Pierre86 a écrit 10 commentaires

  • # Très intéressant !

    Posté par  . En réponse au journal Letlang, encore un nouveau langage de programmation. Évalué à 1 (+1/-0).

    Félicitations pour ce travail !

    Je n'ai pas les compétences pour juger, mais c'est en tout cas particulièrement intéressant à lire.

    Pour information, à combien estimes-tu le temps passé jusqu'ici sur la spécification du langage ?

  • [^] # Re: Question bête…

    Posté par  . En réponse à la dépêche Haiku embauche un développeur à (presque) plein temps. Évalué à 1.

    Pour info, je rencontre exactement le même problème sur mon PC au boulot, sous… Windows 10 :)

  • [^] # Re: Responsabilité politique

    Posté par  . En réponse au lien Cinq ministres français poursuivis pour inaction climatique - reporterre. Évalué à 1.

    Désolé de ne reprendre ce fil que tardivement, ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe…

    Une sanction pénale, ça implique tout de même de démontrer une faute personnelle de la personne concernée. Or, je ne vois pas en quoi on pourrait trouver une responsabilité personnelle des personnes mises en cause ici (mais je reconnais bien évidemment que je peux me tromper).

    On s'en fout. Ton avis, mon avis n'ont aucune importance. Il va y avoir une instruction et des personnes qui sont compétentes pour juger pourront affirmer ou infirmer. Ce n'est pas contre toi, mais ce principe générale de croire que son avis prévaut sur une décision de justice ("il n'y a pas à avoir un procès puisque je pense qu'il n'y en a pas besoin" ou dans l'autre sens "pourquoi est-ce qu'on acquitte X alors que le fait pour le quel il est jugé est horrible") me semble être problématique. Si une affaire est en cours c'est qu'elle a était jugée recevable quelque soit ce que tu vois ou pas.

    Je me suis sûrement mal exprimé, mais je n'entends pas faire prévaloir mon avis sur une quelconque décision de justice.

    Je suis d'accord avec toi sur le principe que seule la justice est compétente pour déterminer si une personne est coupable ou non.

    J'y mettrais toutefois un bémol ; en effet, s'il est sain que toute personne puisse être poursuivie en justice et, le cas échéant, relaxée ou condamnée, il convient de rappeler que faire l'objet de poursuites judiciaires n'est jamais anodin : impact psychologique qui peut être important pour la personne poursuivie, des potentielles procédures qui ne sont agréables pour aucun citoyen, quel qu'il soit (gardes à vue, perquisitions au domicile, etc.).

    De sorte qu'à mon sens, s'il appartient à la justice de se prononcer, la saisine de celle-ci ne doit pas non plus être effectuée à la légère.

    Que la responsabilité pénale de nos dirigeants politiques puisse être recherchée sur des sujets déconnectés de choix politiques (au hasard financements occultes, enrichissement personnel, et tous délits ou crimes « de droit commun ») me semble normal ; en revanche, des sujets comme la lutte contre le réchauffement climatique, qui relèvent à mon sens de choix de société, doivent rester de l'ordre du politique.

    Pourtant ce n'est pas une première. Je gagne un point godwin si je cite les politiques que tout le monde connais et qui rentrent parfaitement dans cette définition, mais ce ne sont que des exemples.

    Je comprends le sens de ta remarque, mais les deux situations ne me semblent pas comparables : sans remettre en cause l'importance de la situation climatique, nous avons d'un côté des personnes auxquelles on reproche des actes de crimes de masse (notamment), et de l'autre des personnes auxquelles on reproche l'absence d'action.

    C'est à mon avis du même ordre que les actions pénales engagées contre certains membres du gouvernement français sur la gestion de la pandémie du Covid : quels que soient les choix qui auraient pu être faits (confinement plus strict, ou au contraire refus de tout confinement par exemple), il aurait fallu (et il a fallu) faire face à des conséquences importantes et réellement dramatiques ; seulement, les personnes impactées n'auraient peut-être pas été les mêmes. Si on accepte que la responsabilité pénale soit engagée sur ce type de sujet, la responsabilité pénale de nos dirigeants pourrait être engagée dans toutes les hypothèses. Je pense pour ma part que ce type de choix est un choix politique, et qu'il doit donc être sanctionné sur le terrain politique.

    Pourtant ils ont un certains nombre de devoir quant à leurs fonctions en particulier de protection de l’État et de leur concitoyens. C'est quelque chose qui leur est opposable depuis longtemps qu'ils aient un intérêt personnel ou que ce soit une vision politique. L'intérêt personnel n'étant qu'une circonstance aggravante.

