Résultats et vidéos des onzièmes Big Brother Awards France

Posté par (page perso) . Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
Tags :
36
15
août
2013
Justice

Le 26 juin dernier, et après deux ans d'absence, les lauréats français du « meilleur du pire » en matière de respect de la vie privée ont été distingués.

Affiche BBA Fr 2013

Les Big Brother Awards France (BBA Fr) ont nommé cette année dans six catégories une trentaine de personnalités, entreprises ou institutions qui « se sont illustrés par leur mépris de la vie privée et des libertés ». Palmarès et nombreux liens dans la suite de la dépêche.

Sommaire

Les nommés et le palmarès

Revue de presse

Voir quelques articles annonçant l'événement (L'informaticien, Numerama, PC INpact, Reflets.info, ZDnet, etc.) ou consacrés au palmarès (Politis, France Culture, ZDnet, etc.).

Quelques liens récents en rapport avec la vie privée et les libertés :

Contexte

Ces prix dans divers pays sont évoqués depuis plusieurs années sur LinuxFr.org (2000, 2001 et 2001, 2002, 2003, 2005, 2007, 2009, 2010, 2012 en Belgique, etc. sous le tag bba. Et puis, ça change des Prix FSF du logiciel libre (Awards for the Advancement of Free Software) (2001 et 2001, 2005, 2008, John Gilmore et Internet Archive en 2009, 2013, etc. sous le tag fsfawards), ou même des plus comiques prix IgNobel (2001, 2002, 2004, 2005, 2006, 2008, 2010, 2011), etc. sous le tag ignobel ou Darwin Awards.

Message de service

J'en profite pour remercier l'équipe des Tabliers Volants et les bénévoles présents qui ont cuisiné sur l'événement pour 150 couverts. J'ai passé un chouette après-midi avec eux et je n'avais jamais autant épluché, pelé, râpé, trié, émincé et autres jusque là.

  • # Position anti-auto-hébergement de l'article ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Bonjour,

    Je me permet juste de réagir à un paragraphe d'un des articles.

    http://bigbrotherawards.eu.org/L-hopital-de-Suresnes

    L’enquête pointe aussi du doigt plus généralement la volonté de certaines administrations hospitalières de refuser de faire appel à des sociétés agréées par l’Etat, qui garantissent la protection de ces données médicales. Elles préféreraient auto-héberger leurs données dans des conditions de sécurité déplorables plutôt que de dépenser le budget nécessaire.

    Je trouve surprenant que l'article prenne position contre l'auto-hébergement et en faveur du contrôle des données du secteur public par des sous-traitants privés. Je ne suis pas du tout "anti-privé" mais je pense qu'il y a beaucoup de DSI du secteur public qui font à l'inverse de cet exemple un travail plus sérieux, je trouve donc la remarque un peu stigmatisante… Je pense que l'on peut trouver des mauvais exemples de sécurité aussi bien dans le public que dans le privé. Je comprend bien que sur cette affaire particulière, il y a eu négligence inexcusable mais je pense que la généralisation "auto-hébergement = conditions de sécurité déplorables" est un peu rapide…

    (full disclaimer : je suis actuellement dans l'enseignement supérieur public)

    • [^] # Re: Position anti-auto-hébergement de l'article ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      En plus je ne vois pas le rapport avec bigbrother: c'est une histoire d'incompétence, pas une volonté de fichage…

      http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: Position anti-auto-hébergement de l'article ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Elles préféreraient auto-héberger leurs données dans des conditions de sécurité déplorables plutôt que de dépenser le budget nécessaire.

      Tu peux lire « devraient aller se faire héberger par des gens compétents en sécurité » ou bien « devraient se donner les moyens de s'auto-héberger correctement ».

      Quand au rapport avec les BBA, c'est une fuite de données personnelles médicales, ce qui est tout à fait dans la thématique.

  • # Partialité

    Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 16/08/13 à 11:21.

    Il est dommage de se rendre compte que les auteurs de ce BBA soient aussi idéologues que ce qu'ils dénoncent :
    dans la partie "Exécuteurs des basses œuvres" on cite un journaliste en soulignant sa partialité, et son manque de précision.

    Quid de l'ensemble des journalistes en France ? A mon sens la profession entière aurait pu être nominée !

    Pourquoi, étrangement, a été choisi un journaliste sur le thème de la sécurité ? Au moins une centaine d'exemples sur la partialité, la connivence, voir l'acoquinage malsain d'une foultitude journalistes avec le pouvoir, la modification / masquage d'informations (voir le foutage de gueule de leur lecteurs, etc …) aurait pu être mis en avant.

