Linux 30 ans déjà ...

Posté par  . Édité par Ysabeau, Pierre Jarillon, Benoît Sibaud et Christophe B.. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
46
31
août
2021
Linux

Il y a 30 ans le 25 août 1991 Linus Torvalds annonçait sur Usenet qu’il se lançait dans l’écriture d’un noyau Unix « mais pas aussi gros et professionnel que GNU » (source).

Maintenant tout le monde (ou presque…) connaît l’importance de ce message qui a révolutionné le monde de l’informatique.

Logo de Linux

À cette époque, beaucoup d'informaticiens auraient souhaité disposer d'un UNIX mais le coût des licences était trop élevé. Il y a eu des tentatives avec Minix à but scolaire ou Coherent, un unix-like propriétaire vendu l'équivalent d'une centaine d'euros.

Puis une nouvelle s'est répandue : Linux, un Unix libre et bien conçu est disponible ! Cette nouvelle allait révolutionner l'informatique.

On s'attendait à ce que Linux, ou plus exactement GNU/Linux fasse de l'ombre à Microsoft. Pas vraiment, mais il a tué un à un tous les Unix propriétaires !

Maintenant prenons un peu de recul, et façon Retour vers le futur, imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux.

Pas facile ? À vous la parole…

Du noyau aux distributions

Après le noyau sont arrivées les distributions, dont voici les historiques (datant des années 1990) toujours vivantes :

  • Slackware, première version le 16 juillet 1993, dernière sortie : 15.0 rc1, 16 août 2021 ;
  • Debian, première version le 16 août 1993, dernière sortie 11.0 (Bullseye), 14 août 2021 ;
  • Gentoo, première version 31 mars 1999, dernières ISO 1ᵉʳ août 2021.

On ajoutera à cela Red Hat et SUSE qui ont commencé à développer des distributions Linux dans les années 1990.

Et, pour comparaison, côté BSD (donc non basé sur le noyau Linux), on trouve par exemple FreeBSD et NetBSD lancés en 1993, et OpenBSD en 1995.

Le noyau Linux est sous GPLv2, exceptés des BLOB propriétaires. La version 0.01 est sortie le 17 septembre 1991, et la 5.14 le 29 août 2021.

Un monde sans Linux, imaginable, vraiment ?

Aujourd’hui, Linux est le noyau le plus répandu au monde. Il équipe notamment :

  • les 500 meilleurs super calculateurs du monde ;
  • une bonne part des serveurs internet ;
  • la grande majorité des téléphones mobiles1 et des tablettes ;
  • les serveurs d’un grand nombre de grandes entreprises ;
  • les « box » de raccordement à Internet ;
  • de très nombreux ordinateurs « personnels » même s’il ne domine pas ce marché ;
  • les téléviseurs, les caméras de surveillance ;
  • la plupart des liseuses électroniques ;
  • et pas mal d'objets connectés.

Oh, et il est aussi sur Mars, évidemment.


  1. en France, selon le Journal du net, la part de marché des téléphones sous Android était de 76,6 % au premier trimestre 2021 (contre 23,4 % pour iphone), sur LinuxFr, selon ce sondage, elle est de 73 %, toutes rom confondues. 

Aller plus loin

  • # intro...

    Posté par  . Évalué à -10 (+12/-26). Dernière modification le 31/08/21 à 22:14.

    C'est cool de vouloir fêter les 30 piges de penguin, mais l'intro historique de linux est bien bâclée. Je trouve ça regrettable en peu de ligne de ne savoir dire que linux est juste un noyau, initialement sur unix (minix) avant d'être utilisé par GNU…
    Est linux n'a jamais été un unix libre. A la limite un unix-like.

    Après le sujet est sympa.

    • [^] # Re: intro...

      Posté par  . Évalué à 1 (+9/-8).

      Sans vouloir offenser évidemment

      • [^] # Re: intro...

        Posté par  . Évalué à 6 (+6/-0).

        On peut noter que Linus lui-même dans son annonce ne fais pas la distinction. Il annonce le développement d'un système d'exploitation et non d'un noyau.

    • [^] # Re: intro...

      Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

      D'un coté je suis d'accord, mais de l'autre, soyons honnête, on la connaît tous cette histoire.

      • [^] # Re: intro...

        Posté par  . Évalué à 8 (+12/-4).

        Pas forcément, il se peut que de nouveaux utilisateur découvre le site…
        Et quand bien même, ce n'est pas parce que nous connaissons "quasiment" tous l'histoire qu'il faut sortir un article dont la lecture laisse a supposer que c'est ecrit d'une façon précipitée. Si on part de ce principe du "c'est pas grave on connait", on rencontrerait vite bien des problèmes dans la vie de tous les jours.
        Et dans le cas présent, c'est plus plaisant à lire quand les choses ne sont pas erronées et il existe "le devoir de mémoire" qui permet à tout à chacun de redécouvrir, de se rappeler des évènements passés.

    • [^] # Re: intro...

      Posté par  . Évalué à 7 (+6/-1).

      les 30 piges de penguin

      C'est un manchot.

    • [^] # Re: intro...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

      mais l'intro historique de linux est bien bâclée.

      Il manque par exemple 386BSD, qui fait quand même partie des pionniers des unix-like.

    • [^] # Re: intro...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0 (+1/-3).

      mais l'intro historique de linux est bien bâclée.

      Il manque par exemple 386BSD, qui fait quand même partie des pionniers des unix-like.

      • [^] # Re: intro...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0 (+1/-3).

        Oups…

      • [^] # Re: intro...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-0).

        mais l'intro historique de linux est bien bâclée.

        L'article initialement proposé était très (trop) léger. Cependant, nous avions conscience que nous ne pouvions pas l'ignorer et passer cet anniversaire sous silence. Nous (les modérateurs) avons alors préféré l'étoffer. Ce faisant, nous avons vite réalisé qu'il était présomptueux de vouloir relater l'histoire de ces 30 ans. L'invitation aux commentaires était une bonne alternative.

        Pour les déçus de cet article, n'oubliez pas que vous êtes tous des rédacteurs potentiels. Alors, commencez dès maintenant à préparer l'article des 40 ans !

        • [^] # Re: intro...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

          Bof en même temps c’est pas grave, c’est juste un compte qui tombe rond sur notre façon de compter le temps, ça signifie pas grand chose en vrai.

          Ça permet juste de se rappeler le temps qui passe et de voir les évolutions. Moi ça m’a permis (via d’autres articles mentionnant les 30 ans) d’aller relire un peu les moment forts du noyau : passage la version 2.0 et les modules, le versioning jusqu’au 2.6, l’intégration d’USB3, de squasfs, de btrfs, les nouveaux ordonanceurs, les noyaux SMP et RT, …

          Ça permet surtout d’entamer des discussions et de se remémorer des événements ;-)

          • [^] # Re: intro...

            Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

            Ça permet surtout d’entamer des discussions et de se remémorer des événements ;-)

            Le passage à la libc6 ! :)

        • [^] # Re: intro...

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

          Relater 30 ans d'hiy pour fêter l'anniversaire, effectivement, ça serait un gros morceau. Néanmoins, juste garder les points clés est largement suffisant. Mais dans ce cas ci, c'est vraiment plus que survolé. Je pense plus par maladresse qu'intentionel: des thermes incohérents ou un manque de précision là où il était nécessaire.

  • # Slackware n’est pas devenue une distribution « à développement continu »

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+18/-0).

    Slackware, première version le 16 juillet 1993, dernière sortie : 15, avril 2021 (bêta), et passe du système de version à celui du développement continu à partir de là

    Non, Slackware est toujours versionnée, la dernière version stable est la 14.2 (2016), et la 15.0rc1 est sortie il y a quinze jours.

    Slackware-current est juste une branche de développement (que les utilisateurs qui ne veulent pas attendre la prochaine version stable peuvent utiliser comme une rolling release s’ils le veulent), elle ne remplace pas les versions stables.

    Personne ne dit que Debian est une distribution rolling release juste parce que la branche Sid existe, si ?

  • # Et Red-Hat ?

    Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

    Après le noyau sont arrivées les distributions, dont voici les historiques (datant des années 1990) toujours vivantes

    Si je comprend bien cette phrase, Red-hat devrait apparaître le 3 novembre 1994 étant donné son importance dans l'écosystème Linux… ou alors quelque chose m'a échappé ?

    • [^] # Re: Et Red-Hat ?

      Posté par  . Évalué à 3 (+4/-1).

      De même pour SuSE

      • [^] # Re: Et Red-Hat ?

        Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0). Dernière modification le 01/09/21 à 09:59.

