Neuf ans avec Mageia

Posté par (page perso) . Édité par ZeroHeure, Arkem, Davy Defaud, Ysabeau, palm123 et Julien Jorge. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa.
Tags :
30
26
sept.
2019
Mageia

Neuf ans que la distribution GNU/Linux Mageia a été lancée, que Cauldron, sa version de développement, accepte de nouveaux participants, et sept versions stables depuis (plutôt plus de dix si l’on compte la 7.1, 5.1, 6.1 et la 0 :-D).

Le 19 septembre 2010, Mageia est apparue : une distribution GNU/Linux communautaire dans la continuité de Mandriva : développement ouvert à tous, respectant au plus près les principes de la FSF. Mageia apportait l’implication des utilisateurs (qui ont le même rang que tout contributeur) ainsi qu’une démarche de contribution en amont pour plus d’efficacité.
Sans revenir sur les événements houleux côté Mandriva, lorsque l’annonce a été effectuée, l’adhésion de la communauté des utilisateurs a été impressionnante (et appréciée, même si c’était du boulot de suivre tous les courriels évoquant tous les sujets attendus). Et ça continue !

Le terme Mageia — μαγεία en grec — signifie Magie en français, la référence étant évidente pour les habitués de la communauté (le nom original était Mandrake™).

Voici un petit retour sur toutes ces années sympathiques sous GNU/Linux ci‑dessous. :-) N’hésitez pas à partager votre propre expérience. _o/

Sommaire

Contribution en amont

Le travail avec les développeurs amont a été privilégié dès le début : essayer de motiver chaque empaqueteur à remonter ses correctifs aux développeurs, au besoin à empaqueter la dernière version pour la version stable de Mageia s’il y a peu de dépendances, même s’il y en a parfois beaucoup, comme avec KDE dernièrement.

Cela permet aux utilisateurs et aux utilisatrices de disposer pour certaines applications d’une version plus récente — correction de failles de sécurité, nouvelles fonctionnalités, nouveaux bogues :-p —, ce qui avec Mandriva n’était possible que dans Cooker. Les paquets restent dans Cauldron, mais la version stable en bénéficie lorsqu’il n’y a pas trop d’adhérence (en gros : le nombre de paquets à installer qui, de proche en proche, induirait des régressions sur d’autres applications ou la nécessité de les réempaqueter aussi — autant prendre Arch Linux dans ce cas, ou être en Cauldron en connaissance de cause).

Une implication de la communauté

Auparavant, on pouvait avoir le sentiment que les développeurs et empaqueteurs constituaient la communauté ; avec Mageia, les utilisateurs ont la possibilité de contribuer : leurs retours sont moins dans l’exigence que dans les suggestions pour améliorer l’utilisation d’un logiciel (j’ai un peu de mal à le formuler, mais j’y ai vu un changement d’esprit : capacité à tester des versions proposées par les empaqueteurs, meilleur relai entre MLO (Mageia Linux Online, la communauté francophone) et les salons IRC (Internet Relay Chat), qualité des remontées plus factuelles, meilleurs relais avec l’amont, voire des utilisateurs et des utilisatrices s’y impliquant pour participer aux tests, et même intégrer l’équipe d’empaquetage de Mageia).

Déjà, un forum tel que MLO s’est joint à l’initiative dès le début et cela s’est vu : documentation d’installation traduite en français au fur et à mesure, remontées de bogues mieux documentées (du forum vers le Bugzilla), incitation à utiliser les processus de développement proposés, contacts directs de temps en temps (IRC, courriel, forum développeur en amont).

Quelques mercis, incomplets mais représentatifs :

Un relai dans la communauté du Libre

En reconnaissant les similitudes de parcours entre les deux projets, Mageia a adopté LibreOffice dès le début, a participé aux rencontres « habituelles » que ce soit les JDLL à Lyon, Solutions Linux (devenu POSS depuis) sur Paris, Linux Tag en Allemagne, le FOSDEM en Belgique (qui accueille historiquement les rencontres du bureau, des empaqueteurs et les échanges utilisateurs depuis 2011), et bien d’autres.

Mageia en tant que distribution internationale, permet ainsi à ses membres de se rencontrer, avec une volonté de prendre en compte toutes les bonnes initiatives.