    Et surtout leur carriérisme, au mépris du travail d'investigation neutre et objectif relatif à leur métier, démontrant leur malhonnêteté intellectuelle au service de la pensée unique voulue par le gouvernement - et la censure associée.

    Le choix du sujet est typique d'un journaliste de ce genre … L'idéologisme et le militantisme nauséabond ressortent de cette prose, et me font clairement douter de l'honnêteté intellectuelle ce ces rédacteurs …

    Aussi dommage qu'écœurant, mais tellement dans l'air du temps …

    • [^] # Re: Partialité

      Posté par . Évalué à 1.

      MAJ : aussi en lisant le reste des catégories, ce sentiment d'idéologie politique devient tellement omniprésent et infect qu'il en ôte, à mon sens, toute objectivité. Ça devient une bête tribune de la pensée unique, avalisée par des sites comme linuxfr, pourtant - toujours à mon sens, plutôt garant d'articles neutres, objectifs, laissant libre cours à ses lecteurs de se faire leur propre opinion. Je sais bien que linuxfr n'a aucun lien avec cet article, et ne fait que relayer l'information, mais je n'ai pas été habitué a lire de la propagande d'état ,même plus ou moins masquée, dans les tribunes de ce site :(

    • [^] # Re: Partialité

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Ce commentaire m'a permis de voir que j'avais zappé cette catégorie dans la dépêche. Elle a été ajoutée. Au passage, elle évoque non pas un mais deux journalistes.

      Concernant le commentaire en lui-même, ça dénonce grave comme on dit par ici, mais où est la centaine annoncée d'exemples de journalistes partiaux sur la vie privée et les libertés ? Et où est l'argumentation sur l'« idéologisme et le militantisme nauséabond » si « écœurant » ?

      • [^] # Re: Partialité

        Posté par . Évalué à 4.

        chais pas un peu de bon sens, et de recherche personnelle peut-être ?

        Au hasard "l'affaire Merah" :

        • "putain je suis dégoûté que ce soit pas un nazi" (nicolas chapuis, nouvel obs, sur twitter) partialité et neutralité, pensée unique, déontologie

        -"Des yeux bleus sur un visage blanc" (Julien Beaumont, TF1) Un enfant, témoin du drame, aurait été capable de décrire brièvement le tueur. Vérification des sources, affirmations sans preuves, manipulation d'opinions …

        • "Le tueur sent le nazi" (le monde, tirage national ), vérification des sources, affirmations sans preuves …

        (je passe la suite, y a une palanquée d'exemples …)

        Le traitement de "l'affaire" des femen :
        - (ensemble de la classe mérdiatique) : partisanisme, partialité, mensonges par omission.
        Libération, un des rares média à présenter les autres "faits d'armes" de ces demoiselles (en vrac incendie de fourgons de police, partouze dans un musée avec une femme enceinte de 8 mois, zoophilie - s'enfoncer dans le vagin une carcasse de poulet pour simuler un accouchement …)

        Le mariage gay :
        Photos truquées, démenti par AFP, mais prouvé par 4 laboratoires étrangers … : partialité mensonge, manipulation d'opinion
        Quels sont les médias ayant fait amende honorable ? Combien ont publié cette information ?

        L'ophtalmologiste d'AIX :
        - France info,France bleu: affirmations sans preuves, source douteuse …
        RTL : pareil que ci-dessus, plus : falsification de témoin. Le témoin de RTL est : la victime elle même, qui à contacté la radio. Fait bien sûr caché à l'antenne.

        Chloe leprince (gratte papier à rue89) : cite abusivement l'identité de l'ophtalmo (déontologie) - pour l'effacer ensuite), sources non vérifiées, vous connaissez la suite …

        C'est vrai, on est pas encore a la 100aine… Je vais pas faire les recherches à ta place. libre à toi de te contenter de ce que tu lis sans chercher la pertinence et la véracité des "faits".

        j'éviterais le sujet immigration, trop polémique, mais j'ai découvert grâce à la presse en général qu'un adulte de 36 ans était un jeune ou un adoelscent, qu'il était normal de modifier la réalité pour masquer certains faits, ou d'excuser systématiquement certaines catégories de personnes, de changer des prénoms) : mensonges par omission, partialité, adaptation/modification de l'information, vérification des sources et des preuves …

        La femme du RER ?