        Effectivement, la lecture de cette dépêche m'a laissé un peu perplexe. J'ai l'impression qu'elle a hésité entre juste donner l'information des 30 ans et faire un historique de ces 30 ans.

        Et au final, cela donne quelque chose d'un peu bizarre, où certains détails hyper annecdotiques sont donnés (comme Coherent, jamais entendu parler et apparemment cela n'a pas marqué l'histoire de l'informatique) et d'autres pans non évoqués comme certaines distributions majeures.

        Note : le lien wikipedia pour Coherent est erroné. Pour moi, ce serait https://fr.wikipedia.org/wiki/Coherent

      • [^] # Re: Et Red-Hat ?

        Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

        SuSE est à l'origine basée sur SlackWare qui est elle-même basée sur SLS. Puis elle s'est ensuite basée sur Jurix en 1996.

        Si l'objectif était juste de mettre les premières distros "mères" encore vivantes, alors il est logique que SuSE ne soit pas présente.

        Si on veut vraiment être tatillon, SlackWare ne devrait même pas apparaître puisqu'elle est basée sur SLS. Elle est donc elle aussi une distro fille :).

        Mais concernant Red Hat, c'est effectivement un peu triste de l'avoir oublié…

        La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

        • [^] # Re: Et Red-Hat ?

          Posté par  . Évalué à 4 (+5/-1). Dernière modification le 01/09/21 à 11:25.

          SuSE premiere distri commerciale. Ce n'est pas rien.
          Après oui ça se discute, mais je pense qu'à l'époque on était encore loin du concept distribution mère/fille comme nous le connaissons aujourd'hui.

          • [^] # Re: Et Red-Hat ?

            Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

            Je ne sais pas pour Suse, mais il me semble me souvenir qu'il y avait une distrib Chéops en son temps, elle aussi payante.
            Si je me souviens bien, elle était française et a débouché sur Mandrake ?!?

            • [^] # Re: Et Red-Hat ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

              C'était Kheops, et oui, elle était française, basée sur Slackware, mais n'a pas débouché sur Mandrake (qui si ma mémoire est bonne était plutôt une RH francisée à la base).

              Je suis étonné de ne pas avoir trouvé de page Wikipedia sur cette distro. Il y a une ancienne dépêche : https://linuxfr.org/news/logiciels-du-soleil-la-fin-dune-epoque

              • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

                Ouaip le lien sur l'article, c'est cela. Ensuite les Logiciels du Soleil sont rachetés par RedHat et Mandrake fut dérivée de RedHat. La première version de Linux que j'avais installé était la Mandrake 6.
                Que de souvenir, le temps qu'il fallait… juste pour installer une carte son SoundBlaster. On avait peur de rien à l'époque. :-D

                • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

                  Oui la première mandrake 5.1 n'était qu'une redhat avec KDE intégré. Tout cela ne me rajeunit pas, j'avais installé très laborieusement ma première distrib linux en 1995 à partir de 30 disquettes, on pouvait pas en faire grand chose, et j'ai enchaîné l'ensemble des mandrake/mandriva/mageia depuis la 5.1 en 1998

                  https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

              • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 03/09/21 à 00:31.

                L'idée derrière Mandrakelinux c'était une RedHat avec KDE.

        • [^] # Re: Et Red-Hat ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -4 (+3/-9).

          Pas oublié, j'ai commencé à la mettre, mais comme j'ai lu que le développement de la toute première a été abandonné, je ne l'ai pas ajouté. Encore une fois, je suggère de corriger la page Wikipédia si vous en savez plus.

          « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

          • [^] # Re: Et Red-Hat ?

            Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0). Dernière modification le 01/09/21 à 13:56.

            SuSE premiere distri commerciale. Ce n'est pas rien.
            Après oui ça se discute, mais je pense qu'à l'époque on était encore loin du concept distribution mère/fille comme nous le connaissons aujourd'hui.

            Je pinaillais un peu pour la logique des distros présentes dans le journal. De mon côté je n'ai aucun problème à ce qu'on mentionne les distributions majeures, dont SuSE fait indiscutablement partie.

            Pas oublié, j'ai commencé à la mettre, mais comme j'ai lu que le développement de la toute première a été abandonné, je ne l'ai pas ajouté. Encore une fois, je suggère de corriger la page Wikipédia si vous en savez plus.

            Une fois n'est pas coutume, je rejoins Zenitram sur l'histoire de RHL/RHEL.

            Il n'y a techniquement pas de différences majeures entre RHL et RHEL. Grossièrement, RHL est devenu Fedora et RHEL la distribution commerciale qu'on connait aujourd'hui.

            Mais honnêtement, on peut considérer que c'est juste un changement de dénomination. D'ailleurs la "Linux distribution timeline" de Wikipédia n'a pas pris en compte ce changement de dénomination et considère que c'est toujours la même distribution (et c'est techniquement le cas).

            Après libre à toi de décider du contenu du journal. Mais je trouve franchement dommage de ne pas citer Red Hat alors qu'elle a tant apporté et apporte encore à tout l'écosystème Linux en plus de faire partie des distros pionières.

            (et c'est un Archeux qui écrit ça :D)

            La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

            • [^] # Re: Et Red-Hat ?

              Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

              Après libre à toi de décider du contenu du journal.

              Rhaaa mais quel manque de rigueur : ceci est une dépêche pas un journal !

              Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

              • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

                Comment ais-je pu…

                Pardonnez-moi les bivalves…

                La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

    • [^] # Re: Et Red-Hat ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -10 (+5/-21). Dernière modification le 01/09/21 à 09:55.

      Alors, Red Hat Linux, toute première distribution de Red Hat est bien née en 1994, mais son développement a été abandonné en 2003 (remplacé par Fedora), et la Red Hat actuelle est une autre distribution plus récente.

      Concernant SUSE, c'est l'entreprise qui a été créée en 1992, la distribution actuelle est plus récente, comme pour Red Hat en fait. Les chemins sont similaires.

      Ou alors corrigez les pages Wikipédia si vous êtes si savants.

      « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

      • [^] # Re: Et Red-Hat ?

        Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 01/09/21 à 10:05.

        Je suis allé voir la page wikipedia de Suse suite à tes informations. Mais là, je vois que :

        "La première version de cette distribution apparut au début de l'année 1994, faisant de SUSE la plus ancienne distribution commerciale encore existante. Elle acquiert sa renommée grâce à son outil de configuration YaST. "

        Je ne comprends plus, tu m'as paumé.

        • [^] # Re: Et Red-Hat ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+3/-4).

          Honnêtement, je me suis peut-être emmêlée les pinceaux sur SUSE. Tout cela est très embrouillé :-). Surtout quand, sur cette page, tu as :

          En 1996, la première véritable distribution de l'entreprise fut publiée sous la dénomination S.u.S.E Linux 4.2.

          « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

      • [^] # Re: Et Red-Hat ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+14/-4).

        Ou alors corrigez les pages Wikipédia si vous êtes si savants.

        Il y a l'officiel (RHL arrêté au profit de RHEL), et la pratique où la plupart des gens considèrent que c'est des problèmes commerciaux plus qu'autre chose et que RHEL est dans la lignée de RHL vu que c'est les mêmes derrière donc qu'on peut prendre comme "date de naissance" de RHEL celle de RHL.

        Pour faire un parallèle (pourri peut-être, j'ai que ça en stock la maintenant), une personne qui change son nom lors d'un mariage ne naît pas le jour de son mariage bien que ce soit la première fois que ce nom est utilisé et que quelque chose a changé.

        C'est tout.

        • [^] # Re: Et Red-Hat ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -10 (+5/-20).

          Et bien corrigez la page Wikipédia puisque vous savez tout. Pas compliqué.

          « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

          • [^] # Re: Et Red-Hat ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-2).

            Mais pourquoi la page wikipedia ? Tu ne cesses de dire ça dans tes précédents commentaires ? C’est pas la page discussion de Wikipedia ici, on parle de modifier l’article publié sur Linuxfr.

            • [^] # Re: Et Red-Hat ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1 (+10/-11).

              Parce que l'info vient des pages Wikipédia et que, si elle vous semble incorrect, ça paraît correct de les corriger.

              « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

              • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+6/-6). Dernière modification le 01/09/21 à 17:13.

                Parce que l'info vient des pages Wikipédia

                ha bon? (head shot dedans, Wikipedia dit le contraire de ce qu'il y a dans la dépêche, suivant où on lit)

                Pourrais-tu s'il te plaît prendre 1 minute pour lire le commentaire auquel tu réponds? On voit que tu ne l'a pas fait, car il dit déjà clairement la différence entre le formel et ce que les gens comprennent, donc ton argument (sic) Wikipedia est hors sujet, et le répéter ne le rend pas moins hors sujet. C'est dommage, tu aurais pu argumenter ton opinion à la place.