Notre proximité préalable avec openSUSE, Fedora et pas mal de développeurs Debian a sans doute aidé à faciliter ces échanges. Ceux avec OpenMandriva Lx (une autre divergence de Mandriva) se sont faits naturellement, leur approche étant plus orientée développeurs. Le développement en amont a aussi bénéficié de relais côté Gentoo voire Arch Linux, car nous avions en commun la difficulté à sortir une version pour architecture ARM.

Des versions avec des hauts et des bas, sans rogner sur la qualité

La rétrospective des versions est consultable sur LinuxFr.org :

Ainsi que quelques événements marquant :

Et beaucoup d’autres articles via l’étiquette « Mageia ».

La version 6 en particulier nous a permis d’éprouver notre modèle de développement :

  • peu de renouvellement au niveau de l’équipe d’empaquetage ;
  • une version tardant à sortir (du fait des peaufinages nécessaires pour Wayland, mais pas seulement) ;
  • une volonté de sortir quand c’est prêt, même si cela remet en cause l’agenda initial.

Merci à ennael, tmb, misc, neoclust, pterjan, Nanar, Jehane, remi, Akien, Ali3n, tv, blino, lafeebleue, David, AdamW, papap, Lebarhon, yogilou et toutes les personnes qui ont rendu cela possible (et j’en oublie, et pas qu’une personne !).

Expérience personnelle

Dans les grandes lignes, au jour le jour, avec un système efficace, j’ai :

  • commencé avec Mandrake 5.2 (vers 1999) ;
  • utilisé Cooker pendant plus de quatre ans pour plus de cinq versions de Mandriva (de 2003 à 2009) ;
  • grâce à blino< et tv< réussi à intégrer le pilote eagle-usb au noyau de Mandriva Linux 9.2 pour gérer les modems fast 800 en USB (utilisés par Free puis Orange ensuite) ;
  • compilé même OpenOffice pour avoir la dernière version (plus de huit heures et plus de 60 Gio d’espace disque à l’époque, avant la parallélisation de la compilation) ;
  • utilisé Cauldron de l’ordre de deux ans pour trois versions (de 2010 à 2015) ;
  • utilisé la version stable beaucoup plus souvent avec Mageia depuis 2015 : il y a des montées de version des logiciels dont j’ai besoin (Firefox, Évolution, LibreOffice, etc.) ;
  • et j’ai commis « Et 1, et 2, et 3, Mageia ! ».

N’hésitez pas à partager dans les commentaires vos impressions et bons souvenirs, à indiquer ce qui vous a incité à passer sur Mageia ou essayer d’autres distributions.

Aller plus loin

  • # Nostalgie

    Posté par . Évalué à 6 (+6/-1).

    Mon premier contact avec Linux c'était avec une Mandrake 8 en 2001 puis Mandrake 9. A l'époque c'était le top en terme d’expérience utilisateur pour un débutant et/ou une utilisation bureau dans le monde entier. Bien plus simple et esthétique qu'une RedHat ou une Debian.

    Ubuntu n'existe à mon sens que parce que Mandrake n'a pas réussit à se transformer en entreprise. Un cas classique de la difficulté de notre pays à faire grandir les startups, malheureusement.

    Cela me rend heureux de savoir que Mageia existe encore, même si à titre personnel mes besoins ont changé et j'utilise Arch.

    Pour être honnête j'ai un peu de mal à comprendre en quoi Mageia se différencies des autres distros.

    • [^] # Re: Nostalgie

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+19/-0).

      Le CCM, Iso Dumper, la Bienvenue Mageia, le nombre d'environnements de bureaux, elle ne sort que quand elle est prête, il y a encore une version 32 bits, il n'y a pas de hiérarchie (chaque utilisateur, chaque utilisatrice est contributeur ou contributrice, les équipes de développement ne sont pas une Olympe inaccessible du commun des mortels), sur les forums, les gens qui répondent sont sympas et patients et absolument pas condescendants et pourtant il y a aussi des gens des équipes de développement qui interviennent, les femmes n'y sont pas considérées comme des êtres étranges venus d'une autre planète.

      Bref ça fait beaucoup. C'est à la fois technique et une question d'ambiance. On est bien dans l'univers Mageia. Du coup, on n'est pas un simple consommateur, mais on est acteur et ça donne envie de s'y investir un peu à la mesure de ses moyens.

