Résultats du concours LinuxFr.org/Stuffomatic pour l'appel aux financements de Plee the Bear

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC by-sa
18
26
juil.
2013
Jeu

Le 4 juillet dernier, LinuxFr.org et Stuffomatic organisaient un concours à l'occasion du lancement de la campagne de financement de Plee the Bear. Voici les résultats.

Caranille 3.5 - Éditeur de MMORPG en PHP

Posté par . Édité par Nÿco, Benoît Sibaud, fravashyo, Nicolas Casanova et Xavier Claude. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
10
8
mai
2013
Jeu

Voici un projet qui me tient à cœur et que j'ai commencé il y a de cela presque 3 ans : ce projet se nomme Caranille. Pourquoi un tel nom ? Caranille est la contraction de Caramel et Vanille qui sont deux animaux que j'ai perdus il y a longtemps mais que j'ai énormément adorés.

Pour vous présenter Caranille sachez que c'est un logiciel/programme/script qui a pour but de vous aider à bâtir rapidement et gratuitement votre propre MMORPG ( massively multiplayer online role-playing game, c'est-à-dire jeu de rôle en ligne massivement multijoueur) pour votre site web personnel, pour une animation ou autres… Étant une personne qui utilise uniquement GNU/Linux et appréciant sa façon d'être (à savoir le partage des sources), j'ai décidé de mettre Caranille sous licence GNU GPL, ce qui permettra aux utilisateurs avancés de le modifier, de rajouter des modules et de les redistribuer selon la licence Creative Commons.

Flukz 0.2

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Slauncha, Bruno Michel et NeoX. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
20
18
avr.
2013
Jeu

La version 0.2 de Flukz est disponible. Pour ceux qui ont raté la première saison, Flukz est un jeu de shoot'em up qui fonctionne comme un wiki. Il est possible de créer de nouveaux niveaux et de les éditer directement en ligne.

Flukz est un logiciel libre, distribué sous licence GPL v2, fonctionnant aussi bien sous Linux que Windows. Les graphiques sont soit en GPL soit en CC-BY-SA, essentiellement en provenance du site opengameart. Ils ne sont pas inclus dans le binaire lui-même, mais stockés sur le serveur Flukz, et téléchargés lorsqu'on exécute un jeu. Du coup, la licence et l'auteur de chaque fichier est indiquée dans les pages meta au sein de Flukz (la façon la plus simple d'accéder aux pages meta des sprites est depuis la page "liste des sprites").

NdM : merci à Yukito pour son journal.

Journal Flukz 0.1

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
22
20
fév.
2013

Sommaire

Suite au journal d'il y a quelques jours, j'ai donc essayé de supprimer les bugs les plus gênants, et voici la toute première version de Flukz. C'est assez rudimentaire, mais à peu près utilisable (enfin, j'espère).

Pour résumer, Flukz est un mini-jeu de shootem up qui fonctionne comme un wiki. Les "niveaux de jeu" sont entièrement paramétrables (ajouts de nouveaux types de sprites, position et vitesse des sprites, résistance (...)

Flightgear 2.10

37
18
fév.
2013
Jeu

FlightGear Flight Simulator version 2.10 est sorti ce 16 février 2013. Faisons le point sur les nouveautés ainsi que sur son positionnement dans le petit monde de la simulation aéronautique.

Sondage Achèteriez-vous un jeu libre ?

17
30
déc.
2012

La récente sortie d'un jeu privateur par des anciens créateurs de jeux libres pose la question d'un modèle économique pour les jeux libres.

  • Oui :
    1272
    (44.2 %)
  • Oui, mais seulement à prix libre :
    511
    (17.8 %)
  • Non, car je pense que libre = gratuit :
    174
    (6.0 %)
  • Non, car j'aime les DRM, les plateformes de vente et la pub :
    73
    (2.5 %)
  • Non, mais je ferais un fork et j'essayerais de le vendre pour voler le travail de son auteur ahahahah (rire démoniaque) :
    89
    (3.1 %)
  • Non, car je ne joue jamais :
    427
    (14.8 %)
  • Non, je préfère polémiquer sur ce sondage à propos de auteur/créateur, privateur/propriétaire, etc. :
    60
    (2.1 %)
  • Je n'ai rien à dire et je veux que ça se sache :
    271
    (9.4 %)

Total : 2877 votes

Wiki libre

0
21
oct.
2012

Sommaire

Définition

Selon la Free Software Foundation (FSF), le libre recouvre 4 notions précises :

  • La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
  • La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier comme vous le souhaitez (liberté 1). L'accès au code source est une condition requise.
  • La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin et ce, à titre gracieux ou moyennant paiement (liberté 2).
  • La liberté de distribuer des copies de vos versions modifiées à d'autres (liberté 3). En faisant cela, vous pouvez donner à toute la communauté la possibilité de bénéficier de vos modifications.

