaille surtout sur des coins ou des zones circulaires de petite taille.

    Si tu veux rentrer plus dans le détail, je te conseille ce moteur de recherche sur les publications scientifiques : http://citeseer.ist.psu.edu/
    J'ai trouvé un paquet de papiers intéressants sur la vision par ordinateur dessus.
  • [^] # Re: marrant

    Posté par . En réponse à la dépêche 300, La vie des autres et Sunshine. Évalué à 2.

    http://www.linternaute.com/histoire/magazine/dossier/06/gaul(...)

    Savon :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Savon

    Pantalon (braies) :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pantalon_(v%C3%AAtement)

    Moissonneuse (vallus) :
    http://www.mediterranees.net/civilisation/Rich/Articles/Arme(...)

    Tonneau :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tonneau_%28r%C3%A9cipient%29

    Cotte de maille :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cotte_de_mailles

    Certaines de ces inventions semblent avoir été communes à plusieurs cultures (germaniques, chinoises, syriennes, etc.), mais ce qui est intéressant, c'est qu'on pense généralement que les gaulois ont été « civilisés » par les romains, alors qu'il s'agit plus d'un mélange de culture.
  • [^] # Re: marrant

    Posté par . En réponse à la dépêche 300, La vie des autres et Sunshine. Évalué à 3.

    Sur les gaulois, je n'ai jamais étudié leur histoire, mais mon avis complétement subjectif et sans intérêt et à ne pas répéter, c'est que c'étaient des gros barbares pas très cultivés. Maintenant je serais ravi d'apprendre le contraire.

    Ben ces gros barbares pas très cultivé ont quand même inventé le savon, le pantalon, la moissonneuse, le tonneau et la cotte de mailles par exemple.
  • [^] # Re: Ben

    Posté par . En réponse au message Quelle meta distribution utiliser ?. Évalué à 2.

  • [^] # Re: OpenOffice.org copie de MS Office

    Posté par . En réponse à la dépêche Une émission de télé sur les logiciels libres. Évalué à 3.

    Hem, il y a un petit oubli dans dans votre script, « c'était » devrait être remplacé par « ct ». Sinon bravo, beau boulot :)
  • [^] # Re: ouai...

    Posté par . En réponse au message Equivalent à Google Calendar ?. Évalué à 1.

    J'ai retrouvé le lien :
    http://www.phenix.gapi.fr/
  • # Exemple en C

    Posté par . En réponse au message création d'un tableau de donnée?. Évalué à 2.

    #include <stdio.h>
    
    int main(int argc, char *argv[])
    {
    	const int nb_points = 7;
    	float point[nb_points][2];
    	int i = 0;
    
    	/* initialisation des coordonnées du premier point */
    	point[0][0] = 10.5f; // abcisse
    	point[0][1] = 3.2f; // ordonnée
    
    	/* calcul des coordonnées des points suivants */
    	for (i = 1 ; i < nb_points ; i++)
    	{
    		/* formule de calcul */
    		point[i][0] = point[i-1][0] + 1.7f;
    		point[i][1] = point[i-1][1] - 2.4f;
    	}
    
    	/* affichage des coordonnées des points */
    	for (i = 0 ; i < nb_points ; i++)
    	{
    		printf("Point %d : x = %f, y = %f\n", i, point[i][0], point[i][1]);
    	}
    
    	return 0;
    }
  • # Disponible en ligne

    Posté par . En réponse au message Donne livre "Jeux d'arcade en C". Évalué à 1.

    Il est aussi disponible en ligne à cette adresse, mais en anglais :
    http://www.fastgraph.com/makegames/sidescroller/

    Sinon, si vous avez un peu d'argent à dépenser et que vous lisez l'anglais, je conseillerais plutôt « Programming Game AI by Example » de Mat Buckland ou « Game Coding Complete » de Mike McShaffry.
  • [^] # Re: Peur de radoter ...

    Posté par . En réponse à la dépêche RGI : Parution du décret au journal officiel. Évalué à 4.

    C'est pas en étant aggressif que tu assoieras mieux ton propos, même si tu as parfaitement raison dans le cas présent. Tu devrais le savoir depuis le temps...
  • [^] # Re: ouai...