      Pour tout dire, sur le forum de MLO il y a même des gens qui viennent d'une autre distribution poser des questions parce que « je pose ma question ici parce que je sais que j'aurais plus facilement une réponse. »

      OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

      • [^] # Re: Nostalgie

        Posté par . Évalué à 1 (+2/-2).

        Le CCM, Iso Dumper, la Bienvenue Mageia, […]

        Ça doit être super, mais c'est quoi ?

        le nombre d'environnements de bureaux,

        C'est à dire ? Il y en a énormément ? Ou ils se concentre sur quelques uns bien gérés ?

        elle ne sort que quand elle est prête[…]

        Note : je suis un utilisateur très satisfait de Debian stable. Mais cet argument ne me paraît pas pertinent. Je m'explique. On se sert de cette phrase un peu toute faite comme gage de qualité. Alors qu'il est tout à fait possible de sortir la même qualité (sinon mieux) avec des versions à date fixe. Pour Debian que je connais, il suffit d'être les drastique sur le passage d'un paquet de unstable vers testing quitte à downgrade des paquets en cas de problème. Et c'est une approche qui a été tenté au sein de Debian d'ailleurs (je n'ai aucune idée d'où ça en est). Tu peux même en arriver à faire du rolling release comme ça. Dans le monde du développement on appel ça du déploiement continue et c'est assez en vogue en ce moment. Bref cette phrase est une façon de présenter les choses, mais c'est loin d'être la seule.

        Je n'ai pas trop compris ce que tu voulais dire au sujet des contributeurs/contributions. Comment sont prises les décisions ? Qui possède les accès aux dépôts ? Comment sont géré les conflits ? Je ne comprends pas ce que tu entend par utilisateur, contributeur et équipe de développement ou did autrement qu'est ce que signifie "les utilisateurs sont des contributeurs" ?


        Moi je pense quitter Debian après 13 ans… elle me satisfait totalement, mais je veux découvrir autre chose. Je pense que NixOS ou guix satisferont mes envies d'ailleurs (-:

        • [^] # Re: Nostalgie

          Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

          Ayant utilisé Debian Sid pendant 5 ans, et Mandriva/Mageia en dehors de ça, je trouve que la faiblesse de Debian est dans ses dépôts. Le dépôt extérieur pour le multimédia est c…t, l'utilisation d'un pilote propriétaire est c…te.

          Je me souviens précisément des lignes de commande pour utiliser un Wifi Broadcom… alors qu'il a toujours marché avec le média Live Mageia!

          Bonne exploration de Nix, ça n'a rien à voir effectivement avec les distributions que tu connais.

          ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

    • [^] # Re: Nostalgie

      Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+8/-0).

      Pour être honnête, on peut poser la même question pour n'importe quelle distro.

      J'ai utilisé Slackware (distrib 3.5" et 386 à l'époque !)/RedHat/Fedora/Mandrake/Mandriva et Mageia depuis sur mes PC maison et boulot "station de travail" (environnement graphique pour tout faire 100% du temps quoi, je n'ai pas de multiboot).
      + du Raspbian sur une colonie de Pi, du RedHat ou CentOS sur les serveurs du boulot, du Ubuntu sur des VM sur internet. (avec un background ancien SunOS + Solaris + Irix + VMS…)

      Ca aide à relativiser les questions de choix de distrib : je fais avec ce qui est dispo quand il n'y a pas le choix :-)

      Parfois avec d'autres potes, on fait des campagnes d'essais de distros "à la mode". Et j'en reviens toujours à préférer la Mageia pour un poste de travail (mon choix à moi, les potes peuvent avoir d'autres critères qui mènent à d'autres choix). D'abord par habitude/confort bien sur !

      Mais il n'y a pas que ça je trouve. L'environnement graphique plus cohérent, mieux fini à mon goût, meilleur mélange des outils K/G/autres dans un environnement donné (Plasma pour moi), outils graphiques d'admin système très au delà des autres distro (ça fait du bien d'être feignant dans un cliquodrome parfois :), à part la Suse probablement.

      Quand je reviens à une Ubuntu, une Mint ou une Fedora, j'ai vraiment l'impression de revenir 10 ans en arrière niveau outils d'admin tellement c'est incomplet et je me demande ce que les gens leur trouvent par rapport à une Mageia dont l'environnement (Plasma + les fameux outils graphiques spécifiques et l'intégration globale) me semble tellement mieux fini.