Sur LinuxFr, les contributrices et contributeurs y participent :

Quelques idées reçues à propos du libre

Le libre est souvent associé à d'autres caractéristiques, telles que la gratuité, l'ouverture… Pourtant, ce ne sont pas des principes « automatiques » ou « obligatoires » du libre.

Les idées reçues suivantes sont accompagnées de contre-exemples. Les situations décrites ici montrent ce qu'il est possible de faire ou ne pas faire avec des cas concrets. Étant des cas « à la marge » (puisqu'ils portent justement sur ces aspects subtiles du libre), une véritable explication est nécessaire pour bien comprendre les subtilités de ces situations. Ce n'est pas le sujet de cette page, et seule la situation sera décrite. Des liens seront fournis pour les lectrices et lecteurs désirant des explications plus détaillées.

Le libre est gratuit

On retrouve dans certaines présentations du libre, l'idée qu'un logiciel ou une œuvre libres sont forcément gratuits, voire qu'ils ne peuvent pas être commercialisés. En réalité, il est tout à fait possible de commercialiser une œuvre libre. Interdire la commercialisation va même à l'encontre de la liberté 2.

La licence ne peut pas empêcher la commercialisation, et ne peut pas empêcher la redistribution gratuite de l'œuvre. Ainsi, Red Hat Enterprise Linux est une distribution Linux accessible uniquement en payant un abonnement, sans que cela aille à l'encontre de la licence. Étant une distribution libre, il est toutefois possible pour ceux qui ont accès aux paquets de les redistribuer gratuitement, comme le fait CentOS.

C'est libre, j'en fais ce que je veux

Qu'un logiciel ou qu'une œuvre soit libre ne veut pas dire que l'on peut en faire n'importe quoi.

Pour commencer, le droit des marques est dissocié du droit d'auteur. Dans l'exemple de la partie précédente, bien que CentOS redistribue gratuitement les paquets de Red Hat, elle n'a pas le droit de les redistribuer en conservant la marque Red Hat. Le droit des marques – et les restrictions supplémentaires qu'il peut apporter – peut être à l'origine de controverses. Pour cette raison, Firefox n'est pas inclus tel quel dans Debian, mais sous une version « démarquée », Iceweasel. Firefox est libre, mais Debian a des exigences qui font que le caractère libre n'est pas suffisant, car la redistribution est entravée par le droit des marques.

Les licences libres viennent aussi avec leur propre lot de restrictions. Ainsi, il n'est pas possible de distribuer un logiciel GPL en en changeant la licence (et les droits associés). L'utilisation de code sous licence BSD ne dispense pas de devoir fournir une copie de la licence BSD du code original, même si la licence du logiciel modifié est différente.

Ce qui est Open Source n'est pas forcément libre

Open Source et Libre peuvent être considérés comme synonymes. La présence de deux termes indique plus une différence d'opinion qu'une différence de définition : le Libre se concentre sur l'aspect éthique de la licence, tandis que l'Open Source se concentre sur l'aspect pratique. Ainsi, les tenants du Libre considèrent qu'il garantit à l'utilisateur ses droits. Les tenants de l'Open Source y voient plutôt une opportunité de partager les ressources.

Les entreprises préfèrent souvent le terme d'Open Source, car ce sont les avantages du libre qui les ont poussées à choisir ce modèle, plus que la morale ou l'éthique.

La confusion vient du fait que certains logiciels propriétaires (c'est à dire non libres) distribuent leur code source. Cela n'en fait pas des logiciels Open Source. Bien que l'accès au code source ressemble à l'idée du « source ouvert », les avantages mis en avant par les tenants de l'Open Source ne sont possible qu'avec les logiciel libre, d'où l'équivalence.

Pour compléter, il est aussi important de noter que plusieurs organismes/groupes s'occupent de définir le caractère libre d'une licence. La FSF, l'Open Source Initiative (OSI) et les DFSG ont des critères de distinctions différents, et une licence valide pour l'un peut ne pas l'être pour l'autre. On peut considérer qu'une licence acceptée par l'un de ces organismes est libre/open source : la définition de libre tient dans les quatre libertés. Les différences de considérations se trouvent dans les détails des licences, souvent des subtilités légales, et les critères définit par ces différents groupes sont guidés par une considération différente de ce que doit apporter/permettre/garantir une licence libre.