    Posté par . En réponse au message Equivalent à Google Calendar ?. Évalué à 2.

    http://www.zimbra.com/ - il y a une version open source
    http://cosmo.osafoundation.org/ - contient Scooby, un calendrier Web
    http://www.monket.net/wiki/monket-calendar/
    http://www.citadel.org/doku.php - contient WebCit, un calendrier Web
    http://chronoss.sourceforge.net/

    Il y en a qui s'appelle phoenix et qui était très sympa, mais je ne le retrouve plus, il a du changer de nom... :/
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 1.

    Il peut avoir envie (le pouvoir adjudicateur) de laisser les autres se demerder avec les compilations sur les differentes plates formes, differents OS, parce que les entité publique "clientes" ont besoin de l'adapter.

    Dans ce cas, il suffit de demander que le code source soit accessible et modifiable par le pouvoir adjudicateur et les autres entités pour lesquelles il agit. Il n'est pas nécessaire qu'il soit redistribuable à quiconque.

    Mettons, on decide de commander des vetements aux couleurs de la ville... d'un coup, sa exclue de l'appel d'offre les boites qui ne font pas des couleurs sur mesure... c'est un peu comme sa que je le voit, une boite decide de ne faire que du logiciel proprietaire, ben elle assume.

    Ça, c'est du fonctionnel, c'est comme d'exiger un graphisme conforme à la charte graphique d'une ville pour un portail par exemple.

    En fait demander un LL (et plus particulierement si on reclame de pouvoir redistribuer sous la licence qu'on veux) permet d'acheter et d'être "maitre" d'un logiciel , alors qu'un logiciel proprietaire ne donne que le droit d'utilisation.

    Il n'y a pas besoin d'une licence libre pour être maître du logiciel, il suffit d'avoir accès aux sources et d'avoir le droit de les modifier.
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 0.

    Au passage pour le besoin il suffit que l'organisme adjudicateur ait un role de soutien vis à vis d'autres entités publiques pour que le besoin de pouvoir rediffuser une version modifiée prenne tout son sens

    En quoi ça justifie de pouvoir redistribuer les sources ? Si le pouvoir adjudicateur a un rôle de soutien, il n'a pas besoin de distribuer autre chose que le produit fini, dans ce cas les binaires. Même si lui-même a accès aux sources.

    l'idée fondamentale étant d'éviter les bidouillages de clauses techniques pour "favoriser les copains" hors dans le cas des logiciels libres de telles exigences n'entrent pas dans la catégorie des manoeuvres de favoritisme mais permettent de servir l'intérêt supérieur de l'organisme adjudicateur et à travers lui l'intérêt supérieur du service public.

    Exiger un logiciel libre vise clairement à « favoriser les copains », c'est un choix politique. Ça exclue de fait les « pas copains », les logiciels propriétaires.

    Je suis évidemment d'accord avec le fait que l'exigence d'une licence libre favorise « l'intérêt supérieur du service public », mais ça me paraît être en contradiction avec le Code des Marchés Publics.

    hors en termes d'exigences fonctionnelles, en particulier pour les organismes de soutien, la possibilité d'accéder aux sources, des les customiser et de les distribuer relève clairement du besoin fonctionnel.

    Exiger la disponibilité des sources et la possibilité de les modifier pour ses besoins internes peut effectivement ressortir d'un besoin fonctionnel (maîtrise, indépendance, pérennité), mais les redistribuer, ça se justifie comment ?

    Troisièmement une spécification de licence ne présume (je me répète mais visiblement c'est nécessaire) ni de l'origine (n'importe qui peut répondre) ni d'un mode ou d'un procédé de production particulier... et ça ne télescope pas le principe de concurence

    Si, ça télescope le principe de concurrence en excluant les logiciels propriétaires. Quand je vois que l'Europe interdit de spécifier des marques ou fréquences de microprocesseurs, je me demande ce que ça donnerait pour des logiciels libres.

    si un vendeur refuse de releaser sous GPL un de ses softs pour répondre à un marché public exigeant la GPL ça n'est pas qu'il *peut* pas... c'est qu'il *choisit* de ne pas le faire.

    S'il s'appuie sur des briques non libres, il ne peut pas. C'est le cas de nvidia pour ses pilotes par exemple (enfin c'est ce qu'ils disent en tout cas). Sans compter que je ne vois pas sur quel modèle économique une entreprise qui faisait des logiciels propriétaires pourrait survivre en fournissant ses logiciels sous licence libre.

    Quatrièmement la notion de licence applicable relève des clauses particulières et à ce titre peut figurer sans souci dans les exigences d'un marché public (confer les guide ci dessous)

    Ce guide (que j'avais déjà lu) ne dit rien à propos de la licence qui relèverait des clauses particulières et qui pourrait figurer sans souci dans les exigences d'un marché public.