      Si je n'avais pas la Mageia, j'utiliserai probablement Fedora ou Centos, plus "roots" mais éprouvées, ou à la limite la Mint.

      En bref, qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse :-)

  • # Merci Mageia !

    Posté par . Évalué à 9 (+9/-0).

    Mageia accompagne mes PC dans leur seconde vie depuis la V3, et franchement merci !
    Même si pour un Pentium 3 @800 Mhz et un AMD Geode LX 800 @500 Mhz (sans PAE, Mageia est une des dernière à avoir un kernel non-pae) ça rame quand même avec Lxde ou Xfce, ça rend service. Et j'envisage d'en faire des mini serveurs, donc peu importe.
    Et j'ai même installé la précédente Cauldron sur un portable tout neuf sans OS ce printemps, avec succès.

    J'apprécie beaucoup l'installeur qui m'a rarement obligé à mettre les mains dans le cambouis, l'ergonomie du bureau est agréable quelque soit l'environnement graphique choisi, et les repos très complets.

    Dans les petits moins, le CCM pour paramétrer le système commence à dater un peu, mais bon, ça reste pratique.

    Après, c'est sûr qu'Ubuntu, Mint, Debian, Arch, Centos, OpenSuse et consors sont de rudes concurrents, mais le choix de sa distro est personnel, et puis Cocorico, quoi ! (même si Mageia, c'est international…).

    En tout cas, de nouveau merci beaucoup beaucoup Mageia !

  • # Toute une histoire

    Posté par . Évalué à 7 (+6/-0). Dernière modification le 26/09/19 à 15:59.

    Ma première tentative d'installation de Linux en 95, une Slackware (je ne me rappelle plus la version), un flop, il fallait compiler le noyau et installer lilo à la main, un flop je n'y suis jamais arrivé. Puis quelque temps après, je trouve une Redhat 4.2 je crois dans un magazine et la, oh bonheur, il y a un installeur et j'arrive à l'installer en dual boot et surtout à la lancer. La j'ai essayé d'installer Apache httpd, un nouveau flop, je ne suis jamais arrivé à faire un conf fonctionnelle. Enfin quelques temps après je trouve la Mandrake 5.1, et la non seulement l'install se fait sans trop de soucis mais en plus grâce au DrakeWizards (pour moi c'est surtout ça le gros plus)j'arrive à faire une conf fonctionnelle de httpd que j'ai par la suite optizonionisée et depuis j'utilise la Mandrake et ses filles. Mon PC perso est d'ailleurs toujours sous Mageia 7.1

    • [^] # Re: Toute une histoire

      Posté par . Évalué à 5 (+4/-0). Dernière modification le 26/09/19 à 17:24.

      Presque pareil pour moi.
      J'ai fait quelques essais avec Knoppix, qui ramait évidemment, rapport au fait que c'était sur CDrom, puis j'avais acheté le bouquin de la mandrake (que je dois toujours avoir) à la fnac, qui à l'époque disposait un rayon dédié à mandrake (avec la petie étoile bleue), avec un cdrom de la 5.1 dedans.
      L'installation s'est bien passée mais, la faute à un écran pas plug-and-play (normal pour l'époque), le démarrage est resté en mode console, jusqu'à ce que je réussisse à bidouiller un fichier XF86COnfig avec les bonnes lignes "Modeline" et taper ce fameux "startx" qui permettait d'avoir, ô joie, le KDE de l'époque. C'était sport…

      D'ailleurs, si quelqu'un veut refaire une config avec un écran cathodique trinitron 15' de Sony, j'ai le fichier de config !

  • # Souvenirs, souvenirs ...

    Posté par . Évalué à 6 (+5/-0).

    Pour ma part, j'ai commencé à bosser en 1989 sur des machine UNIX, des SUN Sparc II et V puis des HP PA-RISC. À l'époque, la majorité des logiciels libres avaient un n° de version inférieur à un. Je me souviens avoir galéré pour compiler les premières versions de GIMP. Heureusement, un ingé système, intéressé par mon manège, est venu m'aider et s'est lui même pris au jeu. Je ne sais plus combien de truc plus ou moins utiles nous avons compilés … Puis j'ai changé de boite en 1996 et je me suis retrouvé sous Windows :-(
    La sensation de perte fut telle que j'ai installé un Linux sur ma machine perso. Ce fut une Kéops (Une RedHat francisée qui n'existe plus aujourd'hui), puis des RedHat et enfin … La première Mandrake !!! À l'époque, Mandrake c'était une RedHat avec KDE installé en natif.
    Depuis, j'ai toujours eu une machine Linux fonctionnelle à la maison et je crois avoir installé toutes les versions successives de Mandrake puis Mandriva jusqu'à Mageia 7.1.