    Mais je ne remets pas en cause l'importance de leurs fonctions ou de leurs décisions. Seulement, pour reprendre l'exemple du Covid-19 : il me semble difficilement contestable que la situation imposait de placer le curseur entre le zéro risque sanitaire (par exemple, par un confinement strict) au risque de mettre à terre l'économie, et l'absence totale de restriction sanitaire pour préserver l'économie (présentation toute théorique, je te l'accorde). Quel que soit l'endroit où nos gouvernants placent le curseur, leurs décisions ont eu (ou auraient eu) des conséquences graves. En toutes situations, des actions en justice auraient donc pu être engagées contre ces gouvernants.

    Je pense pour ma part que ce type de choix est un choix politique, et qu'il doit donc être sanctionné sur le terrain politique.

    Tu ne peux pas sanctuariser le terrain politique. Particulièrement quand on parle de la mort de plus de 100k citoyens. Pour un autre exemple, quand un président se lance dans une guerre en Irak sur la seule base de preuves totalement inventées par les services de renseignements ça ne me choc pas que l'on aille au judiciaire pour le juger.

    Moi non plus. Mais ce n'est pas contre la déclaration de guerre en tant que telle qu'une action en justice serait alors engagée (pour ce qui est de la France, je crois qu'une telle décision relève de la compétence du Président de la République selon la Constitution, et qu'elle est encadrée par une procédure particulière), mais au motif que des documents aient pu être falsifiés (ce n'est pas un choix politique, mais une infraction).

    Pour terminer, j'ai du mal à imaginer les limites d'une telle judiciarisation : si par exemple je considère que le gouvernement ne fait pas suffisamment sur la recherche contre le cancer, en n'allouant pas suffisamment de budget à cette dernière, serais-je légitime à engager la responsabilité pénale de mes dirigeants ?

    Je ne vois pas de texte qui pourrait baser ton propos en tout cas pas celui qui est utilisé ici.

    Le même fondement que celui utilisé par certaines actions dans le cadre du Covid-19 il me semble : mise en danger de la vie d'autrui.

    Dans le même ordre d'idée, on pourrait prendre l'exemple de la sécurité routière : les victimes d'accidents de la route (ou leurs familles) pourraient agir en justice contre nos dirigeants pour ne pas faire suffisamment pour la sécurité routière (c'est peut-être d'ailleurs le cas, je n'en sais rien). En effet, d'un point de vue matériel, on pourrait assez facilement réduire encore assez drastiquement le nombre de blessés et de morts sur nos routes : limitations de vitesse plus strictes, contrôles de vitesse et d'alcoolémie beaucoup plus fréquents, amélioration substantielle de la qualité de nos routes, etc. La réalité, c'est qu'il s'agit de choix de politiques publiques, de choix entre les moyens alloués et un objectif que l'on se fixe. Ces décisions ont des conséquences éminemment importantes (on parle de vies humaines), mais elles restent pourtant du domaine du politique.

  • [^] # Re: Responsabilité politique

    Posté par  . En réponse au lien Cinq ministres français poursuivis pour inaction climatique - reporterre. Évalué à 4.

    Une sanction pénale, ça implique tout de même de démontrer une faute personnelle de la personne concernée. Or, je ne vois pas en quoi on pourrait trouver une responsabilité personnelle des personnes mises en cause ici (mais je reconnais bien évidemment que je peux me tromper).

    Que la responsabilité pénale de nos dirigeants politiques puisse être recherchée sur des sujets déconnectés de choix politiques (au hasard financements occultes, enrichissement personnel, et tous délits ou crimes « de droit commun ») me semble normal ; en revanche, des sujets comme la lutte contre le réchauffement climatique, qui relèvent à mon sens de choix de société, doivent rester de l'ordre du politique.

    C'est à mon avis du même ordre que les actions pénales engagées contre certains membres du gouvernement français sur la gestion de la pandémie du Covid : quels que soient les choix qui auraient pu être faits (confinement plus strict, ou au contraire refus de tout confinement par exemple), il aurait fallu (et il a fallu) faire face à des conséquences importantes et réellement dramatiques ; seulement, les personnes impactées n'auraient peut-être pas été les mêmes. Si on accepte que la responsabilité pénale soit engagée sur ce type de sujet, la responsabilité pénale de nos dirigeants pourrait être engagée dans toutes les hypothèses. Je pense pour ma part que ce type de choix est un choix politique, et qu'il doit donc être sanctionné sur le terrain politique.