Ils développent dans leur coin, ce n'est pas libre

Tout comme un code « ouvert » n'est pas Open Source si les quatre libertés ne sont pas respectées, un code développé par une seule entité et « fermé » aux contributions extérieurs reste libre si la licence est libre.

Rien dans la définition du libre n'oblige à distribuer les modifications au projet parent : la GPL impose que le code soit accessible pour l'utilisateur du code, pas pour l'auteur original (à moins que celui-ci soit utilisateur du code modifié, bien sûr). Rien n'oblige non plus à accepter les contributions extérieures. Il était ainsi très difficile de contribuer à OpenOffice, Sun refusant souvent les contributions extérieures. L'aspect libre n'empêchait pas les modifications, et OpenOffice a à l'époque été forké en Go-oo, dont l'objectif était d'ajouter les contributions extérieures refusées par Sun au projet. On peut considérer qu'OpenOffice était développé de manière fermée, mais il n'en restait pas moins un logiciel libre.

Si c'est libre, c'est copyleft

Copyleft est un jeu de mot opposé à Copyright. Souvent traduit en « gauche d'auteur », le mot anglais comporte une subtilité : l'idée que les droits de copie sont « laissés » (left). La GPL est une licence libre et copyleft. La BSD est libre mais n'est pas copyleft. Pourquoi ?

L'idée du copyleft est de s'appuyer sur le copyright (ou le droit d'auteur, suivant les pays) pour forcer les droits à être préservés. Une licence Copyleft ne permet pas de changer la licence d'un produit dérivé : un dérivé de GNU Emacs devra être lui aussi sous GPL, car la GPL est copyleft. Un dérivé de Vi peut être sous une autre licence (avec rappel de la licence originale), car la licence de Vi n'est pas copyleft. Les deux logiciels sont toutefois des logiciels libres.

Les libristes n'aiment pas le droit d'auteur

Deux choses : d'une part, « les libristes », ça n'existe pas. Chaque libriste a sa propre conception du libre, du droit d'auteur… La « communauté » du libre n'est pas unie au point de partager le même avis sur tout (le seul avis partagé se trouve dans les quatre libertés).

D'autre part, certaines personnes peuvent ne pas apprécier le droit d'auteur, et utiliser une licence libre pour simuler l'absence de droit d'auteur (ils se dirigeront pour cela vers une licence du type BSD ou WTFPL). D'autres en revanche accordent une grande importance au droit d'auteur : la GPL se base sur le droit d'auteur, et sans celui-ci, une telle licence est impossible. De manière un peu plus « générale », les tenants du copyleft ont besoin du copyright pour forcer la conservation des droits. Pour cette raison, une partie des libristes considère que ne pas respecter le droit d'auteur est une erreur, que ce soit vis à vis d'un logiciel libre ou d'un logiciel propriétaire : dans le premier cas, on s'attaque à nos droits ; dans le second, on justifie une pratique qui peut mener, à terme, au premier cas.

Si mon code est sous GPL, je dois pouvoir accéder à toutes les modifications faites à mon code

Pas dans le cas de la GPL. La GPL protège le client, pas l'auteur du code. Si Alice écrit un programme, et que Chuck le modifie et le distribue à Bob, Bob peut demander le code source de Chuck, mais pas Alice. Il existe d'autres licences permettant de forcer Chuck à distribuer son code à Alice.

La licence Vim, par exemple, impose d'envoyer le code source à l'auteur si celui-ci le demande.

La Reciprocal Public License impose de distribuer le code source à qui le désire, dès le moment où le programme entre en production.

Pour ne pas faciliter les choses, les différents organismes statuant de la validité d'une licence ont des avis divergents sur ces licences.

Retenez deux choses : pour commencer, souvent, le client est protégé, pas vous. Ensuite, si vous voulez vous protéger, vous risquez de vous engager sur un chemin rempli d'épines, les avis de chacun étant très mitigés à ce sujet.

Quelques avis convergents

http://hroy.eu/posts/jdn-licences-libres-5-approximations/

Wiki jeux_libres_linuxfr

8
25
avr.
2012

Sommaire

Cette page a pour but de recenser les jeux libres créés par des membres de linuxfr.