    • [^] # Re: Souvenirs, souvenirs ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+2/-0).

      J'ai fait à peu près le même parcours à la même époque. HP-UX en 1989, Cohérent chez moi en 1992, une distribution à base de Slackware en 1995, Khéops en 1997 et enfin, Mandrake 5.1 où on pouvait enfin monter ou démonter la disquette avec un clic de souris.

      Pour la petite histoire, Gaël Duval m'a confirmé en présence de Joël Bernier (Logiciels du soleil) que c'est bien parce que Joël lui avait envoyé une RedHat 5.1 qu'il a créé Mandrake. Ce fut un envoi aux grandes conséquences.

      Depuis, j'ai utilisé toutes les versions et même un peu participé à leur développement. Ma famille et mes amis utilisent Mageia. Je dois avoir installé une vingtaine de machines actuellement en fonction.

      J'apporte mon aide sur toutes ces installations. Je dois dire que ce n'est pas un gros travail. Le plus souvent, c'est un câble débranché, un problème d'encre de l'imprimante ou une panne matérielle. Bref, Mageia est une très bonne distribution généraliste incluant la fonction de serveur.

      Un dernier point : après avoir installé une machine pour un nouvel utilisateur, je passe plusieurs heures avec lui pour qu'il se sente à l'aise avec sa machine. Installer et laisser partir l'utilisateur sans l’accompagner comme cela peut arriver dans une install-party est terriblement contre-productif.

      • [^] # Re: Souvenirs, souvenirs ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

        je passe plusieurs heures avec lui pour qu'il se sente à l'aise avec sa machine. Installer et laisser partir l'utilisateur sans l’accompagner comme cela peut arriver dans une install-party est terriblement contre-productif.

        oui, cela pour quoi quand en 2009 le premier-samedi a été proposé à la Villette (c'est à Paris), j'ai immédiatement adhéré : plutôt que de revoir le résultat d'install' party tous les 6 mois, proposer du soutien tous les mois va un peu plus de soi :-)

        Installer et laisser partir l'utilisateur sans l’accompagner comme cela peut arriver dans une install-party est terriblement contre-productif.

        c'était un peu notre ressenti jusqu'en 2009… ça fait dix ans que Parinux réussit à tenir la route chaque mois avec le premier samedi, ce n'est plus tous les 6 mois que l'on se revoit, mais chaque mois les utilisateurs nous montrent ce qu'ils ont réussi à utiliser (et on met à jour la distro pour corriger les bugs ou on ajoute des logiciels qui peuvent leur servir)

        J'apporte mon aide sur toutes ces installations. Je dois dire que ce n'est pas un gros travail.

        bin euh, tu lances le LiveCD et 15 min plus tard, Mageia est installée :) Debian et Fedora, c'est pareil, Ubuntu aussi (même s'ils ont aussi un peu de magie)

        Merci notre Pierre national (tu reconnaîtras l'expression :p) pour ton soutien indéfectible à notre distro Mageia et à ton implication dans LinuxFr.org :-)

        C'est un peu le propre du libre d'être créatif, se coordonner aléatoirement ou au mieux, de se retrouver entre habitués mais être capable d'accueillir plein de nouvelles personnes et leur tenir un discours cohérent (accueil dans le libre, qui est une valeur forte, par nature, et diversité à raison, car il y a des gens ouverts dans le lot, même s'il y a quelques lourds dans le lot qui ne sont pas la majorité de mon expérience)

        • [^] # Re: Souvenirs, souvenirs ...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+2/-0).

          Je matche les dates avec BAud : premier contact avec Mandrake en 1999, et depuis je suis toujours resté fidèle à cette famille de distributions, jusqu'à Mageia 7. Bon, la différence c'est que mes contributions sont de l'ordre de l'à peu près rien du tout.