                Wikipedia n'est pas à corriger car est formellement juste. Ce qui n’empêche en rien de ne pas prendre le discours "marketing" à la lettre. Ca n'a rien à voir à part montrer fuir la discussion.

                Tu pourrais simplement dire que tu n'as pas envie d'inclure cette distro qui ne te plaît pas (mais faudrait assumer une subjectivité, certes…).

                C'est lourd.

                • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -7 (+6/-16).

                  Je n'ai aucun avis sur ces distros. Et je lis tous les commentaires (hélas).

                  Si vous étiez moins agressif, j'aurais déjà trouvé un moyen de corriger cette dépêche (dont je ne suis ni l'initiatrice, ni la seule auteure) avec ces éléments d'informations. Mais là ça ne donne pas envie. Pas compliqué.

                  « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

                  • [^] # [HS] Agressivité dans les commentaires

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+16/-5). Dernière modification le 01/09/21 à 18:12.

                    Si vous étiez moins agressif

                    STOP. Je défie quiconque d'argumenter de bonne foi que ce message est agressif. Par contre ce message (sa dernière phrase) me semble des plus agressifs (et pour se faire moinsser aussi fort sans délit d'opinion, il faut y aller quand même fort), et c'est par la, répété, que ça monte dans les tours.

                    Ici, c'est balancer à répétition un truc bateau "Ou alors corrigez les pages Wikipédia si vous êtes si savants." quand on a une contre-argumentation qui déplaît qui est agressif.

                    La "mauvaise ambiance" ne vient pas forcément du bouc émissaire facile…

                  • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                    Posté par  . Évalué à 10 (+23/-4). Dernière modification le 01/09/21 à 19:52.

                    Si vous étiez moins agressif

                    Le tout premier commentaire du fil m'avait l'air tout à fait courtois, tu lui as pourtant répondu avec un ton que je ne comprends pas : «Ou alors corrigez les pages Wikipédia si vous êtes si savants.»

                    Du coup ouais tu as lancé un fil d'agressivité dans tous les sens et ouvert la porte à l'autre qui aime bien agresser tout le monde. C'est dommage y'avait pas lieu…

                    • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -6 (+4/-12).

                      Il ne m'a pas apparu courtois. Passons, c'est corrigé.

                      « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

                      • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                        Posté par  . Évalué à 9 (+8/-0).

                        S'il s'agit bien du mien, j'y ai mis autant de précautions que possible car je regrettais amèrement de ne pas avoir participé à la dépêche plutôt que de sembler râler devant le fait accomplit. Après, je ne suis pas très bon littéraire, je me suis donc peut-être mal exprimé malgré tout.
                        J'étais aussi tenté de mentionner SUSE qui me paraît aussi historiquement importante mais je ne voulais pas en rajouter, justement…

                        Si le fait que les auteurs d'une distribution aient décidé à un moment donné de faire une refonte importante de leur travail peut prêter à discussions sur l’authenticité de la version actuelle, le fait que le nom et les auteurs n'aient pas changé lors de ces refontes en fait de mon point vue la continuité d'un même projet, comme quand une application subit un changement de numéro de version majeur à la suite d'une refonte importante de la base du code, mais j’admets que ça se discute, d'autant que je suis loin d'être un expert, et je me garderai bien de donner des leçons aux auteurs des pages Wikipedia qui eux le sont certainement…

                        • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+6/-3). Dernière modification le 02/09/21 à 10:13.

                          j'y ai mis autant de précautions que possible

                          Pour te rassurer, ton commentaire était largement suffisamment courtois (c'est la réponse qui t'a été apportée qui ne l'était pas du tout).

                          j’admets que ça se discute

                          C'est assez subjectif, en effet, on aurai pu en débattre de manière courtoise…
                          Ceci dit, la dépêche a été modifiée pour inclure ta remarque avec un "compromis" (pas mis au même niveau que les autres du fait du petit changement technique et du petit changement de nom, soit).

                          • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                            Posté par  . Évalué à 3 (+2/-0).

                            Merci. Ça me paraît plus logique étant donné l'importance de ces deux distributions, effectivement.

                  • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                    Posté par  . Évalué à 10 (+16/-2).

                    Si vous étiez moins agressif, j'aurais déjà trouvé un moyen de corriger cette dépêche

                    Ben ça alors, c'est l'occipital qui se moque de la charretée, là. Franchement, relis tes commentaires et ceux auxquels tu réponds, avec un peu de recul tu verras que c'est toi qui réponds agressivement (« vous n'avez qu'à corriger wikipe, puisque vous êtes si savants », de surcroît lourdement répété) à des commentaires qui font poliment des remarques sur l'inexactitude de certaines informations de la dépêche (devaient-ils se taire ? Savaient-ils que c'était toi qui avait fourni l'information ?)

                    On peut quand même subodorer qu'un site dont le nom est linuxfr et dont les membres sont souvent des barbus ayant fait leurs dents informatiques sur ce système est probablement plus fiable que le site touche-à-tout wikipedia, et dont l'article en question peut avoir été écrit par n'importe qui. Et on peut accepter sans acrimonie les critiques faites par des gens qui s'y connaissent quand même un peu en ce domaine.

                    Wikipe n'est pas à ma connaissance une référence universelle, ni parole d'évangile. Même s'il est légitime que tu proposes (je dis bien _proposes_) de corriger la page en question, je ne vois pas en quoi ça devrait être ni une obligation ni une évidence, encore une fois, wikipe, malgré sa praticité, n'est pas l'ultime référence, loin de là.

                    Pour moi, wikipe est un peu ce qu'est google pour l'utilisateur lamba (ou ddg pour les plus sages :-)) : le point de départ de mes recherches.

                    Quant au fait de pouvoir "trouver un moyen de corriger l'article", mais que le fait d'avoir été contrariée t'en as "retiré l'envie", je n'en dirais pas plus, ça parle de soi-même.

                    • [^] # Re: Et Red-Hat ?

                      Posté par  . Évalué à 3 (+3/-1).

                      Mmmh, doublon avec le message de Faya, posté pendant que je rédigeais le mien.

    • [^] # Re: Et Red-Hat ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0).

      Roh, c'est pourtant simple l'histoire des distributions Linux. Non ?

  • # Trollesque

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+10/-9).

    Entre déterrer le terme "GNU/" d'entre les morts (comme M$, je n'en voyais plus passer, et il y a de moins en moins de GNU, au mini en relatif, dans nos ditros) et "oublier" la distro "pour les pros" qui est la plus installée chez les gros, et qui fournit pas mal de contribution sur le noyau et même sur tout l'écosystème, comme certes un peu plus tard mais la distro la plus connue du grand public (ho un filtre pratique sur les années 90), la dépêche n'est pas du tout orientée vers une petite partie seulement de l'écosystème autour de Linux… :-p

    • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

      Posté par  . Évalué à 10 (+25/-3). Dernière modification le 01/09/21 à 14:02.

      Eh bien pour ma part, je trouve au contraire que le terme GNU/ devant linux fait toute la différence (même si je trouve qu'il est excessif de vouloir qu'il soit systématiquement accouplé au terme linux quand on parle des distros qui nous sont chères).

      Il n'y a qu'à voir ce qu'un noyau linux non accompagné d'un environnement GNU a donné, entre android, les liseuses, les routeurs, les TV connectées et autres objets dont on est entourés et sur lesquels on a perdu le contrôle. Dans ce cas, la licence ouverte du noyau ne protège en rien l'utilisateur final, il permet peut-être de baisser un peu le coût de l'objet (ou bien plus probablement d'augmenter la marge dans la chaîne fabrication/distribution).

      Pour android, tu vas me répondre qu'on peut installer un autre système, mais pour ma part je ne me risquerais pas à virer android sur le téléphone d'un ami qui me le demanderait, alors que j'ai souvent installé des linux (GNU ;-)) sur les ordis de tiers. OK, la faute en est également à ARM, mais bon, si l'environnement android était aussi amical que celui de GNU, on n'en serait pas là avec les spyphones (dont je suis d'ailleurs dépourvu).

      J'ai une liseuse, et j'ai essayé de la bidouiller car son système ne me satisfait pas du tout, eh bien bonjour, pour arriver à y faire quelque chose de tangible. Même pour changer la micro-SD sur lequel est installé le système et qui s'était mise en R/O (faille matérielle), ç'a été la croix et la bannière, et c'était totalement inaccessible au commun des mortels (et il fallait le faire à l'aide d'un… GNU/linux ;-)).