Préciser tout de même (si vous adhérez à la définition de jeu libre) ou mériteriez le tag jeu_libre :

  • licence du moteur utilisé (et lequel)
  • licence des données utilisées
  • n'hésitez pas à y ajouter des informations plus intéressantes : comment y contribuer, ce qu'il reste à faire (todo ou roadmap) et les compétences de chacun des contributeurs y ayant participé.

Vous pouvez passer sur le chan irc #jeuxlibres (sur freenode, bien sûr) pour retrouver certains des auteurs ;-)

Akagoria, la revanche de Kalista

Site : http://www.akagoria.org/
Auteur : rewind
Licence : GPLv3 (code + données)
Technologies : C++, SFML2, Box2D, libes
Participer au développement : https://gitorious.org/akagoria/akagoria (roadmap)

Akagoria

Arkanae III

Site : http://home.gna.org/oomadness/fr/arkanae_iii/
Auteur : Jiba
moteur : 3D OpenGL + Soya, 2D SDL + Pygame voir détails
licence : GPLv3
licence graphismes & musique : Blender/Gimp en GPLv3
Participer au développement : http://home.gna.org/oomadness/fr/arkanae_iii/

Arkanae III

Bubble Crusher

Site: http://sourceforge.net/projects/bubblecrusher/
Auteur: contra-sh
moteur : python, pygtk
licence : à definir
licence graphismes & musique : à definir
Participer au développement : http://sourceforge.net/p/bubblecrusher/discussion/general/

Bubble Crusher

Le Camion Frigorifique

Site: http://ifiction.free.fr/index.php?id=jeu&j=501
Auteur : fravashyo
Licence : CC-BY-SA
moteur :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Fiction interactive réalisée avec le système libre JACL

Camion Frigorifique

CatchChallenger

Site: http://catchchallenger.first-world.info/
Auteur: alpha_one_x86
moteur : Tiled custom + Qt
licence : GPL3
licence graphismes & musique : GPL3
Participer au développement : https://github.com/alphaonex86/CatchChallenger

CatchChallenger

Divide And Succeed

Site: http://projects.haxx.es/p/divide-and-succeed/
Auteur: MCMic
moteur : C++/SDL
licence : GPLv3
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Divide And Succeed

Elemines

Site: http://elemines.sourceforge.net/
Auteur: ngc891
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Elemines

Escenadil

Site: http://bardinflor.perso.aquilenet.fr/escenadil/
Auteur: anaseto
moteur : perl, libyaml, ncurses
licence : Perl
licence graphismes & musique :
Participer au développement : http://bardinflor.perso.aquilenet.fr/escenadil/

Flukz

Site: http://flukz.org
Auteur: Yukito
Licence: GPLv2

flukz

FreedroidRPG

Site: http://www.freedroid.org/
Auteur: ahuillet
moteur : C, OpenGL, SDL, Lua
licence : GPL
licence graphismes & musique : GPL
Participer au développement : http://www.freedroid.org/developer-area/contribute/

FreedroidRPG

Frozen Bubble

Site: http://www.frozen-bubble.org/
Auteurs: gc ayo
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Frozen Bubble

Genetic Invasion

Site: http://projects.haxx.es/p/genetic-invasion/
Auteur: MCMic
moteur : C++/SFML
licence : GPLv3
licence graphismes & musique : Diverses libres (voir http://projects.haxx.es/p/genetic-invasion/source/tree/master/LICENSE )
Participer au développement :

Genetic Invasion

Heriswap

Site: https://play.google.com/store/apps/details?id=net.damsy.soupeaucaillou.heriswap&hl=fr ou http://soupeaucaillou.damsy.net/
Auteur: pepp
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Heriswap

ManiaDrive

Site : http://maniadrive.raydium.org/
Auteur : Xfennec
moteur : Raydium
licence : GPLv2+
licence graphismes & musique : GPL + Creative Commons 2.0 pour les musiques (différentes conditions)
Participer au développement : http://memak.raydium.org/viewforum.php?f=10

ManiaDrive

Mole Invasion

Site: http://moleinvasion.tuxfamily.org/
Auteur: guinns, skeespin, bohwaz
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Mole Invasion

Ned et les maki

Sites: http://geekygoblin.org/ned-et-les-maki/ et http://devnewton.bci.im/games/nedetlesmaki
Auteur: GGP, devnewton, Natir
moteur : java, lwjgl, opengl, nanim
licence : MIT
licence graphismes & musique : Art Libre