    Bon, on va pas passer 107 ans a épiloguer sur le sujet, je pense qu'en l'état le Code des Marchés Publics ne permet pas d'exiger des logiciels libres, tu penses le contraire. On n'est clairement pas d'accord et je ne vois pas comment nos points de vue pourraient se concilier.

    Je serais quand même curieux de voir ce que donnerait un appel d'offre d'un montant significatif pour l'acquisition d'un logiciel libre dans un créneau ou de gros acteurs propriétaires sont présents.

    Les entreprises n'hésitent pas à utiliser tous les textes disponibles² pour chercher à casser des attributions de marchés publics, donc je ne serais pas étonné qu'un procès soit intenté par l'acteur majoritaire sur le marché.

    En attendant, comme le dit Alain Lambert¹ (ancien ministre du Budget, sénateur, conseiller général), « le délit de favoritisme tétanise tellement les agents et les élus qu'ils préfèrent mal acheter que s'exposer au pénal ».

    ¹ http://www.alain-lambert-blog.org/index.php?2006/08/06/612-n(...)
    ² http://www.achatpublic.com/news/Extraits/InfoduJour/AchatPub(...)
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 1.

    Effectivement, ma citation n'indiquait pas spécifiquement que les achats de logiciel étaient différents des développements spécifiques en ce qui concerne les marchés publics, même si ça tombe sous le sens vu la formulation des textes (prestation de service vs achat de produit).

    http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entr(...)
    Le CCAG Prestations Intellectuelles est utilisé pour les marchés comportant une part importante de matière grise par exemple :
    - lorsque le montant des études de logiciels spécifiques dépasse le montant des matériels
    - pour la création de logiciels spécifiques ou d'interfaces avec un progiciel
    - pour de la formation « sur mesure »,
    - pour des études (conseils, études d’opportunité, études de systèmes informatiques ou bureautiques, schémas directeurs, …).

    http://www.marche-public.fr/Marches-publics/Definitions/Entr(...)
    Le CCAG Fournitures Courantes et Services concerne les marchés de fournitures et des services courants.
    Il est généralement utilisé pour les marchés informatiques comportant de la fourniture de logiciels, de progiciels, de matériels, de réseaux ainsi que des prestations de formation, d'assistance, de maintenance, …

    Les termes utilisés dans les CCAGs (cahiers des clauses administratives générales) sont différents de ceux du Code des Marchés Publics 2006, mais la distinction entre développement spécifique et achat de logiciel existe bel et bien. Il faut dire que les CCAG datent des années soixante-dix, ils sont d'ailleurs actuellement en cours de refonte.

    Il est possible de consulter les sites des acheteurs publics (collectivités locales et territoriales, administrations) et les plates-formes de marchés publics sur le Web pour constater que cette distinction est bien respectée.
  • [^] # Re: Ça me laisse perplexe...

    Posté par . En réponse à la dépêche Insécurité juridique : On a le droit d'exiger du logiciel libre dans les marchés publics. Évalué à 2.

    Je n'y connais rien en marché public, mais on ne peut pas reclamer un produit avec ses sources et le droit de le modifier distribuer et l'utiliser comme on l'entend ?

    Si, mais seulement dans le cadre des besoins du pouvoir adjudicateur (une commune par exemple). Et je ne vois pas en quoi le fait de pouvoir redistribuer le code est nécessaire à ses besoins.

    lorsqu'un client veut du logiciel libre, il ne s'interresse pas à la facon dont le logiciel à été ecrit ni d'où il vient mais de ce qu'il peut faire avec...

    C'est clair, mais ce que je veux montrer, c'est qu'exiger un logiciel libre dans le cadre d'un marché public n'est pas un critère technique. Autant rien n'empêche d'utiliser des logiciels libres sans passer par un marché public - ce qui se pratique déjà couramment - autant exiger un logiciel libre dans un marché public me semble être un choix politique et non technique, ce qui est contraire au Code des Marchés Publics.

    Pour illustrer l'aspect contraignant du Code des Marchés Publics, il est par exemple interdit de citer des marques et des fréquences de microprocesseur dans les spécifications techniques de matériel informatique.

    La Communauté Européenne a notamment engagé une procédure d'infraction contre l'Espagne sur ce point en 2006, en disant que c'était discriminatoire et incompatible avec les directives européennes.