      Bref, sans vouloir faire de l'intégrisme à la FSF quant à l'appellation, la présence de GNU dans nos distros est essentielle comme composant de la liberté que nous amène ces distros, et à mon avis, un GNU/Hurd (si Hurd avait vu le jour comme noyau abouti <troll inside/>) n'aurait pas fondamentalement changé le paysage de nos PC, alors qu'un linux sans GNU…, well, il n'y a qu'à voir l'exemple d'android….

      Quant à M$, si je te donne raison quand à la ringardise du terme, je ne le vois nulle part ni dans la dépêche, ni dans les commentaires, que vient-il faire dans ton commentaire ?

      (P.-S. : Mon dieu, qu'ai-je fait ! Je viens d'engager un troll avec Zenitram… ;-))

      • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

        Posté par  . Évalué à 7 (+7/-2).

        Questions:

        1. void-linux est-elle une GNU/Linux, compte tenu du fait qu'elle fournit un build basé sur musl?
        2. Si les expérimentations de Debian sur l'usage d'autres noyaux (kFreeBSD et kHurd, principalement) avaient fonctionné, devrais-t-on malgré tout la considérer comme une distribution GNU/Linux?
        3. si mon système (debian) n'intègre bash que par tradition et pour quelques scripts «mineurs» (certains pre/post inst/rm, en fait, et encore) doit-on vraiment la considérer comme une distribution GNU?
        4. en fait, moi, j'utilise principalement des logiciels non-GNU, y compris mon compilo préféré, pour des raisons de confort et de performance. Dois-je malgré tout considérer mon système comme GNU?
        5. et d'ailleurs, le kernel, je m'en fout un peu. Mon OS, c'est plutôt Debian, non? Que ça tourne sous le capot grâce à GNU ou grâce à linux, on s'en fout pas un peu? Ou alors, il serait probablement pertinent d'appeler ça: «GNU/Systemd/Linux/Gnome» non (sauf que moi, je n'utilise pas gnome ni systemd ni gnu, mais le but n'est-il pas de faire plaisir aux intégristes en manque de reconnaissance, incapables d'admettre qu'ils n'ont jamais réussi à fournir un noyau fonctionnel et donc de faire un OS complet qui marche réellement sur le matériel)?

        Ouuups je suis en avance de 2 jours…

        • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+13/-0).

          1. Un OS est davantage qu’un noyau et une lib C. Maintenant, en remplaçant tous les outils GNU on peut refaire un système d’exploitation (en les prenant chez les BSD par exemple) et effectivement certaines distributions Linux pourraient se revendiquer non GNU. N’utilisant pas Void, je ne sais pas d’où viennent ses outils en espace utilisateur.

          2. Ces expérimentations étaient effectivement intitulées « Debian GNU/Hurd » et « Debian GNU/kFreeBSD ».

          3. Si tu remplaces Bash, binutils, coreutils, GCC, grep, etc, à un moment tu pourras ne plus utiliser d’outils GNU, mais clairement pas sur une Debian qui, même minimale, repose sur le « userland GNU ».

          4. Tu fais ce que tu veux…

          5. … mais si tu utilises Debian, alors il va falloir te faire à l’idée que tu utilises indirectement beaucoup de GNU. Ensuite la pertinence du nom dépend des raisons qui motivent le choix. En l’occurrence chez Debian, ce qui a permis de faire un système d’exploitation et une distribution autonome, c’était bien de combiner les outils GNU et le noyau Linux, d’où le nom « Debian GNU/Linux ». Aujourd’hui, Debian empaquette tellement de paquets d’origines variées que tu peux juger ce nom peu pertinent, en attendant si le nom reste c’est que GNU et Linux sont les deux briques essentielles qui ont permis à Debian d’exister, à la fois historiquement et encore à ce jour assez significativement d’un point de vue technique. Effectivement, depuis, il y a d’autres briques importantes qui sont entrées dans Debian, mais je crois qu’aucune n’a eu l’importance de ce qu’ont pu être (et sont encore) les projets GNU et Linux pour Debian.

        • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+11/-1). Dernière modification le 02/09/21 à 11:01.

          Si tu as mal aux genoux, consulte un kiné! :-)

          Malgré le côté quelque peu épidermique de la réaction de RMS à propos du "GNU/Linux", à la vérité, au début, une OS basé sur le noyau Linux comportait énormément voire exclusivement des outils GNU.

          Telle est l'histoire. On ne peut pas enlever le fait que Linux, comme noyau et comme distributions - j’assume l'abus de langage - doit beaucoup au projet GNU.

          Que ce soit moins le cas aujourd'hui, possiblement, certains dirons clairement, mais à quelle échelle?

          Est-ce que les choses auraient pu être différentes ? Sans doute.
          Est-ce que Linux au sens large serait la même chose sans les outils GNU ? Vas savoir ?
          Une part du succès de "Linux" tient aussi à la chance et à son adéquation avec l'air du temps au moment où il est arrivé. Les BSD avaient en effet techniquement tout ce qu'il fallait pour être un Linux en terme de succès.

          Parler ensuite de "GNU/Systemd/Linux/GNOME", c'est un détournement de focale, c'est un effet de rhétorique, et ce, sans rien enlever au mérite des ces projet.

          En effet, tant Systemd que GNOME ne seraient rien sans "Linux", vu qu'ils ont été conçus (quasi-)exclusivement pour "Linux", alors que le noyau Linux n'a pas été conçu pour faire tourner des outils GNU. Il se trouve juste qu'il a été conçu avec et autour d'outils GNU

          Mes deux ¢ … Ah mince ! j'ai marché dedans. :-)

          0. Assume good faith 1. Be kind to other people 2. Express yourself 4. Apply rule 0

          • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+5/-1).

            Telle est l'histoire. On ne peut pas enlever le fait que Linux, comme noyau et comme distributions - j’assume l'abus de langage - doit beaucoup au projet GNU.

            Et inversement, le projet GNU en ayant fait en sorte que le noyau linux soit GPL, doit beaucoup à Linux. Tout ça est intriqué, et comme tu le dis :

            Est-ce que les choses auraient pu être différentes ? Sans doute.

            Mais puisque :

            Les BSD avaient en effet techniquement tout ce qu'il fallait pour être un Linux en terme de succès.

            pourquoi ces véritables descendants d'Unix se sont fait voler la place ? À cause de leur licence ? Si oui, GNU won!

            « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

            • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8 (+6/-0). Dernière modification le 02/09/21 à 22:59.

              Et inversement, le projet GNU en ayant fait en sorte que le noyau linux soit GPL

              Euh, ce n’est pas le projet GNU qui a « fait en sorte que le noyau Linux soit [sous licence] GPL », c’était purement un choix de Torvalds.

              pourquoi ces véritables descendants d'Unix se sont fait voler la place ? À cause de leur licence ?

              C’est plutôt lié au fait qu’à l’époque, le statut juridique des BSD libres était incertain, du fait de leur filiation directe avec le code original d’UNIX (dont au moins une partie appartenait à AT&T).

              Le système GNU et le noyau Linux avaient tous deux l’avantage d’être des créations originales, ne contenant que du code nouvellement écrit et non dérivé des unixes historiques. On pouvait donc les utiliser sans risque qu’AT&T ou un autre détenteur de droits sur une partie quelconque d’UNIX ne vienne t’accuser de violer leur propriété intellectuelle¹.

              Progressivement, les BSD se sont débarrassés des bouts de code problématiques, mais entre-temps GNU/Linux avait déjà décollé…


              ¹ Du moins en théorie. En pratique, le fait que le code de Linux soit complètement original n’empêchera pas, quelques années plus tard, SCO de prétendre le contraire et d’accuser les utilisateurs de Linux de violer sa propriété intellectuelle…

              • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

                Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

                Je suis surpris de ne pas avoir lu en réponse à mon post que le kernel linux à longtemps nécessité les extensions GNU pour le coup :p

                Personnellement, je préfère toujours qualifier mon système par son vrai nom plutôt que "c'est un Linux" ou "c'est un GNU/Linux". Non. C'est Debian, dans mon cas. Qui est différente d'Ubuntu.
                Après, je suis d'accord qu'on peut utiliser le terme GNU/Linux pour décrire la famille, en supposant que ça ajoute vraiment une précision utile… mais personnellement je m'en garderais bien.

              • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                Euh, ce n’est pas le projet GNU qui a « fait en sorte que le noyau Linux soit [sous licence] GPL », c’était purement un choix de Torvalds.

                Ok, il me semblait que c'était RMS qui avait mis la pression à Linus, qui était plus intéressé par le développement du noyau que par ces histoires de licences, en lui vantant les mérites de la GPL. Mais ma mémoire me fait certainement défaut.

                « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

                • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

                  Posté par  . Évalué à 10 (+8/-0).

                  A la base, Linus ne voulait pas qu'on puisse se faire de l'argent sur son code (il admet que c'était une erreur de sa part, et cela n'a pas duré). Il voulait que les gens puisse prendre le code pour faire ce qu'ils voulaient mais (surtout) qu'ils doivent retourner les changements effectués. Et c'est pour cela qu'il a utilisé la GPL v2, car il a estimé que ça "faisait le job".

                  Dans cette interview, on peut lire :

                  The GPL ensures that nobody is ever going to take advantage of your code. It will remain free and nobody can take that away from you. I think that's a big deal for community management.

                  C'est aussi pour ça qu'il n'aime pas trop les licences permissives de type BSD (où tu n'es pas obligé de partager les changements) :

                  "Over the years, I've become convinced that the BSD license is great for code you don't care about"

                  • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                    Merci pour ces éclaircissements ainsi que les liens. On en apprend tous les jours sur linuxfr !

                    « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

                • [^] # Re: Trollesque ? Pas tant que ça.

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10 (+9/-0).

                  Avant que Linux ne perce et qu'il soit sous licence GPL, RMS et Linus ne se sont guère parlés.
                  L'autobiographie de Linus mentionne surtout qu'il a assisté à une conférence de RMS où il parlait de LL, de la GPL et qu'il a vu que GCC, le compilateur qu'il utilisait, était sous GPL aussi. Il a pris la décision seul et clairement sans que RMS fasse une quelconque pression à ce sujet.

  • # Développement continu ?

    Posté par  . Évalué à 3 (+3/-0).

    Rolling release : je le traduirais plutôt en Déploiement continu voire Publication continue (d'après wikipédia).
    Le développement des logiciels n'ayant rien à voir et sera toujours fait "en continu".

  • # concurent

    Posté par  . Évalué à 3 (+0/-0).

    Le lien concurrent computer semble cassé.

    "La première sécurité est la liberté"

  • # Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

    Posté par  . Évalué à 8 (+7/-0).

    C'est aussi et surtout imaginer ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans la domination de l'Open-Source. En 2000 tout était encore possible car le modèle Open-source était bien loin de l'emporter sur le modèle commercial. Les serveurs tournaient encore majoritairement sur du Windows Server ou du Oracle (même s'il se base en partie sur Linux). Unix et les différents OS propriétaires étaient bien implantés, ils auraient aisément captivé le marché de l'embarqué. Les téléphone auraient tourné sous l'OS de Nokia (ou sous Apple).
    En fait concrètement dans la vie quotidienne cela n'aurait pas changé grand chose pour madame Michu.
    Par contre cela auraient énormément bridé l'innovation et gêné l'émergence de bon nombre de start-up. L'open-source est une fabuleuse source de talents, il permet de passionner des ados qui autrement aurait moins développés de compétences utiles aux entreprises informatiques et donc auraient réclamés des salaires plus élevé ou des formations internes plus importantes ou se seraient moins investis (notamment dans de l'open-source).

    Cela serait aussi très mauvais pour la sécurité informatique car les logiciels propriétaire auraient fait des efforts minimaux pour la sécurité (entravé par le fait que mettre a jour un sous-composant serait payant).

    Au final l'informatique aurait mis plus de temps à intégrer le monde d'aujourd'hui car il serait resté assez cher et surtout beaucoup moins libre.

    On peut aussi imaginer un monde plus libre et plus décentraliser, ou les site-web seraient hébergés à la maison sur YunoHost, ou Skype et les réseaux sociaux seraient des application décentralisées comme Element (Riot)…

    Mais en réalité on se dirige bien vers plus d'open-source, notemment dans l'open-hardware avec RISC-V mais malheureusement vers une centralisation et un contrôle à la chinoise un peu partout (et surtout en France).

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  . Évalué à 9 (+9/-0).

      On aurait également vecu un éclatement de différents standards et peu d'interopérabilité.

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  . Évalué à 6 (+5/-1).

      Par contre cela auraient énormément bridé l'innovation et gêné l'émergence de bon nombre de start-up

      Est-ce que des Google ou AWS auraient pu décoller s'il n'y avait eu que des OS propriétaires qui "protègent l'innovation" (la vraie ⸮) ?

      Sinon, dans un monde sans Linux, est-ce que l'informatique en nuage se serait appelée informatique en armoire ? Remarquez, ça serait pratique car une armoire se met facilement on the edge.

      Dans un monde sans Linux, on serait plus scalabilité verticale qu'horizontale je pense. Donc, est-ce que certaines boites (probablement américaines, certainement innovantes) disrupteraient le marché en installant carrément des conteneurs chez leurs clients ?

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  . Évalué à 4 (+4/-2).

      Et les développeurs utiliseraient ClearCase, ou pire, un Git sur lequel Linus aurait eu encore plus de temps pour le rendre encore plus abscons.

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+3/-1). Dernière modification le 02/09/21 à 19:41.

      Enfin un commentaire dans l'esprit de la dépêche …

      Car au départ il s'agissait avant tout

      1 : de marquer les 30 ans d'un évenement fondateur (le message de linus)
      2 : de réfléchir à ce qu'aurait pu être l'informatique s'il n'y avait pas eu ce message

      Car,

      je vous parle d'un temps
      que les moins de 20 ans
      ne peuvent pas connaître …

      L'informatique en ce temps la … n'arborait pas de lilas

      mais pour le moindre logiciel il fallait mettre la main au portefeuille

      Il existait bien, du coté de l'amiga, les disquettes 'Fred Fish' avec pas mal de freeware.

      Mais pour utiliser la plupart des langages il fallait passer par certaines librairies et certains fichiers qui ne pouvaient pas être distribués car soumis a une licence.
      Le Compilateur / langage C sous Amiga coutaient quasiment 1 mois de salaire à l'époque.

      Bref rien n'était simple … surtout si tu n'avais pas de sous :(

      Maintenant, on a accès à tellement de langages, librairies et logiciels que cela donne le tournis.

      Et j'aimerais voir le matériel suivre l'exemple du logiciel, prenez l'exemple des imprimantes 3D, tu peu commencer a bricoler la tienne toi même si tu as le courage.

      Par contre pour avoir un truc qui tient la route, faut des matériaux un peu plus costaud et surtout bien travaillé et la tu vois tout de suite la différence dans le prix.

      Mais au moins tu sais pourquoi

      A quand une imprimante open source ? pour eviter de se faire racketer par Epson avec les cartouches …

      • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

        Posté par  . Évalué à 9 (+7/-0).

        mais pour le moindre logiciel il fallait mettre la main au portefeuille

        Nous n'avons pas dû vivre au même endroit.

        Pour l'usage personnel, il était facile de trouver des versions pirates de beaucoup de logiciels.

        Ce n'était pas légal mais bien gratuit.

        Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -3 (+3/-8). Dernière modification le 02/09/21 à 20:56.

        mais pour le moindre logiciel il fallait mettre la main au portefeuille

        Je ne sais pas dans quel monde tu vivais, mais dans le monde réel c'était 0 € (plus précisément : le prix des supports vierges) pour 99% de la population intéressée sur 99% des logiciels intéressants. (je parle de pratique, pas de légalité).

        Ce n'est pas en (se) cachant la réalité de l'époque qu'on peut être crédible quand on dit ce que Linux a apporté.

        • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

          Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0).

          Ce n'est pas en (se) cachant la réalité de l'époque qu'on peut être crédible quand on dit ce que Linux a apporté.

          Mais pourquoi tu écris cela ?

          C'est ton interprétation de dire que Christophe (se) cache la réalité.

          Factuellement, comment peux-tu ainsi affirmer (implicitement) que Christophe ne décrit pas dans son message le monde / la réalité dans laquelle il vivait ? Ce n'est pas parce que ce n'est pas le même que le tien et que le mien que ce monde n'a pas existé.

          Par exemple, dans mon monde, les locataires paient leur loyer à temps et sans rappel du propriétaire. Vu les réactions de mes propriétaires succesifs, je crois comprendre que cela n'est pas le cas dans d'autres mondes voir que mon monde est en fait plutôt une exception. Cela n'empêche que c'est bien ma réalité / mon monde.

          Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

          • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -10 (+1/-14). Dernière modification le 03/09/21 à 08:22.

            Par exemple, dans mon monde, les locataires paient leur loyer à temps et sans rappel du propriétaire.

            Très bon exemple : les propriétaires qui pensent que ton monde est unique et font leur plans financiers en fonction de ce monde qu'ils connaissent sont les premiers à avoir des problèmes financiers quand le monde réel s'invite à la fête.