    Tu as raison des textes ont été signés, mais par l'État, pas par ses dirigeants personnes physiques. C'est donc la responsabilité de l'État qui peut être engagée (et elle l'est).

    Pour terminer, j'ai du mal à imaginer les limites d'une telle judiciarisation : si par exemple je considère que le gouvernement ne fait pas suffisamment sur la recherche contre le cancer, en n'allouant pas suffisamment de budget à cette dernière, serais-je légitime à engager la responsabilité pénale de mes dirigeants ?

  • # Responsabilité politique

    Posté par  . En réponse au lien Cinq ministres français poursuivis pour inaction climatique - reporterre. Évalué à 6.

    Nous sommes ici, à mon avis, clairement dans une dérive : sur ce type de question qui relève du champ politique, la responsabilité de ces personnes, si elle doit être recherchée, doit l'être sur le terrain politique (et donc via les urnes), et non sur le terrain pénal.

    Mais c'est tellement plus confortable de se convaincre que moi, citoyen, je ne suis responsable de rien, mais qu'il s'agit de la responsabilité personnelle de mes dirigeants.

    Bizarrement, quelles que soient les personnes au pouvoir, les problèmes semblent rester globalement les mêmes (même s'il y a clairement une évolution sur le sujet), c'est peut-être un indice que ce n'est pas un problème de responsabilité personnelle des dirigeants, mais au contraire une responsabilité collective…

  • # Merci pour le partage !

    Posté par  . En réponse à la dépêche HappySchool, logiciel de gestion scolaire. Évalué à 3.

    Par pur curiosité et pour être sûr de bien comprendre, l'application est uniquement destinée à une gestion interne et n'est donc pas ouverte aux élèves / parents d'élèves ?

  • [^] # Re: Démocratie

    Posté par  . En réponse à la dépêche Le procès de Julian Assange, commencé le 7 septembre 2020 est toujours en cours. Évalué à 3.

    Évidemment, il est tout à fait normal, et souhaitable, que l'on s'interroge en permanence sur l'état et l'évolution de nos libertés, ça me semble plutôt sain.

    Mais laisser penser que la situation actuelle, en France, serait comparable à celle qui peut exister en Chine, ça décrédibilise à mon avis totalement le propos de ceux qui peuvent soutenir, à tort ou à raison, que l'état de nos libertés se dégrade en France.

    Et à mon sens, le seul fait que ce débat (sur l'évolution de nos libertés) puisse exister en France – et qu'aucun courant sérieux ne vienne contester, à ma connaissance, cette possibilité de débattre – démontre bien qu'on est loin de la situation qui prévaut en Chine, ou de façon plus générale, dans une dictature.

  • [^] # Re: Démocratie

    Posté par  . En réponse à la dépêche Le procès de Julian Assange, commencé le 7 septembre 2020 est toujours en cours. Évalué à 4.

    sinon récemment en France, les gilets jaunes…. combien qui se sont fait crever un oeil pour avoir manifester?

    Sérieusement, tu as lu la prose de Yarma22 ? Ce genre de comparaison, si elle vise à mettre sur un pied d'égalité la situation en France et en Chine, c'est franchement écœurant.

  • [^] # Re: Bof… le peuple n’a juste pas confiance

    Posté par  . En réponse au journal De l'inutilité de débattre de la confidentialité de l'application StopCovid. Évalué à 0. Dernière modification le 27/10/20 à 23:59.

    Pour info, j'avais également eu droit à ce message d'incompatibilité lorsque j'avais tenté d'installer StopCovid à sa sortie.

    Ayant réessayé d'installer la nouvelle version de l'appli ces derniers jours, il s'avère que celle-ci semble désormais fonctionner correctement sur mon Fairphone 2.

    Par contre, je ne saurais dire si c'est lié à une mise à jour de l'application, ou si c'est lié à la mise à jour de mon OS (étant passé de Fairphone Open OS à /e/ os).

  • # Don LinuxFr - Réduction d'impôt ?

    Posté par  . En réponse à la dépêche Dons aux associations, épisode 6. Évalué à 1.

    Je crois comprendre de la page dédiée que la question de l'éligibilité de LinuxFr à la réduction d'impôt sur le revenu a été plus ou moins envisagée par le passé.

    Quelqu'un aurait plus d'infos à ce sujet ?