Ned et les maki

Newton Adventure

Site: http://devnewton.bci.im
Auteur: devnewton
moteur : java, lwjgl, opengl, phys2d, nanim
licence : BSD
licence graphismes & musique : CC-BY-SA
Participer au développement : http://devnewton.bci.im/projects/newton_adventure/wiki?name=Contribute

Newton Adventure

Performous

Site: http://performous.org/
Auteur: YodaJM
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Performous

Plee the Bear

Site: http://plee-the-bear.sourceforge.net/
Auteur: Julien Jorge
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Plee the Bear

Powermanga

Site: http://linux.tlk.fr/games/Powermanga/
Auteur : etb
Moteur : langage C, SDL et SDL_mixer
Licence : GPLv3
Licence graphismes et musique : GPLv3
Participer au développement : https://github.com/brunonymous/Powermanga

Powermanga

La Route des Vins

Site: http://ifiction.free.fr/index.php?id=jeu&j=034
Auteur : fravashyo
Licence : BSD
moteur :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Fiction interactive réalisée avec Inform 7.

Slime Volley

Site: http://slime.tuxfamily.org/
Auteur: MCMic
moteur : C/SDL
licence : GPLv3
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Slime Volley

TecnoballZ

Site: http://linux.tlk.fr/games/TecnoballZ/
Auteur: etb
moteur : C++, SDL, SDL_image
licence : GPLv3
licence graphismes & musique : GPLv3
Participer au développement : https://github.com/brunonymous/tecnoballz

TecnoballZ

Tiny 'Nux Tarot

Site: http://tnt.ouvaton.org/
Auteure: Elly
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Tiny 'Nux Tarot

Triple Triad

Site: http://www.thinkdroid.eu/
Auteur: Viish
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Triple Triad

Zoob

Site: http://fhtagn.net/pages/zoob.html
Auteur: Jux
moteur :
licence :
licence graphismes & musique :
Participer au développement :

Zoob


Émulateurs


Tags pouvant être utiles pour retrouver des dépêches, journaux… :

La catégorie jeu


Promoteurs de jeux libres

Ryzom devient entièrement libre !

Posté par . Modéré par Bruno Michel.
46
6
mai
2010
Jeu
La nouvelle vient d'apparaître sur les forums du jeu : Ryzom est le premier jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG) commercial à devenir entièrement libre ! Winch Gate Properties Ltd, développeur et éditeur du jeu, a décidé, en partenariat avec la Free Software Foundation, de mettre l'intégralité du code source du jeu (client, serveur, et outils annexes) sous licence AGPL3. Plus encore, toutes les données artistiques sont maintenant sous licence libre Creative Commons BY-SA.

Se félicitant de cette nouvelle, le directeur exécutif de la Free Software Foundation, Peter Brown a précisé : « C'est une occasion unique pour le mouvement du logiciel libre et l'émergence dans le domaine du jeu libre d'accélérer la production de jeux libres et de mondes 3D. Nous reconnaissons l'importance du jeu et le courant prédominant des jeux propriétaires, donc ce jour représente une avancée significative à partir de laquelle notre communauté peut en profiter. »

Cette nouvelle est la concrétisation des espoirs de toute une communauté, depuis que des employés de Nevrax, des joueurs ainsi que des personnalités du logiciel libre ont en 2006 lancé un appel aux dons pour racheter le jeu et le diffuser sous licence libre. L'appel d'offre avait alors été refusé, et la société Gameforge avait été désignée par le liquidateur judiciaire pour reprendre le jeu. L'accès au serveur continuera à être payant, afin de continuer à financer le développement (bien que plus rien n'empêche en théorie de monter un serveur alternatif). Pour information, le prix mensuel de l'abonnement varie de 77,95 € l'année (soit 6,50 € par mois) à 7,95 € pour un mois seul d'abonnement.

Ryzom n'est à l'heure actuelle disponible que sous Windows, mais fonctionne très bien sous Linux et Mac OS X via Wine. Un tutoriel est disponible sur le forum officiel. Le passage au libre quant à lui laisse évidemment espérer un portage natif !

NdM : Merci également à Vianney Lecroart, à Chag et à Erwan Richard pour leurs propositions de dépêche et à bpierre pour son journal.