          Il y a sans doute de la flemme de remettre en cause son environnement dans cette fidélité, mais franchement, depuis neuf ans que c'est Mageia, pas un jour, pas une fois je n'ai été déçu par la distribution. Ça juste marche.

          Je pense qu'il y a, depuis les débuts de ces distributions avec une initiale en M, une manière d'aborder la question qui me plaît, et qui résiste à tous les bouleversements. Quand il m'arrive de croiser une autre distrib, je regarde avec curiosité, mais jamais je n'ai ressenti le besoin d'approfondir.

          Juste une question qui grandit chez moi : je suis sous quelle version, là maintenant ? Le CCM me parle de 6. J'ai vu les annonces de la 7, mais pas de "saut quantique" : je continue à valider de temps à autre des mises à jour, y compris du noyau, mais si j'ai changé de version de système (on dit rolling release, c'est ça ?), je ne m'en suis pas rendu compte.

          Et si ça se trouve, je suis encore dans une version 6 bien à jour, et je n'ai pas encore trouvé où ça se passe pour passer en version 7.

          Intendant, donc méchant, mais libre !

          • [^] # Re: Souvenirs, souvenirs ...

            Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

            Et si ça se trouve, je suis encore dans une version 6 bien à jour, et je n'ai pas encore trouvé où ça se passe pour passer en version 7.

            Non, il nʼy a pas encore eu de notification de nouvelle version. Donc elle ne lʼest pas. De toute façon, ça se voit au démarrage avec le nouvel écran dʼauthentification.
            écran d'authentification de Mageia

            OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

      • [^] # Re: Souvenirs, souvenirs ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+4/-0).

        décidément, j'ai commencé également sur HP-UX ! puis j'ai connu à peu près tous les unix proprio, sunos/solaris, irix, aix et j'en oublie certainement. J'ai installé ma première distribution de gnu/linux en 95, à l'époque c'était vraiment un truc de geek et on ne pouvait vraiment pas en faire grand chose, puis plus tard redhat 5.0, redhat 5.1, et c'est à ce moment que j'ai connu la mandrake 5.1, une redhat 5.1 avec KDE, puis j'ai installé par la suite toutes les versions successives de mandrake, à mandriva jusqu'à Mageia.
        (mode vieux con)
        Sinon un truc qui n'a pas grand chose à voir, mais relais a toujours pris un s à la fin, la simplification orthographique pour se mettre au niveau des neuneus qui ne savent pas aligner deux mots correctement, ça me hérisse au plus au point.
        (fin du mode vieux con)

        http://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

        • [^] # Re: Souvenirs, souvenirs ...

          Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+2/-0).

          J'ai installé ma première distribution de gnu/linux en 95, à l'époque c'était vraiment un truc de geek et on ne pouvait vraiment pas en faire grand chose

          J'avais au contraire beaucoup apprécié ! Venant de Coherent, un Unix-like, j'avais enfin des IPC véritables et non une imitation basée sur des fichiers. Je pouvais ainsi réaliser des fonctions utilisant les sémaphores et la mémoire partagée à la maison et les recompiler au boulot sur HP-UX.
          C'est la première fois où j'ai pu utiliser un logiciel de qualité professionnelle chez moi.

          J'ai aussi apprécié les 4 consoles virtuelles, une pour le code avec vi, une autre pour compiler, une autre pour essayer et une autre pour l'aide avec man. C'était d'un grand confort ! Au travail, j'avais des consoles 24 lignes 80 colonnes avec une liaison à 9600 bits/s.
          Maintenant, j'ai la fibre à 900 Mb/s à la maison. O tempora, o mores…

  • # Mécano Mandrake,geek debian

    Posté par . Évalué à 6 (+4/-0).

    Moi c'était vers fin 2002, lorsque j'ai monté mon premier PC en citée U, je n'en avais jamais eu avant. Ni connaissant rien, j'avais évidemment mis un windows, puis avec un autre pote mécano, on a essayé Mandrake (9 je pense, mais je ne suis plus sûr), il y avait un installeur graphique et un super centre de contrôle permettant de quasiment tout régler sans une ligne de commandes. C'était aussi simple que MS !

    Ça m'a permis aussi de connaître un peu la culture libre, puis d'échanger avec nos chers geeks qui eux étaient des inconditionnels de debian ou gentoo, parce que quand même les softs compilés pour son architecture ça n'a rien à voir … tout ça m'a bien fait progressé en info et m'en a bien donné le goût. Je ne pense pas que je serais là où je suis aujourd'hui sans ça !