        Pourtant les éventuels candidats étaient nombreux …

        Besse Desmoulières ?
        Anne sophie Lapix ?
        Chloe leprince ?
        Mohamed Sifaoui ?
        Carole Kessler ?

        Pour les informations citées, je te laisse trouver les liens ? J'ai juste utilisé google.

        Tout ça pour conclure simplement que l'exemple précis que j'ai cité était vraiment partial et idéologiquement partisan.
        Et oui, suffit de chercher un peu pour s'en rendre compte.

        • [^] # Re: Partialité

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Il s'agit (peut-être) d'exemples concernant la neutralité de journalistes ou leur partialité, mais sans rapport avec la vie privé ou les libertés (le sujet des BBA)… Si un journaliste dit que 2+2=5 c'est faux, mais ça ne concerne pas les BBA. S'il écrit qu'un type a construit une centrale nucléaire dans sa cuisine ou synthétisé un singe-garou dans sa baignoire, c'est faux, mais ça ne concerne pas les BBA. Bref il faut que ça parle de surveillance des personnes, des technologies associées, de fichiers de données personnelles (administratifs, marketing, médicaux ou autres), etc. comme explicité dans la dépêche.

          chais pas un peu de bon sens, et de recherche personnelle peut-être ? (…) Pour les informations citées, je te laisse trouver les liens ? J'ai juste utilisé google.

          Non. Tu as juste écrit un commentaire cinglant non argumenté, c'est toi qui affirme des choses et c'est donc à toi de les démontrer/argumenter/prouver. Si cette dépêche a suffi à te faire créer un compte ici-même, j'imagine que tu as de quoi argumenter. Moi j'ai écrit la dépêche, qui contient de nombreux liens, qui eux-mêmes contiennent des sources documentaires.

          • [^] # Re: Partialité

            Posté par . Évalué à 2.

            Le trucage de vidéos officielles par l'administration est quand même un bel exemple du travail de Big Brother et une sacrée atteinte aux libertés. C'est le principal boulot (non pas avec des vidéos, mais l'esprit est le même) du héros de 1984.

            • [^] # Re: Partialité

              Posté par . Évalué à 2.

              Et une vidéo qui dit qu'une autre vidéo est truquée sans apporter aucune preuve autre que «regardez c'est évident», c'est quoi ?

              Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Partialité

      Posté par . Évalué à 10.

      Perso, je suis également gêné avec le ton du bidule. On n'est pas du tout dans le cadre d'un observatoire neutre des dérives d'un système, on est plutôt dans le cadre d'un militantisme naïf et assez extrême, qui consiste finalement à rejeter toute forme d'informatisation des données personnelles pour des raisons idéologiques.

      On a par exemple citer le cas de ces hôpitaux qui préféraient auto-héberger des données sensibles plutôt que de les confier aux prestataires privés recommandés par les autorités. Je ne doute pas que s'ils l'avaient fait, ils auraient été épinglés pour confier les données sensibles des patients à des tiers.

      Je suis aussi assez surpris par ce prix "positif" en faveur d'une agente de Pôle Emploi qui refuse de participer à une formation dédiée en partie à la détection des fausses pièces d'identité. Bien sûr, on peut discuter des détails, mais dans le principe, je ne vois pas ce qu'il y a de choquant à justifier de son identité quand on demande des aides sociales.

      On critique beaucoup les majors de "l'industrie de la culture" pour leur incapacité à intégrer les changements de technologie et pour essayer de préserver un monde pré-internet par l'accumulation de lois plus inapplicables les unes que les autres. Pourtant, il semble impossible pour certains "libristes" de s'autocritiquer sur ce même critère. Le recueil de données personnelles et leur recoupement est inévitable dans le monde moderne; soit pour des raisons de productivité administrative—qui accepterait de payer les fonctionnaires à chercher les informations dans des fiches papier?—ou plus simplement parce que la plupart des gens fournissent ces informations "gratuitement" à tout un tas de tiers plus ou moins bien intentionnés. C'est un fait : l'informatique et Internet ont rendu les base de données personnelles inévitables. Pourquoi militer naïvement contre l'établissement et l'exploitation de telles bases, alors qu'il est évident que ça demande des efforts législatifs et des procédures de contrôle pratiquement impossibles en pratique? On peut faire toutes les lois qu'on veut pour interdire à la pluie de tomber, au chanvre de pousser, ou aux motards de passer entre les files de voitures, on peut trépigner, pleurer, ou attribuer des prix honteux sur un site anarchiste, je ne vois pas ce qu'on peut espérer d'autre que de perdre son temps et son énergie.