Forum général.général Modèle économique du jeu video libre

Posté par .
7
9
mar.
2010
Bonjour,
J'ai, avec quelques amis, lancé un projet de jeu vidéo, que j'aimerais faire en GPL. Cependant, on n'aimerait pas se couper l'herbe sous le pied si le jeu marche et qu'on peut en faire notre métier. Toujours est il que cette possibilité nous pousse pour l'instant a garder le code source fermé, quitte a l'ouvrir plus tard.
Le jeu est multijoueur, mais pas un MMOG. C'est a dire qu'il se rapproche d'un counter strike : chacun peut créer son (...)

Journal Les jeux de sociétés, libres

Posté par .
7
12
oct.
2008
Dans le monde du libre, on trouve des tas de trucs. Beaucoup de logiciels, pas mal de musiques, des livres, des BDs, des images, des films, des vidéos, des textes encyclopédiques, on trouve même maintenant du matos libre (opengraphics ...) ....

Mais qu'en est il aujourd'hui des jeux de sociétés libres ? Bien sûr, il y a certainement de nombreux jeux de cartes libres, j'imagine que le solitaire, le poker et autres jeux sont maintenant (ou ont toujours été) dans (...)

Flightgear 1.0 est sorti

Posté par . Modéré par Nÿco.
0
26
déc.
2007
Jeu
FlightGear est un simulateur de vol en phase dont la version 1.0 a été mise à disposition le 17 décembre 2007. Il est disponible pour quasiment toutes les plateformes actuelles (GNU/Linux, Solaris, BSD, Windows, etc.). De plus, il est distribué sous licence GNU GPL, ce qui veut dire que vous avez la TOTALE liberté de le télécharger, l'utiliser, le distribuer, le modifier comme vous le souhaitez, du moment qu'il reste sous licence GNU/GPL. De plus, il est gratuit dans sa version téléchargeable (payant sur CD afin de soutenir le projet).

Il est actuellement livré avec une trentaine d'avions de tous bords (et un hélicoptère !) et une vingtaine d'aéroports (tous autour de San Francisco), mais il est évidemment possible de rajouter des fichiers scènes (l'ensemble de la planète est couvert) ou des avions supplémentaires.

Enfin, le rendu du vol se veut le plus réaliste possible et approche au plus près de la réalité. Les graphismes, basiques mais cependant très complets (notez la présence de vaches dans les prés que vous survolez :-) ) ajoutent d'ailleurs à l'agréable du simulateur.

Bref, FlightGear Flight Simulator est un projet très abouti, qui ne devrait pas vous lasser, alors n'attendez plus et prenez les commandes !

Journal FlightGear en version 1.0

Posté par .
0
20
déc.
2007
Après 11 ans (!) de développement FlightGear a atteind la version 1.0.

FlightGear est un superbe simulateur de vol sous GPL. Attention, ce n'est pas un jeu ! L'objectif est vraiment d'être le plus proche possible de la réalité. Mais on peut prendre beaucoup beaucoup de plaisir avec.
Tous les avions modelés dans FlightGear ne sont pas parfaits, mais beaucoup sont un régal. Ainsi vous pouvez piloter feu Concorde et vous rendre compte que c'était presque plus une machine de (...)

Journal Test de FlightGear 0.9.9

Posté par (page perso) .
0
2
jan.
2006
Bonjour,

FlightGear est un simulateur de vol en phase terminale de développement, mais déjà pleinement utilisable. Il est disponible pour quasiment toutes les plateformes actuelles, c'est à dire pour quasiment tous les système d'exploitation actuels (Linux, Solaris, Windows etc...)

Je me permet de poster ici l'adresse d'un test de FlightGear que j'ai réalisé sous Win32...
Désolé, j'ai essayé de le refaire sous Ubuntu, mais je n'avais pas accès à la dernière version qui apporte pas mal d'améliorations. Je l'ai compilé (...)

Un annuaire francophone de jeux libres

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
0
8
juin
2004
Jeu
Vous recherchez des jeux ? Libres ?

Voici jeuxlibres.net, un annuaire francophone collaboratif, destiné à rassembler tous les jeux libres connus et méconnus.

Chaque jeu dispose d'une fiche récapitulative, incluant des captures d'écran, des liens, les sources si possible, ainsi que divers attributs de classement tel que l'architecture, le système d'exploitation, si le jeu peut se jouer en solo et/ou multijoueurs, s'il est disponible en français...

Une cinquantaine de jeux figureront bientôt dans la base, et une centaine est actuellement en attente de test. De plus, jeuxlibres.net propose gratuitement pour chaque jeu la possibilité de faire un miroir des sources.

(en partenariat avec Nekeme)