            En affichant une défense de Christophe tu l'enfonces, pas très gentils ;-).

            PS : Linux sur le desktop est toujours que quelques pourcents, le gain financier théorique semble ne pas suffire…

            • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

              Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

              Il me semble qu'avec la phrase suivante, tu accuses Christophe de quelque chose de l'ordre de la déformation volontaire de la réalité

              Ce n'est pas en (se) cachant la réalité de l'époque qu'on peut être crédible

              La seule question que je t'adressais, c'était de savoir qu'est-ce qui factuellement te permet de dire que c'est le cas et pas simplement que Christophe a vécu dans un autre monde que nous ?

              À mon humble avis, si tu n'as pas de tels éléments factuels, il n'est pas très urbain d'attaquer ainsi quelqu'un dont le seul tort pourrait d'avoir vécu dans un autre monde que le tien.

              Tu aurais pu juste te limiter à lui expliquer qu'à ton avis son expérience ne collait pas avec celles du plus grand nombre et que toujours à ton avis c'est tout autre chose que la gratuité qu'a apporté Linux et le libre. Tu vois l'idée ?

              Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

      • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

        Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

        Personnellement, je peux parler au moins de ce que linux m'a apporté, même si je ne pratique réellement que depuis moins de 15 ans.

        Il m'a fallu beaucoup, beaucoup de temps pour comprendre windows (oui, j'entend comprendre, pas juste ouvrir un fichier… mais connaître la liste des processus, savoir à quoi ils servent, connaître les services, savoir naviguer dans la base de registre, et donc nettoyer les trucs inutiles, etc etc).
        Ce n'est même pas une connaissance du code interne, et pourtant c'est, honnêtement, déjà pas mal (bon, j'ai tout perdu, hein…).

        Il m'a fallu moins de 3 ans pour atteindre le même niveau sur debian, et a temps égal en tant que système principal, mon niveau a augmenté beaucoup, beaucoup plus vite.
        L'accès aux source à pu aider, possible, mais je pense que dans l'ensemble, c'est le fait que, au moins debian, n'essaie pas de décourager l'utilisateur à comprendre comment ça marche.

        L'aspect négatif, c'est que du coup, je ne sais probablement plus utiliser les divers outils de cracking que j'utilisais étant ado :D

      • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

        Posté par  . Évalué à 3 (+2/-1).

        e vous parle d'un temps
        que les moins de 20 ans
        ne peuvent pas connaître …

        Tu ne veux pas dire les moins de 30 ans ? Voire même 40 ?

        mais pour le moindre logiciel il fallait mettre la main au portefeuille

        Il existait bien, du coté de l'amiga, les disquettes 'Fred Fish' avec pas mal de freeware.

        Mais pour utiliser la plupart des langages il fallait passer par certaines librairies et certains fichiers qui ne pouvaient pas être distribués car soumis a une licence.
        Le Compilateur / langage C sous Amiga coutaient quasiment 1 mois de salaire à l'époque.

        Bref rien n'était simple … surtout si tu n'avais pas de sous :(

        Ces logiciels payants étaient destinés à un public professionnel qui inscrivait le coût dans sa comptabilité : on ne pouvait pas concevoir que des individus lambdas compilent en dehors de leur boulot et pas pour l'entreprise.

        Parallèlement aux disquettes, il y avait les BBS et les magazines. Certes, pour ces derniers, il faut payer le numéro puis refaire la saisie du listing mais on était loin des coûts exorbitants. C'est pour cela que nombre d'entre nous ont fait leurs armes sous quelque BASIC et en assembleur pur les plus hardis (Z80 pour moi)
        En fait l'OpenSource existait bien, à côté des partageaciels, c'est juste la diffusion qui n'allait pas à la vitesse de l'Internet…

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1).

      « sans la domination de l'OpenSource » les Unix propriétaires auraient proliféré, µ$ aurait fini par faire le sien (pour la petite histoire, monsieur Porte avait rêvé d'avoir son 'nix pour compatible 386 mais a du se résoudre à acheter QDOS, puis tenter Xenix, et fini par incorporer progressivement des concepts dans son NT…) en suivant le sillage de Pomme.
      Probablement que n'aurait pas « énormément bridé l'innovation » qui aurait été différente du fait du fort couplage matériel/logiciel (quelque chose comme on le voit avec les ordinophones) Cependant, je crois aussi que cela aurait « gêné l'émergence de bon nombre de start-up »

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  . Évalué à 5 (+4/-0).

      Aujourd'hui l'informatique doit beaucoup à tous ses développements fait gratuitement à la maison.

      Si tout était propriétaire/payant, on n'en serait surement pas là.

    • [^] # Re: Imaginons ce que serait l’informatique d’aujourd’hui sans Linux

      Posté par  . Évalué à 4 (+5/-1).

      tout simple, l'informatique libre se ferait avec bsd.

  • # un ptit noyau bourré de défauts

    Posté par  . Évalué à -6 (+2/-8).

    a/ les mille et unes distribution ==> parfait pour avoir l'embarras du choix, diviser les efforts de la communauté bénévole et hésiter/ne pas savoir lequel installer.. et changer d'avis au bout de deux ans! ;) ;)
    b/ l'impossibilité de jongler entre les différentes versions des logiciels (allez y, installez firefox 27 et firefox 49 sur un meme linux), là ou windows permet de choisir, et de mettre en cohabitation deux versions sur le meme ordi..
    c/ l'abominable dépendance aux.. dépendances.. chaque version de distro est liée à une version des deps, ce qui complique la tache pour changer la version d'un logiciel sans changer le reste.. presque insupportable..
    d/ les millions de développeurs.. divisés et entêtés comme des barbus intégristes sur leur distro qui ira conquérir le monde. Linux ressemble comme deux gouttes d'eau à la baston incessante qui se joue sur les protocoles de messagerie sécurisée !

    une belle illustration qui montre que plus le temps avance, plus les progressions techniques sont presque anéanties par le fait qu'elles soient… dédié à une distro sur plus de mille !
    Le monde linux aura fait une belle avancée le jour où moins de dix distros existeront! l'apogée sera quand les distros auront fusionné avec le monde bsd et que seuls deux ou trois gros projets d'OS libres (voire un seul!!) verront le jour pour avancer avec synergie, ce qui est le contraire de la situation de nos jours !

    ===> filtrez "discontinued" sur distrowatch : 596. Zopix (Not ranked)!!! plus d'un demi millier de distro ayant nécessité intelligence, temps, efforts, attention et énergie.. anéantis par la fin d'un développement sans doute dus à une diversité poussée à l'extrême!

    le fait d'avoir tous ces projets complètement divisés (pour ne pas mieux régner, j'y tiens) affecte terriblement l'avenir qu'aurait pu se voir offrir le projet :
    *sélection facile et simple de sa distro pour les nouveaux venus, et choix évident pour les connaisseurs
    *sécurité, maintenance et développement largement simplifié par l'unification des avancées
    *meilleure adaptation pour l'utilisateur, du néophyte à l'expert.. une distro linux doit être sur le plus long terme (6 à 8 ans) qu'une voiture, perso jusque là depuis treize ans sous linux j'ai vu passer plus de six distros, ce qui montre invraisemblablement l'extrême division et le côté bancal de ces efforts réduits à une quantité trop élevée de projets..

    et toujours pas la moindre distro linux from scratch développée par les français, pour des raisons de souveraineté, alors que la chine l'a fait ya dix ans les doigts dans le nez et même les suisses ont réussi à sortir le beau slitaz…
    à quand un linux ou bsd purement hexagonal?

    Your most unhappy customers are your greatest source of learning
    W.H. Gates,
    à un moment faudra se décider à faire sortir correctement le pingouin en soirée ;)

    • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

      Posté par  . Évalué à 8 (+7/-1).

      C'est triste ton avis sur Mageia.

    • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

      Posté par  . Évalué à 10 (+9/-0).

      a/ Chacun voit midi à sa porte, mais franchement,la diversité c'est une grande force.
      Si on avait tous une distribution Linux unique et identique, j'en aurais déjà fait une autre.
      Un des grands drames des « smartphone » c'est bien la pauvreté des écosystèmes…

      b/ Extrêmement mauvais exemple, il est assez trivial d'installer quarante version de Firefox sur à peu près n'importe quelle distribution Linux !
      Il suffit - comme sous Windows - de télécharger la version en question. Après tu décompresses l'archives et tu cliques sur l'exécutable « firefox » à l'intérieur, voilà, tu as démarré une autre version de Firefox malgré celle installée sur ton système.

      c/ Pour vivre avec une distribution sans gestion de dépendances, et avec laquelle on peut très facilement jouer avec les versions des logiciels, franchement, c'est bien rare d'avoir de vrais soucis de dépendances… Et ça n'implique jamais d'avoir à changer le reste !
      Des exemples concrets à fournir peut-être ?

      d/ Mais ça change quoi à ton utilisation de ton Linux que des gens ailleurs se crêpent le chignon pour savoir si le fond d'écran par défaut de la dernière Mint est plus ou moins classe que le bandeau de démarrage de l'avant-dernière Mageia ?
      Ça change ton Firefox ? Ton LibreOffice ? Ton Gimp ? Inkscape ? VLC ? Scribus ? Lyx ? Dia ? Sylpheed ? Thunderbird ? MariaDB ? Redis ? Apache ? Python ? GCC ? Nginx ? Postgres ? SQLite ?
      Ça change ton adresse IP ou ton DNS ?
      La façon dont tu accèdes à internet, dont tu lis tes vidéos, dont tu regardes tes images, dont ton environnement graphique te donne accès à ta clé USB ?
      La façon dont tu joues à warzone2100 ? Battle for Wesnoth ? Supertuxkart ? Unvanquished ?

      Pas chez moi en tout cas…

      Le monde linux aura fait une belle avancée le jour où moins de dix distros existeront!

      Argh, la mort de Linux ? Non merci !

      plus d'un demi millier de distro ayant nécessité intelligence, temps, efforts, attention et énergie.. anéantis

      Anéantis pour qui ?
      Ceux qui ont appris à faire tellement de choses et ont peut-être reportés ces connaissances sur une distribution plus mainstream, et en ont fait profiter une plus large communauté ?
      Tu nierais qu'il est pertinent de se faire les griffes un peu dans son coin avant d'avoir acquis assez d'expérience pour être utile et efficace ? Je suppose que ça dépend des gens, mais les compétences et connaissances acquises par les initiateurs de ces projets n'ont certainement pas un impact nul aujourd'hui…

      Perso jusque là depuis treize ans sous linux j'ai vu passer plus de six distros

      Perso, en 22 ans, si on mets de côté les deux premiers mois expérimentaux, j'ai vu passer UNE distro.
      Professionnellement, en 19 ans, j'en ai vu passer DEUX (Ouais, en vrai je fais pas une grosse différence entre une RHEL de 2002 et une CentOS de 2021, à part l'évolution attendue de la part d'une distribution. Ni vraiment entre Debian et Ubuntu sur un serveur…)

      et toujours pas la moindre distro linux from scratch développée par les français,

      Bah non, c'est vrai que le projet Mandrake/Mandriva/Mageia n'a jamais existé…
      Clip OS non plus j'imagine, si tu cherches du cocorico financé avec des deniers publics…
      Mais sinon, bien malin la personne capable d'identifier clairement l'origine de nombreux projets libres, internationaux dès l'origine…

      En fait :

      • tu ne comprends rien au développement communautaire ;
      • tu ne comprends rien à ce qu'est une distribution Linux ;

      Parce que bon, croire que Kubuntu ou Xubuntu, ou Emmabüntus, ce sont des efforts à perte - et inutiles - alors qu'il existe déjà Ubuntu (ou Debian ?), c'est vraiment ne rien comprendre du tout.
      Et alors si une distribution Linux c'est prendre une autre plus mainstream, mais avec des choix par défauts différents, quelques modifications, un choix de langue initial qui n'est pas l'anglais, et accès à exactement toute la bibliothèque de la distribution source ?
      C'est pas tout l'intérêt d'une distribution, de fournir un choix prémâché pour des situations particulières, tout en laissant la liberté d'en faire ce qu'on veut ?
      Et ça diviserait alors qu'on utilise les mêmes paquets, la même gestion des paquets, les mêmes dépôts en dessous ? Ou alors ça enrichit ?

      Ton rêve d'uniformité est mon pire cauchemar !

      • Yth.
      • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7 (+6/-1).

        Moi aussi, je pense que la diversité des distributions, et des environnements de bureau, est une sacrée richesse. Cela permet d'avoir la distribution, dont l'outil informatique, le plus adapté à ce qu'on est et à nos besoins.

        Et en plus, c'est formateur.

        « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

        • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+7/-0).

          Moi aussi, je pense que la diversité des distributions, et des environnements de bureau, est une sacrée richesse. Cela permet d'avoir la distribution, dont l'outil informatique, le plus adapté à ce qu'on est et à nos besoins.

          On a le droit de penser que la diversité a un défaut, c'est de disperser les efforts.
          Soit, admettons que tous les efforts soient unifiés et coordonnés. Le problème est alors de savoir si la direction choisie (par qui ?) va dans le bon sens ou va dans le mur. En cas de mauvaise stratégie, tout s'écroule.

          La situation actuelle est darwinienne : tout est possible, tout ou presque est essayé et ce sont les solutions qui ont du succès qui sont conservées. C'est comme l'évolution que Darwin avait décrit pour la nature.

          • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

            Posté par  . Évalué à 7 (+5/-0).

            Sans aller jusqu'à dire que la division des efforts est la raison du non succès de Linux sur le desktop, je n'ai jamais compris pourquoi certaines distrib spécialisées basées sur telle ou telle "grosse" distro ne pouvaient pas être distribuées comme "config spéciales de" plutôt qu'une distro de plus.
            Une install minimale de Debian, puis un script qui installe tout les paquets, et paf, tu as ta distro spé.

            Pourquoi diviser quand la seule valeur ajoutée est une config spéciale ?

            • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

              Posté par  . Évalué à 4 (+3/-1).

              Et comment tu distribues ta « Debian minimale plus un script » ?
              Pour que ça soit plus aisé d'accès que d'installer vraiment une Debian, puis une fois installée d'aller chercher le fameux script et l'exécuter ?

              Ben tu fais ton iso avec déjà tout ce qu'il faut, et tu en profites pour mettre une identité visuelle, et faire des paramétrages par défaut qui se feront directement à l'installation (par exemple ne pas choisir la langue mais mettre directement le français, etc).
              Tu fais la présélection de logiciels directement depuis ton iso, en fait, tu empaquettes toute la personnalisation dans un seul fichier qui va permettre de déployer tout ça d'un seul coup.

              Et puis… Bah historiquement ça s'appelle une distrib, et il n'y a pas tellement moins de différence faite entre une distrib ou une autre basée sur Debian, qu'entre Gentoo et Slackware : on appelle tout ça des distributions.

              Mais finalement quand on regarde l'arbre des distributions : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1b/Linux_Distribution_Timeline.svg
              On voit clairement les cinq grands groupes qui font les trois-quarts des distributions : Slackware, Debian, Redhat, Gentoo et Archlinux.

              Peut-être qu'il aurait été intéressant de trouver une nomenclature pour les distributions dérivées encore basées sur le travail fait en amont, et celles qui sont totalement indépendantes entre elles…
              Mais à quoi bon ?
              Dans tous les cas ça resterait confus pour les néophytes, et on les redirigerait toujours vers des distributions du genre Mageia, Mint ou Ubuntu.

              D'un côté la liberté un peu anarchique, et confuse, de l'autre l'uniformité d'un « Windows 10 » ou d'un « MacOS ».
              Ça fonctionne pourtant très bien avec les smartphones : cinquante marques au moins, des nomenclatures à se faire des nœuds dans le cerveau, des milliers de comparatifs, des dizaines de critères, tout ça pour de l'Android mal défini (celui de Samsung n'est pas le même que celui d'Orange, alors quand t'as les deux mélangés, c'est encore différent !). En face c'est juste «iPhone ».
              Et là Android est largement devant… Dans toute sa diversité.
              Comme quoi, ce n'est pas la diversité ou l'apparente anarchie qui pose soucis.

              • Yth.
              • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

                Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

                Et là Android est largement devant… Dans toute sa diversité.

                Cette force à priori apparente est aussi une faiblesse :

                • combien d'achat de nouveau téléphones parce que l'android spécifique n'est plus maintenu et qu'il est (volontairement à mon avis) difficile d'en changer ?
                • quel coût de développement et de maintenance pour les application devant tant de diversité ?

                Linux a un peu moins ces problèmes, car ce n'est qu'un petit projet d'étudiant qui n'a pour vocation que de marcher sur sa machine, et… :p

                • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

                  Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

                  Ah ça, l'écosystème Android est atroce, on est plutôt d'accord.
                  Et ces défauts ne se retrouvent pas dans le monde des distributions Linux, qui permet toujours de mettre à jour, changer de distribution et tourner sur du matériel particulièrement obsolète.