      La loi ne peut qu'encadrer les pratiques rendues possibles par les avancées technologiques. Je me sens assez nauséeux quand je vois qu'on peut mélanger des atteintes réelles à la vie privée et la mise en place de procédures administratives (comme le recoupement des fichiers entre les différents services de l'État ou les dispositifs de lutte contre la fraude aux prestations sociales) : finalement, ce n'est pas la protection de la vie privée qui est l'objectif, la vie privée est l'excuse présentable utilisée pour véhiculer une idéologie conservatrice arnarchiste, concrétisée par la publication d'une liste nominative d'"ennemis" supposés de la vie privée. Je pense qu'on est en droit de trouver ça malsain.

      • [^] # Re: Partialité

        Posté par . Évalué à 10.

        la vie privée est l'excuse présentable utilisée pour véhiculer une idéologie conservatrice arnarchiste, concrétisée par la publication d'une liste nominative d'"ennemis" supposés de la vie privée. Je pense qu'on est en droit de trouver ça malsain.

        Il n'est pas malsain de prendre des précautions. "L'idéologie conservatrice" en question c'est celle qui sauve des vies quand l'État se retourne trop violemment contre le peuple. Cette culture de la protection de la vie privée vient en grande partie de l'époque où à Vichy (ancienne capitale de la France) on envoyait les gendarmes pour arrêter diverses populations, fichée en tant que tel. Et les gens se sont dit « L'État ne devrait pas avoir les moyens techniques de faire une chose pareil ».

        La question c'est : Si l'état de droit s'effondre, est-ce que nous voulons que l'État (ou tout autre institution) dispose d'un fichiers extrêmement détaillé sur la population ? Est-ce que quelques simplification administrative le légitimise ?

        Please do not feed the trolls

      • [^] # Re: Partialité

        Posté par . Évalué à 4.

        C'est vrai que c'est gênant de condamner l'administration à priori pour le croisement d'information. Son efficacité passera par des partages d'informations entre service. Cela évitera une tonne de paperasse, sachant que les 3/4 des informations demandées dans un formulaire, par une administration existe chez une autre.

        Il ferait mieux de demander des lois à l'image de la création de la cnil (déclaration de la bd et vérification de sa légalité) : obligation de créer 2 commissions pour chaque base de donnés d'état, indépendantes de ceux qui la gère : une dédié à la correction d'erreur ( ce qui peut être très gênant pour les fichiers policiers), et une dédié à la vérification de la légitimité d'accès pour éviter la revente d'information, et le vrai viole de vie privé, avec un vrai pouvoir de sanction.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Partialité

          Posté par . Évalué à 4.

          Son efficacité passera par des partages d'informations entre service. Cela évitera une tonne de paperasse, sachant que les 3/4 des informations demandées dans un formulaire, par une administration existe chez une autre.

          Heu non, je ne le souhaite pas.

          • les 3/4 des infos existent dans une autre administration : est-ce pour cela qu'il faut donner le 1/4 restant aux administrations qui n'en ont pas d'usage ?
          • derrière les systèmes, il y a des utilisateurs, qui n'ont pas forcement des motivations très saines : qu'un flic accède aux fichiers policiers est normal, que le DRH d'une entreprise privée de mobilier le fasse par son entremise l'est moins. En séparant les fichiers, on limite (un peu) les possibilités de fuites.
          • [^] # Re: Partialité

            Posté par . Évalué à 1.

            Il faut lire mon commentaire précédent en entier. Tes 2 remarques sont limitées par les 2 propositions que je fais.

            Ton 1) n'a pas de sens. Soit l'administration B n'a pas besoin des infos de la A, et donc, il n'y a pas accès, soit elle en a besoin, et peut les avoir soit par formulaire, soit par accès à la BD. Cela ne change donc pas grand chose, à part le cout et l'efficacité de l'administration B.

            Ton 2) existe déjà, car il n'y a aucune sanction véritable ou vérification, même par échantillonnage, de l'accès au BD. D'ailleurs, si le système de transfert est bien fait, il est même possible de faire en sorte que les utilisateurs n'est pas accès aux informations (par exemple des seuils calculé automatiquement sur des infos fiscales, la CAF ne verrait que "vrai" ou "faux").

            "La première sécurité est la liberté"

  • # Cela manque d'un prix du jury !

    Posté par . Évalué à 2.

    Il manque un prix qui coiffe les autres, comme la plames d'or, le grand prix ou le prix du jury. Cela qerait plus facile à lire.

    "La première sécurité est la liberté"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.