    J'aimerais bien pouvoir faire mumuse avec aujourd'hui mais l'immense base de donnée Debian présente dans les Ubuntu pour les softs scientifiques, fait que l'envie de bascule est bien contre-balancée par le fait que j'ai tout ce qu'il me faut sur Ubuntu et que j'ai bien moins le temps de jouer avec l'informatique qu'avant … Et si je veux du kde, kde néon s'en sort bien.

    Je pense que je jouerais quand même avec un de ces 4.

    Merci de porter le flambeau du projet qui m'a fait découvrir Linux. Je reste toujours attaché à ce projet, même si j'en suis moins proche aujourd'hui

    • [^] # Re: Mécano Mandrake,geek debian

      Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

      Je pense que je jouerais quand même avec un de ces 4.

      bah n'hésite pas à revenir, que ce soit sur irc #mageia-fr (sur freenode) ou sur le forum de MLO.

      Nous partageons avec Debian, gentoo (et arch), Fedora (et CentOS) une volonté de faire participer la communauté, donner les clés pour maintenir un soft qui tient à cœur (tant qu'il est libre…).

      Je suis en cauldron actuellement (la version de dév/rolling release), et c'est toujours aussi agréable de bénéficier de mises à jour fiables qui ne plantent pas ton système :-) C'est quelque chose qu'AdamW< a apporté à rawhide chez Fedora : j'ai eu quelques retours des contributeurs Fédoristes comme quoi son expérience chez Mandriva a permis de faire évoluer les mentalités et la capacité d'intégration / cohérence dès la version de dév' (il a notamment fait passer le message que la version de développement se doit d'être installable, ça semble aller de soi, ce n'était pas le cas avant son arrivée où il a appliqué les réflexes que nous avions avec Mandriva Linux / Cooker et que nous avons conservé avec Cauldron :p).

      Pour autant, ça fait bizarre de se faire reléguer en 20ème place sur distrowatch : http://distrowatch.org/table.php?distribution=mageia mais bon c'est le jeu :-) (mint a bien abusé le système à une époque), désolé de la digression :/

      Nous aurons sans doute un stand au POSS https://www.opensourcesummit.paris/ si tu es dans le coin, ce sera l'occasion d'en discuter.

      Merci de porter le flambeau du projet qui m'a fait découvrir Linux

      je ne suis qu'un simple contributeur, nos amis de MLO et les empaqueteurs ont un peu plus d'impact que je puis avoir (même si j'essaie d'être présent au http://premier-samedi.org pour proposer autre chose que de l'ubuntu et être aux côtés de nos amis debianneux).

      • [^] # Re: Mécano Mandrake,geek debian

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

        je ne suis qu'un simple contributeur, nos amis de MLO et les empaqueteurs ont un peu plus d'impact que je puis avoir

        Éternelle erreur que de mettre trop en avant les empaqueteurs. Une distribution n'existe que par son réseau social, l'excellence technique ne suffit pas. Mageia disparaîtrait très vite sans ses contributeurs non-empaqueteurs.

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

  • # Mise à niveau vers Mageia 7

    Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

    J'utilise moi aussi Mageia depuis ses débuts (et avant Mandriva). Je suis toujours sur Mageia 6 car le gestionnaire de mise à jour ne m'a toujours pas proposé de passer à Mageia 7.1, c'est normal ?

    • [^] # Re: Mise à niveau vers Mageia 7

      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

      C'est normal. La notification n'a pas encore été activée. Il y a un bogue dessus. Je n'ai pas plus d'informations dessus. Dès que j'en ai, je les communiquerai ici.

      OS préféré Mageia 6 et Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

  • # Retour vers Mageia après plus de 10 ans d'Arch

    Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+5/-0).

    J'ai adoré, à l'époque, Mandrake puis Mandriva. C'est avec eux qui j'ai découvert et appris à aimer Linux. J'étais membre du Club, j'achetais les DVD quand ils sortaient, plus les Mandriva Live-USB, je me rappelle même d'un excellent Live disque dur, et j'ai même toujours une peluche Mandriva en haut de l'armoire de mes enfants…
    Et puis un jour, je suis passé à Arch : à l'époque, je voulais toujours avoir les dernières versions de tous les logiciels qui sortaient, tout de suite, je compilais toujours tout, et ArchLinux et son modèle rolling-release me sont apparus un bon choix.