                  Mais ces défauts d'Android ne sont pas suffisants pour qu'il ne soit pas majoritaire.
                  comme quoi la diversité, même chaotique et incompréhensible, voire hostile (Android c'est hostile), n'est pas le problème…

                  • Yth.
              • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

                Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

                Et comment tu distribues ta « Debian minimale plus un script » ?
                Pour que ça soit plus aisé d'accès que d'installer vraiment une Debian, puis une fois installée d'aller chercher le fameux script et l'exécuter ?

                Voir ce qu'ont fait CrunchBang Linux et ses successeurs (CrunchBang ++ / CrunchBang-Monara / PiBang / Bunsenlabs) ainsi que HandyLinux

                Ben tu fais ton iso avec déjà tout ce qu'il faut, et tu en profites pour mettre une identité visuelle, et faire des paramétrages par défaut qui se feront directement à l'installation (par exemple ne pas choisir la langue mais mettre directement le français, etc).
                Tu fais la présélection de logiciels directement depuis ton iso, en fait, tu empaquettes toute la personnalisation dans un seul fichier qui va permettre de déployer tout ça d'un seul coup.

                Jusque là on est d'accord. Je pense que le vrai souci c'est quand certaines (pour ne pas dire un nombre certain) distros vont plus loin en dupliquant/réinventant les dépôts …quitte à ne pas pouvoir les maintenir plus tard (tous n'ont pas le succès et la pérennité de Kali ou Ubuntu par exemple) et en ayant cassé toute compatibilité avec la distro mère (il ne s'agit pas juste d'ajouter en plus le dépôt de ses personnalisations mais de remplacer toutes celles de Debian) : Ça va plus loin que juste un ISO

      • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

        Posté par  . Évalué à 0 (+2/-2).

        les aïeux en parlaient et soulevaient ce problème :
        https://forum.framasoft.org/viewtopic.php?p=55518&sid=4a2609f82f096f9dd4018d37a02fcd65#p55518

        Mais, (il y a toujours un mais), il y a le revers de la médaille..
        Trop de distribs, trop de mises à jour, un panel de logiciel restreint, des drivers manquants, et surtout, surtout… trop de technique.

        tout est dit… et c'était il y a quinze ans, le manchot est toujours en pleine adolescence.

        • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

          Posté par  . Évalué à 2 (+2/-2).

          Ce n'est pas parce qu'un quidam avait déjà tort, il y a 16 ans, quelque part dans un commentaire sur Internet, qu'il n'a pas toujours tort aujourd'hui :)

          • Y.
          • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+2/-2). Dernière modification le 10/09/21 à 17:12.

            Surtout que, croyez-le ou non, mais Linux a beaucoup évolué en seize ans, aussi étonnant qu'il puisse paraître. Par exemple, il y a, dans Linux, des trucs appelés "interfaces graphiques" ou "environnements de bureaux" (je sais c'est une notion qui peut étonner plus d'un ou d'une, surtout si il ou elle en est resté aux débuts du SE) qui font qu'on peut utiliser un ordinateur sous Linux sans utiliser la moindre ligne de commande (c'est fou hein !). Et des tas de gens (dont moi) utilisent un ordinateur sous Linux sans se préoccuper de la technique. C'était peut-être un peu moins le cas il y a seize ans.

            Par contre, l'idée que se font les gens de Linux de loin, n'a pas toujours évolué.

            « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

            • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

              Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

              Ben franchement, quand j'ai découvert Linux en 1999, la qualité de l'environnement graphique (une fois vaincu la conf XFree86, ce que je n'avais réussi à faire que sous Slackware à cette époque, parce que c'était la seule à ne pas essayer de le faire toute seule) ne souffrait pas la comparaison avec la pauvreté des Windows 98/2000 de la même période…

              Gnome 1 avec Enlightenment 0.16, quelle révolution graphique !
              Joli, réactif, paramétrable, avec des bureaux virtuels, bigre, ça m'a changé la vie…

              Et Windows Playskool n'a pas changé grand chose à la donne, c'était toujours aussi moche.

              Bon, par contre Gnome 2 est arrivé et (Note du Trollomètre : BIIIIIIIIIIIP !!!!)…

              • Yth.
            • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

              Posté par  . Évalué à -3 (+1/-4).

              Part contre, l'idée que se font les gens de Linux de loin, n'a pas toujours évoluée.

              une ligne de commande (ou terminal) est contre-intuitif et rejetée, à raison, des utilisateurs lambda.
              les seuls organisations publiques où j'ai vu du linux, c'était la gendarmerie (donc cadre pro) et une médiathèque, sous ubuntu.
              j'y suis passé pendant trois ans chaque mois, jamais vu un geek devant un terminal ou autre chose que du web.
              le terminal est la bete noire, et ne changera pas demain. L'ultra diversité et le caractère pour les pros ne lache pas la banquise depuis vingt ans au moins, et sera pareil dans vingt ans : par les pros, pour les pros. Linux n'est pas le tonton qui gère ses photos de vacances sous ubuntu sans savoir ce que c'est.

              • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

                Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

                Hein ?
                Mis qui a besoin d'un terminal pour utiliser Linux aujourd'hui ?

                Pour faire de l'administration système d'accord, mais ça se fait sur des serveurs distants, et tout le monde fait ça dans le métier.
                Par contre le terminal sur sa propre machine ?
                Il faut être un développeur, un administrateur, dans une activité informatique technique, il faut avoir des besoins spécifiques pour faire ça.

                Sinon, c'est tout clicodrômable de partout, mises à jour, installations de logiciels, utilisations des logiciels, etc…

                T'es sûr de pas faire comme ces gens qui ont été à l'école il y a 30 ou 40 ans, et qui fort de cette expérience passée et révolue, se permettre de cracher sur l'enseignement tel qu'il est fait aujourd'hui, sans savoir de quoi ils parlent ?

                Parce que franchement, là, dans le genre faux procès, c'est balaise…

                • Yth.
          • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

            Posté par  . Évalué à -4 (+2/-6).

            il n'avait pas tort il y a seize ans, ni aujourd'hui.
            et ce n'est pas qu'un quindam, mais un connaisseur comme nous tous.
            Comme à priori une voix ne suffit pas, je t'en donne une autre parmi pléthore disponibles :

            Dans la série « Tiens, elle est encore en vie ? », je demande la version bêta 3.8.20 de la distribution Elive, qui prend Debian et lui rajoute Enlightenment. Plus d’informations sur le notes de publication.

            https://blog.fredericbezies-ep.fr/2021/05/22/en-vrac-de-fin-de-semaine-192/

            linux part en vrille, trop de distro tue la distro, rien à rajouter là dessus : c'est un fait, choisir une distro c'est pire que choisir les cadeaux pour noel.

    • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

      Posté par  . Évalué à 8 (+7/-0).

      b/ l'impossibilité de jongler entre les différentes versions des logiciels (allez y, installez firefox 27 et firefox 49 sur un meme linux), là ou windows permet de choisir, et de mettre en cohabitation deux versions sur le meme ordi..
      c/ l'abominable dépendance aux.. dépendances.. chaque version de distro est liée à une version des deps, ce qui complique la tache pour changer la version d'un logiciel sans changer le reste.. presque insupportable..

      Ceci n'est plus vrai avec GNU Guix ou Nix.

      et toujours pas la moindre distro linux from scratch développée par les français, pour des raisons de souveraineté

      C'est une vision très pessimiste de la situation. Par exemple GendBuntu ou CLIP OS. Et dans une moindre mesure, GNU Guix (resp. Nix) est partiellement supporté (développé) par des académiques francais (resp. une boîte francaise, à ma connaissance)

      à quand un linux ou bsd purement hexagonal?

      Ceci ne serait-il pas en contradiction avec votre message d'unification ?

    • [^] # Re: un ptit noyau bourré de défauts

      Posté par  . Évalué à 5 (+3/-0).

      a/ C'est un pays où on ne trouve qu'un seul fabriquant de pâtes avec une seule proposition. tkr trouve que c'est mieux que ce qu'on a dans nos contrées-ci où les gens ont l'embarras du choix dans les rayonnages et changent souvent (un coup chez Panzer un autre chez Catoni ou Musculu et j'en passe, sans compter le choix entre spaghetti/farfalles/macaroni/coquillettes/etc.)

      d/ Toujours dans nos contrés, il existe encore des entrepreneurs qui continuent à se lancer sur ce marché et la masse laborieuse se retrouve éparpillée contrairement au modèle de l'unique usine étatique.

  • # force

    Posté par  . Évalué à -9 (+1/-10).

    l'union fait la force
    trop de distribs tuent les distribs.
    c'est un fait.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.