    Et puis, mon utilisation de l'informatique, peu à peu, a changé. Je n'utilise presque plus mon ordinateur (à une époque j'en avais 3 ou 4 en permanence allumés…), il m’arrive de passer des semaines sans l’allumer : mon ipad et mon smartphone Android me suffisent amplement la plupart du temps.
    Et quand j’allume mon ordi, cette palanquée de mise à jour Arch a fini par m’énerver plus qu’autre chose. J’aspire à une informatique plus tranquille, qui prend son temps, presque absente, en fait. Et puis, là, deux bugs persistants chez Arch m’ont fait me décider à changer de distro – l’envie d’investiguer, commenter, chercher pour corriger m’a complètement passé, en fait. Je ne suis même pas sûr que je saurai encore remonter un bug correctement, d’ailleurs. Alors pourquoi pas réessayé Mageia ?

    J'écris ce comm' depuis une Mageia fraîchement installée, ça s'est passé en moins de 10 minutes,et elle a très bien repris mon /home existant. Tout va bien. J'ai l'impression de retrouver un vieil ami !

  • # alors, ce n'est pas qu'un retour personnel

    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 01/10/19 à 00:12.

    Cette dépêche est dans la continuité de la sortie de Mageia 7 (puis 7.1 dans la foulée, car nous aimons proposer plus).

    J'ai vu ces retours sur MLO qui m'ont interpellé :

    https://www.mageialinux-online.org/forum/topic-22261-1+comment-aidez-vous-mageia-e.php un simple sondage

    • bien vu
    • quelle difficulté à participer ?

    https://www.mageialinux-online.org/forum/topic-26664+un-temoignage-de-vie-commune-avec-mageia-a-lire-sur-linuxfr.php

    • euh j'osais espérer qu'adopter puis soutenir une distribution Linux ne serait pas si personnel :-)
    • Franchement, Mageia a permis de mobiliser bien plus de monde, au niveau international notamment
      • nous faisant dépasser la French Distribution dont Mandrake et Mandriva souffraient : avec Mageia, le marketing est en Australie, les développeurs kernel sont en Suède et angleterre, le soutien est aux Etats-Unis d'Amerique et en France ainsi qu'en Espagne,
      • c'est utilisé sur des ordinosaures (il nous reste une distro qui gère le PAE… même Gnome est utilisable sur mon Eee-PC avec un CPU poussif et 1 Go de RAM, enlightenment fonctionne mieux sur du pentium-4 avec 1 Go RAM)

    j'espérais simplement relever que nous allons aller plus loin désormais, grâce à nos amis chez Debian, Arch et Fedora et grâce aux utilisateurs de Linux que MLO nous apporte !

  • # Mes parents utilisent Mageia

    Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+2/-0).

    Bonjour,
    Je voulais témoigner que mes parents (autour de 75 ans) utisent Mageia. J'ai installé leur PC à il y a une quinzaine d'année sous Mandriva, et puis sous Mageia.
    Mes parents sont des gens qui n'ont pas fait d'études et n'ont pas eu besoin d'informatique avant 2004.
    Ils n'ont jamais eu Windows et jamais eu de problèmes : Les démarcheurs de forfait internet étaient désemparés. Pas de virus. Pas de mise à jour qui casse tout.
    Même si mes parents sont très limités dans l'utilisation de leur ordinateur : Internet avec Firefox, Mail avec thunderbird, Grisbi pour la gestion du compte bancaire, digikam pour les photos, et les jeux de cartes sous KDE), ils peuvent se servir d'un ordinateur sans trop d'assistance de ma part. (Quelques fois ma mère essaye de me lire un message en Anglais, c'est incompréhensible). J'ai été très surpris de ne pas avoir eu de question pour payer leur impôt en ligne ou mettre un objet sur le bon coin. Ils sont autonomes et ce n'était pas gagné.

    Bref, oui Mageia est parfaitement utilisable/fonctionnelle pour les utilisateurs novices en informatique !

    Il y a eu quelques problèmes, pour configurer une carte graphique, une fois. En quinze ans, c'est infinitésimal !

    Merci beaucoup Mageia !

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.